racine uZine

Dans la même rubrique
Les nouveaux Maîtres du Monde
1er juillet 2002
12 février 2001
 
jeudi 30 mai 2002

Jean-Pierre Raffarin, apôtre des Nouvelles technologies.

par Marc Laimé
 
 
L’admirable Premier ministre que la France s’est donnée se dépense sans compter dans l’ombre depuis des années pour réduire la « fracture numérique ». L’effroyable incurie des medias nous a privé de cette information essentielle, dont la révélation va permettre à la « France d’en bas » de prendre toute la mesure d’un homme d’Etat qui apparaît déjà inscrire sa « nouvelle gouvernance » dans les pas d’Al Gore, le père des « Autoroutes de l’information ». Dusse sa pudeur naturelle (saluée par le Figaro Magazine) en souffrir, nous vous révélons donc la tâche promothéenne accomplie dans l’ombre depuis des années par l’Aigle du Haut-Poitou pour nous offrir le « Haut-Débit » au coin de l’évier.

El Gringo les Français adorent. Le fils spirituel du garagiste de Loudun, l’ineffable René Monory, grand architecte du Futuroscope, le Dysneyland du pauvre que notre ami garagiste a refourgué au groupe Amaury (Le Parisien Libéré, l’Equipe et le Tour de France) avant que ledit Futuroscope ne tombe en ruines, ne fasse faillite, et précipite les finances de la région Poitou-Charentes dans le rouge, a tout appris de son mentor. Ce qui lui vaut donc aujourd’hui, comme nous en rebattent les oreilles nos amis les sondeurs, de jouir de la confiance de 60% des Français. Hosannah ! Mais ce qu’aucun media ne nous a encore rapporté c’est que le chantre de la « France d’en bas » est déjà président. L’ex-jeune giscardien aux costards à épaulettes façon Hassan II, l’ex-directeur marketing de Jacques Vabre, l’ex-employé fantôme de l’ANPE, l’ex-Directeur général de Bernard Krief Consultants, officine de propagande vouée à la commercialisation de ses congénères professionnels de la politique, l’apôtre de la gouvernance, lui-même en personne, est président de la Mission Ecoter. C’est pas du développement durable, ça coco ?

Monsieur Jean-Pierre Raffarin est président de la Mission Ecoter. Depuis plusieurs années. Quoique investi des espoirs de 60% de Français, quoique nouvel hôte de Matignon depuis le séisme, El Gringo est toujours aujourd’hui président d’Ecoter, comme en atteste le site Internet « éponyme » (soyons tendance tudieu !) So what ? Flash-back. Le gaullisme fut immobilier. On construisait des hacheloums et on se sucrait sur les travaux. Pompidolisme et giscardisme poursuivirent le chantier. Avec Tonton et après ce furent les marchés publics, les lycées, l’eau, Vivendi, et toutes ces sortes de choses, jusqu’à la démission du bon juge Halphen. Puis surgit la modernité fin de siècle, la société en réseaux, la fracture numérique, l’Internet, l’UMTS, les startoupes et toutes ces sortes de choses, dont le gouvernement de l’austère qui se marre prit la mesure. Avant de prendre les mesures qui s’imposaient. Soit dans le cadre de maintes grand-messes hautement médiatisées annoncer que l’Etat, la France, vouzémoi, allions investir des milliards de francs pour entrer de plain-pied dans la Société de l’Information. (Par vouzémoi entendre que nos impôts allaient être ponctionnés afin d’irriguer le territoire « à haut débit » (de connerie). On vous passe les détails, mais si d’aventure le coeur vous en dit, les archives de la (presque défunte) « presse en ligne » abondent de descriptions énamourées des kilotonnes de « fibres noires » qui se faufilent subrepticement depuis des années dans les égoûts pour nous apporter à domicile l’interactivité online avec plug-in pour la video et l’e-learning, sans oublier la démocratie municipale participative et autres colifichets à haute valeur ajoutée.

Bien, et notre ami El Gringo dans tout çà ? Notre ami El Gringo, ex-féal d’Alain Madelin, l’idole des startoupeurs hexagonaux, a compris avant tous les autres ringards politiciens de la « France d’en haut » dont il est désormais le chef adoré, que le « Haut débit pour tous », sur le coin de l’évier quoi, serait le nouveau pétrole du XXIe siècle. Comme on n’a pas de pétrole il faut bien avoir des idées. Des idées en Poitou-Charentes c’est pas ce qui manque. Ecoter, par exemple, j’y arrive, patience. Ecoter donc. Ecoter c’est une association loi 1901, la société civile et tout ça, l’expression de la « France d’en bas », pas besoin de vous faire un dessin, la France d’en bas, qui ne ment pas, et s’est soulevée comme un seul homme contre l’immonde après le séisme. Bref, le quasi-prototype de l’outil participatif de la « nouvelle gouvernance » de la France d’en bas.

Ecoter donc, est une association loi 1901, présidée par notre ami El Gringo. Qui a pour admirable objet social de faciliter l’appropriation des nouvelles technologies, et la diffusion du Haut-débit pour tous sur le coin de l’évier, par les « Zélus locaux », les amis (innombrables) d’El Gringo dans toute la France. Dans un admirable élan d’humilité nos zamis d’Ecoter avouent qu’en général les « Zélus locaux » n’y entravent que pouic quand les consultants golden-boys d’Alcatel, de Cisco, de FT et autres amis du genre humain leur tombent sur le rable et leur balancent une démo en Power Point qui vise à les convaincre que leur avenir (et leur 607 avec chauffeur) est suspendu à l’implémentation d’une usine à gaz à « Haut débit » sur le coin de l’évier dans leur province, et qu’il va falloir raquer dare-dare 200 ou 300 MF, s’ils ne veulent pas se retrouver à l’ANPE.

Notre aigle du Poitou-Charentes a donc très tôt compris, et qu’il y avait là du grain à moudre, et qu’il faudrait voir à trouver moyen de moyenner avec nos amis de Cisco, Alcatel et tutti-frutti. C’est en vérité à pareils traits (de génie) qu’on reconnait un homme d’Etat. En vérité je vous le dis. D’autant plus que l’ex-caïd de la gauche plurielle, le ci-devant Yoyo, avait débloqué la bagatelle de 10 milliards de francs pour permettre à nos amis les Zélus locaux d’offrir à leurs administrés, vouzémoi, le « Haut débit » sur le coin de l’évier, jusqu’au fin fond de nos belles provinces. Ni une ni deux, la très discrète, mais très performante, association loi 1901 Ecoter, a vite rasssemblé dans son conseil d’administration une admirable brochette d’amis du genre humain, de la démocratie participative et de la nouvelle gouvernance profilée pour la France d’en bas. Serge Lepeltier, le très gaffeur président du futur ex-RPR, Jean-Pierre Brard, l’ex-communiste de Montreuil et désormais quasi-clone de l’illustre Doumeng, on en passe et des pires, qui « administrent » notre association, mano dans la mano avec une cohorte de très brillants CEO d’Alcatel, Cisco et consorts. La liste est .

Côté efficacité, chapeau bas. Ecoter organise régulièrement des forums-séminaires-pince-fesses et plus si affinités pour les Zélus locaux aux quatre coins de la France depuis plusieurs années. D’où s’ensuivent de très fructueux contrats signés par les susdits aux fins de permettre au « Haut débit » d’arriver enfin sur le coin de notre évier.

Il appert donc que, et la modestie de notre ami El Gringo, et l’abnégation dont il fait montre depuis des années en prêchant les « Zaux-débits » pour tous aux quatre coins de la France méritent que ces très hauts mérites soient enfin salués à leur juste valeur. Avant qu’un quelconque « communicant » de Matignon et du Haut-Poitou Inc. ne s’avise de suggérer à notre Aigle, qui a désormais d’autres chats à fouetter, de passer la main. Ce qui priverait le bon peuple de la France d’en bas de la compréhension de l’envergure prométhéenne de notre ami El Gringo.

En fait on peut craindre que cela ait déjà commencé. Ne voilà-t-y pas, nous apprend l’AFP, que pas plus tard qu’hier notre ami El Gringo « s’est offert une escapade champêtre dans une exploitation agricole d’Ille et Vilaine avant une réunion publique de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) au cours de laquelle il a stigmatisé la "cohabitation", "l’adversaire numéro un" à abattre pour les législatives. (...) Auparavant, notre bon Monsieur Raffarin s’était rendu dans une exploitation agricole, à Chateaugiron, à une dizaine de kilomètres de Rennes, pour s’efforcer de convaincre les agriculteurs qu’il était "un messager de la ruralité", attentif à leurs préoccupations. Il a assuré "mesurer le blues rural en France et la part d’inquiétude du monde rural". "La France n’est pas devenue une super agglo, nous sommes un pays d’équilibre, a poursuivi le chef du gouvernement pour qui "l’agriculture est la charpente de ce monde rural". "Je veux, a-t-il dit, redonner à l’agriculture sa force (...) Il faut reprendre les choses dans l’ordre et faire de l’agriculture une des priorités nationales". (...) Avant de quitter l’exploitation, notre Aigle a accepté un verre de cidre, car "en matière de produits régionaux (il) est croyant et pratiquant". »

Enfer et damnation ! Alors que notre Aigle s’est dépensé sans compter, dans une admirable discrétion, pour les « Zaux-débits » pour tous au coin de l’évier, voilà-t-y pas que le successeur d’Al Gore échange la fibre noire contre un verre de cidre ! En vérité je vous le dis il y a péril en la demeure. Amis zinternautes n’hésitons pas à protester, pétitionnons, cliquons, manifestons. L’admirable mission d’Ecoter doit impérativement être au coeur de la « nouvelle gouvernance » matignonesque. Comme notre Aigle va se voir conférer les pleins pouvoirs pour cinq ans, c’est largement suffisant pour pendre aux réverbères les magistrats obtus des Chambres régionales des Comptes qui ne manqueraient pas, avec la mauvaise foi qui leur est coutumière, de clouer au mur nos amis « Zélus locaux » qui ont investi des centaines de millions de francs pour nous offrir les « Zaux débits » au coin de l’évier.

L’heure est grave vous-dis-je. La « France d’en bas », au train où çà va, pourrait finir par se voir privée des « Zaux débits ». En conséquence apportons 80% de nos voix à El Gringo pour assurer l’avenir radieux d’Ecoter, des « Zaux débits » pour tous, le triomphe de la démocratie, de la prospérité, de la nouvelle gouvernance et toutes ces sortes de choses.

El Gringo président ! Les « Zaux débits » pour tous !

 
 
Marc Laimé
Imprimer
format impression
Journaliste, coordinateur du dossier « La Folie de l’Internet » du Canard Enchaîné
23 août 2000
 
SPIP
Web indépendant


> Jean-Pierre Raffarin, apôtre des Nouvelles technologies.
1er août 2003, message de BRUNEAU Jean-Pierre J
 

Vous répétez à plusieurs reprises "vouzémoi", en mélangeant beaucoup de choses par ailleurs... Mais somme toute il se fait justement que "vouzémoi" a été un lien internet du PS...

Alors tant qu’à jeter la pierre faite une large provision et ne soyez pas si avare... Ca ne vous donnera pas le Molière.

Répondre


> Jean-Pierre Raffarin, apôtre des Nouvelles technologies.
5 décembre 2002
 
C’est terrible, cet article y dechire !!!
Répondre


Fakir (L’ir de la fak)
26 juin 2002, message de jeff
 

Attention ! Lorsqu’on parle de "NTIC + élus", on risque les foudres des élus. A Amiens, la création d’un site de quelques méga-octets sur fonds publics a coûté des millions de francs en 2000. Fakir, journal libre d’étudiants a dénoncé le coût un peu trop élevé du serveur. Depuis, la mairie d’amiens réclame des dommages et intêrets(#). Et comme Fakir a écrit dans ses colonnes que le "courrier picard", journal de la région et d’une banque liée aux marchés locaux , s’est montré peu critique de l’approche financière des Ntic par les élus locaux, eh bien le courrier picard attaque à son tour Fakir. Vous voyez l’état de la démocratie locale dans cette région .

(#) de Robien, maire d’Amiens a même conseillé au journaliste de fakir "d’aller exercer (son) métier ailleurs" !!!

Répondre


> Critique facile
5 juin 2002
 
Votre article critique trop le support sur lequel vous écrivez, attention à la scie, attention à la branche ...
Répondre


> Jean-Pierre Raffarin, apôtre des Nouvelles technologies.
4 juin 2002, message de olivier zablocki
 

Salut Marc,

Je veux pas avoir l’air de te critiquer hein ;-) ...mais (connaissant tout de même un peu le sujet raffarin + gouvernance + réseaux + aménagement du territoire) je crains que ton article ne soit un peu trop loin de sa propre actualité ou, comme disait l’autre, que sur ce coup là tu ne t’arrives pas tout à fait à la cheville.

Sans rancune, amigo, et j’en profite pour faire la pub de l’université d’été de la prospective territoriale où RadioPhare animera un atelier consacré au RLAN et Cie : une occasion de remettre les compteurs à zero

A suivre,

Répondre


> Jean-Pierre Raffarin, apôtre des Nouvelles technologies.
4 juin 2002
 

ben oui quoi. On peut déguster son verre de cidre brut fermier tout en soutenant le haut-débit. Il n’y a aucun paradoxe. Mais comme pour tout les réseaux passé : eau, électricité, routes, voies-ferrées, etc. Il y a une question d’aménagement du territoire.

Le but annoncé d’Ecoter semble particulièrement louable : si j’ai bien compris faire expliquer les aspects technologiques des NTIC aux incultes (scientifiquement parlant) de science-po et à des juristes. Rien à redire, aucun scandale. Ah, si vous me parliez d’un bon pot de vin ou prise de participation dans une société de cablage financée par la région ce serait autre chose... mais là non, rien, pas trace du moindre petit scandale. Juste une volonté de clarification et peut-être un reliquat de foi en le progrès (je sais ce n’est plus à la mode).

Au fait vous y croyez vraiment vous à cette toute nouvelle invention le "téléphone". Qui pourrait bien avoir besoin de parler dans la seconde à un correspondant à l’autre bout de la ville. Une lettre ou un télégramme si on est pressé feront bien l’affaire...

Répondre


> Nouvelle nouvelle gouvernance
31 mai 2002
 

Tiens, à propos de nouvelle gouvernance, tu trouveras, entre autres propositions originales, sur le nouveau site du nouvel appel de la nouvelle gauche unie un :

Appel aux « acteurs politiques » de progrès pour une plate-forme de gouvernance :

Ca pense dans les mouvances...

Répondre