racine uZine

Dans la même rubrique
Philippe Val et ses lecteurs
 
mercredi 17 janvier 2001

Adieu Philippe, on t’aimait bien !

Philippe Val pète les plombs et fait même exploser le compteur.
par Bidet Casserole
 
Comme beaucoup d’abonnés de « La semaine des copains », de Pierre Lazuly, je viens de recevoir une hallucinante citation de Philippe Val.

Philippe Val est un penseur, un défricheur, l’un de ceux qui ont été investis de la glorieuse mission de démêler l’écheveau du réel afin d’en extraire tout le sens qu’un esprit moins analytique que le sien ne saurait exposer au grand jour.

Plusieurs fois, il m’est arrivé de lire un édito de Philippe Val et de me dire « c’est tout à fait ça, il a deux cent mètres d’avance et il exprime en clair ce que je sentais confusément ».

Depuis quelques années, de « petits milieux parisiens » (3 tares cumulées, mais tout le monde n’a pas le privilège d’appartenir à de « grandes marges provinciales ») bruissaient d’échos sur la mégalomanie, le manque d’humour, les tendances dictatoriales de notre Philippe.

Je ne commentais même pas ces ragots, ne m’intéressant qu’à la production du maître lui-même. C’est vrai qu’il a souvent fait preuve d’un exemplaire discernement, d’une sagesse parfois démesurée. J’imaginais les combats de cet homme seul, s’efforçant de faire reculer l’ombre depuis un austère bureau, empli d’ouvrages qui élèvent l’âme. Ayant refusé la gloire et l’argent, il était avant tout dévoué à la vaste cause de l’humanisme responsable.

Il sortait toujours des textes bien calibrés qui éveillaient parfois un petit doute, du genre « ce mec ne force-t-il pas un peu sur la volonté de paraître irréprochable ? »

Puis, il a loupé quelques virages, emboîtant le pas aux médias « Pathé Marconi » (la voix de son maître), il défendait l’intervention au Kosovo, consécutive à une surenchère de désinformation. Sa récente défense de la social démocratie (désolé pour les citations, je n’ai pas gardé mes numéros de Charlie, j’ai des feux à allumer) annonçait-elle une dérive Jospino-Blairienne ? En ce qui me concerne, je n’en saurai rien, venant de renoncer à acheter son hebdo, suite à la publication d’un concentré d’obscurantisme signé Philipe Val.

Ces quelques lignes éloquentes, fruit de l’accouplement sauvage du mépris et de l’ignorance, donnent à penser qu’il a dépassé une ligne de non-retour. On croirait presque un monologue pour de Villiers vu par les sinistres Guignols de l’Info.

«  Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions.  » (Philippe Val, Charlie Hebdo, 17/01/01)

 
 
Bidet Casserole
 
C’est vrai, je t’aimais bien.
Imprimer
format impression
Temporisateur temporaire
 
SPIP
Web indépendant


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
28 septembre 2006, message de gimi
 

et bien Val je l’aime toujours. faut vraiment etre debile pour se passer d’un intelligence fine, originale, qui agace, voire qui vexe par une remise en question de ce que l’on pensait.

il a probablement des points faibles, et alors ?

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
28 août 2006, message de Kloup
 

Celui qui condamne un Philippe Val qu’il aimait bien, parce qu’une seule phrase, voire une seule chronique lui touche l’entre les deux boules, ça doit ressembler au vote imbécile d’extrême droite si je ne m’abuse, justifiant donc la chronique ... Oui, tu as usé de ce média très exactement selon le processus de petite frappe extrémiste décrit par Val. Alors il te remercie probablement de ne plus le lire.

(Réaction très tardive, je l’admets. Mais qu’est ce que le temps ?)

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Kloup, 28 août 2006
Oserai-je ajouter, à propos du Kosovo : Que faisiez-vous aux temps chauds ? Val prit position. Il gardera le mérite d’avoir eu le droit de se tromper en se positionnant. Le courage est du domaine dont internet ne peut pas se vanter (et je ne suis pas très fier de m’exprimer ici ce soir.) C’est quoi cette licence web qui autorise à crier "Voilà ce qu’il n’aurait pas dû dire ?" plutôt que "Voilà ce que j’ai à dire." Val choisit ce qu’il souhaite dire. Les chiens ne peuvent qu’aboyer à sa caravane qui passe. Alors, on intervient en Iran ?
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Christophe, 2 novembre 2006

Heu, il faut ouvrir les yeux. La citation est déjà un joli dérapage, mais c’est loin d’être le seul. Lire : [http://www.uzine.net/article407.html] [http://www.uzine.net/article447.html] [http://www.acrimed.org/article1419.html] [http://www.acrimed.org/article1434.html]

Voilà j’arrête là, on trouvera d’autres liens à partir de ces articles.

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
11 juin 2006
 
On l’aurait préféré autiste, il n’est que paranoiaque.Dommage qu’un être relativement intelligent et clairvoyant se laisse obnubiler par son ego...
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
23 février 2006, message de WEB
 

C’est facile de reprendre les caricatures d’un journal d’extreme droite danois.

Hier on avait droit aux caricatures sur des juifs (voir le nazisme) aujourd’hui les lépreux sont les musulmans.

Le loup BLANC SUPER RACE INTELLIGENT est de retour.

L’histoire revient.

Saloperie de race humaine....

Répondre
Bonsoir Philippe, on t’aime encore !, Sprat’bite, 26 juin 2006

A y regarder d’un peu plus près, ce qui fait que vous pouvez penser puis publiquement diffuser vos avis d’accord ou de désaccord avec la position d’un tel ou de philippe val ; que, par ailleurs, je ne jugerais certes pas aussi sévèrement que vous le faites, si d’aventure ses positions ou ses vues diffèrent parfois des miennes  ; ...Philippe val "disais-je", est bien la preuve que nous sommes encore dans un état démocratique. Tant qu’il y a de la contradiction et surtout du dialogue, fut-il animé, c’est qu’elle fonctionne encore plutôt bien... cette démocratie.

Que des gens aient-été choquées par la diffusion des carricatures, soit. Mais les médias, pour partie, se gardent bien de nous dire qu’à l’origine de cette flambée de violence, il y a la manipulation, d’un homme, [cherchez son nom et vous trouverez, vais pas tout vous macher le taf non plus..."palestinien vivant au danemark"(indice !)] qui a pris, semble-til, un soin tout particulier à joindre d’autres dessins à ceux initialements diffusés - à savoir une représentation en pédophile d’un prophète ((que la chrétienté ne reconnait pas puisque jésus lui même dit qu’il n’y aura plus de prophètes après lui)), une autre représentation en position de prière un chien lui faisant subir le dernier outrage (pour un croyant, s’entend), et un troisièmme, dont je vous laisse le soin de fouiller un peu et d’affiner votre démarche d’investigation pour le découvrir.

Avant d’éructer quelques âneries, dont vous êtes par ailleurs tout-à fait libres d’en assumer la paternité, assurez vous que vous avez fouillé votre sujet.

Bref, on prend des dessins, qui, lors de leur première parution, n’avaient pas provoqués grand remous, on y rajoute les trois dessins et une once de propagande bien orchestrée...on obtient au final les évènements que l’on sait.

On peut ne pas être daccord avec ces dessins (les originaux). Ce ne sont que des dessins. L’image d’une femme qu’on lapide (des pierres dans "la gueule" jusqu’à ce que mort s’en suive), parcequ’elle aurrait eu un enfant hors mariage est une vision autrement plus choquante et scandaleuse que ces quelques gribouillis. Pour ma part, furent-ils choqués dans leurs convictions, ce qui est discutable et/ou défendable, cela autorisait-il certains, à se comporter comme les pires des hooligans ? ce qui en l’occurence l’est beaucoup moins.

Une interview résume assez bien la situation, et l’état d’esprit dans lesquels certains individus se placent.

http://www.dailymotion.com/Tazda/video/65587

Je ne sais pas si la race humaine est une saloperie, mais depuis la nuit des temps, la religion nous a produit, et de nos jours encore, un échantillon fourni de toutes les saloperies auxquelles certain(e)s peuvent se livrer sans vergogne, sous couvert d’obéir à quelque créateur de l’amour, de la miséricorde, de la piété, du pardon...etc ...etc...

Si "le libre exercice des cultes" doit être garanti, tout autant doit l’être l’expression philosophique de l’athéisme ; son expression publique, comme est garantie celle des religions. Ce qui revient à dire que les "athées" ont non seulement le droit de s’organiser, mais aussi de défendre leurs positions et leurs thèses. Et même de les enseigner." (Danièle Sallenave)

Quand bien même ses thèses et positions d’athée sont choquantes pour le croyant, à l’inverse, ce sont plutôt leurs thèses et positions de croyants, et parfois même la manière dont ils les manifestent, qui choquent le non croyant que je suis... Ce n’est pas pour autant que je vais prendre une kalachnikov et tirer à tort et à travers, sur quiconque ne partage pas mes "options". (Sprat’bit)

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
30 décembre 2005, message de Simon
 

Ah oui c’est dommage de sa part ... de toute façon je l’ai toujours trouvé excessif, et quand j’achète Charlie Hebdo, j’évite soigneusement les interventions de P.Val (on va me dire que je loupe quelque chose !) ...

Mais là, c’est nul comme citation !!

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, messaoud, 2 février 2006
philippe Val a toujours ete la caution serieuse de charlie. L’impertinence a quitté le navire lorsque des journalistes comme Cyran sont partis . Honnêtement rien a tirer de val et de son canard à 2 roubles(oups 2 euros)
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
14 juin 2005, message de marie
 
les prises de positions de Monsieur Philippe Val sont rédigées dans le cadre d’un éditorial. Et un éditorial, ça prête au dérapage, quelquefois. Il n’en reste pas moins que ceux que rédige Val dans Charlie Hebdo ont des accents de sincérité et de conviction qu’on ne retrouve guère aux pages du Figaro, ou sous la plume de Serge July. j’aime mieux sourire des ponctuelles inconséquences de Monsieur Val que m’assoupir sur les inepties chroniques des gens qui ne prennent jamais le risque de sortir des sentiers abattus, mais chacun prend son pied comme il peut.
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
13 juin 2005
 
Oui adieu philippe, je me suis désabonné de charlie depuis le 29 mai, je n’en pouvais plus
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
2 juin 2005, message de Pierre-Jérôme Adjedj
 

Moi j’aime toujours Philippe Val ! Si, même que j’aime bien quand il déconne avec son copain Patrick Font, je trouve ça super drôle !

Quoi, Philippe Val aujourd’hui ? Mais ce n’est pas Philippe Val, c’est un imbécile avec la même tronche qui se fait passer pour lui. Le mec dont vous parlez, il est tellement persuadé d’être un penseur qu’il ne peut pas avoir d’humour. Or, Philippe Val a de l’humour !

 
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien ! encore une couche, Pierre-Jérôme Adjedj, 4 juin 2005
J’en rajoute une couche, à propos de l’édito de Val post référendum...
 
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
25 mai 2005, message de A.VOGEL
 
Si les premiers éditos de Philippe VAL sur le référendum avaient fait vacillé (légèrement) mes raisons de voter non,plus les semaines ont passé,et plus j’ai du me rendre à l’évidenceà la lecture de son dernier papier ce jour 25 mai 2005 : P.VAL prend des risques,et des paris sur l’avenir que je ne pourrai pas asumer vis à vis de mes petits enfants,(si j’en ai) et vis à vis de la future génération à qui on a déjà légué un certain nombre de bâtons merdeux boostés à la nitroglycérine. Je fais partie de cette génération du baby-boom qui est la première ( ?) à dire non si on lui proposait d’avoir 20 ans...aujourd’hui.Non merci ! Nous sommes en guerre Philippe,réveille toi ! En guerre économique,et la France sera peut être le premier pays"riche" à dire "niet" à ce système économique de merde qui pousse les individus à posséder sans limite,à générer des "killers" des malades,des vrais pauvres qui s’aperçoivent qu’ils vont mourir 1 heure avant leur mort clinique,alors que leur mort réelle date peut- être de 70 ans. Oui,je suis Européen et je vote non à cette escroquerie . C’est quoi au fait ? Un projet de traité ? Un projet de Constitution ? Si c’est un projet de Constitution,je cherche l’Assemblée Constituante. Pour finir,une question.Un projet,ça veut dire "première rédaction d’un texte"(Larousse)Depuis quand un projet ne peut-il pas se discuter,et s’amender ? Ça ne vous rapelle pas quelque chose CAMARADES ? NON !NON !et NON !!! et trois fois NON !
Répondre
Un éditorialiste aligné (sur eux... et par moi), François Delpla, 1er juin 2005

"Il parait que le résultat du référendum, c’est aussi le rejet des éditorialistes de l’élite... Mais c’est aussi une victoire d’Internet sur la presse et le triomphe de l’opinion sur les idées, ce qui n’est une bonne nouvelle pour personne"

C’est dans l’édito de Philippe au lendemain de la victoire du Non. Ce qui suffit à l’inscrire parmi ces "éditorialistes de l’élite", qu’il se garde d’égratigner, réservant son ire à Internet. Une peur bleue de la Toile, c’est leur point commun à tous.

A vos claviers !

fd

 
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
29 avril 2005, message de derek
 
Il y a environ 10ans je lisais le canard enchainé, que j’acheté, et lisais gratos Charlie hebdo chez "Leclerc"trouvant le "leCanard"trop mou j’ai fais le contraire j’ai acheter"Charli"jusqu’a ces dernière semaines dans l’ensemble il me satisfaisait..avec mention speciale pour Siné Cavanna Riss..Val arrivant a mes yeux bon dernier..les prises de position de Val pro constitution européenne dument assumées et répétées ont fait déborder le vase de ma tolérance..moi qui m’imaginais Charlie comme un repère de féroce gauchiste je decouvre son redacteur en chef en train de voter comme Sellière basta !je vais relire "Charli" gratos a l’espace culturel de chez"Leclerc" enfin les articles de Siné Charb Cavanna désoléSiné je vais plus contribuer a la recontruction de ta villa en Corse..mais fait gaffe l’adjudant Val t’a dans le collimateur...
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, 1er mai 2005
La lecture de ce triste message prouve à quel point Val frappe juste. Pas d’argument, de l’anathème, de la caricature méchante. Est-il dit quelque part que voter non c’est voter comme Le Pen ? D’autant qu’à Charlie il n’y a pas que Val qui se soit engagé pour le Oui. Mais il faudrait alors se demander pourquoi plutôt que d’utiliser les repousoirs habituels, gages permanents d’aotosatisfaction béate.
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Pierre-Jérôme Adjedj, 2 juin 2005

Que vous critiquiez le ton emporté du message, d’accord. Encore que, pour moi, cela traduise plus un dépit (que je comprends parce que j’aimais beaucoup Val) qu’une réelle critique politique.

En revanche quand vous dites : « Est-il dit quelque part que voter non c’est voter comme Le Pen ? », je pense que vous avez du rater des épisodes : Chirac, Jospin, Hollande, pour ne citer que les principaux, ont utilisé cet argument pour réduire les partisans du non à une clique d’anti-européens archaïque et xénophobe. Ce qui est contradictoire dans la mesure où les mêmes ont stigmatisé le caractère hétérogène du camp du non.

Enfin, pour ce qui est de l’anathème, Val s’y entend assez bien lui-même : lisez son édito de cette semaine. C’est fait avec style, mais c’est injurieux pour tous ceux qui, comme moi, ont voté non MALGRE des convictions européennes bien ancrées.

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Tito, 8 juillet 2005

Aspects émotionnels mis à part,

1 - Pourquoi Val a cautionné dès le départ le principe d’un référundum sur cette question européenne au lieu de privilégier une construction de ce texte disons plus démocratique et participative. (3 mois de campagne sur un choix de plusieurs décennies - 1 pack tout prêt tout chaud élaboré par des constituants autoproclamés de 400 articles avec pour seule réponse oui ou non !!!!!! Quelque part même si le texte avait été valable, il fallait le refuser sur la base du principe et de la méthode utilisée pour nous le soumettre).

2 - Pourquoi s’est-il engouffré dans un argumentaire aussi grossier utilisant tous les amalgames et les peurs possibles. Se permettant d’interprêter le vote des gens (non = xénophobe, = anti gouvernement Raffarin), pour finir en beauté à l’issue du vote par un édito injurieux envers les nonistes.

3 - Si Val tient à ce point au texte du TCE ( il en avait l’air en tout cas), pourquoi ne continue t-il pas aujourd’hui à le défendre, à l’argumenter, voire à travailler à la mise en place d’un nouveau processus constitutionnel ? (amnésie foudroyante ?) A ce niveau je serais fondamentalement curieux de savoir s’il repartirait sur le texte du TCE à l’identique (en compagnie de Hollande, Lang, Sarkozy et bayrou) ou s’il proposerait autre chose et quoi ? En tout cas, s’il reste attaché à ce projet européen pourquoi pour le coup il ne réclame pas, via la tribune dont il dispose, la mise en place d’une assemblée européenne constituante ? Au moins ce serait initiative pertinente pour tous (lui compris), au lieu de repartir sur des éditos faciles traitant du petit méchant ministre de l’intérieur. Les réponses que je trouve à ces questions font que je me passerai désormais de Charlie Hebdo.

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Kirikou, 17 novembre 2005
Et toi tu as voté avec Lepen, Maigret et De Villiers... Un peu de clairvoyance ma poule !
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
20 novembre 2002
 
salut je suis moi aussi une EX-LECTRICE de charlie-hebdo alias lib’ pour les intimes. très déçu .Val et sa morale jésuite me fait chier. Scandalisée par les écrits et déssins pas du tout droles sur le génocide au Rwanda etc,etc... bien à vous badouchka@voila.fr
Répondre


Je t’aime toujours !!!!!!!
13 octobre 2002, message de caossak
 

En faisant une rapide recherche sur philippe val je tombe par hasard sur ce site. Contente d’abord, puis tellement déçue. C’est vous qui avez pété un cable, comme si on était trop nombreux à être un peu de gauche un peu intéressés, un peu engagés, un peu moins indiférent que la vox populi inculte d’aujourd’hui pour pouvoir nous permettre de prendre le premier propos contestable ou pretant à débat d’un des seuls journalistes aujourd’hui qui réussit à faire vivre un journal du type de charlie hebdo !!!!!!!!!!!

Ca va pas non ????

Combien d’internautes ne cherchant que la vulgarité dans un outil extraordinaire certes par son potentiel, qui se flattent d’une soi disante liberté !!!!!!!pour combien d’internautes qui se servent de l’outil pour réellement exprimer une pensée, utiliser cette liberté ??Quelle est la proportion ? C’est ça que val dit c’est tout.

La liberté n’est pas un droit c’est un devoir je ne sais plus qui disait ça. Combien s’en servent ?

Comment remettre en question l’engagement de Val, c’est risible......

Répondre
> Je t’aime toujours !!!!!!!, Pierre-Jérôme Adjedj, 2 juin 2005

Vous avez raison d’inciter les gens de gauche à se compter les uns les autres. Oui, Val dénonce justement les perversions possibles de la communication des idées par Internet. Oui, ses convictions sont belles. Mais...

La perversion guette aussi les journalistes qui s’expriment dans des médias dominants : vous savez bien qu’il y a une sorte de star-système qui créée inévitablement des collusions entre personnes pas forcément du même bord.

Pour Philippe Val, cela commence à partir du moment où, du fait de son excellent travail à Charlie Hebdo, on l’a sollicité pour faire des chroniques sur d’autres médias à la diffusion plus large, comme France-Inter. Insensiblement, sa pensée a glissé de la colère intelligemment argumentée vers une social-démocratie molle, qui le pousse aujourd’hui a dire que les gens de gauche ont voté comme des cons en 2002, que ceux qui ont soutenu des petites listes ont propulsé Le Pen au deuxième tour. Jospin, dont l’incapacité à se remettre en question est légendaire, n’aurait pas dit mieux. Je ne reconnais plus Val, et ce n’est pas faute de l’avoir aimé. Reprenez son parcours depuis le début, y compris depuis la période Font et Val qu’il renie complètement (son cv de chanteur commence à son dernier album !) : vous verrez qu’il ne reste de son écriture que son style (très bon d’ailleurs), et sa culture (étendue). Mais vous savez, au risque de vous surprendre, Alain Juppé a exactement les mêmes qualités (il est normalien et donc fin lettré, il a une plume très fine) : voyez ce qu’il en fait...

Donc, pour reprendre votre conclusion, remettre l’engagement de Val en question, pour moi ce n’est pas risible : ça me donnerait presque envie de chialer.

 
Répondre


et depuis il empire !
14 avril 2002, message de benoit
 
A mon avis, c’est hormonal. D’accord, l’explication est vulgaire, mais je n’en trouve pas d’autre. Il vieillit, cet homme.
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
18 novembre 2001, message de Fab
 
Pourqoi fustiger ainsi un Homme.Un simple être humain qui, chose rare, essaye de penser, d’analyser.Il est vrais qu’en cherchant une réponse à une question on puisse plonger dans l’excessif, voir, dans ce cas la discrmination, mais on ne peut juger un individu sur de tels accusations.Internet estune vitrine du libéralisme, dans son sens le plus large, et ilest clair que ceci implique des dérives tel que P. Val les nommes(fascistes, xénophobes, perverses, nihilistes...). En tout les cas nul Homme est parfait.Et tous comme nous sommes nous faisons des erreurs.En prenant ces paroles comme des accusations personnels, vous faites encore une erreur. Allez, au plaisir.Et j’espère que tu rachètera Charlie.Car tu sais très bien ce que tu rates :une des dernière presse libre et indépendante.
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, 4 juillet 2005
Dans la presse indépendante on a :
-  cqfd
-  plpl
-  la décroissance ...
Répondre


immortalisons un genie (pleonasme)
29 juillet 2001, message de lunenoire
 
Dans l’inventaire non exhaustif des calamités de la vie qui poussent l’honnete homme au suicide, il ne faut pas oublier de citer l’immensité du temps perdu par les humains à se vautrer dans la banalité molle de leur effusions tiedes, dans le coton mou de leurs mornes echanges communs, ordinaires, plats , en un mot :vulgaire, ce qui veut dire "ordinaire" et non grossier , quoiqu’en pense le "Vulgaire". je rend hommage par le presente à la fine plume foisonnée de diatribes subtiles de philipe Val .
Répondre
> immortalisons un genie (pleonasme), 6 décembre 2004
Je comprends pas. Pourquoi tu rends hommage à la plume de Philippe Val en citant du Desproges ?
Répondre
> immortalisons un genie (pleonasme), rodney, 21 septembre 2005

" je rend hommage par le presente à la fine plume foisonnée de diatribes subtiles de philipe Val "

ca ne veut rien dire, c "foisonnante", pas foisonné. a moins que tu ai voulu dire " faisandée" ... sur le fond il est clair qu’a force de vouloir se pretendre casseur de langue de bois, on finit par dire tout et son contraire, et si charlie continu a me faire rire, ce vieux Phil a deraillé sévere, avec ses tirades culturelles anti-populo a la "Pivot-soir de match"

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
28 janvier 2001, message de Keurly
 
Et si cet édito n’était qu’une tentative fine et habile de remplir une boite aux lettres électronique nouvellement mise en service mais désespérement vide en dépit de l’affichage de l’adresse de son propriétaire dans un canard tirant sans doute à quelques dizaines de milliers d’ex. ?
Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, Phileas, 21 février 2001
Mais qui est t’il donc pour déchaîner tant de passions. Et qui êtes vous donc vous qui pouvez passer si vite de l’extase à la plus profonde déprime. Croyez mon expérience : Venise n’est pas triste, même au temps des amours morts...
Répondre
> > Adieu Philippe, on t, azna, 12 février 2002
tout est triste au temps des amours mortes
Répondre


> Adieu Philippe, on s’en passe bien
22 janvier 2001, message de Grosse Fatigue
 

J’en ai un peu marre du tintamarre autour de Val. Ses analyses étaient gentimment démagos, et n’allaient pas bien loin. A force d’essayer de faire des jolies dissertations, il en a oublié le principal : le fond. Et du fond, chez Val, y’en a pas beaucoup, il ne faut donc pas se plaindre de le voir aussi embourbé sur un sujet que nous maîtrisons mieux que lui : le net. Imaginons maintenant que l’on maîtrise mieux que lui tous les sujets de ses éditoriaux, que dirait-on ?

Adieu Philippe, on s’en passe bien...

 
Répondre
> Adieu Philippe, on s’en passe bien, patagonicus aptenodytes, 3 mai 2001

Non, Grosse Fatigue, tu me déçois. Je t’aimais bien jusqu’à présent. Mais, arretez de cracher sur ce bon vieux Val. Faut tout remettre dans son contexte, je ne pense pas qu’il ait écrit cela en voulant dire :le net, c’est de la merde et c’est que pour les pervers. Mais, il ne visait que cette catégorie de personnes et de mauvaises actions. Faut pas tout prendre au premier degré les gars. Et puis, heureusement que Charlie Hebdo existe. Mais pour quoi vous crachez sur lui, je ne comprends pas. Je trouve bien plus scandaleux toutes les niaiseries des politiques et autres hommes d’affaires véreux de la netéconomie chantant à tue-tête les bienfaits et les merveilles du net en serrant entre leurs fesses bien grasses quelques liasses de billets !! Alors, arretez de déconner !!

Vive Charlie Hebdo vive Philippe Val et vive Cavanna !!!

Patagonicus Aptenodytes

Répondre


> Adieu Philippe, on t ?aimait bien !
21 janvier 2001, message de soufron
 

je suis etonne qu’aucun d’entre vous ne remette les "enseignements" que val a precedemment dispenses...

si vous reprenez retrospectivement ses anciens editos, qu’en tireriez vous du grand sage ?

pour ma part, je n’ais jamais pu blairer les dogmatiques... de droite ou de gauche (liberatrien forever) ^^ les gens megalo comme val devraient se rememorer la bonne phrase de miossec : "au fond la seule place qu’on sait tenir, c’est celle de sa gueule devant la glace" !

maintenant relisez le monde diplomatique avec les memes yeux, tiens ^^

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
20 janvier 2001, message de zozo
 
ou vas Val. depuis quelque temps je suis obligé de zapper les editos de Val. Souvent dès le 2 eme paragraphe je commence a me demander de quoi il parle. et puis sa trop grande gentillesse avec Jospin ( de gauche HA HA HA !!! ) il me semble meme me souvenir d’une fois ou il disait du bien de Jupé. Alors je rejoins le strés deçu qui ferons l’économie de 10 balles.
Répondre


> Adieu Philippe, on t ?aimait bien !
19 janvier 2001, message de loic
 

Bah ! Faut pas deconner non plus les gars...

C’est quand meme vrai que le net est une enorme supercherie... en general.

Et puis on ne peut pas etre extremiste, qui peut crier : "abolissons l’argent" sans ajouter : "et le net aussi".

Qui paye en grande partie le net ?

-  la pub
-  l’abus de confiance
-  le grand capital

Ah oui, c’est vrai, j’oubliais... le SEX, putain je con quand meme !

Par le pouvoir de libre arbitre qui m’est donne, je continuerai de lire certaine de vos diatribes, les ecrits de Sine et de Val, en dodelinant de la tete, tantot de haut en bas, tantot de gauche a droite.

Ciao, Loic.

Répondre
> Adieu Philippe, on t ?aimait bien !, thessalie, 20 janvier 2001

Tiens, regarde bien : "Abolissons l’argent !"

Tu vois, j’ai pas dit le Net.

Euh... parce que le clavier de mon ordi est financé par d’odieux capitalistes faudrait que je m’arrète de taper ?

Tu connais les groupes industriels qui produisent le papier ? Pas très sympas non plus. Ca m’a jamais trop empéché d’acheter le journal.

L’idée c’est pas de dire "Internet c’est bien".

L’idée, c’est qu’on est catastrophé quand on voit qu’il y a des militants de gauche qui comprennent toujours pas ce qu’on peut faire avec et la révolution que ça représente en termes de communication et d’intéractivité.

Répondre


Le vrai fond du sujet
18 janvier 2001, message de Bidet Casserole
 

De quoi s’agit-il ici ?

L’attaque frontale et violente d’internet par P.Val n’est pas anecdotique, même si le faitque ce soit lui ou un autre qui s’y colle n’est pas un sujet en soi.

En revanche, ce qui l’est plus, et que Mikeul évoque quand il parle de l’impression d’avoir « perdu un maître à penser » touche au centre du débat : le refus de la part de certains détenteurs du droit d’édicter la pensée de voir apparaître un champ d’expression qui remet en cause leur petit pouvoir.

Tout cela est également lié aux conditions économiques respectives dans lesquelles évoluent la presse écrite et les « zacteurs » du ouébindé. D’un côté, des professionnels de la profession, portant le label rouge du penseur homologué, et vivant de cette activité, de l’autre, des bénévoles, souvent anonymes, qui font ça en plus ou à côté d’une autre activité. En gros, la concurrence gratuite fait peur.

Si tu ne fais pas comme moi, tu n’existes pas

D’après Val, il n’y a pas de place pour l’expression « citoyenne » en ligne : soit tu existe dans la sphère commerciale et tu propages le libéralisme, soit tu appartiens à un ramassis de nazis pédophiles sectaires névrosés... Vu qu’il n’y a pas de pub sur Uzine, ce support se situe donc dans la deuxième catégorie.

Il y a de la place pour tout le monde, si Charlie (ou n’importe quel autre canard papier) m’apporte quelques moments de stimulation intellectuelle et zygomatique, je continuerai de l’acheter, même s’il y a d’autres lieux de circulation et d’échange pour la pensée. En plus, le web non-marchand ne se limite pas à quelques sites d’information et de prise de position, il y a des tas d’autres choses utiles et/ou agréables qui sont renforcées par l’utilisation du net, dans la vie associative, par exemple. Il y a aussi des sites de discussion pas stériles où l’on peut dialoguer sans intermédiaire avec d’autres habitants de cette planète qu’on n’aurait aucune chance de croiser ailleurs.

Amis penseurs, le papier n’est pas mort, mais le web est là pour rester et il ne sera que ce que nous en ferons. Alors, pas de défaitisme ni d’amalgame, l’émergence d’une parole libre ne fait du tort qu’à ceux qui ont l’ambition de la contrôler.

Répondre
> Le vrai fond du sujet, Mikeul, 18 janvier 2001

Comme ce n’est pas moi qui a perdu un maitre a penser, le fait que Mr Val devienne mauvais aux dires de certains ne me fait ni chaud ni froid a vrai dire. Alors pourquoi je fais dans l’ingerence comme me le reproche "celui qui fait mouche" ?

Parce que je trouve que par moments, les figures les plus actives d’uZine tombent dans des travers que j’avais deja montres du doigt :

L’autoproclamation des porte-paroles, le reglement de compte (souvenez-vous de l’article sur Pow-wow.net), certains journalistes papier qui viennent sur le web en jouant d’une pseudo-legitimite a parler (surtout aux noms des autres), le "tournage" en rond des idees, etc. Comme le dit Bidet, si Val doit accepter d’autres lieux d’expression, il doit en etre de meme pour tout le monde. Cette tentation de croire que l’on detient une homologation (tentation presente dans le presse ecrite), elle existe aussi ailleurs, et ici sur uZine.

Un peu d’humilite que diable, de diversite dans les debats sous peine de tomber dans le travers des querelles de personnes et de pouvoir (le pouvoir des stats et des visiteurs ?). Ne faisons pas l’erreur de croire que nous sommes (Tous : visiteurs, auteurs, administrateurs, etc.) tellement meilleurs que nous eviterons les pieges tendus par les debats d’idees. La preuve sous vos yeux, mesdames, mesdemoiselles et messieurs.

 
Répondre
> Le vrai fond du sujet, Mikeul, 18 janvier 2001
Et mince pour toutes les fautes de frappe grace au qwerty : des la 1ere ligne... "qui a perdu", c’est pas beau...
Répondre
> Un peu d’humilité, un peu de diversité, Severino, 19 janvier 2001

C’est bon à rappeler, en effet, au risque que les fondateurs du mini-rezo terminent comme Philippe Val. Restez modestes, on s’occupe du reste :-)

A propos de diversité dans les débats, j’en apporte tout de suite, là, maintenant :

BRAVO A CHARLIE HEBDO

Bravo à Charlie Hebdo pour avoir permis à ceux qui le voulaient de reproduire leurs articles en ligne dans des sites non-officiels. C’est à mon avis une preuve qu’ils ont bon fond :-)

Alors pour les nostalgiques qui veulent se rappeller le bon vieux temps, et le Charlie qu’ils aimaient... et pour ceux qui ne connaissent pas encore, Suivez le lien :

 
Répondre
> Encore du Charlot Hebdi !, Sevrino, 19 janvier 2001

Pleins d’archives, pas très récentes, mais c’est ça qu’est bon.

( Comme je ne sais pas si j’ai déjà atteint les 100 caractères réglementaires, je continue : pourquoi polémiquez avec la presse ? Pas besoin de se faire médiatiser, le bouche à oreille (les liens) sur la toile suffit, non ? En fait, il me semble que la polémique est un service que leur rend Uzine2 afin de les sortir de leur léthargie. C’est un geste de sympatie, quoi ! Deuxième utilité à polémiquer : médiatiser hors du réseau, et donc permettre aux non-connectés de découvrire que la toile ne se limite pas à ce que raconte la pub, loin de là. Pas par soucis de reconnaissance, mais pour bénéficier de soutien en cas de coup dur, ce qui n’a été que scandaleusement peu le cas pour le procès du réseau Voltaire ... )

 
Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
18 janvier 2001
 
Philippe Val n’a pas besoin de "dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel", il a déjà "son petit journal personnel". Passe encore pour ses éditos de plus en plus creux, mais le jour où il s’est offert une double page centrale pour son débat avec Messier, là, j’ai compris. Quand il s’en est ré-offert une deuxième double page la semaine d’après, d’une semblable vacuité, je me suis désabonné. J’ai abonné ma copine à la place parce que, bon, quand même, faudrait pas qu’il crève ce petit canard, même si, moi, ce narcissisme, ce vide braillard, ça finit par me lasser. Si Charlie consacre cinq pages à un entretien lénifiant avec J6M, une question se pose : à part les dessins toujours aussi marrants, est-ce que Charlie a encore quelque chose à écrire ? Existe-t-il encore un journaliste dans la rédaction pour pêcher quelques faits nouveaux ?
Répondre
> > Adieu Philippe, on t’ai, Donald, 13 février 2002
Oula...je trouve cela un peu trop aggressif..est-ce justifié : je ne crois pas. Je lis Charlie depuis peu de temps et suis surpris par ces attaques de "vieux"lecteurs : comment peut-on penser que Charlie est vide ? Pourquoi se faire les detracteurs d’un tel journal ?N’est-il pas ,modestement je le concois(de par sa faible diffusion NB:75000ex.),ce petit David qui se bat contre Goliath(comprenez par la la télé et son journal de 20H,média ultra puissant).Charlie n’est-il pas l’écho en France de ce mouvement anti-mondialisation qui prend de de plus en plus d’ampleur ? ...Charlie vous semble peut-etre vide dans la mesure ou le fait de rabacher presque toujours les mêmes schémas de pensée,les mêmes arguments(contre le système éco. par ex.) peut paraitre stérile.. ??(NB :je trouve de plus que les reportages de Charlie[de la secte des Raeliens au Forum organisé par HEC]sont souvent pertinents et interessants)
Répondre


> Adieu Philippe, j’em ai rien a faire...
18 janvier 2001, message de Mikeul
 

Val, avant de lire uZine, je ne connaissais pas. CHarlie Hebdo ? jamais lu. Les petites geguerres entre journalistes ? amusant au debut, lassant a la longue (on voit de temps en temps quelques reglements de comptes personnels entre journalistes sur Uzine, c’est un poil deplace...).

J’ai l’impression de voir des enfants qui pleurnichent parce qu’ils ont perdu leur maitresse. Diantre, Val a peut-etre ete bon, il est peut-etre mauvais maintenant, mais le monde ne s’arrete pas de tourner, si d’autres restent pour continuer a reflechir.

Vous avez perdu un guide spirituel ? vous n’etes pas capables de relfechir seul sans avoir besoin d’ un journal qui vous dit exactement ce que vous voulez lire ? Bien sur, ce que j’exprime est un peu rude, avec un brin (gros certes) de mauvaise foi, et si Val a pu ecrire avant des verites bien senties, c’est tout a son honneur. Mais reagissez, que diable ! :o)

Allez, on se mouche un bon coup, et on passe a des choses plus importantes.

PS : La phrase du sieur Val (que je ne connais pas, je le rappelle) sur internet est assez stupide, j’en conviens sans probleme. PPS : accents et qwerty ne font pas bon menage...

 
Répondre
> Adieu Philippe, j’em ai rien a faire..., Celui qui mouche, 18 janvier 2001

Super-impressions :

"J’ai l’impression de voir des enfants qui pleurnichent parce qu’ils ont perdu leur maitresse"

Heu, t’as pas l’impression d’être un peu con là ? Non mais franchement, genre j’connais pas, j’ai jamais lu, mais ça m’empêche pas de donner mon avis ????

Moi j’ai l’impression qu’il y a un qu’aurait du fermer sa gueule, non ? T’es trop coooool toi !

Répondre
> Adieu Philippe, j’em ai rien a faire..., Mikeul, 18 janvier 2001

Deformation (volontaire ?) de ta part de mes propos. Je ne donne pas mon avis sur Val, je n’en ai pas, ni sur Charlie Hebdo. Mais je trouve que le contenu d’uZine est de plus en plus pollue par des debats steriles, des batailles rangees en pro et anti machin Val, charlie ou autre. Bref, assez ! c’est un debat vide et creux pendant que (par exemple) on discute des mefais ou bienfaits des ambiances startup, pendant que la commission sur les taxes de supports informatiques va droit dans le mur, etc. Ca me parait plus important et plus proche du sujet de depart d’uZine.

Qu’uZine devienne le theatre de crepage de chignon de journalistes papier, que certains s’autoproclament porte-paroles du web independant et des autres, ca devient lourd, tres lourd. (Les chroniques de Pierre Madrid, passe encore, puisque justement il s’agit de chroniques et non pas d’articles)

Sur ce sujet-la, j’ai un avis et je le donne, que ca te plaise ou non. Et ton message n’est pas forcement non plus un modele d’utilite ou d’argumentation. J’arrete la la polemique sinon je vais me mettre a faire la meme chose que ce que je denonce.

 
Répondre
> Adieu Philippe, j’em ai rien a faire..., Joulss, 22 janvier 2001
Désolé, mais il ne s’agit pas d’un débat stérile ! Ca me parait normal qu’on réagisse quand qqun comme Val, qui a une grande influence sur un public (qui apparemment prend de moins en moins la peine de réfléchir, et prend tout le contenu du journal pour parole d’évangile) à priori concerné par les problèmes de libertés en général. Si personne n’avait réagit aux énormités de l’édito de Val, je pense qu’on serait en droit de se faire un peu de souci. Les lecteurs de Charlie (comme ceux des autres journaux) se doivent d’être attentifs au contenu de leur journal, d’autant plus quand celui-ci à une ligne éditoriale "contestataire". Je pense qu’il faut qu’il y a ait débat car je connais pas mal de "fans" de Charlie qui ne connaissent pas le web et qui auront vite fait d’adhérer au point de vue de Val. Dans ces cas précis, cet article relève de la désinformation et ça mérite donc d’être débattu.
Répondre
> Adieu Philippe, j’em ai rien a faire..., Mikeul, 23 janvier 2001

Qu’il y ait débat, aucun pb. Qu’il prenne toute la place, qu’on voit 4-5 articles rien que sur ce sujet en quelques jours, ça paraît un peu hors de proportion.

Et puis, toujours en gardant à l’esprit que le débat est légitime, t’est-il seulement venu à l’esprit qu’il y a beaucoup de personnes qui ne lisent pas Charlie Hebdo et que donc il semble judicieux de ne pas prendre toute la place uniquement pour Monsieur Philippe Val ?

Un peu de lui, un peu du reste.

Répondre
Débats utiles et débats inutiles, UnderJoe, 11 février 2001

"Qu’il y ait débat, aucun pb. Qu’il prenne toute la place, qu’on voit 4-5 articles rien que sur ce sujet en quelques jours, ça paraît un peu hors de proportion. "

Hum, le principe du web c’est que tu peux choisir ce que tu veux lire, si le débat sur "Charlie" ne t’intéresse pas, alors faut pas le lire, et à mon avis encore moins y participer : le faire juste pour dire que ce débat est inutile, est-ce utile ?

"Et puis, toujours en gardant à l’esprit que le débat est légitime, t’est-il seulement venu à l’esprit qu’il y a beaucoup de personnes qui ne lisent pas Charlie Hebdo..."

Hum mais alors pourquoi lisent-ils ce qui concerne Charlie-Hebdo ?

"...et que donc il semble judicieux de ne pas prendre toute la place uniquement pour Monsieur Philippe Val ? "

Il y a des problèmes de place ? Ce qui se dit au sujet de Charlie empeche-t-il d’autres débats ?

En bref : où est le problème ? un débat inutile ? qui decide de ce qu’est un débat utile ? Quel débat intéressera tout les lecteurs ? s’interesser à Charlie empeche-t-il de s’interesser au reste ?

Répondre
> Débats utiles et débats inutiles, Mikeul, 19 février 2001

Hum, le principe du web c’est que tu peux choisir ce que tu veux lire, si le débat sur "Charlie" ne t’intéresse pas, alors faut pas le lire, et à mon avis encore moins y participer : le faire juste pour dire que ce débat est inutile, est-ce utile ?

>> Hum mais alors pourquoi lisent-ils ce qui concerne Charlie-Hebdo ?

Parce que pendant cette période débat sur le sieur Val, uZine ne proposait que des articles sur le sujet. Or je lis et participe à uZine et je trouvais dommage de ne parler que de ça... Ca devenait une monomanie préjudiciable.

>> Il y a des problèmes de place ? Ce qui se dit au sujet de Charlie empeche-t-il d’autres débats ?

Pendant la période du débat, oui. Pas d’empêchement au sens strict du terme (en terme de liberté). Mais la une d’uZine n’a été remplie que d’articles sur le sujet. Tous les autres thèmes ont été complètement occultés. Mon seul propos est d’indiquer qu’il faut garder un minimum d’équilibre.

>> En bref : où est le problème ? un débat inutile ? qui decide de ce qu’est un débat utile ? Quel débat intéressera tout les lecteurs ? s’interesser à Charlie empeche-t-il de s’interesser au reste ?

Je n’ai pas dit que le débat était inutile en soi, mais que la place qu’il a prise me paraît largement surévaluée, surtout par rapport aux autres thèmes.

Répondre


Chronique d’un pétage de boulons annoncé
18 janvier 2001, message de David B
 

Personnellement, l’éditorial de Val ne me surprend pas, et il me donne enfin l’occasion d’arrêter de lire "Charlie", dont la ligne éditoriale et le rédacteur en chef me donnaient des boutons depuis un certain temps. Je ne crois pas que la chute de la maison Val relève simplement de la rumeur : on a, au contraire, pu mesurer l’ampleur du désastre semaine après semaine.

Sans revenir sur la guerre du Kosovo, on se souvient du pitoyable éditorial "les ennemis inattendus", où le rédac en chef pleurnichait sur les attaques dont il avait fait l’objet dans la presse de gauche, dont Marianne. La semaine suivante (le 22 mars 2000) il se ravisait :

"Repentance

Marianne n’a pas publié le dossier qu’un journaliste préparait. Je savais que son article serait hostile... Marianne a choisi l’élégance confraternelle."

Val qui avait encensé "Les nouveaux chiens de garde" de Serge Halimi, tombait désormais dans le journalisme de complaisance, et reconnaissait -sans bien se rendre compte de l’énormité de son aveu- qu’au nom de l’union corporatiste, les copains avaient censuré un article dérangeant. Bel exemple de probité !

On pourrait relever aussi la bêtise de certains de ses articles (hélas de plus en plus nombreux) où, fier d’étaler sa culture, Val raconte n’importe quoi (ceux qui aiment Rimbaud sont les mêmes qui ont conduit au scandale de la vache folle au nom de la modernité -si, si, il a réellement écrit ça, dans n° 436 du 25-10-00), et devient même incompréhensible : l’édito de la semaine dernière est un modèle du genre où Montaigne, Shakespeare, Garaudy, Adorno, Primo Lévi, Godard sont convoqués... pour dire quoi déjà ? Même Siné n’a rien compris (cf. Charlie du 17-01-01).

Mais plus sérieusement, je crois que l’article de Val n’est pas un délire incontrôlé mais une réponse agacée à plusieurs articles du Portail des Copains, en particulier à celui d’ARNO il y a quelques jours. "Charlie" s’était déjà fait épingler par le Portail il y a quelques temps pour avoir publié un article de Michael Moore sans lui demander l’autorisation. La semaine dernière Charlie fait entrer la pub dans ses colonnes, et il y a très fort à parier que Val a eu connaissance de l’article d’Arno à ce sujet. A part cela, qu’est-ce qui, dans l’actualité de cette semaine, justifierait cette sortie ? Val est mégalo, il démarre au quart de tour et s’emballe même contre des articles en projet. Alors un article défavorable sur Internet vaut la condamnation de toute la toile...

(Et je ne mentionne pas le -très bon- site contre "Charlie" (dans le Magazine de l’Homme Moderne je crois), que Val connaît probablement aussi.)

Répondre
> Chronique d’un pétage de boulons annoncé, l’homme moderne, 18 janvier 2001

Bonjour,

le magazine de l’homme moderne ne fait qu’héberger le site du journal Pour Lire Pas Lu de Pierre Carles et consorts, qui, dans son numéro 0 de juin 2000, titrait "Philippe Val n’est féroce qu’avec ses salariés" (http://www.homme-moderne.org/plpl/n0/p5.html#val) ; PLPL s’expliquait, suite aux réactions de ses lecteurs, dans une lettre d’infos de sept. 00 (http://www.homme-moderne.org/plpl/l0009/index.html#val)

Le dossier définitif sur les méthodes du Montaigne de bazar est chez Presse Libre : une copieuse compilation d’articles et d’informations. http://www.presselibre.org/charlie/index.html

Evitez les maîtres à penser, il arrive souvent qu’ils décoivent.

Cordialement.

 
Répondre
> Chronique d’un pétage de boulons annoncé, 19 janvier 2001

Merci pour le conseil suite à cette démonstration flagrante, ça fait toujours mal de se sentir trahis alors qu’on se pensait aimé (bon ,d’accord, j’enfle un peu le propos mais c’est pour faire plus pathétique encore).

Cordialement également.

Répondre
> bah, si ça crée des sites comme celui-ci, pourquoi pas..., raph, 30 mars 2005

il est bien votre site..

ce qui est marrant, c’est que dans une conférence qu’il a donné ya 2 semaines, val lui même décortiquait tout ce que vous dites, en expliquant, selon les canons de la logique (kantienne) qu’il était tenant de l’absence d’étiquette...

or, vous essayer tous de le mettre à gauche, de l’en banir, parce que ce monsieur a les couilles d’un jour avoir dit qu’une action de Juppé était pas mal... ainsi condamner les gens qui défendent le pluralisme (par leur action propre) et le non dogmatisme en revient à un système totalitaire...

j’espère juste que vos réactions sont celles du coeur et non de la raison, parce que justement tout ça vous émeut, vous meut, vous affecte, et que vous avez conscience du danger d’une condamnation intégrale de val, qu’un jour, en passant devant un kiosque, vous vous laisserez tenter par un charlie, et bien que le monde diplo vous botte aussi...

Répondre


> Adieu Philippe, on t’aimait bien !
17 janvier 2001, message de DarkShun
 

C’est toujours triste de voir un homme de gauche, du côté des petits, prêt à pourfendre le capitalisme et dénoncer les méfaits de la mondialisation, tomber du côté de la Réaction. De progressiste, Philippe Val est ainsi devenu réactionnaire, opposé aux changements, voulant garder sa place parmis ceux qui sont autorisés à penser, et conserver la société telle qu’elle est, tout changement ne pouvant qu’empirer les choses.

On ne compte plus les intellectuels de gauche à avoir suivi ce cheminement (regression ?) intellectuel. Une fois installée dans une vie bourgeoise, pourquoi continuer à combattre au coté du peuple ?

Ou alors... Philippe Val est payé pour faire de la pub pour les hébergeurs gratuits. Au hasard pour Free, qui héberge gratuitement, les pages web et les emails, dont celui de monsieur Val. La publicité serait donc réellement entrée dans Charlie ?

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, DS, 17 janvier 2001

(suite du message précédent, envoyé par erreur prématurement)

En tout cas, il y a fort à parier que cette citation sera rapidement la citation la plus citée du web indépendante après celle de Françoise Giroud ("l’internet qui est un danger public puisque ouvert à n’importe qui pour dire n’importe quoi"). Philippe Val aura alors atteint son objectif de capital symbolique dans le petit milieu parisien.

Répondre
> Adieu Philippe, on t’aimait bien !, LuKa, 18 janvier 2001
Je ne crois pas, pour ma part, que Philippe Val ait dégénéré. Il m’a toujours semblé que derrière le discours contre l’ultralibéralisme, le discours anti-mondialisation, se cachait, chez beaucoup de commentateurs, un assentiment mesuré (mais un assentiment quand même) envers les fondements même du capitalisme. Et Philippe Val, en représentant fidèle de la social-démocratie (rose et verte), ne fait pas exception : il s’est toujours bel et bien inscrit dans le courant de pensée réformiste, pour qui il ne faut pas confondre les excès du capitalisme avec le capitalisme lui-même, dont le système serait perfectible au prix de certains aménagements (cf. son engagement pro-ATTAC, sa profonde hostilité à la lutte des classes, son mépris de la classe ouvrière...). C’est pourquoi la soft-pub de Charlie pour Libé (journal qui se prévaut d’avoir réhabilité le capitalisme dans la gauche branchouille), ne m’étonne pas. Pas plus que l’interview de Messier. Et je ne serai pas surpris de trouver demain une interview complaisante du Dalaî Lama, d’Alexandre Adler, de Robert Hue, de Nicole Notat...
 
Répondre


Si c’est exprès, c’est minable
17 janvier 2001, message de Thomas
 

« Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions. » (Philippe Val, Charlie Hebdo, 17/01/01)

Effectivement après avoir lu ça... difficile de poursuivre la lecture de son Charlie comme si de rien n’était. D’autant que je fais partie des nombreux privilégiés qui ont internet et qui s’en sont servi pour dire à Val leur désapprobation concernant la toute nouvelle politique d’"échanges de bons procédés" entre Charlie et Libé. On ne peut s’empêcher de penser que cet article puant (y’a pas d’autre mot, et je pensais pas m’en servir un jour pour qualifier un article de Val) est en fait une réponse à nous tous adressée. En gros Val nous dit d’aller nous faire foutre et en plus se permet de dire à ceux pour qui internet est encore un truc vaguement mystérieux que nous connectés nous sommes au mieux pas franchement fréquentable et au pire des gens particulièrement dangereux pour la société. Ca fait plaisir.

Moi aussi j’ai été un fan des brillantes argumentations de Val dans lesquelles il était capable de confronter tous les points de vue pour déterminer lequel était le plus raisonnablement humain. C’était l’exemple du mec mesuré. Avec des convictions mais mesuré, jamais excessif. C’est fini. Val n’est plus qu’un espèce de beauf buté qui ne sait réagir que par l’insulte quand on ose émettre des réserves sur ce qu’il fait ou dit.

J’ai les boules. Grave.

Répondre
Val à veaux l’eau..., chienfou, 18 janvier 2001
même si l’orthographe du titre esst pas très bonne, ça vait bien 3 ans qu’on sentait que le Val baissait. La verve, déjà... Il restait le côté humaniste, réfléchi, mais une fois de temps en temps, son style sentait plus l’aigreur d’estomac que la joie de vivre et penser un peu plus libre... Que dire aujourd’hui ? Il a raté le coche, et en plus a lâché une belle grosse connerie. Bien, en cherchan la petite bête, on peut dire qu’il n’a pas dit exactement que tout internet ne contenait que ça... Mais bon, on y croit pas trop, c’est vrai qu’il a surtout l’air d’un lecteur du nouvel obs ou de l’lexpress, d’un propagandé de plus... Je vais sans doute me faire huer, mais je vais rester encore fidèle à Charlie malgré ça. D’abord parce que Val a souvent montré une qualité dans ses éditos : revenir sur un débat, écouter d’autres point de vues... Ca lui est arrivé pour les nationalistes bretons, chai pas si vous vous souvenez, sur le Kosovo aussi, même si ça conclusion restait la même, il a fait part assez honnêtement de sa difficulé à y arriver... Comment dire mon sentiment ? Val et Charlie ne sont plus depuis pas mal de temps la référnece en temrmes de contestation, de lucidité. Disons qu’ils leurs arrivent ecore d’avoir des passages de bonnes ides, et quand même un peu plus souvent que le reste de la presse. Et pis Luz, Charb, j’aurai un peu de mal à pas les aimer... L’arrêt brusque de mon achat hebdo de Charlie me semblerait être aussi monolithique et lourd que l’édito de val qui l’aurait motivé. Par contre, l’idée d’un journal papier représentant mieux les courants de contestation actuels me semble de plus en plus pertinente... Un genre de Don Quichotte en plus acide, et un peu plus fournisseur de piste de réflexions... Bon, je sais pas vraiment si j’ai apporté grand chose, là, mais je partage les regrets de tous ici... Mathieu
Répondre
> Val à veaux l’eau..., lagardere, 18 janvier 2001
VAL AU-DESSUS d’UN NID DE COUCOUS !!! Cet article confirme ce que j’ecrivais la semaine dernière :beaucoup d’aigris de gauche qui aurait été viré de Charlie et qui tiennent leur discours sur ce site où ils sont lus par leurs pairs(très nombreux ?70000 par semaines ?)N’y a t- il pas un océan de merdes sur le Net ?Est-il très démocratique et accessible à ceux dont vous prenez la défense ?
Répondre
Y a pas que des journalistes ratés ici, Thomas, 18 janvier 2001

Cher Lagardère (ça fait bizarre, mais bon...),

Tu sais, si je me suis permis de réagir à cet article, ce n’est pas parce que je suis journaliste raté et que j’ai trouvé là une super occasion de me défouler sur ce salaud de Val qui a son propre journal rien qu’à lui, il m’énerve, il m’énerve, il m’énerve !! alors que moi que dalle, je vivote avec en tête mes vieux projets de révolution...

D’abord je suis pas journaliste. Pas que ça à foutre, faut que je paye mon loyer. Par contre, je lis Charlie et depuis longtemps. Merde, ça fait même 8 ans !! j’ai commencé à 16 ans. Alors oui comme le dit plus haut ce cher Mikeul j’ai un peu perdu un guide spirituel. Je n’ai aucune honte à reconnaitre que Charlie (et donc Val) n’est pas pour rien dans ma façon de voir le monde, la société, tout ça. Avant de connaître Charlie, pour moi, la presse de gauche c’était le Nouvel Obs (même si déjà à 16 ans je trouvais ça étrange que dans un hebdo de gauche on trouve des baraques à 3 millions minimum dans les dernières pages...) !

Et puis merde, Mikeul, je suis désolé, mais oui, c’est quand même bon de se dire qu’on est pas forcément tout seul à se dire que le monde ne tourne pas rond et qu’on a en commun avec les autres de lire Charlie, un truc qui te revient à 10 balles par semaine. Quand tu dis qu’on se mouche et qu’on passe à autre chose c’est pas si évident que ça. Toi, moi, on est peinards, on a Internet on peut se permettre d’aller seurfer sur le weuweuweu, où n’importe quel blaireau dans notre genre peut aller déverser sa pensée vaguement gauchiste, mais pour ceux encore majoritaires qui ne connaissent pas la différence entre un e-mail et une page web (les cons !), si tu enlèves Charlie on ne peut pas dire qu’il leur reste grand-chose pour s’ouvrir un peu l’esprit. Donc oui, je suis profondément déçu quand dans un hebdo qui me sert de référence on lit des propos aussi réacs que ceux tenus par Val dans son dernier Edito.

Mais revenons au sujet qui est de répondre à mon ami Lagardère (c’est marrant finalement...). Certes on trouve beaucoup de merdes sur le Net. Mais on en trouve aussi dans la presse, est ce que pour autant on va aller dire que la presse dans son ensemble n’est que de la merde. Est-ce que parce que le Figaro pue du bec je vais aller dire que du Figaro à Charlie en passant par le Monde diplo, toute la presse pue du bec. Est-ce que parce que Ariel Sharon est une ordure je vais clamer que tous les Israëliens sont des brutes épaisses assoiffées de sang palestinien ? Ce que je reproche à Val dans son dernier édito c’est de s’être permis un généralisation hallucinante que je ne trouve pas digne ni de lui ni de Charlie, c’est tout. N’importe quel mec qui participe à un webzine reconnaitra que sur Internet on trouve de tout, et même énormément de merde. Simplement je ne comprends pas pourquoi Val se permet lui de dire qu’Internet dans son ensemble c’est de la merde et ceux qui le font soit des capitalistes extrêmistes soit des mecs dangereux.

Enfin pour finir l’aspect démocratique d’Internet. Dans quoi la démocratie est elle supposée se mettre en place ? Dans une société. Internet n’est qu’un média. Comme la Télévision. Est-ce qu’on demande à la télévision d’être démocratique ? Et puis ça voudrait dire quoi ? On voterait pour élire le présentateur du journal télé ? Bon d’accord, je fais semblant de pas voir compris la question. En fait cher Lagardère tu te demandes si Internet est démocratique comme le bus est plus démocratique que la limousine avec chauffeur. C’est sûr que non. Le site de Droit au Logement (s’ils en ont un je sais pas) est certainement difficilement accessible aux SDF dont ils se soucient. Mais est-ce que le but est de faire entendre ses idées à ceux dont on défend la cause ? Les mecs qui ont organisé la lutte contre l’OMC à Seattle par exemple se servent énormément d’Internet ; pourtant le môme qui fabrique des Nike pour 3 francs de l’heure au Philippines n’a pas accès à Internet. Est-ce que pour autant ça n’a servi à rien ? C’est clair Internet ne résoudra pas tous les problèmes et il y a certainement plus grave que le fait que les enfants d’Afrique n’aient pas accès à son monde merveilleux. Maintenant il ne me semble pas déplacé de considérer qu’il peut servir de moyen pour ceux qui luttent pour que ça aille mieux.

Répondre
> Y a pas que des journalistes ratés ici, Chrisalde, 19 janvier 2001

Merci pour ton message : il m’a fait du bien. L’impression de nausée à la lecture du dernier ( ?) article de Philippe Val n’empêche pas la reconnaissance que j’éprouve pour des prises de position raisonnées, voire radicales. Maintenant, j’ai un peu peur que nous jetions le bébé avec l’eau dubain, comme ondit...

Quels autres organes de presse nous reste-t-il ? Et si, effectivement, Val n’était pas sensible à ce qu’il a déclenché, alors là il y aurait un réel problème. Comme tu le dis, il adéjà été capble d’écouter d’autres points de vue que le sien...

Mais, encore une fois, j’ai un rien peur qu’il n’y arrive pas... Faute d’avancer dans la réflexion à plusieurs. Penser tout seul trop longtemps, ça use. Pour terminer, j’avais un vieux prof qui nous avait dit un jour : "A force de pas vivre comme on pense, on finit par penser comme on vit". J’aime.

Chrisalde

Répondre
> Y a pas que des journalistes ratés ici, chrisalde, 19 janvier 2001

suite du message : Val a dû atteindre le point d’inflexion vers la suffisance qui conduit à penser comme il vit... Non ?

Chrisalde

Répondre
> Y a pas que des journalistes ratés ici, Mikeul, 25 janvier 2001

>> Et puis merde, Mikeul, je suis désolé, mais oui, c’est quand même bon de se dire qu’on est pas forcément tout seul à se dire que le monde ne tourne pas rond et qu’on a en commun avec les autres de lire Charlie, un truc qui te revient à 10 balles par semaine. Quand tu dis qu’on se mouche et qu’on passe à autre chose c’est pas si évident que ça. Toi, moi, on est peinards, on a Internet on peut se permettre d’aller seurfer sur le weuweuweu, où n’importe quel blaireau dans notre genre peut aller déverser sa pensée vaguement gauchiste, mais pour ceux encore majoritaires qui ne connaissent pas la différence entre un e-mail et une page web (les cons !), si tu enlèves Charlie on ne peut pas dire qu’il leur reste grand-chose pour s’ouvrir un peu l’esprit. Donc oui, je suis profondément déçu quand dans un hebdo qui me sert de référence on lit des propos aussi réacs que ceux tenus par Val dans son dernier Edito.

Notons ici plusieurs choses :
-  tout le monde sur Uzine ne cherche pas à "déverser une pensée vaguement gauchiste". Si on peut qualifier uZine de webzine gauchiste, c’est le début de la fin (enfermement des idées, étiquetage, etc.)

-  Il n’y a pas que Charlie dans la vie, y a pas que la presse de gauche dans la vie, y a pas que la presse de droite, il y a suffisamment de journaux/magazines très différents et qui savent rester objectifs pour ne pas limiter son point de vue à un seul même si je peux bien évidemment comprendre qu’on ait une préférence pour un magazine qui rejoint nos idées. Il n’y a donc pas que Charlie pour s’ouvrir l’esprit.

J’ai indiqué que je comprends qu’on puisse être déçu par ce type de propos dans un journal que l’on apprécie (Charlie ou autre), et en parler dans uZine est légitime. Mais là, on atteint des proportions hors de proportions avec 5,6 ou 7 articles sans compter tous les commentaires. Ca ne fait pas un peu trop ?

 
en ligne : Bernie Mag
Répondre
Ni dieu, ni maître..., UnderJoe, 11 février 2001

"j’ai un peu perdu un guide spirituel"

A mon avis, c’est ça la base de la réaction de beaucoup de gens : la perte du guide spirituel, du Maître. Quand j’avais lu son edito je m’etais dit :"tiens qu’est-ce qu’il lui arrive à Val, il a pété les plombs ?", je savais pas qu’il avait reçu des tas de mail suite à la pub pour libé, il est possible qu’il se soit senti méchamment agressé.

Finalement, je me dis que si ça a servi à transformer pour certains le Maître en homme normal, son edito aura eu du bon.

Autre chose : "son engagement pro-ATTAC", considéré comme une preuve de réformisme (de réformisme petit-bourgeois sans doute) et l’amalgame dans le phrase autour de ces mots dans le message de LuKa, je trouve ça typique d’une espèce de pensée unique de soi-disant gauche radicale, dans laquelle il suffit qu’un discours soit pro-Attac pour qu’il soit disqualifié... Genre "nous les purs on veut tout, tout de suite, ou rien du tout, tant pis on attendra"

Certains préfèrent dans certains cas (en général, urgents...) une petite modification immédiate, plutôt qu’une grosse modification toujours remise aux calendes grecques, comme disait Brassens ("depuis tant de grands soirs que tant de têtes tombent, le paradis sur Terre on y serait déjà").

Répondre
> Si c’est exprès, c’est minable, Severino, 18 janvier 2001

Je suis d’accord. On ne peut plus faire comme si de rien n’était après cette citation à moins d’un mea-culpa dans le prochain numéro (tout le monde a droit à l’erreur).

Néanmoins je regrette que le dicton "qui aime bien, chatie bien" s’avère encore une fois exacte. Et des textes écrit à la va vite peuvent vexer profondément sans que cela soit intentionnel. Que ce soit ceux qui écrivent, ou ceux qui lisent, il convient de le faire avec indulgence et esprit critique. (Rappel)

Je voudrais préciser que s’il veut faire de la pub pour Libé, l’Otan, Cohn-Bendit et Voynet, il n’y a pas de problème. On en discutte sur un site (minirezo.net), certains trop deçu se laisse aller, comme si il venait de se faire plaquer, ca crée des tensions, c’est la vie, quoi...

D’autant plus que la ligne éditoriale de minirezo n’est pas fixe : beaucoup ici d’ailleurs se contrefichent de la polémique actuelle (heureusement, sinon ce site n’aurait aucun intérêt :-). D’autres (dont moi) écrivent ici comme ils parleraient dans un bistrot... Evidemment on essaie d’éviter d’y dire autant de conneries mais parfois Ca nous échappe (j’ai bien traité Val de Chevenementiste la semaine dernière, alors que je voulais dire "républicain à l’ancienne" :-) Dans ce cas, si ça nous revient à la gueulle, on s’explique et s’engueulle ou se fait pardonner. Au moins y’a de l’action.

Bref, tout ça pour dire : Val si jamais tu lis les forums du mini-rezo, explique toi !

-  > pour l’échange de pubs, il y a des journaux avec pub tout à fait honorables, et il est plus facile de ne pas faire de concessions sur un webzine que sur un journal papier qui coûte cher

-  > Pour l’écart de salaire : 1 à 3 c’est un peu contradictoire avec tes passions égalitaristes, mais c’est une question de prise de responsabilité. Qui ne fait aucune concessions au principe de réalité ?

-  > Pour la citation ci-dessus, ce n’est qu’une insulte, une réponse vexée à certains des articles et à certaines des interventions accessibles sur Uzine2. Je dis ça pour toi, parceque les "tarés" qui construisent le web indépendant n’ont pas besoin de toi, ils se débrouillent très bien tout seul.

Voilà, moi je ne te reproche pas la pub dans Charlie Hebdo, ni le soutien à Voynet, sur l’OTAN par contre j’ai un plus de mal à être indulgent. Mais voilà, à part ceux d’oncle Bernard, les articles m’intéressent de moins en moins. Alors je fais des économies de temps et d’argent. On n’est plus syncro, mais surtout parceque j’ai changé. Alors Adieu. Bravo pour Charlie Hebdo, j’ai vraiment été un fan depuis... la guerre du golf et sa grosse bertha.

Répondre
> Si c’est exprès, c’est minable, loos, 19 janvier 2001
bon c’est vrai c’est décevant de la part de ce cher Val, mais euh.... ce qu’on aime dans charlie c’est-y-pas qu’il n’y a pas de ligne directrice fixe, que chacun peut s’exprimer contre un autre (val contre charb et inversement), que si tous sont placés "à gauche" ils varient de l’"extrême" gauche au ps en passant par les Verts ? moi c’est ce qui me plaît et j’accorde à Val le droit d’écrire un article sur lequel je suis pas d’accord, c’est pas pour autant que je vais boycotter Charlie...
Répondre
> Oui mais..., f, 3 janvier 2004

Tous les éditorialistes ont écrit un jour ou l’autre d’énormes conneries, tous !!!! Des économistes émérites aux sociologues adoubés, des philosophes cultes aux anarcho-syndicalistes brillants et j’en passe, ils ont tous fait de même... Donc, il vaut mieux tempérer son jugement quant à la dernière « grossièreté » de Val concernant Internet.

Cependant...

Je me souviens d’une table ronde avec Charb, Cavana (il me semble) et certains membres de l’équipe de Charlie Hebdo à la « Maroquinerie », il y a quelques années, la thématique : les médias et Internet. Une jeune femme nous présentait son livre, décryptage d’Internet, qui dressait une sorte d’état des lieux assortis de quelques analyses dûment soutenues par Charlie Hebdo... Ces analyses portaient sur les enjeux commerciaux, et propagandistes de ce média. L’aspect le plus intéressant à savoir la vrai/fausse démocratisation du savoir et des informations n’était quasiment pas traité. Et pour cause, il manquait certains intellectuels pour traiter de « la chose »... la méconnaissance du sujet était telle, qu’une honte exponentielle s’est emparée de moi me poussant à une « sortie » salutaire. Les analyses étaient si incomplètes, si bâclées, pardon mais c’était ridicule... Pourquoi ? C’est fort simple, il manquait une génération d’individu qui avait vécu l’avènement de ce média de l’intérieur.

Premier bilan, Charlie Hebdo, n’a pas su s’entourer de personnes possédant un minima concernant ce domaine. Mais finalement, inutile de sacraliser un « outil » comme Internet puisque ce n’est qu’un « outil ». Cependant Philippe Val devrait revoir les nombreux dissidents qui ont su faire passer des informations vitales concernant l’état de leur pays. La liste est très longue...

Quant à la petite guerre menée par divers intervenants : Serge Halimi (PLPL), BHL (l’incontournable imposteur), Bernard Cassen (Attac), Philippe Val, et bien d’autres. J’aimerais rappeler cette « chère » et « tendre » époque où Sartre et Aaron chef de file des intellectuels parisiens se tiraient méchamment la bourre par médias interposés. Les accompagnaient docilement André Glucksmann et Bernard Henry Lévy, pour l’heure de simples apprentis stagiaires ambitieux mais dépourvus du talent de leur maître... « Ils » se sont maintes fois trompés et l’homme est plus que destiné à reproduire ses erreurs. « Celui qui ignore le passé se condamne à le revivre »... Commençons donc par là !!!

Les querelles de paroisse entre les intellectuels ont toujours dominés les prétoires publics, mais retenir les « diatribes souvent infantiles des uns et des autres » pour alimenter du « vide », quelle misère !

Il serait bon de se souvenir, qu’un éternel clivage dresse les uns contre les autres. Le monde diplomatique est par exemple « prévenu » ouvertement de ne pas « réprouver » avec virulence le régime castriste et la dictature qui y règne, Préférant plutôt fustiger l’impérialisme américain...

L’Irak fut ainsi l’occasion de redécouvrir un sanctuaire assez singulier : une certaine mouvance intellectuelle, strictement parisiennes, je le souligne. Que l’on se souvienne des interventions médiatiques « hystériques » de Glucksmann, de Bruckner, du « décérébré » Goupil ou de tant d’autres en faveur d’une intervention immédiate en Irak... Où celle de Bourdieu, de Chomsky etc. contre l’intervention américaine. Si on poursuit dans cette logique de constat non exhaustif, est-il utile de le souligner ? On constate aussi certaines affinités. Glucksmann / Sharon, Sollers / Intervention en Irak, Monde diplomatique / Castro, Finkielkraut / Contre le port du foulard, Val / Intervention au Kosovo, Chomsky / contre l’impérialisme américain etc.

Cherchons donc ici les points convergents les plus « démonstratifs », par exemple le conflit israélo-palestiniens...

Quant à Philippe Val, homme érudit, citant abondamment les « penseurs » du XVII et du XVIII, est-il si qualifié pour dispenser une « prose » humaniste qui se dilue dans une telle démagogie qu’elle en devient suspecte ?

Sérieusement, le sérail intellectuel parisien commence à peser un peu trop lourdement sur le bons sens et le vestibule de l’intelligence, susnommé lucidité, merci léo.

Il faut donc s’en débarrasser impérativement...

Comment ?

Cherchons bien, on va trouver...

F

Répondre
notre petit Staline à nous, Josi, 27 septembre 2005
J’ai bien peur que la dérive de Val soit inhérente à la nature humaine .... Il y a déjà fort longtemps que je ne lis plus Charlie, nauséeuse que je suis rien qu’à écouter les propos péremptoires de Val sur France Inter où il lit (mal d’ailleurs, c’est bizarre il était bon sur scène avec Font ...) son édito -texto - ! Récemment je l’ai écouté par hasard et j’ai pu constater qu’il a repris son grand cheval de bataille : la lutte contre un mal terrible, qui ruine il est vrai toute la planète, j’ai nommé l’homéopathie.... Quand on a la chance d’avoir 5mn de temps de parole sur une chaine nationale, qu’on n’a pas besoin du net pour faire connaître ses opinions, s’acharner une fois encore sur l’homéo, en faisant référence à Douste Blabla (si, si ... l’homme voulait dérembourser ces drogues, c’est dire s’il est digne de confiance ....)je dis que c’est se foutre de la gueule des gens qui vous lisent et vous écoutent. J’emmerde Val depuis longtemps et ses réactions de Stalinien aux petits pieds, tout plutôt que ses discours hargneux, revenchards, haineux, obtus ! Tiens, allez donc voir plutôt du coté du canard bien sûr, du monde diplo aussi et surtout de Michel Onfray, un vrai philosophe hédoniste, athée, épicurien,libertaire, qui n’a pas oublié ses origines, qui a le souci de l’autre et qui lui fait du bien !! N.B. son site sur google est remarquablement bien fait. Vive le net et merde aux dictateurs, quelque soit le bord dont ils se réclament !
Répondre