racine uZine

Dans la même rubrique
Julien Nickname, sa vie, son oeuvre
10 décembre 2001
22 septembre 2001
3 février 2001
 
lundi 28 mai 2001
Modes de vie (7)

Julien Nickname boycotte comme un malade

Veni, vidi, zebi
par Edgard Gouillis et Julien Bignaux

Prolégomènes

Le groupe Danone annonce des fermetures de sites industriels de LU à Ris Orangis et Calais, pour motif d’insuffisant rapport (ça rapporte, mais pas assez), qui pèse sur le cours de l’action. Cette annonce crée de l’émotion, pas seulement chez Julien Nickname, et fait l’objet d’une forte médiatisation. Même sur le web. Un site, nommé jeboycottedanone, est créé pour le soutien aux futurs licenciés, la protestation contre les licenciements "boursiers", le développement d’initiatives citoyennes, la liberté d’expression (contre le droit des marques)....Ca fait beaucoup d’objectifs, mais il y a un peu de tout ça dans l’ initiative, et beaucoup de tout ça dans l’extension ultérieure de l’action à d’autres organisations et individus. Le logo de ce site, qui évoque celui de Danone est une contrefaçon de ce dernier, a dit et répété le juge saisi par l’entreprise. On a le droit de critiquer, mais il faut enlever le logo pastiché. Après confuses péripéties, le site jeboycottedanone.net était hébergé par le Réseau Voltaire... Je ne veux pas faire l’historique de l’affaire, trop vite évoqué ici, juste pointer les problèmes de son issue côté web. Mon histoire commence à ce moment...

En mai, fais ce qu’il te plaît...

Ah mais c’est qu’ils en ont fait des efforts et du bruit, les soutiens en ligne aux virés de chez Danone, et promoteurs de l’initiative citoyenne, et défenseurs de la liberté d’expression (ne vous inquiétez pas, j’ai le droit de l’écrire, le juge l’a dit qu’on a le droit de critiquer)... Un, et même deux, sites web d’abord, comme déjà dit, puis un webring (un anneau de sites) à l’initiative du Réseau Associatif et Syndical RAS, des logos sur des sites divers, des déclarations, des pétitions, des conférences... Et aussi plein de débats internes dans les wzines de Julien Nickname, rappelez vous, c’était il y a longtemps, avant la médiatisation successive qui chasse l’autre, de l’émission des cons à la télé. Longtemps, quelques semaines même, c’est vous dire si c’est loin. Je vous rafraîchis la mémoire, vu comme c’est vieux cette affaire.

Et il y a même un anneau donc (webring si tu veux, mais t’es pas obligé), puis des sites pour la protection des sites, dont ceux de Julien Nickname, toujours dans les bons coups, des logos pour faire viril, je mets le logo et j’ai pas peur, j’t’emmerde grand groupe, on est la multitude des désobéissants venus du fond des âges, mieux vaut mourir assis devant la machine que vivre à genoux à passer la wassingue... Ca va chier on line.

Aujourd’hui, Julien Nickname est dans la tristesse, et se répand en propos amers, je vous résume ça :

" Allez, vas y maintenant faire un tour sur le site de chez Voltaire qu’avait trouvé une nouvelle Callas pour chanter le blues des pauvres, tu verras d’abord qu’il n’y a plus le logo, depuis le 23, c’est normal, le juge a dit qu’on peut critiquer sans avoir besoin de le mettre, et si tu continues, tu paies, et en plus, c’est cher. Le réseau de ce mec Voltaire (encore un pseudonyme, je parie) répond que si c’est comme ça, il critique plus, vu qu’il ne peux pas le faire comme il veut, c’est à dire logo inclus. Sûr, la liberté, c’est le choix, pas l’acceptation de la zone autorisée. Et le contenu du site est retiré, pouf, plus rien. A la place, il demande une mission d’information parlementaire sur les danonés, euh, non, l’initiative citoyenne, euh, non, je me trompe encore, sur les menaces sur la liberté on line. Si, c’est comme ça. Donc si j’ai bien suivi, on soutient de plus en plus autour du nombril net, mais sur du fondamental, la liberté dis donc, c’est pas rien. "

"Ouais, mon œil, dit Lili (enfin elle ne dit pas mon œil mais ça veut dire la même chose). Les missions parlementaires, c’est bien, on est entre soi, on risque pas une rencontre avec le juge machin, ou avec les Nickname, y a toujours des journalistes pour en causer, c’est bon, ça. Pas comme ces actions ridicules sur le web, qui servent juste à aller se faire condamner à rien du tout pour le principe. Une fois fait, c’est bon, t’es un caïd en ligne, et surtout off, t’as souffert comme aucune bête au monde sur la paille humide du cachot, on t’appelle Monsieur, t’as la solidarité des solidaires de toujours et pour longtemps, ils sont faits pour ça. " . Elle est solidaire, Lili, même avec son grand frère...

...Et fais le tout seul, c’est mieux...

C’est bien l’action collective inorganisée, sympa comme tout, chacun y va avec son cœur, chacun peut y mettre ce qu’il veut, dans sa solidarité, les LU, les parodies, la liberté, l’anticapitalisme, l’antimoi, tout, je vous dis. Tiens, même que si tu es un petit parti dans le besoin, t’as le droit de venir faire tes courses pour pas cher. Mais dans le cas qui occupe Julien Nickname, tous les actes de solidarité renvoient nécessairement à un pivot, le fameux site de référence en attendant le référé...Là où ça devient grotesque, au sens d’Edgar (Poe), c’est que les Voltaires du nouveau millénaire ne disent rien de leur décision autonome aux autres (de l’anneau, des sites perso etc.). Tu vas rire, l’anneau (y en a qui disent webring, mais c’est que des anglais), il est toujours là le 25 mai, il y a le RAS, SUD PTT, ATTAC section 11, un bout de CGT, des commercéquitableurs, IRIS, des anars, le PCF, docmartine, et je sais plus qui, enfin vous voyez, le genre de configuration que l’on ne trouve que sur le réseau des réseaux (longue vie à lui)...Et sur les sites de l’anneau demeure le logo condamné, pour manifester la solidarité et tout...Ah les pauvres, sont même pas au courant que les autres ont arrêté. Du coup ils sont tout seuls en infraction potentielle, solidaires de... plus rien du tout, sauf des LU, mais tout le monde s’en brosse, à part Lili, comme vous avez peut être remarqué. Le 26, enfin, le logo de l’anneau change, et les petits Nickname solidaires qui ont la chance d’avoir suivi le film les retirent de leurs sites perso (si tu l’as pas fait, tu peux, personne ne t’en voudra, tu es un héros quand même), sans autre info que le fait que le réseau Voltaire va demander une mission parlementaire, ce dont ils ne sont pas plus informés dans le détail, et ce dont Julien Nickname se fout très complètement.

Et il poursuit dans sa morosité :

"Eh, elle est bonne, n’est ce pas. A ce niveau d’inconséquence, c’est plus que de la connerie, ou alors il ne faut jamais être solidaire avec des manches pareils, tu peux y laisser ta chemise... Et pourquoi ? Car si le site n’est plus actif, alors que le problème des Lu, du développement de l’initiative citoyenne etc. demeurent, c’est bien que l’essentiel n’était pas dans le soutien, mais dans la possibilité, certes secondaire, mais devenue fondamentale grâce au juge, d’usage de logo pour la liberté d’expression en ligne. Les autres, de l’anneau et des sites, ils pensaient que Voltaire allait changer le logo et continuer, d’ailleurs des logos propres et jolis, y en avait déjà d’avance. Erreur, entretenir un site pour des problèmes de prolos, c’est du boulot pour rien. Et plutôt le rôle des syndicats. La condamnation pour usage de contrefaçon, pardon, pour Liberté d’expression, c’est mieux dit ainsi, ça vaut beaucoup plus, y a pas à discuter.

Regarde, sur uZine2 (et d’une certaine façon chez IRIS, qui a accepté l’anneau, mais a pondu un communiqué sur la récupération), il y a eu plus de discernement. Pas de logo, pas de gonflage de biscottos pour la caméra, perspicaces, hein... Ils ont vu comment, que c’était mal barré depuis le début, ce coup ? Chapeau. "

Julien est fier de ses wzines, y a qu’eux pour être 100% bons. Le Nicouname, comme un crétin ordinaire, avait mis des logos partout, même sur le site à Lili, bien qu’elle trouve la couleur dégueu, des bleus comme ça, on dirait une chemise de commercial. Maintenant il les a enlevés, quel boulot, plus les liens avec le machin, merde alors... Et il n’est même pas allé en prison, il ne peut pas vendre son récit de survie dans les cachots de la république, et n’a même pas pu demander un autographe au juge Mezgo, qui commence à être connu à l’est du Pecos. Il a bossé pour rien, mais il a l’habitude, il travaille dans l’informatique, vous voyez...

...pour l’avenir

Il faut en parler, de ce genre de conduite. Parce que des coups comme ça, c’est vraiment de bonnes affaires pour les marchands cauteleux et leurs sournois affidés. Les trois pelés du réseau du philosophe, même avec leurs députés, et la préparation des élections, sont pas près d’avoir du soutien dans l’avenir pour leurs initiatives propres et autonomes. Ils croient le contraire, probable, ce genre de coup, tu peux le faire plusieurs fois, avec les Nickname et leurs semblables. Les crétins congénitaux du net, braves gars, tu dis Liberté d’expression, ils foncent sans rien regarder, en plus que ça n’a pas de mémoire en dehors du hard drive, ces gens là.

C’est vrai que des contournements pareils, où le sens de l’action évolue au gré de tel ou tel, et où on incite à la solidarité la chair à référé du web, si ça peut se rééditer à volonté, ça ne peut pas être avec les mêmes organisations, et les mêmes, là, ce n’est pas rien, vu la composition de l’anneau...Mauvais coup pour l’internet solidaire. Allez on va dire que tout ça, c’est juste par négligence, et après tout, il doit y avoir de bonnes raisons, et préservons l’avenir. Mais franchement, c’est pas demain que Julien recommence. Lili, qui s’y connaît en transports, le lui a dit : faut pas monter en voiture avec un ivrogne ! Mais Lili, vous savez, c’est pas une politique...

 
 
Edgard Gouillis et Julien Bignaux
Imprimer
format impression
Pseudonyme
statisticien
22 septembre 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Julien Nickname , cowboy
30 mai 2001
 

Salut les crapules,

Vous avez passé un bon week end ? Un article sur les difficultés de la coordination entre organisations net et autres, d’une part, entre organisations et ptis nicknames d’autre part, ainsi que sur les problèmes de la multiplication des objectifs et modes d’action une fois que l’on passe sur le réseau, serait très intéressant. Dommage, on à l’impression que vous donnez un work in process nappé sauce nickname, vite fait ... :). Faut bosser plus, tel que, ça à l’air d’une charge anti voltaire uniquement.

J’ai bien aimé le sous titre :)

Répondre
> Julien Nickname , cowboy, 1er juin 2001

"..Faut bosser plus,..." T’as raison ! c’est pas au niveau des prétentions rédactionnelles d’uzing, ça, coco !

"... tel que, ça à l’air d’une charge anti voltaire uniquement." Ben, et si c’était que ça, justement...

Répondre
> Bosser, Julien Bignaux, 1er juin 2001

Oui, je penserai à bosser plus un jour. Il est malheureux de donner de telles sottises qui ne sont publiées qu’avec des soupirs. La faute à Edgard, toujours trop rapide.

Cependant,n’y voir qu’une charge contre le RV est abusif, l’article est clairement une charge contre les modalités d’organisation de l’action en ligne, par des organismes ou personnes qui connaissent, et utilisent, mal le réseau. Quand c’est le MDC, on s’en crosse, quand c’est RV, on regrette et de la déception naît sans doute une injustice relative. Le logo, c’est con dès le départ, amha. Précisions peut être utiles.

Répondre
> Julien Nickname , cowboy un peu poseur sur les bords., 10 juin 2001

"..un work in process nappé sauce nickname, vite fait".

On se la pête joyeux, par ici.

Avec le coup de "faut bosser un peu, les gars", on se croirait dans une salle de rédaction la veille d’un bouclage.

Bon courage aux futurs apprentis rédacteurs, et bonne continuation au web-indé-on-s’fait-une-bouffe-coco.

Répondre