racine uZine

Dans la même rubrique
Les nouveaux Maîtres du Monde
1er juillet 2002
12 février 2001
 
mercredi 13 septembre 2000

Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertexte

Powow.net : « Fais-moi mal, Johnny ! »
par Mona Chollet
 
Thierry Meyssan du Réseau Voltaire, Olivier Blondeau du portail du Libre, Meryem Marzouki d’Iris (Imaginons un réseau Internet solidaire)... Mais qu’êtes-vous tous allés faire dans cette galère ? Vous défendez, sur un site de Vivendi, des principes opposés à tout ce que représente Vivendi ; vous vous réjouissez que Jean-Marie Messier accepte de vous offrir une tribune pour lui cogner dessus, et lui, il se réjouit que vous acceptiez de lui cogner dessus. Visiblement, même, il adore ça. Et vous ne trouvez pas ça louche, vous, qu’il adore ça ? Mmmh ?...

« Il n’avait plus que ses chaussettes / Des belles jaunes avec des raies bleues / Il m’a regardée d’un œil bête / Il comprenait rien, le malheureux / Et il m’a dit, l’air désolé : / « Je n’f’rais pas d’mal à une mouche » / Il m’énervait, je l’ai giflé / Et j’ai grincé d’un air farouche : / « Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny ! / Je n’suis pas une mouche ! / Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny ! / Moi j’aime l’amour qui fait boum ! » (Boris Vian)

Le 31 janvier 2000 était lancé un site baptisé Powow.net, et présenté comme le magazine « totalement autonome »... de Vivendi. Cherchez l’erreur... La veille, le groupe avait annoncé son alliance avec le britannique Vodafone, numéro un mondial du téléphone portable, dans le but de créer au 30 juin un portail commun. A eux deux, les partenaires disposaient de 70 millions de consommateurs, qu’ils pouvaient toucher par tous les supports Internet possibles : ordinateur, téléphone portable et télévision payante. De par l’importance et la diversité de ses activités, Vivendi, déjà fournisseur d’accès à travers ses parts dans AOL-France, est potentiellement en possession d’une quantité énorme de « données personnelles » concernant les internautes, leur vie quotidienne, leurs goûts, leurs habitudes d’achat... Il se doit donc de rassurer le consommateur sur son « éthique », afin de ne pas se voir épinglé en Big Brother. D’où le lancement, en septembre 1999 déjà, d’une « Charte Internet Confiance » que les sociétés de communication du groupe (Cégétel, Canal+, Havas) s’engageaient à respecter. Powow.net est l’instrument de « dialogue » avec les internautes dont cette charte annonçait la création prochaine. Au terme de la consultation lancée auprès de différentes sociétés pour définir la forme que devait prendre le fameux « dialogue », deux d’entre elles ont été retenues : 404 Found ! et The Link.

« ... Vivendi "craque" pour leur vision pourtant on ne peut plus radicale. Voire provocatrice, pouvait-on lire dans le texte retraçant la « genèse » du projet, lors du lancement du site (pas moyen d’en retrouver la trace aujourd’hui). Car ce que pensent en substance les acteurs du projet, c’est que Vivendi n’est ni légitime ni crédible pour attirer sur son nom les internautes... Le groupe Vivendi peut initier un dialogue, le rendre possible, mais pas le porter. Que Vivendi (...) se positionne comme le "facilitateur" d’un débat sur l’éthique du Net, c’est possible. Mais ce débat devra lui échapper sans équivoque pour s’ouvrir à toutes les opinions, même opposées à celles défendues par le groupe ! D’où la conclusion d’un site de débats sans rapport direct à la Charte, d’un journal de dialogues autonome dont The Link devient naturellement l’éditeur. »

Pour vous exprimer, cochez la case

« Autonomie » assez surréaliste d’un site où le nom de Vivendi est omniprésent, et où son P.-D.G., Jean-Marie Messier, signe même un éditorial aux côtés de celui d’Ariel Kyrou, « directeur de la rédaction ». Preuve de la « radicalité » à peine soutenable de Powow.net : « Ainsi trouve-t-on sur le même site les recommandations de Vivendi au gouvernement et une critique radicale du groupe par la présidente de l’association IRIS », s’émoustillait le texte de présentation du site, en février dernier.

L’internaute est invité à juger, en cochant des cases numérotées de 1 à 5, chacune des contributions : à quel point la chronique est-elle « constructive », « pertinente », « surprenante » ?... « D’accord », « Pas d’accord » ou « Pourquoi pas ? »... Cette tentative dérisoire de persuader le visiteur que son avis est pris en compte trahit une singulière méconnaissance d’Internet : le réseau permet justement à chacun de s’exprimer sans médiation, d’une manière un peu plus fine et développée que dans les habituels sondages et questionnaires-clients. Ce qu’il y a de réjouissant dans Powow.net, c’est peut-être ça : la démonstration de cette résistance crasse à intégrer les usages vraiment démocratiques que permet Internet. Chassez le naturel...

L’indépendance, inconcevable autrement que dans la dépendance

Messier écrit que que le site a été créé parce que « le débat ne peut vivre et se développer dans un cadre institutionnel ». C’est clair, non ? Sur Internet, il y a les institutions, et il y a Vivendi. Et, autour, plein de petits internautes qui flottent dans le vide, et qui sont bien contents que Vivendi leur offre un support pour s’exprimer. Le groupe dit vouloir « se positionner en "facilitateur" d’un débat sur l’éthique du Net », comme si les internautes l’avaient attendu, comme s’ils avaient besoin de lui pour débattre, alors qu’ils évoluent justement sur un média où l’on ne fait que cela, en toute autonomie - une « autonomie » sans personne derrière pour assurer la perfusion financière, concept qu’on a sans doute du mal à comprendre, chez Powow : quoi ! On peut être indépendant en ne dépendant même pas des gens dont on est indépendant ?!

Que les guest-stars qui ne connaissent rien au Net, et à qui on va tendre le micro pour leur demander leur avis, encore, on peut comprendre. En revanche, on se demande ce qui peut pousser les personnalités les plus estimables du tout-Web indépendant à se faire récupérer en beauté sur un site aussi cheap, et aussi approximatif sur ces questions d’« éthique du Net » qu’il prétend traiter de A à Z. Elles y voisinent avec André Santini, le député-maire d’Issy-les-Moulineaux, réputé pour sa kolossale finesse et sa vertigineuse ouverture d’esprit, qui attaque son interview en déclarant : « Je rappelle toujours la déclaration 11 des droits de l’homme (sic) ; « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme » (ça ne vous rappelle rien ?... Le même principe défendu par André Santini ou par Arno* : la comparaison est assez cruelle), pour asséner ensuite avec assurance que, sur le Net, « il faut appliquer le droit de la presse » ; avec Jacques Séguéla, qui évoque la « terra incognita » que représente le Web pour ces visionnaires puissants que sont les publicitaires ; avec Maurice G. Dantec, qui soigne son image d’écrivain trop génial pour être de gauche, et enfonce le clou de son atterrante beaufitude en dégueulant sur le copyleft.

Un hochet pour les contestataires

Je voudrais que quelqu’un m’explique, ça me dépasse : dans la vie, vous ne pouvez pas tourner un robinet, ouvrir un magazine, allumer votre portable, sans vous mettre sous la coupe de Vivendi ; sur le Net, vous avez une chance d’y échapper (ah oui, ça fait tout drôle, hein ?). Qu’est-ce qui peut vous pousser à vous jeter volontairement dans la gueule du loup, et à cautionner cette bouffonnerie ? Chacun se frotte les mains à l’idée de couillonner l’autre ; mais, à votre avis, qui couillonne vraiment l’autre ? Que signifie un site comme Powow, si ce n’est que Vivendi peut bien se payer le luxe de laisser de braves contestataires gesticuler un peu sous bonne garde, les y encourager, même, histoire de s’offrir le beurre et l’argent du beurre - la puissance financière tentaculaire et une image de marque « citoyenne » -, puisque rien ne peut plus menacer son empire, désormais ? Entendu dans Level Five, de Chris Marker : « J’ai déjà gagné, mais on peut continuer à jouer, si ça vous amuse... »

« Créer un pont entre les idéaux des pionniers et les espoirs des nouveaux voyageurs du Net. Convier les mots à danser. Faire chanter l’hypertexte. Et faire réfléchir », tel est le but de Powow.net résumé par Ariel Kyrou, dans l’éditorial qui voisine avec le billet de Messier. Lequel Messier, dans un entretien, se montrait particulièrement disert sur la façon dont il comptait combler « les espoirs des nouveaux voyageurs du Net » et « faire chanter l’hypertexte » : « Il faut que ma mère, lorsqu’elle m’envoie un e-mail, puisse être sûre qu’il m’atteindra où que je sois : sur mon portable, dans ma maison ou à mon bureau, sans se poser de questions. Les vrais écrans de masse sont le téléphone portable et la télévision. L’ordinateur vient après. » [1]

Au-delà de son aspect grotesque, la démarche a de quoi inquiéter : « Faites comme si je n’étais pas là ! » barrit Vivendi, tel l’éléphant dans le magasin de porcelaine, trahissant ainsi la conviction naïve ( ?) selon laquelle le monde ne peut plus vivre, respirer, penser, s’exprimer, sans que le groupe soit là pour lui en fournir les moyens. « Même quand je ne suis pas là, je suis là », dit Vivendi aux internautes à travers Powow.net. Pour des gens qui voulaient rassurer, c’est réussi...

 

[1] Libération, 11-12 septembre 1999

 
 
Mona Chollet
Imprimer
format impression
 
SPIP
Web indépendant


La Zone Du Dehors
10 janvier 2002, message de Darkender
 

Petite parenthèse informative. Un livre de science fiction français vient de paraitre aux éditions cylibris (http://www.cylibris.com/), écrit par Alain Damasio et intitulé La zone du dehors. Je n’ai pas encore assez de recul pour en parler (je me souvient que MgD n’a pas écrit pendant une semaine après les particules....agréable souvenir ^_^ ;; ) ; je precise juste qu’il est réellement excellent et que sa lecture s’impose à tous dans des delais les plus brefs. Seconde précisions : il est sublimement Nietzchéen. Vous me direz ce que vous en avez pensez, merci.

Spin du positron Dans le Zyklon B Devons nous continuer ?

Log Off

Répondre


Incrédule ?
3 janvier 2002, message de chucky
 
Monsieur MESSIER, c’est avec un grand bonheur que j’ai eu l’occasion de lire votre livre j6m.com. De ce fait, je suis devenu un grand admirateur de votre prétention à vouloir faire d’une entreprise française l’une des plus envié au monde. D’autres part la manière dont vous avez renvoyé José dans son champ de maïs reflète bien votre intelligence et la cloture d’un débat qui n’avait aucun objectif de compréhension. Je viens de vous entendre également sur France Info ce matin, avec des propos toujours révélateur de votre envie de voir grandir Vivendi. La majorité des personnes sont jaloux de votre réussite. Or ce sont ces mêmes personnes qui travaillent dans l’administration et qui freinent l’élan économique. Je souhaite bon vent à tous ces fainéants. En espèrant un jour pouvoir vous rencontrer. Un futur entrepreneur.
Répondre
> Incrédule ?, sharoman, 13 avril 2003
Quelle honte. Quelle haine de l’humain. QUELLE BOUFFONNERIE.
 
en ligne :
Répondre


Entartons tous les bouffons !!!
13 juillet 2001, message de Axel le ripoux
 

Oyé, oyé, braves gens,

L’Ariel de BHL, où quelques choses comme ça, s’excite en B533 (http://www.uzine.net/breve523.html).

Entartons, entartons... le joyeux bouffon du roi Messier :-)))

Répondre


>Au Grand Vainqueur du Concours Vivendi
12 juillet 2001, message de MGD
 

Cher PJ,

Quel stupéfiant "retournement de situation ", non ? Comme si l’expérience, tout-à-coup, tel l’explosif utilisé imprudemment vous sautait à la face. Aïe. je comprends que cela soit un peu douloureux pour un spécialiste auto-patenté du TNT verbal.. Voici précisément ce que nous entendions mettre en lumière au travers de cette expérience que nous nommerons, si sa Majesté l’Expert-En-Tout nous daigne nous en accorder le droit, du néologisme barbare de "transfictionnelle", sans prévoir qu’en tant que défenseur attitré (je ne saurais dire ni comment ni pourquoi) de ce site tu en deviennes le sujet à ton tour. Nous dirons sans doute que tu as mésestimé un peu mes propres "capacités à l’onanisme cérébral", mais je t’en veux pas, tu es juste resté un poil trop longtemps à découvert dans la zone de feu. Ca arrive à tout le monde, et pas qu’au débutant. Tu ne recevras plus aucun messsage de nous. Tu tiens à garder le dernier mot sur ce forum ? Grand bien te fasse. Tu te prends pour le super-héros du Oueb, tu t’es farci un "écrivain à succès", incapable de sortir de sa fameuse "dichotomie" Debordienne, nous en reparlerons, je veux dire ailleurs et sans doute pas avec toi. Tant pis pour nous, nous essaierons de survivre à ton absence, Ô grande Arcane Majeure, nous resterons assis sagement dans nos tipis pendant que vous refairez le monde.com, toi et tes amis uzinards... Est-il franchement utile de te demander de regarder ce site en toute objectivité (puisque tu as forcément TOUJIOURS raison) ? Peut-être constateras-tu que si "meute" il y a eu, nous la nommerons plutôt Brigade Légère des Voltigeurs du Québec, elle ne me semble pas avoir agi comme les jappeurs de service dont tu es le fidèle chien de garde, c’est désormais certain, mais sans doute me corrigeras-tu, annotation en rouge dans la marge s’il te plaît. Car de quelle "meute", de quelle "curée", pauvre plagiaire (t’inquiètes, copyright free of course) s’agit-il au juste ? Rien qu’un micro-groupe de 2 personnes (dont une fictive) qui ont décidé, avec moi, de voir s’il était possible, à partir d’un facteur entropique initial, (niveau zéro du sous-langage, je te renvoie à nos "discussions") de faire évoluer le niveau du langage en question vers une néguentropie suffisante pour que de ce magma informe, naisse peut-être, quelque chose d’un tant soi peu intéressant.

Cela a failli réussir, nous pensions être parvenus à "situer" le débat légèrment au-dessus de la littérature de bidet qui, jusqu’au 7-8 juillet,( vous en souvenez-vous , c’est sauvegardé en mémoire Rom je veux dire ?) a , dans un premier temps voulu se farcir à coups d’étrons verbaux "le tâcheron du divertissement", surnommé de toutes les facons drôlatiques que votre imagination débridée de petits parisiens en mal d’exutoire, et surtout d’aventure , est en mesure de trouver. Du genre : hé ! Y’a un écrivain assez con pour répondre sur notre Oueb Ultrachouette à notre idole Mona Chollet. Ca te dis, en tant que Joker, de participer au lynchage ? Of course. Je n’avais rien à faire justement : Je suis soit pauvre soit riche, mais dans tous les cas l’option reste : fainéant. Ou oisif. . Mais attention, hein, je fais dans la philosophie, moi.

Ah, Monsieur la Carte-Qui-Tue, Il est clair que vu le peu de répondant qu’il y avait, votre venue a au moins permis à Uzine d’augmenter un poil son "trafic" sur lequel, je vous rassure, je ne demande aucune royauté.

Ainsi le constat est-il établi :il est effectivement IMPOSSIBLE d’engager un débat autheniquement critique sur le Oueb Ultrachouette dont vous êtes, en effet le "joker". Vous sortent-ils à chaque fois qu’ils rencontrent quelques problémes... disons "récalcitrants" ?

Magnifique travail d’inversion des valeurs. la boucle est bouclée.

Ta propre performance est bien entendu enregistrée dans les archives du

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage.

Noram MTL center.

Nous te laissons désormais à ta PRISE de PAROLE, Joker.

Tiens la bien.

Répondre
> >Au Grand Vainqueur du Concours Vivendi, MGD, 12 juillet 2001

Petit PS, Joker : Je ne parle évidemment qu’au nom de ces 2 personnes (plus une fiction) - je corrige ma petite erreur de calcul - qui forment le réseau CANEL en cours d’actualisation, par la grâce de cette expérience. Pour les autres météores qui passent, maintenant, désolé, mais cela ne nous regarde plus.

Bienvenue dans la Kommunauté du Oueb.

Répondre
"Procrastination", FORGUETTE MI NOTE, PRIVATE JOKER, 12 juillet 2001

MgD,

Hey oui, moi aussi j’me prends des coups : formidable, non ? Cela nous fait au moins UN point commun, gageons qu’il y en a d’autres... Franchement, je trouve pas ça "douloureux", je trouve ça amusant. Quant à ce joli surnom "sa Majesté l’Expert-En-Tout", il est bien trouvé : allez, je vais quand même RE-avouer que je ne connais ni Fu-Manchu, ni la Colonne Durutti, ni le Cardinal de Retz, ni l’auteur du "Communisme Digital", ni encore plein d’autres choses... Et que le terme "culture encyclopédique à géométrie variable" (dixit ta collègue sémiologue) me convient très bien : la figure géométrique qui me représente est très certainement un point, et encore (ça te va comme "autocritique", ou tu veux que je continue ?). Quant à venir me dire que je suis le "défenseur attitré de ce site", alors que j’ai affirmé (et que je le réaffirme encore) n’avoir aucun lien avec les membres d’icelui... Bravo, je te félicite ! Je me suis "farci un écrivain à succès", dis-tu ? Pour ma part, je considère qu’on a discuté à batons rompus et sans concessions, tout simplement. Mais peut-être que t’es pas habitué... Quant à la meute dont je parle dans mon dernier post, il ne s’agit bien sûr pas de QWERTY, ni Abénaqui, ni même Surfer Rosa, ni encore Valentina Pauli : je précise, puisque t’as pas l’air d’avoir compris. Tiens, j’te donne une piste : UFO, La Pluie Opportune, Réserve Faunique des Poètes, et c’est p’têt pas fini. Et à ton lynchage, auquel j’aurais soi-disant participé... Tu sembles oublier que j’t’ai filé un p’tit coup de main pour te débarrasser de l’anonyme (qui d’ailleurs profite de ton départ pour revenir), mais c’est pas grave : moi aussi, il m’arrive d’avoir des trous de mémoire. Sinon, je pense que les admin’ du site sur lequel on se trouve doivent me trouver légèrement ridicule à défendre, moi aussi, mon égo sur le ouaibe. Alors, tu devrais arrêter la paranoïa, mais tu fais ce que tu veux, hein !

Bien le bonjour au CANEL, vive les "dégâts collatéraux", et merci de me laisser "le dernier mot sur ce forum".

Allez salut.

Répondre


La mystification, y’a bon, surtout mélangée avec de la cannelle !!
10 juillet 2001, message de PRIVATE JOKER
 

Petit message aux sacripants du C.A.N.E.L.

Miss QWERTY, dans votre réponse du 10 juillet à 9h37, vous m’avez fait une drôle de réflexion : "concernant le « Nihilisme fustigé » ou toute autre matière à réflexion, nous avons nos opinions respectives"... Je me suis alors dit : tiens, un centre d’étude sur un sujet où tout le monde a une opinion différente sur le sujet, ça doit pas être simple comme affaire !

Car quand même : "Centre d’Etude des Nihilismes et de l’Entropie du Langage", ce n’est pas rien...

Et bien, c’est rigolo, mais cette mention (encore au singulier : "du Nihilisme") apparaît sur ce forum dans un post de MgD seulement le 7/7/01 à 1h19, puis elle passe au pluriel ("des Nihilismes") ce même jour à 18h57.

Alors, serait-ce un GAG de la Gang, trouvé à force de tirer sur une Camel ?

Si oui, c’est bien joué... si non, faudra accorder vos violons pour les définitions.

Répondre
"Fu Manchu", Franck Black, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Chère QWERTY,

Bon, je vous crois : vous n’êtes inféodée (ni le MLC) à monsieur Dantec d’aucune façon, OK. J’ai tout du moins du mal à comprendre vos rapports, et votre présence ici, mais on dira que c’est parce que je suis un poil trop individualiste.

Je voudrais revenir à notre première discussion : celle où je n’avais pas vu, fatigue nocturne oblige, que vous faisiez partie du noble sexe... Alors donc, en plus de cette erreur de genre, je n’ai pas cru bon relever le fait que je ne connaissais point "les deux lois de cette pratique, séparées par un point-virgule". D’après ce que je comprend, AVANT c’est la simple juxtaposition de samples bruts, et APRES c’est le travail sur ces mêmes samples de façon à les rendre méconnaissables, non ? Oui, mais dans ce cas : suivant sa propre culture, ses propres connaissances, et sa propre oreille (importante pour reconnaitre le boulot sur les samples), où place-t’on le "point virgule" ? C’est selon chacun, ou bien il y a un emplacement absolu ? Et après, si on entend quand même les samples (et même, disons que l’on ne fait que les devinez), on est sensé admirer quoi : le talent dit de "maquillage" des samples ? Le goût exquis de l’auteur qui sait si bien choisir ses samples ?

Sinon, je n’ai pas l’heur de connaître le Cardinal de Retz ou l’oeuvre de Sax Rohmer (ou alors "remixés" après le point virgule, et donc méconnaissable pour moi), c’est dire l’étendue de ma pauvre culture... Je ne connais d’ailleurs pas plus "l’esprit indie qui (sur)vit in Montréal City", ce qui est presque logique, coincé par le périph’ que je suis !

Ce qu’en fait je ne comprend guère dans l’attitude de Maurice, c’est de faire des oeuvres de divertissement (au délà du point virgule, si vous voulez) tout en ayant l’ambition d’abattre le nihilisme ambiant : il y a là une dichotomie bien particulière, que l’on retrouve d’ailleurs chez bon nombre d’artistes (pas seulement auteurs, aussi dans le domaine de la musique) actuels, en particulier ceux qui sont médiatisés. Tiens, citons Debord encore une fois (n’est plus coutume...) : "l’agent du spectacle mis en scène comme vedette est le contraire de l’individu, l’ennemi de l’individu en lui-même aussi évidemment que chez les autres. Passant dans le spectacle comme modèle d’identification, il a renoncé à toute qualité autonome pour s’identifier lui-même à la loi générale de l’obéissance au cours des choses". Vous me répondrez, oui mais un artiste peut-il renoncer à son succès, en tant qu’artiste, simplement parce que le très saint Debord en a décidé ainsi ? Certes non, mais la dichotomie est là tout de même.

Voili-voilà,

Bien le bonsoir (heu, jour ?).

Répondre
Et donc, du Nihilisme... , PRIVATE JOKER, 11 juillet 2001

Bonsoir QWERTY (et à toute votre gang),

Arrêtez-moi, si je me trompe, dans mes explications foireuses !

Le mot Nihilisme commence à être utilisé au début du 19° siècle par les romantiques allemands pour désigner "ceux qui ne croient en rien" (on doit pouvoir ranger, par exemple, le "Woyzeck" de Büchner dans cette catégorie).

Politiquement, il s’agit d’un mouvement contestataire, né en Russie vers 1855-60, qui remet en question les bases même de la société et qui conteste le pouvoir du tsar Alexandre II. Au début, il rassemble des économistes, des critiques, des scientifiques, des philosophes et prône l’individualisme le plus absolu, un certain idéal du progrès, et bien évidemment le refus de l’ajutissement aux dogmes sociaux (famille, gouvernement, morale, etc...). Influencé par le positivisme d’A. Comte, il sera confondu plus tard avec le mouvement anarchiste (plus proche cependant de Stirner que de Proudhon) et évoluera de plus en plus vers l’action violente à partir de 1870.

Nietzsche réutilisera ces idées, tout en leur donnant une véritable fondement philosophique : le fameux "Dieu est mort" en découle, ainsi que l’idée que rien n’est vrai dans ce qui nous était couramment enseigné, ni Platon ni Jésus... Dans "Ainsi parlait Zarathoustra", il parle de cette mort, de ce meurtre plutôt, car ce sont les hommes qui l’ont tué, avec toutes leurs autres "valeurs". D’après Friedrich, arrive alors la période du Dernier Homme, qui se réjouit de cette disparition sans en saisir toutes les implications (il faut dire aussi qu’il ne lui est pas donné de connaître autre chose, surtout aujourd’hui) : adepte du nihilisme "passif", il se complaît dans sa petite vie et dans ses nouvelles valeurs (dont une bonne part se retrouve dans les premières "Déclarations des Droits...").

Le nihilisme "actif" lui, c’est autre chose : c’est le dépassement du pessimisme pour se consacrer à la destruction préméditée, c’est une "violence nouvelle" en lieu et place du désespoir et du "à quoi bon ?". En fait, comme dans la "Volonté de Puissance" : "une pensée et une doctrine pessimistes, un nihilisme extatique peuvent, en certains cas, être indispensables au philosophe, à titre de pression puissante, de marteau pour briser les races décadentes et expirantes, pour leur écarter un chemin et frayer la voie à un nouvel ordre de vie, ou pour inspirer aux êtres dégénérés et languissants le désir de mourir." Puis pour enfin dépasser même ce nihilisme, avec une volonté de reconstruction, il reste à effectuer la "transvaluation des valeurs" et l’invention d’une nouvelle éthique (et ce n’est évidemment point parce que Niet... rejette la métaphysique qu’il accepte l’objectivité scientifique et l’idéal du progrès, cher aux premiers nihilistes).

Alors d’accord, il semble que nos contemporains (et on va dire les intervenants de ce forum, pour faire plaisir à MgD) soient des exemples parfaits de "Dernier Homme", soit... Mais l’idéal du progrès poussé à son paroxysme, et l’individualisme extrême, d’ou viennent-ils ? Du simple quidam, ou de ceux qui le dirigent : en gros, vers qui faut-il VRAIMENT tourner son mépris ? Il faut aussi rappeller qu’à l’époque de Nietzsche, toutes les images qui ont marqué les esprits du XX° siècle en pulsions de mort n’existaient pas : Hiroshima, Auschwitz, etc... En gros, tous les symboles d’un nihilisme "actif" : il serait intéressant de chercher dans cette voie la victoire du "passif", dans le sens du "tant qu’on est vivant, c’est déjà pas mal...".

Je voudrais enfin rappeller que, tout comme pour Debord et sa réversabilité, s’inspirer de Nietzsche et/ou l’interpréter est on ne peut plus difficile, et même dangereux (cf "La Volonté De Puissance"), car de qui donc est cette phrase "la nouveauté de notre position philosophique est une conviction inconnue de tous les siècles antérieurs : celle de ne pas posséder la vérité", sinon de lui ? Evidemment, je fais confiance aux membres du MLC pour leur talent d’artificiers (cf "TNT"), mais un accident est si vite arrivé...

Quant à monsieur Dantec, il ne semble pas qu’il ait réussi à effectuer la "transvaluation des valeurs" nécessaires pour sortir du nihilisme "actif" dans lequel il se complaît : je vois mal Zarathoustra passer son temps à défendre son égo sur des forums internet, mais enfin bon...

Je ne vous en veux pas, Miss, de ne pas m’avoir répondu sur ce si joli sujet : c’est simplement parce que MgD n’avais pas voulu donner de plus amples précisions que je vous avais appellée au secours, that’s all. Pour le "COMMUNISME DIGITAL" si cher à votre collègue médiatisé, laissons tomber : ce n’est effectivement pas à vous de faire son boulot. Merci quand même pour l’extrait du "Retour de la Colonne Durutti", encore un truc que je ne connaissais pas.

Je vous remercie de votre participation et du temps que vous m’avez accordé.

A bientôt sous le soleil de ce monde, ou d’un autre.

Répondre
> Et donc, du Nihilisme... , 11 juillet 2001

"une pensée et une doctrine pessimistes, un nihilisme extatique peuvent, en certains cas, être indispensables au philosophe, à titre de pression puissante, de marteau pour briser les races décadentes et expirantes, pour leur écarter un chemin et frayer la voie à un nouvel ordre de vie, ou pour inspirer aux êtres dégénérés et languissants le désir de mourir."

Je n’osais le dire, voilà qui m’aurait, à coup sûr, catalogué définitivement comme mégalomane "à vitesse hyperluminique". Citer Céline, chez vous, s’est se comparer à lui. Citer Nitezsche in extenso, depuis, me paraissait un crime de lèse majesté contre ce qui tient lieu de pensée à votre centre de production industriel d’androïdes.

Cher PJ, avant que d’aller me coucher en méditant vos reflexions sur les différents types de nihilismes et les derniers hommes, je tiens juste à vous rassurer, au cas où un doute de type "MétamerEnshort" viendrait à vous troubler l’esprit :mon petit ego-cherchant-à-se-défendre-sur le-Oueb n’a jamais prétendu se croire l’égal du grand Friedrich, et encore moins de Zarathoustra qui, je vous le rappelle, tente vainement d’expliquer aux "hommes" le MEURTRE abject qu’ils ont commis, et comment LES nihilismes du XXe siècle (ils les avaient presque tous prévus) allaient faire de cette mort de Dieu un acte sans cesse recommencé. Vous dîtes que je me "complais" dans une sorte de "nihilisme actif". Merci encore une fois pour le compliment, "complaisance". Un de plus dans la liste déjà longuissime. Comme vous l’avez brillament deviné, ô sommet de la culture allemande, ce n’est certes pas avec les X-men ou les fantastic Four - n’est-ce-pas ? - que je pourrais contribuer quelque peu à une "transmutation des valeurs", dont votre forum est par contre une illustration frappante. Vous voulez que je vous dise PJ ? Hé bien, tout cela, cette expérience de démolition à laquelle votre Oueb Ultrachouette m’a forcé m’attriste en fait au plus haut point. Plus je vous lis, plus je me rends compte que l’assertion de Nietzsche - encore lui - sur les "hommes cultivés" de notre époque (ceux qui généralement programment les désastres de la pensée et les génocides qui s’ensuivent) s’avère d’une brûlante et terrible actualité. Bien. Je constate que vous avez ressorti vos bouquins de votre bibliothèque, parce que, brutalement, vous trouviez un peu de répondant venu de la Réserve des Caribous francophones, ce qui d’autre part a laissé sans voix la plupart des petits malins sodomites à tendance zoophile (je ne crois absolument pas à votre thérorie du clébard solitaire, j’ai comme l’impression qu’elle vous arrange bien, mais peut-être me rétorquerez-vous, la théorie inverse m’arrange-t-elle). Sans doute, sauf qu’en fait que je m’en contre-tamponne le coquillard, cher PJ, comme aucun tatoueur hyper-tendance ne pourra même l’imaginer.. Vous me demandez par ailleurs des explications sur le "communisme digital", désolé de vous dire qu’il me semble avoir apercu des allusions directes à ce "concept" dans ce forum (je veus dire lors sa première "vie", entre septembre et décembre 2000) ou, peut-être, sur un des autres groupes de discussions parallèles. D’ailleurs, un auteur britannique - je crois - et dont malheureusement le nom m’échappe vient de consacrer un livre entier sur le sus-nommé "concept", nommé précisément ainsi. C’est en le feuilletant, au coin d’un rayonnage de librairie, j’avais malheureusement quelques babioles à peine plus importantes sur le feu (Raymond Abellio, Fustel de Coulanges, Heidegger) que je me suis permis d’y voir l’ultime nihilisme des derniers hommes de ce début de XXIe siècle, qui n’en doutons pas, se promet d’être réjouissant. Mais il est par trop évident que je me suis trompé, vous me l’avez tous assez RÉPÉTÉ. Comme vous comptez dans vos rangs un audacieux thuriféraire de l’autocritique maoïste, vous voudrez bien, ainsi qu’à Mona Chollet, lui demander PARDON pour moi, mes immondices littéraires, et ma totale incapacité à me hisser au niveau des discussions tenues dans cette belle Kapitale des Zarzélettres. Vous pouvez respirez tranquille, je vais en effet DISPARAÎTRE de vos écrans radars (ne croyez pas pour autant que ce qui s’y dégoise ne reste pas sous observation, mais par d’autres que moi désormais). Veuillez m’excuser encore pour vous avoir dérangé ainsi au milieu de vos hautes considérations sur le Videndisme ou l’Anti-Vivendisme, on me dit que Mme Mona Chollet a écrit elle-même un ouvrage entier consacré à ce sujet. Je me ferais un plaisir, aux alentours de l’été 2025 - si Dieu, mort, me prête vie jusque-là -, de l’emmener avec moi comme livre de plage, entre une vieille Série Noire (sous-culture de comix-strip à chier n’est-ce-pas ?) et, pour faire plus classe, les dernières aventures sexuelles de Catherine M.

Ne vous inquiétez plus. Nous décortiquons tout cela dans notre petit coin du monde situé à quelques Méga-Mètres de distance.

Merci encore, à tous et à toutes, pour votre tolérance, votre sens de la mesure, de l’humour, et le fameux "respect" que je crois on se doit dans les cités multighetttos de la ceinture parisisenne.

Dans le cas où, un beau jour, une guerre civile embrasait à nouveau votre République de Cocagne, nous sommes quelques uns ici, sans doute, qui essaieront de sauver les meubles. Qui sait, peut-être arriverons-nous à convaincre les méchants fascistes zaméricains de venir vous aider une nouvelle fois. Mais il est probable que vous demandiez d’un bel ensemble l’arrêt total et immédiat des bombardements impérialistes. Nous vous laisserons donc aux mains de ces charmants fonctionnaires de l’humanitaire onuzis, qui se chargeront de superviser le découpage ethnique de ce qui fut, un jour, une poignée de nations.

En ce qui me concerne : Plus assez de haine. Sans doute, désormais, de plus en plus d’indifférence. Je voterais quand à moi ce coup-ci pour la NON-INTERVENTION (qu’ils se débrouillent, entre zéropéens)

Merci pour votre brillantissime lecon sur le nihilisme. J’en avais rudement besoin. Vous devriez donner des cours à vos petits amis de l’uZine, ils auront au moins l’impression, pour une fois (et s’ils sont capables de s’en rendre compte), de prononcer des mots intelligents, écrits il y a un siècle ou deux par des écrivains qui furent à l’époque couverts d’insultes, et de mépris. Le mépris, cher PJ, est toujours une excellent lecon sur la morale réelle de ses contemporains, je veux dire lorsqu’ on en est l’objet. Merci à vous tous-toutes, à ce titre, en 10 jours, j’ai beaucoup appris.

Je ferais de mon mieux, je puis vous l’assurer, pour dépasser ce nihilisme actif dans lequel mon égo se complaît. Je compte bien trouver quelques clés savantes au sein de ce forum, ou bien sur les autres. Elles m’aideront sans aucun doute à sortir de mon inculture crasse, et de mon atterante beaufitude.

Madame Mona Chollet donne-t-elle quelques cours elle aussi ?

À dans un petit siècle, maintenant.

MGD

Noram MTLCenter

Répondre
> > Et donc, du Nihilisme... , Friedrich (von Toronto), 11 juillet 2001

Hé oui, MGD, c’est l’époque qui veux ca : 7 jours d’insultes. 1 cours gratos sur le Nihilisme. Tu fais bien de ne pas rester là. Tu y perds ton temps. On est quelques uns à contempler ce que tu nommes le "champ de ruines". Vous êtes pas les seuls, à Montréal, à en faire l’étude.

Un ami de passage.

Répondre
"Sublime Dementia", LOUDBLAST, PRIVATE JOKER, 12 juillet 2001

Cher MgD,

Vous vous défendez bien, y’a pas à dire : m’accuser de faire un "cours" sur le nihilisme, alors que vous même n’avez guère voulu expliciter le terme, malgré le fait que vous l’utilisiez dans quasi TOUS vos messages, c’est assez fort... Mais c’est légèrement oublier que QWERTY m’avait prié -il est vrai que ce n’était pas un ordre non plus- d’expliciter mes "propos sur le nihilisme". C’est légèrement oublier aussi que nous sommes sur un forum PUBLIC et que, par conséquent, ce petit "cours" ne s’adressait pas qu’à vous : depuis le début vous parlez de nihilisme, il peut être bon de savoir ce que c’est (par exemple pour mes "petits amis de l’uZine"). Alors effectivement, on peut me prendre en faute sur ma mauvaise compréhension de Nietzsche, comme vous l’avez dit dernièrement : je me suis mis à découvert. Par contre, Monsieur, je vais encore ramener ma fraise pour vous dire que "complaisance" ne veut pas dire "se complaire" : ce verbe a comme signification "trouver une jouissance parfois morbide à quelque chose" (voir l’ENCYCLOPEDIE : oui je sais je ressors mes vieux bouquins). Alors, oui Monsieur, et ce n’est que mon pauvre avis, vous vous complaisez dans le nihilisme actif. Et me reprocher de sortir "ma" science alors que votre premier message sur ce forum parlait des "polémiques d’homo-festivus libéraux-libertaires qui ne savent plus ce que le moindre MOT signifie", c’est quand même un peu gros ! Au passage, ce genre de pratique, c’est très tendance à Paname (ha, au fait, je ne crois pas vous avoir dit que j’exècre cette ville, alors voilà, c’est fait). Je constate que vous me répondez enfin sur le "communisme digital" : je chercherais donc le livre dont vous m’avez parlé, et je vous remercie de ce renseignement. Quant à la "guerre civile", il y a effectivement des risques, mais savoir où elle éclatera me semble être une bonne question : Europe ou USA ?

Nous nous reverrons sans doute sur le terrain, d’un côté ou de l’autre.

Bon entrainement.

Répondre
> Et donc, du Nihilisme... , la pluie opportune, 11 juillet 2001

salut pj,

à mon humble avis, t’as pas compris grand chose en général, et rien à Niet. en particulier (mais c’est pareil).

1) Kes tu fous toutes les nuits sur ce site à montrer que t’as tout compris à des concepts conçus ya plus d’un siècle ? Reponse : à mon h. avis, t’es passé grave à côté de l’essentiel ("je vois mal Zarathoustra passer son temps à défendre son égo sur des forums internet." et c’est toi qui le cite, c’est du quatorzième degré ou t’es le benny hill local ?) Conseil : trouve-toi une meuf ou un keum et essaie de baiser un peu plus souvent, ça te fera pas de mal.

2) tu sembles aduler Niet., mais c’est précisément "sur le dos" de gens comme toi qui sont (ou qui étaient, mais je n’ose employer l’imparfait dans ton cas, ce serait te faire trop d’honneur) en adoration devant une axiomatique périmée, que tu sembles envisager comme éternelle, qu’il a exercé SA volonté de puissance. En même temps c’est top drôle, et je suis sûr que ce brave Fred serait mort de rire, que qq’un se serve de lui pour justifier le vide absolu de sa pôv vie. Conseil : trouve-toi une...

3) en plus t’as même pas demandé à MD des royalties sur son prochain roman, dont certainement tu seras l’un des héros ! à mon toujours très humble avis, un peu de cash mal gagné, ça t’aurais déshinibé et t’aurais pu aller te taper une ligne de coco ou un(e) prostitué(e), ça nous aurait évité de subir ta pôv prose pleine de justifications honteuses par rapport à ton élimination précoce des qualif pour questions pour un champion. Enfin, peut-être je te surestime, ça se trouve tu t’es même pas inscrit !

Répondre
> La mystification, y’a bon, surtout mélangée avec d, MGD, 10 juillet 2001

Cher Private Joker,

Je me permets d’intervenir, sans doute une dernière fois, au nom du Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage. Puisque vous semblez désormais le seul à vouloir (et sans doute pouvoir) poursuivre ce dialogue transatlantique, j’ai demandé aux intervenants du CANEL de ne pas, en effet, appliquer à votre endroit le traitement que vos zamis uzinards m’ont fait subir il y a quelques jours. J’ai cru remarquer quelques passes d’armes entre vous et ces personnes. Nous les mettrons sur le compte de cette "tendance entropique" naturelle qui, malheureusement, les 10 jours de "discussion" l’ont prouvé, forment la loi du genre, sur ce type de forums "démocratiques". Elles étaient parfois inutiles, et témoignaient probablement des quiproquos habituels entre le CentreduMondePériphérique.com et son ancienne colonie (Dieu soit loué les Québecois sont Américains, et ils ne doivent rien à la République des Droits de l’Homme). Mais vous me permettrez de constater qu’à chaque fois, pardonnez moi pour la grossièreté de mes propos, nous dirons que vous en avez remis une louche. Notre "réseau" est effectivement constitué, vous ne le croirez sans doute pas - d’individualités fortement SINGULIÈRES, qui, elles, n’ont pas besoin de gourous (José Bovidé, Le Sub-Commandante Narcos, Ignacio Ramonette, Jean-Marie Messier, ou Jean-Marie Le Pen) pour tenter, non pas d’organiser la "discussion" démocratico-électronique, mais d’en analyser les contours en formation, afin d’un jour pouvoir en faire détoner les constituants. Cela va vous sembler incongru, mais notre centre d’intérêt commun, vous l’avez compris, dépasse LARGEMENT les petites dialectiques mollassonnes et les dichotomies de café du commerce pour savoir qui sont les grands méchants loups, des salariés actuels de Vivendi, ou de ceux qui viendront prendre leur place dans un futur proche. Ces personnes me connaissent - mais vous ne le croirez pas là encore - par l’intérmédiaire de mes livres, qu’ils/elles ont trouvé sans doute fort "divertissants" de la part d’un "tâcheron arrogant et prétentieux" dans mon genre, (à l’exception de Valentina Pauli, que je connais personnellement, elle aura l’occasion de s’expliquer elle-même là dessus, lors de la remise de nos travaux à la Communauté Mondiale du Oueb, copyright free of course).

Nous ne vous avons jamais considéré comme un "bouffon", bien au contraire. Comme je le leur ait fait remarquer ( les caribous connaissant aussi l’usage du mail, ou "courriel") dès leurs premières interventions, vous étiez bien le seul, et la preuve en est donné désormais depuis 2, voire 3 jours pleins, à désirer "situer" le débat au-dessus de la littérature de bidet à laquelle j’ai eu personnellement droit durant... 7 Jours ! (décidemment il faut bien 7 fois 24 heures pour faire un monde, même s’il s’agit un labyrinthe de caniveaux). Je les ai donc priés (car je ne suis pas - comme vous le laissez croire de facon fort maligne (dans les 2 sens du termes) - une ganache commandant des troufions, je les ai donc priés, de laisser cette ruine sémantique en l’état, afin de ne plus troubler, comme vous le remarquez finement, le "champ de l’expérience". À ce sujet, je vous signale, et tout-à-fait amicalement, que la mécanique quantique (1900, Max Planck, Allemagne) puis la Physique qui en a émergé a complètement chamboulé nos représentations de l’expérience, de l’expérimentateur, et des instrumentations que celui-ci utilise. Autant dire en effet, que le principe d’incertitude d’Heisenberg est à la BASE, précisément de nos travaux : comment INTERVENIR dans le champ de l’expérience pour y créer un chaos spécifique. générateur, éventuellement, d’une nouvelle forme.

Voilà. D’autre part, le dr Valentina Pauli, co-fondatrice avec moi-même du CANEL, a tenté de vous faire comprendre quelque chose dans le message qu’elle vous a envoyé. La réponse que vous lui avez faite l’a laissé un peu décontenancée, mais je lui ai expliqué qu’il fallait passer outre, et faire comme si de rien n’était. Étant tous des adeptes, voire des militants du copyleft, vous ne verrez certainement aucun inconvénient pour, qu’après traitement et classement de cette arborescence spatio-temporelle, parfois fort complexe à retracer ( j’ai cru comprendre quelque part dans vos propos que j’en étais, bien sûr, le principal responsable, ayant cru bon d’user de mon "droit de réponse" dans ce Ouebsite Ultrachouette dédié à la défense de la Libêretêh d’hexpressihon) nous publiions l’ensemble des textes qui ont "circulé" sur ce "mini-rézo", avec l’ajout, libre de copyright lui aussi, de nos propres commentaires.

Désolé de vous laisser maintenant à vos forums de discussion, mais j’ai un "immondice" à finir.

Avec mes cordiales salutations.

(inutile de me répondre, il est fort peu probable que - personnellement - je tente encore une fois d’expliquer ici le pourquoi du comment de l’origine de cette "chose" (de l’esprit sans doute, comme votre amusante Eva Tefer me l’a un jour fait remarquer). Entre médiaplaning conceptuel/branchouille , happening de samedi soir, et tir à la balle de coutchouc, les zominiens qui sont intervenus sur votre forum vous aurons laissé, n’en doutons pas, l’embarras du choix.

MGD

Noram MTLCenter

PS for U, PJ,

Je pense que tes amis de ce forum te doivent une fière chandelle, tes interventions et celles de Romuald ayant été les seules à faire preuve de ce que certaines "Racines-du-Con-MétamerEnshort" nomment intellect, je sais, TU ES AUSSI le "fan de fugazi", mais tu ferais bien de ne pas le crier sur les toits, sur le plan purement statistique de notre étude, cela diminue d’autant les intervenants dotés d’un cerveau en "état de marche" - citation d’un de vos troupiers de service, pour lequel sans doute, cet organe s’allume et s’éteint avec un simple interrupteur on-off, visiblement maintenu sur cette dernière position depuis quelques jours par votre spécialiste (john MoHune) du débranchage des frigos. À bientôt peut-être. L’Afghanistan du Nord est une magnifique contrée. Un certain Shah Massoud y attend depuis plus de 20 ans que les zéropéens viennent l’aider à combattre les cocos, puis les talibans. Il peut toujours attendre. C’est un horrible "réactionnaire" pro-américain, pas comme le SubCommandante Narcos, si sexy et post-moderne qu’un jour Vanity Fait lui demandera de poser avec son masque et sa pipe pour le concours des Zommes de l’année. Je lui porterais donc les salutations de la courageuse Net-culture zoccidentale, et le bol de crachat que messieurs Jospin et Védrine lui ont réservé (mais n’ont pas osé lui offrir devant les caméras de télévision en avril dernier.)

Bonnes vacances à tous-toutes.

Répondre
"The Possibility Of Life’s Destruction", DISCHARGE, PRIVATE JOKER, 11 juillet 2001

Cher MGD,

J’en ai "remis une louche", dites vous ? Bien évidemment, croyez vous donc être le seul à mettre un coup de boule quand on lui met un direct ? La guerre (qui serait la "réalité de toute communauté, dans le meilleur des cas" dixit votre collégue sémiologue), Monsieur, vous ne pensez quand même pas être le seul à la connaître ?

Blague à part, je veux bien vous croire (pour votre "réseau", tout ça), et de toute manière, je ne pense pas que tout cela soit véritablement important... Concernant ceci : "INTERVENIR dans le champ de l’expérience pour y créer un chaos spécifique", je vais de ce pas y ajouter mon propre "principe d’incertitude". Considérer un instant, Monsieur, la possibilité que l’anonyme ("pseudonymalement" plusieurs) se soit confondu, dans un accès de schizophrénie cher à un certain écrivain, au dénommé Private Joker... Hein, comme ce serait drôle !

Tout cela pour vous dire que les effets pervers des forums Internet (multi-identité, cristalisation de l’égo, entropie du langage, image erronée que l’on se fait de l’interlocuteur, etc...) sont assez connus et quelques études ont déjà été faites sur le sujet : peut-être le CANEL pourra-t’il s’en inspirer pour son entreprise de destruction "active".

Sinon, je tiens à vous remercier pour m’avoir appris l’existence de Shah Massoud... A mon tour maintenant de vous donnez quelques "infos du Monde du Dehors" : figurez vous que l’Armaggedon, dont vous préfiguriez la venue ici-même, a fait un pas de géant avec une nouvelle avancée de la "propriété intellectuelle". Selon une source nommée "Agir Ici" : "une société australienne, spécialisée dans la recherche génétique, a récemment acquis des droits exclusifs sur le patrimoine génétique des habitants de l’archipel des Tonga, dans le Pacifique sud, par le biais d’un accord signé avec le ministère tongrien de la Santé".

Tout cela devrait vous intéresser, en tant qu’auteur de S.F... On pourrait même imaginer, avec certains des éléments présents dans "Babylone Babies", un ch’tit futur radieux pour l’humanité : un virus, propagé à grande échelle, qui change la configuration du cerveau et transforme les habitants de notre belle planète en esclaves dignes du "Meilleur des Mondes" d’A. Huxley... Qu’est-ce que ce serait bien : plus besoin de se poser des questions sur l’entropie du langage puisque celui-ci n’existerait plus que pour certains initiés-immunisés ! A votre avis, vu qu’il y a des RISQUES que cela arrive, le fameux Humanisme et les Droits de l’Homme peuvent-ils nous sauver ? Et Nietzsche, même s’il a prévu ce genre de Nihilisme, qu’est-ce que ça pourrait changer ?

A bientôt ou à jamais, mon cher, je dois moi aussi retourner à mes occupations : vous n’êtes pas le seul à vous occuper de ces "immondices" à tendance artistique que nos cerveaux déversent sur ce monde, qui n’en demande plus tant d’ailleurs.

PS pour ceux que le lien intéresse, et si il ne marche pas...

http://hns.samizdat.net/article.php3 ?id_article=118

 
en ligne : SAMIZDAT
Répondre
> Réversabilité, UFO, 11 juillet 2001

Vous m’avez donné un début de réponse avec votre "une sémiologue qui pense précisément que toute ’utopie communautaire’ se construit sur un mensonge", ce à quoi je ne suis pas loin de donner mon accord car je pense que ce genre de mensonges fondateurs est à la base de TOUTES les idéologies (communisme, capitalisme, anarchisme, fascisme, libéralisme, and so on).

C’est dingue, hein lone fighter ? - voilà très exactement ce que dit Maurice G. Dantec dans son dernier livre (tu sais, la dernière "merde qu’il a boulotté dans son coin" l’an dernier).

Ca commence à se savoir ce qui s’est passé sur ce site, et MGD a raison de souligner à quel point c’est édifiant. Même lorsqu’il a tenté un dialogue, garde baissée, avec toi, tu t’es cru malin de jouer le prof de philo. Quand, du coup, il a sorti les quelques VÉRITABLES JOKERS en sa possession,( de pauvres québecois incultes cela va de soi) tu t’es lâché sur ton petit humour de parisien hyper-cultivé et fainéant/oisif (comme tu le dis toi-même, ca doit dépendre si t’es un intermittent du spectacle, ou un simple discutailleur de forum).

Nous aussi, comme beaucoup d’autres visiblement, on ne fera que passer, et nous aussi nous suivrons vos fameuses instructions Windows pour conserver en archive cette opération de "lynchage internautique", comme le dis je crois la "sémiologue" que tu snobes du haut des lectures dont tu nous abreuves, montrant que tu es au moins capable d’ouvrir un dictionnaire de citations.

Bon, nous non plus hein les gars on a plus rien à foutre dans le coin ?

Salut les terriens, ah, oui, on a failli oublier, toi qui aimes méditer longuement avec MGD sur le nihilisme et sur Nietzsche, "philosophe de la Vie" - t’as lu ca où ? dans le dernier opuscule de Michel Onfray ? - bref, petite capsule à ton attention :

"La destruction est la dernière ressource de la vie".

Pierre Drieu la Rochelle (on sait, on sait...)

Allez zou, CTRL machin-bidule-chouette et hop :

propulsion "hyperluminique".

Répondre
> > La mystification, y’a bon, surtout mélangée avec, sagess proof, 11 juillet 2001

Salut Maurice,

bah j’ai pas lu les critiques qui t’ont été faites, mais je conçois que ça ait été pitoyable. Je sais pas, uZine je connais pas. Mais y-a de l’intéraction. La preuve, tu réprésentes plein de choses et de gens, et t’es là. C’est très positif par rapport à l’idée logiquement pessimiste qu’on pouvait se faire de l’interêt des forums, du net et tout. On en est pas encore aux neuromatrices, mais bon, ça vient, et je trouve ça super que tu sois venu causer ici.

Mona Chollet c’est certainement une looseuse, attends, je lui cite Laozi et elle me répond pas (ou c’est qu’elle est trop bizi). Enfin bon.

J’ai un pote à Noisy-le-grand, adepte de rap hardcore (dénoyauté), qui s’est lancé dans la littérature grâce à toi, et c’est bien je trouve. T’as eu un bon impact sur les jeunes des técis (évidemment, ceux qui t’ont lu). Moi je crois que si on aime pas un bouquin on est pas obligé de le lire. S’énerver et tout, pour un livre ça fait un peu pitié, mais comment exprimer sa frustration autrement que par la colère ? Surtout sur un site où les gens qu’écrivent ont besoin de complexifier (au niveau de la syntaxe de leurs phrases et de leur vocabulaire, hein, pas des idées). Des fois je me dis, qu’ici, y-aurait de quoi se faire sponsoriser par Doliprane. Mais comme j’ai dit, le fait que tu sois venu t’exprimer augmente l’intérêt du site.

Le théâtre des opérations, c’est ton meilleur book selon moi.

Allez, a+, et bon courage (oublie pas le kanuk cet hiver, héhé, je crois qu’on va encore s’en prendre plein la gueule, et viens squatter à l’Ex-Centris de temps en temps, le ciné quand y-a des bons films ça vaut le coup, le café à côté, je sais pas, j’ai pas trop de thunes, mais si tu m’invites c’est ok)

Répondre
> > > La mystification, y’a bon, surtout mélangée av, 11 juillet 2001

bah j’ai pas lu les critiques qui t’ont été faites, mais je conçois que ça ait été pitoyable

c’est intéressant ça. je te connais pas, mais je conçois que tu sois un minable.

La preuve, tu réprésentes plein de choses et de gens

il représente quoi et qui ?

C’est très positif par rapport à l’idée logiquement pessimiste qu’on pouvait se faire de l’interêt des forums, du net et tout.

ouais, à donf, trop top chanmé dans l’interaction paradigmatique de l’abondance ontologique, tu voiq

J’ai un pote à Noisy-le-grand, adepte de rap hardcore (dénoyauté), qui s’est lancé dans la littérature grâce à toi, et c’est bien je trouve.

c’est vachement important qu’il soit adepte de rap hardcore, parce que là on voit qu’il fait partie des justes, pas comme tous ces salauds qui écoutent de la guimauve sans même se rendre compte que Assassin les sodomise

Moi je crois que si on aime pas un bouquin on est pas obligé de le lire.

je vais te dire, je suis top d’accord avec toi, mais j’ai du mal à le dire en public, parce que c’est une idée méta révolutionnaire que t’exprimes et le conformisme a tendance à se gausser de nos élans avant-gardistes

Des fois je me dis, qu’ici, y-aurait de quoi se faire sponsoriser par Doliprane.

toi je te verrais bien sponsorisée par Lagaf ou Loft Story, je sais pas pourquoi

keep the fight

Répondre
> > > > La mystification, y’a bon, surtout mélangée , la pluie opportune, 11 juillet 2001

"c’est intéressant ça. je te connais pas, mais je conçois que tu sois un minable."

j’sais pas ki t’es -toi non plus manifestement- mais que ce soit de l’ordre du concept pour toi ça m’fait trop goleri !

-  soit t’es un puriste sur le chemin genre disciple de pj
-  soit ça fait trop longtemps qu’tu zones dans les forums, et t’essaies d’tchatcher genre t’as d’la distance, t’es un baroudeur, mais quand même, quand tu t’fous de la gueule des autres, tu pourrais employer des mots dont tu connais le sens (les concepts...).

en plus tu dois être abonné aux inrocks (rap hardcore = assassin mdr !)

Répondre
> > > > La mystification, y’a bon, surtout mélangée , sagess proof, 11 juillet 2001

Salut keep the fight,

Euh... ah non, rien.

Ah si, comment tu fais pour écrire en italique ? c’est avec les accolades ?

a+

Répondre
Des poètes sur le Net, 12 juillet 2001

.

"... petite dépouille merdasse de l’idéologie pisseuse de tes géniteurs dont on ne sait s’ils sont du règne animal, végétal ou minéral. Je t’ai gagné par KO, t’es marre ou tu veux que je m’amuse encore avec ta tronche de souffre-douleur acnéique des cours de recré de la bourgeoisie verdâtre qui t’a servi de cocon vaseux ?"

Nous, c’est celle là qu’on a préféré entre toutes. Il y a des poètes sur Uzine, c’est sûr.

From Québec with love

Heu... nous, Loft Story on connaît pas, vous pouvez nous faire un topo ?

Répondre
Lynchage d’écrivain et personal damage/Atchoum..., Poètes désabusés/Pseudos protégés (art. #, 1999-2084), 12 juillet 2001

« Ce qui se passe sur ce site »... et ce « méta-site » ?

Dommages collatéraux considérables, mail-box infectés, atteintes à la vie privée ??? (Points d’interrogation : question n’est pas accusation). Simple calcul de probabilité.

CONCLUSION : Pseudos « brevetés » (versions 1.0, 2.0, etc. : attention aux contrefaçons « réversées »), preuves manuscrites déposées, AGENDA consigné et protégé ; galette de sarraZin goûtée, avalée, digérée et...

SANS INTENTION DE NUIRE, SANS VULGARITÉ.

« Nous ne sommes responsables que de poésie », Richard Bohringer, C’est beau une ville la nuit.

P.S. : Ici-gît un fragment de poésie ciZaillé.

Répondre
P.S. atchoumesque, YouDontWannaKnow, 12 juillet 2001

Post Scriptum :

From (...) with (...).

Répondre
Avis aux non-initiés/AucaZou..., SameHere, 12 juillet 2001

REALITY CHECK :

Et ceci n’est pas un moment du faux.

La suite appartient aux « vaillants » -qui se reconnaîtront.

Répondre
One Again New, PRIVATE JOKER, 12 juillet 2001

Tiens, tiens : ce serait pas notre ami l’anonyme qui revient en douce, histoire de taper sur les ceusses qui aime bien MGD ?

Ou alors serais-ce encore UN AUTRE anonyme, mais pourtant identique ?

Le non-style, lui, ne change pas : c’est dommage...

Répondre
Au Provo d’Amsterdam-sur-uZine-les-Bains/BLACK FLAG, QWERTY, 12 juillet 2001

Oh mais que vois-je ?! Je m’absente un petit moment pour un voyage express MTL-NY et, à mon retour, je me retrouve transformée, pour ainsi dire, en "vedette" du jour (it. : vedetta , "observatoire"). Déclassé, le J2M ; bannière toute neuve et nouvelle cible ! Qui plus est, je constate que je suis apostrophée individuellement (Miss QWERTY, c’est bien moi, ça ?) dans un "Petit message aux sacripants du C.A.N.E.L.". Tout cela présenté, je le précise pour les nouveaux poinçonneurs de l’uZine (s’il y en a), sous la bannière pseudo-provo : "Mystification-bonbon à la canelle". Comme c’est amusant ! Et ce cher P.J., ENCORE UNE FOIS (le comble ! Ma parole, ses sens le trompent : faut pas trop abuser des Pixies, vieux) assimile plusieurs de mes propos à des considérations dignes de sinueuses "contradictions secondaires" (ou ternaires ou quaternaires) qu’on dirait tout droit sorties d’une autre époque -devinez laquelle ? Considérations qui, rappelons-le ENCORE UNE FOIS, auraient peut-être dû être adressées pour fins de RÉFLEXION directement à Maurice Dantec ou alors à Mme Valentina Pauli, co-directeurs du CANEL. (Parlant de CANEL, vous me prenez pour un filtre, monsieur le fumeur... de Camel ?)

Mais bon, si ça n’était que ça... eh non ! Presto, ce cher P.J. la ramène -dans un reply à son propre mail !- avec des excuses qui n’en sont pas vraiment ("vous n’êtes inféodée à M. Dantec d’une aucune façon" : merci, nous le savions) et ce avec l’intention non-équivoque de ridiculiser le peu de propos civilisés et honnêtes (autant qu’on puisse l’être) échangés en cette zone infestée d’intentions de nuire. Le ténébreux "point-virgule", le sampling, le Cardinal de Retz remixés au robot-broyeur magique du Mégamix uZinal parigot-centré. Et j’en passe... Le moins qu’on puisse dire, c’est que concernant la "trêve" du P.J. (cf : "on fait la pause", 10/07), eh ben on se retrouve loin du compte.

Mon cher P.J., voilà qui sera un peu plus clair pour vous, je l’espère : maintenant que Dantec et Mme Pauli du CANEL, de même que les membres du MTLC (Abénaqui m’a priée virtuellement de vous transmettre un gros "Hug" ; il est à Toronto, vous croyez qu’il croisera "Friedrich" ?) ont déserté les lieux, c’est donc un "esprit libre" qui s’adresse à vous, cher monsieur.

Sachez, cher P.J., que si je me départis rarement de mon sens de l’humour et de mon amour du jeu, je m’indigne de me voir ENCORE UNE FOIS assimilée à ce que vous considérez être les "tares de Maurice". Vous adressant à moi, vous dites : "Ce que je ne comprends guère dans l’attitude de Maurice"... "oeuvres de divertissement"... artiste comme "agent du spectacle" et gnangnan, tout cela remixé à la sauce debordienne fraîchement digérée... C’est de la métempsycose ou quoi ? On est rendu chez Proust, là ? Proust à la manufacture, c’est du beau !

Vous qui vous êtes plaint qu’on n’avait pas lu vos posts précédents (in : "Cela devient intéressant", 10/07), et qui nous avez accusés de ne pas avoir pris la peine "d’observer avant d’attaquer" (in "Bonjour...", 10/07), eh bien je vous retourne le miroir, cher PJ (parlant de réversibilité...) : vous qui avez insisté tant et tant pour vous adresser à moi (alors que vous aviez été prévenu que je devais m’absenter), ne m’avez-vous donc pas lue ?

Exercice ennuyant, mais revoyons donc, en vrac (et "nous procéderons étape par étape, si vous êtes d’accord" -n’est-ce pas là l’une des bases de l’éthique de la discussion ?) : "Je ne suis ni juge ni avocate" (pas plus qu’attachée de presse ou présidente de fan-club, préciserais-je également/voir post "Imaginaire scientiste...", 09/07) ; "Je me contenterai plutôt d’entamer UNE PREMIÈRE PHASE D’ANALYSE (c’est moi qui souligne : Idem, 09/07) ; "...le recours aux oeuvres dites mineures NE GARANTIT PAS le succès de l’entreprise ou l’issue de la bataille", Idem, 09/07)... Vous en voulez encore ?

Message suivant ("NO OFFENSE/Minor Threat ", 10/07) : "Concernant le Nihilisme (petit n ou Grand N), IL NE S’AGISSAIT PAS D’UNE QUESTION À PROPREMENT PARLER (c’est moi qui souligne). Merci quand même pour la " preuse " plongée dans l’univers nihilisto-nietzschéen -le 3e post que vous m’avez adressé en rafale en moins de 12 heures... Mais quelle ardeur ! Petite recherche Google pour fins de sampling ? On y reviendra d’ailleurs. À Nietzsche, je veux dire.

On continue ? Concernant le nihilisme, donc, "je relevais simplement que vous m’adressiez personnellement à ce sujet une remarque qui aurait dû (...) être transmise directement à MGD". Et, encore un effort, camarade : "nous sommes des individus majeurs, INDÉPENDANTS et vaccinés"... Encore une dose de sérum de vérité, pour la route ? "Concernant le Nihilisme fustigé " (je vous citais, la capitale émanait donc du post auquel je répondais, idem pour l’ambiguïté singulier/pluriel que je n’ai pas cru bon relever dans ce message qui se voulait "temporisateur", eh). En voici un dernier, allez : "Le CANEL et le stalinisme (...) : pas d’unanimité forcée... ni culte de la personnalité".

Les choses sont-elles un peu plus claires, maintenant ? Me prenez-vous toujours pour un filtre de Camel, cher monsieur ? Ou alors pour une cible collatérale dans ce "malheur des temps" qui, Las !, nous oblige à écrire de bien mauvaise façon ? Z’êtes content ? Vous l’avez eu votre "épiphénomène qui vous aura permis d’échanger quelques mots avec MgD" ? (cf : post "Ah non, moi c’est P.J.", 08/07). Pigé ?

Maintenant, votre joujou-forum, vous pouvez le garder pour vous (vous étiez bien le seul de la "Factory" à vous exprimer ces derniers jours dans cette "PLACE PUBLIQUE" ? Etrange, tout de même, cette dénomination). Un forum pour parler en circuit fermé, alors là, bravo ! Ô palpitantes variations du Vivendi-sera, Vivendi-sera-pas. "Je me souviens" étant la devise du coin, et ayant le nez fin, nous nous abstiendrons de revenir sur les éprouvantes références aux "séances de bronzage" et autres virgules de chiotte que nous avions découvert ici, en fait de "forum".

Après s’être offert le buzz -créé en labo uzinal- "Dantec détourne l’indéouèbe pour faire sa pub" (dois-je vous le répéter ? "Ni juge ni avocate "), les uzineux prévoient-ils miser sur l’Autre Buzz, celui qui risque à chaque instant de faire exploser le Tout-Paris ? Au point où on en est : même Beigbeder cite Debord, alors ça finira bien par arriver.

Si vous voulez mon avis, cher PJ, pour "l’autre pseudo-critique", il faudra repasser. Idem pour l’ensemble du chap. 28 qui risque plutôt de nous donner un beau pétard mouillé. Pour la Bastille, remarquez...

En terminant, pour en revenir à Nietzsche (avec ou sans les "if") et, par ricochet, à nos circonvolutions sampleuses quant à cet intrigant point-virgule, j’aurai la gentillesse de vous laisser sur un "sample" de Nietzsche, qui aura deux mérites... Ça vous fera un petit guide pour les angoisses mégamixantes du point-virgule ; et vous saurez désormais dans quel camp me "situationner".

CONTRE LES MYOPES. -Ah çà, vous figurez-vous donc avoir forcément affaire à une oeuvre fragmentaire parce qu’on vous la présente (ET NE PEUT QUE VOUS LA PRÉSENTER) en fragments ? (in " Mauvaises pensées choisies", c’est moi qui souligne).

Sur ce, délaissons donc nos jouets virtuels, et allons relire nos classiques. En écoutant Zorn, tiens. John Zorn. Pour le point-virgule un peu moins mégamixed-in-Paris.com. "The Classic Guide to Strategy". Ou "Locus Solus". Ou "The Big Gundown". "Naked City". "Cartoon S/M". Et surtout : "Masada Live in Jerusalem"... Vous m’excuserez ? Plutôt que votre uzine-à-zapper, je suis allée faire un tour à la Knitting Factory... Histoire de tisser des liens. So Farewell, Joker Face. QWERTY P.S. C’est jour de Bastille, non ? Allonzenfants du point Goldwin...

Répondre
14 juillet.com, QWERTY, 12 juillet 2001
Une fois n’est pas coutume... Désolée pour l’aiguillage des dates, mais encore une fois je serai en transit pour le jour de congé férié.
Répondre
> 14 juillet.com, 12 juillet 2001
Moi demain, je vais à Pizza Hut avec mon Ford. Enfin voilà koi...
Répondre
"Beauty Queen", PORTOBELLO BONES, PRIVATE JOKER, 12 juillet 2001

Chère QWERTY (oui, oui, c’est bien vous...),

Concernant votre premier paragraphe, dont le sujet était mon message "Mystification...cannelle", je voudrais apporter quelques précisions : j’ai effectivement été surpris par une de vos phrases (que je cite d’ailleurs), ce qui m’a mené à me poser la question très légitime "Qu’est ce que le CANEL ?". En cherchant un peu avec les maigres éléments à ma disposition, je suis arrivé à la conclusion que c’était effectivement une mystification : figurez-vous que j’imaginais auparavant un "vrai" centre d’études, une association avec siège social et réglement, et tout le tralala... J’étais donc un peu étonné ! Il s’est avéré ensuite que je n’avais qu’à moitié raison : le CANEL n’est pas "physique", il n’est que virtuel, et de plus viens d’être créé MAIS il n’est pas une imposture, OK. Je me suis permis de vous inclure dans ce message car vous semblez appartenir au CANEL (cf. votre message "Halte, les Caribous" du 10/07/01 à 9h12). A part ça, le ton de ce message était effectivement construit pour qu’il y ait réaction.

Ensuite, mon 2° post : là, d’une part je m’excusais VRAIMENT (vous dites "merci, nous le savions"... moi, je venais de m’en rendre compte), et d’autre part je ne connaissais (et ne connais toujours pas, d’ailleurs) "les deux lois de cette pratique, séparées par un point-virgule". Je n’avais pas cette "intention non-équivoque de ridiculiser le peu de propos civilisés et honnêtes [...] échangés en cette zone infestée d’intentions de nuire", et si j’ai commencé une spéculation (genre "si je comprend bien, il s’agit de ça ?") sur cette pratique en opérant une analogie avec le sampling, et bien c’est parce que le domaine de la musique m’était le plus naturel pour m’exprimer. Sinon, je ne connais VRAIMENT pas Sax Rohmer, le Cardinal de Retz, ou la Colonne Durutti... Par contre, je vous prie de m’excuser, et vous avez tout à fait raison de le signaler, pour vous avoir abreuvée de mes considérations sur l’oeuvre de MgD.

Enfin (3° message), lorsque vous m’avez écrit "il ne s’agissait pas d’une question à proprement parler", j’ai tout simplement pensé que je pouvais SOIT la faire SOIT ne pas la faire... Mon explication de texte niveau bac sur le Nihilisme, je veux dire ! Et bien je l’ai faite : malheureusement pour moi, je n’avais pas compris que cela ne vous intéressait pas, that’s all. Je vais donc cette fois ci vous prier de m’excuser pour vous avoir abreuvée de mes considérations sur ce sujet ô combien casse-gueule.

Pour le reste, vous ne me croirez sans doute pas, mais je vous envie de pouvoir travailler avec des gens de la Knitting Factory (ça, je connais). Je vais d’ailleurs de ce pas aller m’écouter le Live 92 de COBRA, en lisant quelques passages de Jünger : "Orages d’Acier", ça devrait aller ensemble, non ?

A bientôt, peut-être.

Répondre


> Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertexte
5 juillet 2001, message de harlot
 

c’est quoi la différence entre ici et powow.net au juste ?

ici les intervenants sont plus intelligents j’ai l’impression, j’me trompe ?

Répondre


le talon de Big Bro
5 juillet 2001, message de sagess proof
 

Bah aussi, comment t’as fait pour te retrouver sur powow ? Tu l’as cherché.

"dans la vie, vous ne pouvez pas tourner un robinet, ouvrir un magazine, allumer votre portable, sans vous mettre sous la coupe de Vivendi ; sur le Net, vous avez une chance d’y échapper"

MD est un adepte de la paranoïa aussi, ça vous fait un point en commun.

" qui couillonne vraiment l’autre ? "

Comme d’hab : Laozi (y-a pas d’autre).

Répondre


AMUSANT !!! (version 1.0.0)
4 juillet 2001, message de PRIVATE JOKER
 

Alors comme ça les messages qui défendent Maurice G. Dantec, qui plus est avec un raisonnement construit, disparaissent... Alors que les saloperies genre "Arme Chimique" (ça pue et c’est dangereux) restent !

S’il faut devenir admin’ pour pouvoir faire entendre sa voix, ça va devenir intéressant sur Uzine 2.

A bientôt, je pense : ce message sera réenvoyé à chaque censure, avec incrémentation du numéro de version dans le titre.

Répondre
> AMUSANT !!! (version 1.0.0), 4 juillet 2001

Salut Private,

T’as raison de gueuler. Tes deux messages sont de retour en ligne (et on enquête : le coupable recevra un blâme officiel).

ARNO*

Répondre
> AMUSANT !!! (version 1.0.0), 4 juillet 2001

qui plus est avec un raisonnement construit

Il n’y a que toi pour trouver que tes messages ont un raisonnement construit. Non, sérieux, prends un peu de vacances...

Répondre
et d’ailleurs, de plus en plus..., PRIVATE JOKER, 5 juillet 2001

"Il n’y a que toi pour trouver que tes messages ont un raisonnement construit. Non, sérieux, prends un peu de vacances..."

> Il est vrai que venant de certains Maitres, les conseils deviennent tout d’un coup des vérités... Je vais quand même exécuter un ch’tit kata...

1er mouvement, reprendre les arguments en face développés, pour bien mieux pouvoir les destructurer.

2ème mouvement, les attaques faciles éviter, pour sa propre participation ne pas ridiculiser.

Dernier mouvement, une nouvelle stratégie inventer, quand la guerre vraiment on veut gagner.

Quelques pistes pour pouvoir attaquer Mister Dantec sur les bêtises qu’il a laissé échapper ici et là... Lui répondre que : les "nihilistes" ne sont pas forcément ceux qu’il croit (ou même ceux que nous croyons), le copyleft n’est pas une sinécure ni même une potion miracle, sur Uzine pas de startuppeurs (mais quelques "connaissances" bien plus malins, et des fois bien pires), enfin se battre pour la liberté de l’autre même s’il n’est pas d’accord avec nos idées (dixit Voltaire, ou à peu près...) n’implique pas forcément l’insulte facile mais bien plutôt la défense de la liberté de débattre... Mais ce dernier conseil, il est vrai, pourrait être adressé à quelques personnes par ici.

N’est-ce pas, mon cher anonyme ?

Répondre
> et d’ailleurs, de plus en plus..., 5 juillet 2001

Lui répondre que : les "nihilistes" ne sont pas forcément ceux qu’il croit (ou même ceux que nous croyons), le copyleft n’est pas une sinécure ni même une potion miracle, sur Uzine pas de startuppeurs (mais quelques "connaissances" bien plus malins, et des fois bien pires), enfin se battre pour la liberté de l’autre même s’il n’est pas d’accord avec nos idées (dixit Voltaire, ou à peu près...) n’implique pas forcément l’insulte facile mais bien plutôt la défense de la liberté de débattre...

Sans blague... tu reproches aux autres ce que tu n’as pas été fichu de faire toi-même : répondre sérieusement à un crétinoïde arrogant et revanchard. Fais ton auto-critique avant d’accuser les autres.

Répondre
tu nous fais du boudin ?, PRIVATE JOKER, 5 juillet 2001

Salut mon p’tit bout d’chou,

"Tu reproches aux autres ce que tu n’as pas été fichu de faire toi-même : répondre sérieusement à un crétinoïde arrogant et revanchard."

> Loin de moi cette idée ! Mais tu devrais me remercier, quand même, pour te donner quelques idées : tu n’as su faire que des invectives...

Ah la la, ces jeunes : aucune politesse.

Rendez-vous ? Demain, même heure ?

Répondre
> > et d’ailleurs, de plus en plus..., 7 juillet 2001

Courageux anonyme,

Je ne chercherais pas ici à prendre les patins du "private joker". Il donne, ma foi, l’impression de pouvoir fort bien s’en sortir tout seul, surtout face à toi. Je te ferais remarquer deux choses, anus doté de l’usage de la "parole" : 1) Private joker n’est sans doute pas d’accord, tant s’en faut, avec mes idées politiques et religieuses. Sache donc, pré-hominien doté d’un clavier, que cela m’importe peu, et qu’au contraire, à la différence de votre club de boulistes, je crois que comme moi il considère la "démocratie" comme un Dojo. Et il a raison, parce qu’on ne discute qu’en termes de désaccord, et pas autour d’un feu de camp consensuel pour boy-scouts attardés du néo-hippisme digital. Sache donc qu’il est le seul de votre petit gang à ne pas s’être laissé aller directement à la scatologie, au mépris et à la facilité de vos "critiques" de café du Commerce. Voilà pourquoi j’envisage, peut-être, d’engager un DIALOGUE avec cette personne. Même s’il s’agit d’une discussion sans mouche sur le fleuret. 2) Quant à toi, vaillant défenseur du copyleft, sache que je te laisse, ma compassion ne connaît pas de bornes, totalement "libre" d’utiliser les néologismes que j’ai concocté (comme "crétinoïde") pour tenter de décrire ce qui vous tient lieu de pensée.

FREEWARE, man, te gènes pas. Et ouvres un dictionnaire de temps en temps.

MGD

Noram MTLCenter

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage.

PS : auto-critique : nom donné aux séances spéciales des tribunaux pop. maoistes pour forcer l’"hérétique" à rejoindre la "ligne". Il est clair que Private Joker a besoin d’urgence d’une telle séance. Je suis persuadé qu’il y en a des tonnes, parmi vous, tout à fait compétents pour assurer le rôle du procureur.

Répondre
> > et d’ailleurs, de plus en plus..., 7 juillet 2001

King of the copyleft,

je t’ai déjà répondu hier, mais visiblement votre Directeur de Conscience n’a pas cru bon faire paraître ma réplique. Je ne m’en plains pas. Je commence à comprendre comment les notions de "droits et libertés" sont appliqués dans le coin. Facon Allemagne de l’Est - avant votre naissance au Monde.com. Juste un truc, thuriféraire de la gratuité nomade : Ma compasion ne connaissant point de bornes, vois-tu, je te laisse le "droit" d’utiliser les locutions que j’ai concocté pour tenter de décrire ce qui vous tient lieu de pensée. "Crétinoïde", petit zomme, est donc libre de droit. FREEWARE, man, te gênes surtout pas. Pour les idées, on te fera suivre un numéro d’appel où tu pourras commander sur amazon.com tout un tas de manuels pratiques, qui permettront de te faire croire que tu en possèdes quelques unes. C’est toujours mieux que rien, et ca peut servir lors d’un débat-rencontre avec José Bové.

MGD

Noram MTLCenter

Centre d’Ananlyse des Nihiliesmes et de l’Entropie du Langage

Répondre
> > et d’ailleurs, de plus en plus..., 8 juillet 2001

Autocritique :, nom, fem, système d’auto-accusation mis en place par les tribunaux de la chine pop. maoiste afin de faire rentrer les "déviants réactionnaires" dans la ligne du Parti.

MgDantec

Noram MTLCenter

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage.

L’achat d’un dictionnaire de base vous est hautement recommandé.

Répondre
> AMUSANT !!! (version 1.0.1), romuald, 7 juillet 2001

Je me permets d’incrémenter... De plus en plus nauséabond... On en vient même à couper la parole du principal intéressé... Il me semble avoir vu passé un message de Maurice daté du 7 juillet, mais ce dernier à disparu dans les limbes numériques... Explication ?

"Cure blindness with a whore’s spittle" J. Morrison

Répondre
> > AMUSANT !!! (version 1.0.1), 7 juillet 2001

Salut,

Le principal intéressé n’a rien à dire. Ou alors, tu pourrais peut-être décrypter pour nous ses messages ?

Au fait, tu l’appelles "Maurice". Tu es un ami à lui ? Il est toujours aussi affable, en privé ?

a+

Répondre
> > > AMUSANT !!! (version 1.0.1), romuald, 7 juillet 2001
Je ne faisais pas le porte -parole de MGD. Il me semble que jusqu’ici, il ne se prive pas du droit de parole et a même fait l’effort de se plonger dans le chant lexical utilisé sur ce forum pour se faire comprendre. Je trouvais juste ce message intéressant et exprimais mon agacement à voir qu’il avait disparu... Quant à savoir qui je suis, je m’appelle Romuald, cher inconnu... Tu es faché avec les prénoms ?
Répondre
> > > AMUSANT !!! (version 1.0.1), 7 juillet 2001

Salut petit roi du ciseau électronique,

Pour le décryptage, en ce qui te concernes une seule chose à faire d’urgence : cours d’alphabétisation. demande à un de tes potes de te faire une recherche Google.

Je te rassures on se connaît pas "Romualdd" et moi. Par contre, toi tu dois BIEN connaiître Hervé Bourges, et ses pratiques "démocratiques". En effet, j’ai pu me rendre compte que vous continuiez à dégoiser vos conneries sur mon compte. Je me suis donc permis d’inviter quelques websites de ma connaissance à venir voir de quoi il s’agissait, ils pourront ainsi, cher ami de la Tolérance-ne tolérant-qu’elle-même, se rendre compte de visu comment focntionne le bureau de censure électronique des Chiennes de Garde sur l’Internet-zone-de-liberté d’expression et de créâââtion. Merci à toi, encore une fois, petit censeur de province. Merci à tous-toutes.

Avec mes sincères condoléances.

MGD

Répondre
> > AMUSANT !!! (version 1.0.1), 7 juillet 2001

Romuald.

petit conseil d’un visiteur, valet de l’impérialisme US : n’oublie pas la combinaison NBC, c’est franchement l’infection dans le coin. Je suis en mesure de confirmer qu’en effet un certain nombre de mes messages ont bien été "coupés" par le Bureau de Censure Local. Je devais pénétrer dans une zone d’autonomie temporaire, mais alors, très très temporaire.

MGD

Noram MTLCenter

Centre d’Analayse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage

Répondre
> > > AMUSANT !!! (version 1.0.1), romuald, 7 juillet 2001

Merci du conseil. Je ne souhaitais guère, de toute façon, m’attarder dans ce champ de pétards mouillés. Comme je l’ai exprimé dans un premier message perdu dans cette aborescence (avant de disparaître définitivement ?) , je venais juste constater les dégâts, et donner - peut-être ( ??) - à penser avec deux citations qui me semblaient à propos (cf. post 6 juillet).

Cordialement,

Romuald.

Répondre


Les racines du con - MetaMèrEnShort
4 juillet 2001, message de François Sava
 

Chers amis d’uZine,

Dans une de ses balles en caoutchouc (expédiée au début de ce SINISTRE débat), Maurice G. Dantec CRACHE les pépins des raisons de sa colère : "Cela fait des semaines, pour ne pas dire des mois, que je surfe sur le réseau, et que j’y collectionne les IMMONDICES qui se disent en toute "LIBERTé" à mon sujet, j’attends avec impatience le moment où je vais pouvoir répondre point par point - pour ne pas dire POING PAR POING - à tous les petits journalistes de la NETCULTURE.COM qui pensent s’offrir de la notoriété pour pas cher grâce à ma pomme, en toute impunité..."

Et vous, qu’est-ce que vous faites alors ? Vous tombez dans le panneau. hop-la, chouette, de la baston ! On va le croquer, le Motmot. Résumé du feuilleton : Motmot, en panne d’inspiration sans aucun doute possible, surfait depuis "des semaines, des mois" pour trouver les "immondices écrits en toute liberté" sur sa pomme. Quand son immondice à lui, "le Théâtre des Opérations", est sorti, la plupart des critiques des journaux ont critiqué l’objet exclusivement à valeur d’échange (et non d’usage) par le biais d’articles immondices. Jamais repu, Motmot se met en quête d’ordures dans ce tout-à-l’égoût d’internet. Mais le pauvre hère ne trouve rien. Tout juste sur uZine, relève-t-on qu’il confirme son "atterrante beaufitude" en dégueulant sur le copyleft dans la revue d’éthique sur le net payée par Vivendi. Rien de plus, et, comble de l’outrecuidance, tout ça est noyé dans des considérations générales sur autre chose que le non-talent de Motmot : cinq lignes pour André Santini, deux pour MauriceG.DantecNorthAmerikaMetalocalCenterNeuroVerbalBombingTestRangeNEPASSUBIRgénéralDeLattre, c’est pas juste, merde ! Motmot se dit : il ne tient qu’à moi à remettre le Motmot au centre de l’univers. Et, après les premières tentatives sans succès, ça marche... Pif-paf-pouf.

Voilà, Motmot part boulotter cette merde dans son coin. De quoi écrire des novellas. Et vous, vous restez assis sur le tas qui reste. Bilan : tout le monde est content, les immondices nous submergent tous, grâce à la collaboration de tous les anonymes de ce forum. Atterrante beaufitude, qu’on disait...

François

Répondre
> Les racines du con - MetaMèrEnShort, 7 juillet 2001

Cher spécialiste des munitions non-léthales,

En dépit de ton style de chiottes, commun à l’ensemble de tes petits zamis néo-nazes du coin, tu sembles avoir interrompu momentanément tes piqûres de neuroleptiques, ou bien la prise de GHB, ce qui te permet de pouvoir placer, enfin !, une ou deux idées devant l’autre. Cela te situe au moins au niveau d’un troupier de service. Exploit à souligner, cela ne fait aucun doute. Mais je me dois d’être honnête : tu mérites au moins une petite médaille de chocolat, à l’honneur des petits zéros du mercantilisme new-look. En effet, tu as parfaitemment su deviner une chose (putain, un Miracle chez les Néogauchos du Oueb, on se demande quel Dieu ils ont pu prier, Saint-Chritian Perret sans doute) :
-  Je "traque" en effet les immondices qui se disent à mon propos sur le Net dans un but DIFFAMATOIRE, mais n’étant pas un adepte du tout-juridique comme vos copains-copines de Ras’L’Front, j’ai préféré voir s’il y avait du répondant au fond de la ruelle. La preuve a été donnée en 3 ou 4 jours qu’une association de micro-hooligans comme la vôtre se débandait (c’est le mot juste) à coup de paires de claques sémantiques sans, généralement, demander son reste. Afin de tester le comportement des diverses "chiennes de garde" qui aujourd’hui surveillent, de part et d’autre, les barbelés de votre grand camp de concentration national, il n’a pas suffit de grand chose, et je me suis dit, en effet, que le meilleur moyen de rire un bon coup serait de faire s’entre-dévorer la MEUTE. J’ai comme le pressentiment que la tactique, pourtant vieille comme le monde (mais le monde n’a-t-il pas commencé avec vous et le dernier disque de Dimitri-Von-Paris ?) a parfaitement fonctionné. Le "pauvre hère" comme tu dis (tu aurais pu avoir le cran de dire "juif errant", petit nazillon sans burnes) a par contre, tu m’excuseras du peu, du pain sur la planche : vous n’êtes pas les seuls, loin de là, ô petits maîtres du monde périphérique.com, à avoir voulu ainsi en toute impunité dégurgiter votre bile de post- nihilistes aigris sur ma pomme... Le seul problème, comme je vous l’ai déjà fait remarquer , c’est que vous ne faîtes pas le poids. Même à 25, même à 50. C’est pathétique, franchement.Merde, il m’arrive même de D’abord, le constat est établi : vous ne savez pas articuler 2 phrases cohérentes, et votre vocabulaire scatologique ferait rigoler un enfant de 5 ans, qui pourrait sur ce point vous en remontrer. Pour finir, sache que la "campagne d’été" ne fait que commencer. Quant à mon inspiration, je te rassures, ou plutôt j’espères éventuellement t’inquiéter : elle n’a jamais été aussi bonne. La novella du Monde Interactif, pauvres Zutopistes du dimanche, n’est en effet qu’un début. Vous aurez tous bientôt l’occasion de vous en rendre compte. Enfin, je dois reconnaître qu’un petit passage sur l’internet Fight-Club de votre Uzine est toujours, pour moi, l’occasion de me mettre en jambes. La "colère", sache le, amateur de troisième zone, est toujours mauvaise conseillère en "baston". Tes potes et potesses ont pu s’en rendre compte. En ce qui me concerne, petit prince de la méditation néo-bouddhiste, le calme olympien qui est le mien, puisque tu aimes parler de "balles en coutchouc", pauvre imprimante à discours, c’est celui du sniper qui cadre sa cible avec volupté. Il faut toujours rester "cooooool" quand on appuie sur la détente.

Honnêtement c’est un régal. Merci encore. À bientôt. Santa-Claus a plein d’autres jolis joujoux pour vous tous.

Maurice G. Dantec

NorthAmerika MetaLocalCenter

Centre d’Analyse du Nihilisme et de l’Entropie du Langage.

TUEZ LES TOUS

LaLittératureReconnaîtreLesSiens

Répondre
"KYEO", Fugazi, PRIVATE JOKER, 7 juillet 2001

Bonjour Monsieur Dantec,

"Afin de tester le comportement des diverses "chiennes de garde" qui aujourd’hui surveillent, de part et d’autre, les barbelés de votre grand camp de concentration national, il n’a pas suffit de grand chose, et je me suis dit, en effet, que le meilleur moyen de rire un bon coup serait de faire s’entre-dévorer la MEUTE."

> Quelle "MEUTE" ? Où pouvez vous donc voir une chose de ce genre sur un forum Internet, qui n’est la plupart du temps qu’un conglomérat d’individualistes ? Certes, Mona Chollet vous avait taxé de cette "atterrante beaufitude", expression qui vous a vexé... Mais cela veut-il dire que TOUS les lecteurs de cet article approuvent de façon implicite cette affirmation, sous le simple prétexte qu’aucun, jusqu’ici, ne vous a défendu ? Le fond de l’écrit de Miss Chollet n’était pas, il me semble, "Maurice G. Dantec, sa vie, son oeuvre"... C’était, faut-il le rappeller, "Quand JMM fait chanter l’hypertexte", et cela a d’ailleurs donné un forum plein de bruit et de fureur (voir tout en bas de cette page) entre plusieurs individualités bien affirmées : preuve, s’il en est, que votre "MEUTE" n’existe guère.

"J’ai comme le pressentiment que la tactique, pourtant vieille comme le monde (mais le monde n’a-t-il pas commencé avec vous et le dernier disque de Dimitri-Von-Paris ?) a parfaitement fonctionné."

> Votre tactique ne vaut qu’en cas d’existence réelle de la "MEUTE", or cela reste à prouver... Mais je ne m’en fais pas pour vous, vous en trouverez bien une autre. Ce qui m’intéresserait, ce serait de connaître votre stratégie : on la devine, bien sûr, sous des phrases prémonitoires telles que "vous aurez tous bientôt l’occasion de vous en rendre compte". Mais en ce qui concerne sa réalité tangible, on a du mal à voir : je fais pourtant confiance à votre génie, c’est après tout grace à vous que j’ai découvert Sun Tzu.

"Vous n’êtes pas les seuls, loin de là, ô petits maîtres du monde périphérique.com, à avoir voulu ainsi en toute impunité dégurgiter votre bile de post- nihilistes aigris sur ma pomme..."

> "Périphérique.com" : c’est intéressant, ça veut dire que vous vous considérez au centre, ce qui reste à voir. D’autre part, la notion de centre et de périphérie existe-t’elle encore dans le monde (post-)moderne ? Quant au nihilisme, duquel s’agit-il ? Il me semble qu’utiliser ce genre de notion à tort et à travers n’est pas, pour le coup, d’un intérêt tactique évident : d’une part, ça fait un peu fourre-tout, d’autre part, ça amoindrit le(s) sens du mot Nihilisme.

"En ce qui me concerne, petit prince de la méditation néo-bouddhiste, le calme olympien qui est le mien, puisque tu aimes parler de "balles en coutchouc", pauvre imprimante à discours, c’est celui du sniper qui cadre sa cible avec volupté. Il faut toujours rester "cooooool" quand on appuie sur la détente."

> Comparaison intéressante, (MGD = sniper) même si un peu osée ! Je constate tout de même que vous vous accordez beaucoup de rôles, y compris celui du "juif errant" : Ahasvérus serait donc votre vrai nom, c’est toujours bon à savoir... Moi qui croyait que ce personnage contemplait sans y prendre part la peine et la joie des hommes : pas vraiment votre cas, vous ne faites que défendre votre égo, rien de plus.

A bientôt, je pense.

Répondre
La meute s’en donne à coeur joie, 7 juillet 2001

Cher Fan de Fugazi,

à l’exception d’un ou deux autres intervenants de ce "forum", vous m’excuserez, mais vous êtes le premier à ne pas procéder d’ABORD par l’INSULTE et le MÉPRIS. Vous me permettrez donc de vous répondre, sans ambages, mais avec le respect minimal qu’on se doit entre adversaires (Convention de Genève.) Vous me demandez "quelle Meute". Ecoutez, franchement, relisez le "débat" tel qu’il s’est ouvert depuis ma première réponse à Mona Chollet, et vous constaterez que le mot "MEUTE" est encore bien loin de la réalité. Nous le qualifierons gentiment d’euphémisme. Vous dites que ce forum serait un conglomérat d’INDIVIDUALISTES ? Ou nous n’utilisons pas les mêmes mots pour les mêmes concepts, ou bien là encore, peut-être n’avez -vous pas bien lu. Car ce qui suinte de partout dans ce forum, monsieur, comme dans bien d’autres, c’est plutôt le COMMUNAUTARISME post-hippie néonazi chic-et-choc. Mona Chollet s’est cru maligne de continuer sur le même ton, dès sa première réponse. C’était son droit, Ce fut aussi son erreur. Tout cela est pour l’instant à l’étude par quelques étudiants-caribous (voir la missive d’un des zanimaux parlants de votre forum) qui, depuis cette autre planète parlant le francais, étudient en temps réel la destruction du langage en direct à laquelle chaque "prise de parole" - ou presque - des partcipants de cette Uzine, a contribué. Vous avez raison de rappeler que le "fond" de l’article de Mona Chollet n’était pas "Maurice G.Dantec, sa vie son oeuvre", Mais "Jean-Marie Messier, maître chnateur de l’Internet". Sûr que J2M, comme accroche , c’est plus vendeur. C’est précisément la raison pour laquelle ma réponse ne concernait que le paragraphe du "copyleft" et de mon "atterrante beaufitude". Je me suis permis, mille excuses, d’intervenir sur ce forum où, du moins je le pensais, la liberté d’expression était garantie. Je n’avais trouvé que ce moyen pour essayer d’engager un DIA-LOGUE, m^me sans concession, avec une personne qui m’avait préalablement insulté. Je ne voulais pas déranger vos discussions fort interessantes sur le sort de la Net-Economie (vous voulez un présage pour zéro dollars : la net-économie s’effondrera en France, les Ricains vont encore vous baiser, à sec, et moi, je jubile). Concernant mon allusion, mal comprise, (décidemment) sur le monde périphérique.com je me permets de vous expliciter un peu la chose : 1) le site depuis lequel l’article de Mona Chollet a été tiré s’appelle "périphéries.net". 2) Le boulevard Périphérique parisien a forclos cette ville du reste du monde, et, dans les termitières digitales qui s’y agitent, on s’en rend compte assez vite, cette "frontière" ne s’est guère estompée.

Désolé de vous contredire, mais ce n’est pas moi qui me prend pour le Centre du Monde de la Kultur et des Zarzélettres. Voyez plutôt avec votre ami Djack-Lang. Le nihilisme dont je parle cher monsieur HURLE ici par tous ces trous, telle la putain ouverte sur commande. Nous sommes d’ailleurs en train d’en relever la topologie, si vous me passez l’expression. C’est un boulot de géomètre, mais surtout de médecin-légiste. Quant à "MgD=sniper", à ce titre, nous dirons que je n’ai de compte à rendre à personne. Pour le juif errant, monsieur, vous me pardonnerez de la comparaison approximative, mais cela faisait allusion à un de ces "posts" où le crétinisme se le disputait à la diffamation, et où l’on m’accusait d’antisémitisme. Quant à ma stratégie, cher monsieur, elle est claire, et annoncée depuis une semaine à tout ce joli monde : MONTREZ NOUS UN PEU DE QUEL BOIS VOUS ÊTES FAITS

Pour l’instant mille regrets, monsieur, mais nous sommes en mesure de vous confirmer la présence de contreplaqué et de cartonnages de récupération dans le bois en question.

Avec mes salutations,

MGD

Noram MTLCenter

Centre d’Analyse des Nihilsmes et de l’Entropie du Langage.

Répondre
> La meute s’en donne à coeur joie, François, 7 juillet 2001

Cher as de la détente, grand pape de la gâchette,

-  "Il faut toujours rester "cooooool" quand on appuie sur la détente."

-  "le site depuis lequel l’article de Mona Chollet a été tiré s’appelle "périphéries.net"."

Raté. Adieu.

Répondre
> > La meute s’en donne à coeur joie, 8 juillet 2001

Salut, sniper,

Évite d’ouvrir le feu imprudemment, tu balances des bastos dans les pieds de tes propres copains. Ils sont déjà bien assez mal en point comme ca. Respire un bon coup, ca ira mieux après.

MGD

Centre d’apprentissage au tir neuroverbal

Noram MTLCenter

méthode accélérée :

COPYRIGHT FREE

Répondre
"Les Possédés", WODEN, PRIVATE JOKER, 8 juillet 2001

Cher fan de B.A.D.

Tout d’abord, je souhaite vous remercier pour l’estime que vous m’accordez. C’est pourquoi j’ai un peu de mal à me voir catalogué, ainsi que "un ou deux autres intervenants de ce forum", comme faisant partie de la "MEUTE" : c’est pourtant ce que vous laissiez sous-entendre dans votre post précédent avec cette phrase "le meilleur moyen de rire un bon coup serait de faire s’entre-dévorer la ...". Je suis désolé de vous le dire, mais autant je n’apprécie guère le fait que l’on ait tenté ici de vous lapider (bravo d’ailleurs pour votre combativité), autant je n’apprécie guère plus votre sens du raccourci et des amalgames qui vous arrangent : il est en effet assez simple d’arriver sur un forum que l’on ne connaît pas, d’y lancer une polémique, de voir quelques individualités (qui auparavant, n’était pas obligatoirement dans le même "camp") y prendre part, et ensuite de jouer le stratège qui avait tout prévu. Vous semblez oublier que mon humble personne et d’autres comme Calvz, ont pris la peine de relire le "débat", et d’en tirer les conclusions qui s’imposaient (vous n’êtes pas le seul, également, à avoir eu des posts censurés). Malgré tout, en fait de "MEUTE", vous n’avez eu affaire dans la très grande majorité des cas qu’à un anonyme qui semble vous en vouloir terriblement, on se demande bien pourquoi.

Ensuite, il va falloir que vous m’expliquiez un peu ce qu’est votre "COMMUNAUTARISME post-hippie néonazi chic-et-choc", auquel on peut d’ailleurs rajouter le terme "nihiliste", non ? C’est encore un joli amalgame qui peut certes vous arranger, mais qui ne risque pas de me convaincre : vous qui aviez commencé par définir le MOT autonomie, vous semblez prendre dans ce cas un peu trop de liberté avec les concepts. C’est d’autant plus étonnant de votre part, que vous dites connaître "quelques étudiants-caribous qui [...] étudient en temps réel la destruction du langage" : peut-être pourront-ils vous aider (n’est ce pas, QWERTY ?). Sinon, vous qui fustigez le nihilisme ambiant (que l’on pourrait qualifier de "passif", dixit Nietzsche), vous posez-vous des fois la question "qu’est-ce que mes lecteurs recherchent et trouvent dans mes livres, et pourquoi ?" : ne croyez-vous pas que, eux aussi, participent à ce nihilisme que vous voulez pourfendre ? Et même vous, lorsque vous dites attendre une catastrophe issue de la science (et que vous en faites un roman : cf les jumeaux de Marie Zorn), ne donnez vous pas tout simplement dans le nihilisme "actif" de supermarché ? Cela pour vous rappeller que votre première réponse à M.C. ne concernait PAS que votre "atterrante beaufitude", ni d’ailleurs votre opinion sur le "copyleft", mais qu’elle se terminait par un spéculation sur l’avenir de notre "civilisation occidentale" : vous m’excuserez d’être aussi brutal, mais ce n’est pas avec un imaginaire scientiste sorti tout droit des meilleurs comics (X-men, Fantastic 4, Hulk, etc...) des années 60-80 que vous ferez advenir la venue du Surhomme cher à Friedrich, même en citant MBK, Timothy Leary, Peter Sloterdijk ou qui sais-je encore... C’était d’ailleurs un peu le sens de mon "puissiez vous un jour écrire un livre pour tous et pour personne" : franchement, je vous le souhaite !

Mais pour cela, il faudra vous débarasser de vos influences, le problème est qu’elles sont légions. D’ailleurs, quelque chose que j’ai beaucoup de mal à comprendre : comment se fait-il qu’un auteur qui, comme vous, ne se prive pas de piocher dans le patrimoine artistique et intellectuel de l’humanité soit absolument contre la notion de copyleft ? Car, hormis son aspect juridique qui peut très bien se révéler compatible avec le copyright et/ou le droit d’auteur, ce concept est tout d’abord conçu pour le travail à plusieurs et pour le "mégamix" des idées : il me semble que telle est votre démarche, mais peut-être préférer vous "utiliser" votre culture (un peu comme lorsque l’on pioche dans une banque de données) plutôt que "brancher" votre cerveau en réseau pour vous fondre dans une œuvre collective. C’est après tout votre droit, car ça rapporte certainement moins et surtout il faut composer avec d’autres personnalités, ce qui n’est guère évident quand on a un caractère bien affirmé !

« MONTREZ NOUS UN PEU DE QUEL BOIS VOUS ETES FAITS ! »

> un ch’tit peu de séquoia, un ch’tit peu de roseau... surtout non modifié génétiquement, arf, arf !

Et vous ?

A bientôt.

Répondre
Quelques précisions, QWERTY, 9 juillet 2001

Cher P.J., Tout d’abord, vous remercier pour ce ton et ces commentaires qui changent un peu du "Steady Diet of Nothing" qui se trouvait ici il y a encore quelques jours -voire quelques heures. J’aimerais toutefois apporter certaines précisions :

1- S’il se trouve que je suis d’une certaine manière "réseautée" (attention à ce mot aussi : pur TNT) au MLC, je ne fais pas nécessairement partie de ces « étudiants-caribous » amateurs de déconstruction du langage. Moi, je préfère les dangers explosifs de la réification (vous permettez ?). Et puis, de toute façon, vous confondez peut-être avec un autre "sympathisant" (attention les mots !) du MLC, Abénaqui, qui a plus de chances que moi de croiser des caribous (il sont en effet fort peu nombreux à circuler dans les rues du centre-ville de Montréal). Et puis moi, vous savez, le sirop d’érable et les mille et une activités qui s’en suivent... 2- Je n’ai pas de leçon à donner à MGD sur sa conception du copyleft, ou son approche de l’exercice de citation, d’emprunt, de détournement -comme vous permettez que l’on nomme les choses par leur nom. Pas de leçon à donner, donc, pas plus que je n’ai a en recevoir de sa part -de la vôtre non plus, d’ailleurs, ceci dit bien courtoisement. Discussion oui, « La Leçon » non. S’il s’avère que concernant ce point (détournement, emprunt, citations, "collage d’idées"...), je me sens plutôt en accord avec vous, il n’en reste pas moins qu’il faut distinguer (vous parliez de ne pas fusionner le tout et le rien de n’importe quelle façon) l’attitude désinvolte que certains entretiennent avec la notion de copyright (optons pour sa réification !) et l’exercice de passer outre, concernant ce même copyright -ce qui fait justement que le détournement puisse atteindre au statut artistique. Vous connaissez sans aucun doute les deux lois de cette pratique, séparées par un point-virgule, la deuxième n’étant certes pas à négliger, j’en conviens avec vous (cf : « le stade supérieur » du jeu de lego de construction-déconstruction-reconstruction). Condition sine qua non de l’émergence d’une oeuvre d’art. Ce qui est bien différent du name-dropping ou du simple amalgame de morceaux épars. Et, encore plus loin des procès d’intention, si vous me suivez toujours (puisque l’essentiel se trouve tout de même là, en ce qui a trait à ce qui a amené ici certains d’entre nous). 3- Relisez bien le texte de M.C. : l’amalgame "concepts-procès-etcetera" s’y trouvait en germe. Voilà qui explique peut-être certaines « dérives » langagières sur ce site -et la chiasse qui a pu émerger par la suite (ce que d’aucuns préfèrent voir comme une "campagne" bien organisée. Voilà qui témoigne d’un manque de connaissance flagrant de l’esprit indie qui (sur)vit in Montreal City. Voilà pour le séquoïa. QWERTY

Répondre
"Le Roi Du Monde", NITCHEVO, PRIVATE JOKER, 9 juillet 2001

Cher QWERTY,

Au moment où j’ai écrit ce message, je ne savais pas encore qu’Abénaqui était arrivé sur le forum, je ne pouvais donc parler que de vous car j’avais lu vos premiers posts. Pour le reste, je vous remercie de me répondre sur le Copie-Droite/Gauche (TM), mais j’attendais plutôt que le "Centre d’Analyse..." donne un coup de main à Mister Dantec pour arriver à me convaincre de l’existence du gloubi-boulga suivant : "COMMUNAUTARISME post-hippie néonazi chic-et-choc". Mais il semble que ce soit faisable pour vous qui pratiquez la réification... Egalement, quand on fustige le(s) Nihilisme(s), il peut être souhaitable d’en donner le(s) sens précis !

Au plaisir de vous lire.

Répondre
Imaginaire scientiste et gai savoir..., QWERTY, 9 juillet 2001

Cher P.J.,

Sauf erreur, je crois que nous nous entendons sur certaines banalités de base. Pour le reste, nous procéderons étape par étape, si vous êtes d’accord (Rome ne s’est pas faite en un jour, alors la réification...). Je reste sur mes réserves pour l’instant concernant le « gloubi-boulga » auquel vous vous intéressez particulièrement. Je ne suis ni juge ni avocate. Je me contenterai plutôt d’entamer une première phase d’« analyse » (il se fait tard, n’est-ce pas ?) quant à cet « imaginaire scientiste sorti tout droit des meilleurs comics (X-man, Fantastic 4, Hulk, etc...) des années 60-80 » que vous pourfendiez (avec raison ? Allez La Meute !, on s’exprime là-dessus ?) dans un post précédent. Au risque de vous faire peur avec mes manipulations de trinitrotoluène, je me permettrai tout de même de vous rappeler (comme vous avez mis en doute ma capacité à utiliser certains textes et notions sans risque d’explosion) que G.D. (eh oui, encore lui !), prisait tout particulièrement l’oeuvre d’un certain Sax Rohmer et, peut-être encore plus, cet amusant PERSONNAGE paralittéraire que fut le Docteur Fu-Manchu... Bien sûr, le détournement n’en était peut-être qu’à ses "balbutiements" en mode mineur (objets et discours culturels dévalués, première loi, avant le point-virgule). Il n’en reste pas moins que ce fut là un terreau fertile pour ce qui allait suivre. Le "Bandit" ultime, plus tard, sera incarné (réifié ?) par la réapparition dans le corpus français d’une partie de la prose du Cardinal de Retz ("masque" littéraire).

1-) Bien évodemment, le recours aux oeuvres dites mineures ne GARANTIT PAS le succès de l’entreprise ou l’issue de la bataille, certes ; 2-) Il n’est tout de même pas exclus que l’on puisse se rendre PAR-DELÀ le point-virgule (phase majeure du détournement). PAR-DELÀ le point-virgule, vous m’entendez bien ? Sinon c’est foutu pour la tentative de réification ! Pour ce qui vous intéresse plus particulièrement ici (« le communautarisme post-hippie-machin-etc. », je vous laisse sur un extrait du « Retour de la Colonne Durutti » : « Ce qui les avait choqué le plus en grandissant n’était point tant le fait que les choses étaient ce qu’elles étaient, avec une certaine tendance à se pétrifier, mais que d’autres avaient la légèreté de supposer qu’ils s’abstiendraient de réagir avec violence ».

Au plaisir de lire vos propos sur le nihilisme (à la sauce NITCHEVO ?) P.S. En passant, c’est chèrE Qwerty (eh oui, une nénette dans la brigade légère !)

Répondre
NO OFFENSE/Minor Threat, 10 juillet 2001

No offense, dear P.J. (voir post to mes collègues : Surfer Rosa/Le Relais des Caribous/Mile-End Squad).

Concernant le Nihilisme (petit n ou Grand N), il ne s’agissait pas d’une question à proprement parler. Je relevais simplement que VOUS m’adressiez personnellement à ce sujet en fin de post une remarque qui aurait peut-être dû être transmise directement à MGD (nous sommes des individus majeurs, indépendants et vaccinés, vous savez ?). Concernant le « Nihilisme fustigé » ou toute autre matière à réflexion, nous avons nos opinions respectives. Le CANEL et le stalinisme, ça fait deux, comme on dit chez nous les Caribous : pas d’unanimité forcée, donc... ni culte de la personnalité...

Étant donné cette heure tardive (chez vous il fait jour déjà, n’est-ce pas ?), je me permettrai une petite zapette (n’en déplaise à mes collègues Caribous du CANEL et du MTLC qui auraient pu vous laisser croire que je me prends très au sérieux et qu’il ne m’arrive jamais de m’amuser), zapette, donc, qui nous entraînera en secteur un peu plus « profond », cela dit sans AUCUNE prétention :

« Quand je crus avoir fait connaître suffisamment aux particuliers que je méprisais ces sortes d’invectives, je me résolus de faire voir au public que je les savais relever ». Le Cardinal, vous l’aurez deviné. Remixé par qui ? En voilà une, de question ! J’ignore d’ailleurs ce que l’auteur de ces lignes citées pense du copyleft, soit dit en passant.

Vous y répondrez en toute liberté, si le coeur vous en dit, et si ma prose de Cariboune ne vous répugne pas trop.

Allez, extinction des feux.

Qwerty

Répondre
Dernier Passage pour Rapport , Maurice G.Dantec, 9 juillet 2001

Cher Private Joker,

1) en ce qui concerne l’estime qu’on se doit entre adversaire, il s,agit , j’en ai peur, d’une des horribles tendances réactionnaires et patriarcales que la sous-culture.com entend bien éradiquer. Nous sommes en mesure de dire qu’elle en effet sur le point d’y parvenir.

2) Si tu vais pris la peine de me lire avec un peu d’attention, précisément, je ne te mets pas dans le même sac que tous les petits chanteurs à la croix de fer qui ont voulu s’offrir une "baston avec le MotMot", ou "LeDantec, virgule de chiottes chez Teknikart".

3) En cequi concerne la "Meute", vous semblez accérditer l’hypothèse qu’il ne s’agirait en fait que d’un petit clébard furieux, anonyme et solitaire. Notre Cnetre d’Analyse ne paraît pas en mesure d’appuyer cette hypothèse. En effet, les étudiants caribous (linguistes, sémios, etc) qui se penchent depuis peu sur les innovations "langagières" de certains de vos participants pensent quant à euxque le "Principe de la Horde", s’est en effet actualisé, selon certaines de nos prévisions.

4) à ce titre, le vrai stratège n,est pas celui qui a "tout prévu", omnsicience impossible sauf pour le Tout-Puissant. Le strtaége est celui qui sait constamment S,ADDAPETER À LÉVOLUTION DE LA SITUATION SUR LE TERRAIN. Auant dire sur le "théâtre des opérations".

5) Le communautarisme post-nippe nazichic suinte aujourd’hui par tous les pores du OUEB. COMMUNISME DIGITAL, isnt-it ?

6) Pour le nihilsme actif. Je ne pense que cet espace.net soit à la hauteur pour une telle discussion, mais puisque tu y tiens je te ferais cette confidence : le nihilsme "hyperacctif" est le monde dans lequel nous vivions, ou plutôt tentons de survivre. Ce qu’il y a à L,arrivée : Soir le retournement créatif de ce nihilsme contre lui-même, et donc la fondation d’un nouveau maonde, soit l’accentuation de la Tendance (Leroy-Gouran) actuelle evers l’Entropie. Inutile de te dire qu’au vu de ce qui s,est produit ici, la création de ce monde ne sera pas une sinécure, et qu’elle a fort peu de chance d’advenir.

7)Je suis, pour ma part, désolé de voir mes livres vendus en supermarché Les jumelles Zorn en sont très contrites, elles aussi, surtout depuis qu’elles ont à supporter à leurs côtées la présence du livre d’un certain José Bové clamant à qui mieux-mieux que "le monde n’est pas une marchandise".

8) Mon imaginaire "scientiste" provient en effet des comix que vous citez. Mille excuses, encore une fois, ils font partie de ma culture. Et, pire encore, j’essaie même de les faire accoucher de quelque chose d’un peu plus mystérieux. Votre association de critiques litéraires saura certainement me conseiller pour supprimer ou rérécrire les pages qu’il faut, ou ne faut pas.

9) Concernant la fusion matricielle de mon cerveau avec le "collectif" du Réseau, sachez que j’hésite entre dégoût et indifférence. Même lorsque j,entreprends nos travaux avec Richard Pinhas, nous savons bien qu’il s’agit d’un moment impossible, qui n,existe d’ailleurs que par son ignition entre deux personnalités affirmées", nous dirons "singulières" et qui ne croitent absolument pas aux "méagamix" démocratique et égalitaire, pas plus qu’un mythe soclaiste de la "création collective". Nous sommes euls, chacun, merci, et entendons bien le rester.

10) mes influences sont légions, dis-tu. En effet. Mille excuses, là encore, pour avoir laissé quelques livres imprimer à jamais leur marque sur votre humble serviteur. Auriez vous un programme de lobotomie à me proposer ? Il apparaît en tout cas qu’il aura été d’une redoutable efficacité dans ce qui tient lieu de cortex aux zominiens en visite sur votre forum.

11) Concernant les citations : je fais de mon mieux (on me l’a suffisamment reproché dans la presse rock bien-pensante) pour citer in extenso les auteurs qui autont nourri mon travail. Si l’un d’entre vous connaît l’adresse des ayants-droits de la Bible, ou du Livre des Morts tibétains, qu’il soit gentil de la faire suivre au :

Centre d’nalyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage

Noram MTLCenter.

PS : en réponse à ton autre lettre, d’abord permets-moi de douter de ton "lymphatisme", qui semble cacher au contraire une véritable envie d’en découdre, sur le plan neuronal s’entends. D’autre part, il ne fait aucun doute que je me suis permis de "forwarder" tout le bouzin à un certain nombre d’amis, Francais d’Amérique, qui ont énormément apprécié les fines boutades de votre ami l’enculeur de caribous au sirop d’érable.

We WILL BE BACK

General Mac Arthur

Répondre
> Dernier Passage pour Rapport , MGD, 9 juillet 2001

Et désolé encore pour les "fautes de frappes". Les "dégâts collatéraux" existent dans tout engagement. D’autre part, il m’a fallut réécrire le texte 3 fois de suite, car il m’a bien semblé qu’il subissait comme une sorte de "filtrage". Intéressant. C’est sûr qu’au troisième passage, je manquais un poil de carburant, et de concentration, votre ouvrier typographe spécialiste du clavier qwerty accentué devrait s’en donner à coeur joie.

La "campagne d’été " ne fait en effet que commencer. Mais le front n’arrête pas de s’élargir. Je risque d’être occupé ailleurs un petit moment.

à la revoyure.

MGD

Noram MTLCenter

C.A.N.E.L.

Répondre
> > Dernier Passage pour Rapport/Filtrage , Mile-End Squad, 9 juillet 2001
Observations émanant du Centre : 1-) Effets de filtrage ressentis ici aussi (cf : phrases manquantes in Post to P.J. 09/07/01 signed QWERTY).Consigné au rapport ? 2-) La Meute a observé le jour du Seigneur (only P.J. around)... Tous à l’Église ou tous aux chiottes en même temps ? M.-E.S.
Répondre
"Extreme Conditions Demand Extreme Responses", BRUTAL TRUTH, PRIVATE JOKER, 9 juillet 2001

Bonjour cher MGD,

J’ai de l’estime pour vous, OK. Vous en avez pour moi, OK. Votre "la meute s’entredéchire" était une erreur (de tactique), OK. Cela m’a énervé et m’a donné "envie d’en découdre", OK. Votre création artistique se fait seul, OK. Ce n’est absolument pas le cas pour tout le monde, OK. Notre (non-)ami l’anonyme s’est reproduit, OK : l’infirmière de (corps de) garde, jean foutisme, le juifanarcorouge... sont ses incarnations (nul besoin d’ailleurs d’un Centre d’Analyse pour s’en rendre compte, le non-style est reconnaissable).

OUF ! Tout ça, c’est réglé...

Maintenant, les désaccords... Le "COMMUNISME DIGITAL" ? Toujours pas convaincant, surtout si on se la joue méprisant envers les décervelés du Web : que le MetaLocalCenter (contresens ?) devienne donc un lieu de diffusion de la connaissance, par exemple. Et que vous arrêtiez de mettre tout dans le même sac poubelle, aussi : faites donc le tri dans ces ordures, votre propos n’en sera que plus efficace. Ensuite, les jumelles Zorn (John et Fritz, y sont où ?) et les comix : bin ça me plait bien, mais ça ne me fait nullement réfléchir, that’s all. Loin de moi l’idée de faire votre boulot à votre place, je dis juste ce que j’en pense mais vous avez le droit de n’en avoir rien à foutre. Cependant, il ne me semble pas que l’on puisse "guérir" le nihilisme avec de l’entertainement.

Car si votre référence à Leroy-Gouran indique que l’entropie se réalise lors de la création par l’homme de nouveaux outils qui, tout en modifiant les fonctions du corps de l’humain, éloigne la réalité "physique" de ce dernier : alors au moment où l’homme a inventé l’écriture, il a désappris le langage parlé. Puis au moment où il a inventé l’imprimerie, il désappris la station debout. Puis au moment où il a inventé la littérature "de gare", il a désappris la réflexion ! Bon, comme je pense avoir écrit quelques sophismes juste avant : pouvez vous me préciser la nature de votre raisonnement ?

Mais je vous rassure, mon cher Maurice, vous êtes quand même pas mal placé dans mon "chemin de pensée" : c’est pour ça que je vous aime bien !

A+ donc.

PS je pense essayer un de ces jours la sodomie au sirop d’érable, il me semble que cela pourrait donner un plaisir orgiaque intéressant : sodomite et gourmet en même temps, mmmmmhhh !

PS2 je peux avoir l’adresse du Centre d’..., ou c’est réservé aux seuls initiés ?

Répondre
> Les CaribousLisentLeCardinaldeRetz, MGD, 9 juillet 2001

Cher Private Joker,

Dieu tout-Puissant, savez vous qu’il est tard, même ici dans notre réserve améridienne peuplée de caribous pratiquant l’androphilie en érablière sauvage ? Toutes les questions que vous me posez sont en effet fort intéressantes, et, je le reconnais aisément, méritent RÉFLEXION. Vous n’en voudrez pas j’en suis sûr au "tâcheron du divertissement" de reprendre les "activités mercantiles" qui lui permettent de payer son loyer (pas de citations d’auteur, je sais, je sais c’est "arrogant et prétentieux"). Vous ne m’en voudrez pas, du coup, je l’espère, de vous laisser ainsi momentanément sur votre faim. Non que le désir de vous répondre me manque, chère Vérité Brutale (enfin, un peu de répondant), mais figurez vous - vous ne le croirez sans doute pas - que je viens de passer 7 jours d’affilée sur un Ouebsite Ultrachouette qui défend la Libêretêh d’Hexpressihon sans qu’il me soit possible de faire autre chose que de calmer les apprenties infirmières tchékhistes et les sodomites refoulés, j’en passe et des pires encore. Vous ne m’en voudrez pas, dès lors, si je passe le relai à ces charmantes personnes "venues" de cette ancienne colonie qui - heureusement - n’est plus francaise depuis longtemps, ce qui, je le souhaite ardemment, vous fera réflechir sur les zones d’autonomie temporaires et la véritable "culture" électronique. Voyez-vous, cher monsieur, les Caribous du Québec, simple petit additif à votre culture géopolitique générale (et là il est vrai que je parle à VOUS TOUS-TOUTES) sont non seulement capables de LIRE des auteurs comme Nietzsche ou Guy Debord, mais, ô surprise, et à la différence du CentreduMondePériphérique.com (je maintiens) dans lequel vous semblez vivre, ils savent les COMPRENDRE. D’ailleurs le cas de ce "forum" est à l’étude, comme je vous le disais.

Vous semblez corroborer dans votre préambule une théorie que nous avions peur de nous exposer à nous-mêmes, tellement ses implications sont horribles, et qui ne manquent pas de soulever de hauts et épineux problèmes éthiques et ontologiques . En effet, certaines données recueillies par notre Centre d’Analyse, mais peut-être nous trompons-nous, tendraient à accréditer la thèse que la plupart des intervenants "humains" de ce forum ne seraient au bout du compte, comme au bon vieux temps du Minitel Rose, que de simples programmes stockés sur disque dur.

Nous vous ferons part très prochainement du résultat de nos investigations. Notre reconstitution historiographique prendra malheureusement un peu de temps ; j’espères également que vous nous le pardonnerez, n’ayez crainte, nous ferons de notre mieux pour, grâce à l’irrésistible puissance du copyleft mondial, faire part de nos éventuelles découvertes aux monde merveilleux de la Net-Culure.

Avec mes cordiales salutations.

MgD.

Merci de vous intéresser aux activités du

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage.

Noram MTL Center

Répondre
"Caribou-hooooouuuuuuu", The Pixies, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Hello Mauritius,

Désolé, j’avons pas eu d’amant allemand alors "androphilie", même si je devine quelque peu le sens, je pas connaître. Pour ce qui est des "activités mercantiles", je te comprend fort bien, n’ayant guère d’autre choix que de me considérer moi itou comme un prolétaire (remarque amusante au passage : un pauvre qui paresse est traité de fainéant, un riche qui fait de même est considéré comme oisif ; funny, isnt’t it ?). A part ça, le rétrovirus "Minitel Rose" dont tu as été victime n’a plus l’air de trainer dans le coin : il a du avoir peur de tes sérums, Abénaqui et Miss QWERTY. Je te remercie d’ailleurs de me les avoir présenté, ça change : tu sais bien qu’ici, on ne connaît que Céline Dion... Et donc, le CANEL ; puisque l’on en est à citer les Maitres : passez donc l’intégralité d’Uzine2 à votre zinzin, et si vos conclusions approchent certaines idées développées dans les "Commentaires..." (chap. 28 : où il est question de "fragments d’une critique sociale d’élevage"), tenez moi au courant... Cela risque d’amuser une bouffon tel que moi !

Mes autres questions restent bien entendu valables et n’attendent que ton retour : le dossier est sur mon bureau, en haut de la pile "en cours".

A la chain’pro,

Et gare à Maximien.

Répondre
Le relais des Caribous, Surfer Rosa [from : Z.A.T./Night Relay], 10 juillet 2001

Alors, on ne s’adresse qu’à la "star" ? Fi des Caribous ? MGD vous a laissé savoir que de charmantes personnes prenaient le relais pour quelque temps. Evidemment, cela devient beaucoup moins intéressant, n’est-ce pas ? Ou alors, pardonnez-nous, nous avions oublié qu’à l’instar d’Oscar, vous détestiez la discussion. Ce qui est le plus légitime de vos droits, remarquez, cher monsieur. Nous nous étonnons tout de même que la question du Nihilisme [sic pour la capitale] de notre collègue Qwerty ait été laissée en suspens. Serait-ce parce que c’est qu’une ch’tite nana ? Ou bien elle vous a ennuyé avec son petit épistémo-blah-blah ? Vous lui trouvez peut-être un petit ton de groupie pseudo-néo-situ-veux-situ-veux-pas ? Ou encore un ton de thésarde qui a mal digéré sa soupe (et là, cher Private Joker, vous auriez tort : attention à la ch’tite nana qué pas qu’une ch’tite zappeuse ; vous voilà prévenu).

Nous notons tout de même que vous êtes du genre "à finir vos bières"... Remarquable en soi. On ne peut malheureusement pas (ou alors très heureusement ?!!) en dire autant de vos uzineux compagnons. C’est qu’elle leur a fichu la frousse, la Qwerty ! Ou serait-ce plutôt le féroce -et authentique- Abénaqui ? Pour la suite de la discussion et pour informations supplémentaires sur le CANEL [et autres questions adressées à MGD qui sera informé de votre passage nocturne en ces lieux], nous demandons pacifiquement réparation : réponse à Qwerty concernant le Nihilisme à la NITCHEVO. Sinon, nous pourrions croire qu’il y a SÉGRÉGATION envers les « Caribous ». Après évaluation de la "réaction", nous reviendrons peut-être pour poursuivre la discussion proposée [le chapitre mentionné -un message sera envoyé à Qwerty, de même qu’au CANEL et au Noram Center dans la nuit].

Surfer Rosa [pour la Zone d’Autonomie Temporaire "LeRelaisDesCaribous"/Noram MTLCenter] co-signed by : Mile-End Squad

Répondre
Halte, les Caribous, 10 juillet 2001

Hey ! Keep cool, gang ! Le monsieur (P.J.) s’adresse à qui il veut. Everybody’s free, ain’t we ? Z.A.T.s obligent...

De toute évidence, il n’a pas compris que le CANEL avait demandé du TEMPS pour la RÉFLEXION. C’est que ça zappe fort à Paris-sur-Buzz !

Pour ce qui est de la demande (adressée à MGD, et/ou au « zinzin-caribous » ?) concernant le chap. XXVIII des « Comm. », voici ce que je suggère pour l’instant :

1-) Laissons les « fragments d’une critique sociale d’élevage » pour nous concentrer sur, notamment, le chapitre I (il est en effet logique et sain de commencer par le commencement !) et quelques fragments du chap. XXIX, histoire de circonscrire notre propre réflexion. Nous savons que nous avons d’autres lieux, n’est-ce pas, pour cette « critique meilleure, lancée et exploitée d’une façon nouvelle, maniée par une autre espèce de professionnels, mieux formés »...

Attention, et là c’est du sérieux (nous savons où nous sommes) : c’est qu’il s’agit d’éviter « le premier degré du piège dans lequel [on voudrait bien nous prendre] ». Boum ! Mais on dirait qu’il n’en démord pas de ses pétards réversibles !

"Consignes" actuelles, donc :

1-) Comme nous avons LU -n’est-ce pas ?-, il faudrait méditer longuement cette recommandation archi connue du chapitre I : « ne pas trop instruire n’importe qui »...

2-) Éviter « le premier degré du piège » en nous permettant bien humblement de remettre en question -notamment because l’endroit où nous discutons en ce moment- cette phrase du « Maître » (dixit P.J.), extraite du chapitre XXIX : « C’est dire que tout nouvel instrument doit être employé, quoi qu’il en coûte ». Or, nous connaissons le cours actuel des techno-bonbons, don’t we ?

Cela dit, la "proposition" (en était-ce une ?) demande tout de même réflexion... et analyse, il va de soi. Discussions en lieux sûrs, donc.

Dernière recommandation : méfions-nous tout de même de celui qui pourrait bien être le « bouffon » du Roi... Nous ignorons ses réelles intentions, mais il semble tenir mordicus à ce qu’il y ait « explosion ». Or, notre objectif n’est pas là. L’essentiel de l’analyse (cf : « la plus grande dose de la suite possible », entre autres) ne se développera pas ici, bien évidemment.

À ce sujet, avis aux couche-tard : rendez-vous en real time sur le site sécurisé "YouKnowWhere.com", OK ? (Et trouvez Abénaqui).

Qwerty

Répondre
Bonjour Mademoiselle, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Je vous remercie de prendre ma défense, mais je vais quand même aller m’occuper moi-même de votre "ami virtuel" : il mérite, je pense une petite leçon...

Je prépare une réponse à vos interventions : j’avais baclé la première, je m’en excuse. Mais pour quelqu’un comme moi, qui n’est pas véritablement un cérébral, certaines choses prennent du temps.

Quand même, pour ce qui est de "ne pas trop instruire n’importe qui" : vous parlez du rôle du professeur, ou de celui du procureur ?

Sinon, l’explosion : sûr, je trouverais cela intéressant, hé, hé ! Votre CANEL est quand même arrivé, quasi aux ordres de MgD, pour prendre part à un combat qui ne le concernait nullement et de surcroit sans prendre la peine d’observer avant d’attaquer : il me semblerait parfaitement NORMAL que vos munitions vous explosent à la gueule, passez moi l’expression...

A+

Répondre
Bonjour Monsieur, 10 juillet 2001

Ce serait dommage... elle est pourtant jolie ma gueule ! Ô, pourquoi tant de haine, mon cher P.J. ? Pour la transmission du rétrovirus outre-Atlantique, n’ayez crainte : nous ne mangeons pas de ce pain-là, ni de vache enragée, d’ailleurs. Votre message impliquait des choses graves, tant pour MDG que pour nous :

1-) Nous serions « aux ordres de MDG » ;

2-) Nous nous mêlons d’« un combat qui ne nous regarde pas » ;

3-) ...« et de surcroît sans prendre la peine d’observer avant d’attaquer ».

Y’a pas à dire, ça se confirme : ce « mini-rézo » est bel et bien un « mini-rézo » (intérieur du périf’, donc, les banlieusards et étrangers sont exclus, c’est bien ça ?) Et les procès d’intentions se multiplient sans même qu’il y ait eu fécondation. Bigre ! Et tout cela part de si belles intentions (la Belle et Grande Liberté d’Expression "non marchande", c’est bien ça ?). Eh bien, certaines de nos observations se confirment (mais nous insistons pour dire que la livraison de nos conclusions demande TEMPS et RÉFLEXION).

D’ailleurs, il se fait tard, mon "quart" se termine -nous sommes bien, ici, dans le domaine de la navigation, non ? Je vous quitte donc maintenant, mon cher P.J., histoire de ne pas bâcler ma réponse (rappelez-vous : TEMPS et RÉFLEXION). Apprenez tout de même déjà que : 1-) Vous avez mal interprété certains de mes propos (entre autres sur la notion d’« instruction », de même qu’à cette référence au « Bouffon », tout cela étant lié, n’est-ce pas ? Je vous le dis maintenant : inutile de vous fâcher. Nous vous apprécions beaucoup, comme joueur. Vous êtes sans doute le meilleur... et le plus « vaillant ». 2-) Quant à mes références, elles sont nombreuses -et non monolithiques ; si la matière explosive vous rend si vindicatif, nous irons donc voir ailleurs, vers d’autres horizons. Là où il y a moins de "Bruit de fond" (White Noise), par exemple, si ça vous chante. Si, par contre, le passeport français est requis et obligatoire afin de pouvoir intervenir sur ce site, il faudrait alors l’indiquer sur la page d’accueil, tout simplement. Voilà qui remettrait bien des choses en perspective, à mon humble avis.

...Parlant de réponse : merci d’avoir répondu (indirectement -et involontairement ?) à la mienne de question (cf : post NO OFFENSE/MINOR THREAT/10-07-01). Magie du Mégamix made in Paris, vous croyez ? Ou alors loi de l’entropie intra-périphérique ? Bravo, donc, à l’autodidacte indépendant.

QWERTY

Répondre
Hello Cariboune, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

De la haine ? Plutôt beaucoup d’amusement, avec un poil de mauvaise foi il est vrai.

Résumons nous : MgD tombe sur ce site, il questionne Miss Chollet, celle-ci lui répond, reréponse de MgD, boum fin de la conversation, mais un anonyme s’en mêle, et le festival commence.

Après quelques péripéties (dans lesquelles d’ailleurs, j’ai joué mon rôle de Joker : vous savez la carte "qui sert à tout"), le CANEL est branché sur l’affaire par MgD, et des membres de icelui arrivent sur le "théatre des opérations" : jusque là, ça va, vous ainsi qu’Abénaqui prenez part mais sans trop vous mouiller, de façon intelligente en fait.

Ce matin, badaboum, 2 autres membres de votre Centre arrivent : un qui emploie une recette mille fois éprouvé sur le Web genre "tu réponds pas, p’tit joueur, t’as peur, hein, hein !" tout en faisant votre apologie comme l’anonyme, en son temps, avait défendu Mona Chollet... Et également, j’ai carrément l’honneur d’avoir affaire à la co-directrice du CANEL qui m’apprend ni plus ni moins ce que j’ai déjà dit sur ce forum il y a quelques jours, avec plus d’explications il est vrai.

Premièrement, je pense être en droit de me demander si ces 2 intervenants ont vraiment parcouru et analysé ce forum. Deuxièmement, si votre Centre se mêle de ce qui le regarde en venant voir par ici ce qui s’y passe au niveau "entropie du langage", j’aimerais pouvoir moi-même juger de ses travaux afin de savoir s’il est justement apte à réaliser une telle mission, parce que les leçons données "ex cathedra" sur un ton sentencieux et sans méthodes apparentes, ça me fait doucement rigoler. Troisièmement, en admettant que vous ayez toute "autorité" pour effectuer votre étude, vous n’êtes pas obligés de participer au "combat" : votre analyse n’étant pas encore terminée, il ne me semble pas d’un grand intérêt "scientifique" de perturber le milieu que vous êtes en train d’observer, à part pour influencer votre propre diagnostic dans le sens qui vous arrange, bien sûr. Quatrièmement, si demain MgD vous demande d’aller analyser un autre forum auquel il aura pris part, "campagne d’été" oblige, vous allez y aller comme de bons petits soldats ? C’est qui ce mec pour vous, un gourou, un maître à penser, vous faites tout ce qu’il vous dit de faire ? Cinquièmement, si vous avez envie d’analyser la prose des adversaires de MgD : vous n’avez pas envie d’analyser la sienne, pour équilibrer et exercer votre sens critique ?

Enfin, il serait bon je pense d’arrêter les "si, par contre, le passeport français est requis et obligatoire afin de pouvoir intervenir sur ce site, il faudrait alors l’indiquer sur la page d’accueil" : cela est, il me semble, un joli procès d’intention. Car je n’ai pas l’impression d’avoir sorti ce genre d’absurdité, désolé.

Dernière chose : je n’ai jamais lu Le Cardinal De Retz, alors le remix...

Au plaisir de vous lire.

Répondre
Cariboune (QWERTY) à NYC, 10 juillet 2001

Cher P.J.,

Je me permets de vous répondre en lieu et place de Miss QWERTY qui, après quelques heures de sommeil, a dù quitter la ville par le premier Amtrack. Un aller-retour rapide entre Montréal-New York pour son travail, vous l’excuserez. Et pour quelques activités du MLCenter, également, il est vrai. Possible qu’elle vous réponde avant son retour. Je voulais tout de même vous laisser savoir qu’elle ne laisserait pas votre message sans réponse. Pas son genre. Ni impolie, ni trouillarde, et jamais à court d’arguments, elle vous répondra, j’en ai la conviction. Je me permettrai également de parler ici au nom de Surfer Rosa (lui aussi parti travailler) qui n’a certainement pas voulu s’en prendre à vous. Du moins, pas de la manière dont vous l’avez perçu. Il est vrai que Surfer Rosa (a.k.a. Jake, de son vrai nom) est peut-être l’un des éléments les plus susceptibles "attaché" au Centre. Fort possible qu’il ait perçu 1-votre silence face à des questions qui avaient été posées par d’autres participants CANEL/MTLC que Dantec et 2-vos sarcasmes ("Caribouhhooouuus") envers ces "charmantes personnes" de votre ancienne colonie comme une forme de snobisme, au mieux. Ou alors comme un réel mépris envers les "Français d’Amérique" (je vous épargne les détails algonquins de nos travaux !). De même, envers les membres de notre "groupe de réflexion", appelons-le comme ça pour calmer le jeu autant que possible. Vous ne l’avez peut-être pas bien compris, mais nous avons opté pour un "cessez-le-feu" temporaire. Je dis "cessez-le-feu" mais je crois qu’il serait inutile et très inconvenant de lancer des vannes sur les cowboys et les Indiens, si vous voyez ce que je veux dire... Disons que le débat est en suspens pour une durée illimitée. Qui sait ? Nous ne reviendrons peut-être plus ? Quoique vos insinuations quant à la "soumission" des gens qui sont intervenus ici à Maurice Dantec (un "collègue" et non notre "gourou) mériteraient certaines réponses. Pour l’instant, svp, laissez-nous vaquer à nos occupations et travailler à notre analyse globale (mais partielle...) et à notre RÉFLEXION.

Le silence est la parole des sages, disaient mes ancêtres.

Keep on thinkin’

Abénaqui

Répondre
on fait la pause, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Lettre ouverte aux membres du MLC

Bien, il semble que mon humour passe mal l’Atlantique : "Caribou-houuu" n’était par exemple pas un sarcasme, mais ceux qui connaissent ce morceau des Pixies devraient savoir que c’est comme ça que c’est chanté, zut alors !

Je voudrais donc m’excuser pour toute mauvaise interprétation de mes paroles, et également pour ma propre susceptibilité, qui vaut bien il me semble celle de certains de mes "cousins français d’Amérique" : rassurez vous, ce n’est pas pour me déplaire...

D’accord pour un "cessez-le-feu", et pour laisser les esprits s’apaiser.

Si l’un de vous revient dans le coin, je l’invite à continuer le débat "en haut" de ce forum, derrière ma dernière bouffonnerie : ici, on est un ch’tit peu à l’étroit.

A la prochaine, j’espère.

Répondre
Impressionnant, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Cher Butineur Rose,

Alors, tu viens d’arriver ? T’as de l’énergie à revendre, tu veux jouer les baroudeurs du Web ?

T’as pris la défense de ton "amie virtuelle" sans réfléchir un seul instant, c’est dommage : un, ma réponse à MgD était rapide, j’étais crevé, et je voulais pas me taper un autre message parce que 2) je veux expliciter ma pensée, ça risque d’être long, et je ne suis qu’un penseur à la petite semaine (pas du tout étudiant, ou docteur en machin-chose, tu vois caïd ?).

Ensuite, vu que t’as lu un de mes messages, essaye de les lire TOUS et tu sauras un peu mieux comment me situ(ationn)er... Enfin, gaffe quand même : tu viens quasi de tomber dans les travers de notre non-cher ami l’anonyme, il semble que le rétrovirus puisse traverser l’Atlantique !

Une dernière chose : il m’arrive, une fois que j’ai fini les bières, de me servir des tessons de bouteille afin des découper l’un des coupables. Ici, t’as de la chance, ce sera juste virtuel...

Y’a vraiment des fois où il vaut mieux s’adresser à Dieu (même si il est mort) qu’à ses saints.

A Tchao, pistolero.

Répondre
> Impressionnant, Spade Ace, 11 juillet 2001

Salut baroudeur

Alors tu te prends pour MGD ?

Écris un livre à l’occasion, et reviens nous faire une petite démo-en-direct de ta culture encyclopédique.Il est vrai que sur les forums que tu as l’habitude de fréquenter ca fait vachement classe. Nous, tu vois, on s’excuses, on ne faisait que passer. Et on a beaucoup ri.

Keep the fight, bazooka-man, sauf que maintenant tu es tout seul, visiblement les caribous du Québec en eu un peu marre de se faire chier dessus par un spécialiste de la glose post-situ. Quant aux autres de votre forum (mais où sont-ils donc passés)... mon dieu, nous, nous ne tirons pas sur les ambulances. Au fait dis-nous : t’en es où là , bac + 24 ?

Je faisais que passer. Moi aussi je sais faire control -A, puis C, puis V sur un petit word du commerce. Je sens que je vais avoir de la lecture pour tout l’été.

Keep your fight, robotnick.

Répondre
> FromMTL To Paris-Ville-Lumière, Dr Valentina Pauli, 10 juillet 2001

Cher Private Joker,

MGD nous avait pourtant promis d’en rester là, mais il s’est offert un petit passage sur votre champ de ruines hier soir. Il est drôle de constater comme ca s’est subitement calmé depuis 24/48 heures dans le coin. Nous lui avions pourtant fait un rapport circonstancié de l’opération : no casualties. performance level : 100%. Certes, heureusement, il doit pondre un de ces "immondices" pour les "concierges et les attachées de presse de la NRF" (cf-prise de forum du 4 juillet) puis à le faire critiquer par les "immondices" de la grande-méchante-presse-vendue-au-Kapital-Multinational (même référence). En plus de ce "travail" ne méritant qu’injures et sampling à qui-mieux-mieux, son rôle est aussi d’ aider le CANEL a reconfigurer jour par jour, et heure par heure, l’historiographie tout à fait fascinante de cette petite polémique. Au passage "androphilie", néologisme, libre de copyright, se voulait selon lui une simple allusion aux brillant sodomite zoophile que la discussion a abrité un temps.

Bien. Maintenant que les demi-singes analphabètes du Oueb sont allés faire un tour ailleurs (Il doit y avoir un film de cul sur Canal +, ou alors un show de Djamel Debbouzze) nous allons, peut-être, en effet commencer (enfin, rien que 10 Jours !) à pouvoir discuter sérieusement. Mais voilà, comme il vous le faisait remarquer dans son message précédent, son statut de prolétaire du livre (les vrais, ceux QUI NE SONT PAS SALARIÉS Et protégés par de puissants syndicats et conventions collectives), l’oblige désormais à devoir faire dans le concis. C’est la raison pour laquelle j’ai prise sur moi la décision d’entamer directement le dialogue avec vous. Je reviendrais vous voir, une dernière fois, avec l’ensemble des données de notre expérience, en cours de traitement pour le moment.

J’ai personnellement visité un bon nombre des forums parallèles qui se tiennent ou se sont tenus sur Uzine.net. Sachez que dans certains cas je partage entièrement les analyses qui y sont développées, et que dans d’autres pas du tout. Vous aurez noté, je pense, que pas une seule fois MGD ne s’est permis d’intervenir sur ces forums. En particulier, mais j’ai commis l’erreur de ne pas bookmarquer son numéro exact, celui où un intervenant anglosaxon (aïe-aïe-aïe) me semble-t-il, parle d’une sorte de point zéro de la discussion qu’il dénomme, si mes souvenirs sont exacts "point Goldwyn" ou "Golding" et par lequel en effet toute possibilité de dialogue s’anéantit d’elle même, sous l’anathème furieusement tendance de "fasciste". Point zéro de tout dialogue, en effet, et donc point d’ignition d’une confrontation verbale qui s’est engagée à partir de ce constat, fait par l’écrivain, que toute discussion était donc une guerre. Je ne peux malheureusement disposer comme je le voudrais de mon temps, mais nous avons d’ores et déjà établi que le "paragraphe" de Mona Chollet concernant les idées de M.G. Dantec se situait d’emblée à ce niveau zéro du sous-langage. Reprenons, si vous le voulez bien : En septembre 2000, à propos d’une dispute entre anarcho-libéraux pour savoir qui allait être ou non salarié de Vivendi, cette journaliste de Libération dit texto ceci, prenons notre souffle, l’odeur est nauséabonde : "Maurice G.Dantec, qui soigne son image d’écrivain trop génial pour être de gauche, et qui enfonde le clou de son atterante beaufitude en dégueulant sur le copyleft." Point Zéro. Ou "Golding/Goldwyn". D’entrée de jeu. Cela ne fait aucun doute. Passons cela, par exemple, au crible des écrits de J.P Faye au sujet des "Langages totalitaires" : Miracle : tous les éléments y sont.

On décortique ? 1) Tout écrivain soigne d’abord une image (il n’écrit pas de livres donc). 2) Tout écrivain qui, ainsi, "soigne une image de génie" se doit d’être à gauche, sans quoi il devient illico, superlativement "trop génial" pour y rester. La logique est brillante vous l’admettrez. Continuons : 3) Toute opinion contraire à celle de Mona Chollet et de ses sbires correspond à une "atterrante beaufitude" dont un ouvrier décorateur de passage "enfonce le clou" (magnifique maîtrise stylistique au passage - nous notons-). 4) enfin toute opinion de ce genre (contraire à celles de Mona Chollet, etc) est évidemment un DÉGUEULIS. 5) conclusion - implicite bien sûr, madame Chollet, comme vous le faisiez remarquer est une grande fille, majeure et vaccinée, c’est en effet une professionnelle (de la "cool-désinformation"), conclusion, disions-nous : Maurice G. Dantec ne peut être d’un vomitif penseur de l’extrême-droite, autant le dire avec un peu de courage : un "fasciste". Ah certes, le mot n’est pas prononcé. Mona Chollet fait du travail sérieux. En trois lignes elle métaphorise joliment son avis, tranché (à coup de guillotine républicaine) sur la question.

Nous continuons l’histogramme édifiant de cette tentative de prise de parole, sur un espace censément dévoué à la liberté d’expression, d’un écrivain publiquement insulté par une de ces Grandes Critiques dont votre Tout-Paris ne peut décidemment plus de passer. Évitez, si possible, de nous l’envoyer à Montréal, il existe d’excellents clubs de vacances où même l’extâââ est en vente libre le long des plages, Acapulco, Ibiza, ou Phuket...

Poursuivons notre analyse (il ne s’agit que d’un premier rapport de synthèse, et encore, un extrait, le cas de ce forum n’est pas simple) à partir de là : 1) M.G. Dantec lui répond, sans ambages, comme il se doit, mais vous constaterez que la lettre reste fidèle à un mode épistolier, certes oublié, mais respectant en quelque sorte les "accords de Genène" de toute discussion. Si elle est férocement critique, elle commence en effet par les mots "Chère Mona Chollet", formule de politesse banale, mais qui, me semble t-il, cadrait la "dispute" entre gens civilisés.

2) plutôt que d’éventuellement s’expliciter sur les trois lignes de sous-langage que nous avons mentionnées, le réponse de Mme Chollet, typique sans doute de l’acerbe vivacité d’esprit d’une habituée de la Closerie des Lilas, ou du Rex-Club, commence en reprenant les mots sur lesquels se terminait la lettre de Dantec, avec un : "Cher 2500 aboutissement de civilisation occidentale". Nous vous mettons au défi de trouver dans la lettre de l’écrivain francais exilé en Amérique (on comprend mieux pourquoi maintenant) une telle allusion à ce qu’il serait lui-même, et de quelque facon que ce soit cet aboutissement. Après l’insulte, donc, l’ironie. Le point "golding", ou "goldwyn", était enfoncé, comme le clou sus-mentionné, mais pas par celui/celle qu’on pense.

Désirez-vous vraiment que nous poursuivions ?

Dans ce cas, nous sommes désolés, mais notre analyse de l’entropie du Langage qui s’est produite ici ne fait que commencer. Il apparaît déjà nettement que nous avons un travail de "criminologiste" à accomplir. Un crime contre la langue, à tout le moins, s’est en effet perpétré ici. Quelque chose de la langue francaise sembleen effet s’y être définitivement perdue, vous donnant paradoxalement raison, en ce qui concerne votre (inexacte) interpération de Leroy-Gouran et des conclusions que Dantec en tirait : Exemple : oui, d’une certaine manière l’invention de l’Imprimé, et surtout de la micro-informatique en réseau, a "supprimé" (en fait elle la fait muter) la position debout. La plupart de nos congénères, cher monsieur, et vous comme moi j’imagine, passent la plupart de leur temps ASSiS devant un ordinateur, ou une télévision. Quant au Oueb Démo-Fusionnel de notre époque, il semble bien en mesure de transformer les cerveaux qui s’y connectent en vagues périphériques de leur propre machine. La plupart des interventions des 8 ou 9 derniers jours, que nous sommes en train d’analyser, avec nos combinaisons de protection, nous laissent sérieusement penser à l’éventualité d’une telle occurence.

Avec mes transatlantiques salutations,

Docteur Valentina Pauli, PhD, Columbia University, McGill University, sémiologue,

Co-Directrice du

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage

PS : nous avons remarqué dernièrement que votre page d’accueuil avait supprimé toute référence à la polémique, alors que vous aviez cru, très certainement tenir là une occasion en or de vous attirer un peu de "trafic" comme on dit je crois dans votre communauté. Il vous aura fallu quand même une semaine pour vous rendre compte que, vu le niveau des "prises de paroles", vous étiez en train de vous tirer une cartouche de 00BuckShot dans le pied, munition au demeurant très pratique pour se farcir un caribou.

Nous avons même songé à vous envoyer une équipe humanitaire d’urgence, mais MSF était trop occupée pour l’heure sur sa campagne de publicité en faveur des Emirs Islamiques d’Afghanistan. Ni nous, ni M.G. Dantec ne sommes des dealers de trafic, à notre grand dam.

Faites au mieux pour le marketing contestataire... Nous nous chargeons du reste

Répondre
Cela devient intéressant, PRIVATE JOKER, 10 juillet 2001

Cher Docteur,

Je vous invite, si vous connaissez l’allemand et voulez bien me faire partager vos connaissances, à aller vous promenez sur cette page :

http://www.aerzteaktion.de/homo/aardweg.htm

Vous y trouverez votre néologisme "Androphilie" (vous savez faire Ctrl^F ?) avec entre parenthèses ces explications "Ausgerichtetheit auf erwachsene Männer" : j’espère bien que ce terme est libre de copyright, il a l’air d’exister depuis un certain moment...

Pour le match M.C. vs MGD, je suis en gros d’accord avec vous : il me semble d’ailleurs avoir déjà, sur ce forum même (là encore, je vous laisse chercher), donné mon avis sur la question... Cependant, évitez quand même de rendre blanc comme neige la 1° intervention de Dantec, il y était quand même fait mention "de petits gauchistes attardés du bulbe rachidien". Vous allez être surprise : cela ne me dérange absolument pas ! Mais évitez l’angélisme, SVP.

Pour ce qui est de mon inexacte interprétation de Leroy-Gouran, je vous remercie de m’apprendre ce que je savais déjà : j’avais pleinement conscience d’avoir écrit "certains sophismes", mais peut-être mon humour vous a-t’il échappé... Pas trop grave, ce sont des choses qui arrivent ! J’ai pour ma part l’impression que toute invention de "divertissement" (et surtout quand ce dernier envahit tout l’espace de la parole, par l’intermédiaire des fameux mass media), si elle fait du bien aux zygomatiques, n’arrange pas forcément l’évolution de la pensée humaine : le nihilisme "hyperactif" aurait peut-être bien commencé et triomphé avant l’invention de ce formidable "outil à rapprocher les hommes" qu’est le Net... Qu’en pense "un érudit qui déchiffre les signes" ?

Puisque vous avez parcouru certains autres forums d’Uz2, vous auriez pu remarquer, par certaines de mes interventions, que je ne faisais point partie des administrateurs de ce site, et que je n’y suis qu’un simple visiteur. D’ailleurs, au moins un de mes messages sur ce forum (cherchez madame, cherchez !) donne une indication en ce sens : alors désolé, mais les termes "votre page d’accueil" ou "faites au mieux pour le marketing contestataire", je vais éviter de les prendre pour ma petite personne. Là encore, un autre de mes miens messages (4/7/01, à 10h02, j’suis gentil, hein !) abondait dans votre sens sur le fait de créer un buzz, mais on dira simplement qu’il y a erreur sur la personne...

J’attend, Madame, votre retour "avec l’ensemble des données de notre expérience" : il me semble pour l’instant que vous en oubliez certaines, alors comptez sur moi pour vous les rappellez (comme vous le disiez vous même, "le cas de ce forum n’est pas simple").

A bientôt.

Private Joker, bouffon virtuel, non-membre "actif" du mini rézo et/ou d’uzine 2, non intello, non docteur en quelque chose, non journaleux, non écrivain, seulement penseur autodidacte par lui-même en intérim, et rigolant beaucoup de se faire apprendre la vie sur le Net.

Répondre
> De la part du Gag., Valentina Pauli-SansLesRéférencesMauvaisGenre, 11 juillet 2001

Cher Joker, expert es-nihilisme et de la langue allemande,

Le site que vous me proposez de visiter est sans doute très intéressant. J’en ai pris note. Merci infiniment. Merci aussi pour tout le mépris que visiblement vous nous portez : à tel point, n’est-ce-pas, que nous ne serions même qu’un GAG ! Niveau-zéro du sous-langage comme je vous le disais il y a peu. Mais le GAG risque de vous faire rire jaune. J’analyse en ce moment même la longue réponse que vous m’avez faîte. Elle semble à nouveau accrediter la thèse, avec laquelle d’ailleurs vous ne semblez pas toujours en opposition, que les langages, comme toutes les productions humaines, engendrent une forme d’entropie qui leur est propre : merci pour vos explication savantes et germanophiles sur "androphilie", je connais assez mon GREC (et MGD aussi) pour savoir que le mot existe, c’est vous qui sembliez faire allusion à un concept étrange, notre humour , peu ostentatoire il est vrai, n’a pas été percu, nous ne nous sommes pas compris, mais il est clair que ce n ’est absolument pas du tout le but de ce petit échange, n’est-ce-pas ? Vous nous pardonnerez si les circonstances ont fait que ce soit ici - et non aiileurs - que l’expérience se soit déroulée. En tant que véritable chercheur(e)s, en effet, nous n’avons pas de présupposés - ou disons le moins possible - et il vrai que lorsque l’écrivain Maurice Dantec, (que je connais personnellement ainsi que quelques autres de la "gang des fumeurs de Camel") - nous a convié à voir de nos yeux ce qui se passait, nous étions le 5 juillet alors si je ne m’abuse, nous avons décidé de créer cette cellule informelle, mais désormais en cours d’actualisation (c’est cela le "processus créateur de la vérité" selon qui vous savez) et qui s’attachera désormais à étudier la thermodynamique particulière qui s’est accomplie en ces lieux. Que vous le vouliez ou non, que cela vous plaise ou non (et je comprends très bien que cela ne vous plaise point) l’écrivain était alors aux prises avec une meute - n’est ce pas le mot, même si elle "virtuelle" - hmm, hmm, du mot latin signifiant "vertu" ? - de petits hooligans et de maîtres-à-penser, d’as de la gâchette, de réincarnations de Marion du Faouët, d’une Eva Tefer, d’un Jing pas tres Seng, d’une infirmière psychopathe, de quelques humoristes de choc, et tutti quanti (tout est archivé n’ayez crainte) qui avaient pour but (même inconscient, même rézo-matricel) de faire disparaître toute possibilité de dialogue dans le "bruit blanc" de l’indifférenciation post-moderne, nouveau fétcihe de la marchandise contre laquelle précisément l’écrivain en question s’est - dans un livre qui date maintenant de 18 mois (quel sens du médiaplanning, vraiment) - laissé quelque peu emporter.

Il est clair que nous n’avons plus rien à nous DIRE.

Nos travaux, parfaitement libres de droit, appartiendrons sous peu à la "communauté electronique", avec l’histogramme des messages, et notre analyse. Cette étude est à tout point de vue fascinante pour une sémiologue qui pense précisément que toute "utopie communautaire" se construit sur un mensonge, et pire encore sur une idolâtrie. La réalité de toute communauté c’est, dans le meilleur des cas, la guerre. Il est sans doute temps de s’en rendre compte. Voyez-vous : une expérience dont on sait d’avance quels seront les résultats ne mérite pas vraiment le nom de "scientifique", selon nous, tout au plus le rebut d’une idéologie ou d’ une autre. Ce qui en revanche s’est produit dans ce forum de discussion : lynchage public et internautique d’un écrivain, reste pour nous un cas d’espèce. Oubliez nous un moment, même si cela risque d’être difficile, je le reconnais. Désolée de vous informer qu’à l’exception des individus parfaitement libres désormais de participer ou non à ce "forum de discussion", la cellule auto-organisée dénommée Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage n’a strictement plus aucun intérêt à poursuivre cette expérience avec vous ou l’un ou l’autre des intervenants de ce démocratique espace d’expression.

Valentina Pauli, sans les références (elles n’ont pas eu l’heur de vous plaire, NOUS VOUS OBÉISSONS donc, c’est la moindre des choses, monsieur du CentreduMonde).

Bonnes vacances.

Répondre
"je suis un Joker, les Gags j’adore, lalalalalère", PRIVATE JOKER, 11 juillet 2001

Et bien voilà, il suffit d’asticoter un peu et le vrai visage se montre... C’est un métier être provocateur.

Chère Madame, comme vous vous mettez à découvert, je vais de ce pas battre en retraite, hé, hé !

Désolé, je ne connais point le grec ni l’allemand, je constate que vous par contre comprenez ces langages, mais que bien sûr vous ne me donnerez pas une miette d’explication : "androphilie" je devrais pouvoir trouver sur le Net, n’est ce pas. Car il y a encore des gens suffisamment naïfs pour croire que l’on peut PARTAGER ses connaissances avec cet outil... Enfin, passons.

Je voulais quand même vous remercier pour les explications sur le niveau-zéro du sous-langage ("guillotine républicaine") de Miss Chollet : ayant moi-même été agacé par son fameux "atterrante beaufitude", je n’avais point poussé l’analyse aussi loin que vous. Tout de même, tout de même, une "guerre" peut se mener de différentes façons et Mr Dantec avait avancé un peu trop de pions lors de sa première réponse avec les "2500 ans..." et "...le bulbe rachidien".

Ce que je n’arrivais pas à savoir, Madame, c’est est-ce que vous déploriez cette "entropie du langage" (qui se retrouve effectivement sur beaucoup de forums Internet, cf "point Goldwin") ou bien est-ce que vous l’acceptiez comme faisant partie du langage en son essence même ? Vous m’avez donné un début de réponse avec votre "une sémiologue qui pense précisément que toute ’utopie communautaire’ se construit sur un mensonge", ce à quoi je ne suis pas loin de donner mon accord car je pense que ce genre de mensonges fondateurs est à la base de TOUTES les idéologies (communisme, capitalisme, anarchisme, fascisme, libéralisme, and so on).

Mais vous allez plus loin, et là je ne vous suis plus, avec cette phrase : "la réalité de toute communauté c’est, dans le meilleur des cas, la guerre"... Un peu réducteur et dangereux, vous ne trouvez pas ? Là, pour le coup, puisque vous venez de créer votre CANEL, je vous souhaite bonne chance : vous ne pourrez guère dépasser cet état du nihilisme "(hyper)actif" et il ne faudra pas alors compter sur un quelconque "transvaluation des valeurs" ! Vous faites, avec cette phrase, l’apologie de la destruction SEULE alors que Nietzsche était, malgré tout, un philosophe de la Vie.

Vous êtes démasquée, Madame, et effectivement il est inutile pour votre "cellule auto-organisée" de poursuivre le dialogue, puisque de toute manière, venant de vous, il ne pourrait y en avoir.

Voyez-vous, j’adore ce genre de Gag, cynique à souhait et tellement plein de certitudes en ce qui concerne la "nature humaine" que cela en est risible : je vous remercie de montrer que la "non-pensée du néant" a encore de beaux jours devant elle, sous une forme ou une autre !

Private Joker, qui apprécie grandement ce cours déclamé du haut de votre chaire, elle-même installée au Meta Local CENTER (autre centre du monde, probablement).

PS vous avez montré ici-même, Madame, que vous pouviez tomber dans le piège de l’entropie du langage dont vous me parliez, c’est bien dommage !

Répondre
> Gagman, 11 juillet 2001

Monsieur,, Vous ne m’en voudrez pas j’espère pour la concision (relative) de ma réponse, qui fermera le débat qui n’a pas eu lieu entre nous.

Écrivez un livre. Publiez le. Faites vous ensuite insulter publiquement par une journaliste de Libération, puis par une meute de hooligans internautes. Ensuite revenez-nous voir, MGD sera peut-être en mesure de vous réconforter ou de vous prodiguer quelques conseils (il est en effet VACCINÉ désormais, gràce à la fréquentation de votre "bouillon de culture" local, R.I.P) Ensuite, éventuellement, vous vous chargerez de nous faire connaître votre culture encyclopédique à géométrie variable. Le seul véritable dommage, monsieur c’est le dédain "accentué" (envers moi, ou MGD, ou tous les autres "cousins" qui ont cru essayer de prendre part à votre débat) dont vous-même, après tous les autres hommes de culture de ce site (mais avec une maîtrise linguistique certes plus assurée) avez su faire preuve. On sent chez vous une pratique indéniable de la chose (de l’esprit). Mais le dommage, monsieur, c’est à vous que vous l’infligez.

Venant de votre Capitale (que je connais assez bien pour l’avoir fuie moi-même il y a longtemps déjà), plus rien décidemment ne peut plus étonner quiconque. Même pas la petite méchanceté gratuite et copyright-free , pas même la haine de micro-trottoir, la condescendance du Francais-de-base envers tout ce qui n’est pas lui, et comme le disait Mirabeau je crois "la cascade du mépris". En ce qui concerne le mépris, monsieur, chapeau bas, vous méritez un Oscar. En ce qui concerne les cascades, nous avons le Niagara. Nous nous en contenterons.

Bonne baignade. Nous en resterons là.

Valentina Pauli, gag.

.

Répondre
> Mauritius-EndOfTranscription, 11 juillet 2001

PJ,

Dernier message, for sure, mais politesse et noblesse oblige : Pour toutes réponses à tes questions du jour, genre "androphilie" and so on, vois éventuellement le dernier message que je t’ai envoyé hier soir, sinon je crois que Valentina te fait ses adieux elle aussi... Susceptibilité mal placée sans doute. Nous étudierons la question. PS :son message est à l’étroit quelque part comme réponse à un de tes derniers "Posts", excuse la, elle n’est pas encore bien familarisée avec le continuum spécifique de l’Uzine. Et ne le sera sans doute jamais.

Merci de ta combativité à toi aussi (réponse tardive à un vieux message, mais entre plusieurs d’entre vous). Honnêtement, à toi seul, et nous nous cacherons pas pour le faire savoir, on peut dire que tu as sauvé la réputation de ce fantastique Ouebzine. J’espères que tu iras demander quelques stock-options. Honnêtement, et sans aucune malignité dans mes propos (je connais le prix de l’argent et en tant que divertisseur public crois moi j’aurais pu me débrouiller facile pour ajouter un joli zéro à mes chiffres de vente - par exemple en jouant la comédie de la cyber-rebellion.), donc oui, excuses la fatigue, j’étais sur mon prochain immondice, demande leur des parts dans leur stââârt-up, franchement, merde, tu les mérites. Sans toi, man, on ne se connaît pas mais j’espère un jour te rencontrer (en dépit des Méga-mètres), la bataille aurait même sans doute été trop facile.

Nous serons objectifs, scientificité oblige. Ton rôle, dans ce conflit, ne sera point passé sous silence, ou négligé, c’est de toute facon impossible.

Donc : rendez vous vers ... 2048 ?

End of Transcription.

Noran MTLCenter

Répondre
cf : "La Meute", 8 juillet 2001
La "Meute" existe. Elle observe l’arborescence peu reluisante de ces catacombes. Elle lit, aussi, comme on ne sait plus lire en français. En français libre, off course.
Répondre
La "Meute" - addendum, Abénaqui, 8 juillet 2001
Et histoire de faire dans la précision, ajoutons donc que la "Meute" est peut-être en voie de se faire recycler, récupérer, retourner, flip-flap : détourner... Le MLC prendra peut-être le relais. L’hésitation persiste, cependant, à cause du ton "râclure de bidet". De toute façon, NousSauronsRepérerLesVrais -sans adresse IP, svp : ni FBI ni KGB.
Répondre


> Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertexte
4 juillet 2001
 

FIRE AND FORGET.

From

NorthAmerika MetaLocalCenter

NeuroVerbalBombingTestRange

Merci encore pour l’expérience. Le test a montré qu’il ne restait pas de survivant au point zéro.

À la prochaine.

Répondre
> > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertex, P., 4 juillet 2001

« Ce qui se paie n’a guere de valeur ; voilà la croyance que je cracherai au visage des esprits mercantiles » (Nietzche)

Cette axiome d’un grand reconnu du passe semble particulierement se preter a illustrer les jeux du present. Une occasion, peut etre, pour vous, homme d’une autre generation, de revenir sur ces idees contre lesquelles vous vituperiez

Répondre
> > > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypert, #, 4 juillet 2001
C’est pas un peu dantique, de croire que la connerie est une question de génération ? Ce con est un con, OK. Ca ne s’étend ni à son ethnie, ni à son sexe, ni à sa génération. Tout au plus à sa religion, mais là c’est de l’ordre du pléonasme.
Répondre
Pas content, l’anonyme !, PRIVATE JOKER, 4 juillet 2001

Bon Calvz, j’viens t’apporter mon soutien : pas facile de passer pour un socio-traître quand on est tout seul devant l’adversité !

"Ah, où ça ?"

> Dans l’article ci-dessus... Si tu veux, je te fais un dessin : tu te places en début du texte, tu actionnes la fonction "Rechercher" (Ctrl^F pour les intimes de I.E.), tu tapes "beauf" là où que tu dois, tu fais Enter et tu trouves ! C’est beau la technique, non ?

"Tandis que lui, c’est de la réflexion construite, bien sûr."

> Et oui ! Il l’a suffisament dit : il répond comme on lui cause. Désolé mais je peux le comprendre : quand je me prend un crochet, je réplique pas par une dissert’ de philo... Mais il est vrai que toi-même tu vas nous prouver tout de suite la profondeur de ta pensée, avec ton "Petite...

"...dépouille merdasse de l’idéologie pisseuse de tes géniteurs dont on ne sait s’ils sont du règne animal, végétal ou minéral. Je t’ai gagné par KO, t’es marre ou tu veux que je m’amuse encore avec ta tronche de souffre-douleur acnéique des cours de recré de la bourgeoisie verdâtre qui t’a servi de cocon vaseux ?"

> Hey garçon, tu sais que t’as du style ? Tu devrais faire écrivain de SF ou de Polar, t’aurais du succès... Fais gaffe quand même, quelques vieux stal’ sur le retour ont déjà squatté les bonnes places. M’enfin, remets m’en donc une couche : j’ai besoin de sortir ce genre de phrase toute faite pour m’adresser à tes congénères, lorsqu’ils sortent de l’enfance !

Grosses bises à ta maman, gageons qu’elle en a besoin.

Répondre
Explications..., PRIVATE JOKER, 5 juillet 2001

Bien, il y eu donc tout à l’heure un épisode intéressant, qui malheureusement est passé à la trappe : alors, pour ceux qui n’auraient pu suivre...

Mister Calvz a répondu à # (Jing, pour ceusses qui ne suivent pas) en écrivant que (en résumé, et de mémoire) :

1) Dantec s’était fait traiter de beauf, ce à quoi un anonyme a répondu "Ah, où ça ?".

2) Dantec assurait quand même pas mal au niveau de ses réponses, et qu’au niveau style il gagnait par KO par rapport à ses attaquants, ce à quoi le même anonyme a répondu "Tandis que lui, c’est de la réflexion construite, bien sûr".

3) Dantec ne se faisait pas vraiment sa propre pub, mais bien plutôt on la lui faisait gratuitement sur Uz2 (brève postée + attaques anonymes), ce à quoi notre cher anonyme a répondu "Petite dépouille...", etc...

Bon, j’invite Calvz à apporter son grain de sel vu qu’il arrive que ma mémoire flanche !

A bientôt.

Répondre
> Explications... ?????, #Jing, 5 juillet 2001

salut PJ

Ouais, j’ai pas suivi, même avec tes explications. Y sont où les posts de Calvz ? (Hé Calvz, tu me fais un résumé ??)

Répondre
> > Explications., calvz, 5 juillet 2001

Eh bien voila, ma premiere reaction censuree sur Uzine, 5 mois apres mon arrivee. Champagne !

En resume mon cher Jing, mon post a ete lachement poignarde dans le dos, et ce de sang-froid par un vil Administrator des Carpates. Le carnage ne s’est pas arrete la : une reponse ou l’amabilite le disputait a la citoyennete a egalement succombe a ses assauts, semble-t-il, au vu des posts du Joker.

Fort heureusement je sauve pour l’Histoire l’integralite de mes messages dans mon abri anti-atomique en reseau. Voici donc ce que j’avais poste hier (et que je posterai chaque jour jusqu’a ma mort s’il le faut, hasta la publicacion siempre !) :

"Pas que je sois specialement fan de l’artiste, dont j’ai vaguement lu une nouvelle sur un CD-ROM gratuit il y a des annees de cela, mais il me semble tout de meme que c’est Chollet qui a commence par le traiter de beauf. Plus ou moins normal qu’il ne soit pas content. La dessus, zou, on s’y met a 10 pour l’agonir d’injures...Il cite Celine : c’est un vaniteux ! Il parle d’origine (pourtant clairement sociale) : c’est un antisemite ! C’est quand meme a la limite du petit tout cela, vous ne trouvez pas ? Il se vante d’avoir le verbe pour lui, et franchement il n’a pas tort. Au niveau du style a tout le moins, c’est la victoire par KO.

calvz

PS : Une polemique sur Uzine pour booster les ventes du bouquin ? C’est quoi les stats de visiteurs uniques par mois, deja ? Combien de centaines de milliers vont se pointer sur cet article antediluvien, puis dans leur librairie pour acheter l’Oeuvre du Maitre ? Nan, qui a dit un million et demi ? C’est vrai que vous l’aidez un peu en faisant une breve sur le sujet pour attirer le chaland. Mais mais...ce ne serait pas Uzine qui se ferait un peu mousser sur le compte de Dantec, la, hmm ? "

 
Répondre
> > > Explications., #Jing, 5 juillet 2001

Merci Calvz. A la lecture de ton post je comprends cependant qu’il ait été mis à l’index par un Commissaire à l’Elargissement de la Liberté : j’ai toujours pensé qu’il y avait des limites à ne pas franchir, et que la tolérance qu’on montre à l’égard de tes posts en qwerty-sans-accents !! frise le laxisme. J’espère qu’on va le re-retirer aussitôt qu’il sera manifeste que j’ai pu en prendre connaissance, de façon à ne pas déparer la qualité du reste.

Quant au contenu, on peut aussi se demander si l’employé de Gallimard, sorti de ses jérémiades archéo-cégétistes culturifiées à la sauce Claudel, s’est rué sur les attaques les plus insignifiantes uniquement parce que c’étaient les seules réellement à sa mesure ? En tout cas, tu sais toute l’estime que j’ai pour toi ; elle ne saurait être amoindrie, bien sûr, par le fait que tu prends en quelque sorte la défense du faible... ;-)

Répondre
> > > > Explications., 7 juillet 2001

Petit salarié.com, spécialiste du clavier qwerty,

Si je m’étais rué sur les attaques les plus insifignifiantes de votre "forum" j’aurais commencé par toi, une petite claque et hop, sur la civière. Ton "socialisme" de caniveau me touche : on sent à te comprendre que l’amitié que tu "donnes" (tu dois la prêter avec des taux usuraires) est proportionnellement inverse à la "faiblesse" de celui qu’on attaque. Mais bien sûr, c’est moi le méchant nazi, isnt-it ? Courageux hooligan de l’internet sache que les écrivains ne sont pas SALARIÉS (avé l’accccent qwertyuiop) par les maisons d’édition qui publient leurs livres. Tu ne le croirassans doute pas, toi qui dois vivre dans les chiottes du Queen, ou du Rex-Club avec les subventions de l’État Jospino-Aubryiste, mais comme je l’ai fait remarquer à un de tes sinistres zacolytes, nous sommes, en effet, les derniers prolétaires, les derniers mercenaires de la plume. On s’excuse, vieux, de ne pas recevoir comme toi notre chèque de Videndi. Claud l ? Ah oui... tu as dû voir son nom sur une plaque de rue. Ouvre un livre, même Placid-et-Muzo te fera le plus grand bien. L,archéo-cégétistes. (votre humour à tous-toutes, franchit chaque jour un palier "qualititatif", continuez vous êtes dans les archives du :

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage.

MGD

Noram MTLCenter

Répondre
Banales excommunications..., QWERTY, 8 juillet 2001
Zaurez compris, je l’espère, qu’il y a des fautes de frappe nécessaires pour que l’univers puisse continuer à prendre de l’expansion hors du périf’...
Répondre
Le buzz de Paris, QWERTY, 8 juillet 2001
« Plus profondément, dans ce monde officiellement si plein de respect pour toutes les nécessités économiques, personne ne sait jamais ce que coûte véritablement n’importe quelle chose produite : en effet, la part la plus importante du coût réel n’est jamais calculée ; et le reste est tenu secret. » Pour la référence exacte, le buzz parisien de l’heure suit probablement son cours. Par contre, doit-on vous indiquer où il faut placer les italiques ?
Répondre
Ah, Debord sera toujours Debord..., PRIVATE JOKER, 9 juillet 2001

...Attention tout de même, c’est de la nitro, ce mec !

Il arrive en effet que, croyant le manipuler avec précaution, celui-ci nous pète à la gueule : sans une certaine habileté, sa réversabilité devient des fois irréversible...

Avec toute ma sympathie.

Répondre
> Ah, Debord..., 9 juillet 2001
Merci pour ce que nous savions (cf : « Considérations sur le TNT »). Quant à la potentialité de réversibilité de la chose susnommée, référez-vous plutôt à Ariel (post 08/07/01) qui semble en connaître assez long (ou alors bien trop court...) sur la question. Merci encore, pour les sympathies et pour les infos sur « la valeur éducative » -et éminemment réversible : nous le savons mais faut pas être couillons- de la prose de vous savez qui. QWERTY
Répondre
> > > > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hype, 7 juillet 2001

Grand Mufti de la Nouvelle Religion Ouebzinesque,

Si tu savais lire, au sens classique du terme, et si même tu savais parcourir une simple discussion en arborescence sur ton propre forum, tu aurais pu te rendre compte que les anathèmes et les excommunications sont venus de votre petite"communauté" de surfers vachement inter-ethnique et supersympa. Au fait, tu me diras au passage quelle est la religion que toi, tu professes. T’inquiètes, organe de phonation désincarné, je connais d’avance la réponse : "Ni dieu, ni maître", n’est-ce-pas ?. Tu as bien appris ton catéchisme post-moderne. Toutes mes félicitations.

MGD

Noram MTLcenter

"I’m not with the thousands crowd, I’m with the 99".

(Big Audio Dynamite).

Répondre


finies les vacances
3 juillet 2001, message de John Mohune
 
que le dernier à quitter Dantec-land n’oublie pas d’éteindre la lumière et de dégivrer le frigo
Répondre
> finies les vacances, 4 juillet 2001
Oh noooooonnn, ce serait trop bête, on commençait à peine à s’amuser. Mais allez, pour qu’il reste, suffit de le titiller, ce grand garçon à sa maman. Disons, par exemple, Maurice Dantec est une raclure qui rêve de brûler des juifs en sodomisant des communistes francs-maçons. Ca devrait le faire réagir, y en aura pour au moins dix lignes de bonheur, ou alors ce sera qu’il fatigue.
Répondre
> > finies les vacances, 4 juillet 2001

Salut, entertainer, je te reprends texto, pour la postérité :

"Maurice Dantec est une râclure qui rêve de brûler des juifs en sodomisant des communistes francs-macons". Ca ne vaut même pas la ligne que j’y consacre, petit nazi rouge : D’autres que moi s’en occuperont. Quand je serais fatigué, crétinoïde, c’est que toi tu seras mort. En attendant amuses-toi bien.

MGD

North Amerika MetaLocal Center

Répondre
> > > finies les vacances, 4 juillet 2001
Décidément très décevant. Les piles Duracell semblent à plat. Y a quelqu’un pour rebrancher Maurice ?
Répondre
> > > > Enurésie dante$c, L’infirmière de garde , 4 juillet 2001

Maurice arrête de t’exciter comme ça tu vas encore te pisser dessus ! Il te l’as déjà dis le docteur : tu commences par t’énerver, tu montes en pression, et puis soudain tu décompenses, et tes sphincters mous se relâchent... Et 42 ans, papy, et toute cette hargne, ça n’arrange ni l’énurésie ni tes problèmes de prostates...

Mais oui, on leur diras à tous ces méchants qui ne parlent que de toi, que t’es un grand génie incompris et tout le toutim, et que t’es pas un brun-rouge, mais que t’as - mais oui- que t’as vachement de puissance avec ton super carbostylo laser qui va tous le sniquer.. On leur dira... On leur dira aussi que tu peux tous les écraser ces vilains cloportes qui font rien qu’à t’ignorer ou à dire plein de méchant mal sur toi...

Allez, allez... on leur dira..

Ah mais, non, Maurice, t’es encore tout trmepé.. Putain tu fais chier !!! Peux pas te retenir deux minutes ? Nan ? Nan ! Alors tu vas encore m’insulter comme tu le fais systématiquement dans ces cas-là ! Ah, quel boulot, j’vous jure !!

L’infirmière de garde

Répondre
> > > > > Enurésie dante$c, 4 juillet 2001

Petite infirmière de la Lubianka,

Des chiennes de garde dans ton genre, on en trouvait partout près des lits d’hôpitaux où croupissaient les dissidents soviétiques, diagnostiqués "schizophrènes" pour cause de "psychose réactionnaire". Ta littérature de bidet sent le chlore de la passe à cent balles, et ce, dès les premiers mots prononcés. Je ne vous demande rien d’autre que ce que vous êtes en train de faire : Vomir toute votre bile de petits nihilistes aigris et ratés. Et ma foi, dans votre genre, on pourra dire que vous êtes tous-toutes assez doué(e)s. Certes l’odeur incommode quelque peu, mais j’ai prévu depuis longtemps les masques à gaz. Chacun de vos messages, à tous-toutes, est écrit dans le style incomparable de cette époque, propre à l’inculture post-moderne : On se croirait à l’Espace du Possible, ou dans les colonnes roses du Nouvel Observateur. C’est vrai que même à 10, ou à 25, vous ne faîtes pas le poids. Il vous manque de l’entraînement, c’est sensible. Ouvrez un livre. Ca vous changera.

Le Papy

Répondre
> > > > finies les vacances, 4 juillet 2001

BIP-BIP.

(T’inquiétes pas pour moi, je ne marche pas au lithium)

Répondre
bronzer au four, le juifanarcorougeliberaloetc...., 4 juillet 2001

je suis tres étonné que Maurice ne m’ait pas encore fait rotir tout cru vu que juif je suis et encore zen vie aussi.

Quant à la sodomie......aarrrrrrgggggg

Répondre
> bronzer au four, 4 juillet 2001

Cher monsieur dont le nom m’échappe,

Sachez que je réponds au coup par coup, et à la hauteur du combattant. Si je m’écoutais, vus les borborygmes qui vous tiennent lieu de "langage", je devrais peut être me contenter d’en rester là. Mais je vais vous faire une fleur, car vous ne méritez en fait qu’un soufflet : Vous allez bientôt vous en rendre compte, mais je peux vous garantir, si bien sûr vous êtes doué de la faculté de lire autre chose que des flyers fluos pour la prochaine rave-hyper-branchée-avec-interconnexion-sur-les-web-bars-de-Garges-les-Gonneses, bref monsieur, vous allez - comme je le disais - réaliser très prochainement que je suis bien le seul, mon livre à paraître vous le confirmera, à oser PRENDRE AUJOUD’HUI LA DÉFENSE DE L’ÉTAT D’ISRAËL, et plus que cela encore à dire que le judéochristianisme et la Loi Mosaïque sont une nécessité dans la décharge publique que vous préparez aux générations futures. Vous êtes juif, je crois le comprendre. mais bien sûr pour vous, tout ANTICOMMUNISTE est un ANTISÉMITE n’est ce pas ? Alors, sinistre kapo, ou victime consentante, je te conseille de relire les Faye, Grunberger, Poliavsky, et quelques autres, et tu pourras constater, si les cours d’alphabétisation ont marché, que’antisémistisme et antisionisme, révisionnismes de gôche et de droâte font semblant de se combattre, avant que leurs "chiens de garde" respectifs ne se reniflent le cul. . il est fort probable, comme tous les autres, que vous soyez analphabète, et que donc vous ne puissiez comprendre que les ordures accompagnées de smiley qui, depuis des semaines, tendent sur votre forum, comme sur d’autres, à vouloir accréditer la thèse débile que je serais anti-sémite, vont bientôt se voir réduire en bouillie pour petit chatons du post-modernisme dégénéré.

Ainsi soit-il.

"Le goût pour l’Ancien Testament est une pierre de touche pour la grandeur ou la médiocrité des âmes".

CONCOURS OUVERT À VOUS TOU(TE)S, petits zommes : DE QUI EST CETTE CITATION ?

Maurice G. Dantec

NorthAmerika MetaLocalCenter

Répondre
Ris, zomme... hic !, PRIVATE JOKER, 4 juillet 2001

Bonjour MGD,

Nietzche, peut-être ?

Puissiez vous un jour, vous aussi, écrire "un livre pour tous et pour personne"...

En attendant, qu’est-ce donc qu’un "MetaLocalCenter" ?

A bientôt.

Répondre
> Ris, zomme... hic !, 4 juillet 2001

Private Joker,

Tu sembles le seul signataire de cette liste à être pourvu d’un cerveau. Je te conseille de ne la fréquenter qu’avec un système de brouillage permettant le filtrage antibactériologique. C’est proprement l’infection, ici, ca dépasse tout ce que j’avais imaginé, même comme romancier de "science-fiction".

Comme je l’ai expliqué à un des participants de ce grand concours au nihilisme ambiant, je réponds à chacun, et chacune, selon la VALEUR du combattant. En gros, la merdasse à droit au papier toilettes. Ceux qui savent parler ont droit à une réponse digne de ce nom. Il est clair qu’à l’origine j’ai "pris la liberté" de répondre à une personne qui, depuis quelque temps déjà, s’acharnait, avec d’autres, à dépeindre mon "atterrante beaufitude", parce que j’étais en désaccord avec ses idées anarchistes-libérales. Et dire que c’est moi qui, à les entendre, trépigne telle l’hystérique de base. Toute cette prose est édifiante n’est-il pas vrai ? Elle est "gravée", en effet, et à jamais. Beau Mémorial de la civilisation zéropéenne.

Écrire un livre pour "tous et pour personne" est l’horizon d’un écrivain, c’est son but, sa ligne de fuite si tu préfères. Il est rare qu’il y parvienne, et il le sait. À la différence des micro-plumitifs locaux qui, incapables d’articuler plus de quelques phrase cohérentes (dans le meilleur des cas), veulent faire croire que je me prends pour un "génie", je sais ce que coûte la tentative de parvenir à cet horizon, et de connaître le goût de l’échec qui fonde toute véritable aventure artistique. Visiblement, cette vaste réunion de talentueux bretteurs du verbe ne peut en dire autant. Ce sont tous des humains aboutis, pleinement réalisés, réussis, eux, Djeunes et bien-portants.Comme leur pote Djack-Lang. Ils sont sains, et ils savent décoder une ligne html plus vite que leur ombre, qu’ils sont devenus. MetaLocalCenter : c’est le nouveau paradigme des jeux de puissance au XXIe siècle, mais je ne voudrais pas abuser de votre temps, ni n’est-ce-pas, faire s’esclaffer cette assemblée à l’humour si fin et délicat.

Maurice G. Dantec

Amuseur public pour mômes attardés du post-hippisme (dé)-révolutionnaire.

Répondre
> > Ris, zomme... hic !, Romuald, 6 juillet 2001

Etrangement déboussolé... Viens d’arriver sur ce forum, dans la première vague de ceux à venir, attiré par les rumeurs de cette querelle. Je suis une fois de plus conforté dans mon idée, et malheureusement dégoûté : je note que sur les forums, insulte se confond avec argumentation. Etonné aussi de voir que Maurice se prête au jeu, peut-être parce qu’il me semble que dans toute guerre, les forces de frappe doivent se concentrer sur des objectifs de valeur stratégique reconnue, aussi par que l’écrivain Dantec montre une certaine acuité vis-à-vis de cette problématique. Pur ma part, je n’aurai pas ici la prétention de participer à quelqu’une des positions ici développées, noyées depuis longtemps, à en juger par le flot de messages, dans un formidable exemple de bruit blanc. Je me contenterai donc de laisser la parole à deux écrivains :

"De plus une conversation n’apporte aucun enrichissement réel : il n’ y a pas, lorsque deux personnes discutent, et même si elles le font avec talent, d’échange d’aucune sorte, contrairement à ce qu’on pense d’ordinaire ; dans une discussion les deux personnes qui y prennent part procèdent dans le meilleur des cas à un échange de balles, les deux discours glissent l’un sur l’autre et jamais les personnes ne se rencontrent - je veux dire qu’aucune des deux ne parvient à pénétrer l’autre, à s’y insinuer et enrouler ses fibres à celles de l’autre ; personne ne peut changer du fait d’une conversation, personne ne peut se laisser corrompre et gâter ( c’est-à-dire se greffer à une nouvelle pulsation) par la parole d’un autre ; les atomes de chacun au lieu de s’ouvrir aux infiltrations pour se subvertir et entrer dans de nouveaux pouls et battements, se resserrent sur eux-mêmes et se font imperméables aux influences venues d’autrui ; deux corps en discutant se vaccinent de toutes parts contre les invasions cellulaires du dehors, alors que dans n’importe quelle rencontre tel devrait être le cas : deux porosités organiques qui s’entrepénètrent et s’imprègnent et se corrompent l’une l’autre de pensées ou d’émois neufs - neufs de leurs altérités mutuelles du départ, puis de leurs mêlées avec la substance de l’autre ; et c’est pourquoi malgré mon inaptitude à jouir le coït m’est si essentiel : c’est peut-être la seule façon, tout compte fait, de rencontrer quelqu’un de se glisser en lui par courants et filées d’atomes vifs....................................."

Mehdi Belhaj Kacem, "Vies et morts d’Irène Lepic"

"Si les mots sont des armes, bien des auteurs devraient se méfier, on ne manie pas des grenades sans un minimumn de discipline"

Maurice G. Dantec, "Le Théâtre des Opérations"

Merci de votre attention, Cordialement,

Romuald

 
en ligne : S.I.V.A
Répondre
> > > Ris, zomme... hic !, 7 juillet 2001

Romuald,

je pense qu’il est inutile de citer ici un auteur tel que Belhadj Kacem. Au delà du fait que c’est lui qui s’en trouve souillé, ils doivent tous être persuadés qu’il s’agit du dernier DJ super branché venu de Casablanca. Une demi-page de Mona Chollet, par contre, a de quoi les stimuler pour des semaines entières.

Je ne faisais qu’un second passage, ce qu’on appelle "termination mission", dans la langue des méchants fascistes zaméricains. Pour le moment : le taux de réussite avoisinne les 100%. J’en suis le premier surpris. En fait je commence à m’ennuyer, c’est comme Astérix et les Romains : quand toute une centurie y est passée, et qu’on ne trouve plus de répondant sur le terrain, on commence à bailler. Je vais me réveiller en allant lire un peu de Raymond Abellio, tiens. Bien sûr, Kacem a raison, et il serait bon que tous ces petits communautaristes du Oueb suivent enfin leurs cours d’alphabétisation pour parvenir à "décrypter" ses "messages". Je le rejoins sache-le, sur bien des points. Et en particulier sur celui-ci : la "conversation" n’a de sens en effet, que dans un rapport de DESTRUCTION. En clair, toute parole est une arme, tout "dialogue" est une guerre. Le problème, précisément, étant qu’il n’y a plus de guerriers.

Avec mes salutations

à bientôt, peut-être, dans un autre sous-espace du Net.

MGD

Répondre
> > > > Ris, zomme... hic !, Romuald, 7 juillet 2001

Je suis persuadé que les phrases de MBK se défendent très bien toutes seules. Au milieu d’une fosse à purin, un diamant ne perd pas de sa clarté, peut-être bien au contraire... Votre réponse en est la preuve, et je vous en remercie. Nous étant accordés sur le sens d’une conversation, qu’il me soit dès lors permis de retourner travailler la précision de mon tir pour un prochain échange, ici ou ailleurs.

Dans l’attente de lire la suite de votre travail, Cordialement,

Romuald

Répondre
White Noise, QWERTY, 8 juillet 2001
Bruit blanc, blanc bruit. En d’autres termes "White Noise", vous l’avez dit Romuald. Excellentes références (MBK)... incongrues en ce lieu, par contre, si je peux me permettre de donner mon avis. Cordialement.
Répondre
MLC, QWERTY, 8 juillet 2001
Message reçu dans la nuit au MLCenter. L’embryon non-numéroté du nouveau paradigme devrait-il vraiment se déployer ici ? L’affaire suit son cours jusqu’à élimination totale de la bave des Djeunes parigot-centrés -ils se reconnaîtront. Ça se passe en mode QWERTY bien sûr, avec ça et là fautes de frappes impétueuses, hyperréalisme américain oblige, obviously. Pour l’arborescence... well, on est loin du "Body Art", obviously. Later.
Répondre
> > bronzer au four, 4 juillet 2001

Allez Momo te laisse pas faire ! Tu les auras ces sales raclures de communistes arabes juifs homosexuels intégristes coupeurs de mains talibans de la crypto-fange des putréfiés de la politique politicienne..

Tous avec toi !

Le club des admirateurs admiratifs de Le Dantec.

Répondre
> > > bronzer au four, 4 juillet 2001

Petit flicaillon provocateur,

Je ne sais par qui tu es appointé, mais ton courage anonyme vaut bien quelques deniers, sans doute. Bonne carrière.

Répondre
> > bronzer au four, Miss QWERTY, 8 juillet 2001
Va falloir faire fans le levinassien ici, sinon rien ne va plus. Miss QWERTY.
Répondre
Answer MLC, Abénaqui, 8 juillet 2001
Hello Qwerty. Vous avez peut-être raison. Va falloir faire dans le levinassien, ENTRE AUTRES, just to make sure to get out of the toilets, ’know what I mean ? À les regarder s’amuser comme ça avec ces abominables vannes de "bronzage au four", on se rend compte une nouvelle fois qu’ils auront beau se réclamer de gôche ou drouâte, ils ont quand même la mémoire encore un peu trop courte (limitations zuropéennes, vous croyez ?). Enchanté. Au plaisir de vous croiser là où ça vole plus haut qu’ici. Ab’ from MLC.
Répondre
> sodomie ! Si !, L’infirmière de corps de garde , 4 juillet 2001

Sodomie ! NO ! On vois que c’est pas vous qui repassez essuyer derrière après !

L’infirmière de corps de garde

Répondre
> > sodomie ! Si !, 4 juillet 2001

Madame de la Croix-Rouge,

Pipi-caca-popo. Bravo, vous savez vous EXPRIMER !

MGD

NorthAmerika MetaLocalCenter

Répondre
> sodomie ! Si ! Mais avec du scotch., ashro, 13 avril 2003

hehehehehe

(bon ok c’était pas utile, mais meme quand c’est juste pour un petit rire de bon coeur, j’aime m’exprimer. On est si seuls dedans des fois. Mais bon, ça dure pas longtemps. Monsieur Dantec, j’adore votre humour. Romu, mon ami, ça fait deux ans déjà que tu t’exprimait ici... ! A la défense du juste ! A la revoyure sur Paris. Il n’y a pas de paix par-delà la porte.

 
en ligne : le noctambule
Répondre
"Le Hors-Piste", La Rumeur, etc..., PRIVATE JOKER, 4 juillet 2001

..... on finira les bières quand même, avant : le match n’est pas fini. C’est que ça pogote sec par ici !

Ce qui m’amuse, c’est que j’avais découvert le site de Les Ours grâce à un interview de Mister D. qu’ils avaient réalisés. Ensuite, de par leurs liens, j’ai connu : Uzine 1, La Décharge, La Rafale, Guillermito, Le Scarabée... Et maintenant, j’assiste sur Uzine 2 à un zoli ch’tit combat, à la hauteur du personnage : la boucle est bouclée.

C’est qu’il se défend bien l’animal : pour l’instant, personne ne lui a encore mis un coup sérieux. Faut dire aussi qu’il a des raisons d’être légèrement enragé : incroyable qu’il n’apprécie pas, alors qu’on le soupçonne d’une "atterrante beaufitude", non ?

Répondre
Pas conne la tactique, 4 juillet 2001
Finalement il réussit à se faire un petit happening à la hauteur de ses attributs intellectuels. Faut bien qu’il s’amuse. (là il va répondre, on va encore se fendre la tronche)
Répondre
La tactique de D. ou celle d’Uz2 ?, PRIVATE JOKER, 4 juillet 2001

Il faudrait peut-être rappeller que l’intervention de Dantec n’était, avant que Uzine2 n’en fasse l’objet d’une brève, qu’un simple épiphénomène : une réponse à Mona Cholet le 01/07/2001 à un article paru le 13/09/2000, cela aurait pu passer complètement inaperçu.

Mais comme la plupart des attaques datent des 3 et 4 juillet donc après la parution de la brève, reprise rappellons-le sur L’Autre Portail, on peut se dire aussi qu’Uz2 s’offre une zolie ch’tite polémique à peu de frais : ça manquait, depuis the "affaire Val" !

Répondre
> La tactique de D. ou celle d’Uz2 ?, 7 juillet 2001

Private Joker

En toute franchise (et là je ne joue pas) vous semblez être un des seuls (avec un garcon dénommé Romuald et un "fan de Fugazi") à avoir tenté un dia/logue avec mon atterrante beaufitude. Vous êtes aussi un des rarissimes participants à ce forum à être pourvu d’un néo-cortex de type hominien. Là dessus notre Centre d’Analyse est formel. La question que vous posez est en effet CENTRALE. Mais il y a fort peu de chances pour que les Goldoraks à réaction et les enculeurs de Caribou s’y intéresse un jour. À l’occasion autour d’un verre, ou de part et d’autre d’une ligne de front, j’aimerais vraiment que nous puissions en discuter.

MGD

Noram MTLCenter

Centre d’Analyse des Nihilismes et de l’Entropie du Langage

Répondre
"Tic tac, ma tactique, c’est l’attaque", Ministère Amer, PRIVATE JOKER, 8 juillet 2001

Mister Dantzik... Oh pardon ! Dantec,

J’ai conscience, et depuis longtemps, d’être muni d’un gros organe (i.e. mon cerveau) en parfait état de marche avec lequel il m’arrive même de pratiquer un certain onanisme ! Cependant, je vous remercie de me confirmer la chose : il est toujours passionnant de devenir un cobaye pour un quelconque "Centre d’Analyse", encore plus si ce dernier vous confirme vos propres conclusions, hé, hé !

Muni de cette précieuse information, je m’en vais de ce pas vous donner un conseil (entre "combattants" nous devrions nous comprendre) : relisez quelque peu certaines de mes autres interventions, et vous constaterez que le "fan de Fugazi", et bien c’est moi... Il est vrai que ce forum est devenu un incroyable exemple de "bruit blanc", et que sa lisibilité nécessitera bientôt une schizomatrice (© Dantec) : pourtant, étant donné qu’une de vos tactiques depuis le 1° juillet a été justement d’inonder cet espace de vos posts, vous devriez être le premier à pouvoir y naviguer sans entraves !

Pour le verre, malheureusement une distance de quelques Méga-Mètres nous sépare, il faudra patienter un peu... En ce qui concerne la ligne de front, je suis en train de préparer une réponse à votre "La meute s’en donne à coeur joie" (7/7/01, 20h21) : comme je suis d’une nature plutôt lymphatique, il vous faudra patienter un peu !

Cela ne devrait point vous déranger, votre "campagne d’été" ne fait que commencer : nous avons donc tout le temps.

Cordialement.

"Je déteste les discussions, elles vous font parfois changer d’avis."

OSCAR WILDE

Répondre
Initiale Z ?, 8 juillet 2001
Z comme dans zinc, évidemment. Mon cher PV aka Fugazi, quelques Mega-Mètres, ça n’est rien. Faudra sauter dans le prochain charter pour que les vrais parleurs ("real talkers") puissent tenter de tirer au clair toute cette histoire (d’où elle émane ? combien elle rapportera ? et à qui EXACTEMENT ? Nasdaq n’est pas un mot indien, vous le savez sûrement). On vous invitera au Tipi pour fumer le calumet... à bâtons rompus. Abénaqui.
Répondre
Ah non, moi c’est P.J., PRIVATE JOKER, 8 juillet 2001

Cher(e) représentant(e) d’une des 11 premières Nations,

Je vous remercie de votre invitation, mais si je sais d’où décoller (Paris : et oui, moi aussi !), je ne saurais guère où atterrir...

Quant à l’histoire qui nous concerne, pour moi il ne s’agit que d’un simple épiphénomène qui m’aura, il est vrai, permis d’échanger quelques mots avec MgD.

Pour continuer dans le Z, laissons donc le NASDAQ où il est... car c’est Naze ! D’acc ?

Keep on dancing.

A+

Répondre
To P.J., 8 juillet 2001
Désolé, PV étant l’abbréviation anglaise, us et coutumes point ne te départira. D’acc’ pour Naze... d’acc. Définitivement d’acc. Par contre, il faudrait peut-être informer Ariel et consorts à ce sujets puisqu’il me semble que tout le monde ici ne me semble pas très bien informé. Pétris d’illusions de pseudo-liberté avec ça. C’est vrai qu’« Il faut avoir de grosses illusions bien grasses : on a moins de peine à les nourrir » disait le Renard. Pour l’atterrissage, ça peut toujours s’arranger. Nous The People sommes un peu plus méfiants, mais il est vrai que vos cousins sont beaucoup plus accueillants. L’avis de QWERTY serait peut-être utile ici. Mais on se perd là, non ? Hug & Peace (as long as...) Keep on smokin’
Répondre
Bouhhh , j’ai peur ... il est vraiment poilant ce Maurice la terreur !!, Jean Foutisme, 4 juillet 2001

Et au fait, Maurice, ta vie, ton oeuvre, tes menaces et tout ça, je voulais te dire, tu sais, ON S’EN FOUT !!

Alors, vas-y rage, enrage, menace, vitupère , profère, agite toi pépère, y’a que toi qui y cvrois à ta guéguerre... les autres se marrent... Tu es d’venu l’ dindon de ta propre farce... et franchement, on se marre !!

Répondre
> Bouhhh , j’ai peur ... il est vraiment poilant ce, 4 juillet 2001

Salut, Jean-Foutre,

Ton pseudo à lui seul est tout un programme, pour ne pas dire TOUT LE PROGRAMME.

En ce qui me concerne, je te rassures, tu ne peux pas savoir comme je suis calme. C’est drôle, mais j’ai comme l’impression que c’est vous tous qui ragez, enragez, vitupérez, proférez, etc., (au moins un peu de vocabulaire choisi, merci, j’apprécie à sa juste valeur, surtout ici). Quant aux "menaces", si tu savais suivre l’arborescence de ton propre site, tu pourrais te rendre compte que je n’ai certes pas commencé à les proférer. Entre les coupeuses de couilles et les spécialistes de la sodomie de caribou on sent que votre club de philatélistes est loin d’avoir assouvi tous ses phantasmes. Ma compassion me poussait à proposer à l’auteur de ces lignes un stage d’initiation pratique, reviviviant, et tonique. Nous restons bien entendu à sa disposition. Comme je vous le redirais à chacun : vous aurez selon ce que vous donnez.

En ce qui te concerne, j’ai dépassé depuis longtemps la limite qui t’est impartie.

Maurice G. Dantec

NorthAmerika MetaLocalCenter

Répondre
> dîners de con ( ouais, mais là c’est un gros...), 4 juillet 2001

Il est trop mortel Maurice, y doivent se l’arracher dans les dîners mondains à Montréal !!

Vraiment hilarant... hilarant et pathétique... ( et tiens, là, il va m’encoller une rafale !)

Allez tire Maurice, tire, et même que jv’ais faire semblant de mourrir !!!

Aiiie !!!

T’es vraiment trop drôle mec !!

Répondre
> > dîners de con ( ouais, mais là c’est un gros...), 7 juillet 2001

Ne jamais gâcher une munition pour un adversaire déjà mis hors de combat. Règle numéro 1 de la guerilla. Sincères condoléances.

MGD

Répondre
> > dîners de con , Abénaqui, 8 juillet 2001
Tiens, je vais me perdre une munition... Hey Yo, Le Divan du Monde a.k.a. Mr Anonyme : y’a pas de diners mondains à Montréal, tu savais pas ? Y’a que des sauvages ici, voilà qui est archi connu. On s’enferme dans des tipis en faisant semblant qu’on est à La Closerie. Evidemment, ça manque un peu de décorum et puis y’a pas l’affiche de Renaud-piano (qui, lui, devrait peut-être faire semblant de mourir). Voilà pour les pâquerettes. P.S. Elles sont trop bien tes pompes, des campers, poils aux pattes.
Répondre


> Quand un Dantec se meurt
3 juillet 2001, message de marion
 

Ecoutez môssieur le ’j’ai-vécu-j’en-sais-plus-que-vous-sur-la-nature-humaine" Arrêtez de crier en majuscules comme un chien à la lune. Vous gonflez avec vos guéguerres de macho inassouvi. Et puis pour faire la guerre il faut être deux, au moins. Pour ma part c’est niet (très claire origine russe blanche), nada, nope, y’a basta. Alors jouez tout seul ! Et évitez de me tourner le dos sinon "vous" êtes mort.Vous l’êtes d’ailleurs déjà au trois quart, mais vous n’en avez pas consience. C’est le propre des vieillards séniles précoces tels que vous.

Marion du Faouet coupeuse de bourses, déjà morte au XVIIè et rescuscitée cinq fois d’entre les Lilims.

Répondre
> Quand un Dantec se meurt, ashro, 13 avril 2003
Mais c’est dingue, autant de médisance. Jalousie ? Ennui ? Haine de la vie ? Putain, mais merde, le respect, c’est cool aussi. Si tu vois pas le monde de merde dans lequel tu vis, essaie quand même de respecter les gens. Tu écris des choses, toi, pour pouvoir critiquer celui qui agît ? Bon, ok, rien n’existe, rien ne sert à rien... j’arrête.
Répondre


> Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertexte
1er juillet 2001
 

Chère Mona Chollet,

C’est par un pur hasard (un surf sur le net) que je découvre ce site et le forum qui s’y tient.

Je n’entrerais pas dans vos polémiques d’homo-festivus libéraux-libertaires qui ne savent plus ce que le moindre MOT signifie (exemple : autonomie, du grec ancien, auto/nomos, en gros : créateur de sa propre Loi). Je me permettrais par contre, en essayant de ne pas me rendre aussi grossier que vous avez cru l’être, de vous annoncer que vos problématiques de "résistants" résonnent bizarrement à mes oreilles, quand désormais un auteur est voué aux gémonies parce qu’il n’’a jamais cru à vos pauvres utopies anarcho-communistes et qu’il ose le dire clairement, sans prendre peur des néo-gestapistes de la nouvelle pensée unique ("anti pensée unique" cela va de soi, Vivendi n’est-elle pas concurrente de Universal, ou de Sony, ou de je ne sais trop quoi ?) Ma beaufitude, chère madame tient en ces quelques mots : Votre "copyleft" de petits gauchistes attardés du bulbe rachidien c’est le moyen donné à de jolies petites "anti" start-ups de se faire un maximum de POGNON sur le dos des créateurs, des véritables PRODUCTEURS, ceux qui TRAVAILLENT, désormais traités par les journalistes de la contre-culture dominante et dominatrice comme de pauvres parasites, que l’on devrait sans doute fusiller au plus vite, avant d’envoyer la facture de la balle aux parents qu’il nous reste. Chère madame, ou mademoiselle, sachez qu’être de "gôche" ou de "droâte" m’importe peu quand je juge de la qualité d’un livre, et je ne parle pas d’un homme, au cas où il en resterait, car - dîtes-moi un peu - Moïse était-il de gauche ? Charlemagne était-il de droite ? Et Youri Gagarine, hein, était-il vraiment communiste ? Neil Armstrong, dîtes moi un peu, votait-il démocrate ou républicain ? Votre alliance Vivendi-PCF-Ecolo-Nihiliste est effectivement en voie de RÉALISER LE SOCIALISME, sur la surface entière de cette pauvre planète. Comprenez-le bien : vous avez gagné. La démolition de 2500 ans de civilisation occidentale, grâce à vous, peut enfin commencer.

Bonne chance au XXIe siècle.

Maurice G. Dantec Montréal, NorthAmerika, 30 juin 2001

Répondre
> > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertex, Mona Chollet, 1er juillet 2001

Cher aboutissement de 2500 ans de civilisation occidentale,

Croyez-le ou non, mais j’ai lu d’une traite et avec un immense plaisir "La sirène rouge", "Les racines du mal" et "Babylone Babies" sans me demander une seule fois si vous étiez de "gôche" ou de "droâte". "Théâtre des opérations", en revanche, m’a aimablement fourni la réponse à cette question que je ne m’étais jamais posée. A vrai dire le constat ne s’est même pas fait en ces termes, mais à un niveau plus viscéral : pardonnez-moi de vous le dire, mais cette prose-là AUSSI me fait vomir. Je suis loin de penser à me revendiquer "de gauche" à tout bout de champ et n’en fais pas une grille de lecture magique du monde ; mais quand je vous lis, alors oui, je me sens vachement "de gauche"...

Le copyleft n’était pas le sujet de ce papier. Je vous dirai simplement que le "copyleft" dont je me réclame est exemplairement représenté par l’éditeur Michel Valensi, des éditions de l’Eclat, qui parie sur la complémentarité des supports : il met en ligne des versions numériques gratuites de ses livres et continue par ailleurs à les vendre en librairie. Or la mise à disposition gratuite des textes sur le Net a eu pour effet de faire grimper les ventes de certains de ces titres en librairie, alors qu’ils n’avaient rencontré qu’un écho timide lors de leur parution - il est vrai que l’Eclat est un petit éditeur indépendant et non une grosse machine à best-sellers.

Expliquez-moi en quoi assurer une meilleure visibilité et de meilleures ventes à des auteurs revient à leur "tirer une balle dans la nuque" (en parlant de grille de lecture du monde, la vôtre ne vaut pas beaucoup mieux que celle que vous m’imputez : ces expressions caricaturales que votre mépris vous conduit à employer seraient parfaitement odieuses si elles n’étaient pas aussi ridicules).

Mais peut-être voudriez-vous que ces auteurs, au contraire, "demandent à mourir plus vite" - selon l’expression employée par François Bon à propos de ceux qui réclamaient le "prêt payant" en bibliothèque - pour enfin dégager la place et la laisser tout entière à de vraies pointures littéraires susceptibles d’incarner efficacement la grandeur de l’homme blanc ("mâle et hétérosexuel", j’oubliais) et de la civilisation occidentale - Maurice G. Dantec, par exemple ?

Merci pour les leçons d’étymologie, mais j’ai fait du grec, moi aussi.

Pour ce qui est de la grossièreté, je crois que vous avez fait exploser le compteur. L’apanage du génie, sans doute.

 
Répondre
> > > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypert, 1er juillet 2001

Chère Mona Chollet,

Il n’est pas toujours aisé d’admettre avoir perdu un lecteur (ou une lectrice) mais tel est l’enjeu de la littérature. Vous me respectieriez sans doute plus si je mimais courbettes et bienséances à l’attention des "Chiennes de Garde", dont votre site est, j’ai cru le remarquer, assez proche dans l’ensemble. Libre à vous en attendant de vomir toute votre bile nihiliste lorsque quelques vérités sont remises sur le plateau après un demi-siècle - au moins - de censure KGBiste. Pour revenir sur le copyleft et le "droit payant", votre sens de l’amalgame doit certainement provenir d’un séjour prolongé dans une organisation de décervelage trotskyste, mais sachez, pour votre gouverne, que je m’oppose à ce "prêt payant" que vous nommez on ne sait pourquoi "libéral" (quel rapport avec Tocqueville madame ?) avec autant de mépris qu’à votre copyleft de bourgeois-gauchistes, qui consiste, lui, à vouloir supprimer jusqu’à tout "droit d’inscription", payant je vous le rappelle, à une bibliothèque (digitale celle-ci). Je suis si peu éloigné de vos considérations sur la "visibilité" de l’auteur en ces temps d’hyper-numérisation que, vous ne le croirez sans doute pas, non seulement la destinée de votre sous-monde.com (ce n’est plus vraiment le mien) sera le sujet de mes futurs romans, mais aussi, avec Schizotrope, ou Heldon, j’essaierais, avec mes propres moyens, de mettre en pratique, moi aussi, des connexions-guerrillas entre plusieurs "narrations" et "objets". Mais, je vous en prie, arrêtez de me faire rire avec vos petites utopies d’écolière. Ne dépensez-vous pas vous même, s’il vous arrive encore de l’utiliser, 200 ou 300 ff par mois pour prendre le Métro-Service-Public-À-La-Francaise à coups de cartes oranges ? Que Napsters et tous les petits whizkids du libertarisme new-look se fassent des couilles en platine massif sur le dos des compositeurs et auteurs n’est en effet que justice en ce monde dont vous invertissez avec soin tous les termes (le criminel est victime, le justicier est assassin, le créateur n’est qu’un module de série, le pillard sans talent ni vergogne est devenu le Roi de la Ville). À bas la propriété privée ! Surtout la propriété intellectuelle ! Toutes nos idées se valent , n’est-ce pas ? Nos cerveaux, n’ayez crainte, grâce aux vôtres, seront bientôt interchangeables. En fait ils le sont déjà, il suffit de lire la prose qui se déverse sur votre site, tout-à-fait instructif à ce titre au demeurant.

Avec mes conflictuelles salutations,

Un con de "mâle-blanc-mort" , sans doute pas assez abouti pour votre propre génie, et qui souhaite un règne de mille ans à votre matriarchie socialiste enfin réalisée.

Maurice G. Dantec Montréal, North Amerika Metalocal Center le 1 er juillet 2001

NE PAS SUBIR général De Lattre

Répondre
Le Dantec, virgule de chiotte chez Technikart, 1er juillet 2001


-  courbettes
-  bienséance
-  chiennes de garde
-  nihiliste
-  censure
-  kgbiste
-  décervelage
-  trotskyste
-  bourgeois-gauchistes
-  sous-monde.com
-  connexions-guerillas
-  utopies d’écolière
-  whizkids du libertarisme new-look
-  matriarchie socialiste
-  ....

Un joli répertoire d’expressions nuancées dans lesquelles on sent le désir de peindre le monde par touches précises et point trop appuyées. Evitez quand même de parler de littérature, ça ne vous va pas.

Répondre
> Le Dantec, virgule de chiotte chez Technikart, 2 juillet 2001

Cher ou chère spécialiste de la littérature, je dois vous dire : chapeau bas pour votre très beau titre, vous devriez songer à en faire un roman. Autofiction, peut-être ? En tout cas, sachez que le monde tel que je le vois n’entre pas, en effet, dans le cadre délicat de votre subtil nuancier. Peut-être ne l’avez-vous pas remarqué, plongé(e) que vous étiez dans la dernière version de Trouducux V69.0, mais le monde est en guerre.

Mais que dis-je là ? Que suis-je sôt ! La nuance, mon ami, la nuance. Vous voulez sans doute parler de tolérance ? Sachez alors, comme le disait Claudel, qu’il existe des maisons spécialisées pour cela. Les coupeurs de mains du Sierra-Leone, les assassins talibans de l’Émirat Islamique d’Afghanistan, les Néococos de d’Ex-Yougoslavie, les génocidaires Hutus, ou Narco-Castristes, et tous les autres, qui agissent dans la plus totale impunité sous le regard professionnel des "organisations non-gouvernementales" et de l’onucratie en voie de dissoudre toutes les souverainetés politiques dans sa Grande Matrice Démocratico-fusionnelle, oui, tous agissent, cela ne fait aucun doute, dans le respect de vos fameux "droits de l’homme", n’est-il-pas ? Jamais on n’aura tant fait dans la nuance. Toutes les variantes du rouge sont disponibles en magasin. Encore bravo.

Maurice Dantec, Montréal, NorthAmerika MetaLocal Center

NE PAS SUBIR

Général De Lattre

Répondre
> > Le Dantec, virgule de chiotte chez Technikart, 2 juillet 2001
Bravo Momo ! Ne te laisse pas faire, montre leurs, à toute cette chienlit trotsko-communiste, et autres raclures zombies des para-révolutions avortées, que l’heure n’est plus à l’atermoiement vipérin, pitoyable manoeuvre de diversion des traîtres corrupteurs et scélérats depuis l’aube des temps !
Répondre
> > Le Dantec ou son clone, Marion Schmitt, 3 juillet 2001

Undear spécialiste du chaos rouge mondial,

Il me vient à vous lire quelques réflexions que je me décide à vous communiquer (car je doute que la notion pourtant assez peu nuancée de partage vous soit familière) Tout d’abord il semble que la joute oratoire par vous proposée (le mot est inadéquat) et à laquelle Mona a bien voulu donner suite, enrichisse un peu votre discours. D’un très primaire crachat sur le copyleft, vous êtes passés au :

Votre alliance Vivendi-PCF-Ecolo-Nihiliste est effectivement en voie de RÉALISER LE SOCIALISME, sur la surface entière de cette pauvre planète. Comprenez-le bien : vous avez gagné. La démolition de 2500 ans de civilisation occidentale, grâce à vous, peut enfin commencer.

Pffft que d’honneur vous nous faites... en voie de se réaliser sur la surface entière. Puissiez vous avoir raison mon bon meussieur ! eug comment avez vous dit De Lattre c’est celà ? Jean Marie Gabriel de son petit nom, si je ne me trompe.

Bien donc le complot, les armées rouges et puis dernier couplet :

en ce monde dont vous invertissez avec soin tous les termes (le criminel est victime, le justicier est assassin, le créateur n’est qu’un module de série, le pillard sans talent ni vergogne est devenu le Roi de la Ville

Si il est quelqu’un qui inverse (ou intervertit d’ailleurs), c’est vous. Des coupeurs de main, sadiques et défoncés jusqu’aux yeux, il y en a en Sierra leone et ailleurs aussi ? Et leur caractéristiques est d’être non pas rouge mais tortionnaires sadiques. Des assassins talibans, on en connait hors d’Afaghanistans, sont d’abord des bêtes sanguinaires. Les ex-yougoslaves néococos, les Hutus génocidaires, les narco-castristes et les autres , sont avant des humains déchus, des porcs ayant pris le pouvoir pour s’assouvir jusqu’à plus soif, fourrer leurs queues dans tous les trous jusqu’à plus envie.

Vous avez raison de déplorer l’état désolant de cette planète, et la léthargie des ploutocrates et onusiens. Mais vous avez aussi bien que nous que la couleur politique ne joue aucunement en la matière. Ou alors vous cumuleriez vulgarité et bêtise, ce que je ne crois pas.... enfin si vous êtes qui vous prétendez être.

Mes sincères condoléances si toutefois c’était le cas

Marion Schmitt - Gif upon Yvette - North Dakota

Répondre
> Le Dantec, virgule de chiotte chez Technikart, le belge, 9 janvier 2006

Cher Monsieur Dantec,

Il me semble que, comme l’écrivait Céline (on peut aimer un auteur sans partager ses opinions), le monde n’st qu’une entreprise à se fiche de la gueule du monde. Dans mon pays (la partie francophone)...

Attendez, je fais un essai pour envoyer mon message...Mon ordinateur est vieux et il déconne.

Répondre
> > > > Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hype, #Jing, 3 juillet 2001

>À bas la propriété privée ! Surtout la propriété intellectuelle ! Toutes nos idées se valent , n’est-ce pas ? Nos cerveaux, n’ayez crainte, grâce aux vôtres, seront bientôt interchangeables.

Eh bien non, pauvre malheureux tâcheron du divertissement, aussi talentueux sois-tu (je crois même qu’il m’est arrivé de terminer un de tes romans) nos cerveaux ne seront jamais interchangeables, et très exactement pour le contraire de ce que tu crois. Principalement parce que quiconque est doué d’un intellect en état de marche ne peut que pisser de rire à l’énoncé d’une notion aussi surréaliste que celle de "propriété intellectuelle".

J’ai rien contre toi, ton boulot me semble même assez correct, mais c’est plus fort que moi, la pose "créateur" m’énerve un peu. Garde ça pour le directeur marketing de nrf et pour ta concierge (ça impressionne toujours les gens qui ne lisent jamais, un "mossieu qui fait des livres"). Tes problèmes d’épicier je peux les comprendre, mais c’est des problèmes d’épicier. Rien à voir avec la littérature.

D’habitude les gens dans ton genre sont plus fins et laissent faire le numéro par des attaché(e)s de presse. Mais on dirait que tu cèdes à l’image de toi-même que les commerciaux chargés de ta promotion ont construite grâce à ce savoir-faire qui les rend si drôles que les moins cons en rient eux-mêmes.

Continue donc à décliner en romans les idées qui prennent un tiers de paragraphe chez ceux à qui tu les emprunte, puisque ça distrait. (On n’est pas tous les jours en forme pour jouir de Dante ou de Shakespeare...) Mais ne nous casse pas les couilles avec des choses qui ne relèvent pas de la catégorie dans laquelle tu concours.

Merci

Répondre


> Quand Jean-Marie Messier fait chanter l’hypertexte
20 décembre 2000, message de Mikeul
 

J’ai parcouru l’ensemble des commentaires à cet article (et c’est long, bigre !).

Franchement, après cette lecture et un peu de fumage de cerveau, je trouve qu’un certain nombre d’intervenants refusant totalement les arguments d’Ariel Kyrou, sont très rigides dans leur façon de penser. Comme il est dit dans un message, le risque avec un cercle comme le minirézo, c’est de tourner en rond, et de ne plus avoir qu’un "monde" bipolaire : les méchant kapitalistes d’un côté, les résistants de l’autre (qui pensent tous pareils et qui finissent pas ne plus discuter qu’entre eux, sans évoluer).

Pour éviter cette sclérose de la pensée, cette "résistance" a besoin de contributions extérieures, de renouvellement, de positionnements différents.

La cas d’Ariel en est un exemple : il exerce sa liberté de parole au sein même de Vivendi. C’est une autre situation, un autre angle de vue : Je la trouve largement défendable tant que ses actes restent en accord avec ses volontés exprimées.

Des angles d’attaque, des positionnements pour critiquer, "résister" (j’aime pas ce mot quand même...), il n’en existe pas qu’un seul. Le cas Ariel est un exemple (parmi d’autres). Pourquoi justement, au nom de la pluralité, ne pas accepter une autre façon d’aborder le problème ? Encore, une fois, j’insiste lourdement : tant que les actes sont en accord avec les paroles, c’est défendable.

Il est évident que le jour où cette liberté de parole disparaît sur le site, "la mission aura échoué".

PS : Je ne suis pas dans la situation d’Ariel. Le site dont je m’occupe avec 2 amis est totalement indépendant, ni eux ni moi n’en vivons, bref je me situe plutôt dans le cas d’uzine auquel je participe de temps en temps.

Soyons vigilants mais aussi ouverts. Qu’uZine ne devienne pas le refuge fortifié de quelques gueulards de service, beuglant toujours les mêmes choses dans le vide.

 
en ligne : Bernie Mag
Répondre
> Des plaisirs d’Uzine , Ariel, 21 décembre 2000

Cher Mikeul,

Oui, cette page est longue et diverse, et c’est pour moi un étonnement de constater qu’elle vit encore bien après la première publication de l’article comme toujours aussi talentueux que discutable de Mona.

De fait, on trouve de tout sur Uzine, de tout sauf des abrutis du bon côté du manche (droite dite libérale). Et tu as raison, bien évidemment : il y a sur Uzine des gens d’exception, qui mouillent leur chemise pour donner corps à leur utopie d’un autre monde (dont beaucoup sont sur cette page). Mais il y a aussi quelques rares figures à l’esprit plus court qu’une cravate à l’effigie du Petit Père du Peuple. La grande force d’Uzine, c’est sa liberté et son ouverture, et c’est pourquoi nous devons accepter d’avoir parfois l’impression de parler dans le vide voire de se faire agresser.

Enfin, sur le fond de ta contribution, j’y ajouterai un point crucial : si j’ai pu contribuer à créer powow.net "au sein de Vivendi", c’est justement parce que je ne suis pas "au sein de Vivendi". J’ai ma propre toute petite boîte, une anti start up du nom de Moderne Multimédias, créée en 1987 pour ma liberté et celle d’un ami, et qui vient de mécéner (si si) la Zelig Conf. Moderne Multimédias, société liliputienne sans chefs ni horaires, a une convention avec The Link, éditeur de powow.net, support financé par Vivendi qui se présente à juste titre comme son mécène et initiateur. Cela peut paraître compliqué, mais cette distance vis-à-vis de Vivendi est la clef du projet, clef qui nous permet de mettre côte à côte les contributions de Yahoo et Blondeau, Meyssan et Samizdat.net, Marc Laimé et le PCF, etc. Clef qui nous permet l’indépendance éditoriale. Clef qui nous donne une posture révolutionnaire pour un groupe comme Vivendi en rapport aux pratiques du monde de la com’. Sachant que je dis "nous", mais que je ne passe que de 2 à 4 jours par mois sur le sujet powow.net. Pour que tu comprennes mieux encore cette distance : Vivendi ne me paye pas. The Link paye ma boîte qui à son tour me règle mon salaire. Enfin, dernier point : si j’ai pu contribuer à pousser Vivendi sur une voie de traverse, c’est aussi parce que je vis ailleurs, que le respect, même ironique, de Michel Onfray ou des gens de Uzine importe pour moi beaucoup plus que la considération de quelque magnat de multinationale. Mon carburant, je le trouve chez Uzine et dans le mouvement Dada, chez Nietszche ou chez Desproges, chez Boltanski ou Vaneigem. Pas à la Redoute ou chez Cegetel.

Enfin, comme je l’ai déjà dit moi-même mille fois : la crédibilité de powow.net, "projet alimentaire supérieur" comme je l’appelle parfois, repose sur la capacité de son équipe à préserver son indépendance éditoriale. Du jour où nous acceptons une dérogation à cette règle, powow.net est mort.

Merci pour ton message et ta patience à lire encore un long texte.

Amitiés Ariel

 
Répondre
> Des plaisirs d’Uzine , Mikeul, 1er janvier 2001

Juste une remarque concernant ta réponse :

>> De fait, on trouve de tout sur Uzine, de tout sauf des abrutis du bon côté du manche (droite dite libérale)

Je redis ce que j’avais déjà indiqué dans un forum concernant un autre article : certaines remarques visant à politiser le débat ne sont pas toujours forcément utiles.

Pourquoi ? c’est commencer à classer les gens (les bons, les méchants, nous, les autres, etc.) et je suis persuadé que si on demandait leurs opinions politiques (en terme de vote ou de "sentiment") chez tous les visiteurs et les rédacteurs d’Uzine 2, on aurait quelques surprises...

Certaines personnes peuvent être de gauche et libérales, d’autres de droite et pas libérales, certains peuvent voter droite libérale mais cependant rester pragmatiques et avoir des opinions nuancés, etc.

Ne versons pas dans un manichéisme simplificateur et simpliste... (attention, ici jargon de journaleux intello-philosophe ;o) )

Mikeul

 
en ligne : Bernie Mag
Répondre
> Des plaisirs d’Uzine , Ariel, 5 janvier 2001

ô Mikeul,

Loin de moi l’idée de mettre les gens en case... L’impression que les gens d’uZine se situeraient plutôt côté gauche, ultra-gauche, écolo, libertaire ou libéral-libertaire me semble juste une évidence. Il n’y a là ni rejet ni étiquette collée... Quant au libéralisme, j’ai dit ailleurs ce que j’en pensais : je me retrouve plutôt dans celui de Tocqueville ou Montesquieu, qui est à des années lumières de l’économisme "patronal" des Madelin et autres patrons de multinationales (qui ne sont selon moi que des oligarques...)...

Au plaisir de te lire.

Ariel

Répondre
> Des plaisirs d’Uzine , Mikeul, 9 janvier 2001

>>Loin de moi l’idée de mettre les gens en case... L’impression que les gens d’uZine se situeraient plutôt côté gauche, ultra-gauche, écolo, libertaire ou libéral-libertaire me semble juste une évidence.

Evidence qu’il me paraît présomptueux de poser comme telle (tu veux des exemples ? ;o) ). J’espère justement que pour le bien d’uZine (ou d’autres projets similaires), l’horizon des interventions est et sera le plus large possible, pour éviter de tourner en rond, tout simplement.

Contrairement à de beaucoup de personnes, je pense toujours que la politique a plus que son mot à dire dans l’évolution de la société (un peu pompeux comme phrase mais je n’ai rien trouvé de mieux). Et la politique est nécessaire.

Par contre, d’un point de vue des valeurs "humaines", j’estime qu’il n’est pas besoin d’être d’un certain bord pour défendre ces valeurs. Et qu’être de gauche-machinchose ou liberto-trucmuche, c’est accessoire (voir ma réponse à Bidet Casserole à la suite de cet article). J’ai des opinions politiques mais de mon point de vue, elles ne doivent pas tranformer le débat en "truc contre machin". (j’écris un article sur le sujet d’ailleurs)

>> Au plaisir de te lire.

De même :o)

Mikeul

 
Répondre
> > Des plaisirs d’Uzine , 8 juillet 2001
Right on Mike !
Répondre


> Quand Mona donne trop d’importance à Jean-Marie
4 septembre 2000, message de Ariel Kyrou
 

Chère Mona,

C’est avec grand plaisir que j’ai lu votre article sur Powow.net. Sur le fond, votre point de vue se tient, et avec humour, mais il a comme défaut de tirer l’arme contre Vivendi avec le même genre d’épée que ce monstre sans âme... Dit autrement, vous appliquez une réflexion sectaire aux pratiques totalitaires de la PME de Jean-Marie...

Premier point, anecdotique : vous critiquez le système caricatural du vote, à juste titre, mais avez-vous vu que chaque internaute peut directement contribuer aux splendides (hum) débats du site (si si)...

Second point : Jean-Marie n’est pas derrière son écran à faire du montage html. C’est à peine s’il connaît powow.net. Il en récupère l’existence et les auteurs (qui le confortent dans son triste jeu de lego capitaliste) autant que les auteurs de powow.net détournent ses sous pour donner la parole à ceux qui le contestent. Il convient, lorsque l’on critique un site, d’observer l’acte autant que l’origine... Que voulez-vous, en France, on regarde qui paye (et là, c’est juste, il s’agit d’un grand méchant), et après on se fait une idée (voire). Troisième point : powow.net ne remplacera jamais la critique libre de tout boulet capitaliste, et heureusement, mais pourquoi jouer le jeu du tout ou rien ? Powow.net est un projet de compromis, sans la moindre relecture du monstre Vivendi. Nous avons passé un contrat avec eux. Tant qu’ils le respectent, nous assumons, et ils savent que nous sommes en désaccord sur presque tout. Ce sera toujours mieux que de vendre leurs chaussettes. Powow.net n’est pas un projet de révolution (vous y croyez encore ?), c’est un projet de réforme, qui nous permet par ailleurs de déguster du Langre (de vivre quoi, et sans s’enfiler des infâmes McDo), et de mener par ailleurs, en tant qu’individus libres, des réflexions plus radicales. De plus, je vois que vous n’avez pas réfléchi aux effets d’un projet pareil à l’interne même d’un géant comme Vivendi (du genre grosse secousse et combat entre " progressistes " et " conservateurs "). Voyez-vous, j’ai l’impudence de croire que tout est bon pour porter atteinte à la toute puissance de grosses puissances, y compris prendre son argent pour faire des liens et donner la parole à des adversaires du gros machin. Car, sachez-le, chère Mona, sans laquelle un projet aussi ignoble que powow.net ne pourrait vivre, nous en faisons chier certains au sein de la machine... Et visiblement en dehors aussi ;-)))

Quatrième point : vous oubliez dans vos jolis arguments la notion de contrat. Rien n’avance sans compromis. Et un compromis ne se transforme pas en compromission tant qu’un contrat solide et accepté par les deux parties est tenu dans la durée. Que Vivendi censure, et nous partons tous. Tous. Notez par ailleurs que les " estimables personnalités " que vous mentionnez ont accepté de signer sur la base de ce type de contrat.

Ne jouons pas les pères la vertu. Marat et Robespierre, on a déjà donné.

Descendre les gros capitalistes, c’est bien. Descendre en s’amusant les gros capitalistes, les grands administratifs bêtes, les sectaires et crétins de tous poils, c’est mieux.

Tout-à-fait d’accord, bien sûr, pour en débattre de visu, même si j’ai tendance à penser que la vie est ailleurs (tout comme mes actes plus " libres "). Très amicalement Ariel Kyrou

Répondre
> Quand Mona donne trop d’importance à Jean-Marie, davduf, 9 septembre 2000

C’est avec joie, et tristesse, Cher Ariel K. que je viens de lire votre réponse. Entre Janus, et le jésuisme, vous avez du mal à choisir.

Ainsi, écrivez-vous :

"Nous avons passé un contrat avec eux [Vivendi]. Tant qu’ils le respectent, nous assumons, et ils savent que nous sommes en désaccord sur presque tout. Powow.net n’est pas un projet de révolution (vous y croyez encore ?), c’est un projet de réforme, qui nous permet par ailleurs de déguster du Langre (de vivre quoi, et sans s’enfiler des infâmes McDo), et de mener par ailleurs, en tant qu’individus libres, des réflexions plus radicales."

Question : pourquoi donc travaillez vous avec Vivendi ? Vous êtes trop intelligent pour être dupe. Trop malin et trop honnête même (votre réponse sur le Langre dit tout, et personne ne peut vous en vouloir de refuser les BigMac) pour croire en ce discours du double langage. Quand on fait un holp-up, puisque tel semble être le sens de votre message, généralement, on ne fait pas table ouverte avec le banquier.

Répondre
> Quand J2M suscite malgré lui un débat entre Kiki et Davduf, Kiki (pour Ariel Kyrou), 9 septembre 2000

Cher Davduf,

C’est avec plaisir (et sans tristesse aucune) que j’ai lu votre joli coup de rafale, et j’avoue être enchanté de ce dialogue naissant (si si) avec celui qui fut l’un des plus jolis pistoleros du Net.

J’aimerais, cher ami, vous poser une question : lorsque, sous une autre identité, vous grattez vos lignes pour l’un de nos plus estimables quotidiens nationaux (vous savez, ce papyrus qui vous permet de préférer votre fromager de quartier à la méga-usine à vendre du lyophilisé), et qu’ailleurs vous prenez la plume en toute radicalité, n’avez-vous pas quelque peu la peau à double face de ce bon vieux Janus ? Sachez-le quoi qu’il en soit de cette douce schizophrénie que nous partageons selon moi : vous n’avez pas à rougir de votre plume salariée, car le rouge sied parfaitement à votre art du compromis, et c’est - depuis longtemps - avec gourmandise que je lis votre prose.

Reste votre question : pourquoi donc ai-je accepté de travailler avec Vivendi ? Là encore, je tenterai une réponse franche, et donc, cela va de soi, en plusieurs points contradictoires :

-  La conscience tranquille : parce que je ne suis pas salarié de Vivendi, juste un mercenaire indépendant (en l’occurrence, et pour mon malheur, corsaire plutôt que pirate), et que Vivendi nous fout la paix, à moi et mon équipe (pas de relecture ni de censure, donc des âmes en paix)

-  L’évidence : pour des causes alimentaires (déjà mentionnées), et donc indirectement familiales (sans parler des amis que je fais bosser)

-  La mauvaise raison : Jean-Marie Messier n’est pas Jean-Marie Le Pen (J18M est plus intelligent et pas raciste pour un sou - même s’ils les aiment, les sous)

-  Le plaisir idéaliste : car powow.net sert de relais à des textes et des sites qui, sans lui, seraient moins sinon pas du tout visible (sans parler des arguments et plaidoyers si improbables que ceux de Canevet, de Géraud, de Blondeau et autres Pinhas pour maman Vivendi...)

-  La complexité bien pratique : tout se perd, cher ami, et le capitalisme n’est plus ce qu’il était, comme le démontre à merveille " Le Nouvel Esprit du capitalisme " (NRF) de Boltanski et Shapiero (je le dis de mémoire car ce gros paveton est si goûtu que je l’ai prêté...) ; le capitalisme mérite une critique de l’intérieur autant que de l’extérieur, loin du gauchisme immortel, et excelle pour qui sait le manier à intégrer son contraire...

-  La raison la plus drôle : les débats qui naissent de powow.net m’amusent au plus au point. Et j’aime à me prendre pour un laxatif, que ce soit des couillons fascisants, des crétins institutionnels ou encore des amis un peu trop bornés par une vieille idée du combat politique.

Quant au hold-up, l’image est séduisante mais exagérée, car elle ignore l’ambiguïté de ma démarche. Détournement je l’espère (de ma part), mais à condition de dire d’un même élan récupération (de la part de l’autre). Mais gare aux dérapages sectaires : ce mouvement se fait sans double langage, et sans trop de duperie (si si)... Je dirais plutôt que nous vivons dans deux voire plusieurs réalités (pour ne pas parler de nos médias plus ou moins libres à tous), et, pour pousser la provocation, que le sponsoring intéressé de Vivendi vaut bien la pub de bien des magazines où nous avons trempé notre plume... Toujours mon obsession vitale : d’un côté l’espace de compromis, qu’on pousse toujours vers le plus de liberté, et de l’autre l’espace sans compromis, rare, personnel, et qui ne se marie jamais à l’argent.

Enfin, sachez-le cher ami : je ne dîne jamais avec mes banquiers.

Avec toutes mes amitiés six bernés tiquent...

Ariel

 
en ligne : powow.net
Répondre
> Quand J2M suscite malgré lui un débat entre Kiki et Davduf, Davduf, 10 septembre 2000

Cher Ariel,

Merci de votre message. Il me touche, mais si. Hélas, nous ne sommes pas ici pour parler de moi, ni même de vous. Quand j’écrivais « vous », je parlais de l’entité Pow-Wow pas de votre honorable personne. Cette petite précision pour répondre à l’« art du compromis » que vous me prêtez, dans mes occupations salariées et dont, au passage, je note avec plaisir que je n’ai « pas à en rougir » selon vous ;-)

Mais trêve de coquetterie. Entrons dans le vif. Votre réponse. Bien sûr, loin de moi l’idée de confondre les Jean-Marie - je me méfie de ceux qui voient des fachos partout.

Mais reprenons. Vous écrivez :

« Le plaisir idéaliste : car powow.net sert de relais à des textes et des sites qui, sans lui, seraient moins sinon pas du tout visible ».

Vous touchez là au problème même. Et ceci nous ramène à nos préoccupations salariales. Pourquoi donc transposer sur le Net ce qui existe ailleurs. Pourquoi donc chercher à vivre de ce médium ? Pourquoi en faire un outil rentable ? Vous avez assez de talent (ceci écrit sans moquerie aucune) pour trouver de quoi grignoter ailleurs, non ? Oui, cher Ariel, pourquoi donc servir de marchepied à JMM ? Pourquoi prendre son fric pour réaliser ce qui ne coûte rien, ou presque (voir ce site même, et tant d’autres). La question est bien là : votre désir d’un Internet pertinent vaut combien ? Et quel est son coût ? Moi, je vous le dis. Il vaut tout et ne coûte rien ou presque. Comprenez donc nos interrogations vis à vis de JMM.

Vous écrivez également : « le capitalisme mérite une critique de l’intérieur autant que de l’extérieur, loin du gauchisme immortel ». Bonne nouvelle ! le gauchisme est immortel ! Non, je déconne. Pardonnez moi. Je suis d’accord, évidemment, pour une confrontation frontale, et de l’intérieure toute à la fois, du capitalisme. Le repli crypto, très peu pour moi. Mais je crains que Pow Wow évolue plus dans le registre de la danseuse que dans celui de la nuisance. Comment croire qu’un projet, sorti ipso facto de Vivendi, ou du moins financé par, puisse avoir un quelconque impact sur lui ? Je me trompe peut-être. Mais votre travail, aussi bien fait soit-il, n’a pas réussi à me convaincre du contraire.

Pour le reste, le hold-up, votre « obsession vitale », et votre sens du compromis, vous allez rire : je suis d’accord avec vous. Mais, sur le Net, je suis au Mini Rézo, vous chez Vivendi. Ne croyez absolument pas que j’en fasse une guerre de religion, ou je ne sais quelle victoire sectaire sur vous, mais, après des années sur le Net, après des tas de propositions plus Amazonniennes.com que les autres, je suis toujours là, avec mon modem 28.800 et c’est cela qui m’enchante. Je refuse, avec mes amis, c’est à dire un peu seuls, un Internet qui ne serait que la transposition électronique du monde actuel. Je refuse un Internet vivendizé, je refuse un Internet qui donne des millions pour garder un nom de domaine (cf. l’affaire Vizzavi, et même si l’heureux bénéficiaire, Ababacar D., fut, en août 1996, un ami, ou presque, rencontré justement dans le cadre de mes activités professionnelles...). Je refuse un Internet du compromis parce que, justement, nous crevons tous de ce compromis, tous plus ou moins contraints à courber l’échine dans notre quotidien trop quotidien. Bref, je refuse un Internet qui ferait pow-wow mais pas de bruit. En clair, je refuse d’accepter ce que vous avez accepté. Entendons nous, il n’y a évidemment rien de personnel dans ceci. Juste un soucis, foutrement utopique, de croire en l’impossible.

Amitiés pas tiqués du tout, et toutes sincères. Davduf

Répondre
> Quand le débat continue entre Kiki et Davduf, Léo de Javel (alias Kiki, alias Ariel K.), 11 septembre 2000

Votre joli argumentaire touche à l’essentiel, cher ami Davduf, et permet de mieux comprendre la nature de notre désaccord...

L’argent d’abord. "Pourquoi donc chercher à vivre de ce médium ?", dîtes-vous. Pourquoi pas ? Les textes sans contrainte et sans le moindre sou que j’ai pu écrire pour Crash ne m’ont jamais empêché de gratouiller pour Nova Mag le portrait de Robert Wyatt en échange de quelque monnaie. De la même façon que je me verrais bien envoyer ma prose libre pour uZine sans pour autant cesser de respecter des contrats rémunérés et néanmoins cocasses pour Powow.net ou Kenzo (à venir)... Se battre pour une réalité (le Net qui ne coûte pas grand chose sauf l’énergie et le temps de ses animateurs, ce qui est déjà pas mal) ne signifie pas forcément le refus total d’une autre (la possibilité de faire du boulot pertinent avec rémunération sans peindre de la e-merde en vert pomme). En format papyrus vivaient fanzines sans le sou et magazines payés par la pub... Sur le Net se dégage une réalité similaire. Sauf que les webzines ne seront pas effacés par les gros machins comme hier les radios libres où je me suis agité (merci le CSA), à charge pour des illuminés comme moi d’en relayer l’existence par la parole et l’hypertexte malgré l’opprobre de certains, que ce soit sur Powow.net (si si) ou sur France Culture (plus fréquentable, non ? Et pourtant je ne vous raconte pas l’ambiance Brazil de La Maison de la Radio et de ses cerbères)...

Powow.net ensuite... "Pourquoi en faire un outil rentable ?", dîtes-vous à propos du Net. Powow.net est tout sauf un projet rentable. Notez que je parle de Powow.net, et pas de Vivendi (seriez-vous quelque peu mal entendant au Mini Rézo ?). Si, sur le Net, vous êtes au Mini Rezo, je ne suis pas "chez Vivendi" mais chez The Link, éditeur du site, voire, tout simplement, chez Powow.net (de la même façon qu’à Canal Plus ils ne sont pas chez Vivendi mais chez Canal Plus, ce qui n’est pas, je veux bien le reconnaître, une place toujours bien honorable, et à la nuance près qu’à Powo.net nous dépendons moins de Vivendi que Canal Plus en dépend)... Dit autrement, sur le Net, entre autres territoires, je me sens au moins autant "chez Freescape" que "chez Vivendi"...

Ceci dit, cela ne m’embête aucunement de lui prendre ses dollars pour un projet aussi jubilatoire que Powow.net... Ce pognon sera toujours mieux dépensé à donner la parole à un hacker ou au pote Blondeau qu’à monter un bien morne Vizzavi. On en revient donc au troisième point d’achoppement : l’inutilité de powow.net. Diogène le cynique philosophe disait professer dans la rue, car c’est là qu’il trouvait le plus de crétin à convaincre. Disons qu’avec Powow.net, moi et mes aminches espérons ouvrir d’autres voies à bien des crétins, et ce grâce à ces " estimables personnes " dont Mona déplorait l’adhésion à Powow.net. Et c’est là ce que j’entendais en fustigeant sa dérive sectaire. Je crois à l’utilité (relative) de Powow.net. Au point, d’ailleurs, de n’anticiper que deux issues à cette initiative : la disparition (notre donateur craquant à notre liberté et cessant de payer), ou la multiplication des donateurs (d’autres machins crachant au bassinet).

Je dois avouer, néanmoins, être (sincèrement) touché (moi aussi) par votre démarche comme par celle de Valentin Lacambre (qui pourtant ne m’a pas épargné ses critiques lors de la sortie de Powow.net). Je ne peux qu’adhérer aux objectifs du Mini Rézo et aux vôtres, cher Davduf. Et c’est pourquoi j’espère bien vous cotoyer bientôt de l’autre côté du miroir (sur uZine pourquoi pas ?), à condition que vous acceptiez parmi vos ouailles un individu au pragmatisme critiquable même si trempé dans l’acide.

Avec plaisir et amitiés. Et à très bientôt j’en suis convaincu.

Ariel

Répondre
> Quand le débat continue vers l’alternatif (tm), 16 septembre 2000

Cher Kirikou,

Il y a plusieurs contradictions dans votre "défense", aussi c’est sans doute avec profit que vous pourrez y répondre ; encore faut-il qu’on les mentionne (à nouveau), c’est pourquoi, par sympathie, je me dévoue.

Le premier point : L’ami davduf est pourtant assez clair avec son image de hold-up et la question de la compromission, terme auquel vous préférez celui de réforme (et c’est bien compréhensible, puisque l’intégrité c’est sectaire et la révolution c’est pour les crétins ; en simplifiant un peu).

Il y a en effet une légère tension entre se présenter comme le trublion indépendant (’achement malin, qui fait la nique au sale capitaliste en lui prenant ses dollars pour lui cracher dessus)et la réalité : servir de caution et de vitrine à une entreprise qui se veut à l’origine d’un débat éthique (tm) sur le Net.

Votre défense est, en passant, très proche de celle de K.Zéro autre trublion de l’Etablissement sans compromis avec une liberté de parole totale (tm), sauf à quelques détails : cinéma, marché public de l’eau, foot (on peut alors parler de Lepen, ça occupe).

Ce que montre l’article de l’amie Mona par une citation (heureusement conservée...) :

"Car ce que pensent en substance les acteurs du projet, c’est que Vivendi n’est ni légitime ni crédible pour attirer sur son nom les internautes... Le groupe Vivendi peut initier un dialogue, le rendre possible, mais pas le porter. "

C’est le problème (légitimité, crédibilité). Il faut donc, du point de vue de Vivendi, trouver ou financer une structure super-autonome bien sûr (d’ailleurs y’a un contrat), car les capitalistes savent bien qu’on ne contrôle pas par l’argent (et d’ailleurs leur objectif n’est pas le profit, faut vraiment êre un gauchiste arriéré pour en rester là). Structure qui va servir de relais.

Nouveau problème : que mettre sur le site autonome et indépendant ?

Il est bien évident que si l’on y trouve uniquement la prose de M. Séguéla de chez Havas, l’ensemble manque un peu de crédibilité (et d’intérêt). D’où la nécessité d’avoir recours à de vrais acteurs, c’est à dire de donner la parole à des indépendants.

Donc, sans vouloir lancer un quelconque procès (on relève ici uniquement des évidences), vous êtes obligé d’accorder cette parole, que vous le vouliez ou non. Dire que : c’est super-jubilatoire, on relaie du contestataire qui va faire réfléchir les crétins (de masse), vous voyez qu’on est utile puisque grâce à nous le "bon discours" touche un large public, dissimule la nécessité structurelle d’un tel recours et d’autre part escamote la critique légitime d’être l’outil au service de Vivendi.

Ce que soulève l’ami Davduf en se demandant si l’évolution va vous conduire du côté de la danseuse ou de l’affrontement. Vous savez bien (vos réponses le montrent)que tout pouvoir a intérêt à avoir un bouffon (les limites de la critique autorisée).

C’est pourquoi, on peut être en désaccord avec votre dernière affirmation :

"Ce pognon sera toujours mieux dépensé à donner la parole à un hacker ou au pote Blondeau qu’à monter un bien morne Vizzavi."

Puisqu’il faut bien manger (personne ne dit le contraire), plutôt bosser par pragmatisme pour Vizzavi, site qui apparaît pour ce qu’il est, plutôt que pour un projet contre-productif (les marchands masqués, si vous voulez, qui en plus de sercices Wap-iti, vous vendent de l’Ethique-du-Net).

Reste le problème soulevé par votre camarade Rachid : l’autisme des publications sectaires ou le militantisme borné.

On peut faire le pari (mais c’est un risque) que ceux qui défendent la liberté d’expression contre la marchandisation du net, organisent collectivement leurs réflexions, la propre diffusion de leur parole, l’accueil de discussions (par exemple et au hasard, en montant Uzine2) et trouvent un public, sans aller quémander du pognon et signer des contrats.

On peut bien-sûr objecter la circularité, ce que fait votre camarade Rachid ("prêcher des convaincus"). Mais l’alternative qu’il propose (avec vous) pour résoudre le problème est inadéquate (cf. plus haut).

On peut aussi penser qu’en ces temps de prolifération des produits, un étiquetage clair est préférable pour les consommateurs égarés. La fameuse traçabilité, avec un label (Sans Vivendi à l’intérieur)...Et puis au delà du bulletin d’information, à la parole monolithique et sans surprise, la publication en ligne offre plus de souplesse (forum, publication facile). Et l’internaute peut surfer ailleurs, alors que notre lecteur du Figaro n’achète pas Charlie.

Enfin, l’amie Mona a parfaitement raison : Vivendi accueille la parole constestataire parce que cela lui est plus profitable (à un premier niveau, en terme d’image et de crédibilité). Donc, mieux vaut écrire sur Uzine2 que sur Powow, quand Vizzavi n’est pas son idéal. Et puis, on sait comment ont fini les indiens qui palabrent, pendant que les tuniques bleues réduisent la taille des réserves.

Amitiés à Davy CrOOket,

Lirresponsable

Répondre
> Quand le débat continue d’amuser les zozos qui débattent, Kirikou l’animateur (Ariel K. encore !), 17 septembre 2000

Cher Lirresponsable,

Merci de votre dévouement ainsi que de la témérité de votre pseudo.

Nous avons, je le crois, un désaccord de fond : vous croyez au tout ou rien. À la pureté. Moi pas.

Vous écrivez en effet : " Puisqu’il faut bien manger (personne ne dit le contraire), plutôt bosser par pragmatisme pour Vizzavi, site qui apparaît pour ce qu’il est, plutôt que pour un projet contre-productif (les marchands masqués, si vous voulez, qui en plus de sercices Wap-iti, vous vendent de l’Ethique-du-Net). "

Je trouve cette assertion manichéenne, pire : réactionnaire. Le pragmatisme qui se veut autre chose qu’une simple lâcheté, justement, consiste à tout faire sur le chemin de ses convictions plutôt que d’accepter systématiquement de pondre la merde qui sert de langue de baobab aux plus puissants des marchands. Le pragmatisme, c’est refuser de livrer de la merde lorsqu’on vous demande de livrer de la merde. Pas l’inverse : accepter de livrer de la merde parce que celui qui vous le demande parle au nom d’une multinationale que vous jugez merdique. D’un côté, vous vous mesurez avec franchise à celui dont l’argent vous nourrit (vous lui dîtes, en face, ce que vous pensez de sa demande, et vous vous battez contre lui pour une voie meilleure, et vous négociez sans cesse au risque de tout perdre), de l’autre vous acceptez tout en riant sous cape (" ah le salaud, il ne sait pas ce que je pense de sa merde que je sors pour son plaisir "). Observez d’ailleurs votre vocabulaire ; " contre-productif ", n’est-ce pas un terme de marchand ? Perso, je me contrefous de la productivité. Et je ne fais pas de racisme anti-marchand. Avant de les juger, marchands comme WASP ou gitans (pour ne citer qu’eux), je les rencontre, je discute. En individus... Après l’avoir rencontré, lui et son Langre, j’apprécie par exemple mon marchand de fromager.

Votre erreur vient de loin. Certes, Vivendi est une entité qui fait peser un danger grave sur la démocratie, et le jeu de lego capitaliste de Messier dénote d’un désir de contrôle de nature totalitaire. Mais entre les actes et la réalité de ce contrôle, il y a un monde. Ne serait-ce que parce que Vivendi n’est pas une entreprise mais une multitude de structures sans rapport les unes avec les autres, entre les mains d’individus, bons ou mauvais, mais souvent libres de leurs décisions au jour le jour. J18M ne contrôle pas les petits labels qui dépendent d’Universal, pas plus qu’il ne contrôle tous les contenus de Canal+ ou les contenus de powow.net (de par notre contrat et notre détermination à le faire respecter). Messier tenterait ce contrôle absolu sur TOUS les contenus émanant de ses projets ou organisations qu’il ne pourrait plus arguer de sa tempérance démocratique... Le masque tomberait illico, et avec ce masque encore un peu de ce qui reste de nature démocratique dans notre système profondément oligarchique. Heureusement, un grand nombre d’individus résistent par leur action quotidienne à l’emprise de ce pouvoir (les gens de L’Autre Web de Canal Plus par exemple). Cette résistance, elle va de l’ouvrier qui choisit le farniente comme mode d’opposition à tous ceux dont le statut permet une résistance plus officielle, passive ou active. ET J’AI LE SENTIMENT QUE LES ACTES DE CES INDIVIDUS, PRESERVANT UNE ÉTHIQUE AU SEIN D’UNE ENTITE SANS AME, SONT COMPLEMENTAIRES DE LA CRITIQUE EXTERNE AUXQUELS SE LIVRENT DES SUPPORTS COMME UZINE OU CHARLIE HEBDO.

Powow.net sert Vivendi. Je ne le nie pas. Mais il représente également un îlot de liberté au sein des entreprises du Groupe et des supports qu’il finance. Et ça, cela vaut le compromis. Tout comme mon rôle de bouffon. Mais je vous rassure, je suis d’accord avec vous : les palabres de Powow.net ne remplaceront jamais la critique radicale et naturellement indépendante de Uzine. Mieux : Powow.net n’aurait aucun sens si ces critiques n’existaient pas. Et c’est bien pourquoi je signe bien des diatribes hors des tipis de Powow.net, en des lieux où je ne me fais guère rétribuer. C’est ce que j’appelle assumer ses contradictions, jouer avec au lieu de se cacher derrière son petit doigt anticapitaliste. C’est notre malheur : nous, qui considérons que notre société marche sur sa tête, nous devons tirer des deniers du monstre capitaliste. Alors autant s’en jouer avec art et honnêteté, créer de douteux projets riches en passions avec des mammouths friqués et participer par ailleurs à de probes magazines en toute licence pamphlétaire et gratuite. Car, voyez-vous, l’un n’exclut pas l’autre. Et je me sens à l’aise dans les deux, tant que le compromis ne se change pas en compromission comme vous le suggérez par votre appel à plonger les deux mains dans la merde. Dit autrement : à la schizophrénie totale que vous me proposez, je préfère ma schizophrénie relative et parfaitement assumée. Surtout pour le plaisir de ces débats qui me ravissent.

Amitiés à cet ami sans nom qui me veut un bien sans nom (et qui ne laisse même pas son mail, ô le gros vilain !)

Ariel

Répondre
Question pour Ariel, QWERTY, 8 juillet 2001

Cher Ariel,

Je me permets de vous poser une question, de manière courtoise... Vous semblez très bien vous en tirer de votre côté. Mais dites-moi, les stagiaires de la ouèbe-contre-culture (pas vos copains placés grâce à vos bons soins ; les autres, purs produits de la sélection naturelle), ils sont payés par Vivendi-la-Liberté ? Pure curiosité d’ordre ethnologique, si vous le permettez. C’est que nous craignons que vos pratiques un peu particulières se répandent outre-Atlantique. Sinon, la révolution politique du langage intra/extra market-box-qui-vous-fout-la-paix (en attendant...) se portent bien ? Pas de récupération en vue ? Sûr, sûr ? Allez, salut.

Répondre
Couillonnage ingrat, Rachid Ouadah, 14 septembre 2000

Je ne suis pas d’accord avec mon camarade Ariel Kyrou lorsqu’il prétend que votre critique est pleine d’humour. Le fait que Vivendi nomme son super-portail « Vizzavi » en plein débat sur la protection de la vie privée des internautes est déjà une marque d’humour – ou de cynisme - bien supérieur au votre. Je considère que votre propos est imprégné de haine et manque un petit peu d’élégance, alors que vous ne tarissez pas de clairvoyance et de talent littéraire dans les éditos de Périphéries.

Votre critique est « peu constructive », « un peu pertinente », « pas très étonnante ». et je ne suis « pas tout à fait d’accord ». Mais surtout, elle me semble pleine d’aigreur et cela est désagréable. Pas seulement pour moi et mes collègues journalistes/rédacteurs/pigistes/putes appelez-les comme vous voulez, qui ont fait leur travail tout au long de ces 32 dernières semaines mais aussi et en particulier pour toutes ces personnes qui nous ont fait la grâce de venir s’exprimer d’une manière ou d’une autre sur les pages d’un site qui épouse une forme extrêmement subtile et inhabituelle de communication d’entreprise. Tellement inhabituelle d’ailleurs que sa portée et ses conséquences échappent à ses initiateurs, à ses commanditaires, et à ses détracteurs.

Je ne discuterais qu’un seul point. Vous écrivez : « Thierry Meyssan du Réseau Voltaire, Olivier Blondeau du portail du Libre, Meryem Marzouki d’Iris (Imaginons un réseau Internet solidaire)… Mais qu’êtes-vous tous allés faire dans cette galère ? Vous défendez, sur un site de Vivendi, des principes opposés à tout ce que représente Vivendi ».

Si je vous comprends bien, pour défendre ses idées il faut le faire dans des publications qui épousent ces mêmes idées. Cela s’appelle de la masturbation, un concept finalement très proche biologiquement du « couillonnage » que vous dénoncez. Des gauchistes qui défendent des thèses de gauche dans un journal de gauche me font autant gausser que des racistes qui vomissent leur haine dans un journal d’extrême droite. Je ne vois pas l’utilité de telles publications sinon de conforter ceux qui les dirigent et ceux qui les achètent dans leur corset idéologique. Vous, comme les autres, ne participez nullement à l’éveil des consciences mais bel et bien à leur endormissement et à leur cloisonnement. Dans une post-face de son livre « Si c’est un homme », Primo Levi décrivait la différence entre démocratie et dictature. Selon lui, une dictature nous impose un conditionnement spécifique, alors que la démocratie nous laisse libres de choisir notre conditionnement. Quel impact aurait un article du Canard Enchaîné s’il était publié dans les colonnes du Figaro ? Quel intérêt d’écrire des textes engagés contre le racisme dans Charlie Hebdo si les racistes ne les lisent pas ? Quel intérêt de prêcher des convertis ?

Voilà une des raisons pour lesquelles nous avons « embarqué » Thierry Meyssan, Olivier Blondeau et Meryem Marzouki et beaucoup d’autres individus de qualité dans cette « galère ». C’est vrai, le monde n’a pas énormément changé depuis la publication de leurs interviews. Les publicitaires crétins n’ont toujours pas admis la vanité et la nocivité de leur profession, les producteurs phonographiques n’ont pas lâché plus d’argent à leurs artistes, la course aux données personnelles ne s’est pas ralentie, Bill Clinton nie toujours avoir avalé la fumée de ses joints de jeunesse, Jean-Louis Costes continue de déféquer sur scène devant un public japonais ravi, Ariel Kyrou continue de faire chanter l’hypertexte (salaud ! il ne t’a rien fait l’hypertexte !), le Koursk n’est pas remonté à la surface les cales pleines de marins ivres de vie et de vodka courant embrasser leurs mères, et Amazon lance des cookies maléfiques. Mais au moins, nous – je veux dire ils l’ont fait. Ils ont porté leur parole jusqu’à des esprits qui n’étaient pas censés les écouter ni même percevoir le moindre frétillement idéologique témoignant de leur existence. Et peut-être ça et là un internaute ou deux ont changé d’opinion sur les prétendus rebelles de la musique en ligne ou ont décidé de donner des adresses e-mails en carton aux marchands de vent plutôt que leurs adresses personnelles qui servent à recevoir des messages d’amour et les photos du petit.

Et ne venez pas parler de récupération™. Je ne vois pas en quoi powow.net va améliorer ou détériorer l’image d’un groupe aussi puissant que Vivendi. Il faut plutôt allez voir du côté de Libé, TF1 ou des biens-nommés Guignols™ de Canal + capables de faire et défaire des images, de construire des notoriétés, et de détruire des vies. Alors pourquoi powow.net ? Peut-être que Jean-Marie Messier s’est offert un super-forum de discussion comme un individu normal s’offre un jeu vidéo ou les mémoires de Karl Marx en bande-dessinée, pour se faire plaisir, pour se donner l’impression d’avoir une culture. Les puissants ne voient pas le monde de la même manière que les non-puissants. Peut-être que Jean-Marie Messier est un mec cool, tout simplement. La preuve, une fois je l’ai vu avec une casquette sur la tête.

J’aimerais conclure sur le côté « cheap » de powow.net. Lors d’une réunion dans le cabinet noir de Vivendi (salle 525), un des prêtres scientologue qui cumulait un mandat de député européen et une loge au grand orient de France ainsi qu’un poste de balayeur dans la secte Moon a émis l’idée qu’il fallait faire passer powow.net pour un site de gauche. Ce qui explique certains de ses aspects bricolés. Nous envisageons d’ailleurs de le décliner dans une version papier de très mauvaise qualité, un fanzine, à base de photocopies, et d’élargir notre champ lexical à des mots utilisés ni dans le Figaro Magazine ou Questions de femmes, ni dans Les Echos, type « couillonner », « grand capital », et peut-être même le mot « bite » si le besoin de défendre la liberté d’expression se fait pressent. Enfin, si Internet met en danger la démocratie comme notre prêtre scientologue député franc-maçon balayeur l’a prévu, nous publierons un best-of des dessins de Jacques Faizant. Et alors nous aurons atteint notre but : transformer une multinationale tentaculaire en PME citoyenne et contestataire. Et comme il ne restera plus personne contre qui lutter, nous recommencerons tout à zéro en recréant une S.A. pour que les médias de gauche et de droite aient à nouveau un public, chacun le sien.

Et de grâce, si vous continuez à faire intervenir Boris Vian n’importe comment, je vais citer le « Man in the Mirror » de Michael Jackson ou le « Girls just want to have fun » de Cindy Lauper. Mais assez d’extrémisme, vous semblez déjà exceller dans ce genre.

Avec le respect que je dois à vos idées et à votre plume lorsqu’elles ne sont pas brouillées par une quelconque haine.

Rachid Ouadah

Répondre
> D’où il appert que M. Ariel Kyrou abuse du débat démocratique pour fomenter des vilenies., Marc Laimé, 20 septembre 2000

Bonjour,

Il s’agirait, entre autres, de déterminer la longueur de la cuiller dont il conviendrait de se doter pour dîner avec le diable. Et des possiblement funestes conséquences de ces agapes sur : la bonne santé boursière d’un mogul - de ce côté là pas d’inquiétude immédiate -, l’avenir radieux (TM), de la démocratie, la grandeur d’âme à géométrie variable d’une génération vouée à défricher les sentiers d’une survie à imaginer entres sentines du Grand Kapital (TM) et steppes de l’ « open-source ».

Bien. En déposant ici même sous serment, j’atteste : avoir rencontré M. Ariel Kyrou il y a une bonne dizaine d’années quand nous oeuvrions respectivement dans les colonnes de l’Autre Journal et d’Actuel. N’être lié pour autant par aucun intérêt d’aucune sorte avec ledit M. Ariel Kyrou. Ni être animé d’une animosité particulière à son égard. Connaitre et apprécier par ailleurs M. Rachid Ouadah, notamment dans le cadre d’activités professionnelles communes, tout à fait extérieures à l’objet de ce débat.

Avoir cet été favorablement répondu à une amicale sollicitation de M. Rachid Ouadah, et accordé une « interview » à Powow.net, relative notamment aux droits d’auteur. Avoir malicieusement adressé au même M. Rachid Ouadah peu après un courrier à destination de sa hiérarchie.

Courrier dans lequel j’interrogeais ladite hiérarchie sur les conditions de reproduction de ladite interview dans les colonnes de « Stratégies », organe central de la pornographie publicitaire, avec lequel, semble-t-il, l’objet difficilement identifiable à mes yeux que constitue Powow.net avait convenu d’un « partenariat ». Ledit partenariat engageant la reproduction de textes, ou en l’espèce d’interviews, précédemment publiés sur Powow.net. Ce dont je n’avais bien sur nullement été informé au préalable.

Il m’apparaissait en effet que l’insolente prospérité financière de cet organe spécialisé dans la glorification des mercenaires stipendiés de la désinformation légitimait pleinement toute forme de revendication.

Et notamment l’exigence que la reproduction des propos que j’avais tenu à l’intention de Powow.net - dans le cadre informel et amical précité -, conduise l’infâme Stratégies à rétribuer à sa juste valeur l’activité intellectuelle de l’auteur de ces lignes, que l’épouvantable Stratégies s’appropriait ainsi sauvagement.

L’ami Rachid pourra en témoigner s’il le souhaite, je n’obtins hélas aucune réponse à cette fort légitime requête. Mais n’en découvrit pas moins avec amusement que quelques extraits des propos tenus à l’ami Rachid, et donc à Powow.net, se voyaient accorder une place - au demeurant imméritée à mes yeux -, dans les colonnes de cet infâme hebdomadaire.

Il est vrai que, renonçant pour une fois - eu égard à l’amitié que je voue à l’ami Rachid, à exercer toutes les diligences que requièrent pareils agissements, je n’ai pas poursuivi de ma vindicte ledit Stratégies. Pas plus que Powow.Net, ni l’agence Link, Ni M. Ariel Kyrou, ni Vivendi, ni M. Jean-Marie Messier, pourtant complices du délit de contrefaçon, sévèrement puni par le Code Pénal comme nul n’en ignore.

Il appert même que le dépôt d’une plainte pour association de malfaiteurs.com (TM), passible de la Cour d’Assises, m’a fugitivement traversé l’esprit. Mais là encore un inhabituel élan humaniste m’ayant m’ayant fait mesurer les conséquences funestes pour les susdits, et leurs familles, de pareille furie procédurière me conduisit à renoncer à toute action en justice. Je fais juge l’ensemble des acteurs concernés du bien-fondé de cette renonciation.

A ce stade néanmoins, ceci exposé, et pour en revenir à l’objet initial de ce débat, je me permets de sensibiliser mes camarades d’Uzine2 à la désagréable hypothèse suivante, à laquelle pour ma part je répugne à donner corps.

Il m’est en effet apparu fugitivement que, s’inspirant peut-être de l’exemple d’un certain M. Frédéric Beigbeder, autre figure bien connue semble-t-il d’un certain milieu qui consacre des nuits agitées à une activité assez proche dans les résultats qui en découlent de ce que les représentants de l’écologie politique définissent comme l’énergie éolienne, M. Ariel Kyrou pourrait bien avoir saisi l’opportunité d’exprimer sur Uzine2 - en des termes qui légitimeraient une mise à pied immédiate et des poursuites en diffamation diligentées par ses employeurs - une haine bien peu compréhensible à l’égard de la respectable holding connue sous le nom de Vivendi (TM).

Holding qui aurait semble-t-il consacré rien moins qu’une somme de 5 millions de francs à l’objet difficilement identifiable à mes yeux (TM) que constitue Powow.net.

Or donc, s’il apparaissait - considérant que le susnommé M. Frédéric Beigbeder oeuvre à se voir décerner un prix littéraire dans les plus brefs délais, grâce notamment au torrent d’insanités qu’il a déversé à l’encontre dudit employeur dans un ouvrage titré « 99 francs » -, que M. Ariel Kyrou, tablant sur la bêtise bien connue de son employeur, visait - en tenant des propos diffamatoires à l’encontre d’icelui sur Uzine2 -, à bénéficier, comme M. Frédéric Beigbeder, d’une opportune, et gratuite campagne de promotion que ne manquerait pas de susciter son limogeage, je vous avoue être assez peu enclin à prêter la main, la plume, et toutes ces sortes de choses, à une opération que la plus élémentaire morale réprouve.

Car la conjonction de la publication d’un ouvrage dont M. Jean-Marie Messier a semble-t-il confié la rédaction à une plume mercenaire - et qui n’en reçoit pas moins un accueil enthousiaste dans nombre de gazettes pourtant respectables - et de la fureur imprécatrice dudit M. Ariel Kyrou sur Uzine2 me conduit, comme vous le comprendez aisément, à retenir cette hypothèse de travail.

D’autant plus que ledit M. Ariel Kyrou n’a pas manqué de souligner tous les bienfaits dont Uzine2 lui paraissait porteur.

Vous conviendrez donc je l’espère qu’il ne nous appartient pas de fournir à M. Ariel Kyrou les preuves incontestables des forfaits par lui commis à l’encontre de son employeur. Preuves que ledit employeur ne manquera pas de brandir aux Prudhommes, assurant ainsi à M. Ariel Kyrou une gloire littéraire que ne manquerait pas de récompenser l’un des cénacles ayant pour office de valider chaque année les forfaitures régulièrement commises par ses congénères.

C’est ainsi, et ce sera ma provisoire conclusion, que je suis conduit à m’interroger sur l’opportunité d’offrir une tribune « open-source » à d’aussi redoutables forbans que ledit M. Ariel Kyrou. Notre réputation ne manquerait pas en effet d’être entâchée du seul motif de nous être faits les complices, certes involontaires, d’aussi répugnantes manoeuvres, prémices d’une possible gloire germano-pratine totalement imméritée.

J’attends donc avec impatience les réflexions que ne manquera pas, je l’espère, de susciter l’éclairage ci-dessus. En vous précisant qu’en ce qui me concerne, je récuse par avance toute éventualité de servir de témoin d’immoralité au dit Mr Ariel Kyrou devant tous les tribunaux que son employeur ne va pas manquer de saisir dans les plus brefs délais, au vu des propos absolument infamants qu’il a tenu, et réitéré, à l’encontre dudit employeur sur Uzine2.

Bien à vous.

Marc Laimé

Répondre
Où nous devrions créer le premier prix de gentillesse pour l’ami Marc, Ariel Kyrou (dit Riki Le Roquet), 21 septembre 2000

"Bien que nos renseignements soient faux, nous ne les garantissons pas", "Refuser le ruban rouge n’est rien, ce qu’il faut c’est ne pas le mériter", Eric Satie.

Cher philanthrope,

Cher Gros Malin,

Cher Marc L’aimé,

Un mot d’abord : merci. Merci d’avoir accepté deux fois (2 !) de collaborer à ce projet si trouble nommé powow.net, et d’avoir ainsi contribué à lui donner une crédibilité côté gôôôche (votre côté si je ne m’abuse, et le mien à en croire mes bulletins de vote) à un site financé par Vivendi. Merci d’avoir refusé de me poursuivre en justice pour le mal terrible que je semble vous avoir causé. Merci de m’avoir faire sourire. Merci de me suggérer de poser ma candidature à l’ignoble Goncourt. Merci de m’avoir confirmé que vous n’êtes pas qu’un méchant canard qui ne voit que de la mélasse en cette chose appelée Net (et Dieu sait si vous les portez avec ostentation, vos chaînes du Canard et de votre folie Internet). Merci pour votre hommage à mon camarade Rachid. Merci pour votre mauvaise foi digne d’éloge et si pleine de contradictions.

Marc, je dois vous faire un aveu : nous avons envisagé de vous donner des sous pour Stratégies, mais, votre texte ne me semblant pas parfait, nous en aurions profité pour vous demander de reprendre votre papyrus. Mais, par paresse, et parce que je ne m’occupe guère de ce partenariat qui nous donne un peu de visibilité sans prendre la moindre publicité, j’ai décidé de ne point vous rappeler et demandé à Rachid de ne point passer la chose, n’ayant pas votre accord. Quant à la reprise de vos propos tenus à l’ami Rachid, je viens d’en découvrir la triste existence, et vais donc m’en entretenir avec lui. Voyez-vous, je ne lis pas Stratégies. Ce canard corporatiste m’ennuie.

En revanche, peut-être l’avez-vous remarqué, powow.net et les débats qu’il suscite m’amusent beaucoup. Et c’est pourquoi je suis reconnaissant à Vivendi, comme vous devez l’être vous aussi pour avoir accepté deux fois de palabrer sur ce site, vous le pur d’ente les purs (je tousse). Merci donc à Marc Laimé et à Vivendi, qui s’aiment tous les deux d’amour tendre tant que de vilains canards ne se glissent pas entre eux.

Allons, cher ami, utilisez votre clairvoyance pour relire ma prose sans la travestir : j’ai une profonde estime pour mes interlocuteurs au sein du monstre Vivendi, ce qui ne m’empêche nullement de critiquer l’entité Vivendi et la tyrannie de la consommation qu’elle représente. Fait inouï : le contrat que nous avons signé avec Vivendi stipule comme règle absolu la pluralité des opinions. Pour ou contre Vivendi. À la gloire du e-commerce ou contre les ravages de l’éco-connerie. J’ai moi-même profité de cette liberté d’expression pour vilipender ces sites commerciaux sans le moindre trou hypertexte qui captent le pauvre internaute comme une mouche dans leur toile, ou sinon pour chanter l’éloge des pirates au cœur même de powow.net, sans jamais me cacher ni de Vivendi ni de vous, curé talentueux aux multiples casaques drôlatiques.

Ma liberté de ton (merci Vivendi), qui pourtant fait tout le cocasse intérêt de powow.net, semble gêner votre belle et complexe intégrité religieuse. Je vous suspecte d’aimer en découdre avec les sociaux-traîtres, Vous voulez qu’ils se trahissent, qu’ils dévoilent le démon qui se cache sous leur bonne conscience. Pire, vous pensez que tout se fait en sourdine, derrière votre dos, le mien, celui des internautes, celui de Vivendi. Et si c’était Kadhafi qui finançait powow .net ? Votre parano est adorable, cher ami. Mais vous ne m’aurez point aussi facilement.

Allez, vous êtes aussi compromis que nous tous avec la bête capitaliste. Et si votre secret désir est de travailler avec Vivendi en simple mercenaire (sans être salarié bien sûr, vous et moi savons que c’est bien plus agréable), je peux sans doute vous donner les contacts de gens intelligents et de grande qualité au sein de cette entité qui présente l’immense avantage, sur powow.net tout du moi, d’honorer ceux qui la critique. Et ce quelle que soit les tartes à la crème qu’elle mérite. Les choses seront ainsi plus inconcevables encore : j’écrirai en toute liberté pour uZine2 (je compte bien le faire, comme un acte gratuit, cela va de soi) et vous serez un collaborateur de Vivendi (dûment rémunéré, c’est une évidence). Je m’en réjouis d’avance.

Bonjour chez vous (vous avez vu, Le sublime Prisonnier repasse en V.O. tous les dimanches soirs sur Série Club, je ne connais aucune production télévisuelle plus admirable que cette œuvre de Mc Goohan)

Ariel

 
en ligne : Powow.net
Répondre
A propos de la polémique, 26 septembre 2000

Très chers journalistes, éditorialistes, polémiqueurs, citoyens de tout poil !

Pour parodier Jean Gabin, l’immortel philosophe-du-milieu-du-dernier-siècle-juste-avant-que-ça-pète, je sais de la vie qu’on ne sait jamais. Toutefois, à la lumière de quelques romans, essais, journaux et reportages qui ont marqué ce siècle, j’ai toutefois dressé un modèle de la société contemporaine, modèle certainement erroné, incomplét, mais qui a le mérite d’être le mien. Or, ce modèle est manichéen(oui oui) !

En clair : suis-je prèt à pourrir la vie d’un à 1 milliard de mes contemporains (rayer les mentions intuiles) - ...pour rien, merci, j’ai un apéro avec des pôtes - me faire un max de blé ( ?) - imposer le modèle que je crois bon pour mes susdits contemporains (tout en me faisant un max de blé) ( ?)

Or, Jean-Marie Mère-de-Dieu est classé dans mes tablettes dans la troisième catégorie, hérault de ce libéralisme aussi répugnant et cynique que l’original (modèle 19ème), les "valeurs" de la grande bourgeoisie en moins.

Je ne parle pas avec ce monsieur : je suis sectaire, que voulez-vous, je fais partie de ces brebis qui ne partagent pas les sujets de conversation de l’équarisseur.

S’cusez pour le style minable et le manque de développement, je faisons ce que je pourrons !

Robert LECLOU.

 
Répondre
> A propos de la polémique, Rodolphe, 2 octobre 2000

Sans vouloir chercher a entrer dans la polemique, j’essaye de m’imaginer la tranche de rigolade de JM Messier lorsqu’il lira vos echanges de mail sur le theme "pour ou contre powow.net" -son service communication va surement lui montrer ca pour le mettre de bonne humeur.

Imaginez-vous, vous etes maitre du monde et des "libertaires" defendent une de vos creations avec bec et ongles contre vos pires detracteurs. Quand vous arrivez a mettre sous votre aile d’anciens detracteurs -quite a leur laisser un jardin d’enfant (jardin d’enfant car franchement la portee de powow.net, no comment) comme espace de liberte-, alors la votre empire s’assoit sur des bases solides.

Powow.net est un justificatif gerbant du system Vivendi. C’est aussi acceptable que le cheque que Francis le Belge a voulu faire a la Fondation de l’abbe Pierre.

Powow.net est a Vivendi ce que les oeuvres de bienfaisance (d’Etat) pour les orphelins sont dans le systeme totalitaire Milosevic.

Répondre
> Comment peut-on tomber si bas ?, Harry Hell, 2 octobre 2000

Navrant. Rodolphe, êtes-vous sourd ? Savez-vous lire ? Votre apport au débat se résume à cette intense réflexion : "Argent de Vivendi ? Caca beurk !"... D’un débat plutôt profond, vous ne retenez rien. Juste votre dégoût. Mais de quoi au fait ? De Vivendi ? Mais si c’est ça, vous êtes hors sujet ! Powow.net est autant synonyme de Vivendi que le sont Canal Plus ou L’Express. Sans parler de la façon dont est financé Libé : par la pub de Vivendi et consorts. Vous arrive-t-il de condamner L’Express sous prétexte qu’il appartient à Vivendi. Non. Vous le déshabillez d’un éclat de rire pour sa langue de bois, ou l’autocensure de ses journalistes, quitte, parfois, à apprécier un mot ou une enquête... Et vous savez qu’il y a ailleurs, que ce soit uZine ou Indymedia, des supports correspondant mieux à votre idéal d’indépendance. C’est ça ? Alors nous sommes d’accord.

De grâce, arrêtez de vous masturber sur Vivendi (genre SM). Si vous voulez faire de la critique, prenez powow.net et analysez le site. Mieux : envahissez-le de vos diatribes, détournez-le. Vous le verrez : c’est possible.

Quant aux comparaisons avec Le Belge ou Milosevic, vous me faîtes rire. J’ai été en reportage en Serbie, et croyez-moi, mieux vaut cent Messier qu’un Milosevic. Vos comparaisons sont insultantes pour ceux qui font powow.net, eux qui font leur taff sans se soucier de la boîte qui finance et qui n’intervient jamais. Jamais, qui tente de préserver le pluralisme d’un projet sans la moindre pub. Autant dire qu’à Canal, c’est une autre histoire, mon coco. Tandis que des gens se mouillent, vous riez de votre bain moussant, à l’aise dans vos certitudes. Ah que c’est facile, en ce cas, la critique ! Cool, man.

Tiens, par exemple, allez sur le dossier dédié à la musique en ligne, avec du Pinhas, du Canevet et bien d’autres, musicos notamment, et dîtes-nous si c’est de la merde. Nous nous sommes battus pour que ce dossier passe sans la moindre relecture du monstre, avec tous ses propos dérangeants pour l’hydre Vivendi-Universal, et ce dossier est passé ainsi. Mais, ça, que des gens se battent pour l’éthique de leur taff, vous vous en foutez.

Franchement, je retourne à des choses plus passionnantes : l’article que je prépare pour uzine. Ou ma prochaine émission à France Cul. Car, voyez-vous, les gens qui font powow.net ne sont pas des numéros (ce que vous sous-entendez par votre manque crasse de réflexion), pas des ectoplasmes de la conso ou des fistons à Milo.

Bonjour chez vous.

Ariel

 
Répondre
> Comment peut-on tomber si bas ? Powow.net vous montre la voie., Rodolphe, 3 octobre 2000

Miles excuses Ariel, Rodolphe is Rodolphe et il n’est pas toujours des plus fins. Mais ca l’amuse des fois. Mais quand meme je ne comprends toujours pas ton point de vue.

C’est peut etre que je pars d’un axiome style ’Syteme Vivendi, Beurk’ comme tu dirais. Que Vivendi foute du fric dans des matchs de foot, dans des promos ciblant la famille, rien d’etonnant a ca. C’est le systeme "global" vivendi. Beurk. Mais que Vivendi foute du fric dans ce site et que des gens -de qualite tres chere Ariel, j’ai pris note de ton CV- y participent en criant leur independance vis a vis de vivendi... Vous cherhez a etre la caution morale de vivendi. Ca c’est un but dans la vie. Si je bossais chez vivendi je prefererai encore essayer de soudoyer le maire de Broutons-les-Bains pour emporter un marche public

Allez, je pousse encore une comparaison -si si !!!- : Powow.net serait un peu a Vivendi ce que Karl Zero est (etait ?) a Canal. Sauf que le Karl avoue sa totale dependance a Canal ou a vivendi ("on ne mord pas la main qui vous nourrit"). Au moins le Karl est honnete avec ce point la. Mr Karl Zero le tout puissant nous dit qu’il ne peut rien dire contre ses patrons. S’il ouvre (ouvrait ?) sa gueule , eject. Alors qu’il a derriere lui un max d’auditeurs. Alors le poids de la menace des journalistes de fermer Powow.net si leur independance est bafouee... Ca doit faire rigoler chez vivendi.

A mon avis ils ont deja prevu un site de remplacement pour l’adresse powow.net, du genre site de news debile, les extraits du dernier album de Britney Spears, et le lien avec EuroDisney. Ca c’est du management de risque pas cher a gerer.

Allez, je m’en vais soudoyer mon 3ieme maire de la matinee... Ariel, ca te dirait pas d’etre responsable d’ un site sur l’ethique des marches ? On a besoin de ca dans ma boite. Ca fera remonter notre cotation boursiere (les analystes financiers ont de l’humour).

Rodolphe

Répondre
L’image prime... Vivendi gagne, alpha, 7 octobre 2000

C’est mieux quand on résume : toute collaboration (non on ne retourne pas le mot pour construire un argumentation vaseuse, on se retient ariel si ! si !) payée représente une relation de pouvoir (pas gentil= éjecté). Oui, vous êtes des grands garçons, c’est pas grave si on vous vire tous : vous allez quand même investir un certain "contenu intellectuel" dans votre pow-wow mais la fin de votre coopération ne signifie pas la fin du site, bref votre poids est négligeable, vous êtes remplaçable ... Admettons que "par le plus grand des mahleurs" cette merveilleuse symbiose rébéllion/vivendi arrive à son terme, reste l’image que vous avez donné au site (et pas prêtée comme vous l’aviez cru :-). Moralité, l’opération vivendi a bien créé une image d’éthique qui va rester si la dérive dans le ton journalistique est bien gérée, vous aurez forgé l’instrument de vivendi et celui-ci aura une vitrine bien lisse, conforme et docile..

En réalité votre coopération peut s’achever à partir du moment où vous aurez fini de construire l’image appropriée (notons que vous prétendiez vous adresser à un public "non-converti" ce qui facilitera le glissement réactionnel). powow.net une nouvelle formule est à vos portes :-) bientôt une nouvelle tranche de public sera sous l’emprise du monstre.

PS : je ne fait pas dans l’allusion merci de faire de même, épargnez moi la perte de temps liée aux disgressions d’orgueil

Répondre
> La réalité est plus complexe (comme complexé), Harry Hell, 13 octobre 2000

Alpha,

La réponse est simple : dans le deal avec le monstre, il est mentionné deux choses concernant "l’autonomie" du projet :

1. Autonomie de la rédaction illico, d’où aucune relecture du financier. Et ce point est respecté.

2. Objectif partagé par les contractants : travailler à rendre le projet plus indépendant encore, ce qui suppose de multiplier les sources financières et de donner un statut juridique à Powow.net, association ou fondation... Ce point avance, mais à la vitesse de l’escargot.

D’où quatre points de conclusion :

a. Comme d’habitude, vous refusez de considérer le support powow.net en dehors de son origine "monstrueuse", ce qui me désole.

b. Le point 1 nuance la réalité de votre propos, puisque le gain d’image ne tient qu’à l’autonomie réelle du projet. Car voyez-vous, Vivendi ne peut pas remplacer l’équipe, puisqu’il n’édite pas le projet, édité par The Link. Si le monstre veut virer l’équipe, le projet meurt. Point à la ligne. En revanche, The Link, sous la pression, pourrait changer l’équipe de journalistes (mais je n’y crois pas tant je leur fais confiance)...

c. Cela ne signfie pas, of course, que powow.net ne procure pas de gain d’image à Vivendi (nous sommes réalistes), mais est-ce une raison pour ne pas ouvrir des zones intermédiaires, des sites trouées vers d’autres mondes que celui de l’abomiffreux e-commerce ? Enfin, le jugement final repose sur le respect ou non du deuxième point de notre contrat, et là, il est encore trop tôt pour statuer.

Amicalement

Harry Hell

Répondre
la suite du retour, Alpha, 14 octobre 2000

sur le point 2. Wait and see...

sur b. donc il faut faire confiance The Link :-)

c. la génération d’une image à travers un groupe indépendant pour le compte d’un système commercial est effectivement une bonne raison pour ne pas ouvrir de "zone grise" entre .com et .alt Quel est l’intérêt de la zone grise ? Si ce type de site à la prétention de s’attaquer au grand public quel est l’effet prédominant/garanti à long terme ? L’image elle est déja acquise, soutien de la maison vivendi oblige...

Tiens j’en ai oublié une : "Powow.net est autant synonyme de Vivendi que le sont Canal Plus ou L’Express. " Exemple malheureux, le "dissident" maison de canal+, Karl Zero, a lui même reconnu être interdit d’investigation sur plusieurs sujets maisons...

Répondre
De l’intérieur ?, Emmanuel Bégué, 13 décembre 2000

Mon petit grain de sel...

La question serait finalement de savoir jusqu’à quel point un système peut être corrigé "de l’intérieur" ou combattu de l’extérieur.

Il me semble que cela dépend simplement de la représentation qu’on se fait de la nature dudit système, de sa capacité à nuire. C’est pourquoi je crains que les intervenants dans cette discussion ne puissent pas tomber d’accord, puisqu’ils ont une vision radicalement différente (parfois radicale, parfois non) de "l’ennemi".

On ne considère pas en général que pour gagner une guerre il faille s’engager dans l’armée ennemie. Ariel pourra répondre que c’est là précisément la mission des espions, ce à quoi on répliquera que les espions opèrent à couvert (quand ils sont découverts ils sont fusillés).

Mais s’agit-il d’une guerre ?

Dans une autre contribution, Lirresponsable déclare qu’on "ne discute pas avec le catalogue de La Redoute", ledit catalogue désignant Libération (et avec Epok, édité par La Fnac / PPR ?) ; ici, on apprend qu’on ne discute pas non plus avec Vivendi, ni même "près de" Vivendi : avec qui discute-t-on, alors ? Avec soi, seulement ? et seulement chez soi ? Est-ce que ça reste une "discussion", ou est-ce qu’on ne s’approche pas plutôt, justement, du discours circulaire, "irréfutable" ?

C’est vrai que Powow joue un jeu dangereux, et je pense moi aussi que ce jeu est perdu d’avance.

Mais est-ce que ça ne vaut pas la peine d’essayer ? Mieux, est-ce qu’il est _interdit_ d’essayer ???

Répondre
> De l’intérieur ?, Rachid Ouadah, 30 juin 2001

Bonjour/Bonsoir,

Je mets à jour un petit peu ce débat, puisqu’en me référant à l’article d’Olivier Blondeau dans Le Monde, il semble que le sort de powow.net devrait être réglé dans quelques semaines.

Donc, profitons que ce rejeton mutant de la communication d’entreprise et du journalisme sans entrave (j’ose le dire) soit encore en ligne pour en dévorer les meilleures feuilles.

J’interviens sur deux idées :

-  nous écrivons sans entrave en tant que journalistes (j’ose à nouveau le dire). Cette liberté ne doit pas servir Vivendi, lui donner l’image d’une entreprise humaine, équitable, citoyenne, éthique et démocratique. La liberté d’expression ne peut être qu’un objectif parmi d’autres dans une stratégie de communication. Et si Vivendi reçoit de manière si souple les critiques, c’est surtout parce qu’elles ne l’atteignent pas. Lorsque Olivier Blondeau a signé son papier dénonçant le retrait de Vivendi du "territoire" de l’éthique, il n’a fait que servir malgré lui Vivendi-Universal.

Cela m’amène au second point, en forme de pensée interrogative : que dire des espions qui ne savent pas qu’ils sont des espions ? Assurément les plus efficaces.

Sommes nous, à un moment ou un autre, tous des agents de l’ultra-libéralisme extravagant ?

Concernant la "guerre", il faut un peu de tout pour gagner. Des troupes sur tous les fronts, investir terre ciel et mer, infiltrer l’ennemi, le tromper. Et puis il faut une stratégie. Patton ou George C. Scott disait : "Pour gagner une guerre, il faut devenir la guerre." Il le disait bien et le film avait de belles couleurs également.

Voilà, une modeste contribution qui sera suivie de quelques autres.

 
Répondre
> Une petite phrase revelatrice..., calvz, 26 février 2001

Le moins que l’on puisse dire est que je lis tout ceci avec retard, mais je vais quand meme ajouter mon petit grain de sable pour le plaisir et la posterite.

L’ami Ariel, pour lequel j’ai plutot de la sympathie au vu de ses messages ici publies, affirme sur tous les tons que l’independance de powow.net est totale et la liberte de ton complete. D’ailleurs c’est garanti par contrat et tellement admis par les Vivendiens eux-memes que l’idee de relire quoi que ce soit avant publication ne leur traverserait meme pas l’esprit.

A l’entendre, c’est a peine si Vivendi se manifeste autrement que par le virement mensuel du pognon necessaire au bon fonctionnement de l’entreprise.

Au demeurant, "que Vivendi censure, et nous partons tous.", nous dit-il.

Pourtant l’autocensure existe a n’en pas douter, surtout en ce qui concerne les sujets proches de la multinationale elle-meme. J’en veux pour preuve l’hesitation que montre Ariel lorsqu’on lui demande de reproduire son discours anti-vivendiste d’uzine sur son propre site.

Mais dans sa contribution ci-dessus, Ariel laisse echapper une phrase lourde de sens me semble-t-il, qui implique que les dossiers sont bel et bien soumis a approbation de la maison mere, au moins lorsqu’ils portent sur ses interets. Citation :

"allez sur le dossier dédié à la musique en ligne, avec du Pinhas, du Canevet et bien d’autres, musicos notamment, et dîtes-nous si c’est de la merde. Nous nous sommes battus pour que ce dossier passe sans la moindre relecture du monstre, avec tous ses propos dérangeants pour l’hydre Vivendi-Universal, et ce dossier est passé ainsi."

Et d’autres pas ?

Ce qu’on peut deduire au minimum de cette citation, c’est qu’il faut parfois se battre pour qu’un dossier passe sans relecture sur powow.net. Donc le controle est loin d’etre aussi eloigne et la censure loin d’etre aussi impensable qu’Ariel ne le dit.

calvz

Répondre
Le Mot, 9 juillet 2001
Ah, le voilà le vilain mot, vous l’avez dit : "autocensure". Grâce à icelui tous les J2M semblent rester clean. Assez pour que l’"alternatif" sombre encore une fois dans des marécages nauséabonds. QWERTY
Répondre