racine uZine

Dans la même rubrique
La bonne info qu’elle est vérifiée
15 juillet 2003
13 septembre 2000
 
dimanche 16 février 2003

Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets

L’internet ne s’use que quand on ne s’en sert pas
par Lirresponsable et ARNO*
 
spip_logo - 11.5 ko
 

Chouette chouette ! Aujourd’hui, je suis rentré tout guilleret de chez mon kiosque à journaux. Le Canard enchaîné (le journal qu’on aime) annonçait un article consacré à l’internet. Et ça, c’est pas tous les jours.

Le Canard, il aime la liberté d’expression (c’est même marqué dessus, qu’il faut s’en servir pour pas qu’elle s’use). C’est pas comme Charlie Hebdo (l’autre journal qu’on aime), pour lui le Web, c’est rien que « des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs, qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, leurs haines, ou leurs obsessions ».

Le Canard, lui c’est clair, il n’aime pas les curés et les trouffions, les juges et les pandores, et encore moins les censeurs. Bon, y’a juste la dernière fois, il nous a expliqué que la plupart des webzines « sont des fanzines de propagande et/ou de désinformation, réalisés par des militants, des allumés ou des « fans » (de tout et de n’importe quoi) », et il regrettait le manque de « journalistes professionnels (encartés) » en ligne.

Mais depuis, il nous parle tellement peu de l’internet, que s’il se fend d’un article, c’est que la situation est particulièrement grave.

Où il appert que, nonobstant...

Le Canard enchaîné lève un lièvre de fort beau gabarit, car il y avait effectivement anguille sous roche. Dans son édition du 12 février 2003, il donne un grand coup de poing dans le cyber-landerneau pour remettre les pendules à zéro.

C’est annoncé en Une : « Raids racistes sur Internet ». On reconnaît bien là le Canard, toujours à nous révéler les sujets que les autres journaux occultent et censurent : avec le Canard, c’est pas comme si on allait tomber dans la parodie, le sujet bateau, la pige réécrite en loucedé, le marronnier, genre les pédophiles ou les néonazis... Non, le Canard est à la hauteur de sa réputation de contre pouvoir et l’article promet d’être original. Il est titré : « Une bande de racistes inonde Internet d’insultes et d’appels au meurtre » et les révélations s’étalent en cinq colonnes. On avait bien entendu parler de l’attaque paralysante d’Internet par le ver SQL Slammer, mais Internet inondé, bigre, voilà de la bombe médiatique !

En sous-titre : « Depuis deux ans, ils se défoulent sans risques. » Cela va donc nous causer de racistes qui « inondent » l’internet dans la plus grande impunité. Presque une zone de non droit, un défouloir sécurisé à la limite... Formidable, non seulement ça sera original, mais en plus pas du tout raccoleur !

Prise de plume

Le premier paragraphe constitue un grand moment de journalisme :

« Il est possible aujourd’hui de propager, en toute impunité, des opinions racistes, des incitations à la haine raciale, voire des appels au meurtre, en touchant, chaque fois, des dizaines de milliers de personnes. »

Encore une fois est établie une égalité implicite entre les possibilités techniques du réseau (être un média autonome) et une utilisation raciste peu représentative. Il s’agit probablement, à travers ce choix de présentation, d’un hommage à feu Françoise Giroux.

Belle finesse rhétorique : notons l’excès de ponctuation qui provoque une lecture saccadée (...au meutre virgule en touchant virgule chaque fois virgule des dizaines...), la gradation dramatique (des opinions, puis des incitations, puis des appels) qui mène à une conclusion extraordinaire « des dizaines de milliers de personnes ».

D’où sort ce chiffre ? Mais oui bien sûr, ce sont les racistes qui fournissent leurs statistiques de visites, ce qui consitue une excellente source d’information ! Et il est même précisé « chaque fois », le racisme serait donc la garantie d’un succès d’audience systématique. Entreprenaute fatigué, lance un site raciste, bingo assuré !

Une telle introduction constitue une généralisation à partir de l’exemple qui sera exposé dans l’article. Elle impose donc au lecteur une grille de lecture orientée : le cas particulier (un épiphénomène) serait en réalité exemplaire du délabrement général et de l’impunité de l’internet (c’est tout Internet qu’est inondé, mine de rien !).

Il faut être un grand professionnel pour parvenir à maîtriser ces finesses de la langue sans tomber dans le slogan publicitaire, ça ne s’invente pas, et puis ça confirme bien ce qu’annonce le titre : du racisme en toute impunité sans risques.

Le paragraphe suivant précise « Depuis quelques mois » tandis que le titre indiquait « Depuis deux ans », il faut donc comprendre ici que « quelques » signifie « vingt-quatre ». Mais qui sont-ils ?

Il s’agit d’une mouvance de sites, dont le plus connu est SOS-Racaille, et dont :

« ses animateurs et partisans inondent de leurs slogans xénophobes les "forums de discussion" (échanges d’idées sous forme de messages électroniques) d’autres sites »

Ce sont donc bien des racistes qui postent des messages xénophobes. Il ne faudrait surtout pas les confondre avec les racistes qui ne postent pas de messages xénophobes, ni avec les auteurs de messages xénophobes qui ne sont pas racistes. Là, c’est précis, le Canard est formel : ce sont des racistes qui postent des messages xénophobes. Cette précision valait bien un paragraphe.

Précisons que chez le Canard, quand on utilise un terme très technique et très compliqué, on fait un petit signe en repliant rapidement deux fois deux doigts de chaque main, pour dire « entre guillemets », et on précise le sens. Ici, le lecteur pourrait croire naïvement qu’un « forum de discussion » est un forum où l’on discute, alors qu’en réalité c’est un échange d’idées sous forme de messages électroniques.

Et encore plus suprenant, des militants polluent non pas tout Internet, ou même tout Usenet, mais des forums webs d’autres sites. Il est vrai que le titre « Trois débiles ont floodé des forums web » est moins vendeur.

L’article du Canard explicite ensuite la pensée politique des racistes aux messages xénophobes sur l’internet inondé :

« la haine envers les Maghrébins, les Arabes et les musulmans. Comparés à des envahisseurs, des criminels [...], ceux-ci menacent, indiquent les écrans, la sécurité, les valeurs et les femmes des Français de souche ».

Voilà qui est fort instructif : ce sont donc des racistes xénophobes qui n’aiment pas les Arabes... Encore une fois, la précision très utile, c’est pour qu’on ne confonde pas avec les racistes qui aiment les Maghrébins.

Déjà trois paragraphes sans aucune information supplémentaire, simple redondance du titre, voilà qui frôle le record ! Le journaliste pour une enquête de terrain aurait pu poser la question dans un troquet afin d’obtenir une variation de « y’a trop d’immigrés », mais on imagine mal ensuite comme titre en Une : « Raids racistes au café des sports » ou « La nébuleuse Mimile, Roger, Francis tient ouvertement des propos racistes et anti-arabes »...

La reste de l’explication est également très instructif, ce sont des racistes qui s’attaquent aussi aux « "Blancs" ». On remarquera la tournure : le Canard oppose les « Blancs » et les Maghrébins en choisissant de reprendre la terminologie et les oppositions des racistes, mais il utilise des guillemets pour souligner l’élégance du procédé.

Ainsi Jean-Luc Mélenchon « est qualifié de "racaille" et de "nazi" », Elisabeth Guigou est « couverte d’obscénités ». Incroyable, ils osent même s’attaquer à des gens très bien : « Nicolas Sarkozy, accusé de trop d’indulgence envers les immigrés, est traité d’"ordure", et son patron, Jacques Chirac, l’un des plus attaqués, se voit appelé "Chiracaille" ou "Ben Shirak" ». On frémit d’horreur avec le Canard : insulter Sarkozy et Chirac... ces gens ne respectent donc vraiment rien.

Vous avez demandé la police ? Ne quittez pas !

Premier intertitre : « Cyberflics débordés ». On s’en doutait déjà un peu, puisque le sous-titre précisait « ils se défoulent sans risques » et puis n’oublions pas qu’il est question d’inondation, alors les digues de Nantes à Montaigu, elles sont débordées. Gagnons encore un paragraphe répétitif sans aucune information :

« Toutes ces gentillesses se déversent à jet continu depuis plus de deux ans (SOS-Racaille est né en janvier 2001), avec une nette accélération au cours des six derniers mois. Et ni la justice ni la police n’y ont encore mis le holà. »

(GIF) Comme indiqué dans le titre, il est donc bien question d’une inondation, donc ça se « déverse », depuis deux ans comme dans le sous-titre, et sans intervention de la police ni de la justice comme dans le sous-titre aussi. Cette correspondance quasi cosmique entre le champ lexical de l’article et les titres rédondants démontre une fois de plus, à ceux qui voudraient en douter, la supériorité rédactionnelle de l’encarté.

Le « jet continu » introduit l’image de pandores et de robes d’hermine ne peuvant arrêter l’animal mugissant. Mais notez bien : il y a une « nette accélération au cours des six derniers mois » sur un site qui est tout de même raciste depuis deux ans, et cela en toute impunité. Que signifie une nette accélération en matière de racisme ?

Les exemples d’activité fournis plus loin dans l’article se sont déroulés « en décembre et en janvier » (ce qui fait une accélération de trois mois), et l’activité de SOS-Racaille est connue de longue date, puisque la première plainte médiatisée remonte à juillet 2001 !

L’article mentionne explicitement trois sites (3 sites) : France Terre d’asile, le Mrap, Médecins du monde :

« Or l’activité de ces corbeaux du Net est en train de déborder de son cadre virtuel. En décembre et en janvier, les sites de plusieurs associations d’aide aux immigrés, comme France Terre d’asile et le Mrap, ont été piratés, inondés de messages haineux et, parfois, paralysés pendant plusieurs semaines. »

Les sites web ont-ils été défacés ou les forums floodés ? Pas de précision, mais du piratage, de la paralysie et, bien entendu toujours de l’inondation...

En fait de débordement du virtuel, on trouve d’après le Canard la revendication et l’appel aux barbouillages de mosquées et surtout une affaire beaucoup plus sérieuse car portant non plus sur la dégradation d’un bâtiment mais sur une personne : l’agression du curé de Saint Denis.

L’affaire de Saint Denis

Un petit rappel s’impose puisque le père Berger a été agressé le 15 septembre 2002 (il y a six mois donc, mais l’« accélération » est très nette puisque rigoureusement aucun fait similaire ne s’est produit depuis). Une dizaine de jeunes (selon Le Monde, cf. « Tentative d’assassinat, projet d’attentat, agression : les inquiétants faits d’armes du groupuscule »), ou trois militants d’extrême droite (selon L’Humanité, cf. « Haine. Le curé de la basilique de Saint-Denis a été agressé en pleine messe par des militants d’extrême droite ») avaient agressé le Père Bernard Berger en l’aspergeant de gaz lacrymogène et de mousse à raser à l’intérieur de l’église.

Sébastien Homer notait le 17 septembre 2002 dans L’Humanité :

« Sauf que, sur les forums comme celui d’Unité radicale ou granika.org, on s’agite. Le site SOS Racaille reproduit même les photos et le tract de "l’entartrage du père Berger" en prenant faussement de la distance. D’après les renseignements généraux, "ce ne sont pas les royalistes ni les monarchistes. Au regard du tract, on aurait à faire à un acte individuel de militants d’Unité radicale. Jeudi dernier, il y a eu une réunion d’UR avec le projet d’une action ce week-end", explique-t-on. L’enquête a été confiée auservice départemental de la police judiciaire. »

Le Canard quant à lui écrit le 12 février 2003 :

« Depuis quelques semaines, SOS Racaille et ses cousins Canal-résistance, CCR, AIPJ, etc. "hébergent" même des revendications, voire des appels à des "actes patriotiques" comme le barbouillage des mosquées (une douzaine en janvier) ou l’agression du curé de Saint Denis, dont la cathédrale avait accueilli des sans-papiers. »

Outre l’impression de réchauffé, on obtient à la mode du Canard, par la relation de cousinage « donc » (X est le cousin de Y, et Y connaît le voisin du beau frère de Z. Or Z est un meurtier, donc X est un meurtrier), un amalgame nébuleux de sites ; surtout le fameux « etc », sans doute le plus virulent d’entre tous.

Amalgame bien pratique où l’on mélange allègrement la dégradation d’édifice (des graffitis sur les murs) et l’agression d’un curé datant de l’année dernière par des militants d’Unité Radicale ; groupuscule dissout après la tentative d’assassinat de Jacques Chirac par Maxime Brunerie (14 juillet 2002).

Notons également le flou de la terminologie : qu’est-ce qu’« héberger » des revendications ? Cela veut-il dire que les sites qui publient des pages où se trouvent des revendications sont hébergés par des personnes qui ne revendiquent pas ? Ou plus simplement que des personnes mentionnent des faits dont elles ne sont pas les auteurs ?

Si Jean-François Julliard, celui qui signe le papier, veut démontrer que depuis quelques semaines l’activité de ces corbeaux du Net est en train de déborder de son cadre virtuel, c’est-à-dire que dans la réalité et plus dans le cyberespace des bandes de néonazis passent à l’action, il n’y parvient pas du tout.

Sauf à croire, comme dans la pensée magique, que les menaces et les revendications sont des énoncés performatifs (il dit : « que le lumière soit », et la lumière fut...). Cela dans un milieu de forte concurrence idéologique et politique, où l’on a vite fait de se vanter des actions des autres (des revendications sur SOS Racaille d’actions attribuées par les RG à Unité Radicale), à s’inventer une puissance de frappe inexistante et à tenter une petite terreur ridicule en gonflant sans honte sa minuscule capacité de nuisance (voir plus loin : SOS Racaille se présente même en réseau au cœur de l’appareil d’Etat, ou au sein de la police, etc.), voir carrément à reprendre des informations totalement fausses (nous citons plus loin l’action de Confidentiel.net).

En réalité, un paragraphe résume tout l’article :

« [Un épais dossier] démontre que cette organisation est le fait d’une poignée d’excités, trouvant ses relais - on l’aura deviné - à l’extrême-droite. »

On peut bien le tourner dans tous les sens (ce que fait le Canard avec un art consommé du sensationnel), mais cela revient à affirmer :

Un petit groupe d’excités publie un site raciste sur l’internet. Ils sont peu nombreux, et ils sont d’extrême-droite.

On connait sujet plus intéressant...

Totor chez les palmipèdes

De quoi s’agit-il en fait ? On trouve donc sur internet un site raciste, SOS-Racaille, animé par quelques individus peu nombreux, mais d’extrême-droite. Pourquoi celui-là ?

L’article ne manque pas de détails alarmants : propos racistes et xénophobes, attaques systématiques contre les Maghrébins, les Arabes et les musulmans, provocations en tous genres, mais aussi pollutions des forums d’autres sites et sur les newsgroups, quelques usurpations d’identité (avec propos pédophiles).

En fait, la notoriété médiatique de SOS-Racaille, par opposition à n’importe quel autre des (innombrables, d’après certaines sources) sites racistes, xénophobes, extrémistes de la planète, vient du fait que ce dernier est particulièrement vantard.

Ainsi en juillet 2001, il diffusait un communiqué annonçant la création d’une organisation clandestine au sein de l’appareil d’Etat. Propos qui n’avait pas manqué d’inquiéter Bug Brother qui reproduisait le dit communiqué :

« Nous avons décidé de soutenir l’organisation clandestine qui se met en place au coeur du dispositif d’Etat parmi les traitres vendus à l’ennemi, afin de défendre nos compatriotes et nos valeurs contre les voyous et les fanatiques. Il ne s’agit pas d’un soutien en paroles. L’équipe qui manage le site de SOS-Racaille compte des informaticiens de haut niveau. Certains disposent même d’entrées directes dans des fichiers "sensibles". A défaut, aucun code n’est hermétique à 100%. Pour retrouver la racaille, et la châtier comme elle le mérite, sans passer par les "circuits habituels" officiels, qui ont prouvé leur incompétence. »

Du coup, quelque journaliste aura trouvé là matière à un dossier explosif. Rendez-vous compte, des « informaticiens de haut niveau » au service d’un gouvernement parallèle fasciste au cœur de l’appareil d’Etat ! D’accord c’est totalement farfelu : à quoi bon des informaticiens de haut niveau pour pirater des fichiers « sensibles » en profitant des codes qui ne sont pas « hermétiques », quand on se prétend déjà « au cœur du dispositif d’Etat », et depuis quand un gouvernement parallèle occulte se vante-t-il de son existence ?

Au final, après un an et demi de ce qu’on supposera une enquête longue et difficile, le Canard nous apprend que :

« un épais dossier a été remis, en janvier, par des informaticiens ayant travaillé des mois sur la question aux services de police spécialisés dans la délinquance sur Internet. »

C’est qui, ça, ces informaticiens, que contient cet « épais dossier », ces braves gens ont-ils publié leur résultat sur un site Web, qu’on puisse se renseigner ? Où en est ce réseau crypto-facho qui ravage les boyaux de la tête de notre démocratie inflitrée par des taupes ou des rhinocéros ? Maintenant on a compris :

« Il [l’épais dossier] démontre que cette organisation est le fait d’une poignée d’excités, trouvant ses relais - on l’aura deviné - à l’extrême-droite. »

Un dossier pour en arriver à la révélation qu’il s’agit de militants d’extrême droite peu nombreux qui, finalement, n’ont rien infiltré du tout, ça valait le coup.

Quant à la source de cette information sur la « poignée d’excités », elle est elle-même connue : l’information est fournie par le webmestre de SOS Racaille lui-même, dans l’interview qu’il a donnée à Canal Résistance (autre site faf, lui-même linké depuis SOS Racaille, ce qui authentifie l’interview) : à la question « Combien de personnes travaillent regulierement et activement sur les sites de Resistance ? », il répond : « Depuis quelques mois, disons une trentaine, dont une bonne dizaine régulièrement. » Une enquête avec des sources sérieuses ; décidément, un grand moment de journalisme.

Malgré la nullité de ce résultat comparé aux effets d’annonce, les informaticiens vachement engagés dans l’antiracisme auront réussi à fourguer successivement leur « enquête » aux flics puis au Canard enchaîné.

Désespérant de présenter la moindre originalité, l’article conclut en essayant d’établir des liens entre SOS-Racaille et les sites extrémistes juifs comme amisraëlhai.org.

« L’enquête sur cette nébuleuse de sites pourrait en croiser une autre - judiciaire celle-là - qui concerne des extrémistes juifs, eux aussi mordus d’Internet. »

Les éléments de « preuve » du Canard, malgré la fameuse enquête de plusieurs mois, sont pour le moins légers. Le paragraphe complet sur les activités de AmIsraëlHai.org est certes édifiant quant aux tendances racistes d’une partie du camp pro-Sharon, mais cela ne constitue en rien la preuve de l’identité des auteurs d’AmIsraëlHai.org et SOS Racaille :

« Les enquêteurs qui travaillent sur la plainte de l’association, instruite par le juge parisien Lernout, ont relevé de nombreuses similitudes entre les sites. A commencer par leur "hébergeur", liberty-web, qui siège aux Etats-Unis. Mais aussi par le style et le vocabulaire des philippiques qu’ils contiennent, ainsi que les liens qui renvoient d’un site à l’autre. »

jusqu’à cette « curiosité » :

« pour les amis de SOS Racaille, l’antisémitisme est la seule xénophobie intolérable, et tout Arabe doit être considéré comme l’ennemi irréductible des Juifs. »

Pour une « révélation », elle date un peu : tout cela était déjà exposé dans Le Monde en 2002 :

« Ces sites - par exemple sos-racaille, islam-verite, sos-muzik (sous-titré : "marre de la musique de singes ?"), radikalweb (" Le seul portail pour les Blancs") - sont tous d’extrême droite. Ils ne renvoient pas à Am Israel Hai, qui ne propose pas de lien avec eux. Toutefois, le site sioniste radical reproduit des textes issus de membres de la chaîne Francarabia. Par ailleurs, dans des groupes de discussion, des propos soutenant amisraelhai.org émanent de l’équipe du site aipj.net, lui-même membre du webring Francarabia. »

A ce qui pourrait n’être que la reprise d’éléments factuels déjà largement connus, le Canard ajoute une conclusion qui, dans quelque sens qu’on la prenne, ressort de la bonne grosse stupidité :

« Façon sûrement efficace de lutter contre les attaques de synagogues et les violences "antifeuj", comme disent d’autres racistes. »

Pour la confiance dans l’économie numérique

L’article, particulièrement mal ficelé, sort des thèmes habituels du Canard. Il doit s’agir d’un vieux « dossier » vaguement réchauffé (SOS-Racaille : deux ans déjà !) qu’un pigiste aura réussi à leur fourguer ; à charge pour Jean-François Julliard de le cuisiner à la sauce Canard, en forçant la dose d’indignation moraliste dans un ébouriffant crescendo d’investigation.

Remarquons le saupoudrage d’éléments, jamais justifiés, indiquant une urgence, une actualité de façade pour un sujet totalement réchauffé : si le titre indique « Depuis deux ans », l’article commence par « Il est possible aujourd’hui... », pour passer à « Depuis quelques mois... », puis « avec une nette accélération aux cours des six derniers mois », d’ailleurs leur activité est « en train » de déborder, et « les mêmes recourent de plus en plus » à l’usurpation d’identité ; pour les revendications et les appels au barbouillage, ce serait carrément « Depuis quelques semaines » !

Puisque ça cause d’internet, ça permet au passage de dénoncer la liberté d’expression garantie par le Premier amendement de la constitution américaine :

« SOS Racaille annonce la couleur dès la page de garde de son site : "Comme nous sommes aux Etats-Unis, le contenu de notre site est protégé par le premier amendement de la constitution des Etats-Unis". Le pire est qu’ils ont raison. » [c’est nous qui soulignons]

Encore l’implant médiatique et la ritournelle suivant laquelle seuls des monstres comme les Américains ont une conception libérale de la liberté d’expression (dire « ultra-libertaire » serait plus adéquat pour obtenir l’approbation de l’assemblée à votre rejet d’une telle conception). On pourra consulter sur uZine : « Le premier amendement dans toute son horreur ». Le lecteur sera tout de même surpris de découvrir que le pays de George Bush est plus libertaire que le Canard enchaîné.

Toujours dans la broderie autour des vilains zaméricains terre d’asile des racistes, la suite de l’encadré vaut son paquet de magrets :

« Un nom de domaine internationale (finale en .net, .org, .com) coûte 42 euros et l’hébergement d’un site sur un serveur américain dans les 30 euros par mois. Pas difficile dans ces conditions de s’offrir une rimbambelle de site pour impressionner le visiteur. »

Les terribles conditions que voilà ! Ceux d’entre nous qui lisent à la fois le Monde et le Canard découvrent ainsi horrifiés qu’il revient encore moins cher de monter un site raciste qu’un site terroriste (pour un site terroriste, comptez 87 dollars). Une même bande peut s’offrir plusieurs sites pour « impressionner le visiteur » et par la même occasion le journaliste, qui pourra à son tour impressionner ses lecteurs avec les inondations de l’internet...

Et puis vraiment, les noms de domaine, c’est pas assez surveillé :

« Ainsi les sites "gendarmes-en-colère", "franceinfo.org", "elysée-2007.org", etc., affichent-ils des contenus bien peu conformes à leur enseigne. »
(GIF)

Autre antienne classique de l’hystérie sécuritaire (parfaitement symétrique au discours de SOS Racaille à propos de la délinquance), la police ne ferait rien, nous explique le Canard :

« Et ni la justice ni la police n’y ont encore mis le holà. »

Les causes sont classiques : manque de moyen et d’effectif,

« Les cyberflics sont, il est vrai, encore peu nombreux ».

Cependant, vers la fin de l’article, on apprend que :

« Les enquêteurs qui travaillent sur la plainte de l’association [dans le cadre d’une autre affaire], instruite par le juge parisien Lernout, ont relevé de nombreuses similitudes entre les sites. »

Ainsi, des policiers qui ne font rien parce que pas assez nombreux, ont tout de même trouvé des « similitudes » dans le cadre d’une autre enquête menée par un juge d’intruction. C’est pas croyable ce laxisme : malgré différentes plaintes et enquêtes, dont celle confiée au SRPJ de Nancy en juillet 2001, le holà n’est pas encore mis !

Comme d’habitude, on nous rappelle :

« [qu’] il est très difficile de remonter aux principaux responsables de ces sites et à leurs "hébergeurs", lesquels opèrent depuis les Etats-Unis, la Russie, Panama ou Israël »

Ben voyons... à rapprocher de l’explication du Monde : « Il est cependant très difficile de réguler les sites sur Internet. ». Malgré cette prétendue difficulté à retrouver les hébergeurs, le même article nous apprend, quelques paragraphes plus tard, sur le ton de l’évidence :

« A commencer par leur "hébergeur", liberty-web, qui siège aux Etats-Unis. »

Nous avons donc la dénonciation du pire, le premier amendement de la constitution américaine, des affreux hébergeurs qu’on ne retrouve pas ou alors qui font de l’argent avec les racistes, les noms de domaine tellement pas contrôlés que c’en est n’importe quoi, la police impuissante... Allez, une dernière pour la route : dénonçons les moteurs de recherche :

« Les moteurs de recherche français que nous avons testés (Google, Wanadoo, Nomade...) ne se posent visiblement aucune question et renvoient à des centaines de pages de ces sites racistes où les "melons" ne sont pas tous de Cavaillon. »

Après cette série d’idées reçues, et comme aucun travers du mauvais papier ne nous sera épargné, relevons encore la tournure suivante :

« Un entretien, publié par Canal-Résistance, avec le prétendu responsable de SOS-Racaille, annonce, souligne "Le Monde" (1/2), "des actions armées dans les cités et des éliminations ciblées". »

Typique : la source est en ligne et très facile à retrouver, mais on préfère citer Le Monde qui, lui, habituellement, cite USA Today quand il cause d’internet.

Autant de contradictions, de préjugés et d’approximations qui semblent témoigner, non d’une volonté de nuire, mais d’une profonde méconnaissance en matière d’internet, et surtout d’un besoin de « gonfler » un sujet n’apportant aucune information intéressante.

Mais ce faisant, en mêlangeant les idées reçues habituelles, on nourrit le discours sécuritaire autour de l’internet, préambule idéologique aux lois liberticides :
-  la police ne fait rien sur l’internet, la police est dépassée ;
-  c’est techniquement compliqué, on ne retrouve pas les responsables, la chaîne éditoriale est occulte ;
-  ces gens ont les moyens de faire ce qu’ils prétendent et ils sont très dangereux ;
-  les sites racistes pullulent.

Si dans ces conditions, il ne faut pas une censure technique a priori par les prestataires techniques, une déclaration en préfecture de tout webmestre et un certificat numérique pour le droit à l’expression, c’est que vraiment on est intoxiqué par la clique libertaire et un agent du néolibéralisme anglo-saxon !

A l’opposé de ce discours simpliste des médias, on pourrait aussi faire la promotion d’une forme adulte de communication : le démontage de la propagande d’extrême-droite.

Dans la tradition des sites parodiques, signalons SOS Raclure qui démontre l’absence de crédibilité de SOS Racaille, par exemple dans « le cas Habib Mezaoui », où la photo censée le représenter provient en fait du FBI.

Plus significatif cette fois, le site Confidentiel.net détaille la manière dont il a manipulé SOS Racaille afin de démontrer que ce dernier ne contrôle absolument pas la validité de ses informations et qu’il s’agit de pure propagande, dans « Comment désinformer à peu de frais », article repris sur SOS Raclure.

On voit donc que l’internet n’est aucunement « inondé » par la propagande d’extrême-droite et permet au contraire un travail critique en ligne.

Le Canard vote la confiance au gouvernement

Concluons simplement en rappelant le vote prévu, le 25 février prochain, de la loi instaurant la responsabilité des hébergeurs. Un tel article est donc particulièrement bienvenu.

Que le Canard adopte la ligne éditoriale du Figaro, sans doute pour coller davantage à un lectorat en phase de momification (Assemblée nationale, sénateurs, Conseil constitutionnel...), après tout c’est son affaire. Mais surfer sur le discours sécuritaire qui permettra d’instaurer la censure préventive sur l’internet, c’est peut-être déjà moins conforme à son image de canard libertaire.

 
 
Lirresponsable et ARNO*
Imprimer
format impression
Vainqueur 1982 du concours « Chateau de sable » du Club Mickey des Pingouins à Sainte-Cécile.
28 septembre 2003
6 octobre 2003
AMOK-FAAA
Memento finis
28 mars 2002
13 septembre 2001
7 juillet 2002
 
SPIP
Web indépendant


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
28 juin 2006, message de godjo-godjette
 
d’autres canards infirmiers à voir pour rire sur http://monsite.orange.fr/godjo-godjette
 
en ligne :
Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
30 juin 2004, message de observer
 
clair que les extremistes sionnistes, sont sur le web assez actifs, dans une propagande anti arabe, que l’on croit souvent issue d’uneclassique extrème droite, qui n’existe que par justement ce nouvel influ de forces vives (sic), voir egalement , un site intitulé les-identitaires... qui se cache derrière a a votre avis....
Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
8 février 2004, message de yaen
 

Je trouve très bien de dire "attention vilains"... Mais ne voir des vilains que dans un coin c’est s’enfermer.

Le canard d’habitude tape sur tout ce qui n’est pas droit, honnête et juste que ce soit d’un côté, de l’autre, ou au dessus et en dessous...

Dans cet article que je n’ai point lu, je ne vois que du racisme unilatéral. Il y a aussi l’autre racisme... Celui qui fait que si l’on est blanc on est marron (c’est facile mais je n’ai pu y résister). On me dira peut-être que l’on a le fruit de l’arbre qu’on plante et c’est vrai. Mais quand on ne plante pas d’arbres, on ne souhaite pas forcément en recevoir le quéron sur la tête.

Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
21 août 2003, message de DEUXNIXX
 

MERCI POUR CET EDIFIANT TOUR D’HORIZON. BON COURRAGE POUR LA SUITE.

SINCEREMENT DENIS

Répondre


Tirer sur les ambulances...
20 juillet 2003
 
... c’est le propos de l’article d’Arno. Fort long, pour si peu de chose : que le canard ait vieilli et soit dépassé sur sa gauche par de nombreux activistes, est une évidence. Mais il est tellement plus facile de tirer sur une ambulance que de s’attaquer à la grande presse de propagande, n’est-ce pas... Allumer le Canard ne peut que positionner l’auteur de l’allumage en héro des temps modernes : on a les boucs émissaires qu’on peut. Disons que c’est aussi pathétique que l’article du canard : creux et facile. C’est très à la mode en ce moment de tirer sur les ambulance : il y a ceux qui envoient des lettres d’insultes publiques à Bové au nom de la modernité luttant contre l’obscurantisme, et ceux qui mettent 150 lignes à incendier le Canard pour un article mineur alors que la "grande" presse quotidienne n’a jamais été aussi délibérément propagandiste et mensongère. Quelle sera la prochaine cible des nouveaux beaufs ?
Répondre
> Tirer sur les ambulances..., uliette.tristan@vthomepage.zzn.com, 26 juillet 2003
J’ai lu le Canard pendant des lustres sans en louper un numéro, même à l’étranger. Depuis que je fais de la presbytie, j’ai un peu levé le pied. Je n’ai pas dit "myopie", (au sens figuré). Bien sur il existe cette question fondamentale et redondante,un organe de presse comme le Canard peut-il conserver la même qualité, la même pertinence durant des décennies alors qu’il change de rédacteur en chef, de personnel... C’est une question que je me suis toujours posée, vu que le volatile est né bien avant moi. Mais ceci étant dit, il présente l’énorme avantage d’exposer en très peu d’espace un maximum d’informations (une fois que l’on s’est familiarisé avec sa lecture). Ce qui n’est pas toujours le cas, loin s’en faut et l’article de m. Arno en est la brillante illustration, de nombre d’écrits ou de pamphlets sur le net où certains s’épanchent sur des centaines de lignes pour souvent ne pas dire grand chose. Donc je vais faire court aussi. Enlevez le Carnard et regardez ce qui reste... Je crois qu’il s’agit moins de tirer sur une ambulance que de cracher dans une soupe élaborée avec des exigences qu’il est parfois difficile de s’appliquer à soi-même. Ce qui nous ramènerait facilement à des images de psychanalyse de comptoir...
 
Répondre


> Question de génération...
19 juin 2003, message de lesmediaboliques
 
C’est juste, ce que vous remarquez et illustrez fort longuement. Je suis devenu pour ma part un lecteur régulier du Canard (auquel je n’accrochais pas dans ma plus tendre jeunesse : maquette trop vieille), et ai noté ce que je nommerais "la verve des dépassés générationnels". Je m’explique : je trouve souvent que le Canard descend ce... qu’il ne comprend pas, ou ne maîtrise pas. C’est manifeste sur les questions du web et des nouvelles technologies. Et c’est un travers de journalistes (cf : j’en suis un) en moment de faiblesse ou de facilité que de chroniquer à la va-vite, éditorialiser sans vraiment comprendre un sujet. Autre exemple qui me choque souvent : étant aussi cinéphile et passionné par le fantastique, je lis avec intérêt la rubrique critique en rapport dans le Canard. Question de génération sans doute, mais je trouve là aussi que leurs journaleux manquent singulièrement d’ouverture d’esprit à l’égard des films de SF, d’horreur, fantastique... Tout ça semble d’emblée nul pour eux, rentrant dans le même sac des produits pré-digérés venant de chez l’oncle Sam. Tout est jaugé par eux à travers le prisme d’un nécessaire "réalisme". C’est court comme argument en matière de 7ème art. Et pourtant... Je connais quelqu’un qui y a bossé en piges (pour les Dossiers du Canard, nuance) et qui en a été enchanté, me louant l’esprit détendu et constructif de l’équipe rédactionnelle. Genre : "on peut dire et écrire ce que l’on veut".
Répondre
> Question de génération (bis)..., pRn, 11 juillet 2003

Etant également journaliste et ayant connu d’assez près des personnes qui ont collaboré à la rédaction du Canard, je ne peux qu’abonder dans votre sens. Et même en rajouter.

Un grand nombre de ses collaborateurs travaillent dans d’autres rédactions depuis fort longtemps. Ce sont souvent des vétérans du journalisme, qui fréquentent assidûment les bancs de la République et de ses institutions, publiques et privées : le travail classique et honorable des journalistes papiers de la PQN et de la PQR.

Parfait, donc, pour sortir de belles perles des couloirs de l’Assemblée, de la réunion publique d’un parti ou de celle des actionnaires d’une grande entreprise. En Ecole, on apprend à faire les marchés, c’est pas pour rien.

Ce que l’on ne peut publier dans le Figaro, ou dans Libération, peut-être que le Canard Enchaîné l’achètera à la pige. Lui ne vit pas de la publicité, mais de ses lecteurs. "Je ne peux pas mettre cette rumeur dans mon article, mais heureusement, j’ai le Canard."

Là, il faut voir aussi que l’oiseau nasillard n’est légitime que par la confiance qu’il peut accorder à ses collaborateurs. N’y rentre pas qui veut. Vous êtes reconnu dans la profession, par forcément connu en dehors sauf des bonnes personnes, vous avez fait vos preuves : vous pourrez peut-être travailler au Canard.

Dans l’inconscient collectif, il est entendu que le journaliste craint peut-être moins à l’abri dans les plumes du volatile de voir ses oeuvres rabotées par un rédacteur en chef ou un secrétaire de rédaction un peu trop consciencieux, voire corrompu par un système (et non corrompu dans un système). Ca n’est pas toujours faux, loin de là.

En fait, en hantant les conférences de presse ennuyeuses, le journaliste du Canard - appelons-le ainsi même s’il est d’abord tout dévoué à son principal maître-éditeur - revend deux fois sa présence à l’événement.

Les deux heures qu’il aura consacrées à écouter le député de l’Eure et Loir s’exprimer sur les questions de jachère auront payé deux fois. Pour cinq minutes de plus à traîner du côté de l’estrade après la conclusion. Pour avoir englouti des petits fours en présence de De Machin conversant avec Dugronez. Ou pour avoir siroté quelques bières avec son chauffeur dans le bureau d’en face. Et bonne ambiance, ensuite, dans les conférences de rédaction du Canard.

Mais voilà, les échos d’Internet ne se récupèrent pas au fond des loges des artistes lorsque ceux-ci vous laissent entrer car ils ont pris l’habitude de vous connaître. Criards, ils s’étalent sur les écrans indiscrets et fluorescents des ordinateurs, sur des sites Web ouverts à tous mais que l’on consulte seul. Un comble. Point d’information de valeur à revendre, juste à s’étonner des idées reçues ou des concepts mille fois retournés.

Quand on ne sait pas, bien sûr, ce qu’est par exemple une infrastructure IP ou comment fonctionne une base de données, il semble difficile de pouvoir prétendre aller plus loin dans la conduite des réseaux virtuels. Sauf, d’abord, à bien vouloir apprendre de quoi il s’agit.

Car avant tout, les secrets d’Internet s’atteignent à condition d’aimer un peu se servir d’une machine infernale. Vous savez, le biniou complexe avec des tas de fenêtres dans un écran où il arrive des trucs bizarres qu’on ne peut pas contrôler. Tout cela ne vaut pas la bonne vieille Selectric d’IBM (1961), qui répondait au doigt et à l’oeil.

Finalement, si une partie des journalistes du Canard n’a rien a dire de plus sur Internet, ça n’est pas si grave puisque nous sommes bien contents tout de même d’apprécier les perles qu’ils nous ont dégottées offline, grâce à leurs techniques de sioux et leur flair légendaire.

Pour Internet, tournons-nous plutôt vers de vrais professionnels (Transfert, JDNet...) qui savent a priori de quoi ils parlent, même s’ils n’ont pas toujours raison.

Merci donc à Arno pour sa verve et pour son style percutant. Quant à son explication de texte, dans le fond je trouve que celle-ci ne vaut pas beaucoup mieux que l’article qu’elle vise à critiquer.

Répondre


> Le Canard s’en fout bien
4 mars 2003, message de Tiresias
 
Depuis, la loi en question a été votée à l’assemblée, sans plus de bruit que la petite musique du petit milieu qui s’y intéresse. Faudra qu’il redemande au pigiste (ou à un autre, compte tenu de la performance), mais je crois surtout qu’ils s’en foutent complètement, de l’internet, en dehors de ce qu’il convient de faire pour avoir l’air d’avoir l’air (et dans le sens du vent, puisqu’il s’agit d’air). Dans 10 ou 20 ans, ce sera différent, suffit de patienter un peu.
Répondre
> Le Canard s’en fout bien, Jérôme Dautz, 27 mars 2003
En tout cas, je vais continuer à lire les webzine et à ne plus lire le Canard, qui amuse un moment mais fatigue vite. Les règlements de comptes du petit milieu politique parisien ont un intérêt qui se relativise très vite avec l’éloignement du périphérique. Personnellement je préfère 100000 fois mieux lire des journaux come le ###publicité### Monde Diplomatique ou les gens ont pris le temps de réfléchir à ce qu’ils écrivent.
Répondre


Ambiance "fin de règne".
26 février 2003, message de Nils Auperen
 
Je cherchais comment formuler la sensation que, depuis près de deux ans, j’ai chaque fois que je tombe sur un nouvel article d’Arno* ou de Lirresponsable. Avant de parvenir à le mettre en forme, je suis tombé sur l’article de Kitetoa. Rien à dire de plus.
 
Répondre
> Ambiance "fin de règne"., Tiresias, 26 février 2003
Ha ! on est pareil, moi aussi je passe bien deux ans parfois avant de parvenir à formuler la sensation sur quelque chose, et toc, c’est en lisant une connerie lourdingue que ça me vient. Que veux tu, on n’est pas des rapides, nous deux...
Répondre
> Ambiance "fin de règne"., uzine en tongs devant le mac do, 4 mars 2003
Tiresias, la lenteur, pour penser vraiment, ça aide. A moins d’être adepte du "fast thinking". Et casser les lecteurs dans les forums lorsqu’ils ne sont pas 100 % enthousiastes, 100 % en accord avec les articles publiés, ça c’est vraiment lourdingue. T’es pas d’accord avec nous ? T’es un con ou un troll ! Relisez (lentement) Carl Schmitt et réfléchissez (lentement) à vos pratiques avant de répondre (trop rapidement) à vos lecteurs.
Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
24 février 2003, message de Lienj
 
Un comble... Dénoncer un article qui ne nous apprend pas grand chose il est vrai, ceci par un terriblement long et ennuyeux décortiquage qui nous révèle...rien du tout. Magnifique !!!
Répondre
> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets, tOMAZ, 3 mars 2003

Heureusement que toi tu as fait court...
Je rappelle à tous que le schmilblick est un oeuf... mais non je n’ai pas dit que c’était un oeuf.
Merci Coluche !!!










Désolé...

Répondre


Le Coin-Coin, au coin !
20 février 2003, message de Marjo
 

L’art de faire d’un épiphénomène un véritable phénomène de société a de beaux jours devant lui...

Faut il être devin pour comprendre que l’article ci-dessus ne justifie en rien les actions de SOS Racailles (enfin personnellement je n’ai vu ecrit nulle part dans cet article que l’incitation à la haine était une activité honorable), mais qu’au contraire il dénonce d’une part l’audience imméritée que l’on fait à une bande d’excités proches de la débilité , ceci en tombant dans les travers de l’amalgame, de la généralisation et de l’imprécision , d’autre part la stigmatisation d’Internet en tant que vecteur d’intolérance, violence, subversisme, terrorisme, banditisme, etc. **une erreur s’est glissé dans cette énumération, sauras tu la retrouver ?**

Soyons clairs :

1- SOS Racaille est un site dégueulasse et profondément débile, personne ne dit le contraire, mais après tout, cette bande de sans-cervelles se décrédibilise tellement bien toute seule... et c’est encore mieux quand on aides ses participants à passer pour des imbéciles, CF l’action de Cubalibre et son collègue). Pour moi c’est clair, l’argumentation de l’article ne justifie pas les conclusions mirobolantes qui sont tirées.

2- Internet c’est aussi Uzine, Rezo, Acrimed, l’Homme Moderne, le Réseau Voltaire, et tant d’autres. Un outil puissant et GENIAL, qui permet la critique, la diffusion, et l’echange des idées... de toutes les idées, malheureusement ou heureusement. Ce genre de discours sécuritaire, mal argumenté et très spectaculaire, ne profite qu’à ceux qui voudraient entamer dans nos libertés d’utilisation d’Internet, et aux marchands de "sécurité Internet"... (Voir l’interview sur Zdnet de Kapersky : http://news.zdnet.fr/story/0,,t118-s2130372,00.html)

Merci aux deux auteurs d’avoir épinglé intelligemment le Canard. Je suis sûr que "notre journal qu’on aime" apprécie.

Marjo

 
Répondre
> Le Coin-Coin, au coin !, Le Masque , 23 février 2003
Bonjour Marjo, l’idée sous-jacente de nos amis les censeurs anti-fascistes est la suivante : les "idées" racistes, fachos, sont tellement incitatrices qu’il faut les éradiquer par tous les moyens. Si le moindre beauf’ tombe sur SOS Racaille et consort, il va immédiatement se transformer en chemise brune. D’ailleurs nos censeurs invoqueront le cas Brunerie : n’est-ce pas "parce que" il fréquentait des sites d’extrême-droite que Brunerie a voulu assassiner notre Président vénéré ? Donc, au vu de leurs effets, ces sites sont dangereux et constituent des actes. Il faut les interdire comme on interdit des actes illicites. Tout le raisonnement des censeurs s’appuie sur un mépris souverain du peuple, assimilé à la figure éternelle du beauf’ de Cabu, par nature fasciste et donc qu’il faut protéger contre la bête immonde qui sommeille en lui grâce à une foultitude d’interdictions. Bref, nos anti-fascistes sont d’abord des élitistes qui méprisent le peuple et veulent le tenir en laisse ? Bizarre pour des démocrates d’être si inégalitaires : à eux le droit à l’information, et au peuple l’enclos bien surveillé par les régulateurs !
Répondre
Mepris du peuple... , Marjo, 27 février 2003

Oui... je comprends bien cette "idée sous-jacente", très chère aux prétendus sauveurs de la République, cette idée qui veut que le peuple soit bas et laid et veule, et totalement perdu s’il est livré à lui même. Evidemment les exemples ne manquent jamais pour appuyer ces idées, mais qu’en est il des non exemples ? Il n’y en a pas, tout simplement parce qu’on n’en parle pas, ou presque pas, dans les médias. On ne parle essentiellement que de l’extraordinaire, du sensationnel.

Là où ça devient triste, c’est de penser que cette idée s’autoréalise peut être... Qu’à force de véhiculer l’idée que le peuple est un gros con, le peuple se met à avoir cette image de lui-même (toujours projetée sur ’les autres’, évidemment) et fatalement, en vient à se mépriser... et se punir !

Ou alors, penser cela c’est justement tomber dans ce mépris, dans ce découragement ? Hé...

Heureusement, il y a (encore) de jolies choses ecrites, je pense en particulier à ce texte du collectif lmsi, sur "la france d’en bas".

 
Répondre
Des poireaux dans les yeux, E.T, 27 février 2003

L’autre jour, pendant que je faisais mes courses, j’assistais à une scène de la vie quotidienne, entre une caissière et une "cliente".

Ca se passait dans un de ces grands magasins primeurs que l’on trouve sur le faubourg Saint Denis, les magasins où, aux heures d’affluence, un employé est posté à l’entrée pour attirer le chaland. Etant donné que les quatre primeurs sont postés au quatre coins d’un carré relativement petit, c’est à celui qui criera le mieux et le plus fort, "Allez-allez-allez, on y va-on y va-on y va !". Non sans humour, les quatre "crieurs" se répondent les uns les autres : bien que "concurrents" et payés pour détourner la "clientèle", ils se lancent des blagues, s’accordent sur le rythme et les intonations ; ils jouent, littéralement. A 18 heures, à l’heure où fatigué je rentre péniblement du "Trimwork", et qu’il faut encore faire les courses, je retrouve avec quelque soulagement une rue vivante, festive, aux airs de marché aux halles ouvert, et j’oublie mes petites contrariétes.

C’est donc dans un de ces magasins que les habitants du quartier s’approvisionnent en fruits et légumes. Quartier pauvre, popu, pluriethnique, sale, où se cotoient les prostituées, les clients des prostituées, les vendeurs de rues, les sans domicile, les accordéonistes roumains, les ateliers de textiles, Strasbourg Saint Denis n’est pas un endroit où l’on trouve beaucoup de touristes (ou alors ils se sont égarés et cherchent à retourner sur les Grands Boulevards fissa).

A la caisse, une jeune africaine africaine a trois euros en poche. Elle achète des oranges, des patates, des carottes. Résultat des courses affichés sur le ticket de caisse : 4 euros 70. Bon, il va falloir procéder à un petit allègement... Elle demande à retirer quelques oranges, s’étonne dans un français bégayant "parce que sur l’étiquette c’est ecrit un euro cinquante". La caissière perd patience, "et ben quoi, c’est un euro cinquante le kilo mais là y’en a presque deux kilos, hein, on fait pas payer le même prix tout le temps..." Elle soupire, elle se plaint, à haute voix. "Ah la la, ce métier me fera perdre mes nerfs, je vois de tout ici, moi". La jeune africaine fait le tri, visiblement elle s’aperçoit bien de l’aigreur de la caissière, mais elle hésite tout de même sur ce qu’elle va laisser. Le tout prend une minute, l’affaire est réglée, et la jeune femme s’en va, pas plus souriante que la caissière.

De mon côte, à la caisse d’en face, j’en ai pour 12 euros de fruits et légumes (c’est pas donné tout ça...), et je plaisante avec le caissier parce que "je vais jamais pouvoir tout porter jusque chez moi". La caissière s’approche, et plutôt contente, nous fait part de sa conclusion : "Tu vois Momo, à chaque fois que j’ai des problèmes, à chaque fois, c’est pareil, c’est des dames de couleurs, toutes les mêmes, elles ont rien dans le porte monnaie, mais elles en veulent pour 15 euros à tous les coups, c’est pas moi qui l’invente hein". Le Momo en question, il me semble que sa "couleur" devient un peu blème, mais poli et calme, il répond que cette cliente-ci, en effet, fait plus ou moins le même coup à chaque fois. L’autre continue son monologue, cherche mes yeux qui la fuient pour trouver ceux de Momo, et s’en va soupirant et râlant.

Je suis troublé. J’aurais envie de répondre à ce couplet ignorant, un tas de choses, mais je ne sais rien dire, je ne trouve pas la force de parler poliment et clairement, je ne dis rien. Je ne dis rien, et je me dis que pour cette dame, "Strasb" est un sale quartier d’immigrés, qu’elle n’a pas du voir comme cette africaine était belle, que Momo est un "gens de couleur mais lui je l’aime bien parce qu’il est honnête", que j’aurais bien voulu lui foutre mon poing dans la gueule, que la pauvreté et la nationalité ne sont pas des choses simples. Non cette brave dame elle n’a rien vu de tout ça, je crois.

Je repars, et dans la rue, mes sacs sont vraiment lourds.

Répondre
> Des poireaux dans les yeux, Le Masque, 28 février 2003
Bonjour, merci pour votre texte agréable et vivant. Mais bon, si vous étiez prof dans le 93 et que vos élèves risquaient de vous casser la figure parce que vous racontez la Shoah, et que vous entendiez "nike ta rrrace" à longueur de journée, ou que vous ne pouviez plus enseigner la Guerre d’Algérie normalement - cf. un récent témoignage de prof - ce serait un peu plus original. Vous savez, le "racisme" est démultiplié par un facteur tout bête, et très humain :
-  je vois un groupe de garçons et de filles, pauvres mais qui vivent leur vie, discutent entre eux, rigolent etc., dans une rue, je sui heureux, et s’ils sont blacks, blancs ou beurs, ça ne change rien.
-  Je vois sur une place ou au bas d’un immeuble un groupe de MECS, patibulaires, qui lorgnent les passantes, crachent par terre, traficottent, je n’ose pas croiser leur regard. Et à force de voir ces types, de savoir qu’ils cloîtrent leurs soeurs, qu’ils volent par-ci par-là le vélo de ceux qui s’égarent là, on n’arrive pas à les apprécier énormément. Qu’ils soient beurs, blacks ou blancs ne change rien. Bon, y’a un petit prob : en génétal, ils sont beurs - et pas blacks, ni blancs. Qu’y faire ? Est-ce du racisme ou une expérience ordinaire, mainte fois répétée ? Au fond, s’ils étaient en groupe mixte, ce serait mieux, ils ne généreraient pas cette ambiance lourde et ne feraient pas bêtement le jeu du FN et de ses clichés stupides. Donc, vive la marche des filles des cités. Le jour où les beurs accepteront les filles, se mélangeront aux filles, respecteront les filles libérées et occidentalisées, l’ambiance changera. Et cela, ce n’est pas seulement une question de misère, de racisme, etc., c’est un choix, c’est leur volonté d’entretenir une ambiance triste et sexiste, ou au contraire de créer de la vie et de la gaieté - comme les blacks le font en général.
Répondre
Cherchez l’intrus, Bonne memoire, 26 février 2003

"Internet c’est aussi Uzine, Rezo, Acrimed, l’Homme Moderne, le Réseau Voltaire"

Vous trouvez ce dernier encore crédible ? Ou vous avez une piètre idée des précédents cités ? :-)

Répondre
> Vous avez dit numéros de série ?, pRn, 11 juillet 2003

"à ceux qui voudraient entamer dans nos libertés d’utilisation d’Internet"

Tant pis, je ne résiste pas...

Ainsi, quand Kaspersky (voir votre lien vers ZDNet) dit qu’il FAUT des identifiants uniques, c’est un peu se foutre de la gueule du monde.

Prenons IPv6, par exemple, qui a pour vocation d’être généralisé dans les toutes prochaines années.

IPv6 ?

" L’en-tête des paquets IPv6 est formée à partir des numéros de série de la machine de l’internaute qui a envoyé les données. En clair, il semble possible par ce biais d’identifier un fauteur de trouble et de lui interdire l’accès à des services. Mais qu’advient-il si celui-ci a revendu sa machine d’occasion à un malchanceux ? Au mieux, les portes de certains sites lui resteront fermées. "

Trop tard.

 
Répondre


La récidive
20 février 2003, message de Bonne mémoire
 

Relisez http://www.uzine.net/article129.html

Encore et toujours le meme discours... Quelque chose comme : "La presse dit que depuis Internet il n’a jamais ete aussi facile de faire parvenir de la propagande nazie aux oreilles du public, mais elle n’ajoute jamais que depuis Internet il n’a jamais ete aussi facile aussi de la combattre"

Sauf que le combat en question est apparemment mené par des personnes qui trouvent assez hypocrites l’attitude d’ARNO* et consors (Francois de "Confidentiel" pour cette article, G. Karmasyn pour l’URL en tete de cette réponse). En tout cas les réactions sur Uzine des personnes citées par ARNO* sont assez similaires...

Ceux qui "tentent de combattre" constatent surtout que depuis Internet, il se cree une *habitude* du discours nazi, percu non plus comme un reel danger, mais simplement comme une menace virtuelle, brandie par "ceux voulant censurer le Net".

Relisez cette derniere phrase, arretez-vous a "virtuelle"... Etes-vous toujours d’accord avec l’attitude consistant à taper sur le Canard ainsi ? :-)

Pour ma part, j’ai l’impression qu’entre devoir se rendre a la faculte d’Assas pour trouver un ouvrage revisionniste, et tomber dessus sans le savoir en tapant "genocide" sur un moteur de recherche, il y a quand meme une difference, non ? Et du cote de l’anti-revisionnisme, la, pour le coup, malgré les efforts de certains (encore moins nombreux que les revisionnistes, mais cela n’est pas un probleme de representativité pour les auteurs de l’article !), il y a moins de matiere sur Internet que dans les bibliotheques universitaires, non ?

Nota : dans l’URL précédent, ARNO n’avait pas repondu a G. Karmasyn, gageons qu’il n’y aura non plus aucune réponse de sa part à Francois "Confidentiel", qu’il utilise egalement comme caution pour un discours a l’opposé de celui de la personne intéressée... Qui manipule ici, hm ??

Répondre
> La récidive, 20 février 2003
Votre réflexion sir l’article d’Uzine me semble datée. Les "idées" du Protocole des Sages de Sion sont diffusées par les chaînes câblées arabes, sous forme d’une fiction regardée par des millions de téléspectateurs, "le cavalier sans monture". La haine antisémite est enseignée par les manuels scolaires palestiniens, et finit répercutée de proche en proche jusqu’aux collèges français, où des "jeunes" empêchent les cours sur la Shoah (voir "les territoires perdus de la république"). Donc vos sites d’extrême-droite ou autres sites racistes ont assez peu de capacité de nuisance, comparativement aux menaces qui se multiplient ailleurs. Si vous êtes tellement antiraciste, anti-fasciste, allez manifester contre les attentats antisémites qui se banalisent, et empêchez un peu les télés câblées du Moyen-Orient d’émettre, et supprimez nombre de lmibelles édités par l’Arabie saoudite et qui circulent en Europe... la propagande nazie semble en bonne voie, grâce à l’indignation sélective des anti-racistes, qui hélas ont une guerre de retard.
Répondre
> La récidive, Bonne memoire, 26 février 2003

Je ne nie pas l’effet de la propagande hors-Internet.

Mais contrairement a ce que semble vouloir faire croire les gérants d’Uzine, je maintiens que depuis Internet il est beaucoup plus facile qu’avant d’avoir acces au negationnisme, et qu’en revanche c’est toujours dans les bibliotheques qu’on trouve le plus de documents contre le negationnisme, malgré l’effort d’une poignée de sites anti-racistes, cités sans arrêt par ARNO* et consors, malgré le fait que ces derniers sont d’un avis contraire au sien sur la situation que crée l’Internet.

Bref, pour conclure sur la teneur de votre message, je dirais justement qu’il faudrait mieux arrêter d’invoquer la Shoah et les nazis des qu’on veut "défendre Internet contre les media", alors que la motivation première semble être plutôt juste de pouvoir dire "Je travaille pour des sites Internet" dans les dîners en ville sans être regardé de travers...

[Dans le même ordre d’idée, qui oserait nier que depuis Internet il est beaucoup plus facile qu’avant de se procurer des videos pédophiles, tandis que dans le même temps la prévention anti-pédophile ne passe aucunement par Internet ? Et pareil, il n’y a qu’une poignée de sites anti-pédophiles, et comme ils sont partisans d’une censure assez forte, ils seraient sans doute completement en desaccord avec l’approche d’Uzine sur le fond]

Répondre
> La récidive, 28 février 2003
Boff, je ne suis pas convaincu. Au contraire : le négationnisme s’étend par des circuits hors d’internet - revues, rumeurs, séries TV, "Protocoles des Sages de Sion" réédités par des islamistes etc. Donc la part due à internet dans la diffusion de telles "idées" est faible. Par ailleurs, la pédophilie est discutée depuis 20 ou 30 ans, et déjà petit j’entendais parler d’affaires "de ballets bleus" ou "de ballets roses", et internet n’existait pas ! Je ne sais pas si la pédophilie se diffuse mieux à cause d’internet, d’ailleurs il faudrait d’abord faire une histoire de la pédophilie, car ce problème était moins débattu avant l’affaire Dutroux. (Sans oublier nombre d’intellectuels de gauche qui ont défendu jusqu’à un certain point des pédophiles, voir "la censure des bien-pensants" de Ménard). Qu’en était-il de la pédophilie au Moyen-Age, ou au XIXème siècle ? Et quand nos arrières-grands-mères se mariaient à l’âge de 13 ans ? Si vous avez des amis d’origine africaine ou asiatique, demandez-leur à quel âge leur mère et leur grand-mère se sont mariées. Pédophilie et européocentrisme ne vont-ils pas ensemble ? Dans le Coran, Mahomet a une épouse de 9 ans, Aïcha ; aujourd’hui encore, il semble que les pays islamiques admettent ce genre de pratiques. Il me semble difficile d’évaluer avec suffisamment de recul l’ensemble de la question. Bon c’est vrai qu’en osant faire de telles remarques, je dois passer pour un pédonazi ! On vit à une époque de bien courte mémoire, justement : on a refoulé une partie des questions portées par les intellectuels soixante-huitards. Mais que disait Wilhelm Reich par exemple ? Sa vision contestatrice de la famille et de la répression sexuelle, ainsi que du fascisme, est-elle totalement stupide ?
Répondre
Très parlant..., Bonne mémoire, 9 mars 2003

Dans un forum sur un article dont un des auteurs (l’autre ne répond pas, comme prédit) finit par dire que le racisme est minoritaire et donc est un non-évènement, voila une autre relativisation culturelle, cette fois pour dire que la pédophilie est un non-évènement.

Pauvre Uzine, ceux qu’ils citent pour leurs démonstrations trouvent qu’on les cite en dépit du bon sens, et ceux qui les défendent ont des idées assez embarrassantes...

Répondre
> Très parlant..., 11 mars 2003
La relativisation culturelle existe. Si on ne relativise pas, on fait de l’occidentalo-centrisme et du colonialisme, ne crois-tu pas ? En gros "mes valeurs" d’européen sont universelles, et si dans ma civilisation il faut se marier à partir de 18 ans, les civilisations qui font autrement sont "inférieures". Tenez Mahomet s’est marié avec Aïcha quand elle avait 8 ou 9 ans, alors vous en déduisez quoi ? vous êtes bien obligé de contextualiser et de RELATIVISER, non ? Ou bien affirmez-vous que la notion de pédophilie a existé de tous temps et en tous lieux ? Un minimum de culture a,thropologique ne fait pas de mal, et empêche de devenir un Berlusconi qui affirme "l’occident est une civilisation supérieure".
Répondre
Oh là ! Calmos !, Yenamarre, 11 mars 2003

Oulalalala... c’est quoi ce délire ? Tout d’abord quelques lignes à chaud avant de revenir au vif du sujet (l’internet facho).

1. « Le Cavalier sans monture » n’ a pas été diffusé par « les chaînes cablées arabes » ( Ah, la 5e colonne !!!) mais par UNE chaîne égyptienne et UN bouquet satellite privé (Dream).

2. Cette fameuse histoire de la-haine-antisémite-enseignée-dans-les-manuels-palestiniens a été diffusée par les (très efficaces) services de propagande de la droite israélienne qui ne pouvait supporter l’aide de l’Union Européenne à l’Autorité palestienne (http://www.monde-diplomatique.fr/2001/04/MORENA/15106) En revanche, procurez-vous un manuel scolaire israélien (disponible sans aucune difficulté en France) et vous y trouverez une bien singulière conception de l’histoire du Moyen-Orient.

3. Enfin, vous liez la mayonnaise avec ce pamphlet (« Les territoires perdus... ») qui suinte la haine et le racisme pur en présupposant la laïcité républicaine en danger face à l’islam. A vous lire donc, l’antisémitisme aujourd’hui en France c’est d’abord rien que des méchants zarabes de la zone. C’est faire bien peu cas de la réalité quotidienne des cités et tout simplement de l’histoire européenne.

Rappelons tout d’abord que les grandes persécutions antisémites, depuis deux mille ans, ont été plus que majoritairement le fait de régimes européens, plutôt que ceux d’une autre aire géographique.

Rappelons également que ce ne sont pas les juifs auxquels, en France aujourd’hui, on refuse un boulot, un appart ou l’entrée en boîte simplement sur leur nom ou leur couleur de peau. Ce ne sont pas les juifs non plus qui ont droit aux sympathiques contrôles et vexations au faciès par les flics et vigiles de tout poil. Le racisme ordinaire est fréquent dans les cités. Mais bien plus entre maghrébins, noirs et asiatiques qu’à l’encontre des juifs en tant que tels.

Cela devient donc très génant toutes ces campagnes de presse sur « La France antisémite ». Particulièrement pénible même. Selon le dernier rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, les violences raciales en France sont commises à 89% contre des Noirs et des Maghrébins, à 10% contre des juifs. Alors pourquoi se focaliser uniquement sur la judéophobie ? La judéophobie serait-elle un racisme « supérieur » à tout autre ? Pourquoi évacuer toutes les autres formes de racisme ? Pourquoi ne pas poser tout simplement la question des crispations racistes dans leur ensemble ? Mais surtout, pourquoi présupposer en permanence que la judéophobie émane directement de la communauté musulmane française ? Il semble bien que la tradition antisémite française soit tout ce qu’il y a de plus franchouillard. Et si quelques unes des personnes arrêtées pour actes antisémites sont effectivement d’origine maghrébine (mais jamais de militants pro-palestiniens, ni de prosélytes wahhabites, bien plus des voyous très ordinaires), en revanche les autres personnes interpellées (et en plus grand nombre) appartiennent à un courant politique « identitaire » très français. Curieusement, on n’en entend faiblement parler.

Et lorsque l’on évoque, en reprenant les doctes analyses du CRIF, une importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues, cela semble malheureusement être le choix de la communauté juivre française, du moins de ses institutions, dans leur appui inconditionnel aux sharoniards. Car pour les « sauvageons », l’attachement au pays d’origine des parents, voire des grand-parents, est bien plus déterminant que toute autre considération dans la recherche de l’affirmation identitaire, et bien peu d’entre eux connaissent véritablement l’histoire de la Palestine et du sionisme.

Or, c’est bien avant la seconde intifada (sept.2000-...) qu’est apparue pléthore de sites tout à la fois ultra-sionistes et violemment racistes. Bien que SOS-Racaille et AIPJ viennent tout juste de disparaître (curieusement), il en reste suffisamment pour dégager de la haine à tout va et observer de bien étranges alliances. Déjà, dans les années 70, certains jeunes militants très musclés ne se privaient pas d’émarger tout à la fois au GUD et au Bétar, on les retrouve aujourd’hui en hérauts du souverainisme. Mais actuellement, les allégeances mutuelles de militants du FN et (surtout) du MNR et du madelinisme avec les partisans du sionisme le plus violent semblent particulièrement virulentes, partageant et s’efforçant de propager une même haine raciale à l’encontre des « arabo-islamistes » ou « déchets » selon leur expression favorite. Une idéologie pratiquée de manière plus soft mais permanente par certains « bureaux » de presse qui inondent quotidiennement les rédactions française de leurs communiqués dénonçant « l’absurdité islamique ». Une puissance de feu que l’on ne retrouve pas du côté la communauté maghrébine française. A tel point que l’on se demande qui cherche vraiment à « importer » le conflit israélo-palestinien.

Bref, ces sites fachos cultivent un bien curieux mélange des genres, dont l’objectif paraît être l’exaspération des tensions entre juifs et musulmans français. Ce que l’article du Canard signalait à sa manière. Histoire sans doute de faire passer un petit message à certains commanditaires. Mais surtout, ces sites paraissent étroitement similaires dans leurs argumentaires, prises de positions, interpellations et dénonciations violentes des politiques et personnalités français qui osent manifester une indépendance d’esprit à l’égard de l’extrême-droite israélienne. Et l’on se trouve manifestement en présence d’une propagande musclée très organisée qui rappelle l’effarante déclaration de Roger Cukierman à Ha’aretz en septembre 2001 : « Lorsque Sharon est venu en France, je lui ai dit qu’il doit absolument mettre en place un ministère de la propagande, comme Goebbels. »

Répondre
> Oh là ! Calmos !, Le Masque, très calmos , 13 mars 2003

Bonjour, puisque vous nous faites un intéressant exposé de la pensée politiquement correcte dans toute sa splendeur, voyons quelques-uns de vos arguments :

Vous écrivez : "1. « Le Cavalier sans monture » n’ a pas été diffusé par « les chaînes cablées arabes » ( Ah, la 5e colonne ! ! !) mais par UNE chaîne égyptienne et UN bouquet satellite privé (Dream)."

Cette série n’est qu’un phénomène parmi d’autres, par exemple l’édition du "Protocole des Sages de Sion" dans le monde arabe, ou nombre de discours judéophobes dans diverses mouvances. Cf. "la nouvelle judéophobie" de Taguieff. Le tableau d’ensemble ne vous paraît pas préoccupant ? Que des thèses fausses utilisées notamment par les nazis avec les résultats que l’on sait, soient reprises dans une série très populaire TV n’est pas un symptôme grave et vous me dites d’un ton paternaliste et indigné "calmos" ? Allons, un peu de vigilance, SVP !

Vous écrivez : " 2. Cette fameuse histoire de la-haine-antisémite-enseignée-dans-les-manuels-palestiniens a été diffusée par les (très efficaces) services de propagande de la droite israélienne qui ne pouvait supporter l’aide de l’Union Européenne à l’Autorité palestienne (http://www.monde-diplomatique.fr/2001/04/MORENA/15106)"

Plus récemment, c’est le député socialiste François Zimeray qui s’est notamment inquiété du devenir des aides du parlement européen, et a demandé une Commission d’enquête - ce qui est une exigence de simple transparence me semble-t-il. Mais nos bons "démocrates" sentants que cette Commission risquait de lever des lièvres tels que corruption, soutien aux groupes terroristes ou autres, a tenté de faire obstruction. Voir Proche-Orient.info

Vous écrivez : "En revanche, procurez-vous un manuel scolaire israélien (disponible sans aucune difficulté en France) et vous y trouverez une bien singulière conception de l’histoire du Moyen-Orient."

Oui, ai-je nié cela ? Ai-je dit "Israël a toujous raison" et patititi ? Vous semblez caricaturer ma position. Chaque Etat tend à faire sa petite version de l’Histoire, que ce soit Israël, la France, les USA ou autre...

Vous écrivez : "3. Enfin, vous liez la mayonnaise avec ce pamphlet (« Les territoires perdus… ») qui suinte la haine et le racisme pur"

Désolé, vos propos indiquent que vous n’avez pas ouvert le livre en question. Il rapporte des TEMOIGNAGES d’enseignants confrontés à des problèmes. Ces enseignants parlent en général à visage découvert et retracent des faits, qui les ont eux-mêmes étonnés. Vous semblez tenter de discréditer un ouvrage au nom de vos présupposés idéologiques au lieu de voir simplement les FAITS - quitte bien sûr à proposer d’autres faits vérifiables, à dire qu’il s’agit d’anecdotes ou ce que vous voudrez.

Vous écrivez : "(Les auteurs des Territoires perdus de la République) en présupposant la laïcité républicaine en danger face à l’islam. A vous lire donc, l’antisémitisme aujourd’hui en France c’est d’abord rien que des méchants zarabes de la zone."

Ai-je écrit cela ? Il semble que les gens informés, par exemple SOS Racisme, reconnaissent eux-mêmes qu’il y a un antisémitisme préoccupant parmi certains beurs. Ce n’est pas une hypothèse, c’est là encore un FAIT. Reste à l’expliquer, à en discuter, à chercher à analyser au lieu de s’emballer dans telle ou telle conclusion simpliste et dangereuse.

Vous écrivez : "C’est faire bien peu cas de la réalité quotidienne des cités et tout simplement de l’histoire européenne. Rappelons tout d’abord que les grandes persécutions antisémites, depuis deux mille ans, ont été plus que majoritairement le fait de régimes européens"

Oui tout à fait. Je ne vois pas en quoi cela répond au problème de l’antisémitisme et du racisme haineux de certains groupes soi-disant musulmans ou de certains délinquants AUJOURD’HUI. On est encore avec une guerre de retard, chez vous ? Vous reconstruisez la Ligne Maginot, ou vous vous intéressez à ce qui se passe maintenant ?

Vous écrivez : "Rappelons également que ce ne sont pas les juifs auxquels, en France aujourd’hui, on refuse un boulot, un appart ou l’entrée en boîte simplement sur leur nom ou leur couleur de peau."

Oui et je trouve ces discriminations déplorables. Mais reconnaissez aussi que si vous étiez directeur d’une boîte, est-ce que vous seriez ravi d’accueillir 10 ou 15 mecs de cités SANS FILLES dans votre établissement ? Le sexisme est un autre problème grave de cette culture des cités, et elle crée un malaise chez les gens mieux intégrés. Si les types des cités venaient en groupe mixte, auraient-ils autant d’embrouilles dans les boîtes ? Bien sûr SOS Racisme fait ses testings avec des gens corrects, et dans ce cas-là il n’y a aucune excuse qui vaille et c’est très bien d’épingler ce racisme ordinaire. Maintenant il faudrait aussi se demander pourquoi, à un moment donné, des établissements qui ont besoin de faire du chiffre d’affaires sombrent dans la discrimination la plus dégueulasse. Vous victimisez totalement des mecs qui ont aussi une part de responsabilité, parfois, dans le rejet qu’ils suscitent. Mais bon vous avez fait votre couplet politiquement correct, en rappelant des réalités évidentes et punies par la loi républicaine.

Vous écrivez : "Ce ne sont pas les juifs non plus qui ont droit aux sympathiques contrôles et vexations au faciès par les flics et vigiles de tout poil."

Oui. Mais si les flics contrôlent, croyez-vous qu’ils ont plus de probabilités de trouver un coûteau ou une arme de poing ou du cannabis dans une bagnole conduite par 4 hommes seuls, au crâne rasé et beurs, ou par un couple de sexagènaires ? Soyez réaliste, le jour où l’on connaîtra une vague d’attentats vietnamiens en France et en Europe, et où le Vietnam concoctera des armes bactériologiques, et où les français d’origine vietnamienne seront surreprésentés dans les prisons pour viols, transport d’armes, traffics etc., les restaurants asiatiques seront sur-contrôlés !

Vous écrivez : "Cela devient donc très génant toutes ces campagnes de presse sur « La France antisémite ». Particulièrement pénible même."

Vous disiez cela au temps où le cimetière juif de Carpentras a été profané ? Aujourd’hui il est politiquement correct de se plaindre des "lamentations" des juifs ; hier cela paraissait normal de s’indigner envers l’antisémitisme. Vous suivez un peu le sens du vent, non ?

Vous écrivez : "Selon le dernier rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, les violences raciales en France sont commises à 89% contre des Noirs et des Maghrébins, à 10% contre des juifs."

Intéressant. Je pense que c’est le cas des violences raciales économiques, que vous dénonciez justement, par exemple l’accès au logement ou au travail. Mais les violences raciales physiques ? Il y a donc une masse inouïe de "ratonnades" en France, aujourd’hui, dont PERSONNE ne parle ? J’aimerais bien avoir la source de ces données, car je vois mal QUI pourrait commettre de tels actes. Ah, le Bétar ? Les skins ? Les militants du FN ? Dîtes-m’en plus sur la nature de ces violences, mais cela me laisse songeur et j’ai besoin d’infos car si c’est effectivement le cas, c’est scandaleux et il devrait y avoir énormément d’articles sur le sujet, genre "un arabe tabassé par des skins", "un arabe blessé par le Bétar" etc. Il y avait ce genre d’articles durant les années 80, mais aujourd’hui ils sont rares. Est-ce parce que les FAITS du genre ratonnades ont diminué, ou parce que les médias n’en parlent plus du tout ? Je suis preneur d’infos chiffrées là-dessus ou de la source du rapport que vous citez.

Vous écrivez : "Alors pourquoi se focaliser uniquement sur la judéophobie ? La judéophobie serait-elle un racisme « supérieur » à tout autre ? Pourquoi évacuer toutes les autres formes de racisme ? Pourquoi ne pas poser tout simplement la question des crispations racistes dans leur ensemble ?"

Là dessus je suis d’accord. Par exemple le racisme anti-occidental, les paroles réitérées du genre "je nike la France" ne vous posent-elles pas quelque problème de ce point de vue ? Je pense qu’en partie à raison, les enfants issus de l’immigration algérienne n Franvce ont accumulé un fort ressentiment vis-à-vis de la nation française, et que ce ressentiment s’exprime notmment par une délinquance "raciste" envers les occidentaux. C’est une réaction quasi-normale de certains beurs qui ont vu leurs parents se faire exploiter de façon barbare par les capitalistes français, et/ou qui ont entendu parler des crimes de la colonisation, et bien sûr qui sont discriminés à l’embauche etc. Tout ceci créé un climat malsain où se développe une haine anti-occidentale qui, en spirale, alimente la xénophobie franchouillarde du FN.

Vous écrivez : "Mais surtout, pourquoi présupposer en permanence que la judéophobie émane directement de la communauté musulmane française ? Il semble bien que la tradition antisémite française soit tout ce qu’il y a de plus franchouillard. Et si quelques unes des personnes arrêtées pour actes antisémites sont effectivement d’origine maghrébine (mais jamais de militants pro-palestiniens, ni de prosélytes wahhabites, bien plus des voyous très ordinaires), en revanche les autres personnes interpellées (et en plus grand nombre) appartiennent à un courant politique « identitaire » très français. Curieusement, on n’en entend faiblement parler."

Voir "L’Express". Des militants d’extrême-droite antisémites sont arrêtés, mais la plupart des actes antisémites de France sont commis par des délinquants de cité, effectivement PAS islamistes ni militants de gauche.

Vous écrivez : "Et lorsque l’on évoque, en reprenant les doctes analyses du CRIF, une importation du conflit israélo-palestinien dans les banlieues, cela semble malheureusement être le choix de la communauté juivre française, du moins de ses institutions, dans leur appui inconditionnel aux sharoniards."

En France, les anti-Sharon peuvent s’exprimer autrement qu’en tentant d’incendier des synagogues. Un différend politique n’oblige pas à un recours à la violence et aux insultes racistes genre "Mort aux juifs !" Si votre conception de la politique en démocratie c’est ’tu soutiens Sharon, je te tape sur la gueule’, vous régressez. Si vous étiez en Palestine, je comprendrai, car vous n’auriez pas le choix. En France, vous avez le droit à la parole, comme vos contradicteurs, donc inutile d’user de miliciens dans les rues et d’intimidations soi-disant "de gauche" mais qui vise surtout à créer un climat de violence et à matraquer les gens d’une propagande à mon sens fascisante, car biaisée, faussée et fanatisée.

Vous écrivez : "Car pour les « sauvageons », l’attachement au pays d’origine des parents, voire des grand-parents, est bien plus déterminant que toute autre considération dans la recherche de l’affirmation identitaire, et bien peu d’entre eux connaissent véritablement l’histoire de la Palestine et du sionisme."

Pourquoi dans ce cas ne manifestent-ils pas contre la torture en Algérie, le GIA et/ou le régime des généraux d’Alger ? Car en Algérie il y a eu 100 000 morts ces dernières années, et on n’entend pas les musulmans, ou les enfants d’Algérie, ou vous, les militants antisionistes, sur ce sujet dramatique. Vous êtes très fort pour désigner vos ennemis, les méchants "sharoniards", et particulièrement nuls et silencieux pour faire des manifs contre les tortionnaires algériens. Cela se comprend très bien, vous identifiez Israël à un Etat colonisateur "occidental", et votre combat prioritaire est mené contre "l’occident colonisateur". En revanche, en ce qui concerne l’Algérie, vous n’avez pas une grille de lecture idéologique bien certaine, donc que des milliers d’Algériens soient torturés ces dernières années, que des femmes algériennes soient violées ou éventrées devant leurs enfants, vous en êtes moins indignés que par l’Armée israélienne quand elle rétorque à des tireurs embusqués... Bref, votre indignation sélective est évidente et très suspecte.

Vous écrivez : "Or, c’est bien avant la seconde intifada (sept.2000-…) qu’est apparue pléthore de sites tout à la fois ultra-sionistes et violemment racistes. Bien que SOS-Racaille et AIPJ viennent tout juste de disparaître (curieusement), il en reste suffisamment pour dégager de la haine à tout va et observer de bien étranges alliances. Déjà, dans les années 70, certains jeunes militants très musclés ne se privaient pas d’émarger tout à la fois au GUD et au Bétar, on les retrouve aujourd’hui en hérauts du souverainisme."

Analyse intéressante. Mais il y a aussi de "bien étranges" alliances entre l’extrême-gauche et les négationnistes, et là j’ai des noms : Garaudy, le Parti des Musulmans de France etc. Et c’est peut-être une alliance plus importante, par l’éminence et la position des acteurs engagés !

Vous écrivez : "Mais actuellement, les allégeances mutuelles de militants du FN et (surtout) du MNR et du madelinisme avec les partisans du sionisme le plus violent semblent particulièrement virulentes, partageant et s’efforçant de propager une même haine raciale à l’encontre des « arabo-islamistes » ou « déchets » selon leur expression favorite. Une idéologie pratiquée de manière plus soft mais permanente par certains « bureaux » de presse qui inondent quotidiennement les rédactions française de leurs communiqués dénonçant « l’absurdité islamique »."

Vous savez, il n’y a pas que des bureaux du Mossad qui critiquent les absurdités religieuses diverses. Voltaire aussi a critiqué l’Islam, recevait-il des subsides de "bureaux" secrets ? On peut être anti-islamiste, voire islamophobe, pour raison d’athéisme, de féminisme ou autre. Il ne faut pas faire de la haine systématique et du soupçon envers celles et ceux qui critiquent l’islam, même s’ils ont tort, il faut simplement voir au cas par cas leurs arguments.

Vous écrivez : "Bref, ces sites fachos cultivent un bien curieux mélange des genres, dont l’objectif paraît être l’exaspération des tensions entre juifs et musulmans français."

C’est dommage que les fachos trouvent tant de relais complaisants parmi les délinquants de base ou dans les discours des chefs du GIA, du Hamas, parmi des cinéastes égyptiens, etc. Si les fachos restaient entre eux, et n’avaient pas autant d’impact, si diligents à les suivre, parmi des soi-disant musulmans, eh bien la vision qu’on a de l’islam serait plus sereine voire favorable !

Vous écrivez : "Ce que l’article du Canard signalait à sa manière. Histoire sans doute de faire passer un petit message à certains commanditaires. Mais surtout, ces sites paraissent étroitement similaires dans leurs argumentaires, prises de positions, interpellations et dénonciations violentes des politiques et personnalités français qui osent manifester une indépendance d’esprit à l’égard de l’extrême-droite israélienne. Et l’on se trouve manifestement en présence d’une propagande musclée très organisée qui rappelle l’effarante déclaration de Roger Cukierman à Ha’aretz en septembre 2001 : « Lorsque Sharon est venu en France, je lui ai dit qu’il doit absolument mettre en place un ministère de la propagande, comme Goebbels. »

Il est possible qu’il y ait une volonté de propagande issue de la droite israélienne, comme de toute autre mouvance politique qui cherche à faire valoir ses idées. De là à comparer Sharon à Gobboels... Mais c’est vrai que dans la propagande "antisionistes", un israélien est quasiment un nazi. Décidément, les outrances cela fait largement partie de cet appel aveugle à l’indignation et de ce procédé de terrorisme intellectuel qui est de plus en plus la substance des débats en France, sur ces questions...

Répondre
Finalement, ils ne sont jamais bien loin, Yenamarre, 19 mars 2003

Très curieux votre « réponse », ainsi que vos autres messages. Vous reprenez très exactement les amalgames, postulats et présupposés pernicieux qui défilent à longueur d’écran sur les sites de ces militants ultra-sionistes, qu’ils soient sincères ou de façade. Il ne manque plus Del Valle et Fallaci.

Et dans la série « Non à l’importation du conflit israélo-palestinien », vous n’avez sans doute pas manqué hier cette amicale soirée à Levallois (Balkany Inc.) de « soutien au bien-être du soldat israélien » en compagnie du Bétar et de la Ligue de défense juive (mouvement classé terroriste et interdit à ce titre en Israël comme aux États-Unis... mais autorisé en France)

Mais quelle sorte de troll êtes-vous donc ?

Pour mémoire : l’amalgame Sharon-Goebbels, c’est l’excellent Roger Cukierman qui le fait. Personne d’autre. Ne vous en déplaise.

Répondre
> Oh là ! Calmos !, Le Masque, étonné, 13 mars 2003
Bonjour, j’avais répondu point par point aux arguments de Yenamar dans un long message. Ma réponse semble avoir été virée. Dans ce cas et pour faire bonne mesure, virez le message de Calmos, ainsi la censure frappera également "pro" et "anti" sionistes. Sinon, il serait plus équilibré de laisser ma réponse. Merci d’avance.
Répondre
> Oh là ! Calmos !, Sam, 15 mars 2003

En tant que simple lecteur, je confirme avoir lu votre message et l’avoir apprécié, puis avoir été plus qu’étonné - pour ne pas dire davantage - de l’avoir vu disparaître une heure plus tard.

Je confesse même l’avoir longuement recherché dans mon cache, hélas en vain.

Les tenanciers d’Uzine - qu’ils soient ici remerciés d’accueillir nos écrits - sont libres de leurs pratiques, aussi étranges qu’elles puissent parfois paraître, mais, si l’on admire la règle déclarée qui veut qu’il n’y ait pas encore de censure préalable, il est difficile de ne pas s’interroger sur le fonctionnement de celle-ci a posteriori.

A votre santé - il en faut parfois.

Répondre
Pour le dossier, Sam, 15 mars 2003

Pour le dossier :

le journal de ce soir déclare sous le titre : "Soupçons sur l’agression du rabbin Farhi", attaqué comme l’on se souvient le 3 janvier dans sa synagogue, que le surin employé par son agresseur provenait justement de cet établissement. La police souhaite l’interroger à nouveau et à ce propos.

Répondre
> Oh là ! Calmos !, 12 mars 2004
d’où sont tirées les statistiques sur les violences raciales ? 89% se font contre des Noirs ou des Maghrébins, 10% contre des juifs. Et 1% seulement pour les autres races ou identités ? Les Blancs ou Asiatiques qui se font agresser par des membres d’autres groupes ethniques sont-ils si peu nombreux ou bien c’est la définition de violence raciale qui présuppose qu’il ne peut s’agir de racisme dans ce cas ?
Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
19 février 2003, message de Samuel
 

Merci pour ce très intéressant article : le bidule du Canard m’avait horrifié par son esprit d’amalgame et ses approximations, c’est rassurant de voir que d’autres ont réagi de même.

Toutefois je trouve que vous aussi succombez à l’amalgame, à ce passage : « Incroyable, ils osent même s’attaquer à des gens très bien : « Nicolas Sarkozy, accusé de trop d’indulgence envers les immigrés, est traité d’"ordure", et son patron, Jacques Chirac, l’un des plus attaqués, se voit appelé "Chiracaille" ou "Ben Shirak" ». On frémit d’horreur avec le Canard : insulter Sarkozy et Chirac... ces gens ne respectent donc vraiment rien. » Il est évident que le Canard se moque, et trouve que Sarko en fait bien assez ainsi sans qu’il soit besoin de l’accuser de n’en pas faire assez. Ce paragraphe est inutile de votre part et confine à la mauvaise foi. Vous savez très bien que vous êtes d’accord avec le Canard sur ce point, à tort ou à raison, alors pourquoi faire semblant du contraire sinon pour asseoir votre diatribe ?

Reste que votre article met fort bien les choses au point, en particulier pour ceux qui phantasment sur Internet ou font semblant d’y discerner des menaces inexistantes. Pure ignorance ou sale rouerie, les exemples pullulent de ces textes désinformés qui semblent surtout vouloir régler des comptes. Le Canard n’en est pas à son coup d’essai en cette matière. Je suis tombé sur un site tout aussi mesquin, cette fois rédigé par des personnes qui ont visiblement fréquenté Internet, et qui utilisent le même genre de diabolisation pour un usage également crapuleux et toujours sous les mêmes prétextes. Voici l’URL, et le site est à mon avis bien plus immonde et manipulateur que l’article du Canard.

 
Répondre


>Imaginer du vide
19 février 2003, message de Grosse Fatigue
 

Un truc assez marrant avec le web, c’est qu’on peut faire de la mayonnaise sans ingrédient ou presque. Il suffit de faire monter la sauce.

On devrait s’amuser à lancer des petites rumeurs de rien, du style Arno travaille au Canard Enchaîné, tout ça, c’est de la pub, ou un truc de ce genre, ce serait rigolo. Ou alors Uzine est hébergé par Libération, quotidien ennemi juré du Canard Enchaîné. Enfin bon, n’importe quoi pourvu que ça mousse...

 
Répondre


Votre article à le mérite d’être clair.......
19 février 2003, message de François "Cubalibre" admin www.confidentiel.net
 

......au moins vous ne cachez pas vos sympathies que d’autant peuvent considérer commes nauséabondes. De deux choses l’une :

-  Soit vous êtes très mal informés concernant les nuisances de ce groupuscule microbien issu de l’extrème droite ultra-sioniste Israëlienne.

-  Soit vous êtes sympathisant et dans ce cas je ne saurais trop que vous conseiller la prudence.

Cette deuxième remarque n’est nullement une menace, plus simplement, rappelez vous de l’affaire du portail front14.

Ils ont atteint une taille critique, beaucoup trop visible pour que les services puissent tolérer qu’un groupuscule d’une dizaine de personnes attisent la haine entre les communautés, et surtout en ces temps troubles ou personne ne connait les conséquences de l’intervention Américaine en Irak. Les dossiers se constituent lentement mais surement, et ces "nuisibles" ont au moins réussis une chose : Fédérer des gens d’horizons différent qui par leur travail de fourmis, collectent tous renseignements techniques les concernants. La volonté politique concernant leur infiltration en vu de leur dissolution/arrestation fut prise au lendemain de l’affaire Brunerie.

Voir en ligne à leur sujet :

 
Répondre
Et les marins de Kronstadt, Lirresponsable, 19 février 2003

salut à toi,

Soit vous êtes très mal informés concernant les nuisances de ce groupuscule microbien issu de l’extrème droite ultra-sioniste Israëlienne.

Il est très probable que cela soit le cas en effet, mais sur quoi repose cette information ? D’une interprétation personnelle, d’un rapport de police, d’une enquête judicaire, de l’analyse de Radio Islam ?

Soit vous êtes sympathisant et dans ce cas je ne saurais trop que vous conseiller la prudence.

Tu seras gentil et bien aimable de ne pas nous diffamer, et de trouver autre chose que le sempiternel "critiquer la régulation d’Internet = être un néonazi". Tu vois c’est comme si on affirmait "combattre sos racaille, c’est être membre du Hamas", ce qui est très con comme tu en conviendras.

Cette deuxième remarque n’est nullement une menace, plus simplement, rappelez vous de l’affaire du portail front14.

Oui justement, c’était encore le coup "y’a des nazis, (enfin 9 sites en français) sur un portail de haine, il faut donc filtrer et à défaut éradiquer" dans le contexte de la LSI. Tu pourras également relire ici la régulation était fermée de l’intérieur, où l’on détaille les liens de l’AIPJ’accuse.

La volonté politique concernant leur infiltration en vu de leur dissolution/arrestation fut prise au lendemain de l’affaire Brunerie.

Oui sauf que là on parle d’Unité Radicale, et que le rapport des RG dans la dépêche AFP à propos de l’agression du père Berger s’intéresse à Unité Radicale et non à SOS racaille.

Répondre
> Et les marins de Kronstadt, Tiresias, 19 février 2003

Tu as oublié :

......au moins vous ne cachez pas vos sympathies que d’autant peuvent considérer commes nauséabondes

Ca fait des heures que je me demande ce qu’il a voulu exprimer, le gars, dans cette phrase étrange. Enfin, il reviendra peut être nous le dire, les forums c’est fait pour ça.

Répondre
> Et les marins de Kronstadt, 20 février 2003

Cher Tiresias, le gars qui a ecrit ces lignes sur lesquelles vous vous posez des questions, c’est le meme gars qui est cite comme contre-exemple a l’article du Canard (cf le passage sur confidentiel.net, présenté comme preuve que le Canard se trompe).

Bon bref, pour dire qu’ils se trompent, vous mettez en avant quelqu’un... qui vous dit que vous vous trompez aussi.

Pensez-vous avoir vraiment raison alors ? :-)

Répondre
> Et les marins de Kronstadt, François "Cubalibre" admin www.confidentiel.net, 20 février 2003

Il est très probable que cela soit le cas en effet, mais sur quoi repose cette information ? D’une interprétation personnelle, d’un rapport de police, d’une enquête judicaire, de l’analyse de Radio Islam ?


Il suffit simplement de taper sos-racaille sur Google et/ou de parcourir leur forum pour découvrir ou vont leur sympathies et interet.

 
Répondre
question de méthode, Lirresponsable, 20 février 2003

oui donc ton affirmation repose sur une simple interprétation à partir de prises de position /sympathies affichées sur leur forum et devant valoir comme telles (présuposé : elles sont affichées donc elles sont vraies), plus d’autres sources trouvées via Google qui affirment la même chose...Le raisonnement étant le suivant : soutien à la politique A.Sharon + racisme anti-arabe affichés donc extrême droite israëlienne.

Quand je ne sais pas, et à défaut de preuves, je préfère parler de probable, notant par là une conjecture, qui n’exclut pas la possibilité d’une manipulation (plusieurs hypothèses).

PS

la mention de l’article de Confidentiel.net n’est pas là pour montrer que « le Canard se trompe » mais que 1) les sites racistes sont des sites de propagande et que leurs prétendues informations ont donc une crédibilité quasi nulle (preuve : ils publient une affaire bidon parce qu’elle va dans le sens de leur propagande sans vérifier l’information) 2) qu’Internet offre également la possibilité de critiquer la propagande, et plus généralement une activité critique (faible représentativité et quantité des sites de haine ; contrairement au titre canardesque « Internet inondé ».

Répondre
> question de méthode, François "Cubalibre", 21 février 2003
Mais bordel, as tu fais l’effort d’effectuer une recherche sur Google ? Si tel était le cas, tu aurais trouvé des liens sur amiisraeli et autres sites extrémistes juifs, alors pas de procès d’intention STP !
 
Répondre
L’irresponsable evacue l’argument, Bonne Memoire, 26 février 2003

Je remarquais juste que

1) S’il y a "peu de sites racistes", il y a en fait encore moins de sites luttant contre les racistes. L’argument de la faible representativité est valable ou ne l’est pas, il ne peut pas etre valable dans le cas des racistes, et non valable dans le cas des anti-racistes ! Ca vous generait tant de dire que l’Internet est a l’image de la société : des racistes virulents, une majorité qui s’en fout, et quelques jeunes utopiques qui luttent trois ou quatre ans contre le racisme avant de rejoindre la majorité ? :-) Pourquoi inventer un Internet ou, par on ne sait quel miracle, l’argumentation raisonnée ferait taire toutes les haines ?

2) Ce tres faible nombre de sites anti-racistes fait que vous n’avez a offrir qu’un ou deux exemples pour votre contre-argumentation au Canard. Or, ironie de l’histoire, que ce soit G. Karmasyn precedemment ou F. "Cubalibre" actuellement, vos rares contre-exemples ne sont pas du tout d’accord avec vous, et constate plutot le point 1) ci-dessus avec force !

Comme prévu, ARNO* n’a pas repondu a cet argument (Uzine, lieu de discussion sauf pour ceux qui l’administrent ? :-) ), et dans six mois on aura un nouvel article sur "les media disent n’importe quoi a propos des nazis sur Internet", je pense. C’est si facile. Et surtout moins pénible que de mettre en pratique cet image d’Internet "lieu de debat ou on combat le racisme par l’argumentation" que veut diffuser Uzine.

Répondre
Le retour de l’argument (logos eradicator), lirresponsable, 26 février 2003

L’argument de la faible representativité est valable ou ne l’est pas, il ne peut pas être valable dans le cas des racistes, et non valable dans le cas des anti-racistes !

Cela semble exact, c’est pourquoi tu m’attribues tout seul cette contradiction, petit coquin ! :)) Je parle de faible représentativité et quantité des sites de haine (env. 3000 selon le centre Simon Wisenthal pour tout le web) ; pour un ordre de grandeur : 3.275.500 de sites personnels pour l’AFA en juin 2002.

Donc en valeur absolue (nombre) les sites de haine sont très peu représentatifs et ils le sont également vis à vis des autres sites web.

Un tel non-événement mérite quantité d’articles de presse, le plus souvent avant chaque projet de loi par souci d’informer vraisemblablement...

Ensuite, on peut également introduire une distinction,à propos de la représentativité, entre ceux qui réalisent des sites (uniquement anti-racistes) et ceux qui en font la promotion, reprennent le message, les référencent (liens, webrings, etc.).

Pourquoi inventer un Internet ou, par on ne sait quel miracle, l’argumentation raisonnée ferait taire toutes les haines ?

Oui c’est vrai, pourquoi ? Et en plus avec un miracle qu’on sait pas pourquoi qu’il est inexpliqué ! Ah, tu veux dire qu’il s’agit de notre croyance ?...Désolé de te décevoir mais je n’y crois pas ; non sérieux, tu connais des gens qui ont cette croyance ? Ou alors tu dis cela pour te moquer des « quelques jeunes utopiques qui luttent trois ou quatre ans contre le racisme »...C’est pas très gentil ;)

Ce tres faible nombre de sites anti-racistes fait que vous n’avez a offrir qu’un ou deux exemples pour votre contre-argumentation au Canard.

Relis toi, si les sites anti-racistes sont aussi peu nombreux que les sites racistes, alors 1) Internet n’est pas inondé 2) le Canard privilégie les sites racites (vendre du papier) et fait leur promotion sans parler des sites anti-racistes ; le tout avant le projet de loi. C’est ce qu’on dit dans l’article. Quant à la limitation du nombre, il n’existe pas 3000 sites anti SOS racaille en effet ; finement observé.

a+

Répondre
Un brin de mauvaise foi ?, Bonne mémoire, 9 mars 2003

"Cela semble exact, c’est pourquoi tu m’attribues tout seul cette contradiction, petit coquin ! :)) "

Je suis sur Internet donc je suis forcément un homme ?

Revoila par la petite porte les préjugés "qu’on-a-le-droit-de-faire-parce-que-nous-on-connait-Internet-mais-qu’on-interdit-a-la-presse-de-faire" :-)

Quant a affirmer qu’il ne faut pas parler des racistes dans la presse parce qu’ils sont minoritaire, c’est un choix, mais alors au moins ne citez pas des contre-exemples de la façon dont vous le faites, c’est toute la cohérence que je vous demande.

Mais ne pas citer de contre-exemples, je me doute que c’est difficile : ca demande alors d’assumer un côté "dormez braves gens" en expliquant que les sites racistes ne sont qu’une minorité dont on n’a pas besoin de parler. Et comme je me doute que vous n’allez pas aimer être assimilés à ces irresponsables qui estiment que les anti-racistes font de surtout la publicité aux racistes, la position est difficile à défendre.

Bref, je continue de penser que vous évacuez toujours l’argument : quand on voit que systématiquement vos "contre-exemples" au racisme sur Internet trouve que vous ecrivez des choses qu’elles ne cautionnent pas, n’est-ce pas un probleme pour vous ? Ce n’est pas le premiere fois (cf. mon premier post), et je pense helas qu’a la prochaine critique d’article parlant de sites racistes, on aura encore droit a des citations d’un ou deux sites anti-racistes pour faire contrepoids, et ce en toute mauvaise foi.

Enfin, acceptez-vous quand meme le fait que depuis la diffusion d’Internet il est devenu beaucoup plus facile qu’avant de se procurer des textes revisionnistes ? [Cette partie importante de mon argument contre votre article a disparu de toutes vos réponses]

Répondre
Le dimanche au soleil, Lirresponsable, 10 mars 2003

Je suis sur Internet donc je suis forcément un homme ?

Ah mais j’en sais rien moi, tu vis ta vie comme tu l’entends :)) Bon vu que cela (le masculin) te perturbe, mets "petitE coquinE" à la place...Et tu peux également profiter de l’occasion pour répondre au lieu de t’arrêter à des broutilles, chère (vieille) lectrice ;)

Et comme je me doute que vous n’allez pas aimer être assimilés à ces irresponsables qui estiment que les anti-racistes font de surtout la publicité aux racistes, la position est difficile à défendre.

Hum, très fort le jeu sur "ces irresponsables" et mon pseudo, une ironie mordante (tm), vraiment !...En revanche, tu oublies - un peu vite - ce que tu affirmais dans ton message précédent, je te cite (de mémoire) : « des racistes virulents, une majorité qui s’en fout, et quelques jeunes utopiques qui luttent trois ou quatre ans contre le racisme avant de rejoindre la majorité ? :-) »

Alors les sites racistes sont-ils très minoritaires et la majorité s’en fout-elle ? :) Auquel cas, comment comprendre la couverture médiatique ?

quand on voit que systématiquement vos "contre-exemples" au racisme sur Internet trouve que vous ecrivez des choses qu’elles ne cautionnent pas, n’est-ce pas un probleme pour vous ?

Non ce n’est du tout un problème, pour plusieurs raisons, dont les principales sont que l’on ne recherche pas une caution (morale) à nos affirmations ; et qu’il ne s’agit pas d’un argument.

On expose des faits que l’on peut contester (les sites de haine sont très peu représentatifs et ne constituent pas un raz-de-marée), des arguments que l’on est en droit de réfuter, une analyse du traitement médiatique (papier facile, et programme législatif en préparation) que l’on peut critiquer, mais on ne souhaite pas obtenir l’assentiment des auteurs des sites anti racistes qui viendraient en forum se contenter de poster "oui, oui vous avez raison, vous êtes de braves gars et on vous soutient à fond".

Ces auteurs gardent leur entière liberté d’appréciation et de critique, y compris de ne pas être d’accord avec notre analyse, et c’est tant mieux. Nous ne sommes pas dans une manif’ avec des banderoles "machin avec nous" ou des communiqués, stickers "bidule soutient truc".

On mentionne ces sites (anti racistes) pour relever un fait, bon désolé c’est dans l’article : « l’internet n’est aucunement « inondé » par la propagande d’extrême-droite et permet au contraire un travail critique en ligne ».

Il n’est donc pas gênant en soi que ces auteurs ne soient pas d’accord. Le dernier argument, en date, de cuba-libre était "t’as regardé dans Google ? Putain !"...Bon, X linke Y donc X=Y n’est pas un argument qui me convainc.

Enfin, acceptez-vous quand meme le fait que depuis la diffusion d’Internet il est devenu beaucoup plus facile qu’avant de se procurer des textes revisionnistes ?

Cela dépend du sens de "facilité" dans la question. De manière générale, il est plus facile parce que moins pénible, (plus commode, plus économique) d’obtenir de chez soi un contenu en ligne que de faire la démarche pour se procurer une marchandise non numérisée. Ainsi, il est plus facile avec Internet d’avoir accès aux protocoles des sages de Sion que de se déplacer dans l’arrière boutique d’une librairie d’extrême droite. Mais exactement de la même manière qu’il est plus facile d’obtenir un mp3 que d’aller chez un disquaire spécialisé pour commander un CD en import.

Le "fait" tel qu’il est constitué dans ta question confond les propriétés techniques du Réseau, valables pour tous les contenus numérisables (y compris donc les textes révisionnistes), avec une reponsabilité du Réseau en tant que vecteur privilégié de diffusion et d’accessibilité des contenus révisionnistes, opposé à "l’avant Internet". Comme si, avant Internet, il est était très difficile, compliqué, presque impossible de se procurer des textes révisionnistes et que donc Internet garantissait une large diffusion et une audience de masse à ces textes. Comme si la facilité de la recherche d’un contenu expliquait l’intérêt ou l’audience d’un contenu.

Cette seconde partie qui extrapôle les changements induits par Internet (technique et distribution) me semble erronée, également dans sa compréhension d"Internet (en bref ce n’est pas un média de masse).

En général, vient alors l’argument du collégien qui surfe sur le Net, et paf ! Il tombe malgré lui sur un texte révisionniste, et tout ça c’est la faute à Internet. Prenons un exemple, si je tape protocoles des sages de sion dans Google, la première réponse est (suspens) : L’origine des Protocoles des sages de Sion. Tu noteras que je ne fais pas exprès de citer le site de Gilles Karmasyn, hein, c’est la faute à Google ! :))

Bon on continue l’expérience, les Protocles sont un faux antisémite mais ils ont été rédigés par la police du Tsar (moyens étatiques de fabrication et de diffusion), avant Internet donc, cherchons textes révisionnistes, (suspens), on tombe sur L’internationale négationniste sur le Net, citons un extrait :

« Contre-offensive sur le net

Face à ces sites révisionnistes, on trouve un certain nombre de serveurs actifs argumentant systématiquement les affirmations, amalgames et autres désinformations pseudo-scientifiques mêlant idéologies d’extrême droite et tiers-mondisme ultragauchiste. Les arguments contrant les révisionnistes sont disponibles sur les sites du Centre Simon Wiesenthal 12 (Californie) proposant ses « Réponses aux révisionnistes historiques » ; sur le site de Daniel Keren 13 avec ses « Réponses aux négateurs de l’Holocauste » (Holocaust Denial and the Big Lie) ; sur le site de Hilary Ostrov 14 ; sur Shamash 15 ; et enfin sur le célèbre site du projet Nizkor (« Nous nous souviendrons ! » en hébreu) 16 de Ken McVay qui se charge de mettre en connexion les sites négationnistes et ceux réfutant leurs arguments. Le CHR (Coalition pour la dignité humaine, Portland, États-Unis) rapporte régulièrement les faits et gestes des organisations négationnistes. Lin Collette en décrit les mécanismes surtout aux États-Unis dans « Rencontre avec les négateurs de l’Holocauste » 17. Communauté On-Line et Michel Fingerhut dans ses excellentes « Ressources documentaires sur le génocide nazi et sa négation » 18 mettent régulièrement à jour les articles et ouvrages traitant du négationnisme 19. Quant à Gilles Karmasyn, il analyse la pratique de l’histoire et les dévoiements négationnistes. »

Tu crois que l’auteur de l’article, Gérard Panczer, se sert d’une caution ?

...Mais si ton propos est d’étaler les amalgames médiatiques habituels à propos d’Internet, je te conseille également de parler des recettes de fabrication d’explosifs en ligne (cf. Libé en 96), une grande carrière s’ouvre à toi.

a+

Répondre
Titre sans rapport pour faire celle qui sait prendre du recul, Bonne mémoire, 16 mars 2003

"Alors les sites racistes sont-ils très minoritaires et la majorité s’en fout-elle ? :) Auquel cas, comment comprendre la couverture médiatique ?"

Car tout simplement la majorité a tort de s’en foutre, et les media ont raison de faire des piqures de rappel.

Trouver anormal que les media ne se limitent pas à ce qui intéressent la majorité, c’est étonnant, vraiment. Vous allez très loin dans la mauvaise foi pour ne pas reconnaître votre erreur initiale. Si j’étais de mauvaise foi comme vous, j’extrapolerais votre interrogation au fait de savoir pourquoi il faudrait parler des actes antisémites alors qu’ils ne visent qu’une petite minorité des francais.

Sinon, votre censure temporaire (oh un probleme technique juste a ce moment la, bien sûr !) d’une réponse argumentée dans le fil plus haut à un antisioniste tendance aveuglé me fait cesser là toute participation à vos "débats". Sur Uzine, quand les auteurs daignent réponde, ils ne reconnaissent jamais leurs torts. Je suis juste décue de ne pas avoir été censurée non plus, ca veut dire que je n’ai pas été considérée comme ayant des arguments assez forts.

Répondre
Attention malheureuse, tu vas tomber !, Lirresponsable, 17 mars 2003

Car tout simplement la majorité a tort de s’en foutre, et les media ont raison de faire des piqures de rappel.

Vilaine majorité, peuple insouciant et puéril ! Heureusement que les gentils infirmiers des médias font des piqures de rappel...Contre quoi au fait ? Vous devriez vous intéresser aux sites de haine parce qu’ils ne vous intéressent pas afin que leurs messages ne vous touchent pas, hum... ? Oui mais si déjà le cas, la majorité se fout de leurs messages et n’y adhère pas ?

C’est pas grave, discute pas bonhomme c’est une piqure pour ton bien ! Elle est pas belle la vie, hein ! :))

Trouver anormal que les media ne se limitent pas à ce qui intéressent la majorité, c’est étonnant, vraiment.

Moins étonnant, tu es encore obligée (comme d’hab’) de raconter n’importe quoi. Où ai-je formulé l’impératif suivant lequel les médias doivent se limiter à ce qui intéresse la majorité ? Encore une de tes affabulations piteuses.

Je parle de non-événement, fait : environ 3000 sites de haine sur plusieurs MILLIONS, et de couverture médiatique disproportionnée et mensongère ( + avant projet de loi sur Internet). C’est-à-dire d’une construction purement médiatique, le marronnier "Invasion /Inondation /prolifération incontrôlée des sites de haine".

Mais la presse sait parfois sortir des papiers courageux, à contre courant, tiens par exemple sur la Nouvelle Economie (tm), je me souviens de J.M.M en couverture, l’UMTS...

Si j’étais de mauvaise foi comme vous

Mais tu es de mauvaise foi ma pauvre, ce n’est : ni nouveau, ni en brandissant cette accusation à mon égard que tu vas t’absoudre ! ;)

Démonstration :

j’extrapolerais votre interrogation au fait de savoir pourquoi il faudrait parler des actes antisémites alors qu’ils ne visent qu’une petite minorité des francais.

Oui, oui, tu extrapôles en inventant quelque chose que je n’ai pas dit et que je ne défends pas, (et pour cause c’est stupide) au lieu de répondre à ton amalgame précédent (les textes négationnistes diffusés grâce à Internet), pour un nouvel amalgame reposant sur l’assimilation propos antisémite = acte antisémite. Donc tu nous dis que tu raconterais n’importe quoi ; inutile d’employer le conditionnel.

Sinon, votre censure temporaire (oh un probleme technique juste a ce moment la, bien sûr !)

Bingo ! :)) M’enfin, tu n’es pourtant pas obligée de suivre la description du troll bête et méchant, tu sais celui qui commente la modération des forums quand il n’a plus rien à dire sur le débat en cours, si ?

me fait cesser là toute participation à vos "débats".

C’est ça, et la marmotte elle replie l’aluminium sur le chocolat...Retourne donc une bonne fois pour toute sur un pugilat à ton niveau :))

Répondre
> Attention malheureux, tu vas tomber !, François "Cubalibre", 19 mars 2003

Tous le webring Liberty-web a sauté, bientot des infos par la presse, on va bien rire de votre article lorsque les infos seront publiques, vous serez pas déçu.

François "Cubalibre" admin www.confidentiel.net

Répondre
ah ouais..., Lirresponsable, 19 mars 2003

oui donc :

1) y’a pas d’info dans la presse en ce moment, merci de le confirmer :)) (notre article ne dit pas tellement autre chose).

2) Les inondations se sont évaporées (alors y’a plus rien sur tout le web maintenant ?)

3) en cas de procédure, la police et la justice ne sont pas impuissantes ; bein merde alors, le canard aurait raconté n’importe quoi ?

a+

Répondre
> ah ouais..., François "CubaLibre" www.confidentiel.net, 22 mars 2003
Demande toi pourquoi tout a été bouclé en moins de 10 heures, quant a l’action de la justice, elle va passer grace aux renseignements qui leur ont été fournis, patience.
Répondre
> Votre article à le mérite d’être clair......., 31 mars 2005
http://islam-creation.forumactif.com/ftopic13_les_ennemis_de_LA_JUSTICE.htm
Répondre


Vous ne saisissez pas le problème
19 février 2003, message de Jeroen
 

Le papier du "Canard", comme ceux qui ’lont précédé dans d’autres journaux, ont le mérite d’exister. Je ne suis plus d’accord avec l’eternel argument "ça leur fait de la pub". Je crois qu’il faut leur faire un maximum de "pub", en parler à tout le monde, jusqu’à ce que les flics fassent leurs boulot. Ce n’est pas la liberté d’expression qui est en jeu : ces sites diffusent, tantôt explicitement, tantôt implicitement, des appels au meurtre et à la violence. Ceci est illégal autant aux Etats-Unis qu’en Europe. Leur sois-disant protection par le premier amendement est une supercherie. Au contraire, les EU font des pieds et des mains pour empêcher le terrorisme d’utiliser Internet.

Et liberty-web propose en toute impunité d’héberger des sites terroristes. En plus des appels publics à la violence, ils disposent d’une messagerie sécurisée leur permettant de planifier des ratonades et dégradations de biens publics, dont ils se vantent ensuite sur leur forum public.

Vous ne saisissez pas le problème : il ne s’agit pas de s’attaquer à la liberté d’expression sur Internet. Ces sites en veulent à la vie de leurs concitoyens, ils menacent de mort ceux qui les attaquent, font l’apologie du meutre et de la torture et servent de moyens efficace de communication anonyme à ceux qui souhaitent "passer à l’action".

J’aimerais qu’au lieu de poursuivre les clochards et les prostituées, les flics français fassent cesser ce scandale. Il y a plusieurs moyens pour cela. Une enquête sérieuse d’une semaine suffirait à identifier et à interpeller les responsables. Un arrêté ministériel obligeant les FAI français à couper l’accès à ces sites suffirait à les empêcher de diffuser leurs incitations au meutre. Je trouve scandaleux qu’un gouvernement élu par une volonté populaire de se sentir en sécurité ne fasse rien pour arrêter ça.

La censure et la liberté d’expression sont des sujets qui n’ont pas fini de faire couler de l’encre. Mais ce n’est pas de cela dont il s’agit ici. Que diriez-vous si des malades se filmaient entrain de torturer des enfants et réclamaient publiquement le droit de diffuser ça sur Internet au nom de la liberté d’expression ? Que cela n’a rien à y voir et que de tels criminels ont leur place en prison.

Concernant ceux qui encouragent à se procurer des armes (et donnnent les détails techniques en privé), se vantent de leurs capacités à tuer à main nue et appellent à "se faire sois-même justice", quel rapport cela a avec la liberté d’expression ?

Cordialement.

Répondre
> Vous ne saisissez pas le problème, C’est pas moi, 19 février 2003

Que les flics fassent leur boulot, et qu’on demande du fric pour les former, d’accord. S’il y a un obstacle du genre "l’hébergeur américain" ne veut pas nous donner le nom du responsable français de ce site raciste, que les accords internationaux se fassent.

Mais ce n’est pas ce que dit l’article. Par exemple, cet extrait ne passe pas.

"Les moteurs de recherche français que nous avons testés (Google, Wanadoo, Nomade...) ne se posent visiblement aucune question et renvoient à des centaines de pages de ces sites racistes..."

J’abonde quelque part dans ton sens sur un point : si les gens compétents (comme nous) revendiquaient d’eux même plus de moyens (et de compétences) pour que la cyber-police puisse faire son boulot, les incompétents (comme le canard enchaîné) aurait compris qu’il faut militer contre (et non pour) les lois liberticides (car floue, et donc arbitraire au final) que certains gouvernements essaient de faire passer sur le net (comme la corée du Nord).

PS : depuis que les forums ne sont plus déroulés par défaut, on ne les lit plus. Militons pour le déroulement par défaut des forums.

Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
18 février 2003, message de papillooon
 
Reste, au delà des choix un peu décevants du canard pour la réalisation de son article, une question de fond : peut-on laisser des sites extremistes déformer les réalités pour encourager la haine de l’autre et la mise en place de "milices de résistance" contre "les maghrébins en france", "pays occupé" ? Je sais que bien d’autres sites déforment toutes sortes de réalités mais est-ce une raison suffisante pour ne rien faire, et, a fortiori, ne rien dire ?
Répondre
vu à la télé du web, 18 février 2003

Ne voyons pas dans le web que l’écran de télé et l’analogie qu’il suscite.

N’importe quel internaute de 6 mois a compris que ce qu’il lit ici ou là n’a pas la crédibilité du "vu à la télé", et encore moins son impact.

On fait abstraction de l’audience (10.000 ça sort d’où ?), or l’impact n’est significatif que lorsqu’un site a acquis une réputation suffisante (chèrement), ou acheté ses parts de marché marchandes.

Que voulez-vous que change un petit site, même extrêmiste ? On les crée comme on change de chaussettes, impossible de les contrôler. Alors pourquoi casser les pieds à tous les autres petits ? (nous tous !)

Que les censeurs ne se préoccupent que des vrais problèmes : Quand l’audience repérée par les hébergeurs devient "inquiétante".

Répondre


> Un canard qui fait coin coin quand on appuie dessus
18 février 2003, message de Braz
 

Cet article racoleur m’a également laissé perplexe. Il faut d’ailleurs bien que j’avoue avoir acheté ce numéro uniquement à la vue du titre. Bien fait pour moi.

Bien entendu, nombreux sont ceux qui sont allé vérifier les propos tenus dans cet article. Pour ma part, en surfant sur le web, je me suis aperçu que le Canard n’est pas le premier à évoquer ce site raciste, puisque Libération en avait déjà parlé le 9 août dernier. Alors pourquoi le Canard s’y met-il, et pourquoi maintenant ? La faute à une actualité sociale ou internationale trop calme qui oblige à se rabattre sur de tels sujets-remplissage ? Il est permis d’en douter.

A mon sens, la véritable raison, c’est le projet de loi de flicage sur Internet prévu la semaine prochaine.. La technique est claire : le pouvoir en place suggère des sujets à la presse et on prépare le terrain médiatique pour mieux jouer de ses effets de manches lors des prochains « débats » : « Voyez ce que disait le Canard enchaîné l’autre semaine, on montre des horreurs à nos enfants... » Le but est en particulier de couper l’herbe sous le pied de tous ces gauchisses et autres foutus droits-de-l’hommisses, à l’aide d’arguments dégoulinants d’humanisme dévoyé pour faire gober des motifs moins avouables, cela ne date pas d’hier et ce n’est pas spécifiquement français : il faut attaquer l’Irak, sinon vous êtes pour l’oppression des peuples. Il faut supprimer l’ISF, sinon vous êtes pour le chômage. Il faut empêcher les partis minoritaires de placer des élus, sinon vous êtes pour le Front National. Il faut fliquer Internet, sinon vous êtes pour les sites racistes.

Or, le Canard enchaîné est un instrument idéal : c’est une référence publique, un organe indépendant. De plus, comme Charlie Hebdo, le Canard n’aime pas internet, car internet est un concurrent potentiel dans l’échange d’informations indépendantes des pouvoirs institutionnels. Le Canard n’apprécie donc que modérément les journalistes non encartés, car ils sont dangereux et seuls les vrais journalistes sont responsables. Les vrais journalistes ne traitent en effet que des sujets pertinents. Les vrais journalistes ne taisent jamais les informations importantes qu’ils détiennent. Les vrais journalistes ne sont jamais manipulés. Les vrais journalistes ne disent jamais n’importe quoi.

Pour ne citer qu’un exemple, le Canard n’a jamais révélé en temps utile Mazarine ni les menaces exercées sur Jean-Edern Hallier par le pouvoir élyséen. En cela, il n’est pas donc tellement différent de ses confrères et fait bien partie du sérail. Il suffit donc de suggérer au Canard un « bon sujet » 2 semaines avant un débat parlementaire et le tour est joué.

Depuis longtemps, on sait que le Canard est largement instrumentalisé. Le meilleur exemple en est la fameuse page 2, celle qui relate tous les potins du microcosme politique. C’est, paraît-il, la plus lue : en général, il s’agit des vacheries qu’Untel aurait proféré sur Machin, souvent de la même mouvance politique. En effet, il est impossible de dire publiquement du mal de son voisin ministre ou député UMP si vous êtes UMP, ou PS si vous êtes PS, car comme le disait récemment Arnaud de Montebourg « quand tu es dans l’opposition, c’est « cause toujours », et quand tu es dans la majorité, c’est « ferme ta gueule... » Alors l’exutoire consiste à proférer des petites phrases dans le Canard. Par exemple, cette semaine, on est prié de savoir que Luc Ferry a provoqué l’hilarité générale en conseil des ministres...Ou que Sarkozy pense que ceux qui ont milité pour la réforme du mode de scrutin aux régionales sont « des connards à courte vue ».Dont acte... Il faudrait être bien naïf pour s’imaginer que tous ces potins sont issus de fuites incontrôlées et que c’est un miracle de retrouver autant d’opinions croustillantes chaque semaine : c’est du vrai-faux off sciemment organisé où tout le monde trouve son compte.

Pour en revenir à notre site raciste, l’objectif (car c’est bien d’un objectif qu’il s’agit, même si çà ne marche pas toujours), c’est que l’article du Canard soit rapporté par les revues de presses matinales des radios nationales, car le Canard, hein, c’est toujours le top en matière de révélations. Ensuite, que l’info circule toute la journée en boucle. Puis que l’on ait l’un de ces débats radiophoniques en fin de journée, débats souvent complètement stériles mais où le sujet (« Internet, repère de fachos, etc ») aura eu le temps d’être bien rabâché. Enfin, le nirvana, dans cette mayonnaise médiatique, c’est un reportage complet au 20 h sur TF1 ou France 2. Il faut dire que ce processus a fort bien marché il y a 3 ans concernant Yahoo et les sites d’enchères nazis sur le web...

Si j’étais à la place des responsables de ce site raciste, j’embrasserais le Canard sur les 2 joues : on ne peut rêver d’une plus belle publicité. Car la difficulté n’est jamais de créer un site web, mais d’en assurer la promotion. Qu’il y ait sur internet quantité de sites racistes, pédophiles, négationnistes, cela n’a rien d’un scoop. Seulement, noyés qu’ils sont parmi tant d’autres, le tout est de les sortir de leur insignifiance crasse. On en demandait pas tant à un journal sans pub.

Ecrire qu’ « il est possible aujourd’hui de propager, en toute impunité, des opinions racistes, des incitations à la haine raciale, voire des appels au meurtres, en touchant, à chaque fois, des dizaines de milliers de personnes »....quand on cherche à contribuer à faire connaître ces mêmes opinions à des millions de personnes, dont un certain nombre à qui il fera chaud au cœur de savoir qu’elles ne sont pas seules à partager l’amour de la ratonnade, voilà une indignation bien paradoxale...Merci, canard boîteux, j’ai pour ma part découvert ici le comble de la maladresse et / ou du faux-cul journalistique.

Répondre


Vous savez lire ou vous fetes expres ?
18 février 2003, message de Palf
 

Article de parano sans interet.

Exemple patent de votre malhonneteté, la phrase « un épais dossier a été remis, en janvier, par des informaticiens ayant travaillé des mois sur la question aux services de police spécialisés dans la délinquance sur Internet. » Completement extraite du contexte et mis en parralele avec des données completement externe à l’article du canard. Bravo pour cette manipulation.

Minable.

Répondre
Coucou petit lapin !, Lirresponsable, 18 février 2003

La phrase de l’article du Canard n’est pas extraite de son contexte (enquête sur les inondations d’Internet et progression de l’article, lecture linéaire & synthétique), ni mise en parallèle avec des "données complétement externes".

Dans notre article, l’extrait suivant est articulé avec 1) les affirmations de SOS racaile de constituer un gouvernement parallèle et occulte (communiqué repris sur Bugbrother), ce qui explique le gonflement médiatique du sujet 2) le ton raccoleur de l’article du Canard (raids, internet inondé) 3) les affirmations du Carnard : débordement du cadre virtuel.

La citation de l’extrait prend place dans notre article à la partie "vous avez appelé la police ? Ne quittez pas", qui correspond au titre du Canard "Cyberflic débordés" ; thème que l’on développe dans tout l’article. Le journaliste utilise le "pourtant un épais dossier a été remis" afin de dramatiser : les flics et la justice n’ont pas mis la hola alors même qu’il y a un épais dossier !

Il ne s’agit donc pas d’un parallèle hasardeux, ni de données externes : pour accréditer sa thèse des inondations, l’article du Carnard mentionne l’épais dossier des travailleurs informaticiens remis à la police (gage de sérieux, d’enquête ; ils ont travaillé des mois !). Qu’est-ce qu’on y apprend ? Qu’il y a une poignée d’excités d’extrême droite...Voilà qui mérite en effet un article, et répond sans doute à "l’inaction" conjointe de la police et de la justice affirmée par le Canard ; qui se rend compte quand même de la limitation et enchaîne les perles médiatiques (hébergeurs responsables, nom de domaine, filtrage des moteurs).

Et c’est ce démontage de la cuisine médiatique (pige sans doute refourguée, gonflage du sujet, approximations, reprise sécuritaire) que tu qualifies de "malhonnêté" et de "manipulation" ? Sérieux, c’est tout ce que tu as trouvé mon lapinou ? ;))

Répondre
> Coucou petit lapin !, Palf, 18 février 2003

petit lapin, pourquoi pas ?

1) je reconnais que le titre de l’article etait un peu exagére (raids, inonde) mais pas le corps de l’article.

2) les debordements du carde virtuel evoqués par le canards sont les attaques de sites des associations et pas autres choses.

3) les affirmations sur le gouvernements paralleles ne sont pas dans l’article du cancrd

4) l’incitation a la haine racial est un delit en france et quand apparait un nouveau mledia permettant ce délit, il est normal d’adapter la police. (jamais le canard n’a demandé dans son article plus de flics).

5) il y a effectivement des nazis sur internet (minoritaire, mais jamais l’article n’a fait croire qu’il etait majoritaire), et éffectivement ces nazis perturbe grave certains groupes de discussion (genre fr.soc.politique), mailing liste et forums.

6) Jamais l’article ne parle d’hébergeurs responsable (on a juste la phrase : "Il est difficile de remonter aux principaux responsables de ces sites et à leurs hebergeurs")

7) Il ne parle pas de filtrage des moteurs de recherche mais indique "Le moteurs de recherche français ne se posent visiblement aucune question" ce qui est contraire à la loi. Cela ne signifie pas que le canards est favorable à un filtrage.

Et je pourrait continuer comme cela pendant longtemps. (mais cela ne m’amusant pas je m’arrete)

Le fond de la chose est le débat sur la liberté d’expressions.

Soit on considere que l’on à le droit de tout dire (comme aux etats-unis) soit on considère qu’il y a des limite (incitation à la haine racial, propos fasciste)

A partir du moment ou l’on considère qu’il est normale de limiter la liberté de parole, il est normal de dénoncer le non respects à cette limitation. Cela me semble etre le but de cette article et non comme le sous-entend le votre un désir de flicer internet.

Finalement on pourrait dire que comme les titres du canards, vous avez chercher à tomber dans le sensationnalisme. (sauf que le canard c’est arrété aux titres).

Bises, Palf

Répondre
Il fallait tendre ses grandes oreilles en cours d’orthographe, Davidou, 19 février 2003

Aie, mais putain aie !!

Toutes ces fautes d’orthographe me tuent les tympans ... Et foudroient mes petits yeux (rougis par Internet).

Vraiment, petit lapin, n’oublie pas la prochaine dictée de Pivot !

Heu, quoi de neuf docteur ?

Répondre
Dekalog 1 en trois couleurs, Lirresponsable, 19 février 2003

1) y’a du mieux ! Allez encore un effort !

2) Non, dans l’article du Canard le journaliste mentionne :

« [...] le barbouillage des mosquées (une douzaine en janvier) ou l’agression du curé de Saint Denis, dont la cathédrale avait accueilli des sans-papiers. »

3) oui bravo ! On a même indiqué la source, c’est un peu le but d’écrire un article (de mettre des choses qui ne sont pas toutes dans l’article) :)) Si tu relis, tu constates que nous mentionnons ce communiqué afin d’expliquer le choix médiatique de tel site.

4) Non, il écrit : « Les cyberflics sont, il est vrai, encore peu nombreux ». Adapter la police c’est augmenter ou diminuer le nombre de cyberflics ? Exprimer un regret devant un manque d’effectif c’est souhaiter le diminuer ?

5) Non le titre choisi par le Canard est « Une bande de racistes inonde Internet d’insultes et d’appels au meurtre », quelqu’un d’aussi sensible à la nuance que toi, verras la différence avec cette formulation : "quelques racistes postent quelques messages racistes, diffamatoires, et des appels au meurtre dans certains groupes de discussion".

6) Bein oui petit lapin, le canard n’explique pas dans son article "avant la loi instaurant la reponsabilité des hébergeurs, on vous sort un petit article dans le sens du poil à base d’amalgames et d’approximations". C’est nous qui à la fin de notre l’article rappelons le contexte, et effectivement on n’écrit pas que le Canard se prononce là dessus...

7) « Les moteurs de recherche français que nous avons testés (Google, Wanadoo, Nomade...) ne se posent visiblement aucune question et renvoient à des centaines de pages de ces sites racistes où les "melons" ne sont pas tous de Cavaillon. » Le journaliste, (qui lui se pose des questions, de sacrées questions même !), déplore-t-il cet état de fait ? La formulation n’est pas ambigüe : il est scandaleux que des moteurs de recherche renvoient à ces pages et ne se posent pas de questions. Il ne réclame pas explicitement un filtrage, c’est pourquoi nous n’écrivons pas qu’il réclame un filtrage (tu confonds avec les remarques en forum en dessous de l’article).

Soit on considere que l’on à le droit de tout dire (comme aux etats-unis) soit on considère qu’il y a des limite (incitation à la haine racial, propos fasciste)

C’est faux, on a pas le droit de tout dire aux Etats-Unis, en lisant le lien proposé tu saurais par exemple que la diffamation et la calomnie (libel and slander) sont punies.

A partir du moment ou l’on considère qu’il est normale de limiter la liberté de parole, il est normal de dénoncer le non respects à cette limitation.

Oui, et ça occupe. D’ailleurs certains y font même carrière :))

Cela me semble etre le but de cette article et non comme le sous-entend le votre un désir de flicer internet.

On ne parle des désirs, mais d’un article mauvais, et on ne le sous-entend pas, on l’écrit.

Le but (prosaïque) d’un journal est de vendre du papier. Le problème des "raids nazis" (tm), ça fait plus de cinq ans que la presse généraliste à annonceurs lui consacre des papiers, et toujours en préparation de projet de loi sur Internet et autre régulation fermée de l’intérieur.

Finalement on pourrait dire que comme les titres du canards, vous avez chercher à tomber dans le sensationnalisme. (sauf que le canard c’est arrété aux titres)

oui on pourrait dire ça vers la fin pour conclure et avoir l’air super-malin (vous accusez le Canard de virer au sentionnalime mais, ah ah ah, c’est vous !)...mais à la réflexion, on va éviter en fait ;))

bises

Répondre


> Le Canard dénonce des corbeaux et réclame plus de poulets
16 février 2003, message de Trottinette & Encornet
 

Bien envoyé, bravo !

Deux petites remarques.

1° Il n’est pas totalement déraisonnable de prétendre que les forums de discussion sont le lieu d’"échanges d’idées sous forme de messages électroniques", car après tout les messages échangés ne sont véhiculés ni par pigeons voyageurs ni par le télégraphe Chappe.

2° Ce monsieur Julliard semble bien mal informé en ce qui concerne le coût de réservation d’un nom "international" (.com, .org, .net, .edu, etc.), comme de celui d’un hébergement. Peut-être conviendrait-il de lui donner les références de Gandi... [publicité gratuite pour Lacambre et Chemla].

Répondre
> Le Canard teste les moteurs et réclame plus de filtage, Tiresias, 16 février 2003

Les moteurs de recherche français que nous avons testés (Google, Wanadoo, Nomade...) ne se posent visiblement aucune question et renvoient à des centaines de pages de ces sites racistes...

Sic.

Je ne sais pas comment des moteurs pourraient se poser des questions, même d’aussi bons et intelligents français que Google. Quant à moi, je me pose la question de savoir si, en prime, l’ami du castor est partisan du filtrage.

Répondre
> Le Canard teste les moteurs et réclame plus de filtage, ARNO*, 16 février 2003


-  Quant à moi, je me pose la question de savoir si, en prime, l’ami du castor est partisan du filtrage.

Ca me semble implicite, oui. C’est pour cela que dans l’article, à cet endroit, y’a un lien vers l’affaire Yahoo.

M’enfin ça semble surtout reposer, encore une fois, sur de l’incompétence complétée de bonnes grosses idées reçues : j’y connais rien et je ne me pose pas de questions... Wanadoo, un moteur de recherche ? C’est quoi, les critères de recherche testés (il a réellement cherché "melon" ? j’en doute, parce qu’à la recherche "melon" dans Google en français, je trouve du melon de cavaillon, du chapeau melon et bottes de cuir et de la blague "melon et melèche" ; là j’arrête à la 140e réponse de Google, il n’y a toujours pas un site raciste en vue) ; pour rappel, il y a quelques années, un juge avait testé une recherche sur "nazis" sur les sites de Multimania, et avait essentiellement trouvé des sites historiques ou dénonçant les nazis...

-  Sinon, j’espère que tu apprécies l’effort pédagogique : les forums de discussion, ce sont des échanges d’idées sous forme de messages électroniques ; on les consulte grâce à un petit dispositif électronique de commande, manuel et mobile qui sert à pointer à l’écran un point d’image à traiter.

Répondre
> Le Canard teste les moteurs et réclame plus de filtage, Tiresias, 16 février 2003

En fait je ne me posais pas vraiment la question :)

Pour les tests, faut pas prendre "melon", il y a 30000 résultats, faut prendre "melon bicot" (25 seulement).

Le même jour, un autre palmipédophile présumé raconte sur Zdnet que les internautes sont trop anonymes et qu’il faut une police ad hoc. Les conspirationnistes y verront une manoeuvre conjointe... :)

Répondre
> Le Canard teste les moteurs et réclame plus de filtage, Encornette & Trottinet, 17 février 2003

Rappelons à ce propos que les chevaliers du politiquement correct s’étaient également et glorieusement attaqué au dictionnaire.

Ayant su qu’un dictionnaire universitaire en ligne des synonymes proposait notamment "juif" et "arabe" (historiquement attestés) pour le mot "avare", outre évidemment "ladre", "radin", "rat", etc. - de même que "courtisane" ou "demi-mondaine" pour "fille" - ils se sont alarmés.

On attend au reste qu’ils exigent la suppression de l’Avare du répertoire de la Comédie Française (cf acte II, scène I).

Et il est désolant de constater que l’intimidation a marché : les auteurs désirant probablement avoir la paix, les entrées suspectes ont disparu (http://elsap1.unicaen.fr/cherches_b.html).

Répondre
> filetage (erratvm), T & E, 17 février 2003

Erratvm : ce ne sont pas les entrées, mais les synonymes suspects qui ont disparu !

Mais notre subtil lecteur aura rectifié de lui-même.

Répondre
A travers la presse déchaînée, Erous, 21 février 2003

Dans un encornet je vois pas, dans une trotinette, si, il y a des vis et des écroux.

Mais quel vice (non filtré) de remplacer filtage (flicage ?) par filetage...

Plus sérieusement, le Canard n’est pas plus "parfait" que n’importe qu’elle autre création humaine. Donc une "toile" est regrettable mais pas surprenante.

En revanche si cela s’inscrit dans une réelle volonté de nuire à un outil excessivement libre comme d’autres agités des médias s’y essayent régulièrement c’est beaucoup plus décevant et cela se confirmera à travers d’autres articles dans l’avenir.

Des réactions de Davduf et consorts qui eux connaissent plus la rédaction de l’intérieur ?

Répondre
> Mots, Sam, 4 mars 2003
Il est plaisant d’observer que, le niveau d’instruction des nouveaux zélateurs du politiquement correct ne dépassant guère celui des postulants à Star Academy (tm), le synonyme "shylock" a pu rester impunément (et impudemment) dans la liste proposée pour le mot "avare"...
Répondre