racine uZine

Dans la même rubrique
Dernières chroniques humaines avant la dématérialisation
24 juin 2002
29 juillet 2001
23 février 2001
27 janvier 2001
22 janvier 2001
17 janvier 2001
7 janvier 2001
20 décembre 2000
3 décembre 2000
1er décembre 2000
22 novembre 2000
 
lundi 4 juin 2001

Pourquoi les tortues-ninjas ?

Du droit à la différence
par Satyras
 
 
J’anime le site (à vocation non-commerciale) Et j’ai l’air d’un ringard, pour cause de Pokémons ; pis, d’un looser ; surtout à presque 45 ans. Voilà, ce site s’intitule : Les amis des Tortues-Ninjas. Droit de réponse d’un exclu.

Mes amis ricanent, pensez-vous un site sur les Tortues Ninjas ! Et alors ? ai-je envie de leur dire (si j’avais des amis). Les choses ne sont pas si simples. Et pourquoi n’aurait-on pas le droit en 2001 dans la patrie des droits de l’homme, de Voltaire, de Rousseau et de Spinoza, d’avoir des goûts un peu différents du voisin ?

J’entends déjà mes détracteurs, riant sous cape, et mettant en cause mon intégrité mentale. Trop facile ! Ma passion dérange car elle bouscule les moeurs et on essaie de tuer dans l’oeuf toute ébauche de contestation, trop radicale du système. Procédé lamentale de toutes les dictatures qui déclarent anormaux les opposants politiques.

Et même sur les forums où je poste : on me censure à répétition. Sera-ce le cas ici ? Nul ne le sait et l’avenir nous le dira. Il appert toutefois que dans son infinie mansuétude, l’astre solaire m’a donné la bénédiction de pouvoir poster un article sur ce groupe Web. J’ose espérer qu’il sera accueilli avec toute la ferveur qu’il mérite.

Mais, foin de présentations ! Passons aux choses sérieuses : je me présente. Je déteste les ornithorynques. Ces sales oisillons puants et dégénérés, telles le lierre envahissent nos petits pavillons de banlieue proprets et doux à l’heure même où nos tendres moitiés accouchent de ravissants bambins roses et joufflus. Si vous ne savez pas reconnaître un ornithorynque, voyez la photo ci-dessous.

Un ornithorynque

J’ai modelé et généré cette image moi-même sous 3DSMax, ce qui fait que les spécialistes verront peut-être d’infimes différences morphologiques avec l’ornithorynque véritable, mais rassurez-vous, c’est vraiment presque la même chose.

A ce propos, vous m’avez vu employer le terme "véritable", eh bien j’aimerais lancer un débat citoyen à ce sujet (et pourquoi le gouvernement de Monsieur Jospin et Chirac ne me suivrait-il pas dans cette voie) : quand on dit véritable, on pense au réel, mais on peut se poser la question de savoir en quoi le réel est supérieur au virtuel, car notez bien qu’en dépit de toutes les contorsions des animateurs de télévision, rien ne le prouve ! Vous allez me dire que le Web n’est pas fait pour véhiculer des pensées philosophiques trop profondes, mais qu’importe, je prends le risque, car vous aurez remarqué que je ne suis pas homme à me laisser fondre dans le moule abêtissant du conformisme de Monsieur-tout-le-Monde. Quoique je n’aie non plus nulle prétention élitiste comme certains, car je sais rester modeste.

Passons aux voitures. Il est inadmissible qu’à l’aube du vingt-et-unième-siècle (voire, dirons certains, du troisième millénaire), les rues de nos villes soient encombrés de ces objets métalliques et bruyants qui ne signifient rien d’autre que la main-mise du monde capitaliste et de l’argent sur notre belle Terre. Faites comme moi, adhérez à Attac (http://attac.org, bravo Monsieur Ramonet pour cet excellent site Web à ne pas manquer).

Il y a aussi le stationnement des deux roues, et là, c’est inadmissible. Combien de Sans-papiers déambulent dans nos rues sans le moindre soucis, alors que nos véhicules pourtant en règle, se voient surtaxer pour cause d’une architecture du social à but répressif pour les bons citoyens ? Je dis qu’il y a deux poids et deux mesures, et que les gens en ont plein le cul.

Pensons également à toutes les injustices dans le monde, et là je dis : c’est trop. Je suis révolté de voir comment ce sujet à la télévision, par exemple : pas une seule émission grand public sur l’injustice ! Qu’est-ce que l’injustice, comment frappe-t-elle, comment s’en prémunir... autant de questions qui participent du défi de citoyenneté et de démocratie participative qui est à mon sens la grande idée-force de ce nouveau siècle. Nul doute que Messieurs Villeneuve, Pernaut, Zero ou De Caunes sauraient attirer le peuple à visionner de grands reportages à la fois accessibles et pertinents sur les grandes questions de l’injustice. En toute objectivité et sans aucune allégeance aux entreprises dominantes ni aux fourches caudines de l’Etat.

Alors bien sûr, peut-être suis-je naïf, allez-vous me dire. Pour parler franchement, je crois qu’au contraire toutes ces ritournelles d’ex staliniens sur l’argent des médias, sont plutôt le fait de personnes se cherchant un nouveau maître (Bourdieu) ou un nouveau Moscou. Heureusement l’Oncle Sam nous a libéré, comme tous ces pauvres kosovars persécutés par ces salopards de fascistes serbes (excusez moi, mais la politesse n’est pas de mise avec les ennemis de l’humanité).

Et si on arrêtait cinq minutes de se prendre la tête (ou le cul) ! Il faut vivre sa vie en aimant l’autre et faire découvrir les choses qu’on aime. Internet est ainsi un formidable support ! Et aussi ses "coups de gueules" parfois, mais pas trop, et en tout cas pas de manière systématique et fasciste. J’en reviens à mon sujet : les amis des tortues ninjas.

Et bien croyez-le ou pas mais ce film est un formidable support de formation utilisé dans de nombreuses collectivités locales. Séduits par l’érudition manifeste des designers de ce petit bijou de graphisme et de scénario - témoin les prénoms des héros : Michelangelo mais aussi Leonardo ou Donatello, qui font littéralement revivre les Arts anciens en l’esprit de nos chers bambins -, nos édiles (tout du moins certaines, suivez mon regard) ont décidé d’y consacrer un budget conséquent mutualisé en une Initiative Coopérative d’Information ; en d’autres termes une réunion civile et sociale d’acteurs du tissu des travailleurs en réseau pour innover de nouveaux axes du développement local paradigmatique des tubercules en rhizome qui gagnent. CQFD, vous avez aussi bien compris que moi : voilà la preuve que l’Internet peut très bien servir l’émancipation des masses ainsi que des plus pauvres dans le respect des enjeux institutionnels et du lobbying des notables de province. Et ceci, loin de tout soviet de je ne sais quelle époque archaïque pour nostalgiques des nazis rouges. Qu’y a-t-il de plus beau que la concorde des grandes idées dans un but Supérieur ?

Rien, si ce n’est -peut être- le sourire énigmatique de Leonardo...Ok, c’est un passionné qui parle !

 
 
Satyras
Imprimer
format impression
gardien de phare et meilleur copain de diabolo
 
SPIP
Web indépendant


> Pourquoi les tortues-ninjas ?
17 août 2006
 

J’adore les tortues ninjas, jécoute cette émissions depuis que je suis toute petite, et je l’écoute encore. J’ai même commencer à apprendre l’anglais pour pouvoir écouter les émissions en anglais avant qu’elle ne sortent en français. Je suis une grande fan autant de la vieille série que de la nouvelle mais je peux seulement écouter les nouvelles émissions car je n’ai pas super écran pour pouvoir regarder les vieilles émissions qui passent tous les jours à 16h sur super écran2. Je suis une admiratrice des teenage mutant ninja tortles et celui ou celle qui me traite d’anormal ou de folle car j’aime ca alors que j’ai 14 ans, et bien qu’il aille chez le diable car je suis fière d’aimer ces dessins animés et je les aimerai toujours, même lorsque je vais avoir 45 ans.

zaranapoute

Répondre


> Pourquoi les tortues-ninjas ?
8 mai 2005
 

Une petite réctification, Spinoza n’est nullement francais (argh sacrilège...) mais hollandais...lol la route est longue apprenti rebel, être subversif ca s’apprend...continu surtout à contester le system avec l’aide de tes amis, les tortues ninjas...mdr un vent révolutionnaire souffle sur ce site à hautes connotations politiques... ! L’opiniatreté est la clé du succes, en ce monde ingrat qui ne tolere pas les plus respectables passions...A bon entendeur, longue vie à la contre-culture ninja-maniacs !

Maitre Splinter

Répondre


> Mais c’est pas un ornithorynque !!
16 juillet 2002, message de Souplounite
 

Juste une remarque : la photo citée n’est pas un ornithorynque !! C’est un bestiau austalien aussi, un émeu peut-être, mais pas un ornithorynque !!

C’est donc peu dire qu’il existe quelque différences avec l’original... Désolé mon 3Ds man !

 
Répondre
> Mais c’est pas un ornithorynque !!, 16 juillet 2002

Mon cher Souplounite (t’as un joli nom dis donc ! permets moi de te faire un bisou),

On m’aura donc bluffé, moi et mon poteau Satyras... Ayayayayayaye, mé qué malheur, alor. C’est vrai, j’ai vérifié, c’est un émeu, mais... s’il s’agissait d’un ornithorynque déguisé en émeu ? Qui sait ? Trop d’explications sont faciles pour qu’on puisse ainsi se fier à la réalité plutôt qu’à la rigoureuse imagination de notre intellect, et Dieu sait que les décideurs ne cessent de nous plumer, nous les canards.

Cordialement

Duffy.

Répondre


> Pourquoi les tortues-ninj
19 mars 2002
 
bonjour, pas de soucis ne vous en faites pas même si vous amis trouvent pas ça terrible en fait peut-être ne seraient-ils pas capable d’en faire autant - moi aussi je vais bientôt avoir 45 ans et pourtant je suis sur votre site que je trouve vachement sympa et puis si je puis me permettre vous êtes loin d’être un "idiot" amicalement Christine 06
Répondre
> > Pourquoi les tortues-ni, T., 19 mars 2002
Si c’est vachement sympa, il faut s’inscrire comme rédacteure et donner un article... Ca manque d’article de rédacteures quadra... :)
Répondre


Laisse aller, c’est un tango !
4 juin 2001, message de Olivier Zablocki
 

mais on peut se poser la question de savoir en quoi le réel est supérieur au virtuel

Non, tu peux plus ;-)

Pour la simple raison que nous ne pouvons comparer que ce qui est comparable. Or, réel et virtuel ne sont pas en compétition dans les mêmes épreuves :

« Le virtuel » tout habillé de conditionnel joue un match permanent avec l’actualité ; il cherche la faille pour s’actualiser : on appelle ça la beauté du geste. « Virtuel / actuelle », imaginez deux danseurs de tango, lui virtuel, elle actuelle : c’est « la victuelle » tournoyant au-dessus d’un plancher de bois à peine effleuré qui, lui, est bien « le réel » définitivement borné.

« Le réel », tu sais, ce vieux plancher des vaches qui ne connaît d’autre complice que « le possible » lequel vend inlassablement ses tickets à l’entrée de la salle de bal. Et ce qui est possible finit toujours par se réaliser : le réel fini, autrement dit le réel à l’image de la mort, et bien malin celui qui voit dans les veines du plancher un quelconque reflet de la vie qu’il a rêvée.

Tu vois bien, on ne peut plus les comparer. Pour autant, tu as mille fois raison - Il faut vivre sa vie en aimant l’autre et faire découvrir les choses qu’on aime - laisse aller, c’est un tango !

Amitiés,

Olivier Zablocki

Répondre
> Laisse aller, c’est un tango !, #Jing, 5 juin 2001

>lui virtuel, elle actuelle : c’est « la victuelle » tournoyant au-dessus d’un plancher de bois à peine effleuré qui, lui, est bien « le réel »

Bon, là, tu t’es un peu mélangé les pinceaux (je ne dis pas les palmes, note bien) ; l’image est jolie, et le lapsus amusant : "victuelle... Tout un programme. Allez, on dira rien aux fans de Net-Dimanche et de W.C.-Paris qui cherchent les ragots qur un autre forum...

Cordialement

#

Répondre
> Laisse aller, c’est un tango !, Olivier Zablocki, 5 juin 2001

Non, « victuelle » n’était pas un lapsus mais une hypothèse tout à fait volontaire. Elle vaut ce qu’elle vaut et sans relâche en plus ;-)

Amicalement,

Olivier

Répondre
> ah ben, je suis nul en lecture !..., 5 juin 2001

C’est que t’as raison, en plus ; à la troisième lecture j’ai tout compris. N’empêche, l’association avec victuaille (ou victime) marche encore...

Amicalement itou

#

Répondre
> ah ben dis donc, Tiresias, 5 juin 2001
C’est pas moi qui aurais un forum tranquille comme ça...Pour une fois que j’écris un article. la prochaine fois, je fais un truc sur blanche neige !
Répondre
> bienvenue, #Jing, 6 juin 2001

Salut,

Ben t’as qu’à venir te reposer ici... Ambiance agreste, on sirote le pastis cool chez le satyre et le canard... (Bon, enfin, ne faisons pas trop de bruit, sinon y’en a qui vont rappliquer en gueulant que le MR est mort, et qu’en plus y’en a qui glandent sous un article qu’a aucun rapport...

Répondre
Notre génération de bouffeurs de pizzas !, Shaany, 8 décembre 2005

Extrêmement sympathique ! Les Tortues Ninja ? C’est de ma génération, je regardais ça étant petite, et prise de nostalgie, j’ai envie de les revoir... Lorsque j’en parle à des jeunes de mon âge, c’est la même chose, et quels bons souvenirs ils en gardent ! Le générique de la série nous trotte encore dans la tête, des bribes de paroles nous reviennent, des réminiscences... la musique et l’incessant refrain « Tortues Ninja, tortues ninja » est toujours là.

Quand à l’aspect politique de votre texte... ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus ! XD

Répondre