racine uZine

Dans la même rubrique
Les chroniques de Pierre Madrid
18 décembre 2001
24 janvier 2001
11 janvier 2001
 
jeudi 4 janvier 2001

Le Nouvel Observateur sent la poussière (1)

L’horreur journalistique, chapitre 1
par Pierre Madrid

Je suis passé à l’Obs cet après midi. J’ai été très gentiment reçu, mais il y a fort peu de chances que mes photos noir et blanc passent. Première raison évoquée : le chef, Perdriel, n’aime pas le noir et blanc. Tant pis pour l’info. Seconde raison, le papier les sort mal. Troisième raison : ça ne va pas à côté des multiples petites pubs en couleur.

A part ça l’ambiance est assez hall de gare. On discute dans les couloirs, c’est le pas de course. Heureusement qu’ils ne font pas un quotidien. Il fait trop chaud. On fume dans les couloirs. Tout le monde est charmant et très occupé. Un peu comme le journal quoi : il y a de tout et dans tous les coins. Chic et relax à la fois. Je me demandais pourquoi je n’aimais pas ce journal, maintenant je le sais.

Chacun gère sa petite urgence. On joue à faire de l’actu. A avoir de bonnes idées qui, une fois passées à la moulinette du journal : format court, photos sans intérêt, pub omniprésente, deviendront elles aussi sans intérêt. Sans lendemain. Sujets « montés » parce que l’Obs ne pouvait pas ne pas en parler. Cécile Machine, la rédactrice qui pond l’article est charmante. Bonne journaliste à première vue. Elle aussi chic et relax. Son reportage sera bien mais s’effacera entre les pubs.

Pourquoi tout ça, cette usine, cette industrie qui produit du moche pour être feuilleté dans les salons le week-end. Les salles d’attente des dentistes, avocats, coiffeurs dès le lundi ? Je dois être le seul à me poser la question cet après-midi dans cette usine. De renoncements en renoncements ils finiront par publier des enquêtes de 3 feuillets et des reportages de 2. Ils donnent tous l’image de bosser dans une PME un peu bordélique sans savoir pourquoi : la retraite, les copines de couloirs, la coke et les putes qu’on trouve plus facilement quand on part en "grand reportage" pendant 5 jours. Tu vois ça me fait de l’effet d’aller au Nouvel Obs.

Déjà que je n’y allais qu’une fois tous les deux ans... Avec les papiers ignobles de Jean Daniel et ce que j’ai vu cet après midi, c’est décidé, je n’irai plus. La vie est ailleurs. Le journalisme est ailleurs. Ah oui, j’ai oublié de te dire : en plus ça pue la poussiére. Ca doit être la climatisation. J’ai proposé à Cécile Machine de m’inviter à déjeuner. Histoire de lui montrer les coulisses du reportage qu’elle réalise en passant d’un rendez vous à l’autre, d’un bouquin à une revue de presse à une étude...

Je crois que je vais rigoler. De toute façon marcher me fera du bien. J’arrête pas de travailler chez moi comme un dingue. Un dingue qu’elle a aussi dû penser de moi, là-dessus au moins je suis d’accord avec elle. Ah oui, on se vouvoie alors qu’on doit avoir le même âge. Je ne sais pas si c’est parce que je l’impressionne ou si c’est moi qui ait commencé pour la tenir à distance.

Vivement qu’il y ait rupture totale des stocks de papier. On verra moins de pub et on lira moins de connerie. De toute façon j’ai plus la télé.

 
 
Pierre Madrid
Imprimer
format impression
Photographe
24 janvier 2001
18 décembre 2001
11 janvier 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Le Nouvel Observateur sent la poussière (1)
19 avril 2004, message de Sage Royal
 
Bonsoir Je voudrais entrer en contact écrit avec Pierre Madrid. Ses Chroniques sont essentielles. Je ne trouve pas son email sur le site. Peut être que je n’ai pas bien cherché. C’est lequel ?
Répondre


> Le Nouvel Observateur sent la poussière (1)
16 mai 2003, message de Mr claude Orengo retaité
 

Le nouvel observateur est de longue date le journal le plus réactionnaire , Le ralliement de ce journal au système fait penser à la presse de Vichy sous l’occupation. Le moraliste Julliard pratique une phraséologie pédante et antinaturellement consensuelle . Quelle différence avec le Point ?, où Paris MATCH ?. Quant au pseudo humanisme ( il se réclame souvent de Camus) de Jean DANIEL il vient d’un double usage. Celui d’abord de se présenter comme un intellectuel sensible, mais ce n’est que narcissisme , le tout pour conforter son compte en banque auprès de ses lecteurs des classes moyennes. J’espère que le mouvement ouvrier saura discerner les mensonges flatteurs et sirupeux de ces nouveaux marquis passés maitres dans l’art de prendre les gens du peuple pour des ignorants .( voir l’interwiew de Daniel d ’Hassan2 il y a quelques années. ...propos pommadés alors que des prisonniers politiques mouraient de faim dans ses prison.

claudeorengo@wanadoo.fr

 
en ligne :
Répondre


> Le Nouvel Observateur sent la poussière (1)
31 janvier 2001, message de victor tonelli
 
TON article est tres realiste je tenais juste a rajouter que le droit a l’image est baffoué car si une personne se reconnais dans le nouvel obs et qu’elle porte plainte, la dite plainte se retourne sur le photographe. de plus je connais deux stagiaires photographes qui publient souvent et ne sont pas payeés, les raisons sont simples se sont des stagiaires et ils profitent d’eux !
Répondre


> Le Nouvel Observateur sent la poussière (1)
5 janvier 2001, message de Greg.fr
 
J’ai peur de ne pas bien comprendre où tu veux en venir. Une critique du Nouvel Obs ? Bof. Le linge sale ce ce titre ne concerne finalement que ses employés. Aurais-tu un compte à régler avec eux ? Si c’est le cas, c’est petit, comme démarche. Enfin... Attendons la suite.
Répondre