racine uZine

Dans la même rubrique
Élections américaines : les chroniques de Michael Moore
6 novembre 2000
31 octobre 2000
4 octobre 2000
8 août 2000
 
mardi 14 novembre 2000

Je ne comprends pas bien...

Mais kess-kil vient foutre là ?
par Greg.fr
 
Bon, d’accord, c’est vrai que d’habitude, je ne suis pas tendre avec les Zétazuniens (merci Max Pétrois). Mais j’arrive d’ordinaire à me tenir. Considérer les OGM comme un mal nécessaire, leur production cinématographique parfois intéressante, et la démarche d’Eric Buell (le fabricant de motos) courageuse. Mais là... c’est la consternation.

Je pensais poster des commentaires à la fin de presque tous les papiers de M. Moore, mais j’ai finalement renoncé. C’était par trop atterrant.

Kess kil vient foutre ici, l’amerloque de service ? Après avoir exporté leur « culture » (Disney, Halloween), et leur bouffe, ils nous bassinent avec leurs problèmes politiques, maintenant. Ca fait bientôt une semaine qu’on nous rebat les oreilles avec cette farce que certains appellent élection présidentielle. Une semaine que les commentateurs les plus « avisés » de la planète nous pondent chroniques sur chroniques à propos des « conséquences » de ce gag mondialisant. Une semaine que la planète est censée « retenir son souffle ». Quelle crise. Au moins, dans les républiques bananières, on sait d’avance qui va être élu. On peut juste parier sur le score qu’il fera. Là, c’est « absence de score », c’est moitié-moitié, ni chèvre ni chou. Le consensus mou, la démission démocratique, quoi. Et tous ces pauvres retraités et mères de familles qui n’ont rien d’autre à foutre que de distribuer des tracts, gonfler des ballons et porter des pin’s « Votez pour lui ». Quelle gloire.

Ouvrez un canard français, vous verrez leurs envoyés spéciaux raconter, la larme à l’oeil, le destin « tragique » de ces abrutis, voués corps et âmes à un rigolo quelconque. Eux, ils sont sûrs que c’est untel qui va gagner. Fondamental, comme point de vue. D’ailleurs, depuis le début de la campagne, ils ont en permanence accroché au revers du veston le pin’s « offert par M. Duchemol lui-même ». Quel aboutissement dans la vie. A côté de ça, recevoir la Région d’Horreur des mains de notre Chi-Chi national, c’est de la petite bière.

Ho ! Du calme, les gars ! Ils sont juste en train de décider quel sera le prochain pantin qui va pouvoir se faire pomper le dard dans un grand bureau pas carré, à l’abri derrière des vitres pare-balles. Pas de quoi en faire un fromage.

Finalement, il faudrait mettre un peu d’ambiance dans ces élections. Interdire de vote les membres d’un parti (ils ont déjà fait leur choix, qu’ils la ferment) et ne laisser voter que les indécis. Organiser des élections et faire un sondage-express parmi les abstentionnistes, et affecter un coefficient 2 à leur choix. Et surtout ne pas oublier de placer un coussin péteur sous les fesses de chacun des candidats au moment le plus intense de la « bataille » électorale. Pour sauver la démocratie, quoi.

« J’aime Hillary, j’ai rencontré Al Gore », nous racontre le kamarade Moore, décidément pas très Hillarant, et plutôt Nader à la ligne du Parti. Ouais, pas mal. Et ensuite ? C’est le genre d’infos qui me fait une belle jambe. Si j’étais Hillary, je me sentirais malgré tout vachement flattée d’avoir rejoint Joseph (le mec de Marie, la reum’ à Jésus) au Panthéon des cocus universels.

Lamentable, le couplet larmoyant sur la femme du vice-président juif. Les putes ont pourtant interdiction de raccoler sur la voie publique. Pas les politiques ? Et dire qu’il y a des abrutis pour applaudir à ces manoeuvres politico-politiciennes de m...., qui ne tromperaient pas un rhinocéros myope à cent mètres.

Bref, à titre purement personnel, je me bats les flancs avec allégresse de cette histoire. Pourquoi réagir, alors ? Simplement parce que quitte à poster des trucs, j’aurais nettement préféré une bonne grosse Chronique de Babelouèbe, qui me change de mon quotidien.

 
 
Greg.fr
 
Oui, je sais, je suis surtout doué pour le « coup de gueule » sans être très constructif. Mais on ne se refait pas. De toute façon, je sais même plus où j’ai bien pu fourrer ma carte d’électeur, je vais voter avec mon permis de conduire, c’est plus classe.
Imprimer
format impression
En attente de mutation sur Mars
 
SPIP
Web indépendant


> Je ne comprends pas bien...
25 janvier 2006, message de Jacques
 
Quand on ne comprend pas, on se renseigne, on se documente et cherche de l’aide. Quand on n’a rien à dire, on se tait.
Répondre


> Je ne comprends pas bien...
18 mai 2004, message de Eric
 
4 ans plus tard, j’espère que vous avez compris pourquoi cette élection truquée aux États Unis était importante pour le monde. Mettons que le message de M. Moore et votre commentaire montre que son seul tort est d’avoir eu raison trop tôt ...
 
en ligne :
Répondre


> Je ne comprends pas bien...
21 novembre 2000, message de Zoom
 

Réponse à Greg Bonsoir ! (il est 21h17 à Montréal)

Votre anti-américanisme est tellement primaire qu’il en est navrant. Navrant surtout pour les hexagonaux, Français que nous apprécions habituellement pour leur franc-parler et leur goût d’une certaine douceur de vivre. Malheureusement, vous ne leur faites pas honneur car le contenu de votre article ne semble pas venir de votre main mais plutôt de votre derrière. Cependant, mon intention n’est pas de vous torcher. Vous le ferez vous-même lorsque votre nez sera débouché. Si un jour, vous posez le pied sur cette terre d’Amérique que vous semblez totalement méconnaître, peut-être alors quitterez-vous vos grands airs de Robespierre colonisateur. Vous vous sentirez bien petit et terriblement ridicule. Après tout, ce sont vos ancêtres qui en vendant à l’Anglais la Nouvelle-France contre une poignée de cannes à sucre et surtout la Louisiane, ont contribué à créer cette Amérique sur laquelle vous bavez tant. S’il est vrai que les élections américaines nous portent à sourire, elles démontrent au moins que la démocratie fonctionne aux États puisqu’il est possible de contester. Alors, de grace, cesser de déverser votre bave visqueuse sur ceux qui, comme Michael Moore, font tinter un son de cloche différent. Félicitation pour votre article ! J’espère qu’avec un texte de cette qualité, vous ne manquerez pas de recevoir le prix de l’imbécile du mois.

Répondre
> Je ne comprends pas bien..., Greg.fr, 23 novembre 2000
Mmm. Ca c’est de la critique. Bon, voyons... Montréal, le xx novembre. J’en déduis que mon interlocuteur est Canadien. Ais-je parlé du Canada ? (j’ai un très bon souvenir de mon unique séjour là-bas, notez bien). Non ? Alors chapeau, nous avons le hors sujet de la semaine. Bravo, je n’en attendais pas moins d’un étudiant en première année de médecine (vu les commentaires quant à mon anatomie, ça ne peut être que cela). Quitte à être critiqué (et je pense bien que c’est inévitable, avec un papier de ce type), je préfère finalement la démarche d’ARNO, qui m’a au moins donné le loisir de méditer sur un point : une critique ne tient que si elle est étayée par un ou plusieurs arguments. Désolé, cette évidence m’était sortie de la tête. On ne m’y prendra plus.
Répondre
> > Je ne comprends pas bien, colin, 4 mars 2002

euh greg.... ta réponse elle est pourrie... ok les EU c’est de la merde mais bon quoi restons classe...

ben

PS : si j’ai raconté nimporte quoi je m’en excuse.... PPS : font chier les $EU$

Répondre


> Je ne comprends pas bien...
16 novembre 2000, message de richard
 

RICHARD, le 16/11/2000,

je trouve plutôt encourageant qu’un "JOSE BOVE américain" existe, et tienne tribune pour râler... s’ils se contentaient seulement d’essayer de poluer nos assiettes... ils nous font payer -très cher- notre refus (cf le maïs et soja transgèniques, le bœuf aux hormones, etc... objets de compensations financières exhorbitantes), les RAKIKAINS nous poluent la tête avec leurs films tout à leur gloire et à leur puissance (cf "independance day", entre autres chefs d’œuvres), avec leur infos tronquées et mensongères (cf la guerre du glofe, celle de BOSNIE, et le cafouillage au proche orient, dû à leur médiation orientée vers la défense d’ISRAEL, comme l’analyse le MONDE DIPLO de ce mois-ci) ; alors pourquoi se gèneraient-ils ? les derniers développements de leur campagne présidentielle est à l’image de ce qu’ils sont : on a les dirigeants que l’on mérite, n’est-ce pas ? s’ils font en ce moment rigoler le reste de la planète, ce dont ils se foutent éperdument, puisque nous sommes tous considérés comme quantité négligeable, et au mieux comme étant au service de leur intérêts, c’est bien parce qu’il y a finalement quelque chose de pathétiquement grossier dans leur façon d’agir, dans tous les domaines (politique, économique, sociologique, culturel, etc) ; à l’origine de cette attitude, peut-être oublient-ils que l’Homme est un être de liens (MICHEL SERRE), liens qui nécessitent la reconnaissance de l’Autre (LEVINAS), l’acceptation de sa différence, la reconnaissance de la richesse de la réciprocité des échanges... ils en sont loin, tant pis pour eux ;

le fait est que, quelque soit le dirigeant qui sera élu, la politique internationale des RAKIKAINS sera inchangée, c’est à dire, toujours aussi ...gore ... alors, évidemment, je m’en fous...

doit-on faire de l’anti-américanisme primaire pour autant ? en fait, quelle nation fantastique ! quelle énergie, quelle dynamique, quelle esprit de conquête toujours puissamment présent ! les européens ont de quoi méditer sur ce coté positif de leur personnalité , au lieu d’en accepter ou d’en copier les aspects les plus bas. @+

 
Répondre


> Je ne comprends pas bien...
14 novembre 2000, message de ARNO*
 

Désolé de te le dire, Greg, mais cet article ne te montre pas « doué pour le coup de gueule ». Je suis même plutôt accablé par la nullité de ton papier.

L’expression « amerloque de service » semble résumer les raisons de ton coup de gueule. Justement, si nous avons demandé à Michael Moore de pouvoir reproduire ses articles, c’est parce qu’il représente une autre Amérique que celle dont nous bassinent les médias.

C’est une vision très éloignée de l’Amérique qu’on nous vend d’habitude : contrôle de l’économie, rejet de la violence (institutionnelle et sociale notamment), protection de l’environnement, mise en avant de la citoyenneté (et non du consumérisme). Ses documentaires sont des dénonciations qui se placent dans la même optique que les « nouveaux mouvements citoyens » que l’on retrouve en France avec ATTAC et la confédération paysanne : il y dénonce avec force les ravages provoqués par le néolibéralisme.

Bref, l’opposé d’une Amérique omnubilée par les variations du NASDAQ.

Certes, ses chroniques sont très « américaines » par certains aspects, m’enfin on pourrait difficilement lui reprocher. On y trouve parfois une grande naïveté et quelques contradictions ; j’y vois une raison supplémentaire de trouver le gars sympathique (et humain). Note également que nos traductions sont loin d’être parfaites, et ne rendent pas toujours l’humour féroce du gaillard.

Mais revenons à ce que tu lui reproches...

Il « participe » d’un processus démocratique bafoué, qui aboutit à un consensus mou et au choix entre deux pantins interchangeables ? Mais c’est justement l’objet de nombre de ses chroniques et la raison de son engagement pour Nader. « Moitié-moitié, ni chèvre ni chou », il l’écrit lui-même dans une chronique récente (et ça n’est pas ce qu’on entend, tout de même, sur CNN et TF1).

L’hystérie des supporters des deux camps ? Et alors ? T’as pas vu le délire en France quand on gagne une partie de football ? N’empêche que c’est très loin de ce qu’on trouve chez Moore. Moore n’est pas, justement, un supporter hystérique : il a une vision contrastée et parfois contradictoire. Par exemple il a appelé à voter Clinton à New-York, directement contre Ralph Nader ; c’est pas vraiment ce que feraient les fanatiques que tu décris.

« Le genre d’information qui me fait une belle jambe »... ben justement, au-delà de l’aspect « commentaire » de ses chroniques, j’ai été surpris d’y trouver des informations méconnues : le fait qu’Hillary représente à la fois les Démocrates et un autre parti à New York (et le fait que ce soit possible), l’importance des élus noirs au Congrès si les Démocrates l’avaient emporté, etc.

Le couplet sur l’histoire de la femme de Liebermann n’est effectivement pas terrible ; ça sonne exactement comme une instrumentalisation à des fins politiques de l’holocauste, procédé dangereux. Mais il faut modérer ici la critique : il s’agit de chroniques américaines destinées à un public américain ; c’est-à-dire des communautés qui connaissent mal l’histoire des autres communautés, et une culture générale moyenne pas forcément démente (pour le moins...).

Bref, tout cela ne rime à rien : tu reproches à Michael Moore exactement ce qu’il démonte dans ses propres chroniques. Quant à lui reprocher d’être Américain, c’est un peu fort.

Si ton intention (ce qui semble cas) était de critiquer le fait qu’on parle (alors que déjà ça te gave) des élections américaines dans uZine, ça me semble nettement plus intéressant. Mais dans ce cas, ton « coup de gueule » s’est trompé de cible ; fallait pas viser Michael Moore, fallait t’adresser directement à nous.

S’il s’agissait de critiquer le principe de l’élection dans une démocratie représentative (ce que suggère ton allusion à ta carte d’électeur perdue), là encore ça aurait mérité un article plus potable.

Sinon, je te le signale : au même moment, Max Pétrois a encore publié une nouvelle et géniale chronique de Babelouèbe.

Répondre
> Je ne comprends pas bien..., Séverin, 14 novembre 2000

J’ai découvert ce site récemment, et je pensais que sa thématique c’était Internet de près ou de loin, et la soit disante société de l’information, etcoetera... Bref extra, un petit site génial de journalisme contributif où on peut causer des sujets qu’on aime :)

Je découvre qu’on y parle aussi d’un de mes réalisateur préféré, et indirectement des Verts américains dont j’aurais bien aimé faire leur campagne... J’ai entendu parler de meeting et d’ambiance comme on n’en avait pas vu depuis la lutte contre la guerre du Vietnam. Et si Ralph Nader avait fait 5%, on aurait pu s’attendre à une réforme constitutionnel aux Etats-Unis. La fin du monopartisme bipolaire dans le pays qui gouverne et influence le monde de plus en plus. Bref un peu d’espoir dans un monde de brut. Et en plus, je suis écolo ;)

Donc tout ça me fait très plaisir. Mais bientôt, quand il y aura des centaines d’excellents articles bien écrits, bien documentés et plein d’humour chaque jour sur ce site, je suis d’accord pour qu’on retourne à plus de spécialisation, quitte à dupliquer ce site (vivement la libération du code source)pour en faire une version généraliste.

Bref. C’est tout ce que j’avais à dire, et si vous êtes pas content, c’est pas pareil :)

Répondre
> Je ne comprends pas bien..., Greg.fr, 14 novembre 2000

Il va vraiment falloir que je me calme, je vais finir par m’attirer des ennuis. Bon, reprenons. D’abord, je trouve dommage de me voir taxé de nullité, surtout par ARNO, dont j’apprécie les articles (je ne fais par de lèche, c’est vrai). A l’heure ou je vous parle, le cours de mon action vient de perdre plusieurs points, maintenant qu’ARNO m’a rétrogradé de “strong buy” à “nullité”. ;-)

J’ai effectivement été très surpris de voir le minirezo (qui me fait l’amabilité de reprendre ma prose parfois malheureuse) nous abreuver de niouz en provenance des Etats-Unis, alors que je me réveille déjà le matin au son des élections américaines.

Principale raison de ce que tu refuse de considérer comme un “coup de gueule”, effectivement un sentiment de ras-le-bol par rapport à cette actualité pour le moins envahissante. Je suis surtout inquiet de voir la manière dont se déroulent les élections dans ce pays et le show médiatique qui en résulte, surtout si elle déteindre sur la politique européenne et française. A mon sens, il est ravageur pour une démocratie qu’un peuple se préoccupe plus de la couleur du caleçon de son président que de la manière dont il va traiter certains problèmes. Du moins, c’est l’image qu’ils donnent, et apparemment l’image l’emporte sur le fond. Je ne vais pas revenir sur l’abstentionnisme, nous avons largement eu notre part avec le référendum sur le quinquennat.

Nader aurait certainement réussi à bouleverser les choses s’il avait atteint les 5%. Mais ce n’est pas le cas, suite dans quatre ans. Dommage, sa position avait l’air intéressante.

Sans connaître M. Moore, il m’est effectivement difficile de juger de sa personnalité. Un point pour toi, ARNO. Mais je trouve bizarre de commencer un papier par “chers amis”. Une différence de psychologie, sans doute. A la lecture de ses article, je n’ai pas été frappé par une conception différente de l’Amérique. Bien au contraire. J’avais l’impression de revoir employés les mêmes arguments, badigeonnés d’une couche de vert.

Enfin, il faut bien reconnaître que je n’y connais rien en politique (et ce n’est pas plus mal d’ailleurs). Donc, une fois de plus, j’aurais mieux fait de la fermer, et de me contenter de bougonner dans mon coin. Quoique...

De toute façon, vive Max Pétrois !

Répondre
> Je ne comprends pas bien..., Phynette, 15 novembre 2000
Je voudrais ajouter qu’une balade sur le site de Michael Moore comporte un intérêt supplémentaire, outre les éditoriaux : il y a toute une partie informative sur ce qui pourrait bien être le renouveau de la pensée solidaire et du syndicalisme aux Etats-Unis. A ce titre, Michael Moore est précieux en ce qu’il contribue à réveiller les consciences dans une nation qui en a fort besoin. On dit souvent que les tendances qui apparaissent aux Etats-Unis se communiquent au reste du monde dans les années qui suivent - c’est un peu caricatural mais ce n’est pas faux. De même que la précarisation générale de l’humain a pour une part été planifiée et préparée dans des officines universitaires américaines, de même la prochaine vague de valeurs pourrait-elle ressembler à ce qu’annonce Michael Moore. C’est pour cette raison qu’il m’est précieux, et ses éditoriaux, même s’ils sont difficiles à traduire et à transmettre (certains aspects sont vraiment trop connotés US), renferment tout un tas de petites réflexions et informations qui nous donnent à réfléchir.
Répondre