racine uZine

Dans la même rubrique
Les médiateurs, nécessaires garants de la médiation
12 février 2001
28 janvier 2001
 
mardi 23 janvier 2001
Charlie Hebdo

La chute de l’hebdo du médiateur ?

par Harelde miquelon
 
« Qui est prêt à dépenser de l’argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions. » Philippe Val, Charlie Hebdo, 17 janvier 2001

Oui oui oui oui. Et vous ne devinez pas qui a pu leur donner le goût de telles folies ? Il y a encore dix ans, ce genre de petit plaisir était réservé à d’autres moyens, à la fois plus confidentiels et plus massifs. Certains en ont bien profité. Mais le développement de la société de l’information ayant programmé la mort lente de la petite aristocratie médiatique, même un hebdomadaire rigolo-gauchiste à diffusion -seulement- nationale ne peut plus se passer aujourd’hui du soutien de plus gros poissons, tels Libé, ou pourquoi pas Vivendi. Je comprends donc qu’il vous semble saugrenu qu’on puisse encore choisir de s’exprimer « à fonds perdus ». Par les temps qui courent, quelle drôle d’idée !

Mais ce qui est nouveau, voyez-vous, c’est la démocratisation accélérée de ces moyens de diffusion, puisqu’un investissement minimum les met à la portée de n’importe quel individu plutôt blanc, de sexe male, issu de la défunte middle-class du monde occidental.

Vous avez cité quelques pathologies communes sur le web, il en est d’autres : des adeptes de Duran Duran ou de X Files, des concepteurs de gifs animés avec des bites qui sautent sur l’écran, des militants désintéressés qui offrent gratuitement les titres du dernier Radiohead ou leur collection de jipegs pornos, et même des chroniqueurs impertinents qui se prennent pour Philippe Val, quand ils ne pointent pas du doigt ses petites trahisons.

A tel point que le Net qui grossit commence à ressembler à une gigantesque thérapie de groupe : chacun y revomit le soir la salade qu’il a digéré la journée. Ah oui, ce vaste fourre-tout est aussi ce que l’on appelle, par antinomie autant que par dérision, le « web non-commercial ».

Il serait pourtant limité de ne voir dans l’expression personnelle sur le net qu’une monstrueuse extension du spectacle, qui n’en modifierait pas la substance première. Le monologue élogieux sur lui-même s’est mué en bavardage incessant sur tout et n’importe quoi : le premier vrai droit de réponse du citoyen-consommateur.

Les Saint Just de service n’y trouveront aucun intérêt : le web est rempli de cons égocentriques et ce n’est pas lui qui leur rendra leur cher prolétariat. Et les baronnets médiatiques, pas si stupides, verront leurs privilèges menacés : l’opinion n’est-elle pas une chose un peu trop sérieuse pour la laisser à d’autres qu’à des spécialistes avisés ? Alors, ceux qui sont un peu les deux à la fois, vous imaginez les réactions...

La chose ne doit pas vous échapper : les représentations de masse, longtemps le monopole de l’ordre illusionniste, redeviennent accessibles à l’expression d’une réalité. Si c’est une réalité irradiée, corrompue, contaminée qui s’exprime, où est le problème ? Le web est à l’image de ceux qui le font et de ce qu’ils sont. Une retransmission autrement plus fidèle de notre temps que la presse écrite, radio ou télévisée -celles là ont d’autres contraintes- et c’est par là qu’il faudra bien commencer.

L’enjeu de l’existence d’un web solidaire et non-marchand se dévoilera à mesure que ses acteurs expérimenteront leur nouvelle liberté. Tous les fils de la toile ne sont pas encore noués. Des réseaux, des équipes, des stratégies se créent. Là où les règles ne sont pas fixées, le jeu est encore possible. Les joueurs commencent à voir ce qu’ils ont à y gagner. Je ne vous donnerai pas entièrement tort, dans votre position, puisque vous savez ce que vous avez déjà à y perdre.

 
 
Harelde miquelon
Imprimer
format impression
 
SPIP
Web indépendant


> Charlie Hebdo, poil au démago !
24 janvier 2001, message de Yoshi
 
Peut-on être étonné de ce genre de prise de position par Charlie Hebdo et particulièrement par Val ? Pas moi, en tout cas, depuis ma période de rebelz boutonneux à 18 ans, j’ai depuis longtemps lâché ce journal que je trouve à la fois démago, populiste, mal écrit, à l’indignation facile, et vaguement sexiste. Je ne parle pas des dessins qui m’ont toujours énervé voire indigné, vu le niveau ! Et ne croyez pas que je sois une oie blanche facilement effrayée, seulement, j’attends d’un journal engagé autre chose que seulement des histoires franco-françaises, ou des lièvres déjà déterrés par d’autres. Un soutien aux luttes dans le monde, et surtout une capacité d’autocritique, voire d’auto-dérision qui manquent cruellement à Charlie Hebdo. Je ne lis plus et les échos que j’entends sur ce qui s’y dit ne m’y inciteront pas ! En plus, les gens qui parlent de choses qu’il ne connaissent pas ou à peine (cf. Val et le web, visiblement) m’énervent particulièrement !
Répondre
> Charlie Hebdo, poil au démago !, riviere, 25 janvier 2001

Salut,

J’ai lu ton article avec attention, il est intéressant, bien que peu dure ce journal avait pour vocation d’être satirique, bonc il agissait en fonction, je vois pas pas top ce qui d’indigne là dedans. Que fait tu de la liberté de la presse, la liberté d’expression d’un tout un chacun.

Mais tu a parfaitement raison de t’exprimer tu as donné tes raisons, elles sont donc justifiées à tes yeux.

Salut

 
Répondre
Parler de ce qu’on connait pas, PizzaJoe, 26 janvier 2001

Amusant, dans le meme texte il est dit que l’auteur ne lit pas Charlie-hebdo, et que ce même auteur déteste les gens qui parlent de ce qu’ils ne connaissent pas. Cet auteur se déteste donc.

Quant à Philippe Val, à mon avis, qu’il fasse ce genre d’erreur ne peut surprendre que ceux qui le prennent pour un "maître", et qui n’ont donc pas bien intégré le slogan "ni dieu ni maître".

Val a commis l’erreur d’exprimer puissament une opinion basée sur une mauvaise connaissance du sujet, bon, c’est une erreur, voire une faute, mais qui n’en a jamais commise ? Cet hebomadaire n’en est pas moins un des rares qui soit distancié de la pensée dominante.

Personnellement, je trouve que l’article de Cavanna et celui de Siné valent déjà l’achat du journal, alors que Val se laisse de temps en temps entraîner par sa fougue me dérange assez peu. Mieux vaut ça que l’inexistence de ce canard.

Répondre
>Je pense donc j’essuie..., Yoshi, 26 janvier 2001

mes plâtres. Effectivement, je ne l’achète plus, mais il m’arrive régulièrement de feuilleter l’exemplaire d’âmes en déroute qui y croient encore ! Quant à la pensée dominante, je suis persuadé que charlie Hebdo en fait partie à sa façon, servant de pseudo-poil à gratter et laissant croire à une pensée autre ! Or pas de pensée, du populisme de gauche facile et un humour de salle de garde !

ça manque sérieusement d’idéologie structurée, mais si certains vont crier au loup. Je préfère lire de vrais journaux militants qui me laisseront moins affligés !

Répondre
>Je pense donc j’essuie..., fab, 27 janvier 2001

Quelles sont-elles ces lectures si réellement constructives ? Car il ne faut pas confondre : à Charlie Abdo, c’est plutôt le diaphrame qui est visé. Tantôt pour qu’il se dilate chez le lecteur conciliant, tantôt par des crochets virtuels contre l’estomac des haineux de l’actualité. Pas étonnant que parfois les coups portent au-dessous de la ceinture, c’est tellement tentant et si facile.

La vocation de Charlie n’est pas d’informer, mais de vendre du papier. Tout comme Val vend ses spectacles. Le problème de Val et de ceux qui "l’achètent", c’est que là, il fait un bide. C’est le risque du genre. Moi, j’aime bien tomber dessus, dans les chiottes de chez un copain. Et ça peut parfois rendre service.

Mais pour m’informer, je prefère le minirézo, le monde, arte... Et toi, Yoshi ?

Répondre


> La chute de l’hebdo du médiateur ?
24 janvier 2001, message de Croa33
 

Harelde, je crains que tu n’ais rien compris à l’édito de P. Val. Il y explique pourquoi il n’a pas besoin d’un site pour Charlie.

Pour ma part je comprend ses raisons. Le journal est un média remarquable et cette forme d’expression continuera encore longtemps. P. Val a de la chance quelque part... C’est aussi un sage qui ne se jette pas sur les trucs à la mode avant d’en avoir besoin.

Par ailleurs il ne critique pas les sites personnels. Il n’est pas question de cela dans son texte.

Répondre
> La chute de l’hebdo du médiateur ?, 24 janvier 2001

" Par ailleurs il ne critique pas les sites personnels. Il n’est pas question de cela dans son texte. "

Et la citation en exergue de cet article, c’est quoi ? Une invention ? ...

Ma parole, il y a vraiment des drogués de Philippe Val.

Répondre
> La chute de l’hebdo du médiateur ?, Harelde, 24 janvier 2001
Je ne voulais pas répondre à l’ensemble de l’article de Val. ARNO, Marc Laimé, Philippe Moreau, Pascale Louédec l’ont déjà fait et bien fait. Si Val pense que Charlie Hebdo n’a pas besoin de site web, c’est son problème. Par contre, dans le seul extrait qui m’intéressait ici, et le seul que je me permette de commenter -il me concerne- si il ne s’agit pas d’une critique des sites d’expression personnelle, je me demande de quoi il retourne. On pourrait peut-être parler plutôt de diffamation. Moi aussi je comprends ses raisons. "Le journal est un média remarquable et cette forme d’expression continuera encore longtemps. P. Val a de la chance quelque part". Il le sait, crois le bien. Mais je crois moins qu’il souhaite la partager.Val n’aime pas la concurrence. Réaction de seigneur qui n’apprécie pas qu’on chasse sur ses terres, ou vieux reflexe antilibéral ?
Répondre
> La chute de l’hebdo du médiateur ?, Etienne, 25 janvier 2001

Que Val soit allergique au net n’a pas grand chose de surprenant. Qu’il en parle avec les mêmes clichés que me sort à ce sujet mon oncle facho (tout ça c’est que du sexe et du fric) me laisse perplexe, mais à la limite si le journal continue son travail de sape bien utile, j’avoue que je m’en fous un peu.

Après nous avoir fait le coup de la "super nouvelle formule Charlie de l’an 2000", Val nous propose en 2001 l’ouverture du journal à la publicité, ce qui me semble autrement plus préoccupant (et je ne parle pas de la collaboration Charb-Canal+, qui a du en laisser plus d’un sur le cul).

Le plus étrange est que personne n’ai réagi la semaine suivante ; à part Siné, mais il était trop occupé par le chiffon rouge Israël-Palestine que Val lui avait laissé à mordre. pour faire diversion ? non, Val ne serait pas à ce point perfide...

Répondre


> La chute de l’hebdo du médiateur ?
24 janvier 2001, message de lagardere
 
Val a encore répondu à ses "web-détracteurs" sur France-Culture ce matin.Avec plus de mesure que tout le monde ;reconnaissant etre allé assez loin dans son article ;dans lequel on n’est pas obligé de se sentir visé. Quant à la qualité de l’expression sur le web,du français,il n’est pas évident d’écrire bien et vite ;la preuve :ce texte. Arretons les querelles et continuons à traquer les "Kommandanturs".Quelqu’un a-t-il des chiffres de Fréquentation du Net(%de cul ,de business,de web libre) ?
Répondre
> La chute de l’hebdo du médiateur ?, mict, 5 février 2001
On s’en fout du nombre de connexions puisque le web indépendant n’est pas commercial et n’a rien à vendre aux annonceurs. Ce qui est important c’est qu’il existe un point c’est tout. Quand tu te connectes à uZine (par exemple) c’est les articles qui te font bander ou le fait de savoir qu’il y a un million de personnes qui font la même chose ?
Répondre
> La chute de l’hebdo du médiateur ?, L’avis d’un pro, 7 mars 2001
C’est intéressant de lire tout ces messages sur Philippe Val. Entre les "ouah pas bo, tu ne connais rien au web" et les "vive la liberté d’expression". Je ne vois derrière que beaucoup de gens qui ne connaissent pas le web vu de derrière (financement, ICANN et ses règlements de fonctionnent). Le web de demain se construit et Philippe VAl n’est pas loin de la réalité. Qui détient les sites d’informations, les chaines de l’info ????? Vivendi, France Télécom...tout est basé sur la pub. Il ne faut pas se leurrer les portails d’infos, c’est fait pour faire du fric et le fric on l’a comment ? Par les pubs ? Et les annonceurs on les attirent comment ? Par le nombre de Clics ! Donc faut beaucoup d’infos, plein d’infos....du CONTENU pas de l’info d’ailleurs. Mais ce contenu doit être PC. Comment de l’info peut ne pas être triée pour ne pas choquer les annonceurs ? On a déjà vu le phénomène dans la presse, sur le web c’est pire ! L’info est gratuite les gens n’achètent rien, l’info est gratuite ! Oh oui elle est gratuite mais qui vous garantit alors la liberté d’informer des journalistes. Philippe Val ne connait peut être rien au web, mais il connait le financement des journaux, et sait comment sont financés les sites. Quand à l’internet pour la libre expression de tous, c’est gentillet, on aurait pu dire cela il y a encore quelques années quand on ne savait pas. Mais intéressez vous au travaux de l’icann, le gouvernement de l’internet. Allez voir sur le site www.icann.org, si vous arrivez à ne pas décrochez des discussions sans fin et terriblement juridiques des membres de l’icann, vous etes champion. Pour chaque membre de l’icann, toujours un groupe de com, ou un groupe de fournisseurs informatique ou télécoms, vous avez 10 juristes qui vous pondent chaque semaine 15 articles de 60 pages qui sont des propositions de réglement. Autant vous dire que si vous vous y attaquez seul vous n’avez pas le temps de pondre vos propres 60 pages, lire celles des autres et les commenter. Pas le temps de discuter. Les fournisseurs informatiques et les groupes de com ont le pouvoir sur l’internet, ils le font évoluer et changer sans cesse et si vous vous opposez, si vous souhaitez mettre de l’ordre pour que tout le monde puisse comprendre, alors on vous lance : censeur, anti-liberté d’expression. QUand il y a trop d’informations et qu’elle n’est plus hiérarchisée, critiquée et vérifiée, certes il y a liberté d’expression, mais qui triera le bon du mauvais ? Qui verra quelque chose dans tout ce bruit ? Armand Robin parlait de fausse parole pour parler du totalitarisme Stalinien via la radio. On diffusait plein d’informations sur Staline toute la journée, mais jamais d’infos critiques. Sur internet on diffuse plein d’informations sur le nombril et les centres d’intérets de tous, tout le monde crie j’existe et je suis libre de m’exprimer mais plus personne ne s’entend, plus personne de s’associe pour créer une communauté, un contre pouvoir..... vivre la liberté d’expression n’est pas forcement constructive pour la société, juste pour l’EGO. Pour oublier qu’on suit le système en remplissant l’espace qu’on nous a aloué sur le web....
Répondre