racine uZine

Dans la même rubrique
Julien Nickname, sa vie, son oeuvre
10 décembre 2001
22 septembre 2001
3 février 2001
 
dimanche 18 février 2001
Modes de vie...

Les paradis de Julien Nickname

...tendances millenium
par Julien Bignaux

Je viens enfin rassurer les gens de cœur qui avaient manifesté compassion et sollicitude pour Julien, lors de la grotesque tragédie des temps présents qu’un destin vindicatif lui avait imposée il y a peu (voir n° 528).

Julien, que je continue d’appeler Nickname bien qu’il eût changé de nom depuis, avait fait en sorte de regagner un peu d’intimité. Il avait jeté sa machine, qui datait un peu d’ailleurs, déménagé sans laisser d’adresse, abandonné carte vitale et toute vélléité de remboursement de soins, renoncé à posséder une voiture ou un mobile, changé de fournisseur d’accès et de carte de crédit. Ce n’est pas tout, bien sûr (les banques, le fisc, l’éducation, l’armée, la police, EDF etc. possédaient encore des données sur son compte), mais ça aide un peu à retrouver quelque sérénité, en prenant en main son devenir.

La chance lui avait doublement souri d’un coup, aidée par son ex copine qui bossait à présent dans un petit cabinet de chasse de petites têtes. Une filiale de filiale de filiale d’un grand groupe multimédia recherchait un webmaster, et elle lui proposa gentiment le poste, sans dire quelle part des 20% du futur salaire brut annuel de Julien, ainsi engrangé par son cabinet pour cette diffcile prestation, lui revenait sur cette affaire (très peu d’ailleurs).

C’est ainsi que Julien travailla à happyzob.biz, un nouveau concept porteur. Il s’agit, comme vous l’avez deviné, d’animation de joyeuses obsèques (ambiance musicale, blagues désopilantes, photos souvenir, cotillons, sites perso multilingues pour défunt, funtherapy etc.), service de qualité professionnelle, et gratuit en échange de quelques données personnelles d’héritiers (la filiale chargée de la gestion de patrimoine au sein de la même maison en faisait le meilleur usage, dans la dicrétion et l’efficacité).

L’ambiance de travail le séduit aussitôt. Comme le disait le panneau fluo de l’entrée, "happyzob, the funbiz". D’abord, il y avait de très bonnes machines, ce qui contribue notablement à la satisfaction des gens comme Julien. Ensuite, le patron, très sympa (d’ailleurs il le tutoyait) et ne regardant pas à la dépense pour le confort des collaborateurs, permettait l’accès au travail à toute heure. Et ce, notez le bien, sans aucune pression syndicale dans ce sens, juste par saine conception de management adapté aux désirs des salariés (comme quoi, hein... suffit de les choisir bien au départ).

En outre, la proximité du livreur de pizza permettait un service continu et quasi temps réel, le coca et le jus d’orange étaient en libre service (gratuit !), les massages et exercices musculaires sur simple demande. Même, si quelqu’un voulait fumer, il avait le droit de sortir s’adonner à son vice devant la voie ferrée longeant les locaux. Un petit espace y était réservé, sous un panneau pédagogique "regarde le train, il ne fume plus, lui...". Comble du luxe, une salle de douche permettait de se laver plusieurs fois par jour, et d’écrire des blagues sur un tableau spécial (genre "erase unemployed files, clean registry, cyber is safer, wellcum" etc. des trucs à mourir de rire).

Evidemment, ça manquait un peu de filles, juste les stagiaires de l’accueil, et de temps en temps, la prestataire RH, une dame mure d’environ 30/33 ans, mais bien conservée.

Les équipes étaient supercool, tous s’amusaient de propos subtils et profonds qui renforçaient la cohésion de leur groupe... Les 35 heures, héhé les cons, France Telecom, ah putain, les fonctionnaires, lol,les syndicats, lolol, putain man, ça existe encore ça...Ils étaient heureux d’avoir échappé aux loisirs, à la retraite et autres conneries de vieux. et d’attardés prémillenium.

Le bonheur de Julien lui parut à son comble quand il rencontra une veuve, par l’intermédiaire de Lucname, un commercial à BM, mais sympa néanmoins, qui connaissait des blagues d’enfer. En peu de temps, il put loger chez elle et ainsi regagner plus d’anonymat, en se passant d’abonnements téléphone et électricité à son nom. Il essaya de changer un minimum de son mode de vie, notamment il rentrait plus tôt du boulot pour être présent à domicile, mais se mettait sur sa machine...du travail à finir. Elle ne disait rien, sympa vraiment...

Mais bien sûr le temps fait son oeuvre et l’herbe ne reste pas longtemps rose sur la prairie de la vie à deux, vu qu’il faut supporter l’ignardise du conjoint à qui l’on ne peut pas parler de système d’exploitation (elle pensait que c’était le capitalisme), ni dire soft, bit, harware ou backdoor, qui font vraiment salace. Quoique, pour backdoor, elle lui avait dit de pas la prendre pour une conne qui connaît rien, qu’elle avait eu un copain américain, et qu’elle voulait bien, mais à condition qu’il soit doux et précautionneux.

Julien commença à trouver sa compagne un peu moins fréquentable, vu qu’elle ne comprenait rien, et préférait parler de trucs comme le développement du râble, ou lire des bouquins (y compris des machins deg à coup sûr, vu le name de l’auteur, genre Capote c’est vous dire) plutôt que de bonnes BD.

De son côté, elle finit par prendre un chien pour pouvoir regarder la télé, ou se promener, à deux, ce qui convenait bien à Julien (malgré le chien qu’il haïssait en silence, notamment pour cause d’épanchement sur le filtre adsl). Il résolut aussi avec astuce la difficile question des week end et des vacances en prétendant ne supporter aucun mode de transport, ce qui lui permit de rester tranquille à domicile pendant qu’elle allait à la plage ou à la montagne avec ses copines, chanceusement issues de la catégorie des épouses d’informaticiens motivés et performants.

Mais il est connu que le destin sonne toujours plusieurs fois à la même porte... De la même manière qu’il l’avait précédemment enfoncé dans le noir cloaque du gouffre du desespoir, il l’élevait désormais progressivement vers un impensable nirwana... Elle finit en effet par se résoudre à aller vivre à sa campagne, 800 bornes carrément...

Le soir de son bienheureux départ, Julien rentra soulagé et après avoir commandé la pizza, il s’approcha de la machine, passa sa main sur son crane, pardon, sur le haut du moniteur, avec délicatesse et peut être un brin d’affection...Contact. Il regarde l’écran s’allumer et lui murmure : "enfin seuls..."

 
 
Julien Bignaux
Imprimer
format impression
statisticien
3 février 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Les paradis de Julien Nickname
19 février 2001, message de sam
 

Amusant, mais, mon traducteur de langage branché étant momentanément en panne, pourriez-vous nous rappeler ce que signifie "lol", ainsi que "lolol" ?

Merci par avance.

Répondre
> La triste vie de Julien Nickname et de pas mal d’autres, Kodbar, 19 février 2001

C’est scandaleux d’étaller ma vie privé comme ça sur ce site !!

Certe, je suis un Otaku iccapable de parler d’autre chose que de compilation de son kernel 2.4. Mais c’est pas une raison pour se moquer :((

"J’ai découvert que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre" Pascal

Répondre
> La triste vie de Julien Nickname et de pas mal d’autres, 20 février 2001
Je crains qu’il n’y ait pas de moquerie, mais quelque chose de tragique derrière tout ça...Tragique mais pas triste :)Faut trouver le chatroom d’uzine pour en parler en groupe :)
Répondre
> Les paradis de Julien Nickname, Girafe, 20 février 2001

d’après

http://emoticonuniverse.com/slang/

LOL = Lots Of Laughter

d’ou je déduis

LOLOL = Lots Of Lots Of Laughter

( ?)

Mais je crois que j’avais vu une autre version y’a pas longtemps en me posant la meme question...

Bref, l’important c’est que son usage suggère que tout le monde rigole bien fort à l’énnoncé de la blague qui l’accompagne, si j’ai bien compris le sens profond (mais je ne suis pas spécialiste).

A lalalala, ces chatsmens !

 ;-)

 !

Répondre
> chatismes, 20 février 2001
mdr is la french trado, id est, "mort de rire". Example "toto t kun naz, tu dcc send tes pix, tu query tout les fille, tu floode, tu nuke, en + que t le maudit fatigant, l’op level 480 te banne, et oublie pas que tes loggé sever icitte...hop t dans la banlist 100 days lol"
Répondre
> chatismes, k`, 20 février 2001

manque les smileys... (tous le monde n’est pas un natural born t’chatteur ;)

’chatterbox’ ou ’chatty’ c’est moins parlant :(

Répondre
> Les paradis de Julien Nickname, lopispo, 22 février 2001

Amusant non, car cet article correspond trop à la réalité de beaucoup . Pathétique me parait plus approprié, j’en connais plein autour de moi et moi meme je me suis trouvé heureux une fois que ma copine parte en vacances à 800 bornes et de me dire ouf enfin seul et tranquillel, c’était il y a 10 ans je suis bien guéri depuis. Version " millenium ", je pense que JB l’écrit ainsi parce que ça empire .

ps : LOL Laughing Out Loud. « Mort de rire », l’une des rares abréviations de ce style ayant une VF : MDR http://www.linux-france.org/prj/jargonf/index.html lol T’as également des traducteurs automatiques sur des sites parodiques.

Répondre
> Les paradis de Julien Nickname, jc, 23 mars 2001
Nerd, otaku, computer geek, autres ? Etre tout ça a la fois, je ne savais pas que c’était aussi tristre avant de faire la connaissance de Julien Nickname. C’était le bonheur : des potes ’space’ avec qui je rigole vraiment, des nuits cosmopolites sur battle.net, mon patron m’adore et me paie bien, ma copine me trouve "spécial"... Je contente d’un rien, une pizza/coca, et c’est le bonheur. Pas besoin de claquer 10000 balles pour aller à katmandou (de la frime, tout ça). Oui, je le paradis... en un sens.
Répondre