racine uZine

Dans la même rubrique
Médias alternatifs, information indépendante et contre-information
 
vendredi 15 avril 2005

Nos concitoyens sur internet

Voilà donc où sont passés les rescapés de la politique-spectacle
par Grosse Fatigue
 
Alors que la plupart des médias vantaient le oui, alors que la radio publique, avant d’être en grève, nous prévenait du déluge qui s’abattrait sur les villes et les campagnes en refusant cette merveilleuse Europe que l’on nous prépare, alors que le grand manipulateur en chef va, sous l’oeil tendre de sa fille, tenter un dernier saut à l’élastique tenu en cela par des animateurs n’ayant jamais lu ni Marx ni Tocqueville (au hasard), alors que l’on désespère des moutons, alors que tout semblait foutu pour le quidam critique à qui on ne la fait pas, alors que la droite et la gauche faisait la une main dans la main sur la couverture du dernier papier-chiotte, voilà que le grand débat qui n’a pas eu lieu sur le petit écran (TNT ou non), a trouvé refuge sur le web...

Je n’ose y croire et pourtant. On assiste sans doute à une première, en France : oui, on peut supposer que le débat qui n’a pas eu lieu sur la Constitution Européenne dans l’arène habituelle de l’écran cathodique, opposant autrefois deux mastodontes censés représenter deux courants de pensée, oui, ce débat a lieu ailleurs, et sous une forme particulièrement originale. Figurez-vous que le citoyen connecté à haut-débit se permet d’envoyer à son beau-frère et par la poste, les arguments glanés ça et là sur le net. Le beau-frère en question n’a pas d’ordinateur, mais un photocopieur au bureau (ou à la ferme ?) qui lui permet d’en faire autant, non pas de renvoyer la chose au même beau-frère mais, imaginons un peu, à son cousin, à sa tante. On me l’a dit, j’y crois. Et d’ailleurs, à mon immense surprise, je le vois tous les jours.

Le débat existe, dans la France d’en bas...

D’ailleurs, la richesse est telle sur le web, l’échange si intense, et la demande grandissante que si l’économie nationale avait la même dynamique, les Chinois pourraient aller se rhabiller, malgré les prix du textile et la directive de leur espion infiltré des Pays-Bas, le fumeux Bolkenstein.

Comment en est-on arrivé là ? Le web est devenu, assez soudainement, le meilleur moyen d’échange de points de vue sur un objet politique extrêmement compliqué et dont on a voulu nous simplifier la compréhension à travers une absence de débat aussi binaire que la techno : oui - non. Dire que l’on prend le citoyen pour un con, c’est manquer de vocabulaire face à un Jack Lang qui croit encore que trois chanteurs aphones et deux acteurs feront l’affaire face au petit peuple de crétins qui dit non, comme la poupée de Polnareff. C’est un peu fort. Le pire, c’est que les médias, qui n’ont toujours rien compris, vont chercher ailleurs que dans ce débat quotidien et les lectures terriblement ennuyeuses que l’on se voit obligé de faire, la raison du non.

Il paraîtrait en effet que l’on dit non pour dire non à Chirac et Raffarrin. Oui, bien sûr. Il paraîtrait que l’on dit non pour dire non à la Turquie. La belle affaire. On dit non pour dire non à la Chine. (je viens d’acheter 10 paires de chaussettes made in France, les dernières....). On dit non parce que l’on n’a pas compris, oui je le répète : parce qu’on est un peu con. Et pourtant, cette constitution est limpide : n’y voyez-vous pas le bonheur poindre ?

Ben vraiment, vous êtes des imbéciles !

Un prof de droit marseillais vient d’avoir un succès extraordinaire : en quelques pages, il nous explique pourquoi le non. C’est limpide, c’est riche, ça "fait sens". Qu’on nous prive de débat sur un média de masse, et l’on ira ailleurs le chercher. La diffusion "virale" qui plaisait tant aux ingurgiteurs du marketing sert dorénavant à ceux qui, loin d’être une minorité, refusent d’être embrigadés dans un combat douteux, où l’issue serait trop certaine. Ceux qui doutent fouillent ici encore, les partisans du oui affutent d’autres arguments que la menace du déluge, et ceux du non, enfin, vous savez bien...

On peut parier que la réponse du grand show médiatique chiraquien va intensifier le débat ailleurs, et que les politiques n’ont pas bien compris que c’est le média-web qui permet, de pair à pair ou d’expert à néophyte, de donner des réponses à des questions que l’on se pose vraiment. Que l’on continue à croire qu’il est nécessaire de rabaisser le niveau du débat à celui de la télé-poubelle, et le niveau montera ailleurs, sur le web. (le web, c’est aussi du papier, qu’on se le dise...).

De quoi garder espoir pour la suite des événements...

 
 
Grosse Fatigue
Imprimer
format impression
Utopiste free-lance
19 novembre 2004
19 février 2002
 
SPIP
Web indépendant


> Nos concitoyens sur internet
9 février 2006, message de roger bouton
 
"un prof de droit marseillais", super ! mais qui ? où je le trouve ;o)
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
12 janvier 2006, message de SAS le Prince souverain
 
Il est temps de redonner la paroles aux élites de la France et de ses princautés (Monaco, Andorre, Banasnières). L’élite des édyles doit apprendre à maîtriser la communication sur internet pour mieux asservir ses Sujets. Je suis en négociation avec la chambre basse pour faire interdire le référencement de pages personnelles contraires à l’ordre politique en vigueur. Faut pas déconner !
 
Répondre
gamesandcasino, gamesandcasino, 16 novembre 2006
 
en ligne : gamesandcasino
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
13 mai 2005, message de bob
 
Que l’on crève la dalle en France plutôt qu’en Pologne quelle est la différence si l’on est pour l’Europe ?
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, virgiledeluxembourg, 28 avril 2006
La différence entre la pologne et la france c’est que il n’y a pas un départ massif de français qui crèvent la "Dalle" vers la Pologne mais plutôt le contraire, donc il en ressort cette analyse, soit les français ne crèvent pas encore de faim et donc n’ont pas besoin de s’expatrier soit les polonais ne réunissent pas encore les mêmes conditions politiques stables et donc ils s’expatrient pour gagner leurs vies et nourrir leurs familles. Oui l’Europe et sa constitution et non la politique qui y aurait pu y etre adoptée aurait du inverser le cours des choses, mais nous ne sommes pas encore assez intelligents et en nombre supérieur à ceux qui ont décidé de ne pas bouger et de rester dans l’état actuel des choses. Oui Vraiment je regrette que le président soit immergé dans des problèmes de justice qui ont ternie l’image de cette Europe qui quoi qu’il en soit sera tôt ou tard unifiée ou asservie ou libre si elle décide de penser avec les idées qui font tourner l’économie plein pot en ce moment je parle du Libéralisme, mais quel modèle, social ou individuel ? Ceci est déjà un autre débat...
 
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
12 mai 2005, message de fpierron
 

Allez, on connaît la musique, voici le dernier tube du groupe Chiraff, sur le thème de l’europe :

http://fpierron.free.fr/chiraff/chiraff.html

Une manière de répondre au bruit médiatique par du bruit tout court !!!

 
Répondre
dinner, dinner, 16 novembre 2006
 
en ligne : dinner
Répondre


Internet n’est pas opposé aux Mass Medias...
10 mai 2005, message de zouzouwizman
 

Je pense qu’il peut même les revigorer.

N’oubliez pas que beaucoup de journalistes sont bridés par leur hiérarchie ou les impératifs commerciaux. Mais l’arrrivée des Blogs me semble prometteuse : Le Monde, Libé, l’Express lancent des Blogs, et on peut enfin dialoguer avec les journalistes. les Blogs des correspondants de libé pendant la campagne américiane éatient captivants. Les Blogs feront connaitre aux journalistes l’opinion des lecteurs. En s’exposant sur le web, ils doivent plus facilement accepter les critiques, et pourquoi pas... reconnaitre des erreurs (je le vois rarement dans la presse française). Ca fera aussi du bien a certains lecteurs aussi, qui comprendront les contraintes des journalistes et arreteront de tomber trop facilement dans la théorie du complot...

A noter aussi que l’émission "Arrêt sur images" (merci merci à la cinquième pour cette émission) s’intéresse de plus en plus au Web. les journalistes ont créé leur Blog et ils ont par exemple invité Chouard à s’exprimer (confronté au responsable du pro-oui du site www.publius.fr)

Répondre
Le blog du journaliste : un produit d’appel , Grosse Fatigue, 10 mai 2005
Le blog du journaliste, encore un faux-semblant. Le blog, c’est moi. Ça s’appelait autrefois un site perso, c’est maintenant le journal intime de milliards de crétins. Les journalistes surfent sur le vague, c’est du marketing....
 
Répondre
> Le blog du journaliste : un produit d’appel , Vousavezquelquechosecontrelajeunesse ?, 13 mai 2005
Waou... Voilà du bon réac ! C’était mieux avant ma p’tite dame ! L’Internet commence à avoir une histoire. La preuve, il a ses premiers vieux c... ;-)
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
10 mai 2005, message de merle siffleur
 

J’apprécie beaucoup me balader sur uzine.net, quand j’ai le temps. Cela permet de ne pas s’endormir sur tout, et de faire fonctionner sa machine à réfléchir.

Si je comprends bien, ici, de nombreuses personnes qui, comme moi, essaient de réfléchir, s’inquiètent du déferlement médiatique institutionnel en faveur du oui. Qu’ils se rassurent, c’est bien la première fois que les héritiers des "Girondins" voient promouvoir une position qui semble venir d’un pays qui se rèvait lors de la fabuleuse Fête de la Fédération du 14 juillet 1790, et qui s’est réveillé deux ans plus tard jugulé par les assassins de septembre, suivis par les Terroristes issus du club des Jacobins. C’est bien la première fois depuis 1793, et ce sera sans doute la dernière, car lorsque les vieux jacobins de droite se rendront compte de ce qu’ils laissent passer, ils rejoindront vite leurs ignobles complices jacobins de gauche.

Mais, ne laissons pas passer cette occasion de jouir de ce bref instant : Moins de France, Moins d’état, Moins de restrictions des libertés fondamentales, Plus de foi en l’avenir, Plus de jeunesse, même si elle nous vient des confins de l’Europe, et même de l’extérieur de celle-ci, Plus d’optimisme, en croyant que l’on peut se permettre d’inventer demain.

On peut rêver, car dans libéral, il y a le même radical que dans libertaire, alors que révolution renvoie à vérolution.

Les rats bougris de la gauche et de la roite jacobines pourraient bien, finalement, y perdre le droit qu’ils se sont appropriés de parler au nom de la France, à force d’avoir volé aux peuples de France le droit à une histoire et à une parole.

Dans un pays lobotomisé par le colbertisme et par le culte de l’état, n’est-il pas extraordinaire de constater que la seule VRAIE réforme fondamentale de la société, le droit à l’avortement, ait vu le jour avec un président libéral et de référence girondine plus que jacobine, Giscard, associé à une femme ayant plus de courage que la plupart des hommes prétendus forts. Et il est aussi l’un des principaux promoteurs du traité de constitution européènne.

Alors, même si..., NON aux vieilles badernes du jacobinisme franchouillard, NON aux connards racistes, et OUI à l’Europe, OUI à l’acceptation des autres, différents, mais riches, et porteurs de cultures qui nous apporteront quelque chose, et OUI aux peuples de France, opprimés depuis 1792, alors qu’ils avaient fait la grande libération de 1789.

Et tant pis pour un temps de parole que les zélateurs du passé ne parviennent pas à trouver.

Même si mes propos vous choquent, merci à uzine d’exister pour permettre à ceux qui ne parlent habituellement pas de s’exprimer.

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Pere Siffleur, 10 mai 2005

Réaction au texte de "merle siffleur" dont j’extrait ceci :

NON aux vieilles badernes du jacobinisme franchouillard, NON aux connards racistes, et OUI à l’Europe, OUI à l’acceptation des autres, différents, mais riches, et porteurs de cultures qui nous apporteront quelque chose,...

Ton "argumentaire" pro-OUI repose sur une équation fausse et éculée : les pro OUI sont pro-Européen, les pro-NON, anti-Européens. Qui définit les pro et les antis , toi ? les partisans du Oui ? et de quel droit C’est plus facile d’ignorer la vraie vie, dans laquelle il y a une gauche pro-Européenne et anti-libérale qui fait entendre sa voix, en dehors du PS et des Verts (mais les partisans du NON, et fidèles partisans de 1789 sont nombreux aussi dans ces partis !!) : au PCF, à la LCR et toute l’extrême-gauche, dans les assos comme ATAC, mais surtout... parmi les millions de simples citoyens de gauche qui qui feront pencher la balance le 29 mai.

 
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, merle siffleur, 11 mai 2005

Réaction à ta réaction : je n’ai aucun message à faire passer. Je réagis à un texte où, entre autres éléments intéressants, je perçois une inquiétude face à la présence des tenants du oui sur les médias nationaux. Je n’émets pas d’opinion sur le texte de "Grosse fatigue" et je ne prétends en rien dire qui est pro ou anti. Ma réaction est simplement celle d’une personne qui, pour une fois, découvre sur les médias nationaux un discours qui tranche avec le discours jacobino-parisien qui prétend représenter les "Français". En effet, pour promouvoir le vote favorable à un texte d’inspiration libérale et de responsabilisation des individus, et non des états, il n’est pas possible de reprendre les discours idéologiques habituels. La France n’y est plus le centre de l’univers, les autres existent, et leur culture est aussi fondée à exister que la culture colberto-jacobino-bonaparto-totalitaire qui prétend être la culture française. Et la simple apparition de ce nouveau discours permet à tout ce qui est saccagé par les tenants du discours officiel colberto... de respirer. Avec une constitution européenne d’inspiration libérale (même radical que libertaire), on peut espérer que Bretons, Basques, Corses,... pourront retrouver, avec un droit à leur histoire, la possibilité d’exister en tant qu’Européens.

Ce qui m’amuse, alors que les médias tentent, depuis des années, de les ridiculiser, c’est que les tenants du OUI sont obligés d’ouvrir les gazettes à Bayrou et Cohn-Bendit, et qu’ils ne se moquent plus de Giscard, dont il me plait de rappeler que le nom restera attaché à celle d’un des plus significatifs actes de dérèglementation jamais produits en France.

Le reste, sur la gauche pro européenne mais anti constitution, à moins que ce ne soit l’inverse, n’était pas mon propos. Je n’ai rien à vendre, mais tout ce qui contribue à affaiblir les jacobins me réjouit, et une partie de ma lecture du texte de Grosse Fatigue me le rappelait. L’espace où il se trouvait étant un espace de liberté, j’ai, toute modestie mise à part, pensé pouvoir livrer ma réaction.

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Tiresias, 11 mai 2005

1789, 1792, 1793, ah c’est bien de pouvoir lire des nombres symboles... Mais autant qu’il m’en souvienne (j’étais bien jeune à l’époque), en 92, et même courant 93, les Girondins étaient dominants à la Convention. Après, dame ! c’est une autre situation, dans laquelle ils se sont mis comme des grands.

Dans le français débat présent, que j’ai un peu de mal à expliquer à mes copines des autres pays d’europe qui ne sont pas si bien (les pays, pas les copines), il faudra continuer de remonter les symboles, pas de raison de s’arrêter en 1789... Tiens, 1515, "marignan" par François premier, 800, "mon sacre", par Charlemagne, 33, "méchants !" par le crapaud de nazareth, les militants ont encore du boulot pour la campagne.

C’est bien, ça aura de la gueule.

Répondre
showers, showers, 15 novembre 2006
 
en ligne : showers
Répondre
basket, 17 novembre 2006
 
en ligne : basket
Répondre
cake, cake, 15 novembre 2006
 
en ligne : cake
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, "chose publique", 20 mai 2005

vous dîtes :

"Mais, ne laissons pas passer cette occasion de jouir de ce bref instant : Moins de France, Moins d’état, Moins de restrictions des libertés fondamentales, Plus de foi en l’avenir, Plus de jeunesse, même si elle nous vient des confins de l’Europe, et même de l’extérieur de celle-ci, Plus d’optimisme, en croyant que l’on peut se permettre d’inventer demain."

oui, oui, oui. les discours apocalyptiques (je sens qu’il me manque un "p") me font peur par ce qu’ils révèlent sur leurs emetteurs plus que par ce que leurs messages recèlent. la frilosité et le manque de confiance en lui d’un peuple qui a quand même beaucoup de choses disponibles et même vouées à son élévation me désolent.

est ce que les étudiants font partie de la France d’en bas ?

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Tiresias, 22 mai 2005

est ce que les étudiants font partie de la France d’en bas ?

uniquement ceux qui votent oui, ils auront de mauvaises notes aux exams, des salaires de l’Est (voire du Sud !), une sexualité livrée à une concurrence féroce, une plomberie vétuste, et même des connexions bas débit !

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, merle siffleur, 25 mai 2005
Je ne sais pas si les étudiants font partie de la france d’en bas, mais une chose est sûre, c’est qu’ils appartiennent de plus en plus à la france qui a du pognon. CQFD ?
Répondre
bingo, bingo, 16 novembre 2006
 
en ligne : bingo
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
9 mai 2005, message de grosmulet
 

Bah t’façon on les connait bien hein... si leur oui passe pas maintenant il le déguiseront et le ressortiront à un autre moment...

les connaissant ça m’étonnerait qu’à moitié qu’il fasse ce référendum juste aprés les 60 ans de la fin de 2° guerre mondiale... ça tombe à pic, ça ravive les vieilles peurs foireuses : "attention au vilain nazi qui va débarquer chez vous avec son casque à pointe si vous votez non".

ce qui les interesse c’est la thune, comme d’habitude, et ils ne laisseront pas contrarier leurs projets d’enrichissements par le petit peuple un peu bas du front... mais un référendum ça fait bien, ça fait démocratique, ça donne l’exemple... même si va falloir le falsifier pour qu’il passe à 50.8%...

 
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, "chose publique", 20 mai 2005
j’ai presque plus l’impresseion que c’est le "oui" qu’on brandit comme la menace nazie... "Hitler a été élu démocratiquement... blablabla... on a une responsabilité... le devoir de mémoire..."
Répondre
Les Référendums sont forcéments un bon choix ?, 22 mai 2005

Les référendums ont une histoire différente d’un pays à l’autre, et c’est pas plus mal.

Mais on m’a dit que la peine de mort en France n’aurait pas été abolie si un référendum avait été organisé !!

Et quel est l’intérêt de poser une question si on nous indique ce qu’il faut répondre ?

En voyant les medias Français, j’ai dans la tête un vieux spot en noir et blanc sur un référendum allemand en rapport avec Hitler où une pulpeuse pin-up indiquait qu’il fallait mettre une grande croix dans le grand rond "Ja" et ne pas faire attention au tout petit cercle "Nein" en bas de page...

Répondre
bonuses, bonuses, 17 novembre 2006
 
en ligne : bonuses
Répondre
throw, throw, 17 novembre 2006
 
en ligne : throw
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
2 mai 2005, message de last neuron
 
c’est pas la peine de vous la jouer "liberté d’expression" si vous ne passez pas tout les messages...j’avais ecrit une réponse 2,3 jours avant Achille et vous ne l’avez pas mise. Serait-ce parcque j’ai une opinion contradictoire ? parceque c’était trop simpliste ?... vous etes décevant...
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
2 mai 2005, message de achille
 

Le non vient de partout... http://www.constitution-europe-non.info/

Perso j’ai basculer dans le non en cherchant des infos contradictoires il n’y as d’info que d’un seul coté, du coté du oui on joue a nous faire peur.

Et malheureusement je ne suis pas optimiste pour le resultat cela sera surement oui mais SANS MOI.

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, 4 mai 2005
Pareil... Je ne voterai pas, ne cautionnant pas plus cette gigantesque mascarade que la nouvelle olligarchie qui nous tient lieu de régime politique mais de tout coeur je souhaite que le Non l’emporte, même si cela ne changera rien à ma vie ou à celle des milliers d’africains qui crèvent doucement, heureusement bien loin de l’Europe...
Répondre
word, word, 15 novembre 2006
 
en ligne : word
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
2 mai 2005
 
et sur framasoft il y a un debat tres bien. tout le monde est invite mais prenez le temps de lire le debut avant de repeter. http://forum.framasoft.org/viewtopic.php ?t=4877
Répondre
decor, decor, 16 novembre 2006
 
en ligne : decor
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
18 avril 2005, message de DJWinch
 
non mais faites zattention, vous pourriez zavoir les mêmes zennuis que ce journaliste. Non ce n’était pas zen Nirak, mais za Bruxelles. Dix zheures que les flics bruxellois l’ont capturé. Non, la presse hexagonale n’en a pas fait écho. Faut dire, le journaliste, il était (et est encore d’ailleurs) allemand. Voyez voir ce que Google vous raconte sur son nom : Hans Martin Tillack. Bon je n’en dis pas plus. C’est pas moi qui l’ai dit, hein, c’est Google, Monsieur, oui c’est Google.
 
Répondre
print, print, 16 novembre 2006
 
en ligne : print
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
18 avril 2005, message de ¤Julien
 
Juste une petite remarque, parce que je suis pointilleux : Il s’agit bien de la directive "BOLKESTEIN" et pas "BolkeNstein". Cette précaution orthographique est d’importance, car ce "n" rajouté à un patronyme déjà peu attirant pour un peuple latin, fait immanquablement penser aux jeux de mots douteux du regrettable M. De Villiers qui n’élèvent pas franchement le débat.
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Grosse Fatigue, 19 avril 2005
Je ne sais rien de De Villiers, je m’excuse donc....
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Agnelli, 19 avril 2005
Je m’excuse et je corrige mon texte... ? Ou je m’excuse mais je n’en ai rien à secouer, :-) ?
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Grosse Fatigue, 19 avril 2005
Bah, Frankenstein, bol de riz, etc. D’ailleurs, je ne sais même pas quel jeu de mot a fait De Villiers. Si c’est lié à Frankenstein, je n’y vois guère d’inconvénient...
Répondre
> Nos concitoyens sur internet, Agnelli, 21 avril 2005
Non, le souci c’est que tu écris : "le fumeux Bolkenstein", au lieu du "fumeux Bolkestein" et que, sauf pour les amateurs d’humeur vendéen, ça a l’air d’une grosse erreur.
Répondre
multiplication, multiplication, 16 novembre 2006
 
en ligne : multiplication
Répondre
babys, babys, 17 novembre 2006
 
en ligne : babys
Répondre
brunch, brunch, 15 novembre 2006
 
en ligne : brunch
Répondre


Le prof marseillais
18 avril 2005, message de Grosse Fatigue
 
J’ai oublié l’URL, la voilà...
 
Répondre
> Le prof marseillais, 18 avril 2005
Et le dossier de Rezo, cliquable cette fois...
 
Répondre
> Le prof marseillais, Vincent, 2 juin 2005

C’était un faux professeur, hé !

Voir : http://ouialeurope.blogspirit.com/la_manipulation_chouard_/

Je me demande depuis dimanche qui sont les cocus du référendum, à vous lire, je commence à le savoir.

Répondre
> Le prof marseillais, Noncestnon, 3 juin 2005
Il n’y rien sur ce site, comme chacun pourra s’en rendre compte. C’est une débilité qu’on a déjà entendue pendant la campagne. Vous en êtes réduits à la calomnie ? Vous n’avez aucun autre argument à opposer à Chouard ? C’est édifiant. Quand on ne peut pas répondre à un adversaire politique, on emploie la bonne vieille méthode stalinienne : on l’attaque sur sa personne. Pathétique.
Répondre
> Le prof marseillais, Nicolas Cadène, 25 septembre 2005
Ta réponse est lamentable... Si tu étais réellement allé sur ce site (http://ouialeurope.blogspirit.com), tu n’aurais jamais pu dire une chose pareille... Il y a beaucoup sur ce site et une contre-argumentation, point par point, à celle de M. Chouard. Lis avant de critiquer. Merci
 
Répondre
multiplication, multiplication, 16 novembre 2006
 
en ligne : multiplication
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
17 avril 2005, message de jacques
 
Puis je ajouter mon grain de sel ? vous pouvez aussi aller sur le site d’URFIG et commander le DVD de Raoul Marc Jennar sur l’AGCS, la directive Bolkestein et le Traité constitutionnel. Trois exposés limpides, argumentés et sans fatigue.. il n’y a qu’à écouter. Les références aux textes sont parfaitement vérifiables. On ne peut que se féliciter d’avoir parmi nous des citoyens - il n’est pas seul - qui mettent toute leur energie, leur intelligence, les résultats de leurs études à nous tenir éveillés. Un bon départ pour les infos : uzine bien sûr mais aussi rezo.net, bellaciao.org.. etc
Répondre
word, word, 15 novembre 2006
 
en ligne : word
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
16 avril 2005, message de maclasal
 
Bonjour, Oui, je partage votre opinion. Je suis une internaute depuis peu et merci le web pour les articles forts instructifs, argumentés, explicites, décortiqués (notamment celui du professeur de droit marseillais), à la portée de beaucoup de gens (comme moi, notamment), qui circulent. Je les communique à mon entourage par mail ou papier. Souhaitons que ce traité constitutionnel soit remis à plat avec l’assentiment des Citoyens Européens !
Répondre
reception, reception, 16 novembre 2006
 
en ligne : reception
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
15 avril 2005, message de Jean-Marie D.
 

Il y a quelques années, alors que j’ achevais une maîtrise de sciences politiques, on tentait vainement de m’ asséner une vérité selon laquelle il n’ y avait plus d’ idéologie.

Je contestai cette approche trop catégorique, considérant au contraire que si les idéologies politiques connaissaient un réel déclin, une autre forme tout aussi néfaste pour la liberté de pensée se développait, qui était l’ idéologie mercantile. La frénésie exponentielle à fonder une existence sur le paraître et l’ acquisition de richesses a encore de beaux jours devant elle.

Quinze ans après, je pense que cette idéologie mercantile a fusionné avec les débris des grandes idéologies politiques du passé, et que le débat sur la constitution européenne en constitue l’ illustration flagrante : dès lors que l’ on veut nous éduquer et nous faire comprendre que le "oui" c’ est bien, et que le "non" c’ est mal, nos sens doivent nous alerter : dans une véritable démocratie, il n’ y a pas de vote qui illustre le bien ou le mal, mais des résultats qui, eux, sont bons ou mauvais après une période donnée d’ exercice du pouvoir.

Méfions-nous de ce qui paraît trop évident, faisons l’ effort d’ étudier l’ histoire de la construction européenne et de lire un texte qui a au moins le mérite d’ exister : soyons des citoyens actifs, quand bien même le "non" résulterait de nos investigations et réflexions, et respectons les tenants de ce "non" autant que ceux du "oui".

Quel que soit notre camp, souvenons-nous qu’ il n’ y a plus ni bûcher ni sorcière pour monter dessus. Avoir une opinion est honorable. Refuser d’ en avoir une incarne la naissance de la tyrannie ... et le triomphe d’ une idéologie sous-jacente mais bien réelle.

Répondre
> Nos concitoyens sur internet, A. Schiehl, 17 avril 2005
"Avoir une opinion est honorable. Refuser d’ en avoir une incarne la naissance de la tyrannie" Ça par exemple ! La tyrannie, c’est de dire des choses pareilles. Supposons (je dis bien : supposons) que le problème qu’on me soumet soit trop compliqué, pire, trop complexe, pour nos petits neurones. L’honnêté de base de l’honnête homme ne consiste-t-elle pas précisément à ne pas avoir d’opinion ? Le problème qu’on nous pose pour l’Europe réside bien là : on nous demande notre avis sur quelque chose qui est à la limite de l’inextricable. Ça ressemble à un piège.
Répondre


Réponse au professeur Marseillais
15 avril 2005, message de Olivier G.
 
Tien, en parlant de prof marseillais, on pourra lire une réponse à son texte sur Publius
Répondre
> Réponse au professeur Marseillais, 20 avril 2005

je suis alle sur PUBLIUS c’est un rassemblement de mensonges

ex : NON la const. n’est pas illisible et je le prouve ect.....

affreux

Répondre
> Réponse au professeur Marseillais, versac, 21 avril 2005
Je suis l’auteur du texte de réponse à M. Chouard. Merci pour le "rassemblement de mensonges" ! Cette critique est d’ailleurs parfaitement étayée, je trouve... il est évident qu’Etienne Chouard, qui avoue lui-même avoir fait des erreurs, est complètement infaillible, tandis qu’une réponse argumentée est nécessairement un tissu d’aneries. Sortez de cette vision noir et blanc.
 
Répondre
> Réponse au professeur Marseillais, 27 avril 2005

Etienne Chouard est faillible, son premier texte comportait des erreurs, comme il le reconnait lui-même sur son site.Elles ont été corrigées depuis. Il n’est pas non plus un grand expert dans le domaine du droit, ni un politique aguerri dont les équipes de comm’ relisent et corrigent tous les textes avant diffusion. C’est un citoyen de base, comme beaucoup d’entre nous, qui a su communiquer son ressenti de façon sincère et honnête face à cette proposition de traité constitutionnel, et dans les paroles duquel beaucoup d’entre nous -autres citoyens de la base- se sont reconnus...tout simplement.

Et ça, vous n’y pouvez rien, nous sommes encore libres d’adhérer à ses propos plutôt qu’à ceux que nos ténors politiques, relayés abondamment par des médias ayant perdu tout sens critique et toute autonomie de pensée, nous assènent à longueur de journée.

La distance, que dis-je, le gouffre qui sépare les déclarations de nos politiques depuis des années de leurs actions réelles sur le terrain me conduisent quant à moi à accorder bien plus de crédit au discours d’un petit prof marseillais qu’aux discours de nos représentants politiques nationaux issus (il faut le rappeler) des classes les plus aisées de la population (l’élite !!) et dont les interêts à voir adopter une Europe des marchés et "de la concurrence libre et non faussée" n’échappent qu’à vous !!

Répondre
gift, gift, 16 novembre 2006
 
en ligne : gift
Répondre
throw, throw, 17 novembre 2006
 
en ligne : throw
Répondre
> Réponse au professeur Marseillais, André Raynal, 19 mai 2005
bravo Monsieur et merci André Raynal né européen avant l’heure en janvier 56 de père français et de mère britannique
Répondre


lien utile
15 avril 2005, message de PF
 

Bjr,

Un lien utile en complément de l’article vers l’excellente rubrique sur la constitution européenne du Portail des copains :

http://rezo.net/dossiers/constitution_europeenne

Bye, PF.

Répondre
> lien utile, jean brice, 18 octobre 2006

bonjour,

desolé mais le lien http://rezo.net/dossiers/constitution_europeenne ne marche pas !

bn journée

 
en ligne : paris hotels
Répondre
babys, babys, 16 novembre 2006
 
en ligne : babys
Répondre


> Nos concitoyens sur internet
15 avril 2005, message de tout le monde
 

Bonjour,

C’est ce qui me rassure parfois. Quand tout est fait pour bloquer quelque chose, l’être humain trouve toujours une solution :-)

Merci internet !

Répondre


> Nos concitoyens sur internet
15 avril 2005, message de bert
 

Tant mieux ! Parce que sans ce débat "internet", je n’aurais pas eu autant d’arguments ! Je n’aurais pas eu le plaisir de voir autant de gens donner des avis pertinents et censés !

J’en serais resté au raz de la moquette, comme d’habitude, entre une paire de nichons (donc un cerveau) TF1 ou deux niaiseries américaines sur M6. J’aurais eu le choix entre les délires de France info ou la démagogie à deux balles de RMC.

Par contre, si le débat n’a lieu que sur le net, le "oui" l’emportera, un genre 51-49%...Tant pis, on aura vu que c’était possible !

Répondre