racine uZine

Dans la même rubrique
Internet et enjeux locaux : le choc des cultures
5 juillet 2001
18 janvier 2001
 
dimanche 18 février 2001

Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.

par Min Jiu Guo
 

Quatre années ont passées depuis les dernières élections. Au mépris, à la suffisance ont succédé l’indifférence, « la raison », « la sagesse », « le réalisme ». Beaucoup pensent que c’est un moindre mal, beaucoup pensent que cela pourrait être pire.

Pas moi.

La gauche plurielle est arrivée portée par un rêve de mieux-être, de mieux-vivre pour nous et pour nos voisins. La gauche plurielle a promis, la gauche plurielle a trahi. Ce ne sont plus des hommes politiques qui nous gouvernent mais des voleurs de rêves, des fossoyeurs d’espérance qui ont pris le pouvoir.

Rien de nouveau, penseront beaucoup.

Si justement : un seuil nouveau encore franchi, une limite dépassée, comme la fin d’un difficile apprentissage au terme duquel, on ne peut plus dire qu’on ne savait pas.

Rien n’a changé de ce que j’aurai souhaité, ou si peu, j’ai peur de ne pas avoir été le seul. Dans nos villes marchent sans buts : les enfants perdus, les vieillards trahis, les travailleurs cassés de l’ultra-libéralisme, les consommateurs abrutis, les spectateurs désabusés, les sans domicile « assistés ». Rien de ce dont j’ai rêvé, rien de ce que je pense ne s’est mis en place pour corriger, ce que chaque jour la culture de l’économisme, « la compétition mondiale » produit comme disfonctionnements, catastrophes ou comme cataclysmes à venir. Les salariés sont résignés, les patrons mécontents, les enseignants épuisés, les flics disjonctés, les lycéens démotivés, les juges médiatisés, les « sans-papiers » sans papiers, les vedettes adulées et les jeux de hasard plébiscités.

Depuis 10 ans, j’attends et je travaille à ce que le quotidien soit porteur d’un peu d’espoir. Je vote et contrevote, lis, écris, rédige, corrige, parle et écoute, apprends à comprendre. Je me mouille, tricote avec d’autres des petites solutions sur mesure pour corriger, réparer, ce qu’une machine sans âme et sans projet produit de gachis.

Je pétitionne, je marche aussi beaucoup dans les rues, pour dire ce que je veux, ce que je crois juste, protester, faire savoir, peser un peu en dehors de mes votes un peu forcés. L’intérêt de la marche à pied, c’est qu’on peut discuter mieux que devant sa télé, mieux qu’à un dîner, et mieux encore que dans une bagnole verrouillée.

En 1995, des « clandestins » sont venus nous rappeler que dans ce pays on pouvait vivre, travailler, sans exister, en dehors de tous droits. Ces agités, ces étrangers, j’ai appris à les écouter, à douter, à me renseigner, à entendre. Nous avons été des milliers à les accompagner ou plutôt à les suivre dans leur désir d’exister. Ils ne sont pas « formidables », « exceptionnels », « passionnants » : ils sont comme nous avec en moins la sécurité minimale du droit de pouvoir respirer, flaner, marcher sans se cacher.

Ils ne sont qu’un révélateur, un symbole de ce qui se construit peu à peu, de la déréglementation, de la délocalisation, de la précarisation, du non-droit. Alors qu’il est déja devenu interminable et presque totalement décourageant de faire valoir les droits qui nous sont reconnus, eux ne peuvent que nous rappeler ce que c’est que de ne pas en avoir du tout.

Chaque jour en croisant les enfants perdus des étrangers qui sont venus construire, faire fonctionner, nettoyer ce pays, je ne peux m’empêcher de penser que leur violence n’est que la réponse à celle qui a été et est encore faite à leurs parents. Quand je croise la police dans la rue, je ne peux m’empêcher de penser aux forces de maintien de la paix d’un pays en guerre : leur violence est la même que celle qui règne dans les territoires occupés. Quand je vois les programmes de télévision, je ne peux qu’être convaincu que c’est bien d’une entreprise de décervelage planifiée dont il s’agit.

Nous irons pourtant pour beaucoup d’entre nous voter sans passion, pour faire semblant de croire que des solutions sont encore à espérer, que nos élus y travailleront avec acharnement. Mais un élu ressemble aujourd’hui plus à un autre élu qu’à l’un de ces électeurs, à quelques notables exceptions faites ou à faire. Je vais aller voter après avoir épluché les programmes, mais comment oublier ce qui a été promis et trahi.

Admettons que je vote à gauche : comment oublier la violence que j’ai vue se manifester contre des « sans-papiers » qui travaillaient , vivaient ici et ne pouvaient espérer aucun des droits les plus élémentaires ? Violence symbolique les renvoyant dans la clandestinité dont ils étaient sortis, violence concrète de la police qui charge, frappe, arrête, expulse, cache, falsifie. Mon programme pour cette élection c’est de pourrir la vie de cette gauche plurielle qui pire que tout nous vole le peu d’espérance dans la vie politique qu’il nous restait.

Comme Jean-Bernard Pouy l’écrivait dans un journal ces jours ci : nous allons pourrir la vie de la gauche plurielle comme elle pourrit la vie des sans-papiers ! Nous pouvons le faire. Pourquoi dès lors ne pas s’y mettre dès aujourd’hui ?

Leur démagogie et leur souci de modernité les a amenés à créer des sites internet avec bien souvent des forums. Pourquoi en quelques mots, ne pas écrire à ces partis, ces militants, ces élus ? Pourquoi ne pas leur dire ce que nous pensons d’eux, de leurs promesses, de leurs trahisons et de leurs programmes ? Pourquoi ne pas écrire ce que nous voulons, ce que nous ne voulons plus ?

http://www.parti-socialiste.fr/

http://www.pcf.fr/

http://www.les-verts.org/

http://www.assemblee-nationale.fr/0index.shtml

http://www.mdc-france.org/

 
 
Min Jiu Guo
Imprimer
format impression
Min Jiu Guo
5 février 2001
 
SPIP
Web indépendant


Créer un Parti
2 juin 2003, message de tOMAZ
 

Sérieux, c’est normalement le principe.

Mais non, la plupart de ceux qui se plaignent un jour à la lune s’en retournent le lendemain à leurs petites occupations.

Homme ou femme politique ce n’est non seulement pas un métier, mais ce n’est pas non plus une chasse gardée. Quant on est pas content, on s’engage. Sinon, on ferme sa gueule et on subie. C’est trop facile d’exiger le changement pour tout et pour rien et de rien faire de son côté.

PS : Pour pourrir définitivement cette discution, je dirais simplement à ceux qui voient la solution dans l’extrême gauche (type besancenot), la dictature, même prolétarienne, ce n’est pas top. Je dis çà car j’ai pu assister à une réunion LCR. C’était assez édifiant.

 
en ligne :
Répondre


> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.
21 février 2001, message de Fabrice Massé
 

En effet, il y a de quoi se révolter. Alors que des experts proposent des solutions clés en main extrêmement attractives, soutenues par de nombreux politiques, et depuis de nombreuses années : qu’a fait au juste la gauche plurielle ?
-  35 heures : on est très loin du compte (1)
-  Démocratie : localement, elle n’existe tout bonnement pas. Les maires sont des olligarques(2). Et ce ne sont pas les timides propositions de Mauroy sur la décentralisation qui vont y changer quoique ce soit.
-  Ecologie : on continue allègrement de polluer en toute impunité et les encouragements fiscaux "propres" disparaissent ( la vignette était gratuite ou 1/2 tarif pour les voitures au GPL )
-  La liberté d’expression est toujours absente en france : on cencure « baise-moi », on interdit la pub 3 mois avant une élection (il faut plafonner les dépenses, pas l’expression),. .
-  Délinquance en hausse : normal, la violence est désormais le seul recours. (ex.José Bové).
-  Sans papiers : on refuse de traiter le cas et on met en tôle les réfugiés
-  Execption culturelle Française : on défends sans honte des concepts vichistes.

Et bien des choses qui ne me viennent pas. Dire que je vais quand même voter pour eux !

(1) Combat pour l’emploi : http://www.canoe.fr/Economie/Questionsa/001012_Larrouturou_CAN.html (2) DECENTRALISATION : L’AGE DE RAISON : http://www.plan.gouv.fr/publications/4PAGdecen.htm

Répondre
> > Municipales : nous allo, vladimir, 21 janvier 2002
RESTEZ AU LIT. Pourquoi être déçu de la gauche caviar alors que c’était prévisible depuis le 12 mai 1981.Nous sommes gouvernés par des petits bourgeois mesquins et arrivistes.La gauche actuelle n’est qu’une photocopie des anciens radicaux de gauche du début du siècle.Le coeur à gauche et le portefeuille à droite... Ils ont inventé le sous-prolétariat :CDD et autres... Comme je ne vote pas à droite, je reste au lit. D’ici deux générations,une grande révolte est en marche. Que doivent penser les enfants d’éternels chômeurs vivant dans la grisaille et cernés par des richesses intouchables par eux. "C’est la fracture sociale" comme disait le plouc Chirac content simplement d’être asssis sur le trône du roi. RESTEZ AU LIT
Répondre


> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.
21 février 2001
 

"La gauche plurielle est arrivée portée par un rêve de mieux-être, de mieux-vivre pour nous et pour nos voisins."

Tu parles de 1981 ? Non ? Tu veux dire que Jospin te faisait réver !

Je ne vois pas tellement ce que la "gauche plurielle" a pu trahir, étant donné qu’elle a promis si peu. En ce qui concerne les sans-papiers, l’engagement des différents partis de la gauche plurielle à leurs côtés était quand même très léger du temps de la droite, espérer qu’ils allaient avoir une révélation en accédent au pouvoir (surtout avec Chevènement...).

Quant aux propositions d’action sous forme d’envois d’e-mail, confortablement installé devant son ordinateur, c’est un peu illusoire à mon avis.

Leur pourrir la vie en bombardant leur boîte au lettre ?

Répondre


> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.
21 février 2001, message de Nicolas
 

Mais que fait la politique ?

Un appel lancé par des militants politiques, critiques envers l’action du gouvernement et invitant tout ceux qui le souhaitent a se rencontrer.

 
en ligne : QFPOL
Répondre


> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.
20 février 2001, message de Croa33
 

Sauf rares exceptions, les leaders politiques ne veulent pas améliorer les hommes et la qualité de la vie de tous. Ils veulent être et rester chefs, c’est tout ! Quant aux "grandes" idées que les militants s’en chargent... Si c’est politiquement correct et porteur.

En fait, qu’un système politique soit démocrate (je n’ais pas dit démocratique : ça n’existe pas.) ou autoritaire, ce sont toujours les influences les plus forte qui gagnent. Tant que des gens se laisseront faire le changement ne sera pas pour eux mais au profit des forces naturellement dominantes, celles de l’argent notamment. Quant aux camelots de la politique, ils ne sont bons qu’à prendre nos voix en exploitant au passage nos meilleures idées. Idées qu’ils n’ont absolument pas l’intention de mettre en oeuvre ! (Sauf lobbying réussi et encore il faut voir comment : voir les 35 heures !) On croit ces gens au service des partis alors qu’ils ont mis les partis à leur service. En ce sens un Mamère d’aujourd’hui n’est pas plus écolo qu’un Staline n’était communiste et il faut vraiment que les militants (de tous idéaux respectables) soient passionnés pour ne pas voir à quel point ils se font toujours avoir.

Pour les simples citoyens rien n’a changé depuis le moyen-age : Ils ne peuvent que râler, manifester, s’organiser en lobbys pour éviter un peu que le monde ne soit plus mauvais encore ! Au fond, c’est justement ce que tu nous proposes et je te rejoins.

Répondre
Pour un peu de retenue dans des comparaisons fumeuses., Fab, 22 février 2001

Le meilleur moyen de denoncer le manque democratique de nos societes n’est certainement pas selon moi de faire des amalgames douteux et des comparaisons qui se veulent brillantes en associant Noel Mamere et Staline, en disant que le democratie n’existe pas et en la mettant sur le meme plan que les regimes autoritaires ou en disant que rien n’a change entre l’an 2000 et la bonne vieille monarchie de droit divin qu’on avait au moyen age.

La democratie n’existe pas vraiment ? J’en parlerai a des amis serbes pour leur demander ce qu’ils en pensent, je ne suis pas sur qu’ils partagent ce point de vue. On pourrait aussi demander leur avis a des senegalais (le Senegal a mis fin l’an dernier a 40 ans de regne du parti unique) ou a des mexicains (meme chose mais cela a dure 71 ans cette fois !)

Non, serieusement, de telles divagation desservent un propos au demeurant juste : le systeme democratique fonctionne mal mais le meilleur moyen de faire quelque chose n’est certainement pas d’en appeler au bon vieux temps de Staline ou de Vichy

Répondre
> Pour un peu de retenue dans des comparaisons fumeuses., Croa33, 22 février 2001
Affirmer que nous sommes en démocratie est bien une exagération fallacieuse. Le peuple ne peut pas gouverner, car ce n’est tout simplement pas possible. Quoique cette propagande soit de bonne guerre car ceux qui ont réussi à gagner une part de pouvoir y ont intérêt. Remarque que je reconnais au régime le qualificatif de démocrate, beaucoup plus juste et qui signifie « le plus démocratique possible ». Occasion aussi de nous rendre compte que plus de démocratie cela se gagne... et peut se perdre. Question de conscience citoyenne et de chance : Il est heureux que nous vivions une époque moins violente que celles que tu cites. Peut-être parce que les vrais pouvoirs ne sont pas menacés. D’ailleurs qu’arriverait-il à notre "démocratie" si de très "inacceptables" remises en causes des équilibres actuels survenaient ? Je pense ici à quelque chose qui toucherait aux vrais pouvoirs, les banques par exemple et non à nos très médiatiques hommes politiques (Qui eux sont en fait interchangeables). A propos crois-tu que dans le contexte que tu cite ceux d’aujourd’hui seraient tellement différents. Car ils savent s’adapter les bougres ! Rappelle-toi un certain Mitterand, celui qui a commencé à faire carrière sous Vichy, justement !
Répondre
Democrate ou democratie ?, Fab, 23 février 2001

La on est plutot d’accord : la democratie est en crise (a tel point que tu te refuses a l’appeler democratie, moi je veux bien mais systeme democrate me parait encore plus abscons comme terminologie) et nos hommes politiques de maintenant sont plus interesses par leur gloriole personnelle que par le bien-etre de leur concitoyens : rien a dire la-dessus.

Deux choses quand meme : les periodes noires du siecle precedent sont dues a l’arrivee au pouvoir de personnages qui etaient des ideologues (Hitler, Staline, Mao..) et non des pragmatiques ou des opportunistes. Mitterrand a commencer sa carriere sous Vichy mais c’etait un opportuniste, et certainement pas un ideologue (quoiqu’il ait bien enfume tout le monde en 81). C’est beaucoup mieux : l’ideologue, c’est celui qui continue le lutte contre "l’ennemi bolchevique" jusqu’a tout emporter avec lui dans sa tombe, "apres lui le deluge", le pragmatique, c’est celui qui, reniant ses promesses de campagne, adopte le tournant de la rigueur en 1982 pour eviter d’amener le pays a sa perte. C’est quand meme mieux non ?

Au sujet des banques que tu n’as pas l’air de porter dans ton coeur, effectivement quand le systeme menace de s’effondrer, on met de l’argent public pour le sauver. Pourquoi ? L’aspect "arranger les mafias qui nous gouvernent et faire en sorte que leur pognon soit sauve" me semble mineur. Il faut se rappeler que, qu’on les aime ou non, les banques sont des institutions necessaires a l’economie. La premiere chose que fait un pays de l’est avant d’entamer sa transition est de recontruire un systeme bancaire (cf. les Echos d’hier sur la Yougoslavie), la crise de 1929 et le marasme actuel au Japon sont dus, pour leur majeure partie au phenomene de "credit crunch", i.e. rationnement du credit : les banques ne pretent plus rien aux entreprises, les entreprises n’investissent donc plus, d’ou perte de competitivite, chomage etc... . Les banques sont necessaires a l’economie que cela nous plaise ou non et tout a fait entre nous : entre fermer le Credit Lyonnais (et licencier tout son personnel) et laisser Jean-Yves Haberer et les responsables du scandale dans la nature, ou l’inverse (renflouer le Credit Lyonnais et juger equitablement les responsables), le prefere la seconde solution. Pas toi ?

Répondre
> Democrate ou democratie ?, Croa, 28 février 2001
Maintenant le crédit est privé... Ce que je regrette ! OK pour le sauver si c’est nécessaire mais à condition d’en reprendre le contrôle. Sinon c’est encore un cadeau que l’on livre aux rapaces !
Répondre
> Democrate ou democratie ?, Fab, 28 février 2001

Heuuu, attend la, quand on a sauve le credit lyonnais en 1993, c’etait une banque publique, qui avait fait des conneries alors qu’elle etait publique et ses conneries sont d’ailleurs assez largement dues aux rapports incestueux entre ses dirigeants (hauts fonctionnaires publics) avec l’Etat.

Une banque privee qui s’est ruinee, eh bien voici deux exemples :

- le Credit Foncier qui a ete..... nationalise en 1995 et qui appartient maintenant a la caisse des depots comme quoi quand on donne de l’argent public pour sauver les banques privees, on les nationalise par la meme occasion.

- la banque Barings, banque anglaise ruinee par les folies de son trader Nick Leeson et rachetee apres par les banque neerlandaise ING : le contribuable n’ayant pas debourse un sou.

Tu vois, tes desirs (que les faillites bancaires ne coutent pas un sou au contribuable ou alors, qu’on les nationalise) sont exauces. Cool non ?

Répondre
> Democrate ou democratie ?, Croa33, 28 février 2001
Ah ! ...autre chose : Les « promesses » de 81 étaient trop incohérentes pour être viables. Elles n’étaient constituées que des ruines d’un « programme commun » de la gauche ayant avorté. Quant à la « rigueur » de 82 il ne s’agissait en réalité que de la mise en œuvre du vrai programme socialiste. Il a réussi parce qu’il était cohérent mais ce programme était aussi celui d’une économie encore plus libérale. Un autre choix était possible mais n’aurait pas servi les mêmes intérêts ! Ne serait-ce que par exemple revenir à la politique à fort contrôle étatique des années 60 qui, certes, était un peu inflationniste mais ne générait pas de chômage.
Répondre
> > Municipales : nous allo, Pierre SCHWANDER, 21 mars 2002

Cher Croa 33,

J’ai trouvé hier soir un message dans ma boîte aux lettres dont je n’ai pas compris le sens. Pourriez-vous m’expliquer ce que le contenu d’un disque dur d’ordinateur a à voir avec une campagne électorale. Vous avez des idées qui ne sont pas loin de celles que je défends, mais j’ai la chance de le faire en toute légalité, et pour l’instant, il est vrai, je ne suis inquiété que par ceux qui utilisent l’ordinateur pour se défouler. Faudra-t-il se priver d’un outil de recherche et de communication à cause de ceux-là ? La démocratie passera sans doute par d’autres mouvements tout à fait légaux. Oui, la démocratie progressera lorsque nous aurons le courage de nous engager dans un démarche politique qui effectivement ne tient pas compte de la démarche partisane qui permet aux mêmes de rester au pouvoir. J’ai le courage de cette démarche : organisation de débats publics, discussions avec des memebres de professions diverses.

Bien à vous, Pierre SCHWANDER 8, rue des tulipes 68920 WINTZENHEIM

 
Répondre


> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle.
19 février 2001, message de sam
 

Merci pour ce texte, l’un des plus justes, et des plus émouvants, qu’il m’ait été donné de lire sur la question. On aimerait l’avoir écrit...

Et merci également pour les url. A ce propos, sauriez-vous s’il existe quelque part la liste des email de nos chers élus (députés, sénateurs, etc.) Je l’ai cherchée en vain lors de la sinistre affaire Estelle Hallyday - qui a notamment permis à la télévision de montrer une nouvelle fois son ignominie - et ai fini par me débrouiller "à la main".

Répondre
> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle., Flubb, 19 février 2001
Pour les mails de quelques élus tu peux aller sur www.senat.fr ou www.assemblee-nationale.fr où tu trouveras dans les deux cas la liste des parlementaires des deux assemblées et leurs mails respectifs (assez souvent). Sinon, sur les sites des partis politiques tu as aussi accès aux mails de élus de ces partis, la plupart du temps. Par contre la réponse n’est jamais garantie :)
Répondre
> Municipales : nous allons pourrir la vie de la Gauche plurielle., sam, 19 février 2001

Mels de nos (chers) élus

Oui, je sais ce que vous me signalez ; ce que je cherchais c’est la liste ASCII et exhaustive de ces adresses, de manière à pouvoir indiquer mon sentiment à chacun de ceux que nous avons envoyés dans nos palais nationaux lorsqu’un sujet le mérite à mes yeux.

Je m’étonne d’ailleurs que ces listes (chambre, sénat, etc.) n’existent pas, compte tenu du nombre de nos concitoyens qui auraient des comptes à demander à l’ensemble de nos élus.

Répondre
Liste des élus, 19 février 2001

Cher Sam,

Dans sa grande générosité, le minirézo te fournit la liste des adresses électroniques des députés et sénateurs. Clique ici pour la télécharger.

La liste date d’il y a moins d’un an, donc il devrait y avoir très peu de changements.

a+

A.

Répondre
> Liste des élus, sam, 21 février 2001

Merci,

Minirezo et A., on va bombarder (prohibition, flicaille, curetaille, et tout le saint-frusquin, du boulot...)

Amicalement.

Répondre