racine uZine

Dans la même rubrique
Élections américaines : les chroniques de Michael Moore
14 novembre 2000
6 novembre 2000
31 octobre 2000
4 octobre 2000
8 août 2000
 
samedi 11 novembre 2000

Envoyez-nous les observateurs de l’ONU et Jimmy Carter !

par Michael Moore


-  À : Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan
-  De : Michael Moore, citoyen

Cher Monsieur le Secrétaire Général,

Aidez-nous ! Une fraude électorale massive est en train de se produire dans une région qui a l’air d’une république bananière -mais qui fait en réalité partie des Etats Unis d’Amérique ! Nous assistons impuissants au vol de nos élections et nos dirigeants semblent incapables de faire quoi que ce soit pour l’empêcher.

Au nom de tous ceux qui aiment la liberté, partout dans le monde, j’appelle la communauté internationale et les Nations-Unies à intervenir immédiatement.

Tout indique que le vote de milliers de nos concitoyens n’a pas été comptabilisé ou, pire, qu’il a été détourné au profit d’un homme dont la sœur s’appelle « Bay » [1]. Et une enquête plus poussée révèle également que des centaines d’Afro-américains ont purement et simplement été interdits de vote (un tiers des hommes afro-américains âgés de 18 à 35 ans seraient interdits de vote aux Etats-Unis suite à une condamnation judiciaire, voir : « La maison noire », par Michael Moore).

Je vous demande de nommer l’ambassadeur/charpentier humanitaire Jimmy Carter [2] à la tête d’une équipe d’observateurs des Nations Unies, venus du Rwanda, de Brunei ou d’Afrique du Sud et de l’envoyer dans cet État que nous appelons la « Floride ». On a désespérément besoin d’eux pour superviser le re-comptage, le comptage à la main, et toutes les formes de comptage habituellement employées par les gens qui savent compter.

Vous vous souvenez de ce Milosevic, en Yougoslavie, qui prétendait avoir gagné les élections alors qu’il avait obtenu moins de voix que son adversaire ? Il adorerait la Floride ! Après les courses de lévrier, la fraude électorale est le passe-temps favori de la Floride du Sud (je joins à cet envoi, pour votre équipe d’observateurs, des copies de la série d’articles du Miami Herald sur la fraude électorale qui lui a valu le Prix Pulitzer en 1999)

À première vue, il semble que des graphiques défectueux ont été à l’origine de ce problème de vote, particulièrement aigu dans le comté de Palm Beach, où des votes juifs ont été donnés à un homme qui a toujours un mot gentil pour le Troisième Reich.

Et la situation est encore plus révélatrice dans la région de Daytona Beach. Dans ce comté, le candidat du Parti socialiste des travailleurs, James Harris, a obtenu le score étonnant de 9 888 votes. Quand vos observateurs arriveront, ils pourront constater qu’à Daytona Beach la révolution socialiste arrive en troisième position dans les loisirs favoris de la population, juste après les beuveries étudiantes et les courses de stock-car. Non, je plaisante. Vous aurez du mal à trouver un seul bolchevique à Daytona Beach, sans parler d’un cappucino correct.

En fait, ce que CBS a découvert, c’est que ces 9 888 votes représentaient plus de la moitié de tous les 19 310 votes qu’a obtenu le candidat Harris au plan national ! Certains pourraient y voir la marque d’un complot communiste ; l’administration de Floride a tenté de faire passer ça pour un « petit problème » informatique. Moi, j’appelle ça des mathématiques floues.

Vous devez savoir que le maître de cette région si disputée de notre pays est le frère du candidat à la présidence qui bénéficie de ces magouilles, George W Bush. Il commence déjà à agir comme le « président-élu » alors qu’il a obtenu moins de voix dans le pays que son concurrent Al Gore ! Dans un premier temps, les télés avaient rapporté que Gore avait gagné l’Etat de Floride, mais il a suffi d’un coup de fil de Bush (le candidat) à Bush (le gouverneur de Floride), pour que le Bush candidat à la présidentielle se retrouve en tête.

Cela doit vous sembler très familier. Je sais que vous avez déjà eu à traiter de nombreux cas de népotisme par le passé, dans des pays comme l’Indonésie et le Congo. Et, hé, qui peut les blâmer ? C’est humain. Tout le monde a envie de voir les membres de sa famille réussir. Mais ce qu’il y a de particulier, dans cette situation, c’est le « président-élu » auto-proclamé est aussi le fils de l’ancien président qui été détrôné par Gore et son coéquipier il y a huit ans. Est-ce que vous commencez à y voir clair ? Cela vous aiderait-il de savoir que le père du « président-élu » a aussi, un temps, dirigé la CIA ? Je vous dis ça juste pour que vous sachiez où vous allez mettre les pieds.

Si vous regardez la carte des États-Unis, la Floride est la partie du pays qui semble prête à s’enfoncer dans la mer. C’est un coin reculé dont le climat et la topographie -marais, moustique, humidité insupportable, des reptiles partout- rappellent la plupart des pays du Tiers monde. C’est vraiment un endroit effrayant -demandez à n’importe quel touriste allemand ! C’est l’État des États-Unis où il est le plus facile d’acheter des armes. Les prisonniers sont exécutés sans le genre de garanties et de droits que l’on trouve dans le monde civilisé. Selon votre propre rapport, celui des Nations Unies, plus d’enfants sont vaccinés en Jamaïque qu’en Floride, et un bébé a plus de chance de survivre jusqu’à son premier anniversaire s’il est né à Cuba qu’à Miami. La plupart des gens vont là-bas simplement pour passer l’hiver - et encore, pour beaucoup, l’Arizona semble de plus en plus attrayant par les temps qui courent.

Je vous en prie, M. Annan, vous devez aller là-bas immédiatement. Le « président-élu » auto-proclamé essaye de stopper le recompte des voix. Il sait ce que ces votes vont révéler. Ses ministres de la propagande mentent aux Américains depuis des jours. Ils disent des choses comme : « ce genre de bulletins a été utilisé partout, notamment à Chicago, pour l’élection du fils de Jesse Jackson ! » Or notre estimé journaliste Ted Keppel, a montré un bulletin de vote de Chicago hier soir à la télé, et tout le monde a pu voir qu’il n’avait rien en commun avec le bulletin utilisé en Floride. Il a dit au peuple américain qu’il était en train de se faire escroquer par l’équipe Bush.

M. le Secrétaire général, vous êtes déjà sur place, aux États-Unis. Le siège des Nations Unies est à New York ! Des vols décollent de New York pour Miami toutes les 15 minutes. M. Carter habite l’état voisin de la Floride ! Faites un tour là-bas, vous n’aurez qu’à le prendre en passant. Et dites-lui qu’il risque d’avoir besoin de son marteau, voire de ses clous, on ne sait jamais.

Si la Floride refuse de laisser entrer votre équipe d’observateurs internationaux, j’implore le Conseil de Sécurité de prendre des sanctions économiques contre cet État qui se désigne lui-même sous le nom de « l’État du Soleil ». Le reste de la population américaine ne peut pas tolérer plus longtemps ces pratiques crapuleuses. Rappelez-vous : c’est le même état qui, il y a quelques semaines, a légalisé le kidnapping en refusant de rendre un petit garçon cubain à son père. Nous avons dû supporter ce cirque durant près de huit mois !

Merci de vous occuper de cette affaire rapidement. Si la situation s’était produite n’importe où ailleurs sur la planète, on aurait déjà éradiqué toute cette connerie à coup de bombes. J’espère que l’on parviendra à une résolution pacifique et que le " Président-élu " auto-proclamé sera renvoyé chez lui, à son siège d’Arlington, Texas. Je sais que vous êtes l’homme de la situation, et que vous nous sauverez.

Bien à vous,

Michael Moore

Nota Bene. Ma démarche n’est pas partisane. Je n’ai pas voté pour Al Gore. J’ai voté Ralph Nader. Depuis, je me cache. J’ai peur pour ma sécurité. En ce moment même, je suis traqué par des libéraux qui, pour la première fois depuis des années, ont trouvé un sujet d’énervement dans la situation politique actuelle. Toute assistance que vous pourrez me fournir pour assurer mon rapatriement en toute sécurité dans le Michigan sera grandement appréciée.

 

[1] (NDT) Angela « Bay » Buchanan, sœur de Pat Buchanan, surnommée « Bay » par sa famille, par déformation du mot « Baby », et par ses opposants parce que « Bay » signifie aussi « aboyer », d’où la remarque de Michael Moore.

[2] (NDT) Jimmy Carter est très impliqué dans l’association « Habitat for Humanity International », une ONG qui milite pour le droit de tout être humain à un logement décent, et n’hésite pas à manier le rabot et la truelle à l’occasion, surtout devant les caméras, voir le site Habitat.org.

 
 
Michael Moore
 
Traduit de l’américain par Philippe Moreau (pmoreau@ras.eu.org). Reproduit avec l’aimable autorisation de Michael Moore (texte original)
Imprimer
format impression
Cinéaste et journaliste américain, réalisateur de « Roger et moi » et de « The big one », auteur de « Downsize this ! »
6 novembre 2000
31 octobre 2000
 
SPIP
Web indépendant


> Envoyez-nous les observateurs de l’ONU et Jimmy Carter !
9 octobre 2004
 
monsieur Moreau contacter moi de toute urgence merçi
Répondre


> Envoyez-nous les observateurs de l’ONU et Jimmy Carter !
14 novembre 2000, message de Séverin
 

Il y a quelque chose qui ne lasse pas de m’étonner avec les américains, c’est que le terme "libéral" signifie pour eux "vraiment à gauche", voir presque "gauchiste", ou pire "humaniste", tandis que le terme "libertarien" est utilisé en lieu et place de "ultra-libéral". Or si je relis les classiques de l’idéologie libéral il n’y a pas de doute c’est bien "marche ou crève". Donc soit ils ne lisent pas (encore de l’anti-américanisme primaire :o), soit ils ne supportaient pas la racine "libre" dans "libéral" et une fois ce mot entaché par tout ces sales communistes, ils ont du en inventer un autre.

Qu’en pensez-vous. Y’a-t-il des érudits dans l’assistances ?

PS : J’ai noté que beaucoup d’article de ce site, s’inspirant ainsi de la notion de "copyleft", se termine ainsi :

" Copyright (C) [date] [prénom et nom de l’auteur]. Les copies conformes et versions intégrales de cet article sont autorisées sur tout support pour peu que cette notice soit préservée. "

Alors je pose une question aux fabuleux et dévoués traducteurs bénévoles : en avez-vous touché un mot à Michael Moore ? ( Je dis ça pour ses articles qui bénéficieraient ainsi d’une diffusion plus large, pas pour ses films évidemment :)

Répondre
> Envoyez-nous les observateurs de l’ONU et Jimmy Carter !, 14 novembre 2000

Bonjour,

Le Minirezo n’aurait pas reproduit ces textes sans l’autorisation de Michael Moore. Si vous souhaitez reproduire ces textes sur votre propre site, ou un autre, il vous faut demander l’autorisation à Michael Moore et au(x) traducteur(s) concerné(s), chacun pouvant, le cas échéant, faire valoir leurs droits d’auteur. Michael Moore est joignable via : http://www.michaelmoore.com Son e-mail est sur le site. Le mail du traducteur figure en général en bas de chaque texte. Amitiés -

Philippe Moreau.

Répondre