racine uZine

Dans la même rubrique
Internet & Journalisme
 
samedi 3 mars 2001

Quand la télé nous parle du Net

Je te méprise mais rions-en ensemble
par thomas
 
27 février, un peu avant deux heures du matin le dernier pote qui traînait chez moi me laisse enfin seul après que Christophe Dechavanne lui ait prouvé que décidément il était bien l’heure de se coucher en espérant que demain soit un jour meilleur. Pour que la solitude me pèse un peu moins le temps de ramasser les verres et de vider les cendriers, je laisse ma télévision allumée...

Histoire de bien vous montrer à quel point ce que j’ai vu m’a bouleversé, je vais commencer par la conclusion. Pas la mienne, mais celle de la présentatrice de l’émission : « Clicomédie, c’est l’émission qui montre VOTRE Internet ». Dernière phrase prononcée avant le générique de fin, et qui j’imagine aurait tout aussi bien pu l’être au début de l’émission (malheureusement je n’ai pas eu le bonheur de tout voir).

« Votre Internet », qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ? En fait on peut dire qu’il y a deux Internet. « Notre Internet » serait celui fait par le bon peuple afin de partager ce qui le réunit, l’autre qu’on va appeler « institutionnel » étant celui conçu et réalisé par des gens dont c’est le métier et qui a pour vocation de nous proposer des services (parfois payants). Les deux s’adressent au bon peuple mais pas pour les mêmes raisons. Dit comme ça c’est très joli, mais n’allez pas vous imaginer à la lecture des quelques lignes qui précèdent que la définition de « notre Internet » que je vous ai faite est celle qui s’applique pour Clicomédie...

Quand Clicomédie nous montre « notre Internet »

Le plus simple est, je crois, de vous donner quelques exemples de ce qu’il m’a été donné de voir au cours de ce programme. Attention ramassis de conneries. Mais d’abord je précise pour ceux qui n’aurait pas eu le bonheur de le voir en direct qu’une des caractéristiques étonnantes de cette émission est la brièveté étonnante avec laquelle sont traités les sujets : en gros celui qui atteint la minute, c’est vraiment le truc costaud à ne pas rater, sinon i’faut se contenter de quelques dizaines de secondes. Et surtout, rions.

Pour commencer quand je suis tombé dessus en zappant j’ai eu droit à la mise en avant d’un site remarquable réalisé par un jeune homme (tout seul, c’est dingue !) dont la principale activité consiste à parodier des chansons (à noter la traitement de faveur du sujet : d’abord une gourdasse à la plastique irréprochable est venue effectuer un play-back voyant - mais c’est fait exprès, qu’est ce qu’on se marre - sur le plateau, puis est apparu en guest-star le webmaster himself qui a également poussé la chansonnette avant de répondre à une interview express au cours de laquelle il a quand même réussi à nous dire que ce qu’il faisait n’était pas bien compliqué, que s’il pouvait il aimerait faire de son site son métier ( !) et qu’il remerciait chaudement les 39601 personnes qui ont honoré son site de leur visite).

Puis j’ai pu déguster un petite série de Flashs certainement très marrants mais j’ai pas tout compris vu que sur ma télé l’image devait faire 8x8cm et que je regardais ça à 3-4 mètres de distance sur mon fauteuil (oui, mon salon est immense).

Ensuite y’a eu le concours de « je scanne ma tronche directement sur le scanner et c’est poilant », suivi par le reportage sur le webmaster policier (contenu de son site : la police, ma 306 tellement bien tunée que j’ose plus la sortir, les photos de ma copine en bikini, les 4 webcams qui filment mon 25m², mes mixs techno), et sûrement d’autres trucs tellement nuls que je les ai déjà oubliés.

Ah oui, j’oubliais, la cerise sur le gâteau : le cul. Oui parce que bon pendant toute l’émission le présentateur (et oui la présentatrice n’est pas seule, elle est accompagnée d’un ringard qui s’il a beau se forcer ne parvient pas à nous convaincre que toutes les beauferies qu’il nous vante le font rire en vrai) ne cesse de nous rappeler qu’à terme nous aurons droit à une sélection d’images hard collectées sur le net. D’ailleurs ça marche, je ne suis resté que pour ça. Bonjour l’arnaque. Une vidéo de cinq secondes de deux tétons appartenant à des femmes distinctes que l’on contrait à se frotter l’un contre l’autre, et une autre de 8 secondes où l’on a pu entrevoir des personnages de pâte à modeler dont les mouvements évoquaient effectivement des rapports sexuels à trois. Ebouriffant.

Enfin bref tout ça pour dire que tout le long ce ne fût qu’un ramassis de trucs dont je n’arrice pas à qualifier la somme avec un mot qui englobe à la fois con, beauf, ringard, machiste et pas drôle du tout.

La mission informative, éducative et néanmoins distrayante de Clicomédie

Bon maintenant, c’est pas le tout de critiquer, tant qu’à faire tout ça amène une question fondamentale : pourquoi ? Pourquoi un tel concept d’émission ? Quel est l’intérêt de nous montrer un truc pareil ? Moi j’ai ma petite idée, mais après on va dire que je vois le mal partout. La présentatrice a parlé de « votre Internet », non ? A votre avis pourquoi ?

C’est pourtant simple. L’idée est de dire que l’Internet fait par le bon peuple c’est ce qu’on voit dans cette émission. Et entre nous on peut bien le dire, c’est assez con. Comme quoi si on ouvre les portes d’Internet à n’importe qui on finit par y trouver n’importe quoi. Si j’ai bien compris c’est le discours en vogue en ce moment. Pour être hyper-tendance ces jours-ci il convient de manifester un certain mépris pour l’Internet non-institutionnel. En choisissant de n’en montrer que les aspects les moins valorisants on ambitionne de le discréditer dans son ensemble, en incluant des projets plus heureux comme le Minirézo par exemple...

Et d’ailleurs assez parlé d’Internet institutionnel et non-institutionnel, en réalité on parle d’internet marchand et de non-marchand. Tout est histoire de pognon, le but étant de persuader le bon peuple qu’Internet sans argent ça ne peut pas exister. Laissons-le donc aux professionnels qui sauront quoi en faire, eux... Tu parles ! Regardez un peu la tronche que tire le NASDAQ ! Le nombre de start-ups qui sombrent alors que le concept était foireux dès le départ et que pourtant il s’est trouvé des nigauds suffisaments éblouis par des "oo" en pagaille pour y mettre un pognon monstre ! Amazon qui perd chaque mois plus d’argent ! Y’en a pas des floppées des mecs qui font n’importe quoi là ? Mais on s’en fout on évite d’en parler.

On attend patiemment le jour où ils ne seront plus que deux ou trois multinationales à se partager le gâteau de l’Internet. Et ce jour-là il fera bon ne pas avoir un Internet non-marchand, et donc potentiellement contestataire, trop puissant. Oh bien sûr, on lui laissera toujours une petite place, mais on n’y verra que des conneries tout justes bonnes à relaxer ses neurones, personne n’aura l’idée d’aller y chercher de quoi nourrir sa réflexion. Pour cela il faut réussir à ancrer dans la tête du bon peuple que le non-marchand c’est le non-pensant. Les initiatives commes Clicomédie sont là pour ça et rien d’autre.

Je vous l’avais dit je vois le mal partout. Maintenant on peut rêver, peut-être que le thèmes de la semaine prochaine sera « ces start-ups au business-model foireux qui après avoir envisagé d’être côtées en bourse déposent le bilan, poil aux dents ». Si c’est ça, ok, je dis plus rien. Mais par contre je rigolerai de bon coeur...

 
 
thomas
 

On se fout de la gueule du non-marchand, mais je rigolerai bien le jour où Vakooler n’aura d’autre choix que de fermer ses portes pour cause de d’extinction de la dernière start-up...

P.S.2 : Je voudrais pas passer pour un mec près de ses sous, mais Clicomédie, l’émission incriminée, est quand même diffusée sur France2, chaîne de service public et de ce fait financée en très grande partie par la redevance dont je m’acquitte annuellement... Autant quand je vois Arte je suis content de payer, autant quand je vois ce dont est capable France2, je trouve ça moins sympa.

Imprimer
format impression
Je prends mon temps...
 
SPIP
Web indépendant


> Quand la télé nous parle du Net
6 mars 2001, message de Roland Trique
 
Bah... La patouille générale de la télé vis-à-vis de l’Internet était prévisible. La plupart des émissions à propos du net que j’ai pu voir étaient carrément consternante. Les meilleures n’avaient pas le moindre intérêt (tant qu’à faire, autant aller sur le net soi-même, pourquoi donc seulement le regarder ? Oui, évidemment, pour faire tourner la société du spectacle, c’est mieux, mais pas pour vivre). Tout cela est plutôt bon signe : rien d’étonnant à ce qu’un système de diffusion de messages à sens unique et en masse soit rigoureusement incapable de rendre compte d’un système de communication.
Répondre


> Quand la télé nous parle du Net
6 mars 2001, message de Le capitaine du Vakooler
 

Pour le moment où Vakooler fermera ses portes faute de startups, on a encore un bon moment devant nous dans la mesure où pas mal de startups existantes continuent à lever des fonds. D’autre part, il y a toujours des créations de startups avec des business-plans aussi comiques qu’il y a 2 ans (moins, c’est vrai, mais encore pas mal), donc Vakooler peut tenir encore un bon moment. ;-)

[Vous croyez quand même pas que l’on publie toutes les infos que l’on reçoit, non ? L’équipage du Vakooler a encore plein de cartons à débaler ;-]

 
Répondre


> Quand la télé nous parle du Net
6 mars 2001
 

Euh Thomas, si je peux me permettre... Bien fait !

Tu t’attendais à quoi en regardant Dechavanne : à une analyse fouillée de ce qu’on peut trouver sur l’internet non marchand ? à une promotion de vakooler, du minirezo, de cameleon ou de footonsdesbombespartout.org ? Ou bien tu es d’une infinie naïveté, ou bien tu as une foi inébranlable en l’éthique de l’Homme en général, et de Dechavanne en particulier...

allez, balance ta télé, et va au bistrot, va. Tu y entendras autant de conneries, mais au moins,tu auras bu un coup...

Répondre
Soyons précis, Thomas, 6 mars 2001

Cher ami sans nom, il me semble important de te signaler que l’émission que je dénonce, naïvement peut-être, n’est pas l’oeuvre de Dechavanne (Ce dernier officie sur TFbeauâââârk ! alors que "Clicomédie" est diffusée sur France2). Je te prie donc de croire que le mépris qu’il m’inspire est considérable.

Pour ce qui est de ma réaction vis-à-vis de cette émission, crois-moi c’est plus une franche colère qu’une bête et naïve déception. Ce qui me gêne, ce n’est pas le contenu de l’émission, mais le fait même qu’elle puisse exister (qui est, je maintiens, une forme de la lutte sournoise visant à décridibiliser le web indépendant), et en plus qu’elle soit diffusée sur une chaîne de Service Public. Bien sûr tu peux penser que je m’énerve pour du vent, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que ça ne sert pas à rien de gueuler contre toutes les formes de connerie que les médias nous infligent trop souvent.

P.S. : Pour ce qui est de boire un coup, ne t’inquiète pas pour moi, l’affaire fût rondement menée, entre amis, avant le visionnage...

Répondre
Balance-la quand même, ta télé !, Grosse Fatigue, 6 mars 2001

Ben oui, pour éviter ça, balance-la ta télévision ! Moi, ça fait 9 ans que j’ai plus la télé, et je la regarde parfois, émerveillé par ce monde de l’hyper-nullité, à l’hôtel.

Mais chez moi, y’en a pas, et j’ai pas le temps.

Jette, jette, jette !

 
Répondre
> Balance-la quand même, ta télé !, Greg.fr, 7 mars 2001

Tiens, ça ma passe tout à coup par la tête (ouille). A quand des types qui iront défiler dans la rue en beuglant : "jetez vos modems, Internet, nouveau vecteur du spectaculaire intégré" et autres compliments à destination des utilisateurs du ouèbe (marchand ou non) ? Comme tu dis aujourd’hui "jette ta téloche".

PS : ce n’est pas une reproche à ton égard, crois-le bien, juste un peu de futurologie. Quand Internet sera remboursé par la sécu.

Répondre
La mienne est deja loin, NONAX, 8 mars 2001
Unutile de vous dire que je l’ai pété a coups de batte de baseball : LA TELE C POURRI il y a donc 2 solutions : prendre canal+, canal st. ou TPS et tout... Chacun fait son choix mais je pense que surfer est plus enrichissant que regarder passivement des conneries a longueur de journée.
 
Répondre
> La mienne est deja loin, Nax, 25 août 2003
Je suis entierement d accord avec toi ... Ca fait 3 mois que je regarde plus la tele et sincerement je me porte vraiment mieux !!! la seule chaine qui vale le coup c’est france 5 et Arte mais le reste c’est merdique au possible !!!
Répondre