racine uZine

Dans la même rubrique
Dernières chroniques humaines avant la dématérialisation
24 juin 2002
29 juillet 2001
23 février 2001
27 janvier 2001
22 janvier 2001
17 janvier 2001
7 janvier 2001
20 décembre 2000
3 décembre 2000
1er décembre 2000
22 novembre 2000
 
mardi 9 juillet 2002
Monde moderne

La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés

Grande bonne nouvelle : un TGV gare Montparnasse, à Paris
par Perline

"Le tapis-roulant à grande vitesse vous fait gagner 1 minute et demi". Oui, tout ça. Ca vous fait gagner un métro. Sur une longueur de 185 m, à 11 km à l’heure, il vous transporte 10 000 personnes à l’heure, la Région a financé 25 % de la réalisation.

Ça c’est de la comm’, sur le site de la RATP.

France 2, JT de 20h, mercredi 3 juillet 2002 : des jeunes (forcément) embauchés à cette occasion, aident les téméraires à entrer et sortir de cet enfer. Un vieux tombe, mais le commentaire est plutôt favorable à cette merveille technologique.

Dans le Parisien, on cite des conséquences « plutôt cocasses » : « Sur les anciens tapis, j’avais juste le temps de fumer une cigarette. Sur celui-là, je peux à peine allumer mon briquet. Cela permettra d’arrêter de fumer. » Non, Monsieur, ce n’est pas cocasse, depuis plus de dix ans c’est la loi : il est interdit de fumer dans le métro (loi 91-32 du 10 janvier 1991 « Loi Evin », Art. 16. - Il est interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, notamment scolaire, et dans les moyens de transports collectifs).

Le Parisien interroge Anselme Cote, chef de ce projet à la RATP, forcément objectif : « Rappelez-vous de nos grands-pères complètement effrayés dans les années vingt lors de l’apparition des escalators mécaniques, toute innovation demande du temps pour être assimilée ».

Mais, surprise, à la fin du reportage télé, une petite phrase anodine précise qu’il est fortement déconseillé de prendre ce TGV en béquilles. Point, fin du reportage.

Y a-t-il eu une protestation de l’adjointe au Maire de Paris, chargée des personnes handicapées, Nadine-Pénélope Komitès ?

Déjà, nous avons la chance d’avoir, en 2002, « Les sept stations de la ligne 14 […] entièrement accessibles », grâce à des ascenseurs. Et « Les stations Porte de Paris et Université Saint-Denis de la ligne 13 sont également équipées d’ascenseurs et de sas qui assurent l’accès aux quais », seulement si vous sortez dans une station équipée bien entendu.

Mais n’exagérons pas l’aide et l’information aux handicapés : sur le site de la RATP, le mail de la personne de la mission accessibilité n’est pas accessible en cliquant directement, de toutes façons il est invisible pour les aveugles et malvoyants, car coincé dans une image, à caractères minuscules gris clair sur fond blanc…

On souhaite aux journalistes, ainsi qu’à tous les ir-responsables de la RATP et des autres instances ad hoc une petite chute, suivie d’un petit plâtre, avec nécessité de prendre la correspondance fatale à la station Montparnasse.

Juste une fois…

Je résume : en toute logique, les béquillards, handicapés, vieux, obèses, chargés de famille avec enfant, fatigués, malades, et autres miraculés de la RATP, qui ont déjà réussi à rentrer dans le métro (portes lourdes), passer les portillons (minuscules), descendre les escaliers (sans plan incliné), et monter dans le métro (avec marche), n’auront d’autre choix, à la station Montparnasse, que de se taper les 185 m à pied.

Pendant que les jeunes, en forme, valides, minces, sans enfant, pourront, eux, se les faire en une minute.

Comme le dit le journaliste du Parisien pour clore son papier : « De toute façon, on n’arrête pas le progrès ».

...Viens m’embrasser

Et je te donnerai

Un frigidai-reu

Un joli scootai-reu

Un atomixai-reu

Et du Dunlopillo

Une cuisiniè-reu

Avec un four en ver-reu

Des tas de couvai-reu

Et des pellagâteaux

...(suite)

Boris Vian

 
 
Perline
Imprimer
format impression
Agitatrice depuis 1955
 
SPIP
Web indépendant


> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés
16 juillet 2002, message de Cyrille
 
C’est vrai que pour la RATP, il s’agissait d’une opération de com’. La preuve : un agent était chargé de sélectionner les "usagers" qui passeraient sur le tapis roulant et donc, devant les caméras. En cette période estivale, les médias se sont rués sur ce sujet fastoche et bien parisien. C’est effectivement dommage, que peu de journaux, aient relayé les informations pratiques au profit d’une vile opération de communication. je suis stagiaire sur une radio parisienne, j’étais présent pour l’inauguration et j’ai anglé tout mon reportage sur les exclus de cette modernité. Honnêtement, ça sautait vraiment aux yeux. NB : Les handicapés qui ne prendront pas le super tapis roulant pourront tout de même emprunter l’ancien, pour l’instant toujours en service.
Répondre


> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés
10 juillet 2002, message de Ilda
 
C’est vrai que le métro ou le RER avec un handicap ou une poussette c’est assez chaud, mais le problème ne se résume pas aux couloirs. Il arrive assez souvent que la hauteur (variable) entre le quai et le train lui-même soit difficile à franchir pour certaines personnes.
Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés, Perline, 10 juillet 2002
C’est exactement ce que je voulais dire avec la phrase : "les béquillards, handicapés, vieux, obèses, chargés de famille avec enfant, fatigués, malades, et autres miraculés de la RATP, qui ont déjà réussi à rentrer dans le métro (portes lourdes), passer les portillons (minuscules), descendre les escaliers (sans plan incliné), et monter dans le métro (avec marche)"...
Répondre


> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés ??
10 juillet 2002, message de Corvus Corax
 
" Voler avec des machines plus lourdes que l’air ne présente aucun interêt, et d’ailleurs c’est totalement impossible" Simon Newcomb (1835-1909) Je ne vois pas en quoi un tapis grande vitesse exclu les handicapés.. Et il reste toujours deux tapis à vitesse lente... Il ne fait aucun doute que l’on arretera jamais le progrès, et que s’il y a bien des personne qui s’en féliciterons un jour, c’est bien les handicapés.
Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés ??, Perline, 10 juillet 2002

Ceci est faux.

Il y a un tapis dans chaque sens et un dont le sens varie selon l’heure. Il n’a jamais été question de garder un tapis à vitesse lente.

Que celui qui pense que se préoccuper des handicapés est dérisoire ne soit jamais ni accidenté, ni parent, ni âgé, ni malade.

Sinon, qu’il reste chez lui.

L’égoisme a encore de beaux jours semble-t-il...

Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés ??, 3 octobre 2002
Je suis entièrement d’accord s
Répondre
> Je la veux ma techno-prothèse !!!!, Jedi, 10 juillet 2002

"... s’il y a bien des personne qui s’en féliciterons un jour, c’est bien les handicapés. "

> complétement d’accord, la gentillesse toute seule ne sauve personne (ou presque !), c’est avant tout les progrès énormes dans le domaine de la médecine qui améliorent le quotidien des handicapés. Ne crachons donc pas sur le progrès technique. Si votre théorie est : "un simple sourire vous réchauffe le coeur", alors ne évitez de prendre le métro, handicapé ou pas !! ;o)

Répondre
> Je la veux ma techno-prothèse !!!!, Eghia, 10 juillet 2002

Oui, tu seras bionique mon frère.

"Sache ô prince qu’entre la période où les océans engloutirent Atlantis et l’avènement des fils d’Arius, il eut un âge dont personne n’ose rêver..."

Répondre
> Je la veux ma techno-prothèse !!!!, jedi, 10 juillet 2002
On peut choisir la couleur ?? :)
Répondre
> Je la veux ma techno-prothèse !!!!, Eghia, 10 juillet 2002
Bien sûr mais y’a un supplément, mon poussin :))
Répondre


> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés
10 juillet 2002, message de Bruno Clemenceau
 
Et plus le handicap est lourd plus les difficultés se multiplient.... Comment revendiquer une réelle citoyenneté, sans repli communautaire, quand le monde se ferme ainsi à vous.... Pourtant, tout cela est bien anodin...
Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés, Perline, 10 juillet 2002

C’est grâce à ce type de décision "anodine" émanant de responsables publics, dans le cadre de services indipensables, qu’on voit l’immensité du mépris envers le citoyen.

Car mépriser les handicapés de cette manière c’est mépriser tous les individus.

Une loupe en quelque sorte...

Répondre


20 heures (environ), dans je sais plus quel JT (je mangeais !)...
9 juillet 2002, message de Roland Trique
 
... On annonce que bin finalement, y’en avait trop qui se prenaient des gamelles en essayant de prendre le TGV pédestre... Alors on arrête tout et on remet le bazar à l’étude........ %)
Répondre


> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés
7 juillet 2002
 
Je crois savoir qu’il existe à côté de ce tapis-roulant à grande vitesse subsiste un tapis-roulant "normal".
Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés, Perline, 8 juillet 2002

A Montparnasse, il y a un tapis dans chaque sens et le troisième sert à réguler les heures de pointe en doublant un sens, au choix.

Il n’a jamais été question de garder un tapis à vitesse actuelle, moins encore d’en rajouter un.

En revanche, les tapis sont actuellement "en essai", c’est peut-être de là que vient l’impression qu’il y aurait un tapis à vitesse actuelle.

 
Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés, bobert, 8 juillet 2002

Désolé, ceci est dérisoire mais à Montparnasse il y a 3 tapis roulants dans le grand couloir ...

A noter que les deux standards, à vitesse "lente" sont aussi difficiles à prendre que le nouveau "rapide" par les personnes "non dynamiques" à qui on ne demandes pas d’être rentables à la minute près.

Donc on arretera peut-être pas le progrès mais de là à critiquer systématiquement une nouveauté aussi peu interressante soit elle, franchement il n’y a pas de quoi. Résistons, marchons lentement !

Répondre
> La complainte du progrès ou l’exclusion des handicapés, Pierre, 2 août 2002

Dans ce cas peut-être serait-il plus constructif de demander le maintien des tapis ’normaux’ plutôt que de cracher ainsi sur un nouvel outil qui facilitera finalemenet la vie à pas mal de parisiens fatigués par les heures de transports en commun.

Ou alors, sous couvert d’égalité d’accès, on arrète le métro et on fait comme tous les égoistes, on prends sa bagnole et on pollue gaiement...

Mais c’est toujours plus facile de critiquer, il est vrai, d’aillerus c’est ce que je fais en ce moment ;)

Répondre