racine uZine

Dans la même rubrique
Le concept à la con
17 octobre 2000
 
mardi 20 février 2001
Start-up 2001

C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur

L’assistance à la rédaction de lettres anonymes s’appuie sur un business modèle des plus sérieux.
par Girafe
 
Tiens, malgré les difficultés des start-ups, on parvient encore à voir émerger quelques concepts à la con complètement délirants. Le dernier en date se découvre à l’adresse http://www.matoox.com. Le principe ? On choisit parmi une cinquantaine de petits textes pré-écrits celui dont on désire confier l’envoi anonyme à Matoox.

Les thèmes des petits textes vont de « les fringues ringardes » à « se pisse sur les mains » (consternation...). Sans oublier « il vous harcèle » ou « oreilles poilues » !

Corbeau Assisté par Ordinateur

Ce site est en réalité un système assisté de rédaction de lettre anonyme, utilisant de manière intensive la technique des modèles de documents. Il pousse le visiteur à utiliser ce service de plusieurs manières. L’ensemble du graphisme relativement rond et rigolo l’incite à prendre la chose comme un jeu. De charmants petits anges et diablotins déculpabilisateurs zigzaguent joyeusement autour de l’écran. Le contexte sémantique créé place l’action du surfeur dans le domaine de la farce, quand on pense : « on peut bien faire ça, y’a pas mort d’homme ». Un univers sucré, de facilité, des couleurs de bonbons haribo. Un slogan - « you think it... we say it ! » - en anglais, signe d’une volonté de développement mondial ? La mention « respect total de votre anonymat » est plusieurs fois indiquée en gras. Aucun avertissement, en revanche, sur le risque de heurter ses interlocuteurs. S’il se tire une balle, c’est qu’il n’a pas d’humour, n’a pas lu l’avertissement joint au mail qui est envoyé, et n’a pas su utiliser le service « liste rouge » !

Structure du site

La navigation sur le site est relativement simple. La page d’accueil permet de choisir directement son modèle parmi différents thèmes. On parcourt cinq ou six textes, tous accompagnés d’un cartoon de mauvais goût - les textes eux-mêmes étant plutôt mal écrits. Une fois choisi le texte qu’on souhaite envoyer anonymement, on opte soit pour l’envoi postal (éventuellement accompagné d’un Tshirt - services payants), soit pour l’envoi par mail (service gratuit).

Je me suis envoyé un texte par mail. Il faut d’abord s’inscrire (infos classiques + une drôle de petite case à cocher en bas que j’ai trouvée louche [1]). Cette inscription permettra, lors des visites ultérieures, de rejoindre un « espace abonnés ». On peut ensuite avoir un aperçu de ce que va recevoir la victime ! On clique - « ok, M Girafon, c’est bien parti, merci pour tout ! ». Pour retenir l’internaute plus longtemps, on a deux ou trois petites rubriques annexes : une faq, une rubrique où l’on peut raconter comment ont réagi les destinataires, un droit de réponse, un best of des réactions et... un service « liste rouge ». Résumé des techniques utilisées : bon niveau de graphisme (Flash), feedback, vente de produit en ligne, assurance télécommerce FIAT, recueil de données par inscription obligatoire pour utiliser le service, jeu concours, Faq, Best of. Le site est réalisé par Synasoft, « société d’ingénieurie informatique » créée en 1998. Le serveur est IIS, technologie asp, la vitesse correcte.

Le temps de penser à tout ça, et j’ai reçu le mail de Matoox.

Voila à quoi ça ressemblait :

« Quelqu’un qui vous connaît bien nous a demandé de vous envoyer un message contenant un dessin et un texte. Avant de l’ouvrir, merci de lire attentivement l’avertissement ci-dessous.

Avertissement : si l’humour n’est pas votre point fort, si vous avez une tendance à la paranoïa, ou si plus simplement aujourd’hui n’est pas un bon jour mieux vaut détruire cet email dès maintenant sans l’ouvrir.

Vous être prévenu(e) ! : Cliquez ici pour prendre connaissance de votre message. »

Ouaala j’ai pensé ! Ils persistent à dire que c’est de l’humour. Petite violence mentale de formatage préalable du psychisme de la victime de la lettre anonyme. « Si ce n’est pas un bon jour... » Tu m’étonnes ! Le mec y vient d’apprendre une super mauvaise nouvelle - tiens, sa mère est morte et sa femme l’a quitté - il se met devant son écran et trouve ce message. Un mort. Qui est accusé ? Matoox ? Non ! y’a la petite ligne de contextualisation qui change tout au tribunal. Et puis, y’a le service « liste rouge »... Merci messieurs les avocats ! Vous pouvez me rappeler la définition du cynisme ?

Donc une fois l’avertissement lu, nous pouvons cliquer sur le lien qui nous emmène voir notre carte à travers le web. Déception, le lien ne marche pas à partir de hotmail (qui complique un peu les urls il est vrai). Pourtant, la facture du site est assez pro. C’est visiblement plutôt un travail d’informaticien compétent et de financier que de jeunes rigolos. Une vraie start-up à la sauce 2001 ! Les techniques du web sont maitrisées et bien agencées et développées.

Bizness Model

C’est en gratant à toutes les sources de profits repérées au lieu d’appuyer leur bizness model uniquement sur la pub que les start-ups existent maintenant : vente en ligne, constitution de fichier, fidélisation, prestation de diffusion de publicité... Les idées ne sont pas obligatoirement beaucoup plus évoluées qu’ailleurs. Mais ce sont de vraies toiles d’araignées.

Représentation du monde sous-jacente au classement dans les thèmes choisis

Une chose qui m’a frappée c’est l’organisation des textes au sein des thèmes. Certains thèmes sont entièrement négatifs : le bureau, les couples, les crados, ou les thèmes divers. Par contre le thème « cupidon » et le thème « famille » sont entièrement positifs. Comme si on n’arrivait pas à dire le mal qu’on pense d’eux uniquement aux gens du bureau, et pas à sa famille ou ses amours ? Et inversement : comme si on n’avait pas aussi du mal à dire le bien qu’on pense d’eux aux gens du bureau, aux couples qui ont des difficultés ou aux crados ? Ou est-ce que ça renvoie à une représentation implicite du monde avec le bonheur dans l’amour et la famille, et la difficulté dans les autres couples et le boulot ?

Cyber-lettre anonyme

J’espère ne pas vous donner envie d’utiliser ce site en écrivant cet article. Il ne me semble pas que ce mode de communication soit un progrès d’internet. Une lettre anonyme restera toujours une lettre anonyme, un geste de corbeau, même sur internet. Ce type de soupape d’expression ne règlera jamais aucun problème relationnel ; elle risque de plus de blesser violemment certaines personnes. Vous avez entendu parler du concept de « tête de turc » ? Ou de celui de « bouc émissaire » ?

De nombreux mécanismes de déculpabilisation sont en place sur le site, qui sont destinés à faciliter le passage à l’acte (après tout, une lettre anonyme, c’est plutôt quelque chose de négatif dans l’inconscient collectif, surtout depuis Pétain !). La garantie d’anonymat. La gratuité du service par mail. Le graphisme et les slogans qui placent l’action dans le contexte de l’humour (« Avec Matoox, jouez la carte de l’humour et du mystère ! »). Les avertissements dans les messages envoyés. Le service de liste rouge. Mais tous ces éléments, s’ils peuvent sans doute régler les problèmes juridiques qui risquent de se poser, ne me semblent pas changer fondamentalement la nature de l’acte d’écriture d’un courrier anonyme dénonçant les défauts d’une personne. Quel mode de communication interpersonnelle voulons-nous dans notre société ?

Quelques questions...

-  Peut-on manipuler les comportements en créant un « contexte graphique » d’action ?
-  En quoi le fait de faciliter et de rendre instantanée une action qui demanderait plus de temps et d’effort (rédaction et envoi de lettre anonyme) peut-il inciter les personnes à passer à l’acte ?
-  Que peut signifier la dictature de l’humour ?
-  En quoi ce genre de service constitue-t-il un progrés quelconque ?
-  Le droit de la lettre anonyme est-il différent sur internet ?

Allez, une petite pour la route :

Les voisins bruyants, (c) Matoox.com

« Chers Enfoirés,

Quelle chance vous avez d’avoir des voisins aussi tolérants ! Figurez vous que l’un d’eux qui vous apprécie encore un peu, nous a demandé de rendre service à la collectivité en vous informant d’un problème vous ayant vraisemblablement échappé.

Rassurez-vous, rien de grave. C’est même un problème courant chez les gens mal élevés...

Vous êtes excessivement bruyants !

Pour vous le tapage est un devoir quotidien, et vous pensez de surcroît que votre vie présente suffisamment d’intérêt pour que tout le monde en profite. Sachez que votre surenchère aux décibels fait vraiment chier tout le monde. Dans une communauté, le respect des autres est une règle et une preuve d’intelligence. Il serait grand temps de montrer que cette qualité ne vous est pas inconnue. »

 

[1] Celle-ci est décochée par défaut, si on la coche avec la souris, on permet à Matoox de « [nous] faire parvenir directement des offres promotionnelles ». J’ai comme l’impression qu’en voulant nous faire croire qu’ils nous laissent le choix de recevoir des spams, Matoox a au contraire une politique de vente de fichier sans demander l’avis des internautes (l’adresse est alors utilisée indirectement) - Matoox se réservant l’opportunité d’enrichir un contrat de vente de base de données par un contrat de spam pour le compte d’un client (vous pensez, du spam, oui, mais sur des adresses de luxes, de gens qui ont tellement aimé notre site qu’ils ont accepté de payer une connexion internet pour recevoir de la pub par nos soins, et en étant introduits par nous - belle carte de visite !). Ok, c’est juste une impression, je deviens parano avec le spam dès qu’il faut laisser des infos sur le web marchand. J’ai peut-être pas tort, remarquez ?

 
 
Girafe
Imprimer
format impression
5 juillet 2001
29 octobre 2001
26 novembre 2002
 
SPIP
Web indépendant


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
13 mai 2002, message de Girafe
 

Reçu aujourd’hui ce spam de matoox, suite à l’élection de Chirac face à Le Pen - ils vendent des t shirt sur lesquels on peut lire "le 5 mai j’ai niqué le FN"

Matoox continue dans sa collossale finesse

Girafe

Texte intégral, y compris les fautes d’orthographe ! Ouf !!! On a senti le vent du boulet... Non, non, nous n’avons pas rêvé... il ne faudra jamais oublié qu’un jour il a été rendu possible qu’un parti fasciste prenne légalement le pouvoir en France. Si vous aussi, vous vous êtes mobilisé pour éviter le pire, nous vous proposons d’en garder une trace avec un des six Tee Shirts exclusifs imprimés en série limitée ( 100 exemplaires chaque).

Attention de ne pas vous le faire arracher !!! Certains peuvent ne pas plaire à tout le monde.

A porter fièrement en attendant les législatives...

Répondre


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
27 juin 2001, message de Tom Jones
 
wath is new pussycat cuz luv of the crow is like sex on the beach miaou mix 2000 !
 
Répondre


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
1er mars 2001, message de Cirage
 
Très bien, mais "Girafe"... ça ne fait pas un peu "corbeau" ? L’anonymat de l’auteur de l’article se plaignant d’un système destiné à envoyer des lettres anonymes, belle fable en vérité ! Alors, pour rester dans "la ligne", je m’amuserai à ne pas signer, autrement que d’un pseudonyme, cette aimable remarque...
 
Répondre


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
20 février 2001, message de Patrick
 

Un peu en rapport avec l’article From http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm ?idx_rub=87&idx_art=4220

Un jeune chinois de 23 ans vient d’écoper d’une peine d’un an de prison ferme pour avoir harcelé numériquement deux étudiantes.

Il s’appelait lui-même fièrement Superhacker et il est aujourd’hui condamné à une peine d’un an de prison ferme par la justice de Hong Kong. Ko Kam-Fai, 23 ans, ne mérite en effet pas vraiment de porter ce sobriquet flambant. Car le garnement s’est illustré dans une discipline minable : le harcèlement par e-mail. Entre septembre 1998 et juin 1999, le jeune homme a pris un malin plaisir à harceler deux jeunes étudiantes – dont une ancienne camarade de classe – , à grands coups de messages numériques. Insultées, menacées de viol, les deux étudiantes recevaient en prime des images pornographiques dans leurs messageries respectives. Finalement arrêté le 4 août 1999, après une enquête de la police auprès de son fournisseur d’accès, USA.net, et l’aide du FBI américain, Superhacker a comparu devant le tribunal du district de Hong Kong, lundi 19 février 2001, sous huit chefs d’inculpation. Les juges n’ont pas été très cléments. Pour son premier cas de "cyberharcèlement", le tribunal a décidé de frapper sec : un an de prison ferme pour le jeune homme. Le juge Andrew Ma Hon-cheung a en effet refusé de considérer ces envois d’e-mails comme une simple plaisanterie. Selon le quotidien South China Morning Post, il a déclaré que "les messages ont été envoyés par le prévenu, qui s’est débrouillé pour obtenir des informations privées sur ses victimes (…) l’attitude de M. Ko a montré un mépris de la dignité humaine et de ses victimes". Conséquence : "Cette décision dissuasive est nécessaire pour exprimer la réprobation de la société pour ce genre d’actes." Résultat : une peine ferme pour l’exemple.

 
Répondre


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
20 février 2001, message de Roland Trique
 
Marrant que tu t’extasie sur les performances techniques de ce site. Moi, j’y ai essentiellement vu des tonnes de javaconneries et autre flash à la con, le tout sur IIS c’est-à-dire pas franchement stable ni fiable. C’est bien de la startope à neuneu, avec de l’humour gras moqueur et finalement pas drôle du tout. Y vont kooler dans quelques mois, comme les autres... Boarf.
Répondre


> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur
20 février 2001, message de Guillaume
 

M.H.A.O. (Manque d’Humour Assisté par Ordinateur).

On sent dans cette article comme un manque de recul non assisté par ordinateur devant un phénomène d’une banalité semblable à la qualité de l’humour dispensé par ledit site : affligeante.

Le site en question est à - à mon sens - classer dans la très touffue catégorie des sites ’Blagues à toto’. Et alors ? Cela menace t-il notre démocratie ? Certains n’ont toujours pas compris l’humour pourtant plus finaud de vakooler [www.vakooler.com : la net-économie, vous la vivez, nous en rions] au point de vouloir rendre ce site parodique responsable des malheurs financiers de ToLuna.

Je suis d’accord avec vous : l’humour matoox est à chier. Mais cela valait-il un article ? Je veux dire : cela méritait-il qu’on le prenne au sérieux ?

Répondre
> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur, Girafe, 20 février 2001

Guillaume,

Tout d’abord, merci pour ton commentaire. J’ai écrit cet article, justement parce qu’en découvrant ce site, mon premier réflexe à été de me poiler tout seul devant mon écran, de parcourir les textes et les dessins en imaginant déjà à qui je pourrais les envoyer. C’est sur, qui n’a pas des amis à qui ils enverraient bien un petit "ils ne parlent que de leur mome" ? Ou des voisins bruyants ? En ce qui concerne ta contribution, je suis en partie d’accord avec toi : dans 90 % des cas, pour les destinataires dont la "résistance psychologique" est normale, on reste dans le cadre de la grosse blague sans conséquence. Il ne s’agit pas de crier au loup.

Le problème à mon sens, ce sont ces 10 % de destinataires qui sont des tetes de turcs à leur boulot, qui sont les boucs émissaires de leur voisinage, les personnes fragilisées. Combien de français sont en dépression ? Quelle est la consommation de neuroleptique en france ?

Si j’en crois l’article diffusé par le haut comité de la santé publique à l’adresse suivante [http://www.hcsp.ensp.fr/lsef/Texte44.htm] ; 9 % des hommes et 14 % des femmes de plus de 18 ans ont pris, au moins une fois par semaine et depuis au moins six mois, un somnifère, tranquillisant, barbiturique ou antidépresseur.

L’ensemble de mon article a pour objet de dénnoncer ce que je concois comme une forme de manipulation destinnée à déculpabiliser l’usage de la lettre anonyme, geste culturellement très négativement perçu, en particulier depuis la guerre il me semble.

J’essaie juste de rappeler que malgré les précautions prises, ce type de geste peux donner lieu à dérapage, et sortir du cadre de la grosse blague auquel je concède qu’il appartient dans la majorité des cas.

J’essaie de lister les précautions et moyens qui tendent à aider le surfeur à surpasser le tabou culturel d’envoi de lettre anonyme pour passer à l’acte. Un des premiers leviers utilisés est bien celui de l’humour (ton des lettres, avertissement dans les messages, ...), et il me semble que l’humour peut constituer une forme de prise d’otage, de définition obligée du contexte d’action "on est dans le registre de l’humour, celui qui ne comprend pas, c’est qu’il n’a pas d’humour, point final". Outre l’humour (je ne vais pas réécrire l’article), d’autres moyens sont utilisés comme le graphisme (qui participe à la tonalité humoristique du contexte d’action) ou la proposition de modèle (qui incite les fainéants à passer à l’acte).

Enfin, j’ai abordé les aspects techniques et le bizness modèle, car mon propos était aussi de montrer que ce n’est pas de la grosse blague de collégien, mais une véritable startup, un site pensé qui utilise des méthodes actuelles, et réalisé par des professionnels.

Cordialement Girafe

 
Répondre
> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur, C’est toujours moi..., 20 février 2001

> Le problème à mon sens, ce sont ces 10 % de destinataires qui > sont des tetes de turcs à leur boulot [...]

Je sais pas si t’as un site web. Perso, j’en ai avec quelques centaines de visites par jour. Et à peu près toutes les semaines, je reçois des messages tendance hallus, des insultes, des borborygmes bizarres, des gens manifestement complètement paumés, etc. J’imagine que si quelqu’un devait se mettre une balle après avoir reçu un message anonyme, alors il y a des risques pour que cette personne se balance de toute façon par la fenêtre au moindre coup de vent, Internet ou pas... Tu crois pas ?

Répondre
> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur, Zib, 20 février 2001

Je suis personnellement à la fois d’accord et pas d’accord avec l’article. Le point à critiquer n’es à mon avis pas l’utilisation faite ici de l’internet, qui reste avant tout un médium, mais la façon dont le site se décharge de toute responasbilité par le biais d’un humour naze et de disclaimers matraqués 10 fois par page. Que des personnes puissent mal vivre un email passe encore (ils peuvent tout aussi bien mal vivre un coup de fil, une lettre, etc...) le problème n’est pas la.Ce qui me gène moi c’est l’incitation a la letrte d’insulte ou de menaces par le biais du fun, de l’humour (même foireux) et de l’anonymat garanti.

Ce site m’aurait plu s’il avait poussé sa démarche jusqu’au bout, genre "soyez pervers, ruinez le moral de vos proches dans un débordement de sadisme, yeah !" Mais la le coté sainte nitouche est déplacé...

Répondre
> C.A.O. : Corbeau Assisté par Ordinateur, Guillaume, 20 février 2001

Ch[e|è]r(e) Girafe,

> Enfin, j’ai abordé les aspects techniques et le > bizness modèle, car mon propos était aussi de > montrer que ce n’est pas de la grosse blague de > collégien, mais une véritable startup, un site > pensé qui utilise des méthodes actuelles, et > réalisé par des professionnels.

J’y vois - j’y ai vu - un attrape-nigaud : donnez-nous vos infos persos [que l’on revendra à prix d’or à plus nigauds que nous] et on expédiera à qui vous voulez nos blagues à deux balles...

Je ne crois pas qu’il faille attribuer plus d’intelligence que cela aux concepteurs...

La manipulation, telle que vous voulez la dénoncer, nous la subissons à mon avis sur un autre terrain que l’anonymat (attention : en tapant ainsi sur l’anonymat, vous etayez les arguments d’un Philippe Val ou d’une Françoise Giroud !).

Pour reprendre l’analogie 1984, mais peut-être plus pertinemment qu’en évoquant la surveillance globale (qui n’est pas le sujet central du roman d’Orwell), l’instrument de cette manipulation, c’est le langage, la novlangue pour parler orwélien : cette novlangue qui appelle SDF un crève-la-faim, cette novlangue qui nous dit "il faut traiter individuellement les réfugiés kurdes"...

Cordialement.

Répondre