racine uZine

Dans la même rubrique
Élections américaines : les chroniques de Michael Moore
14 novembre 2000
6 novembre 2000
31 octobre 2000
4 octobre 2000
 
mardi 8 août 2000

Un apartheid masculin

par Michael Moore

Chers amis,

Les femmes ont l’habitude d’avaler pas mal de couleuvres, mais la comédie présidentielle de cette année décroche vraiment le pompon.

Nous avons à présent quatre hommes en tête des listes des « deux » principaux partis dans la course à la Maison-Blanche. Et pas un seul candidat, démocrate ou républicain, n’a seulement fait mine d’envisager qu’une femme puisse être vice-présidente. Quant à en désigner une comme candidate, n’en parlons même pas.

Les femmes : 53 % de la population. Le sexe majoritaire en nombre. Et, comme toujours, représentativité : zéro. C’est encore la minorité qui gouverne, qui dicte la loi, qui tient les rènes du pouvoir. Ça porte un nom : apartheid.

Vous savez ce que je trouve incroyable ? C’est que ni Gore ni Bush n’aient même fait semblant d’envisager de nommer une femme à la vice-présidence. Naguère, les candidats à la présidentielle - mâles à 100 % - jetaient au moins négligemment quelques noms féminins au passage, ou annonçaient que Mme Unetelle figurait sur leur liste. S’ils ignoraient les femmes de façon trop flagrante, se disaient-ils, elles risqueraient d’en prendre ombrage. Donc ils ont donné le change. Ils ont « auditionné » Pat Schroeder, ils ont dit qu’Elizabeth Dole était une candidate « possible »...

Mais maintenant, on n’en est même plus là.

Cette année, en une espèce de version politicarde du « syndrome de la femme battue », les bonshommes politiques se sont rendu compte qu’ils n’avaient même pas besoin de lever le petit doigt pour apaiser les électrices. Ils sont désormais convaincus que les femmes avaleront la couleuvre. En silence.

Et de même que Dick Cheney montre le vrai visage de George Bush, de même Joe Lieberman montre le vrai visage d’Al Gore. Le principal soutien financier de Lieberman dans le Connecticut, ce sont les assurances - et quand les assurances lui disent : « Saute ! », il bondit. Il s’est même opposé à Clinton et à son projet de loi sur l’assurance-maladie (pourtant bien édulcoré). Il est ennemi de l’affirmative action. Il a voté des réductions d’impôts pour les riches, a soutenu l’ALENA [1], est favorable à une forme de prière à l’école publique (la « minute de silence »), et fait partie, avec Al Gore, des dix sénateurs démocrates qui ont soutenu Bush Ier au temps de la guerre du Golfe.

Bref, un mec, un vrai.

Bon, ne cédons pas au découragement. Il y a aussi un candidat qui rassemblerait actuellement - ainsi que Tim Russert l’a annoncé dans Meet The Press dimanche dernier - entre 11 % et 15 % des intentions de vote, selon les sondages, et ce candidat a choisi une femme pour le seconder. Il s’appelle Ralph Nader, elle s’appelle Winona LaDuke. Née dans le Minnesota, diplômée de Harvard, elle est d’origine amérindienne. Elle a tout un tas de ces idées un peu dingues qui viennent généralement aux femmes, des idées qui sans doute les éloignent des autres listes électorales : par exemple tout citoyen devrait avoir accès à une assurance-maladie ; toute mère qui travaille devrait pouvoir mettre ses enfants à la crèche ; on devrait peut-être construire un peu moins de sous-marins dans le Connecticut et un peu plus d’écoles dans le Bronx. Des trucs comme ça. Des trucs de gonzesses, tu vois. Des trucs que nous, les mecs, on met pas dans nos priorités.

Depuis qu’ils se sont présentés, les intentions de vote pour Ralph et Winona ont triplé. Et ça ne fait qu’augmenter. C’est peut-être, je dis bien peut-être, la majorité de la population - c’est-à-dire les femmes - qui se lève enfin pour dire non à cet apartheid masculin.

Bien à vous, Michael Moore (mmflint@aol.com).

 

[1] Accord de libre-échange nord-américain (ou NAFTA, North American Free Trade Agreement), NDT.

 
 
Michael Moore
 

Traduit de l’américain par Sophie Anne BRISSAUD (sofiann@cybercable.fr)

Reproduit avec l’aimable autorisation de Michael Moore (texte original)

Imprimer
format impression
Cinéaste et journaliste américain, réalisateur de « Roger et moi » et de « The big one », auteur de « Downsize this ! »
6 novembre 2000
31 octobre 2000
 
SPIP
Web indépendant