racine uZine

Dans la même rubrique
Le concept à la con
17 octobre 2000
 
samedi 23 septembre 2000
Même une pute ne vous le vend pas, mais la publicité vous en promet de pleines brouettées.

L’Amour est en vente libre à Monoprix

par Bidet Casserole
 
Pour vendre ses magasins, la pub Monoprix essaie de prendre possession de l’ultime domaine non-marchand : l’amour.

La maison Monoprix et son agence de publicité ont placardé un peu partout une belle image. Deux amoureux dans un square s’enlacent sur un banc alors qu’un balayeur fait un tas avec des petits morceaux de papier crépon rose en forme de baisers. Pour qu’on comprenne bien de quoi il s’agit, quelques mots ornent cette image, dont la vocation ne serait donc pas uniquement décorative. Ils nous informent que « La plupart des baisers s’achètent chez Monoprix. »

J’imagine qu’un crétin, hyper balaize pour reconnaître les marques des costards de ses congénères à cravate ou le nom du parfum de ses congénères à escarpins, a décidé un jour qu’il fallait un peu plus « d’affect dans le percept de la personnalité de marque » de la maison Monoprix. Le résultat est assez grandiose, et en plus, je suis sûr qu’ils en sont fiers. Ils ont tout simplement réussi à placer sur le terrain de la marchandise l’un des derniers trucs qui lui avait échappé : l’amour. Pas le sexe, bien sûr, ça, c’est un élément de base du fond de commerce publicitaire, l’Amour, le vrai, celui qui vous fait faire des conneries, attraper des rhumes sur les bancs publics, vous empêche de dormir, vous fait trouver des qualités à la plus ringarde des chansonnettes...

C’est vrai, aujourd’hui tout ce qui fait appel à des pulsions un peu moches est appelé par des mots qui essaient de faire oublier la réalité. On ne dit pas pute, on préfère prostituée, on ne dit pas affiche de propagande qui vous prend pour des cons, mais campagne de communication sur mobilier urbain. Les putes des images d’Epinal, celles de Brassens (le gars des amoureux des bancs publics) sont réputées pour leur cœur trop grand, leur aptitude à mettre des paillettes sur un quotidien glauque et aussi pour ne jamais embrasser les clients. La frontière se situe exactement là : tout ce qui est du domaine du sexe peut se vendre, mais pas le baiser, qui est du domaine de l’amour.

Donc, l’Amour est maintenant en vente chez Monoprix, l’affiche ne précise pas dans quel rayon on peut le trouver. Je présume que tous les célibataires urbains à qui ce message est adressé vont regarder d’un autre œil leur barquette individuelle de merlu congelé sauce ciboulette. Le coup de foudre est-il pour aujourd’hui ? Se cache-t-il dans cette boîte de thon, ce steak sous polyéthylène, ou encore dans ce pack promo de sticks extra large, 3 pour le prix de 2 ? Ou alors, c’est lors du passage à la caisse que cela va arriver. Je vois déjà des cohortes de clients solitaires choisir leur file d’attente avec un bouquet de fleurs caché derrière le dos, des clientes attendre le soir des nocturnes (il n’y a plus que de jeunes caissiers le soir chez Monop) dans l’espoir de faire le plein de ces baisers tant promis par la belle image de la publicité.

Beigbeder, le transfuge mondain à 99 balles, vous a expliqué la déception post-achat. Monoprix invente la déception avant même l’achat. Impossible de faire de marketing plus novateur, la frustration ne suit plus l’acte d’achat (encore une histoire de cul ?) mais elle le précède indéfiniment puisque la promesse faite aux consommateurs est impossible à tenir.

De toute façon, je pense que pour avoir pondu un truc aussi lamentable, nos amis de chez Monoprix et de leur agence ne faisaient qu’exprimer leur propre frustration, celle d’être trop déshumanisés pour connaître l’amour, de n’en savoir que ce qu’on en montre au cinéma ou de n’en vivre qu’une illusion contractuelle.

Bidet Casserole

 
 
Bidet Casserole
 
Ce nom n’a rien a voir avec celui d’un dictateur cubain en activité. Je n’en veux pas à mes parents, ce n’est pas facile de trouver un prénom qui aille bien avec Casserole. Ils ont toujours soutenu que moins par moins égale plus, donc...
Imprimer
format impression
Temporisateur temporaire
17 octobre 2000
 
SPIP
Web indépendant


> L’Amour est en vente libre à Monoprix
11 juillet 2004
 
Je trouve lamentable de decrier ainsi une enseigne sans rien en connaitre.
Répondre
> La pub nous prend pour des c..., Pubivor, 31 août 2004
Et elle n’a pas tort.
Répondre


> L’Amour est en vente libre à Monoprix
4 mai 2004, message de clovis
 
Bravo. Arrivée par hasard sur ce site. Quelle belle écriture !!! On reconnait tout de suite la façon anonyme de quelqu’un qui n’a rien a foutre de la journée, si ce n’est que d’être jamais d’accord et contre tout et tous. En plus vous demandez "qui êtes vous" pour vous répondre, vous êtes bien gonflé "X" mais qui êtes vous donc ?
Répondre


> L’Amour est en vente libre à Monoprix
3 décembre 2003, message de southpark
 

BOnjour à tous

Juste un mot pour vous dire que je suis en tout point d’accord avec vous. En effet, je travaillais dans un de ces magasins, et ils m’ont EXPLOITE, puis m’ont renvoyée sans pretexte valable hormis une sois disant "insolence"que personne ne m’a jamais connue. Pour vous dire à quel point, je n’ai eu droit à aucune explication hormis l’ordre je cite :"de me barrer"

Ou est passée l’humanité et la reconnaissance ?

Comment un groupe se positionnant en terme d’écout et de proximité peut-il rejeter toute une frange de la société (les plus démunis).La société se montre de plus en plus duale, de plus en plus inhumaine !!!!!!!

Répondre


> L’Amour est en vente libre à Monoprix
9 novembre 2003, message de Inés
 

Votre article m’a beaucoup fait rire.

Enfin quelqu’un qui exprime ce que je pense. Qui le crie.

Je prépare un D. U. Commerce, après avoir quitté mon emploi prescedent. Ai-je fait une erreur ? J’ai arreté de me poser la question et toutes les actions obligatoires à réaliser je les ai détournées vers l’humanitaire (a mon niveau).

Dans ce métier le mot Amour est inexistant. Les mots clés : pouvoir, argent, profits,exploitation, manipulation...

BRAVO pour votre article.

Répondre


> L’Amour est en vente libr
21 février 2002
 

Monsieur Casserole,

malgré les liens qui me m’attachent aux magasins Monoprix, je me permet de vous dire que je vous soutiens sans équivoque dans le combat que vous menez contre cette enseigne. Je travaille en effet chez monoprix en tant que caissier/réassortisseur à Paris. Cette proximité au sein du groupe me fait dire E N F O I R E S !!!!!!!!!!!!! Monoprix, un magasin pour petit Bourgeois (surtout la où je suis !).

Répondre
> L’Amour est en vente libr, Angel, 15 janvier 2004
Je suis curieux de savoir dans quel monoprix tu es casserole...on se connait peut etre lol...
 
en ligne :
Répondre


> L’Amour est en vente libre à Monoprix
15 avril 2001
 
autrefois,au royaume de la reine dechue, lorsque les britanniques devaient passer a l acte ils filaient a l anglaise. n en deplaisent a vous mesdames les suffragettes,depuis la nouvelle vague d :: : ;; ; dixit r.anthony ils tricottent avec le cosmopoolitain. autres temps autres moeurs me direz vous. ma prochaine rubrique traitera des epiceries françaises .attention à l’euphémisme.
Répondre