racine uZine

Dans la même rubrique
Tous fliqués, tous fichés !
15 février 2002
24 septembre 2000
12 septembre 2000
31 juillet 2000
 
mercredi 30 mai 2001

Renseignements Généraux

Les chartes des marchands ne valent rien

Dans la folle course à la respectabilité que s’imposent les sites marchands pour conquérir les coeurs, les esprits et surtout les porte-monnaie des internautes, il est une mesure de façade particulièrement en vogue : la charte de respect de la vie privée. Il n’est plus un seul site de vente de disques, de location d’appareils à vocation hygiénique, voire de toilettage d’animaux de compagnie virtuels qui n’affiche, en plus des habituelles et déjà pénibles « conditions d’utilisation » de ses services, les quinze pages de sa déclaration de « protection des données personnelles ». Désormais, même les e-mails publicitaires envoyés par une agence de pompes funèbres australienne déclarent respecter votre vie privée.

Nous refusons cette hypocrisie, voyant combien elle cache une centralisation de plus en plus grande du stockage et de l’exploitation des données personnelles qu’on nous oblige - parfois même par le biais d’une législation ubuesque comme les amendements Bloche - à dévoiler pour utiliser les services fournis par les marchands.

Une « charte de protection des données personnelles » est comme un contrat d’utilisation imposé par le fournisseur : plus elle est longue, plus il est probable que l’on cherche à cacher quelque chose sous l’apparence rassurante de certains termes sans valeur juridique. La charte idéale devrait tenir en quelques phrases. Par exemple : « Seuls les renseignements indispensables à l’utilisation du service seront demandés. Ils seront totalement effacés de façon périodique. Ils ne seront jamais communiqués à quiconque, ni exploités à des fins directement ou indirectement commerciales (autres que la fourniture du service souscrit). Aucune modification de cette charte ne pourra avoir un effet rétroactif sur les données déjà accumulées. »

Nonobstant l’ampleur des méandres lexico-sémantiques qu’elles ont déployé afin de faire bonne figure, nombreux sont les exemples d’entreprises ayant fait volte-face (Amazon, Ebay...) et décidé tout d’un coup de vendre les données personnelles qu’elles avaient auparavant récolté. Nul besoin donc de chercher à discerner les chausse-trapes en les interminables chartes des marchands, car demain elles seront peut-être déjà caduques.

En outre, l’utilisation d’Internet fait appel à une multitude d’intermédiaires tant logiciels que matériels auxquels il faut même ajouter, dans certains pays (y compris démocratiques), l’écoute permanente et officielle par les services secrets. Une démarche complète de vérification du respect de l’intimité des internautes et de la protection des données personnelles devrait donc passer par l’examen des conditions d’utilisation et de protection des données personnelles de tous les prestataires impliqués, et non uniquement du site Web que l’on visite. L’internaute particulier n’en a pas les moyens, et les marchands n’y ont aucun intérêt.

La loi pourrait garantir ou tout du moins promouvoir l’intimité des citoyens du Réseau si la volonté politique des gouvernants n’était pas si faillible. Las, même dans les pays où la loi existe en partie (comme en France), les moyens accordés à son application sont tellement dérisoires qu’elle ne sert in fine qu’à afficher une bonne conscience idéologique. Les directives européennes ne sont pas répercutées par les pays membres. Et si les gouvernements occidentaux semblent vouloir libéraliser la cryptographie, ne vous réjouissez pas : c’est uniquement afin de favoriser le commerce électronique et de permettre aux entreprises nationales de lutter contre l’espionnage économique. Si vous n’êtes pas une société commerciale, prenez garde que pour l’instant, du point de vue de nos représentants élus, vouloir protéger votre intimité est aussi suspect que de transporter un fusil d’assaut sur vous.

De par les éléments ci-dessus, nous sommes pleinement conscients de la fragilité de notre intimité sur le Réseau. Nous savons ce que nous réserve l’ordre numérique rêvé par les marchands et leurs relais institutionnels. Nous savons également que chercher à protéger nous-mêmes notre intimité requiert un certain temps d’apprentissage et de mise en pratique, que nous aimerions être dispensés d’avoir à consacrer à une cause purement défensive. Toutefois, nous nous jouons autant que possible des formulaires d’identification en entrant de fausses coordonnées, nous refusons l’affichage de bandeaux publicitaires et la collecte silencieuse de données qui y est associée, nous choisissons autant que possible des prestataires alternatifs, indépendants, non-marchands ; enfin, en tout nous ne faisons confiance ni aux déclarations trompeuses des marchands, ni aux promesses gratuites de nos gouvernants.

 
Ce texte est non-signé, et libre de droits. Copiez-collez-le sur vos sites, à vos amis...
Imprimer
format impression
 
SPIP
Web indépendant


> Renseignements Généraux et TRACABILITE
31 mai 2001, message de TARTAR
 

Hélàs 3 fois

qu’on le veuille ou non les telephones portables en font déjà beaucoup pour les RG en matière de localisation et de datation d’appel.

si vous ajoutez qq achats par carte bleue à vos coups de fils n’importe quel fonctionnaire spécialisé peut savoir ce que vous achetiez et à quelle heure et dans quel commerce.

Plus fort que big brother car aucune camera ne vous traque !

Alors il nous reste peut-être la colombophilie parce que la poste hein ? avec les grèves...

Maintenant, supposons que SFR ou ORANGE utilisent un filtre sémantique vocal ; ils repèrent vos mots clés au cours des conversations courantes et vous êtes déjà *profilables* et profitables pour des offres commerciales ... (cf. la revue papier bimestrielle de SFR). Le futur est ici et maintenant et le *spam*. dans les boîtes à lettres réelles nous bourre de pubs arbrivores depuis des décennies .

C’est juste un peu plus de traque à chaque fois on ne se rend pas compte...

Au secours.

Répondre


> Gouvernants
30 mai 2001, message de Tiresias
 
A vrai dire, on ne reprochera pas aux gouvernants la démagogie, vu les débilitantes propositions de la Loi sur la Société de l’Information (opt out pour le spam, conservation des données de connexion, crypto à double tranchant etc), les promo d’été de l’AFNIC contre les hébergeurs indépendants (voir la brève du 30), le Forum des Droits de L’Internet en cours d’installation pour coréguler. La protection des données personnelles est un des enjeux les plus importants, autant que la liberté d’expression, c’est bien d’en parler. Et de faire en sorte que les conneries en cours capotent, sinon, la vie, elle sera...toute tracée.
Répondre