racine uZine

Dans la même rubrique
Cyber-économie mon amour
27 février 2002
10 février 2001
26 septembre 2000
29 août 2000
 
mardi 18 décembre 2001
50 % pipeau, 50 % bidon

L’exprime couillon

100 % sondage
par Lefayot, Tiresias et Pascale Louédec
 
 
Avant les start-ups vendaient des cochonneries qu’on trouvait au Carrefour du coin. Désormais elles se sont recyclées dans l’information qu’on invente de toute pièce à défaut d’aller la chercher (c’est moins fatigant). Le mieux pour cela est de faire travailler les autres, en les faisant s’exprimer ...

Au gré de pérégrinations sur certains portails ou sites aussi nunuches que racoleurs, vous avez sûrement eu l’occasion de rencontrer ces petits dispositifs de vote aux questions ineptes, du genre Britney Spears est-elle une grosse cochonne ? Tout le sel de l’affaire semble se résumer à la mention stéréotypée qui accompagne généralement le tout d’un emblématique 60% des gogos pensent que ....

C’est ainsi qu’on l’on semble s’imaginer l’expression démocratique sur 95% du web : donner son « avis » sur des sujets imposés, avec des réponses déjà prévues.

Sans doute vous étiez-vous dit à l’époque que ce genre d’exprime-couillons n’était pas bien méchant en soi. Et qu’après tout si trois abrutis pensent que (enfin opinent à telle réponse déterminée) ... et qu’en revanche deux autres ne le « pensent » pas, il se pourrait qu’au bout du compte (au fond qu’importe !) 60% des internautes finissent par penser que ...

Inutile de vous faire un dessin, il ne s’agit pas des internautes, mais de quelques ratiboisés du bulbe ou quelques désoeuvrés qui auront par ennui, opportunisme ou goût du jeu finalement répondu au questionnaire. Tout cela ne prête en rien à conséquence, d’autant que nous avons, vous et moi sans doute, déjà des idées bien arrêtées en ce qui concerne Miss Spears, la rosette de Lyon, et tout ce genre de choses...

Mais entrons plus avant dans le vif du sujet. Et découvrons les vrais dessous des Prestataires de Questions Associés ou Pondeurs de Sondage Express.

Dis moi, mon enfant...

Les questionnaires opportunistes visant l’amélioration d’un service quelconque, les enquêtes d’opinion concernant un produit quelconque se présentent en général pour ce qu’ils sont, une manière d’obtenir un point de vue sur cet objet, ce service quelconque, bref, ce produit. La question suivante : « aimez-vous le nouveau beurre de cacahouète à base d’anus de poulpe transgénique ? », implique une réponse majoritairement centrée sur ce produit, même si cela n’empêche pas le fabricant de cette saloperie de recueillir à la marge un maximum d’informations personnelles sur le cobaye sondé. L’utilisation a posteriori des avis émis sur le produit testé, servira à des fins internes (pour trafiquer le beurre de cacahouète à l’anus de poulpe dans le sens qui convient le plus au client potentiel) ou externes, afin d’améliorer la stratégie de communication sur les avantages supposés de ce produit de consommation ou à l’échange de bases de données...

Si les résultats de l’enquête paraissent dans la presse, ce sera sans doute sous forme de publi-information. Ben oui, d’abord ça fait plus respectable et puis cela conserve de loin, pour le pékin, la forme d’une enquête d’opinion « neutre ». Le fabricant va alors se construire un label, décerné entre soi sur la base d’un truc du genre élu bon produit de l’année ou déclamer dans les canards, sur un ton péremptoire et d’allure informationnelle, cette assertion culottée-marketée : 50 % des Français trouvent notre beurre de cacahouète onctueux. Personne n’est dupe, il s’agit de publicité. Le procédé étant par trop flagrant, les journaux le distinguent encore de leur contenu rédactionnel propre, d’où le titre mentionné de « publi-information ».

On ne voit pas encore, par exemple Le Monde, s’engouffrer sur ce genre de produit d’appel et titrer sans complexe « 50 % des Français aiment véritablement notre beurre de cacahouète ». Question d’image de marque. Comment dès lors vendre son produit dans la presse en prenant l’air affable du sondage ? Rien de plus simple : il faut changer de registre ou de produit d’appel et se/nous/vous poser de vraies questions sur un sujet dématérialisé. Et quand il s’agit de vendre de l’information, et non plus du beurre de cacahouète, la tâche devient aisée.

Pas trop dur à comprendre : il faut être dans le move... Et le move, en ce moment ( et depuis déjà un chti bout de temps quand même) c’est de monter un site web, un site de questionnaires dont le but camouflé sera bien sûr de revendre quelque part les avis collectés et de faire revenir tout ça dans la douce valeur ajoutée d’une aura de sérieux. Le plus bel enrobage du moment, c’est bien évidemment le label « citoyen ». « L’Ethique citoyenne » est véritablement un must.

Le mieux pour un tel site, s’il veut vraiment croître et multiplier (son audience, ses tarifs de pub, sa valeur ajoutée) est de pouvoir tranquillement s’accoupler avec un parangon de sérieux reconnu. Il faut donc un journal alibi. En France, le client idéal, à suborner d’urgence sera plutôt Le Monde (le journal avec les dessins drôles de Plantu ; c’est vous dire si c’est sérieux) que PLPL.

Prenons à présent un exemple, histoire de bien visualiser les choses : sur le site expression-publique.com [1] , une joyeuse équipe de sondeurs en culottes courtes palpe l’opinion publique et expédie les avis de la dite opinion aux « décideurs ». C’est du moins ce qu’ils prétendent, et d’ailleurs c’est écrit dessus : « Nous transmettons vos avis aux décideurs ». Les « décideurs » sont des gens qui passent toutes leurs journées à décider, c’est pour cette raison qu’on les appelle comme cela. Evidemment, les décideurs ont autre chose à faire que lire les rapports bidons du site (on va y venir), c’est un grouillot quelconque qui s’en charge, et de surcroît, le décideur, lui sait à quoi s’en tenir en matière d’arnaque avec des rubans roses. Et puis en général, il n’a pas le temps, il lui faut avant tout prendre des décisions (par exemple lancer un plan social, suite à la méga-fusion de sa société avec Peanuts & Poulpe Corporation).

Quoi qu’il en soit, ce merveilleux site essaie de faire croire aux quelques internautes égarés que l’avis qu’ils vont donner dans un questionnaire va être pris en compte par les plus hautes instances de la nation. Ou, à tout le moins, par le client qui a commandité le sondage, convaincu qu’il a pu être de l’intérêt de soutenir l’expression. Une forme embryonnaire de démocratie directe en somme, par un réseau d’analogies assez sournoises (l’expression d’une pensée est confondue avec le choix d’un avis déjà formulé, le vote assimilé à l’acte de cliquer sur un bouton pour valider un questionnaire).

Evidemment, il n’en est rien, pour des raisons assez simples (le décideur s’assoit sur ce genre d’avis, pour commencer, il fait juste poser la question pour montrer au monde qu’il se pose des questions, ça s’appelle travailler l’image externe), et ce n’est à vrai dire pas là le problème.

Pour ou contre le mal dans le monde ?

La fulgurante équipe du site a donc concocté une série de questionnaires bateaux sur des sujets démagogiques, c’est-à-dire des sujets d’actualité décontextualisés : on est sommé de prendre parti dans une alternative simpliste. Sujets qui sont mis à disposition du public, pour qu’il donne son avis et qu’on en tire ainsi des tendances générales sur le comportement des Français - c’est bien sûr là que se situe l’arnaque. L’équipe a aussi évidemment élaboré un discours bien neuneux sur l’e-citoyenneté, qui joue une fonction de justification : nous ne faisons pas des sondages bidons (sans valeur statistique ni méthodologie) pour fournir de la matière à information grâce à nos partenariats, non mes enfants, nous faisons de l’expression publique (tm). Un peu comme si celui qui réalisait un micro-trottoir pour illustrer un sujet du journal télévisé, c’est-à-dire tourner des images pour avoir des images à montrer à l’antenne, prétendait oeuvrer pour la démocratie (remarquez, cela doit exister...).

Plus, tout aussi évidemment, un petit laius sur l’indépendance de l’équipe qui ne déroge pas aux usages établis. Il est vrai d’un autre côté que l’on voit mal un média revendiquer une dépendance, surtout vis à vis d’annonceurs par exemple. (Quoique ... Le discours standard est tout bien considéré : nous sommes indépendants grâce à nos annonceurs et la publicité...) Le site a donc un partenariat avec Le Monde, grand quotidien indépendant des pressions des lièvres du Monténégro, ce qui nous rassure grandement quant à la qualité et l’indépendance de www.expression-publique.com. Pourquoi Le Monde ? D’accord il est indépendant (sauf de Colombani, qui d’ailleurs ne rechigne pas à réagir aux produits de son partenaire sur le site de ce dernier), mais c’est surtout le quotidien de référence. Qu’est-ce qu’un quotidien de référence ? Et bien suivons l’étymologie, c’est un quotidien auquel on se réfère.

De telle sorte que dans le champ journalistique français, une information ne devient une véritable information médiatique (elle n’est plus une simple brève d’agence de presse, matière première) dans la mesure où Le Monde la médiatise. Les autres journaux pourront donc traiter à leur tour de cette information. On a donc un critère conventionnel relatif au milieu journalistique, puisque pour un lecteur exclusif du Figaro, par exemple, le Figaro est son journal de référence. Dans le cas qui nous intéresse, il y a des chances qu’on prenne un tant soit peu au sérieux les avis des internautes, si on explique dès le début qu’on bosse main dans la main avec Le Monde. Ce que fait Expression-publique.com ; et il faut bien ça, comme on va le voir par la suite.

De surcroit, de grandes entreprises soutiennent le site : pour le moment seuls Air-France et Vivendi sont cités, (comme quoi le business-plan semble être aussi valeureux que celui d’une start-up moyenne), ce qui assure une indépendance - comme en s’en doute - en ciment précontraint (surtout avec Vivendi, qui s’était déjà essayé au débat « éthique » avec feu-powow.net). D’ailleurs, il s’agit d’une société anonyme autonome, au capital de 250 000 balles (le minimum), ce qui n’est pas écrit dessus, le webmestre est tête en l’air. Mais bon, c’est écrit, ils sont indépendants de leur sponsoring, et ce n’est pas là le problème.

Passons sur les questions biaisées. Les big bosses du site sont des spécialistes des sondages et de l’opinion (venant de la Sofres, BVA), et mettent en scène des questionnaires très redoutables, orientés de façon tellement flagrante que c’en est ridicule. Par exemple à la question : Les conflits sociaux récents dans la police et dans la gendarmerie vous paraissent-ils traduire plutôt, les réponses possibles sont :

-  Un mécontentement dû aux manques de moyens et au retard de salaire par rapport au reste de la population
-  Ou une grave crise de confiance dans la possibilité de faire respecter l’autorité de l’Etat
-  Sans opinion

Assez étrangement, il est impossible de répondre parce que les flics ont toujours été chouchoutés par tous les gouvernements et sont devenus capricieux ou les flics surfent finger in the nose sur la déferlante de l’hystérie sécuritaire, par exemple. Non, soit du mécontentement, soit de la « grave crise de confiance ». Et tout est à l’avenant. C’est le propre du questionnaire fermé, qui maîtrise l’alternative et évite les mauvais résultats.

Mais ce n’est pas non plus là le problème.

Structure du pressoir à conneries

Passons aussi sur le ridicule des effectifs en jeu : sur 500 (une bonne moyenne sur le site) pékins qui s’expriment, expliquer que 57% des internautes disent que ..., cela signifie que 285 pensent une chose et 215 ne le pensent pas, soit une différence de 70. Sur plusieurs millions d’internautes français (et ne parlons même pas des non-internautes), ça ne fait pas des masses, et pour en tirer une quelconque conclusion que ce soit, il faut être sacrement gonflé .... On rétorquera que des populations aussi restreintes n’empêchent pas les instituts de sondage ou certains sociologues de tirer des leçons définitives (dans le sens qui plaît à leur commanditaire).

Justement, l’utilisation abusive de méthodes foireuses n’est vraiment pas un gage de rigueur. De surcroît, les instituts de sondages font au moins semblant de se constituer un panel représentatif (de quoi, c’est là un autre problème ...). Ils se cassent parfois la nenette, avec des échantillonnages aléatoires, ou stratifiés, ou par grappes. Ici, rien de tout cela, l’échantillon est composé des répondants volontaires, la manip’ consiste à dire les internautes plutôt que ceux qui ont répondu, captant ainsi une catégorie appréciée par les marchands et les journalistes. Parce que quand on dit les internautes, c’est de la France qui gagne dont on parle, et ça rend fou de bonheur les deux catégories précitées. Pas lorsqu’on dit mon concierge pense que (alors que ce sont parfois les mêmes). A vrai dire, on ne sait même pas si ceux qui ont répondu, élevés au rang d’échantillon, ce n’est pas tout le staff de l’amicale des boulistes de Nevers qui a mailé suite à un pari idiot.

Mais ce n’est pas encore là le problème ...

Passons aussi sur la sécurité du machin. Evidemment si un gugusse se connecte cinquante fois de suite, et donne cinquante fois son avis, étant donné l’effectif extrêmement faible qui s’exprime, le sens du vote peut changer du tout au tout. Les joyeux entrepreneurs qui ont monté le site prétendent qu’il y a un dispositif qui empêche la fraude. Lequel ? Mystère. Il faut donc les croire sur parole. A priori, le site pose un cookie qui empêche une seconde connexion. L’ennui, c’est qu’il suffit de fermer votre navigateur, d’aller dans le répertoire ad hoc et d’effacer le cookie, pour pouvoir se reconnecter de nouveau. Bonjour, la sécurité à la portée d’un enfant de huit ans.

N’importe quel informaticien de niveau moyen peut écrire un script PERL qui ira se connecter et voter sur le site ; il pourra d’ailleurs mettre une cadence suffisamment faible (toutes les dix minutes par exemple) et se placer derrière un proxy pour ne pas trop se faire remarquer. En faisant tourner ce script toute nuit, on pourra savoir au matin que : 89% des français sont pour que les flics fassent la circulation en tutu rose (si la question était posée bien sûr - on se demande d’ailleurs pourquoi elle n’est pas posée).

Mais ce n’est toujours pas là le problème ...

Distribution gratuite du jus de clic

En fait, le surréaliste de l’histoire, c’est que les resultats de ces pseudo-sondages sont repris in extenso sur des portails « sérieux ». Sur Yahoo !, rubrique "Actualités" sous-catégorie "France", une pseudo dépêche nous apprend par exemple que 57% des internautes souhaitent que les jeunes issus de l’immigration se fondent complètement dans la société française et qu’à l’ère du " village planétaire ", de l’exaltation des différences et de la coexistence des cultures et des coutumes, les internautes paraissent faire grand cas des valeurs républicaines. C’est très touchant certes, mais doit-on pour autant en déduire qu’allant à l’encontre du communautarisme à l’américaine, la majorité des internautes (57% contre 33%) estiment en effet que les jeunes issus de l’immigration doivent le plus possible adopter les valeurs et les coutumes de la société française. Que vaut cette « information » ?... C’est tout le problème.

Soyons clairs : ces résultats n’ont rien de factuel. Ils ne recouvrent au fond que le compte-rendu partiel d’un événement que l’on peut résumer en pratique ainsi : quelque part dans le monde, N pelés et un tondu se sont rendus sur le site www.expression-publique.com et ont cliqué dessus. Et là, miracle, « Les internautes ont pensé » que ...

Ah que c’est beau !!! Ces audacieux, chanceux, héros du cybermonde seront les élus de demain, confidents des grands, éminences grises cybernétiques de véritables demi-dieux : les décideurs ! ( On y revient...)Ils ont recouvré grâce à ce site merveilleux un pouvoir inestimable, celui de compter parmi ceux qui comptent dans la société ! On ne nous parle plus de sondage, mais d’expression publique. C’est tout l’art du Pondeur de sondage que de le faire passer pour une nouvelle part de liberté dans la Cité.

On nous annonce fièrement que les résultats obtenus sont le reflet d’une enquête fondée sur l’expression libre, spontanée des internautes. Seul un terrible rabat-joie viendra rétorquer que l’on a affaire ici l’expression libre du plus parfait mépris de la démocratie et de son exigence de délibération. Un triste sire seulement renchérira aussi que quelques égarés ont par désoeuvrement coché à la va-vite (voire au pifomètre) ce QCM citoyen bidon, comme ils l’auraient fait par ailleurs d’un test de psycho neuneu trouvé chez le dentiste dans un mag féminin.

Ces réponses prévues d’avance, ce ne sont pas vraiment les leurs. Ce sont des réponses par défaut à des questions qui ne sont pas forcément les leurs, non plus. Bref, c’est de l’expression terriblement libre ainsi que le suggère la mention : résultats recueillis auprès d’internautes venus s’exprimer volontairement ! Comme si l’on pouvait penser un instant que les réponses avaient été fournies sous la torture ! Lorsqu’on lit par ailleurs qu’il s’agit d’une enquête encore en cours, on s’interroge sur la pertinence d’un résultat présenté comme factuel, arrêté et massif (d’ailleurs, Yahoo ! en remet encore une couche).

La motivation réelle de cette mascarade s’éclaire très simplement dans le léger accent racoleur qui qualifie encore cette pseudo enquête d’ouverte à tous. On n’omet pas de placer bien en vue quelques lignes plus bas, le lien qui devrait vous amener, vous aussi, à cliquer sur le site. Ce qui fait que Yahoo ! peut ainsi générer sa propre info. D’ailleurs que se passera-t-il si d’ici une semaine, les pourcentages se trouvent inversés ? Yahoo ! va-t’il consacrer une brève pour faire un erratum ? Hein, à votre avis ?

Outre l’audience générée pour expression-publique.com, ce véritable co-branding présente l’avantage de donner l’illusion d’un impact nouveau. Expression-publique.com investirait quelques internautes du pouvoir séduisant d’enfin peser sur la balance, et de pouvoir par le simple clic d’un vote orienté changer le sens de l’actualité, voire la marche du Monde... Le message subliminal à défaut d’être sublissime est clairement démago : Tu fais l’actualité, coco, regarde, tu cliques là, et ensuite ça se retrouve dans Yahoo ! (que Marcel Dugenou pense qu’il a un très joli chien). Elle est pas belle, la vie ?

De nombreux sujets sont ainsi traités : l’immigration, la Corse, la place de Chevènement dans les médias... Ces sondages bidons, tel un vaste fourre-tout faits d’attrape-couillon se glissent ainsi au milieu des dépêches Reuters et AFP. On peut se demander jusqu’à quand, justement, Reuters et l’AFP vont tolérer d’être ainsi mêlés à ce genre de farces. D’un autre côté, il y a bien longtemps que les grandes enseignes de la distribution ont développé leur propre gamme de produits, imitations d’autres produits connus. L’information labellisée par les Agences de presse de renom ne subit au fond qu’un effet d’un phénomène plus ample qui touche aussi bien les sodas au cola et autre pâtes à tartiner au parfum chocolat.

A l’heure où de valeureux censeurs parlent de réguler internet, et partent en chasse qui des pédophiles, qui des nazis-on-the-web, on est un peu étonné que ce genre de pratiques ne soit pas dénoncé, étant donné la déontologie quasi nulle de l’opération. Il est vrai que les grands media ont eux-mêmes commencé à traiter leurs devoirs par-dessus la jambe en acceptant de la publi-information dans leurs pages, par exemple ou en citant des résultats de sondage, justement, sans le moindre recul.

Tu veux savoir ce que tu penses, fils ? Facile : tu cliques là et là, tu dis merci, et ça passe à la télé, direct. Oui, mais dans ces conditions, pourquoi regarder la télé, alors, puisqu’on connait la fin de l’histoire ? Fais pas chier ; l’important, c’est que tu cliques. S’il te plait ...Le marché du sondage politique virtuel est en plein boum !

 

[1] Site fondé par Jérôme Jaffré (PDG d’Expression-Publique.com, ancien vice-président de la Sofres), Philippe Chriqui (directeur général, ancien directeur des études d’opinion publique de l’Ifop) et François Miquet-Marty (directeur éditorial, qui a collaboré auparavant avec l’Institut BVA). Il est à noter que le site a reçu un appui financier du Monde Interactif, qui a pris une participation de 10% dans le capital de la société. Cf. Le journal du Net

 
 
Lefayot, Tiresias et Pascale Louédec
Imprimer
format impression
tueur en scierie
20 janvier 2001
2 novembre 2000
2 décembre 2002
27 février 2002
24 juin 2002
 
SPIP
Web indépendant


> Découvrez quel internaute vous êtes !
5 avril 2005, message de OMH
 

On n’arrête pas le progrès : sur le site IPSOS Media (comme ça, on a les deux pour le prix d’un : institut de sondage et [sic] "media"), on nous annonce une « Enquête nationale sur Internet » ! Et comme le hasard fait bien les choses, le lien publicitaire (informatif ?) qui m’a guidé figurait sur le site... lemonde.fr.

En cliquant sur ce lien, vous pourrez enfin vous découvrir ! Enfin, en partie seulement : vous ne découvrirez que « l’internaute que vous êtes » ; pour découvrir l’être humain que vous êtes, Spinoza, Descartes, Bateson, Krishnamurti, uzine.net, les balades en forêts ou les ballades de Villon, c’est peut-être plus efficace...

Faites comme bon vous semble, mais moi, je me sens un vrai couillon, alors je crois que je vais me lancer sur cet exprime-couillon. Et même, je sens plusieurs couillons, des dizaines, des centaines, des milliers de couillons s’agiter en moi, il est bien possible que je les laisse s’exprimer tous. Mais je crains fort qu’ils donnent des réponses de couillons, qui seront peut-être d’une utilité limitée pour les projets d’IPSOS...

Olivier Hammam.

Répondre
> Découverte remise à plus tard, OMH, 5 avril 2005

Trop compliqué - ou trop limité... Par exemple, il faut vivre en France, avoir plus de 15 ans et être un homme ou une femme pour pouvoir continuer à découvrir quel internaute on est. Comme j’ai des doutes sur le dernier choix, je ne pourrai donc pas le découvrir.

Là-dessus, à la question sur le nombre de personnes d’une certaine tranche d’âge à mon domicile s’étant connecté à Internet les derniers trente jours, si j’indique que sur neuf 11-14 ans zéro se sont connectés, le logiciel de traitement des réponses considère que le deuxième chiffre est d’une valeur supérieure au premier. C’est une hypothèse séduisante sur un plan mathématique, mais sur un simple plan arithmétique, ça pose problème...

Je resterai donc dans ma triste ignorance. C’est bien dommage.

Olivier Hammam.

Répondre


> Les vrais décideurs
8 juillet 2002, message de Niiico2
 

A mon avis, les vrais décideurs sont complétement imperméables à ce type de ce sondage. Ce pourrait d’ailleurs être un critère qui distingue le bon décideur du mauvais.

Les sondages type expression-publique ont une vocation bien particulère : Creer du factice à partir de rien, ou, comme cela a bien été souligné dans l’article, orienter des réponses.

Ce qui me choque le plus, c’est qu’aujourd’hui, des sites comme expression-publique tombent dans les pièges de l’enquete que la sociologie n’a pas arreté de montrer du doigt pendant un siècle.

Répondre
> Les vrais décideurs, OMH, 4 avril 2005

C’est quoi, un "vrai décideur" ? Un décideur qui décide ? C’est marrant, parce que les faux décideurs sont aussi des décideurs qui décident. Et moi, séparer le vrai du faux, c’est un truc que je ne sais pas faire. Mais vous oui, apparemment...

En toute amitié. Olivier Hammam.

Répondre


> L’exprime couillon
10 mai 2002, message de Cyril
 

Ces charmants petits sondages ne sont-ils pas tout aussi legitimes que certaines methodes de journaux respectables et serieux comme le Monde, je cite :

" ’’J’aime la France et les petits gateaux.’’ Cette remarque de Yacine, jeune Francais d’origine nord-africaine, homosexuel et fier de l’etre, trapeziste de sa profession, vendeur d’elephants en porcelaine a ses moments perdus, represente bien le malaise de toute une generation qui..."

Bon, d’accord, j’avoue : ce n’est pas une vraie citation du Monde. Je plagie seulement. J’espere qu’ils n’ont pas depose un brevet sur cette methode : interroger deux peles trois tondus, "representatifs du malaise de toute une generation qui..."

NB : je tiens a preciser que je n’ai rien contre les homosexuels nord-africains, ni contre les vendeurs d’elephants en porcelaine, encore qu’il vaut mieux se fier aux professionnels, les amateurs vous refourguent de ces trucs...

Répondre
> L’exprime couillon, Jordan, 5 juin 2002
Et sinon tu voulais dire quoi d’intéressant ?
Répondre
> L’exprime couillon, OMH, 4 avril 2005

Moi, je trouve ça très intéressant. Mais il est vrai que caricaturer Le Monde est politiquement incorrect.

Olivier Hammam.

Répondre


> L’exprime couillon
4 février 2002, message de kreuhn
 

salut.

Cet article est réeelement clair comme de l’eau de roche. expressionpublique.com est on ne peut plus caricatural du système de désinformation. Comment se baser sur l’avis d’une part infime de la population ; les internautes étant allé répondre à ce questionnaire fermé comme vous l’écrivez ? C’est absurde et si répandu.

Si au moins les questions et réponses proposées étaient les bonnes. La première étape pour éteindre ce système est bien la prise de conscience collective.

Merci d’y contribuer

Répondre
> L’exprime couillon, OMH, 4 avril 2005

Bonjour,

Pour information, les questions et réponses ne peuvent jamais "être les bonnes", parce qu’il n’y a jamais de "bonnes" ou de "mauvaises" questions et réponses à un sondage QCM : les questions n’en sont pas mais sont des slogans repris de pont-aux-ânes médiatiques, les réponses n’en sont pas, mais un choix restreint sur des positions idéologiques simplistes. Le but premier de ces pseudo-sondages, et de tous ceux diffusés dans les médias, est celui indiqué, de simuler la participation du "public" aux désisions politiques, le second de renforcer les conditionnements acquis (opposition "droite"-"gauche") en incitant le "sondé" à assumer comme "la sienne" une opinion toute faite.

En toute amitié. Olivier Hammam.

Répondre
> L’exprime couillon, OMH, 5 avril 2005

En complément.

Je ne suis pas un fanatique de la chose, néammoins je vais faire un peu d’auto-promotion, car j’ai écrit quelques textes sur les sondages qui me semblent pouvoir utilement compléter celles de cette page :

* « Drôles de questions », à propos d’un sondage du Parisien ou "65% des Français veulent que..."

* « Quotas contre aléas » : où l’on voit que la "méthode des quotas" est fondamentalement aussi aléatoire que n’importe quelle autre ;

* « Réalisme sondagier » : à propos de la manipulation qui a conduit à cette idée merveilleuse et tellement fédératrice du "jour férié" non chômé et non payé, et qui explique en creux pourquoi, quelques mois plus tard, alors que "la majorité des français" telle que lue dans les sondages était si favorable à la mesure, la majorité effective et ordinaire des français réels est contre.

Bonnes lectures.

Olivier Hammam.

 
Répondre


Encore un !
3 janvier 2002
 
"63 % des internautes..."
 
Répondre


> Les techniques de manipulation.
23 décembre 2001
 

L’enquête est très intéressante, elle permet de montrer la finalité et la tromperie concernant ces sondages, pour moi ce site est un exemple PARFAIT. Il démontre la facilité dont l’internaute peut se faire piéger, l’utilisation active des hommes politiques par certains grands groupes à des fins propagandistes (parce que idéologiques et orientées),et plutôt révélateur des techniques de manipulations employées actuellement et ceci dans de nombreux domaines.

Mais plutôt que de designer le citoyinternaute crédule, qui aimerait tant s’exprimer, de ’couillon’ j’aurai préféré qu’il soit qualifié d’internaute trompé (et oui lui aussi). Et vais donc aborder la forme du site en me prenant pour cet internaute et expliquer comment je me suis fais avoir.

J’arrive sur le site, je suis séduit par la trop rare occasion de pouvoir donner mon avis, pour une fois qu’on me demande autre chose que des sous…). C’est utile y a même le ministre de l’intérieur qui donne sa bénédiction en plus l’adresse du site c’est expression-publique c’est comme fonction-public.fr (sic)…

J’ai décidé, a tort, de répondre au sondage, je clique et m’aperçois que le sondage ne correspond pas vraiment à l’idée que j’en avais, mais l’action de citoyen, induite par les leurres, me pousse à répondre. Et puis de toutes façons monde.fr, journal de référence, et yahoo-actu reprennent l’information c’est donc sérieux il faut répondre.

Les techniques utilisées là sont des techniques de manipulation parce qu’elles jouent sur de nombreux niveaux cognitifs basés sur des associations d’idées, et de concepts forts, ces techniques permettent d’acquérir un consentement de l’internaute et limitent, c’est peu dire, les freins à l’acte de répondre au sondage, (grâce au monde et yahoo je le rappelle), ainsi qu’une implication forte dans sa décision de voter ( voter est un acte civique, j’ai l’aval du ministre de l’intérieur… ), tout en augmentant la portée de la décision (encore le monde… )

Mais ces ‘astuces’ pour obtenir les résultats des sondages à des fins propagandistes ne suffisent pas, il faut obtenir l’information désirée.


L’information désirée est obtenue grâce à une technique relativement simple.

Je prendrai l’exemple de la question intitulée : ‘Les entreprises ont-elles suffisamment une démarche éthique ?’ Rien que l’intitulé est truqué, il voudrait dire, que les entreprises ont déjà une démarche éthique. Désirant donner mon opinion, je présuppose le fait que les entreprises aient déjà une démarche éthique et ferai donc abstraction des incohérences qu’il aurait été facile de détecter dans le questionnaire.

Jeux des X erreurs : trouvez le nombre de questions utilisant cette présupposition

Dans le genre la question 4 est sympa parce malgrès mes quatre modalités pour cette question, je n’ai pas le choix. Si je réponds ni l’un ni l’autre je pourrai penser que la double négation concerne la démarche éthique mais en fait elle concerne son avance ou son retard sur l’Angleterre. J’ai donc 3 choix qui me feraient dire que l’entreprise à une démarche éthique et un choix qui ne me ferait pas dire cela : le choix de dire que je n’ai pas d’opinion... mais je vais quand même ‘voter’ il faut que je donne mon opinion… (cf. plus haut). Si j’ai quand même de décider de voter sans opinion, parce que j’ai détecté l’arnaque cette fois ci, mon vote ne compte pas, parce que je vais voter sans opinion. Même en détectant les pièges je me fais avoir.

Ce n’est pas tout d’autres techniques sont utilisées, discrètement, pour obtenir assez facilement les réponses désirées.

Exemple : Dans la question n°3 ‘avez vous le sentiment qu’en France les entreprises :’ Différents thèmes sont concernés par la question les et les réponses proposées sont : ‘Très bien/Assez bien/Pas très bien/Pas bien du tout/Sans opinion’

Il y a une inadéquation flagrante entre ces trois items. Faites un tour essayez de répondre. (j’ai très bien le sentiment que Vous avez plusieurs possibilités, soit vous pensez avoir compris ce qu’ils vous demandent et vous traduisez les réponses, soit vous pensez que les thèmes concernés doivent être ‘Très bien/Assez bien/Pas très bien/Pas bien du tout/Sans opinion’ (Quoi qu’il en soit ça ne veut rien dire, imaginez le commentaire, l’analyse sérieuse, ou l’utilisation des résultats qui peuvent en découler )

Les questions ne sont pas seulement orientées, la présupposition ne suffisait pas il fallait utiliser d’autres ressources : La confusion possible du ‘sondé’.

Le citoyen ‘couillon’ est un citoyen manipulé par des grands groupes avec l’appui d’hommes politiques : Extrêmement d’accord – Vraiment d’accord – Plutôt d’accord – Pas vraiment d’accord – Sans point de vue.

Que penser des relations du ministre de l’intérieur et des grands groupes ? Que penser des méthodes utilisées ? Que penser de l’intérêt du ministre de l’intérieur quant à nos opinions ? Existe-t-il une différence entre un sondage et une élection ? Les élections seraient-elles vérouillée de la même façon que ces ’sondages’ ? Que penser de l’éthique des entreprises qui utilisent ces sondages sur l’éthique qui n’ont pas été réalisé d’une façon éthique ? Les moyens utilisés à des fins de propagande relèvent-ils déjà de la manipulation ?

Sinon concernant les sondages aux vues des dérives évidentes je suis plutôt pas pour. (sic) D’ autant plus que je ne suis représentatif de moi même qu’à un instant donné ;)

Un cybernaute désengagé mais critique.

Répondre
> > Les techniques d’expression., Walk, 23 décembre 2001

Beau décryptage d’une manipulation par le questionnement. Mais est-ce que si les questions du sondage avaient été détaillées au point de permettre une expression beaucoup plus précise de ta pensée (et des pensées en général) et sans manipulation, est-ce que tu regretterais toujours d’avoir participé ?

Il reste la question des trucages des votes par le sondeur ou le sondé. J’ai le sentiment que des aspects techniques comme ceux-là pourront être maitrisés (enregistrement/contrôle des données etc).

Truquer le sens des chiffres et désinformer est une chose qu’il faut dénoncer, mais qui a été vérifier que tous ces chiffres ne sont pas que pure invention ?

A partir du moment où la méthodologie est blindée, et si l’ont s’en tient à un affichage brut des résultats sans commentaire douteux, qu’est-ce qui empêchera un sondage qui recueille 100.000 avis d’internautes ou plus de représenter quelque-chose de signifiant ?

On n’y est peut-être pas encore, mais à mon sens c’est ce qui va arriver. Ou alors on n’a plus qu’à fusiller tous les scrutateurs de bureaux de vote...

Répondre
> > > Les techniques d’expression., 24 décembre 2001

Les sondages, présentés comme tels, ne resteront que des questionnaires, lorsqu’il permetteront une meilleur expression des opinions, les commentaires (qui seront appelés analyses) n’en travestiront pas moins les résultats proposés ceci parceque les sondeurs attendent un résultat.

J’aurai peut être pu avoir la liberté de choisir des réponses qui correspondaient à mes opinions, mais mon opinion sera déformé La situation sera donc pire parceque la manipulation un peu plus dissumulée.

Si l’on veut s’exprimer il faut s’exprimer d’une façon indépendante, et ne pas permettre a quelqu’un d’autre que soi de dire ce que l’on pense tant que l’on est pas sur de l’utilisation des informations. L’utilisation de quelque chose de signifiant ne deviendra jamais quelque chose de significatif, (malheureusement).

La liberté d’expression, même si elle existe (c’est un débat),est utilisée pour faire croire à la liberté d’opinion, mais l’opinion travesti (par les sondages entre autre) servira a forger d’autres opinions...

La boucle est bouclée. Ne nous étonnons pas si peu de choses avancent dans un pays ’démocratique’.

D’ailleur ce site exp-publique est une atteinte grave a nos libertés d’opinions, mais tellement courante.

Répondre
> > Pas d’accord, Olive, 26 décembre 2001

Bonjour,

J’ai lu attentivement cet article. Je le trouve interessant, mais, comme toute polemique a deux francs, tres reducteur. Je retiendrai quelques elements de tout ces arguments : Les questionnaires sont des questions fermees. Soit ! Mais que proposez-vous ? Le propre du sondage est de pouvoir quantifier une opinion, pas de la presenter de maniere exhaustive. Je trouve que la dessus, la methodologie du QCM est tout de meme la plus adaptee... A moins que vous ne me presentiez une nouvelle technique revolutionnant les dizaines d’annees de recherche en la matiere sur ce secteur, idee que je trouverais presomptueuse. Les questions sont parfois orientees. Errare humanum est. Par ailleurs, la question comporte toujours une case "sans opinion" qui, comme le vote blanc dans notre bonne vieille republique, signifie la desapprobation de toutes les hypotheses presentees plus que l’absence d’interet de la question (auquel cas, c’est de l’abstentionnisme et cela aussi est possible sur les questions des questionnaires : teste et approuve !). C’est vrai que le "sans opinion" devrait etre traduit en "aucune reponse ne me convient"... Mais on pinaille peut etre un peu non ? Concernant les retombees sur les "decideurs", il est fort probable a mon sens que la plupart des reponses formulees par ces derniers aient ete redigees par les Directeurs de cabinets ou de quelconques responsables de communication rattaches au "decideur". Mais que croyez vous qu’il arrive dans la vie reelle ? Meme les questions au parlement francais doivent etre transmises avant sceance au ministre concerne afin qu’il prepare sa reponse. Et qui prepare la reponse ? Certainement pas lui !!! Je me pose alors la question suivante : pourquoi votez-vous si vous ne croyez pas en ce systeme ? Que faites vous de votre vie sociale ? Si vous ne croyez pas comme moi qu’un bon decideur est un decideur bien entoure, alors faites vous pretre, ou quittez votre statut, vous ne devriez meme plus a l’heure qu’il est avoir les moyens de lire ces mots sur cet ecran hors de prix et avec cette connection couteuse... Bonjour le paradoxe !! Concernant l’independance du site, il me semble qu’aucun media un tant soit peu connu n’a echappe a ce genre d’attaques. Le Monde a effectivement le role de "journal reference" dans le capital de la societe. Il apporte des capitaux, une credibilite et un vecteur de visibilite. Mais au dela de cela, Expression Publique a ete fonde sur les propres deniers des dirigeants et grace a leur carnet d’adresses, ils ont pu convaincre de grands groupes (et pas seulement ceux que vous citez) de l’interet de se mettre a l’ecoute du citoyen (question d’image) et de pouvoir beneficier de temps a autre du savoir-faire de l’equipe en matiere d’analyse d’opinion. C’est la seule source de revenus du site. Le site n’a pas un business publicitaire comme c’est sous-entendu. Son objectif n’est pas necessairement le trafic, meme si celui si s’avere indispensable. Enfin, concernant la securite du systeme, il est vrai qu’il y a des failles. Mais a aucun moment le site ne se pretend a vertu scientifique. C’est la la cle de la comprehension de la problematique. Celui qui tient a s’exprimer plusieurs fois y reussira quel que soit le systeme de securite derriere le site. D’ailleurs quel systeme a vertu scientifique, comme vous le dites, aurait pour objectif annonce de recueillir l’avis de la population internaute en France ? Quelle representativite ? L’objectif est vraiment d’instaurer un relais aux sondages d’opinions en reel et d’offrir un moyen aux grandes entreprises et hommes politiques ou "decideurs" (meme si comme le dit l’article le terme est un peu idiot) de connaitre les grandes tendances de l’opinion d’une population bien particuliere. Au lieu de debattre en ce lieu, allez le faire sur le site en question et remplissez autant de "sans opinion" que vous le voulez : les donnees individuelles ne sont pas revendues contrairement a ce qui est sous-entendu (vous pouvez verifier aupres de la CNIL : le site est en regle).

Répondre
Sans opinion, Lefayot, 26 décembre 2001

Cher Olive,

Tu es employé/annonceur/actionnaire de Expression-publique. Tu n’es pas content. C’est bien normal.

Lis tout de même attentivement l’article, ce serait bien. Le probleme est : comment à partir d’un sondage bidon et qu’on peut truander sans probleme, on fait passer dans des portails un truc qui

-  a) est presenté comme de la "vraie" info sur Yahoo !
-  b) ne souscrit à aucune methodologie digne de ce nom (aucune représentativité, possibilité triviale de fraude).

De toute façon, tout est dans l’article (comme d’hab’).

Enfin, effectivement je vois mal comment faire un sondage sans QCM, la vraie question est de savoir s’il est très judicieux d’accorder autant d’importance aux resultats de sondages (pour les raisons que l’on sait).

Et je vais t’avouer un truc : J’habite aussi dans la vraie vie, où je fais du vrai travail contre du vrai argent, où certains vrais décideurs croient à l’astrologie ou aux sondages, et d’autres s’assoient dessus avec un bonheur rare ... C’est comme ça, la vraie vie ...

Répondre
Juste une mise au point, Olive, 27 décembre 2001

Cher Lefayot,

Je tiens a te rassurer sur quelques points :

Je ne suis ni actionnaire, ni employe, ni quoique ce soit ayant un interet quelconque dans Expression Publique et son image.

Par ailleurs, je te rassure aussi, j’ai lu attentivement l’article et suis d’accord sur le fond de l’affaire : un sondage est et doit toujours etre pris avec des pincettes. L’utilisation qu’en font les media pour faire ou defaire les hautes spheres, les marques ou les interets quelconques, avec un plaisir machiavelique, je la connais aussi (et je ne manque pas d’exemples mais ce n’est pas le lieu). Mais c’est le propre de l’homme que de vouloir tirer profit du pouvoir qui lui est confere et c’est regrettable.

Le principe meme du sondage est de donner une representation de l’ensemble de la population a partir de l’opinion de quelques uns. Pour cela il faut un sacre talent, chose qu’ont certains specialistes du sondage et chose que ne permet pas d’exploiter aujourd’hui de maniere accessible les technologies a notre disposition.

Voila, comme quoi je peux aussi faire court

Répondre
Dépeches manipulantes, 27 décembre 2001

Nouvel utilisation de résultat d’un sondage relayé par yahoo...

sur expression-publique Qu’attendez-vous de l’élection présidentielle ? Déja 328 réponses.

Sur Yahoo ! Actualités France jeudi 27 décembre 2001, 12h00

51 % des internautes considèrent que la réforme des retraites devrait être une question prioritaire du débat présidentiel....

Répondre
> Dépeches manipulables, Anticontestataire, 28 décembre 2001
Allez tous voter le contraire et vous peserez d’autant plus sur la balance. N’est entendu que celui qui s’exprime, le fait au bon moment et au bon endroit !
Répondre
> > Dépeches manipulables, 28 décembre 2001
malheureusement voter le contraire de l’idée implicité dans la question n’est pas possible. Le moment est peut être le bon mais l’endroit est très mal choisi. Cf l’article et le post sur la manipulation.
Répondre
> > > Pas d’accord, NoOoZ, 12 janvier 2002

Juste pour ajouter une ’tite chose qui a pas été faite dans les réponses à ce post :

"Par ailleurs, la question comporte toujours une case "sans opinion" qui, comme le vote blanc dans notre bonne vieille republique, signifie la desapprobation de toutes les hypotheses presentees plus que l’absence d’interet de la question (auquel cas, c’est de l’abstentionnisme et cela aussi est possible sur les questions des questionnaires : teste et approuve !)."

Je rétorquerai à cela que -"comme dans notre bonne vieille république"- les bulletins blancs se traduisent comme non exprimé, autrement dis, à valeur égale avec les abstentionnistes.

Hé oui, c’est ce qui se passe effectivement dans notre vrais vie, avec effectivement de vrais suffrages de vote sans réels soutiens citoyens.

Le bulletin blanc, aux yeux de nos chers et aimables "décideurs", n’est pas l’expression légitime d’un citoyen qui ne se retrouve pas dans les alternatives possibles mais celle de quelqu’un qui n’a aucune opinion sur la question. Il y a tout lieu de penser que les questionnaires en ligne fonctionnent pareil car je vois mal un titre en gras du genre :

99,7% DES INTERNAUTES N’ONT PAS D’OPINIONS A LA QUESTION FAUT IL AJOUTER DES NOISETTES DANS LE BEURRE DE CACAHOUETTES A L’ANUS DE POULPES TRANGENIQUES.

Forcément se sera plutôt :

89% DES INTERNAUTES* PENSENT QU’IL NE FAUT SURTOUT PAS AJOUTER DES NOISETTES DANS LE BEURRE DE CACAHOUETTES A L’ANUS DE POULPES TRANGENIQUES.

* ayant répondu à la question. NoOoZ

Répondre
polémiste à 1 euro, coco, 9 février 2002
Alors voilà comment ça commence : on se démarque de l’idée de polémique, que l’on critique d’entrée, pour y plonger de plein fouet... Dis, olive, tu serais pas un des actionnaires de cet institut bidon ? Parcequ’en lisant le papier de nos deux petits amis, tout en se rendant sur le site mis en cause, ne serait-ce que pour voir par moi même, j’ai tout de même eu un peu de mal à y croire. On a beau savoir que les internautes sont encore plus infantilisés que le public de loft story (désolé), par les tenants dits sérieux des médias, ou les faiseurs d’opinion, on est tombé bien bas. Vous faites de la politique ? que pensez vous du site de madelin, ou chevenement ? Nous sommes effective ment au coeur du débat. On peut même pas dire qu’on s’en tape, juste éventuellement, "sans opinion". Et ce n’est qu’un exemple. Ce que l’on peut principalement reprocher à ce site, expression publique.com, c’est de jouer le rôle d’une boîte de com pour de grandes entreprises annonbceuse, en proposant de leur faire parvenir notre avis préformaté par de grands sondeurs... Désolé, mais cette arnaque là, nous participerons à la dénoncer, tout en continuant à encourager ceux qui pensent qu’ils peuvent en propre exprimer une opinion auprés des politiques ou des entreprises. cela évitera sans doute la censure, et les rendez-vous de ce type sur le net ne manquent pas... et bien souvent, il n’y a pas de pub...
 
Répondre


> "Nous sommes tous américains", mais faut voir quand même, quoique ...
22 décembre 2001, message de Julien
 

Excellente, l’interview de Colombani sur leur site ... Il ne sait visiblement pas trop sur quel pied danser, le pauvre (aurait-il enfanté un MOoNstRe ?!?) :

"Des points noirs affleurent néanmoins : la présentation par les médias de l’attitude des pays arabes et musulmans à l’égard des Etats-Unis et de leurs alliés en est un. La demande d’information des internautes pour un point de vue moins centré sur la perception occidentale des événements, que traduisent ce résultat mais aussi l’intérêt suscité par la chaîne d’information Al Jazeera, est important à prendre en compte. Au fil du conflit, Le Monde s’y est d’ailleurs efforcé. Sur l’action des Etats-Unis, les internautes soupçonnent par ailleurs les médias d’en livrer une image plutôt tendancieuse, la télévision en tête. J’aimerais cependant faire observer que certains événements, comme les actes de terrorisme aveugle qui ont endeuillé l’Amérique, ne peuvent être traités avec une totale neutralité tant ils suscitent l’horreur et la réprobation universelle."

Répondre


qui s’exprime est couillon ?
21 décembre 2001, message de Walk
 

Il est bon en démocratie de pouvoir échanger des arguments de bonne foi, et si possible d’arriver à matérialiser des opinions majoritaires vraies, et même de converger...

Si un sondage me présente un choix qui me corresponde, suis-je un couillon parce-que je vote, même en sachant que c’est peut-être truqué ?

C’est le trucage qu’il faut attaquer, pas ceux qui s’expriment aussi couillons soient-ils.

Si la médiation c’est le pouvoir, alors qu’attendent les journalistes pour aller vérifier les rouages de ces machines à opinions ? Pour dénoncer, et faire que çà puisse marcher ? uZine le fait bien ici.

Un sondage qui prendrait plus largement en compte les choix possibles, et réalisé avec les contrôles nécessaires, j’en veux bien comme porte-parole mécanique.

En attendant il faut roder pour dérouiller.

 
Répondre
> qui s’exprime est couillon ?, 21 décembre 2001
Autre chose, le gouvernement cautionne ...
 
Répondre
> qui s’exprime est couillon ?, 21 décembre 2001

Tu poses plein de questions :-)) ...

Mais il y a déjà des élements de réponses dans le forum.

Le principe du(des) pouvoirs, c’est (entre autres) qu’ils ne se mangent pas entre eux. Travaillant sur le modele de la connivence et de la representation, les journalistes ne risquent pas denoncer les abus de pouvoir dans ce domaine.

Un truc que l’on a pas vu : même si l’on disait que les sondages refletent réellement des opinions dont il faut tenir compte (ce que je ne pense pas, mais bon), il faudrait que l’executif (les gens qui gouvernent effectivement) en tiennent compte. Et là, c’est une autre histoire. Quand on voit comment l’executif s’assoie bien souvent sur les decisions eventuelles du legislatif, on peut se demander si, pratiquement, on pourrait tenir compte des "decisions" inférées par des sondages.

En plus d’un autre probleme : qui deciderait des "questions" à poser lors des sondages ?

Répondre
> > Du connard, Tiresias, 21 décembre 2001

On pose des questions auxquelles on peut répondre en ces termes. Citation (voir le lien du dessus) :

Une large majorité des internautes, sans se sentir particulièrement alarmée, considère cependant que des risques existent pour notre pays et que la situation exige un devoir de précaution contre toutes les formes de menaces.

Suit le blabla sur la LSQ et les 80% d’internautes qui approuvent...Quelques centaines de crétins permettent d’asseoir la légitimité d’une décision qui concerne quelques dizaines de millions. Voilà, entre autres, à quoi ça sert le pressoir à conneries.

Alors quand on titre Exprime Couillon, c’est pour rester poli, on aurait pu faire Exprime-toi-connard. Ou bien mieux...

Répondre
> Du connard, 2 juillet 2004
No comment
Répondre


90 %
19 décembre 2001, message de Grosse Fatigue
 

90 %. Voilà le chiffre véritable, officiel et fondamental.

90 % de gros cons de par le monde.

That’s all folks.

 
en ligne : Mes % à moi
Répondre
> 0 %, 19 décembre 2001
Tiens je vais demander que l’on vire nos deux posts, vu l’inanité. Mais si tu veux participer un jour bienvenue.
Répondre
10 %, Grosse Fatigue, 22 janvier 2002
L’inanité est une forme gratuite de la dérision rigolote. Ça ne coûte rien, ça n’est pas sérieux, ça ne fait pas de mal, ça ne fait rien.
 
en ligne : 10%
Répondre


> L’exprime couillon
19 décembre 2001
 

Salut à tous !

Je trouve l’article vachement bien ! Simplement, comme un participant, je me suis dit comme ça que les sondages c’est quand même pas mal, si ça peut amener les politiques à nous préoccuper de ce qui nous intéresse, et les entreprises à faire des produits mieux. On peut faire de l’éthique dans les sondages aussi je pense. Je serai curieux de savoir ce que VOUS en pensez, alors vous pouvez me répondre ça me fera plaisir.

Exprimez vous !

Fab.

Répondre
> > L’exprime couillon, Triolet, 19 décembre 2001

S’il vous plaît, non, Escampette est à moi, laissez-la moi, je vous en prie, mon Escampette....

Merci si vous le voulez bien

Triolet.

Répondre
Il est bon mon article, il est bon !, El Fayot, 19 décembre 2001

Je trouve l’article vachement bien

Bien sur qu’il est vachement bien ! Faut voir les tetes qui ont pondu ça !

Bon pour le reste, c’est un tres vaste débat, et on s’est bien aperçu que l’article ouvrait un bon nombre de voies de discussions en tout genre.

Tout le monde est d’accord sur le fait que l’utilisation abusive de sondages bidons est anormale. Le mal, c’est pas bien, en somme.

Sur la question de savoir si un sondage est autre chose, en soi, qu’un bidonnage, c’est autre chose, et les avis sont plus mitigés. Tiresias est un peu de la partie (sinon comment connaitrait-il les échantillons stratifiés par la méthode de Parissi-LabönSoupe) et evidemment il est un peu contre-revolutionnaire sur ce coup (un peu comme un curé est un peu obligé de croire en Dieu). En ce qui me concerne, les sondeurs et institut ad hoc sont à envoyer en Sibérie en même temps que les sociologues (en mettant Bourdieu et Mafessoli sur la meme chaine, ça les occupera pendant le long voyage).

Mais l’article donne des pistes : Je vois pas tres bien pourquoi c’est quand même pas mal de repondre à des questions imposées par des reponses imposées. Sans compter que ce sont les commanditaires des sondages qui decident qu’un sondage doit etre fait, et pas M. Lambda qui se dit que non, c’est un scandale que les borgnes n’aient qu’un oeil et decide de faire un sondage pour que les français puissent se prononcer pour l’obtention d’une prime d’invalidité aux cyclopes.

Comme j’ai tenté de l’expliquer ailleurs, je trouverais très lourd qu’un echantillon de 1000 personnes prennent des decisions en mon nom sans que je sois consulté sous pretexte qu’il est representatif. Tant que les sondages sont utilisés comme ils le sont maintenant (de manière informative), ça me gave, mais ça va encore. Mais il ne faut pas aller plus loin.

De toute façon les decideurs ne tiennent (et ne tiendront) compte que des sondages qui donnent les bonnes reponses, celles qui les brossent dans le sens du poil. En plus, ils sont assez bien placés pour savoir la fiabilité de ce genre de trucs.

Mais ça n’epuise pas tout le sujet ....

Répondre


> Machine à cliquer
18 décembre 2001, message de Maskagaz
 

Tiens, il faut que j’essaye ma machine à cliquer sur ce site ! En effet, un petit script perl utilisant le merveilleux module LWP, m’avait permis d’exprimer 20 000 fois la même opinion en l’espace de quelques heures sur un sondage à la con de TF1 à propos de futbol ! (l’équipe de Nantes étaient passé de 2% à 87% de chance de gagner la coupe de France !), 15 jours après, les chiffres étaient toujours là, personne n’avait rectifié la supercherie. J’essaye et je vous tiens au courant !

Maskagaz

Répondre
> > Machine à cliquer, Fabien, 18 décembre 2001
A mon avis, il aurait mieux valu ne pas l’annoncer sur le forum avant. Enfin, je dis ça... Les gérants du site seront peut-être assez gentils pour censurer ton message ?
Répondre
> > Machine à cliquer, Escampette, 19 décembre 2001
bravo, j’adhère plein pot dénonçons ces sondages à gogos ne cliquons pas de ci de lo sans réflécho Escampette (in petto)
Répondre
Machine à piquer, 19 décembre 2001
Panthère oh oui c’était toi que j’attendais oh oui, Donne-moi ta poudre donne-la-moi-moi-Moi Escampette ! Arrose mon chiasme oh oui !
Répondre
> > Machine à cliquer, 19 décembre 2001
Il est où le code source de programme à détraquer les sondages web ? Ça se diffuse du code comme cela, c’est de l’action citoyen que de trafiquer ce genre de site populiste.
Répondre
> > Machine à cliquer, Julien, 17 janvier 2002

Julien :

Bravo ! Quand on pense que ce principe de faux sondages, qui paraissent également dans "Le Monde"... servent de prétexte au vote de lois à la con sous divers prétextes, il faudrait une machine à cliquer ET A DEGLINGUER LES SONDAGES BIDONS, comme ça on serait sûrs qu’ils sont bidons à 100%. Et si on faisait un sondage pour savoir si ce type de sondage va dans le bon sens ?

Répondre


> L’exprime couillon : coincidence !
18 décembre 2001
 

Tiens, c’est drôle, ce matin, la présentation de ces fameux résultats d’enquête a changé sur Yahoo ! On retrouve carrément une petite rubrique tout à fait mise en valeur à la droite des dépêches AFP and Co... ça s’appelle le Chiffre du jour :

Le chiffre du jour 69% des internautes pensent que les conflits sociaux ont révélé de graves tensions dans la société française. Policiers, gendarmes, enseignants, internes, surveillants de prison, postiers... : les mouvements revendicatifs s’accumulent, préoccupant les internautes* qui y voient des signes avant-coureurs d’une dégradation de la cohésion de la société française. Suite... (Expression-publique.com)

Les chiffres précédents

Répondre
> > L’exprime couillon : coincidence !, Pierre Lazuly, 18 décembre 2001

Non non, sur Yahoo, ce n’est pas propre à aujourd’hui, c’était déjà le cas au moins ces deux dernières semaines...

Par contre, dans le nouveau sondage mis en ligne cet après-midi sur le site du Monde aujourd’hui, il n’y a plus trois mais quatre réponses :

C’est plutôt une bonne chose...

C’est plutôt une mauvaise chose...

Ni l’une, ni l’autre de ces opinions

Sans opinion

Et là, par contre, ce n’est pas une coincidence... Car dans tous les sondages précédents, la possibilité "ni l’une ni l’autre" n’avait jamais été proposée...

 
Répondre
Une opinion, Leconseiller, 18 décembre 2001
Oui, d’ailleurs, l’info payante étant le mantra de la presse en ligne, les sondés devraient à leur tour être payés, puisqu’ils apportent de la valeur, et créent l’information, non mais alors ! :))
 
en ligne : Les tarifs
Répondre
> Une opinion, 18 décembre 2001
Assez d’ironie mon cher conseiller ! Expression-publique.com étant au service de la citoyenneté la plus active, il serait juste que l’Etat lui donne une subvention comme à toute bonne entreprise libérale, ou lui octroie une baisse de TVA, une exonération fiscale (car trop d’impôt tue l’impôt), une prime à l’achat de page web (comme le papier pour la presse). Et pensez également aux grands groupes étrangers de communication qui pourraient investir ce marché ! Il faut défendre nos entreprises françaises. Il y va de l’avenir de la démocratie. A mon avis, devant le véritable service public rendu, le co-branding avec Le Monde ne doit pas suffir. On pourrait même envisager une nouvelle taxataxe solidaire, (qui va créer ainsi de la valeur dans une nouvelle économie largement sinistrée à cause des interventions étatiques toujours causes de gabegies) sur les communications téléphoniques, pour rémunerer les participants au sondage et surtout les courageux organisateurs, (qui pourraient d’ailleurs incorporer quelques politiques, grands connaisseurs de ce que veut l’opinion, surtout non réélus). Ces derniers font avancer l’information et la citoyenneté en France, et le clic à 0,05 euro est indigne d’un représentant de l’opinion du peuple des internautes.
Répondre
> > L’exprime couillon : coincidence !, Julien, 22 décembre 2001
D’un autre côté, est ce que vous ne voyez pas dans "les mouvements revendicatifs [qui] s’accumulent" des "signes" "d’une dégradation de la cohésion de la société française" à 69 % ? ;) (les 31% restant étant alors à placer sans doute sur le fait que les signes seraient plutôt après-coureurs ...)
Répondre


Quoi de neuf sous le soleil ?
18 décembre 2001
 

Je suis d’accord avec tout cela, mais je ne saisi pas la nouveauté de l’arnaque.

Les "décideurs" n’ont pas attendu intenet pour "sonder" le "marché" et c’est pas nouveau que l’on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres...

C’est pas nouveau non plus que les journalistes qui crédibilisent un communiqué de presse n’ont pas tous le bagage statistique pour faire la différence entre une médiane et une moyenne ou pour se dire que vu le biais sur l’échantillon, le résultat est à mettre à poubelle direct.

Autrement, à propos des questions cons sur les sites, évidemment que les réponses ne représentent que l’avis des visiteurs qui ont pris le temps de "voter" et que c’est pas trop élaboré comme feed-back quelques réponses à une question fermée, mais c’est mieux que rien, non ?

A propos, l’élection présidentielle, cela est pas un peu une démocratie à questions fermées ?

Répondre
> Quoi de neuf sous le soleil ?, 18 décembre 2001

La nouveauté de l’arnaque, c’est que des sondages totalement bidons sont repris comme de l’info en tant que telle. Déjà que des sondages "sérieux" soit repris comme de l’info est à mon avis extremement limite. Mais là : C’est du pipo pour les raisons expliquées dans l’article (niveau sécurité, c’est grandiose, par exemple).

Quant à ce que des gens puissent donner leur avis, je ne vois pas en quoi c’est mieux que rien. Voter, ce n’est pas simplement donner son avis. C’est faire un choix et l’assumer (idéalement). Donner son avis, c’est comme se gratter les couilles en pensant à autre chose. C’est que dalle.

Cette opposition donner son avis/ voter n’a pas été developpée dans l’article, malgré une demande en ce sens, ça aurait un peu alourdi l’article.

A propos, l’élection présidentielle, cela est pas un peu une démocratie à questions fermées ?

Effectivement, mais justement, c’est un vote ; une fois que c’est voté, il faut en assumer les conséquences. On peut penser que les gens y reflechissent à deux-fois. C’est autre chose que répondre à Pensez-vous que Jospin soit plutot un bon president pour la France ?.

Disons que le vote donne une légitimité au gouvernement et au pouvoir associé (on peut discuter de cette légitimité, certes, mais c’est pas là le probleme). Le sondage, quelque soit son professionalisme, de ce point de vue là, c’est du vent. Ne parlons même pas du sondage pipo ...

Répondre
> > Quoi de neuf sous le soleil ?, 18 décembre 2001

Cette opposition donner son avis/ voter n’a pas été developpée dans l’article, malgré une demande en ce sens, ça aurait un peu alourdi l’article.

On ferait mieux de questionner l’avantage donné aux opinions exprimées par rapport aux opinions tues. Cette valorisation, toute politique, n’a aucun fondement sérieux en matière philosophique. Les cultures orientales ne font pas une telle différence d’ailleurs : au Japon, on honore l’esprit des lettres non écrites en s’arrêtant devant le bureau de Poste. Et la frontière entre la vie et la mort leur apparaît beaucoup plus fine qu’à nous. Peut-être sont-ils le seul pays civilisé qui ait gardé le sens de l’impermanence des choses, et par là, de l’humilité ?

Voter, ce n’est pas simplement donner son avis. C’est faire un choix et l’assumer (idéalement). Donner son avis, c’est comme se gratter les couilles en pensant à autre chose.

C’est un peu béni-oui-oui de sortir des trucs pareils, non ? Ca sent son socio-démocrate frustré, vous êtes cerné.

Et je préfère qu’on me demande si Jospin est un bon président pour la France, auquel cas je répondrai "non connard", plutôt qu’on me demande de choisir entre Jospin et Chirac, auquel cas j’irai voir là-bas si j’y suis et ce ne sera pas pris en compte par les bons comptables de la république juste et populaire.

Répondre
> > > Quoi de neuf sous le soleil ?, Lefayot, 18 décembre 2001

C’est un peu béni-oui-oui de sortir des trucs pareils, non ? Ca sent son socio-démocrate frustré, vous êtes cerné.

Le probleme n’est pas là. Qu’on le veuille ou non, en cas de vote, il y a un résultat qui se met en application (que vous ayez voté ou pas). C’est autre chose que donner son avis. Il y a deja bien assez de tocards pour le faire (journalistes, patron de HYPNOS, sociologues à 0,5 euro, etc ...). Ca n’engage à rien, tu peux dire n’importe quelle connerie et le contraire le lendemain. Qu’on donne son avis en privé sous le coup d’une consommation excessive d’excellente jamaicaine, c’est une chose ; que par desoeuvrement, tu te retrouves dans les 68% qui pensent que ..., c’en est une autre ...

Et je préfère qu’on me demande si Jospin est un bon président pour la France, auquel cas je répondrai "non connard", plutôt qu’on me demande de choisir entre Jospin et Chirac, auquel cas j’irai voir là-bas si j’y suis et ce ne sera pas pris en compte par les bons comptables de la république juste et populaire

C’est ce que j’ai dit plus haut : De toute façon Chirac ou Jospin seront élus (l’un ou l’autre). C’est du sérieux, même s’il n’y a pas d’alternative. Il n’y a pas non plus d’alternative réelle dans un QCM de sondage. Evidemment, ça flatte l’égo du sondé, mais l’avis du sondé, sur le fond, on s’assoit encore plus dessus que lors d’un vote ...

Répondre
> > > > Quoi de neuf sous le soleil ?, 18 décembre 2001

Le probleme n’est pas là. Qu’on le veuille ou non, en cas de vote, il y a un résultat qui se met en application (que vous ayez voté ou pas). C’est autre chose que donner son avis. (et bla et bla et blablabla :-))

Oui, vous avez peut-être raison. Simplement, vous répondez à un argument factuel par un discours moraliste. C’est comme si j’affirmais : "il y a 10000 morts par an sur les routes".

Et que vous répondiez "mais non, c’est mal !" en levant les yeux, les bras et même tout ce que la nature vous a donné d’appendicules au ciel, tout en poussant des petits cris effarés semblables à ceux d’une chouette trop imbibée. Nous frisons le Wolton, n’est-ce pas, voire le ridicule (mais là, je sais, je m’avance :-)).

D’autre part, pour ce qui est de la mesure exacte du nombre de morts sur les routes, je suis désolé mais les statistiques officielles sont passablement exactes.

Répondre
> > > > > Quoi de neuf sous le soleil ?, Lefayot, 18 décembre 2001

Bon, c’est fou le nombre de rebelz qu’il y a tout d’un coup dans ce forum.

Alors que je t’explique : les accidentés de la route, on en fait le décompte après : on compte les morts, ça fait 100000 (bravo, partie gratuite). On ne dit pas : prenons 1000 personnes (echantillon representatif), et on va dire qu’il y a x% d’accidentés de la route, donc ramené à la population globale, ça fait 100000 personnes (bingo !) . Non, c’est le contraire, c’est dingue ; on compte d’abord le nombre de morts et on en deduit le x%. C’est a posteriori. Le contraire d’un sondage, en fait. Mais bon, comme t’es un brave rebelz, tu peux revenir en 2eme semaine.

Ceci etant, je vois pas le rapport, ni meme où est l’argumentaire. Ok, tu fais ce que tu veux, tu peux répondre "je t’emmerde" à un sondeur (t’es un vrai killer) alors que c’est cet enculé de Chirac ou de Jospin qui va être élu. Quelle société pourrie !

Tandis que oui, tu peux répondre ou pas répondre pour savoir si tu fais partie des 56% de français qui aime la mousse de foie à l’anus de crabe. La liberté n’a pas de prix.

Répondre
> > > > > Quoi de quoi, Tiresias, 18 décembre 2001
On ne parle pas de la même chose. Le dénombrement en est une, l’inférence que l’on fait à partir de résultats sur un échantillon en est une autre. Ce n’est pas un article contre les statistiques, mais contre les inférences abusives à partir d’échantillons bidons. Rien de moraliste ici, mais je soupçonne que tu veuilles nous vanner... :)
Répondre
Sous le soleil exactement,, 18 décembre 2001

Non mais ça, c’est parce qu’il ne porte pas de cravate... En fait, pour illustrer la différence, on peut dire aussi que pour connaître le nombre de morts et d’accidentés, on ne fait pas un sondage : "pensez-vous qu’il y a eu : 100, 1000, 10000 morts cette année sur les routes ?".

De la même manière, pour savoir qui sera élu, on organise une élection, qui passe par un vote, et non un sondage. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a expression réelle du corps électoral que dans le vote. Et une fois le décompte des suffrages exprimés effectué, tel candidat est déclaré élu. De l’anticipation représentative sur de la représentation, ça fait de l’info, non ? :)

Mais bon, on pourrait plutôt discuter la question de savoir si la représentativité et le vote sont les meilleures choses pour une organisation politique... ;) Ou aller boire un coup, aussi c’est bien.

Répondre
> Sous le soleil exactement,, Lefayot, 18 décembre 2001

Oui, mais tu sais comment sont les jeunes de maintenant.

Effectivement on pourrait faire un sondage pour connaitre le nombre de mort sur la route (ce qui m’interesserait ce serait les sans opinions). Mais en fait l’astrologie, c’est un peu ça, sur le fond.

Pour la meilleure forme d’organisation politique, on en a déjà discuté en seance pleinière, et il est apparu que c’etait celui qui avait les clefs de l’armoire aux munitions ...

Répondre
Quand on arrive en ville..., L, 19 décembre 2001

Oui, mais tu sais comment sont les jeunes de maintenant.

Des sauvages, oui ! D’ailleurs les derniers sondages de Exprime-toi-mon-garçon.com sont clairs : les gens à une grande majorité (99%) sont contre le fait d’être bastonné sans raison par la police, mais ils sont aussi pour 99% pour plus de sécurité...Qu’en penser ? D’après l’institut Roumanou Ceausescu, il y a une, je cite, « grave crise de confiance » à 112% et un « climat d’insécurité galopant » (à 43 km/h).

et il est apparu que c’etait celui qui avait les clefs de l’armoire aux munitions ...

Non, ça c’était quand on jouait à la Junta ou à Ornitho-war, avec le Maître des Clefs.

Répondre
Les gens changent de trottoir (ils sont cons les gens), 19 décembre 2001

D’après l’institut Roumanou Ceausescu, il y a une, je cite, « grave crise de confiance » à 112%

Pulvérisant ainsi les 108% de reponses positives à la question « etes-vous antisemite ? » lors du sondage effectué à Varsovie en 1932 par l’institut Pilduski.

Non, ça c’était quand on jouait à la Junta ou à Ornitho-war, avec le Maître des Clefs.

Ou quand Staline tenait le KGB (ou ses ancetres) pour rafler la mise. Une grande epoque.

Répondre
Sous le soleil, la plage !, 19 décembre 2001

Bah...

La différence entre le vote et le sondage (donner son avis) n’est pas la, elle est sur l’inférence (à partir de réponse de l’échantillon sondé, on "devine" l’avis de la population dont l’échantillon est tiré).

Tiresias a donné son avis à ce sujet (cut ’n paste depuis le forum dans la partie privée) :

"Vote ? Non, c’est plutôt un système de décision à la japonaise. Des gens se causent jusqu’à ce que quelque chose se fasse (ou ne se fasse pas), et une fois fait (ou pas fait), la situation résultante a l’évidence des choses de nature."

...que j’ai bien aimé.

Cela dit, ma remarque ensoleillée du départ n’est pas la : on n’a pas attendu internet et des sites de daubes pour faire dire n’importe quoi au dieu chiffre. Un exemple pour revenir au vote : Il est faux de dire que Chirac (ou n’importe quel président) a été élu par plus de 50% des français. Il a eu plus de 50 % des suffrages exprimés. Si tu enlèves les votes nuls ou blancs, ceux qui n’ont pas été voter, ceux qui ne sont pas inscrits, les mineurs, ceux qui sont privés de le droits civils... t’arrives à un pourcentage qui le ferait roucouler un ton au dessous, le Chi.

Cela dit, si tu préfères me donner ton avis avec de la jamaicaine, c’est avec plaisir !

X+

Répondre
Petit scarabée, attrape d’abord le caillou !, Lefayot, 19 décembre 2001

Bien sur qu’il y a inférence, sans quoi le sondage n’a aucune utilité. Si c’est pour dire « 69% de 1000 personnes pensent que ... », ça va pas interesser des masses de gens.

Le probleme est pas là. Comme le fait remarquer quelqu’un plus bas, c’est un probleme de liberté (qu’evacuent toujours les techno-je-ne-veux-que-votre-bien). Et aussi le principe un homme, une voix (qui lui est lié).

Bon à part ça, effectivement, un president en France est élu par entre 20 et 30% des citoyens.

Quant à savoir si les mineurs, les privés de droits civiques, les canaris et les lampes ikea, devraient pouvoir participer au vote, c’est un autre probleme, à savoir, celui de la citoyenneté.

Et comme le disait un autre intervenant (c’est fou comme on se serre les coudes, c’est vraiment la mafia), personne ici n’a jamais affirmé que le systeme politique actuel etait la panacée.

Répondre
> Quoi de neuf sous le soleil ?, Cyril, 10 mai 2002

"On ferait mieux de questionner l’avantage donné aux opinions exprimées par rapport aux opinions tues. Cette valorisation, toute politique, n’a aucun fondement sérieux en matière philosophique. Les cultures orientales ne font pas une telle différence d’ailleurs : au Japon, on honore l’esprit des lettres non écrites en s’arrêtant devant le bureau de Poste."

C’etait ironique ? En tout cas il y a pas mal de pays ou on accorde beaucoup d’importance aux opinions non exprimees. Prenez le Zimbabwe par exemple. Ils honorent meme l’opinion des morts.

Les jeunes Francais qui n’avaient pas vote au premier tour, ils n’etaient pas contents non plus qu’on n’ait pas tenu compte de leur opinion non exprimee.

Et l’autre, la, celle qui s’est trouve un copain sans me demander mon avis ? J’aurais bien voulu aussi qu’elle tienne compte de mon attirance non exprimee. Bon, d’accord, je la traitais de connasse, mais elle aurait pu me comprendre, quand meme.

En matiere philosophique, les opinions non exprimees ont beaucoup d’importance. Meme si elles ne signifient rien en matiere reelle. Commme les enfants jamais concus, les idees geniales jamais elaborees, et le courage bien cache des gens laches, qui existe bien, ne vous y trompez pas, a l’etat potentiel.

Répondre


> L’exprime couillon
18 décembre 2001
 
Tiré de l’article cité du Journal du Net : « Dans son éditorial en ligne, le PDG Jérôme Jaffré explique que son site n’a pas retenu l’approche traditionnelle des sondages, basée sur la représentativité et sur la méthodologie, type "une question posée à mille personnes sélectionnées aléatoirement". "Nous inversons la proposition sur Expression-Publique.com (...) C’est vous qui vous intéressez au débat public, venez donner votre avis", explique le PDG. »
Répondre


> sondage exclusif
18 décembre 2001
 
Jusqu’ici, 100% des lecteurs trouvent que cet article est vachtement bien (sauf qu’il est peut-être un peu court, vu que pour 100% des lecteurs les 2 premiers feuillets constituent à peine un échauffement)...
Répondre
Sondage express, Youpi, 20 décembre 2001

(Résultats et analyse d’un sondage effectué sur un échantillon représentatif de moi-même, le 20/12/2001 de 12h15 à 12h30)

L’article m’a vachement plu à 83%. Les 17% restants ne se sont pas prononcés, trop occupés à faire bouger mes yeux sur le texte et appuyer sur la flêche bas du clavier.

Mais avoir une appréciation favorable de 83% des internautes sondés est un gage de sérieux à 72,8% selon mon chien, représentatif du paysage canin français.

Répondre
> Le dernier mot ?, Gillos, 26 décembre 2001
Gare ! Après les "Jeunes", les "Motards en colère", voici les "Internautes". Attention, y a Philippe Val qui mate !
 
Répondre