racine uZine

Dans la même rubrique
Élections américaines : les chroniques de Michael Moore
14 novembre 2000
6 novembre 2000
31 octobre 2000
4 octobre 2000
8 août 2000
 
mercredi 8 novembre 2000

Nous ne laisserons pas Bush confisquer notre démocratie

par Michael Moore
 

Chers amis,

Il est un peu plus de cinq heures du matin sur la Côte Est et la situation ne pourrait pas être plus délirante. A 2 heures 20, Bush a été déclaré vainqueur. Gore a appelé Bush et a concédé sa défaite. Une heure plus tard, tout s’est écroulé. L’avance de Bush, qui était de 500 000 voix en Floride, est tombée à 500 ! Gore, qui s’apprêtait à prendre la parole devant ses supporters à Nashville, a regardé les chiffres et a rappelé Bush pour lui dire qu’il ne reconnaissait plus sa défaite ! A 3 h 45, la Floride a été retirée de la colonne « Bush ». L’avance de Bush est descendue à 224 votes à peine - avec des milliers de bulletins non encore comptabilisés !

Le procureur général de Floride a reconnu sur la chaîne NBC que les bulletins de vote de la région de Palm Beach étaient composés d’une manière suspecte : les votes pour Al Gore étaient en fait comptabilisés pour Pat Buchanan ! A l’heure actuelle, Gore a pris une avance significative sur Bush au niveau national - selon le dernier décompte, Gore devance Bush de plus de 260 000 voix - et il continue à progresser. Dix pourcent des bulletins de Californie - un Etat que Gore est en train d’emporter haut la main - doivent encore être comptabilisés. Ce qui ne devrait qu’ajouter à son nombre de voix durant la matinée.

Pour le moment, une seule chose est sûre : selon tous les médias, Gore est en train de l’emporter en nombre de voix. Mais ils disent aussi que, quel que soit le nombre de voix obtenu, Gore pourrait échouer à la présidence - à cause du Collège électoral [1] !

Mes chers compatriotes - nous devons mettre de côté nos différences, celles qui opposent les partisans de Gore et de Nader et exiger, exiger immédiatement, que Bush renonce à la présidence et à ce système insensé, et totalement archaïque, du Collège Electoral. Le Collège électoral a été conçu par les Pères fondateurs de la nation, qui l’ont inscrit dans notre constitution, en même temps (à l’époque) que la règle n’autorisant à voter que les les hommes blancs possèdant de la terre et payant des impôts.

Aujourd’hui, les Etats-Unis ne sont plus seulement un pays, mais une démocratie. Une personne, un vote. On aurait dû se débarasser de ce système archaïque depuis longtemps. Je pense que personne ne s’attendait à ce qu’on en arrive là. Et bien, c’est arrivé.

Même si je n’ai pas voté pour Al Gore, pour toutes les raisons que j’ai expliquées dans mes précédents messages - son soutien à la peine de mort, sa promesse d’augmenter le budget de l’armée... [2] - la majorité des gens qui ont voté hier ont voté pour lui - et la volonté du peuple doit être respectée. Il doit prendre sa place à la Maison Blanche.

Déjà, les experts et les politicards de tous poils se gargarisent avec la Constitution, en demandant qu’elle soit appliquée à la lettre. Ils disent que les deux candidats connaissent les règles et doivent leur obéir.

Il est aussi contre « la Loi » de porter un chapeau le dimanche à Helena, dans le Montana, et il est écrit dans la loi qu’une femme ne doit pas cracher sur le trottoir à Tucson ! Ces lois et des dizaines de milliers d’autres sont toujours en vigueur dans notre pays. Le simple bon sens commun commande qu’on les ignore. De la même façon, nous devons exiger que le bon sens et l’honnêteté prévalent dans cette élection. Al Gore est le choix du peuple. Aller contre ce fait simple, explicite, causerait encore plus de dommages dans un électorat déjà cynique, plus que je n’ose l’imaginer.

Hier, nous avons vu se répéter encore une fois cette triste situation : la moitié du pays ne prend même plus la peine de voter ! Pouvons-nous nous permettre de voir encore plus de citoyens perdre foi en notre démocratie ?

Nous aurons tout le temps d’analyser et de discuter les autres problèmes posés par cette élection. Une chose est claire : la plupart des électeurs de Nader ont décidé à la dernière minute de changer leur vote pour Al Gore. Les 5 % pour Nader prédits par les sondages le mois dernier se sont transformés en moins de 3 % lors de l’élection. En Floride, Nader est passé de 6 % des intentions de vote à 1,7 % seulement des suffrages exprimés ! Les sondages à la sortie des urnes ont montré que la peur de Bush avait conduit presque tous les électeurs de Nader à voter pour Gore. Selon ces sondages, les votes pour Nader sont venus du camp républicain ou de gens qui, à l’origine, pensaient ne pas aller voter. Dans l’Orégon, la moitié des électeurs de Nader ont voté pour Gore, et la même chose s’est produite dans le Wisconsin. En résumé, Ralph n’a pas atteint son but de 5 % des suffrages exprimés. Et les électeurs de Nader n’ont pas contribué à faire élire Bush, comme cela avait été annoncé.

Pour moi, ce qui a vraiment mis Gore en difficulté pendant la majeure partie de la nuit, c’est la perte de son Etat natal au profit de Bush. Ces onze grands électeurs auraient pu faire toute la différence. Perdre l’Arkansas de Clinton était un autre coup sérieux, qui l’a empêché de gagner l’election rapidement.

Du côté des bonnes nouvelles, un mort a gagné la course à la sénatoriale dans le Missouri, contre un challenger républicain. Au moins deux ou trois femmes ont rejoint les rangs du Sénat. Hillary a gagné, causant des convulsions chez tous les fêlés d’extrême-droite du pays. Le gouverneur du Vermont, que beaucoup donnaient perdant à cause de son soutien à la loi pour le mariage gay dans le Vermont, a gagné. L’Etat du Colorado, encore sous le choc du massacre de Columbine, a passé une loi contrôlant la circulation des armes à feu, par une majorité de 70 % contre 30. Le Michigan a rejeté Bush en bloc, comme je l’avais prédit.

Mais, comme je l’ai déjà dit, nous pourrons discuter de tout ça plus tard. Pour l’heure, tous les bons citoyens doivent s’exprimer, dans les prochaines heures, pour dire, clairement et fortement, que George W. Bush a perdu l’élection et que nous ne prêterons jamais foi à toutes les combines qui se sont produites en Floride hier soir - il faut dire que le vote était organisé par le gouverneur Jeb Bush, le petit frère de George ! Envoyez des e-mails, appelez les talk shows, contactez vos représentant(e)s - défoncez-vous !

Je pense que je ne vais pas me coucher. Mon soutien à Nader n’aurait aucun crédit si je n’étais pas prêt à faire tout ce qui est en mon pouvoir, aussi limité soit-il, pour soutenir le principal espoir porté par la campagne de Nader : l’exigence que la volonté du peuple soit exprimée et entendue. Je demande à tous les supporters de Ralph - ceux qui ont voté pour lui et ceux qui ont voté pour Gore - de se joindre à moi pour empêcher Bush de voler la victoire, et de confisquer notre démocratie,

Bien à vous,

Michael Moore (mmflint@aol.com).

 

[1] L’élection du président américain se fait au suffrage indirect, par le biais d’un collège de "Grands électeurs", un peu comme les élections au Sénat français (NDT).

[2] Voir les chroniques de Michael Moore, prochainement sur le Minirezo (NDT).

 
 
Michael Moore
 

Traduit de l’américain par Philippe Moreau (pmoreau@ras.eu.org).

Reproduit avec l’aimable autorisation de Michael Moore (texte original).

Imprimer
format impression
Cinéaste et journaliste américain, réalisateur de « Roger et moi » et de « The big one », auteur de « Downsize this ! »
31 octobre 2000
4 octobre 2000
 
SPIP
Web indépendant


> Nous ne laisserons pas Bush confisquer notre démocratie
9 novembre 2000, message de ERic
 
Michael Moore est bien gentil, mais la il parle avant de reflchir. Cette election est/fut si serree que les roles auraient pu etre renverses. Gore aurait pu gagner grace au systeme de college electoral avec Bush menant au vote populaire sur le pays entier. Moore et autres auraient-ils insiste qu’on se debarasse de ce systeme archaique et que Gore refuse son poste ? Surement pas. Je vis aux USA, et comme Moore je suis pour Nader (ou Gore s’il n’y a que cette possibilite), et cette election est vraiment agacante, mais il ne faut pas se laisser aveugler par ses appartenances politiques si on veut garder sa credibilite intellectuelle. La, pour la peine, l’habituellement brillant Michael m’a decu. Il trompette depuis des mois que Bush et Gore sont aussi ininteressants l’un que l’autre, mais le voila qui fait des tentatives de derniere minute pour aider Gore. Les vrais partisans de Nader etaient prets depuis le debut a ce que leurs votes aident Bush et n’ont pas d’etat d’ame en ce qui concerne Gore. Courage, dans 4 ans ca ira mieux, c’est tout.
Répondre
> Non, on ne peut pas dire que dans 4 ans ça ira mieux, Thomas, 9 novembre 2000

Surtout pas quand on sait qu’en l’occurence il s’agit de se taper Bush pendant 4 ans ! Je ne sais pas, mais ici en France il tout le monde trouve logique que le candidat à la Présidence rassemblant le plus de suffrages soit élu. Mine de rien cette élection intéresse pas mal de monde ici, et tout le monde s’accorde à dire que le système électoral américain est franchement bancal. Alors attention, je ne dis pas que le système électoral est le meilleur en tout, mais en tout cas en ce qui concerne la Présidence de la République, rien ne vaut un bon vieux suffrage universel direct.

Et puis franchement, Bush... Je veux bien admettre que nous on a Chirac, mais au moins il a eu la présence d’esprit de s’éloigner de lui-même du pouvoir en provoquant la dissolution que tout le monde sait. Alors que ça m’étonnerait que Bush ait l’idée de se saborder tout seul.

Enfin bref ce qui me gêne franchement le plus c’est l’idée qu’on puisse être élu sans avoir été le plus soutenu au regard du nombre de bulletins de votes.

Répondre