racine uZine

Dans la même rubrique
Surf nazis must die !
23 septembre 2000
 
lundi 9 juillet 2001

Périsse la forêt pourvu que soit tué l’arbre de la haine

par Julien Bignaux et Tiresias
 
Revenons sur une malfaisance supplémentaire et récente des ennemis de l’internet, déjà évoquée ici. En effet, le 12 juillet, on attend une nouvelle décision sur le filtrage, par Jean Jacques Gomez, au TGI de Paris, France, Europe. Quand c’est trop, c’est trop, on vous le dit, qu’on se le dise.

Connaissez vous une association créée par des personnes prétendant s’appeler Peillon, Knobel, Breton, entre autres amis connus de l’internet ? Non ? On vous l’annonce, ça s’appelle sans mollir "J’accuse...association internationale pour la justice". On ne rit pas dans les rangs, Zola non plus ! Ca a un site web, pas très international, enfin une sorte de site si on veut, chez un gratuit marchand, on n’est pas regardant. Pas les moyens de se payer un hébergeur, les jeunes associations, une fois acquitté le nom de domaine à 12 euros chez le registrar pas cher (y a pas écrit payons, sur mon front, y a écrit Peillon, nuance). Qu’est ce qu’elle fait l’AIPJ ? A part des sites merdiques, où à chaque clic vous avez un bandeau de pub pour des bagnoles, genre Vous les préférez GROSSES ?. Sic. Elle fait des procès, oui, mais pas du petit procès pour rire, les assignations, elle les préfére Grosses comme sur la pub, bien médiatisable, faute de faire autre chose d’utile. Hé, faut exister, alors tapons fort.

Cette association représentative d’elle même, c’est à dire des susnommés et de leurs deux copains, a assigné un paquet de fournisseurs d’accès français (mais pas tous, on ne sait pourquoi, peut être n’avaient ils pas les adresses, ou plus de sous pour les timbres) et l’AFA pour que le juge leur enjoigne de rendre inaccessible un site de pourris néonazis suprématistes peine à jouir sent le pipi, dont on a déjà oublié le nom. Site US, of course, et très anonyme, c’est bien pratique le premier amendement, pour toutes les raclures et psychopathes (mais c’est bien pratique pour nous tous aussi, oui, c’est compliqué...).

Empêcher l’accès techniquement, pour motif de trouble à l’ordre public français, on a déjà vu ça il y a peu. Affaire Yahoo, l’injonction de filtrer un accès à des enchères pour ceux des visiteurs français qui ont un fournisseur ici et ne savent pas naviguer anonyme. Le juge Mezgo est allé courageusement essayer de faire la Loi à l’ouest du Pecos, et c’est le même qui doit dire ce qu’il doit en être pour les fournisseurs d’accès assignés. Allez Jean Jacques (excuse cette privauté, mais tu as toi même un sens de l’humour qu’on ne deteste pas) réfléchis bien.

Oui, on sait, de toute manière tu vas bien réfléchir, mais si tu veux notre point de vue, qui ne vaut pas moins que celui de l’AIP...Justice (sic), et vu qu’on n’a pas encore reçu ta convocation pour témoigner, avec les retards dans le courrier postal, on va te le donner ici, et pas sur le plan technico technique informatique. On le donne sur le plan politico social international.

-  Charger l’intermédiaire d’une mission de police, pire, de justice, ça ne nous convient pas. Pourquoi pas charger le garagiste de prélever une amende quand il voit que que le contrôle technique n’a pas été fait. Ou le juge de faire la loi.

-  Lui dire d’empêcher l’internaute jugé probablement débile ou infantile d’accéder là où il veut sous sa propre responsabilité, ça ne nous convient pas. C’est pas éducatif, ça encourage à frauder, c’est vexatoire civiquement parlant. En prime, inefficace, vu que l’on peut toujours accéder d’une manière ou d’une autre si on y est résolu. De la bonne conscience à petit prix, et des effets pervers de grand coût. Oui, mais, sot rationaliste, c’est sym-bo-li-que...Ah bon, on se disait bien aussi.

-  Mettre en avant les droits nationaux pour reconstituer des frontières, ça ne nous convient pas. On se fréquente entre étrangers relatifs, sur le net, et on trouve celà bien pour la démocratie. Tiens, les symbolistes, ça aussi, ça l’est, non ?

Les plaignants plaintifs, ça leur convient, tout leur convient pourvu que soit atteinte leur cible principale, et éventuellement unique, et quels que soient les dommages collatéraux. Enfin, atteinte, façon de parler, elle n’a aucun dommage, elle, dans l’affaire.

Les plaignants, c’est l’association pour rire, accompagnée de ceux que l’on a pu faire venir, innocemment ou pas, à la miniboum au TGI, soit, entre autres, la Licra et l’UEJF (forcément, on rejoue l’affaire Yahoo avec les mêmes, d’ailleurs ce sont les mêmes d’une association à l’autre), la LDH (qui n’a pas encore compris l’internet, disons, pour être sympa, ou qui aime soutenir les associations bidon pour occuper le temps et pas vexer les amis). Manque le MRAP, ah oui. Merci le MRAP, de ne pas soutenir le non Droit de l’Homme à naviguer librement.

Les plaignants, qui ont forcément raison de leur point de vue, disent que le site est pourri, infect et à condamner, et jusque là, on est bien d’accord.

Ils disent que les fournisseurs auraient dû prendre l’initiative (citoyenne) d’en interdire l’accès. Et que d’ailleurs ils le leur ont demandé. De quel droit ? Ca se discute, nous, si nos fournisseurs nous interdisent un accès à la demande d’une association bidon, on les enverra vite fait chez Jean Jacques et ses collègues, avec le soutien de la LDH, peut être. Plus, si nos amis dissidents de X (pays imaginaire) sont interdits d’accès quelque part, on les aidera, avec le soutien indigné de la LDH, et peut être même celui de la Licra, ça dépend du pays.

Les plaignants disent aussi qu’il est normal qu’un trouble, ici causé, relève du tribunal d’ici, compétent partout, et que les sentences doivent donc être exécutoires n’importe où ailleurs. Quand le tribunal de Y (pays imaginaire) condamnera un dissident, Jean Jacques, ou son collègue, devra faire exécuter ? Mais non, Manon, c’est pas pareil, eux c’est que des pays de merde avec des sous droits de rien, nous on est la patrie des droits de l’homme et de la femme à naviguer où on leur dit. Insupportable arrogance, qui, avec les grenouilles et le camembert, participe au renom de la patrie de Voltaire et Danone.

Quand chaque nation aura fait de même, et que nous ne pourrons naviguer que dans nos zones nationales, plus dans les autres mais juste pour les sites jugés conformes, que sera le web ? Aziz, Mai Lan, Sarifou, Itzhak, Ivan, Chan, vous l’avez dans le cul, comme nous d’ailleurs, finies les frivolités on line pour la défense de la démocratie et notre mondialisation à nous, si les juges suivent les voeux des divers ennemis de l’internet (congrès grotesque de réacs, journaleux en mal de scoop, intellos en peine de reconnaissance, matois industriels, politiques de leur arrondissement, facho machos, bigots retors, ligueurs intégristes, censeurs poussiéreux, nationalistes nationaux, aigris de tout, pervers de la punition, et on en passe pour ne pas alourdir...)

Dites le au brave juge Mezgo, il vous écoutera peut être. Et dites le aussi chez vous, tant que vous le pouvez. La patrie des droits de l’homme à faire où on lui dit de faire risque de vouloir jouer sur le plan juridique le rôle des Etats Unis sur le plan militaire. On joue comme on peut, faut pas avoir la grosse tête, mais quel dommage tout de même, on a le meilleur fusil d’assaut du monde, on peut vous le dire, chaque fois qu’on tire en l’air pour effrayer les serbes, ce sont les chiens qui se sauvent par peur du bruit...

Allez Jean Jacques, droit dans tes bottes, tu leur dis merde. Qu’on ne prétende pas qu’en France, on a des juges encore plus forts que les fusils d’assaut, chaque fois qu’ils tirent un référé sur un arbre, ils napalment la forêt.

 
 
Julien Bignaux et Tiresias
Imprimer
format impression
statisticien
3 février 2001
27 février 2002
18 décembre 2001
2 décembre 2002
18 août 2002
 
SPIP
Web indépendant


> Il voit tout, 3J
13 juillet 2001, message de Tiresias
 

Il a bien compris la dernière phrase de l’article, 3J (juge jean jacques), il ne veut pas risquer d’abattre la forêt. Il demande donc de spécifier, ce qui va dans notre sens, ne décide rien avant quelques mois, et prend le temps de maturer. Savez vous quoi ? Tout le monde est content, même les plaignants. De quoi se plaint on ?

Au passage, une bonne citation "le problème est urgent, mais ne peut être traité dans l’urgence", d’un gars qui aime bien avoir le dernier mot, même pour dire une connerie.

 
en ligne : Transfert
Répondre


> Rigolo
11 juillet 2001
 

Nouveau : le responsable du site en question se crédite du soutien du snj-cgt, syndicat dont l’interéssé est ...membre du comité national. Il se soutient lui même, marquant ainsi son accord profond avec ce qu’il pense :))

Nous prennent pour des demeurés...

Répondre


> Périsse la forêt pourvu que soit tué l’arbre de la
10 juillet 2001, message de Grosse Fatigue
 

Bah, le plus simple serait de dire aux moteurs et annuaires francophones de ne pas répertorier les fachos. Un coup d’ "opinion publique" là-dessus (désolé Bourdieu), et plus personne ne fera de pub pour les fachos de tous poils.

Et je serai maître du monde cybernétique et du monde réel, et de mon potager à moi.

 
Répondre
> > Périsse la forêt pourvu que soit tué l’arbre de , William Steve Applegate, 13 juillet 2001

Hmmmm... Pourrais-tu préciser ton idée ? Pour commencer, il serait bon que tu cites publiquement les annuaires francophones qui mettent des sites fachos dans leurs colonnes ; pas tant pour leur coller un procès que pour les boycotter et organiser une campagne médiatique contre eux (ça me paraît franchement plus efficace et plus payant à long terme que l’ardeur procédurière des associations liberticides précitées !). Il faut se rendre compte que ces annuaires sont gérés par des boîtes commerciales, qui veulent du pognon, et qu’une « pub » pareille leur serait très mauvaise...

Quant aux moteurs (si on désigne par ce nom les crawlers automatiques, par opposition aux annuaires réalisés à la main), eh bien, leur boulot, c’est d’indexer les pages qu’ils trouvent ; le Googlebot ne fait que trouver des hôtes et suivre les liens sur les pages. Je ne vois pas comment ni pourquoi on lui dirait de ne pas en indexer certaines : c’est non seulement douteux éthiquement, mais contraire à son but, qui est de rendre une image fidèle du Net, le meilleur et le pire. De toute manière, personne ne va utiliser ce genre de résultats, sauf les fachos eux-mêmes...

L’argument selon lequel on n’a pas assez de sens critique (ressassé à mots couverts par nos grandes associations pour la soi-disant défense des droits de l’homme) me semble particulièrement ridicule : après avoir vu F...14 (et d’autres), je ne suis pas devenu par magie un horrible nazi pour autant. Et même si ce pays était rempli de débiles mentaux (il paraît qu’il y a 15 % de c...ds qui votent pour Le Pen), je n’accepterai pas pour autant que ces gens-là soient la caution à une restriction de nos libertés. D’ici quelques années, avec toute la sale propagande qu’il y a eu contre le Communisme, aurai-je encore le droit de faire un site en vantant l’intérêt sans me faire dire que je cautionne 100 millions de morts ?...

Bref, l’action de l’AIPJ est ridicule à plus d’un titre : non seulement, elle ne découragera pas les vrais fachos, mais elle fait plus de pub à ces sites qu’autre chose (sincèrement, qui avait entendu parler de ces obscurs abrutis - le whois affirme qu’ils sont localisés en Alaska ! - avant que l’AIPJ arrive avec ses gros sabots ?). Et si on les oubliait ? Je ne sais pas ce qu’ils font de leurs journées à l’UEJF/LICRA/AIPJ/etc., mais moi j’ai des choses plus intéressantes à faire que fouiller de la merde électronique - appelons les choses par leur nom - pour trouver les vociférations de trois ploucs Américains... Mais bon, le fantôme de Pétain hante toujours ce pays, donc les juges continueront encore longtemps à rendre des décisions à la con...

Répondre
> > > Périsse la forêt pourvu que soit tué l’arbre d, 13 juillet 2001

De toute manière, personne ne va utiliser ce genre de résultats, sauf les fachos eux-mêmes...

Et aussi les gens qui enquêtent sur les fachos, pour qui la présence de sites accessibles peut éventuellement aider à trouver des informations (je m’avance hein ;-)).

a+

Répondre
> > > > Périsse la forêt pourvu que soit tué l’arbre, lucien lef, 14 juillet 2001

Eh bien je me permets d’être tout à fait d’accord avec vous...

J’étais plutôt partisan de l’interdiction (mais comment ?) des sites fachos, tout en restant d’une manière générale contre toute censure... je faisais une exception, en fait : "pas de liberté pour les ennemis de la liberté".

Mais votre article m’a fait réfléchir, ainsi que les judicieuses remarques postées en forum : après tout, rien ne force personne à aller visiter ces pages d’ailleurs souvent très laides et surtout remarquablement bêtes. Ce ne sont pas ces quelques sites qui vont engager un changement radical d’opinion dans la population des internautes !

A tout prendre, il ne faudrait en fait rien interdire du tout, et diriger ses efforts vers quelque chose de plus productif : créer des sites, s’exprimer, contre la haine, pour la beauté du monde, pour les droits de l’homme partout dans le monde !

Face à une telle inflation de bonnes volontés, ces pauvres sites de haine et de racisme feront pâle figure et maigres bataillons.

Finalement, le mot d’ordre, c’est MILITONS, car s’exprimer, c’est bien la meilleure chose à faire, plutôt que de faire porter l’accent sur la condamnation de sites dont personne ne se serait jamais soucié !

Répondre