racine uZine

Dans la même rubrique
Babelouèbe, c’est par là...
5 septembre 2002
1er septembre 2001
12 juillet 2001
7 juin 2001
28 mars 2001
17 février 2001
16 janvier 2001
30 novembre 2000
11 novembre 2000
25 octobre 2000
17 octobre 2000
13 octobre 2000
1er octobre 2000
26 septembre 2000
 
jeudi 2 novembre 2000

Bouffeur de bits

par Max Pétrois

Vorass est un bon chien, un chien fidèle et loyal. Un de ceux, rottweiller ou pitt, qui, sur ordre, vous chope au genou et vous le lâche plus. Et tranquillement, méthodiquement, vous ronge la rotule. Vous broie l’os en une multitude de petits morceaux, tandis que vous vous débattez par terre en appelant sos-médecins. Et arrête, sur ordre encore, pour venir s’asseoir au pied de son maître. Pour se faire caresser le sommet du crâne. En attendant sagement, vous fixant des yeux, l’ordre son maître. L’ordre de vous attaquer au visage.

En fait, Vorass est bon gars, un gars fidèle et loyal. Et pour prouver sa fidélité et sa loyauté, c’est très tôt tous les matins qu’il s’arrache de sa paillasse en paille de fer pour nourrir sa horde de Scriptokooki. Des bestiaux affamés, hargneux, bouffeur de bit, suceur de numérikadéén. Enfermés qu’ils sont dans leur boite métallique. Le gars Vorass soulève le petit cube noir percé de micro-trous d’aération et le porte prés de son ordimatos. Il le connecte à sa bécane par un câblusb. Pour nourrir les Scriptokookis, il les télécharge par son chronomodulateur. Les bestioles fusent dans les boyaux de Babelouèbe à la vitesse de l’électron. Pour planter leurs crocs dans la masse des Hardisks des Babelouèbiens. Il est content, le gardien des bestioles, c’est lui qui aiguise à la lime les dents de ses suceurs. La chasse sera bonne, aujourd’hui. Comme tous les jours.

Le gars Vorass, il est aussi sentimental qu’un parpaing. Dont il partage la vie sexuelle, par ailleurs. Comme les Christimoines, il a fait voeu d’obéissance et de chasteté. Mais pas de pauvreté. Ca non, plutôt crever. Eh, c’est que c’est du taf de s’occuper de ses petites vermines. Les ScriptoKookis. Ca demande du doigté, de la finesse. De la rigueur et de la méthode. Et le gardien des micro-bestiaux est bien payé par son maître. C’est pour ça qu’il reste dans l’obscurité de sa cambuse, éclairé seulement par l’écran de son ordimatos. Il a besoin d’eurokoopek, Vorass, pour générer ses électrovirus, les modeler, s’en occuper. Il les balance de la même manière dans Babelouèbe. Mais ces saletés là, ça chasse pas, ça ramène que dalle. Non, ça recherche, ça rampe, ça bloque, ça se propage, ça se répand, ça détruit, ça pourrit, ça annihile. C’est ça, sa récréation à Vorass. C’est un gars qui, malgré tout, aime bien rigoler.

C’est un exécuteur. Alors, il exécute, Vorass. Comme son granpa qui aimait à ce point les gens, qu’il tenait à savoir, à chaque instant, où ils étaient. Il notait leur nom et leur adresse sur des petites cartofiches, pour pas les oublier. Leur race. Leur religion. Leur opinion politique. Il les aimait comme des vrais amis, tous ces gens. Et entre amis, on ne se cache rien. C’était quelqu’un avec de la méthode, le granpa de Vorass. On classait, on triait à cette époque. Un peu comme nao avec les néotechniquologies. Alors, sans état d’âme, Vorass, il les chope avec sa horde de ScriptoKooki, les numérikadééns des Babelouèbiens. Et il les envoie à son maître pour qu’il puisse les stocker.

Et Kaiser Bazdon, son maître, il les stocke. Ca oui. Ses tableurs sont gros et gras. Ses listings, ronds et ventrus. Plus ils se remplissent, plus ils prennent de la valeur. Et il lui en faut toujours plus, toujours plus. C’est pour ça qu’il fait trimer quotidiennement des gars comme Vorass. Pour qu’il lui transmette sa masse journalière d’infoperso. A l’aide de Scritokookis, de logiciels aspirateurs, de formulaires piégés. Et lui, Bazdon, y bosse pour tout le Mondotour. Certains portiers de Babelouèbe. Certains sitaforpotentiels. Certaines administres. Le Caïd et ses nervis. La PsykozMachine. Bref, pour tous ceux qui payent pour ses tablolistings. Pour tous ceux qui, comme lui, pensent que les Babelouèbiens, c’est rien que des numéros et des noms. Des données binaires et rien d’autre. Et que c’est normal de surveiller toutes leurs électropensées, leurs électrodéplacements. Et que tout ça, ça vaut des Eurokoopek. On raconte même que Kaiser en a massacré des tronches de ouinner à coups de caterpilon pour récupérer leurs listings. Aidé par son potau, Néomarket Crugger. Mais vous savez comment est le populo. Méchant et Paranoïde.

Oh, vous pouvez crapahuter parmi les boyaux de Babelouèbe. Essayer de vous cacherau détour d’un sitaforpotentiel, au coin de votre chronomodulateur. Il vous retrouvera, lui et ses hordes de ScriptoKooki. Fatalement, ils vous auront. Et ils vous suceront le numérikadéén jusqu’au dernier bit.

Aujourd’hui, encore, sa chasse sera bonne.

 
 
Max Pétrois
Imprimer
format impression
Dessinateur
26 septembre 2000
17 février 2001
30 novembre 2000
11 novembre 2000
16 janvier 2001
28 mars 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Bouffeur de bits
1er avril 2003
 
je trouve votre texte tres intelligent moi meme je possede un rott et en effet j’ai remarque qu’il est tres fidele mais c’est vrai que quand je lui donne l’ordre d’attaquer il y fonce diretc
 
en ligne :
Répondre


> Bouffeur de bits
6 novembre 2000, message de Grosse Fatigue
 

Je n’ai rien, mais alors rien compris à cet article. Je me sens bête, c’est pas imaginable !

GF

 
Répondre
> Bouffeur de bits, Max Pétrois, 6 novembre 2000

Tout d’abord, je ne suis ni journaliste ni écrivain, juste une adresse IP parmi d’autres. Accessoirement, un internaute informé (ou qui croit l’être) et rédacteur, à ses heures récréatives, des chroniques de Babelouèbe. Pour lesquelles, je trouve un écho favorable sur Uzine (un grand merci à ARNO* pour la rubrique et le pictogramme). Ces chroniques se basent plus sur des impressions, une perception personnelle que une actualité précise (Le Caïd de Babelouèbe, la Psykozmachine...).

Le vocabulaire inventé pour la narration m’a été inspiré, sur le principe, par "orange mécanique". Nouvelle technologie, nouvelle économie, nouveau vocabulaire. Un mini décodex est lisible sur le forum de "la salle 404".Il faut donc lire mes textes plus comme une nouvelle que comme un article. Bien que j’espére ne pas y dire trop de bétises sur le fond.

Ce texte m’a été inspiré par une question récurente que l’on voit apparaitre sur le ouèbe (séminaire de TRANSFERT.net, par exemple) "les nouvelles technologies menacent elles la vie privée ?". Puisqu’on sait que l’usage de nombreuses techniques (cookies, freewares téléchargés, logiciel aspirateur de mails...) permettent de connaitre le profil des internautes et que de nombreuses entreprises ou administrations peuvent avoir intérêt à stocker de telle info, souvent à l’insu de l’internaute.

Merci de m’avoir lu et de me lire encore. Ironiquement, l’article (un vrai, celui là) d’Antoine Pitrou qui, chronologiquement, suivait le mien traitait de cryptographie et de PGP.

 
Répondre