racine uZine

Dans la même rubrique
Julien Nickname, sa vie, son oeuvre
10 décembre 2001
22 septembre 2001
3 février 2001
 
mercredi 4 avril 2001
Modes de vie...

Une angoisse de Julien Nickname

...tendances millenium.
par Julien Bignaux

A travailler continûment aux sites gratuits pour défunts (une affaire qui marche fort, voir les épisodes précédents si vous les trouvez), la pensée de sa propre précarité ne peut manquer de venir s’insinuer un jour dans le cerveau le mieux prémuni contre les sournoises menées des affects.

La cervelle de Julien Nickname, qui a pourtant un firewall haut de gamme nerd certified, s’activa ainsi malencontreusement un mardi à 03:52:32 GMT. D’une angoisse diffuse dans la viscosité des connexions au réveil, il passa à des évocations plus précises, et décida de se lever pour uriner [1] et boire un coca avec le reste de pizza froide et racornie, afin d’échapper au Malin. Car Julien croit que les pensées qu’il n’aime pas viennent d’un autre, vieux reflexe de multidéconnecté par malveillance.

Rassuré par la reprise du cours habituel des choses, il sourit de son faux pas psychique, qu’il attribue aux trucs qu’il a mis dans le coca, quand, tout à coup, le Malin lui tire en pleine face une killer application sophistiquée, celle qui périme toutes les autres sans qu’on ne voie rien venir : oui, c’est bien beau tout ça, mais si tu meurs en vrai, que devient la machine... ? Putain, c’est vrai, ça...

Julien regarde le moniteur avec tendresse, l’unité centrale, les innombrables périphériques et les kilomètres de câbles... Merde c’est vrai...Elle va devenir quoi...Il caresse un moment l’idée que la machine pourrait se laisser mourir, faute qu’il la touche et lui parle, l’accompagnant ainsi affectueusement. Mais notre ami voit bien que, quelle que fût la beauté d’un tel destin, et bien que les fichiers eussent une âme, sa probabilité est infinitésimale...

Et plus on y pense, plus on perçoit la difficulté de la situation. Si Julien la laisse lui survivre, on pourra aller lire sur son disque dur, voir ce qui est filtré par le firewall etc...Malheur, si sa maman tombe là dessus, c’est un coup à se faire mettre une plaque « Ci gît mon déshonneur maternel » sur une tombe anonymée et souillée de crachats d’indignation. Il faut donc l’assassiner, hélas, et trouver quelqu’un de confiance pour ce faire...En même temps, quel gâchis...Toutes ces merveilles à jamais disparues, qui pourraient être offertes.

Demander ça à un copain, pas la peine d’y penser, Julien n’en connaissait pas un capable de ne pas aller fouiner dans les répertoires, y compris celui finement intitulé « L_habitat_Urbain », qui contient quelques dizaines de méga d’organes sexuels divers, pas seulement ceux du dit Urbain, d’ailleurs [2]. Pas douze solutions, une seule...La petite sœur du futur défunt, Lili l’étudiante, doit pouvoir arriver au meurtre, bien qu’un peu manche dans le domaine, vu qu’elle avait ouvert beaucoup plus de braguettes que d’unités centrales [3]. Bon l’unité, de toute manière, elle est toujours ouverte, suffit de la laisser comme ça, et d’indiquer la procédure sur une feuille dans un enveloppe testamentaire.

Il faut lui dire où est le marteau, et de tout casser dedans, ensuite de bien mélanger et mettre les morceaux dans des sacs poubelles différents, à jeter dans trois endroits distants de 100 km minimum... Comme ça, bonne chance aux fliqueurs...Aura-t-elle la force de tout casser...ne vaut il pas mieux acheter une masse, Lili, les seuls manches qu’elle a empoignés, c’ est pas de ce genre, y aura-t-il transfert d’apprentissage ? Doit il accepter qu’elle se fasse aider par un de ses co(pains/pines) du moment, et merde, si c’est son prof, ce gars vachement sympa et ouvert qui accepte même les fellations au bureau si Lili a une urgence libidinale, c’est vous dire [4]... ?

Peut on faire confiance à un vieux ? Parvenu dans ce labyrinthe de l’incertitude fondamentale, Julien ne peut que se résoudre à ne pas douter de sa petite sœur, bien qu’elle l’ait toujours irrité en riant bêtement, genre « je préfère mes bits aux tiennes », comme une andouille qui distingue même pas le féminin du masculin dans les mots les plus usuels, ou genre appeler hard drive les pratiques BDSM, ou dire que « Be Os » est une injonction d’érection [5].

Julien a tort de douter, Lili est de toute confiance, je peux le lui certifier, et avec moi 236 personnes de tous sexes, origines et âges, sans compter un nombre considérables de relations virtuelles. Mais une fois résolu ce problème, demeure celui des legs de ses trésors...Avec les lecteurs de grande capacité, il faut sauvegarder ce qui doit parvenir à ses héritiers. Et d’abord les définir...Il trouve de la place sur un des 15 bouts de papiers de sa poche droite et commence.

-  à Lili, ma petite sœur, les photos de plage de quand elle était au CE1 qui m’ont fait injustement soupçonner de pédophilie lors de perquise électronique (voir 1er épisode, si vous le trouvez), et tout le dossier de mon procès. Aussi, les poèmes reçus de Titfleur, du chatroom « lovemetender », le code source de mon programme pas encore publié, mes lettres aux ministres où je leur dis que d’abord, ils connaissent rien à l’informatique. Pour que tu voies que ton frère, il est travailleur, sentimental et militant, contrairement à ce qu’on a pu lire dans des webzines.

-  à Lucname, mon pote de boulot préféré, bien que ce soit un commercial, lol, le répertoire L_habitat_Urbain, pour qu’il en fasse un bon usage, les 600 pages de logs du chatroom « thabiticioula », et la photo ou je fais semblant de jouer du biniou devant la charcuterie de la place de l’Eglise à Tréguier (andouilles fermières).

-  à ma maman, les photos de la famille, le site de papa, du chien, et un ébauche du sien.

-  à mon patron, la photo de mon cul, qui est dans le sous répertoire « haines secrètes » du C :.

-  à Bronstein, l’op level 500 du chatroom « revolutiononline », mes textes subversifs refusés dans toutes les revues à cause des fautes et des sigles, qu’ils disent...

-  à Rosa26 (faut la retrouver sur #mezenplusjohnny), les 2265 pages de nos privates de l’été 98.

Bon, voilà pour aujourd’hui, plus tard Julien fera les linuxiens, décidera pour tous les mots de passe qu’il a piqués en ligne, les backdoors, et les autres bricoles de la vie.net... Quel soulagement de savoir que les choses s’ordonnent et que l’on peut partir en paix.

Il est 05:01:12 GMT quand il appelle Lili pour la mettre au courant. Elle râle, comme toujours, vu la nuit qu’elle a passée avec les gens sympas rencontrés la veille qui ne savaient pas où dormir, merde, sur les genoux, la pauvre [6]. Et les appels de son frère, c’est moins marrant que ceux de Sophie-Adélaïde où l’on peut traiter dans le détail des volumes, formes, consistances, textures, goûts et odeurs. Ce qui amène evidemment dans les situations d’urgences dites plus haut [7].

Enfin, elle est sympa, Lili, je vous l’ai déjà dit, alors elle l’écoute bien, et lui promet de s’occuper de tout. Juste un détail, elle veut savoir si elle pourra faire un échange dans les legs, et avoir le numéro de Lucname. Julien est d’accord, et très ému... elle doit vouloir sa photo au biniou, probablement.

Notes

 

[1] Afin de faire plaisir aux quelques uns qui se plaignent de l’absence sur uZine2 d’aspects non dépourvus de connotations sexuelles, je me suis permis d’en...introduire. Au risque de déplaire à ma bonne marraine, vu que l’évocation de l’andouille, c’est moins soft que celle de Ernest Renan, par exemple.

[2] voir précédent

[3] voir précédent

[4] voir précédent

[5] voir précédent

[6] voir précédent

[7] voir précédent

 
 
Julien Bignaux
Imprimer
format impression
statisticien
10 décembre 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Une angoisse de Julien Nickname
5 avril 2001, message de Tiresias
 

Histoire de dire ... :

A force de voir des forums et des articles, on constate que bien souvent les meilleurs textes ne génèrent que peu de commentaires, et que les bons forums suivent des articles nécessitant des critiques...

T’es trop subtil, Bignaux, t’auras jamais de bons forums, et tu n’interesse que ta marraîne bretonne qui te valide tes textes (si je sais encore lire entre les lignes), et 2 ou 3 farfelus comme moi....Merci pour tes petits bijoux (de famille ce coup ci :), et ta fausse candeur, mais, pour faire une critique, tu viens de plonger dans l’angoisse de nombreux malheureux qui n’avaient pas pensé au flicage post mortem. C’est pas bien, ça...Pour te faire pardonner, détaille un jour le cas de la petite soeur...

Répondre
S’il n’en avait qu’une ..., PRIVATE JOKER, 6 avril 2001

Hello (zut, j’ai pas l’droit d’écrire ça, c’est une marque du groupe Danone, Boycott !),

JuJu vient peut-être aussi "de plonger dans l’angoisse de nombreux malheureux qui n’avaient pas pensé" au coït post-internetum, non ?

C’est vrai quoi, qu’est-ce donc que ce nouveau style un rien salace ? Et d’où vient donc cette marraine : de Bretagne ? Ne serait-ce pas plutôt d’Oléron, hi, hi ?

Lili, on veut voir tes "legs" maintenant !

Olleh.

Répondre
> Remerciements, Julien Bignaux, 8 avril 2001

Je vous remercie de dire un mot sur ce texticule, y compris pour vous gausser ou vous inquiéter d’une évolution salacieuse...

Je veux bien être complaisant et vous faire une "Lilibido Nickname et les 40 voleurs" qui laisserait Baba tous les austères et les paternes, mais le topic de la série en prendrait un coup. Je remarque que dès que l’on touche, même de façon plaisante et avec complicité, à la libido (des filles qui pis est, et Lili existe vraiment...), le fond du texte n’est plus perçu...C’est de ma faute.

Ceci dit, cet articulet a été validé par un irresponsable, et non par une marraine, ce qui montre que savoir lire entre les lignes et voir ce qu’il y a derrière le rideau sont deux choses différentes.

Lili, qui est derrière moi (et pas peu contente de sa médiatisation :) me dit d’écrire qu’elle n’est pas folle de la messe et qu’elle se demande si vous avez la mine piteuse. Je vous la serre et je retourne bosser aux trous de sécurité.

A+

Répondre
> Remerciements, 8 avril 2001

Déjà toute petite Lili était passée maîtresse dans l’art de décaler les sons. Encore une fois, elle nous en donne la preuve.

Une marraine amusée

Répondre
Goutez nos farces, mes saigneurs !, Julien Bignaux, 16 avril 2001

Tout d’abord, désolé pour l’indignation en retard, mais je n’avais pas trop le choix dans la date.

Mon cher homo-synonyme, vraiment tu t’humanises trop : voilà que maintenant, tu nous fais des contrepèteries. C’est dommage, tant il est vrai que le teint cyborg nous va bien.

En parlant de ça, regrettable aussi que Lili ne soit pas une nerd, auquel cas elle pourrait compiler du C, des fois que... Enfin, garde la quand même par devant toi, mon ami.

Tout de même, il semble que vous soyez plusieurs à squatter ce "pseudonyme communautaire en copyleft", tellement le style est tout d’un coup différent : ça ne se passera pas comme ça, je veux la vérité sur cette affaire !

Attention, si ça continue, je dépose ce nom à l’INPI, histoire de récupérer des pépètes : je vous montrerais moi, que le maniement réitéré des fonds multiplie les mouvements de caisse, non mais.

Enfin, pour ce qui est du "topic de la série", garde le cap moussaillon : change pas, c’est du bon et on est preneur. Par contre, heu... si Lili veut revenir intervenir dans les forums comme elle l’a fait dernièrement, bin c’est MOI qui serait preneur !

Allez salut.

PS : de la part de ton complice Lirresponsable, cela ne m’étonne guère. Encore un, je pense, qui ploie sous la botte de Staline.

 
Répondre
> fatigue, Julien Bignaux, 16 avril 2001

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un joue à utiliser mon nom, parceque c’est vachement rigolo...

Le message précédent figurait tout à l’heure en même place, mais sous un autre pseudonyme. Il y a donc eu manipulation, et ce n’est pas le même jeu. Je n’apprécie pas.

Pour répondre sur la question du pseudo collectif, je précise que je suis le seul auteur et que je ne pratique pas le copyleft, ni le copypaste.

Merci, je vais préparer un kilo de nouilles à ma fiancée qui a une petite faim.

Répondre
Désolé, PRIVATE JOKER, 16 avril 2001

Bon je sais, il m’arrive d’être très lourd...

Navré de t’avoir offensé : il ne s’agissait pas de manipulation, bien plus d’un comique de répétition bien lourdingue. Mea culpa, vraiment...

Je m’expose donc sous la huée de la foule : je suis coupable d’avoir emprunté le pseudo de Julien Bignaux, histoire d’embêter le vrai dans les forums de ses articles et je demande donc ses excuses, voilà c’est dit.

En fait Julien, je n’avais tout simplement jamais cru à la coincidence ayant donné lieu à la publication de "l’Affaire Julien Nicname" suite à l’article de Cubicubum Desabusae, alors j’avais greffé ma propre "private joke" par-dessus, histoire d’en rajouter dans la farce...

...Bon je vais tout te dire, la raison c’est que je suis jaloux de tes écrits, na ! C’est bien fait, c’est structuré, y’a de bonnes idées, la progression du personnage est intéressante, on voit que tu veux présenter tous les aspects de la vie du bonhomme et ce de façon universelle (le sexe, la mort, la vie de couple, la solitude, etc). Alors évidemment, ça m’énerve, quoi !

Voilà, voilà, tu peux me taper dessus si tu veux.

A+

Répondre