racine uZine

Dans la même rubrique
Babelouèbe, c’est par là...
5 septembre 2002
1er septembre 2001
12 juillet 2001
7 juin 2001
28 mars 2001
17 février 2001
16 janvier 2001
30 novembre 2000
11 novembre 2000
2 novembre 2000
25 octobre 2000
17 octobre 2000
13 octobre 2000
26 septembre 2000
 
dimanche 1er octobre 2000

Communiquer comme des bêtes

par Max Pétrois

Quand les technopérateurs ont commencé la construction de Babelouèbe dans notre coin de planète, je m’en souviens, il y a plus d’un lustre de ça, les niouzpaper-papier, ils en parlaient que dalle ou à peine. Juste des micro-lignes comme pour dire. Non le top-créme, à l’époque c’était le boitier à clavier crée par le Caïd de Babelouèbe. Que si t’en avais pas chez toi t’étais rien qu’un Azbin et que le Caïd t’envoyait ses Brigades d’Intervention Marketingue pour te briser les genoux à coups de barre de fer. Y rigole pas le Caïd avec les néo-techniquologies. T’es moderne ou paraplégique, tu choisis.

Tu parles. Moi j’avais choisi vite fait. D’autant que c’était utra-pratique, toutes les entreprises avec leur serveur vidéotexte. Et l’annuaire à porter de clavier et la BAL, aah la BAL, c’en étais pour communiquer. Et les télédonlod sur trentsiskinz léprodlamstrad. Bon, ça commencait à craindre question vitesse. Miracle, un tit cordon permettait de raccorder son ordimatos au boitier à clavier. Aah, les cordons, les fils, les câbles. Pas comme nao avec leur ouirelaisse, non à l’époque, fallait avoir son brevet d’électricien pour installer les ordimatos et un max de multiprises.

Au bout d’un temps, donc, les technopérateurs mettent en place des boites à communiquer grosses comme des magnétophonapiles ; des modemaiz, ça s’appelait. Et là, les gars, on en a pris plein l’écran. Les serveurs BBS, les niouzgroop, les maisons-pages, les mél. Les contenus approximatifs, les discussions sans intérêt sur les niouzgroop et à qui envoyer des mél, peu de gens en avait à l’époque. On disait que c’était de la daube ce Ouèbe, que personne l’utiliserait. Que c’étaient juste des Maousse Bip-Pager, et pis c’est tout. Finalement, le résodéréso a fini par exploser à la face de tout le monde. Une bonne partie du populo a eu un mél, le contenu a sérieusement évolué et les discuts sur les niouzgroop n’ont toujours pas intérêt. Les niouzpaper-papier on commencé à en parler tous les jours, certains se sont même spécialisé la dedans, les Tévémédianimés aussi.

C’est à partir de ce moment là que ça a foiré. Prédestiné à devenir un gigantesque média populaire, le Net, malgré ses imperfections initiales, permettait au Babelouèbiens de parler le même language : le numérik. Il s’est vite fait transformé en foire commerciale. Un triumvirat de cyberbonimenteurs a créé la Compagnie-Ouebe-Multimédia ; Le Caïd en tête, puis deux nervi, un type qui, dans l’ancien temps, le temps d’avant Babelouèbe, distribuait de la flotte et un troisième qui distribuait tout le reste mais en mégaquantité. Ils ont vite compris qu’ils pouvaient se faire des glandes génitales en métal précieux.

La C-O-M a défini la valeur du contenu qui passait dans le Ouèbe, la valeur de la gestion du contenu, la valeur de la diffusion du contenu, la valeur potentiel du contenu à venir. La future valeur du contenu qui sera diffusée par la NiouTopTechniquologie que personne y avait encore pensé. Tout ce qui touchait de prés ou de loin aux néo-techniquologies valait un max de koopek donc devait en rapporter au triumvirat. La C-O-M obligeait les pas-Babelouèbiens à se connecter. Obligé, c’était gratos. Ils pouvaient pas refuser les pas-Babelouèbiens, et puis sinon on leur envoyait les Brigades d’Intervention Marketingue pour s’occuper d’eux. On les payait pour surfer, pour lire des méls, pour être fidèle à des sitafortpotentiel. On leur offrait même l’ordimatos pour qu’ils se connectent chez eux. De leur tévé aussi, ou bien de leur frigogidaire ou bien de leur Autoroul ou bien encore de leur Mégatoaster.

Faut qu’il soit connecté, le pas-Babelouèbien, c’est obligatoire pour que la C-O-M puisse les pister, les connaitre, les sentir, les palper, les disséquer, leur marketinguer la gueule à coups de barre de fer. Les obliger à consommer, à acheter, à manger, à porter, à lire, à conduire tout ce dont ils n’ont pas besoin mais qui est fabriqué par les sociétés de la C-O-M ou avec lesquelles la C-O-M est vachement pote. Même si t’es pas devant ton ordimatos, tu dois avoir ton TéléfonaNet pour qu’on sache où tu es, ce que tu fait. Lobotomodemisés. On croyait être tous brother, communiquer sans entrave, s’exprimer face au Monde. On s’est fait communiqué par le Triumvirat Neotechno. Et ça c’est aggravé lorsque les gars du Gouvernement de Babelouèbe, amis de la C-O-M, s’en sont mélé. Mais ça c’est une autre histoire.

Comme disent les big pontes de la C-O-M : Internet : connecté tu y seras, des achats tu y feras, le reste, tu ignoreras (tm)

 
 
Max Pétrois
Imprimer
format impression
Dessinateur
17 octobre 2000
25 octobre 2000
28 mars 2001
7 juin 2001
17 février 2001
11 novembre 2000
16 janvier 2001
 
SPIP
Web indépendant