racine uZine

Dans la même rubrique
Des crânes bien bourrés
 
mercredi 24 janvier 2001
Le bourrage des crânes au quotidien (4)

De certaines lois « naturelles » en politique ... et ailleurs.

par Vykinge
 
Certaines constellations lexicales nous sont assénées de manière tellement répétée que nous n’y faisons même plus attention, elles nous paraissent aller de soi. Et pourtant elles ne sont pas, loin de là, innocentes. Deux exemples parmi d’autres.

« Des incidents ont éclaté... ». Oui, les incidents ont cette particularité qu’ils éclatent, comme ça, comme les fleurs poussent. Le journaliste doit bien sûr faire preuve de dicernement avant d’attribuer la responsabilité des troubles qui se déchaînent ici et là dans le monde. Mais a-t-on jamais lu ou entendu « l’armée israélienne a provoqué des incidents dans les territoires occupés » ? Ou bien « quelques dizaines de CRS sont à l’origine d’incidents qui ont eu lieu lors d’une manifestation pacifique » ? Non, les incidents, soudain doués d’âme, éclatent, un point c’est tout, comme par miracle et en colère, par leur propre volonté, et il n’est pas de bon goût de se demander qui les a provoqués ou en est du moins l’origine. Manière bien commode, donc, d’évacuer la question de la culpabilité.

De plus, et c’est bien pratique, les incidents, éclatent toujours « entre » un groupe A et un groupe B (et parfois d’autres). Ce qui permet de renvoyer dos à dos lesdits groupes, sans couper les cheveux en quatre. Des gamins palestiniens lancent quelques pierres sur des soldats israéliens qui rispostent par une pluie meurtrière de balles, voilà la réalité ; des incidents éclatent entre des Palestiniens et l’armée israélienne, voilà tout ce qui nous parvient. De plus, de manière anecdotique, dans l’exemple pris ici, les incidents éclatent toujours dans « les territoires occupés ». Ces territoires occupés le sont en effet depuis si longtemps, que l’expression a presque aquis l’autonomie d’une expression figée, avec ce qu’on appelait dans ma jeunesse une épithète de nature (comme on dit « vert pâturage »), et que plus personne ne prend la peine d’indiquer par qui ils le sont. Ceci permet d’évacuer encore davantage la question de la responsabilité isrélienne dans ce cas-là, car c’est tout de même bien Israël qui les occupe, ces territoires, ou y a-t-il eu des changements de dernière minute ?

« Les prix montent ». Comme les incidents éclatent, les prix montent, par l’opération d’un Saint-Esprit respectivement répressif et libéralo-capitaliste. Là aussi, sous l’effet d’une mystérieuse loi naturelle, les prix montent (car il est rare qu’ils descendent et dans ce cas-là les généreux responsables de cette diminution ne manquent pas de s’en vanter), comme si personne n’était à l’origine de cette augmentation, et que les prix étaient soudain doués d’âme et évoluaient de leur propre chef. Personne ne fait monter les prix, tout le monde se regarde étonné, l’air innnocent. Et tous les Gaillard du monde de tenter de nous faire croire que les mouvements des prix, comme les planètes, ont leurs lois sur lesquelles nous, pauvres humains, n’avons aucune influence. On nous prie donc de faire preuve de modestie, de ne pas nous mêler de ce qui échappe de toute façon à notre entendement, et de laisser aux « économistes de masse » (à la botte du pouvoir), qui sont bien sûr des scientifiques respectables armés de diplômes et de prix Nobel, le soin de faire au mieux, et pour nous, face aux lois « naturelles » régissant les prix, lois dont nous sommes les victimes malheureuses.

 
 
Vykinge
 
Toutes proportions gardées, c’est un peu comme les bugs qui noircissent soudain votre écran ou vous empêchent tout simplement de travailler quand vous employez les produits Microsoft. Ils tombent du ciel ... mais si un jour ils sont « vaincus » (telles des forces du Mal venues d’ailleurs) ce sera grâce au grand Bill... et s’ils ne le sont pas, c’est la faute à tous ceux qui ne le laissent pas « travailler » en paix (les Linux et autres McIntosh).
Imprimer
format impression
Enseignant/traducteur
 
SPIP
Web indépendant


L’ appétit des chats gris.
28 mai 2001, message de dpseudo ( autodidacte )
 

comme tout a l’ air si simple, les sombres ombres contournées par des éclairs de lucidités et nos vues de l’ esprit imaginables que, par conservatisme ou imbécilité, d’ autres se croient obligés de castrer. les responsabilités accrues et partagées dont la plupart se sentent étrangers. les sens édulcorés avec ou sans aspartame, le régime est à l’ ordre du jour mais rassurez-vous, les politiques de la diététique ne peuvent, la nuit, qu’ avoir peur des chats gris.

Bon appétit.

Répondre


Salut Vykinge
26 janvier 2001, message de Goulven
 
Tant que je t’ai à l’écran, peux-tu m’expliquer comment enregistrer un article ou l’envoyer par émail ??
Répondre


> De certaines lois « naturelles » en politique ... et ailleurs.
25 janvier 2001, message de Emmanuel
 

Bien , cette rubrique. Ca me fait penser à l’analyse du nom : "Tempête du Désert". Comme "on" voulait nous vendre une guerre nécessaire, "on" s’est surpassé en communication militaire. "Tempête" d’abord. Une tempête, c’est naturel. Donc, les hommes n’y peuvent rien, c’est une fatalité. Donc, légitimité. "Désert" ensuite. Les images des enfants morts dans les bombardements tandis que les dirigeants ont les fesses planquées, ça fait désordre. Or, le désert est par définition désert. Donc, non, pas d’horreur ; uniquement des "dommages collatéraux" de chameaux et autres palmiers. Et tout ça pour arriver à la "guerre propre"...

Et en plus, je t’ai filé plein d’idées Vykinge : guerre propre, dommages collatéraux...

Allez, au boulot

Répondre


> De certaines lois « naturelles » en politique ... et ailleurs.
25 janvier 2001, message de paolo
 
C’est malheureux d’en arriver là, pendant combien de temp encore vont -ils se jetter des pierres et des balles. C’est un contentieux vieux , il date de 1947 aprés que les américains ont attribut à israël les territoires jadis occupés par les palestiniens, comment voulez aujourd’hui que cela cesse. Le plus grave c’est que des innocent paies, est ce le seul exemples qu’on à a offrir à des enfants. ne peuvent -il enfin vivre en paix tout ca pour un bout de terre, ils ont qu’à le partager
Répondre
HUM..., Goulven, 25 janvier 2001

Mon dieu...Paolo, va faire un tour sur Monde Diplomatique, va sur cartographie, cela devrait suffire à t’éclairer sur ce que Israël entend par "partage"

Amicalement

Goulven

Répondre
> HUM..., paolo, 28 janvier 2001

Goulven

Merci de ton conseil, effectivement ils sont un sens bien particulier du partage. Vu la carte c’est pas joli joli. Le jour où ils s’arrêterons n’est pas encore venus, donc encore des victimes, des pleurs, du sang, en mot la guerre koi... La prochaine fois je vérifierais à deux fois......

paolo

Répondre


> De certaines lois « naturelles » en politique ... et ailleurs.
24 janvier 2001, message de Pédy Naseaux
 
Ca me fait penser aux "pilotes" de courses automobiles qui sont "victime" d’une sortie de route ! Victime ! mais qui donc tenait le volant ?
Répondre