racine uZine

Dans la même rubrique
Les amendements « Bloche m’a tuer »
2 août 2000
26 juillet 2000
 
mercredi 13 septembre 2000

Patrick Bloche est un brave gars

mais il n’a pas de chance
par ARNO*
 

Patrick Bloche est un brave gars. Il est jeune, beau gosse, bien fringué, il cause bien, il est député et il met la main devant la bouche pour tousser. Il ne serait pas socialiste, il ferait un gendre idéal.

Seulement voilà, Patrick Bloche n’a pas de chance.

C’est un brave gars : il aime la liberté d’expression. Quand il a présenté sa loi, tout le monde l’a prévenu : « avec l’identification préalable obligatoire, vous allez transformer les hébergeurs en garde-chiourme, vous allez flinguer les derniers hébergeurs indépendants et privilégier les grosses structures commerciales, vous allez provoquer le flicage massif des citoyens qui s’expriment sur le réseau ». Il a répondu : « faites-moi confiance, j’aime la liberté d’expression, mon seul but est de permettre l’anonymat sur le réseau ». Liberté d’expression, anonymat, y’a pas à dire, c’est un brave gars.

Simplement il n’a pas de chance. À peine les amendements Bloche adoptés, Valentin Lacambre se retrouvait dans une situation intenable et se voyait contraint de fermer Altern. Le brave gars épris de liberté d’expression venait de provoquer le premier autodafé de l’ère numérique : du jour au lendemain, 48 000 sites, témoignages vivants de 48 000 citoyens du pays des Droits de l’Homme, brûlés, cramés, volatilisés. Que disaient ces gens, que pensaient-ils, quelles étaient leurs passions ? C’est trop tard, vous ne le saurez jamais. Sur le site d’un fan de Rage Against The Machine, on pouvait lire : « Burn, burn, you’re gonna burn ».

« Oups », s’est dit le gars Bloche.

Mais Patrick Bloche est un brave gars. Quand tout le monde l’a mis en garde : « attention, vos "diligences appropriées", c’est la porte ouverte à l’arbitraire, c’est un recul démocratique, vous allez institutionnaliser la censure expéditive et préventive », il a répondu calmement, rassurant : « faites-moi confiance, je suis un démocrate avec tout plein de grands principes républicains, mes "diligences appropriées", c’est juste du bon sens républicain pour protéger les victimes, ce qui est le but de la loi républicaine, n’est-ce pas ? ». Démocratie, république, rien à redire, ce type est un brave gars.

Simplement il n’a pas de chance. Le Conseil constitutionnel a déclaré ses « diligences appropriées » contraires à l’article 34 de la Constitution. Ça c’est moche : quand vous êtes tout rempli d’idéalisme républicain et que vous vous faites bananer par le Conseil constitutionnel au motif que votre texte est contraire à la Constitution, c’est l’humiliation suprême. Pour un député, y’a pas pire : vos collègues qui, eux, sont de vrais républicains, se mettent à jaser sur votre passage : « regardez, c’est le brave gars qu’a agi anticonstitutionnellement ». C’est tellement grave, pour vous dire, qu’on a décidé d’en faire le mot le plus long de notre vocabulaire.

« Oups », a fait le gars Bloche.

Mais comme c’est un brave gars, Patrick Bloche a plein d’amis, juges et hébergeurs, qui se sont empressés d’appliquer sa loi : depuis son adoption à l’Assemblée, on ne compte déjà plus les cas où les « diligences appropriées » ont été appliquées avec zèle. Jugements ineptes. Censure préventive pratiquée par les hébergeurs. Tout un tas de gars attachés à la liberté d’expression, la démocratie et la République, qui se sont empressés d’appliquer avec... diligence une loi républicaine, démocratique et pas du tout liberticide. Pas de chance pour ces amis : cette belle loi est contraire à la constitution.

À ce niveau, c’est plus un brave gars, c’est un chef d’escadrille.

 
 
ARNO*
Imprimer
format impression
Vainqueur 1982 du concours « Chateau de sable » du Club Mickey des Pingouins à Sainte-Cécile.
6 octobre 2003
 
SPIP
Web indépendant


> Patrick Bloche est un brave gars
4 juillet 2003
 

Je découvre votre article avec retard, en juillet 2003, mais peu importe l’actualité puisque ce n’est pas tant sur le fond, mais sur la forme, que je voudrais réagir et plus particulièrement sur votre introduction.

En apparence, ton léger, drôle, pamphlétaire et humoristique. Petit portrait flatteur.

Avec un peu de recul, et de profondes convictions à gauche, je n’y vois que mépris...

Doit on en déduire qu’être de gauche, en l’occurrence socialiste équivaut dans votre esprit à être moche, ringard, mal élevé ?

Y aurait-il un monopole de la bonne éducation à droite ?

Et cette dernière petite phrase : "Il ne serait pas socialiste, il ferait un gendre idéal" Est-ce donc une tare, comme la tuberculose au XIXè siècle, qui fait que l’on ne voudrait pas d’un gendre comme celui-là ?

En est-on encore là ?

N’est-il pas possible de critiquer une position, de la discuter sans porter de tels jugements de valeur sur la personne qui la défend, la réduisant ainsi à sa seule couleur politique ?

Je suis très choquée et je tenais à vous l’exprimer

Répondre
> Patrick Bloche est un brave gars, Skychan, 14 juin 2004
C’est qd même grave de réagir avec aussi peu d’humour... Je suppose donc que vous ne regardez donc jamais les Guignols de l’info ou le vrai journal de Karl Zéro, qui eux tapent bien plus régulièrement sur la droite que sur la gauche à des heures de grandes écoute ???? (et avec bien souvent bcp moins d’humour)
Répondre