racine uZine

 
vendredi 25 août 2000

Le piratage au service des monopoles

par ARNO*

On connait par cœur la thématique de la BSA : le piratage de logiciel, ce sont des pertes financières pour le secteur le plus dynamique de l’économie, ça pénalise donc les clients et ça détruit des emplois. La page d’accueil de leur rubrique « No Piracy » est explicite : « Le piratage de logiciels nous pénalise tous. Dans le monde, plus de 38% des logiciels utilisés sont des copies illégales. En 1998, le piratage a coûté à l’industrie du logiciel 11 milliards de dollars de manque à gagner. » Un petit encadré « Les faits au sujet du piratage » indique : « Rien qu’aux États-Unis, le piratage de logiciel a coûté 109 000 emplois en 1998 ».

Ah, le charme des chiffres : indiscutablement objectifs, froids, exacts. Apparemment... Lier les licenciements à du manque à gagner financier est assez mignon, d’ailleurs, dans un monde où l’on « dégraisse » pour augmenter la rentabilité financière des entreprises. On pourrait aussi discuter les arguments de la BSA : les logiciels sont-ils trop chers, est-ce qu’ils ne représentent pas un impôt privé sur la productivité, les mise à jour « majeures » et hors de prix tous les six mois ne sont-elles pas une escroquerie... ? Mais j’ai choisi une approche totalement opposée, plutôt iconoclaste : j’affirme que le piratage de logiciels est indispensable aux entreprises qui constituent la BSA pour maintenir leur monopole et assurer leurs revenus.

La quadrature du cercle

La situation de monopole (ou quasi) qu’occupent les entreprises de la BSA (par exemple Adobe, Microsoft, Macromedia... pour ne citer que les plus connues sur Internet) est un cercle vicieux (ou vertueux, selon le point de vue) :
-  pourquoi les particuliers utilisent-ils tous les mêmes logiciels ? Parce que ce sont les logiciels utilisés par les entreprises, et qu’il faut maîtriser ces logiciels pour trouver du boulot ;
-  pourquoi les entreprises utilisent-elles tous les mêmes logiciels ? Parce que ce sont ceux que leurs employés savent utiliser.

Par exemple : pourquoi toutes les entreprises tournent-elles sous Word, et non sous WordPerfect ou StarOffice ? Parce que leurs employés ne savent utiliser que Word. Pourquoi les particuliers préfèrent-ils tous maîtriser Word à l’exclusion de tout autre produit concurrent ? Parce qu’il faut savoir utiliser Word pour trouver du boulot.

Second cercle vicieux :
-  pour pouvoir trouver du travail, il faut maîtriser certains logiciels ;
-  pour savoir réellement maîtriser un logiciel, il faut l’utiliser presque quotidiennement ; si l’on n’a pas d’emploi, cela signifie avoir ce logiciel chez soi ;
-  pour pouvoir acheter ces logiciels, il faut des revenus, donc un emploi.

Prenez les petites annonces de PAO : toutes précisent qu’il faut parfaitement maîtriser Photoshop, Illustrator, XPress (au moins !). Somme totale pour l’achat de ces logiciels : 7 200 + 5 100 + 12 300 = 24 600 francs ! Sans emploi, impossible de les acheter pour les maîtriser ; sans eux, pas d’emploi...

Cela semble évident : sans le piratage, vouloir pénétrer à l’intérieur de ces cercles revient à résoudre la quadrature du cercle.

Trouver du boulot

Commençons par notre deuxième cercle : il faut maîtriser parfaitement des logiciels pour trouver du boulot ; mais il faut déjà avoir un boulot pour pouvoir se payer ces logiciels.

Cest même pire : même avec un boulot vous ne pouvez espérer acheter ces logiciels. L’exemple précédent (Photoshop, Illustrator, XPress), je l’ai trouvé dans une petite annonce pour un boulot d’infographiste PAO : salaire promis, 100 000 francs par an ! Si avec ça vous pouvez acheter ces logiciels, les mises à jour tous les 6 mois et payer votre loyer, vous êtes très fort... Une autre annonce, pour un poste de « Web designer » : il faut maîtriser Illustrator, Photoshop, Dreamweaver, Fireworks, Flash, ce qui fait un investissement global de 16 500 francs ; salaire promis, 90 000 francs par an.

Comment résoudre ce problème ? Bien simple : par le piratage. Le futur « Web designer » ou infographiste (ou encore autre boulot nécessitant la maîtrise de logiciels) n’a d’autre option, pour se former avant de postuler à un poste, que de récupérer des versions piratées de ces logiciels.

Manque à gagner pour la BSA ? Non. Non seulement nos « futurs » employés n’auraient jamais (et n’auront jamais, vu les salaires) les moyens d’acheter les logiciels, au contraire ils développent leurs compétences sur ces logiciels « leaders » que leurs employeurs devront acheter : c’est la suite de cet article : le piratage verrouille le marché et interdit le choix des entreprises.

Le piratage au service du monopole

Tout le monde a déjà assisté à cette scène touchante où un proche débarque, tout content : « Je viens d’acheter mon premier pécé ! ». Et de poursuivre : « Mais j’ai aucun logiciel... ». C’est-y pas mignon ?

La suite est connue, et doit faire dresser les poils sur la tête des avocats de la BSA : il y a toujours un généreux donateur dans l’assistance qui propose « Je peux te passer Word et Excel si tu veux... ». Hop, l’affaire est dans le sac.

C’est là qu’il faut se poser la question : pourquoi systématiquement Word et Excel ? Pourquoi pas WordPerfect, largement aussi utile et moins cher, pourquoi pas sur Mac AppleWorks, suite intégrée d’excellente facture, largement suffisante pour la plupart des gens, et qui coûte le dixième de Microsoft Office ? Pourquoi pas, enfin, StarOffice, gratuit, qui donc permettrait de rester dans la légalité ?

La réponse est simple : parce que, pour trouver un boulot, c’est Word et Excel, à l’exclusion de tous les autres. Si vous voulez augmenter votre « employabilité » (j’adore ce mot !), vous devez maîtriser Microsoft Office. Essayez de vous présenter à un entretien d’embauche (genre « secrétaire de direction ») en expliquant que vous savez utiliser StarOffice et que ça suffit largement pour taper les circulaires du patron...

À l’inverse, pourquoi les entreprises fonctionnent-elles toutes avec Word et Excel ? Parce que tout le monde en a une version pirate et sait les utiliser. Tentez de remplacer Word par StarOffice, et vous verrez le même genre de subtile conflit sociale que lorsqu’il a fallu passer de la machine électronique à boules au traitement de texte (et pourtant, la différence est minime). Toute la chaîne de formation (de l’autoformation chez soi aux centres de formation professionnelle) est basée sur Word/Excel.

Le piratage, dernier rempart contre le Libre

Depuis quelques temps, les logiciels tournant sur GNU/Linux sont particulièrement impressionnants. Passée la phase d’installation de Linux, on se retrouve dans un environnement graphique clair, beau, rapide. Quant à l’offre logiciel (libre ou gratuite - la différence ici n’est pas utile à notre démonstration), elle remplit déjà la plupart des tâches nécessaires, en particulier pour la bureautique. On trouve du traitement d’image, de la 3D, de la musique... tout cela en Libre ou gratuitement.

Objectivement, le Libre devrait déjà avoir laminé les monopoles de l’industrie du logiciel. Dans les bureaux, StarOffice devrait avoir détrôné Microsoft.

Sans aller jusqu’au libre, les règles « normales » (si elles existent) de la concurrence auraient dû permettre l’émergence de concurrents sérieux sur tous les marchés. Toujours rayon traitement de texte, WordPerfect devrait avoir une place beaucoup plus importante dans les ordinateurs, son rapport qualité/prix ayant toujours été excellent. Or ça n’est pas le cas : les monopoles sont vérouillés, et bien malin qui voudrait utiliser d’autres logiciels.

Mais là encore, c’est le piratage qui sauve l’industrie : pourquoi un particulier va-t-il passer à StarOffice si la première chose qu’on lui propose, c’est une version gratuite de Microsoft Office ? Pourquoi utiliser Blender quand n’importe qui peut se procurer gratuitement le standard de l’insdustrie de la 3D, qui coûte plus de 10 000 francs ?

Intégrer le piratage dans sa stratégie marketing

On peut aller plus loin : les entreprises du secteur intègrent le piratage dans leurs stratégies. À de rares exceptions près, les logiciels ne sont pas protégés, ou alors par un simple mot de passe (ce qui revient à ne plus être protégé, les mots de passe circulent partout sur l’internet).

On ne compte plus les logiciels des grands éditeurs, distribués sous forme de « versions de démonstration », versions qui deviennent complètement fonctionnelles simplement en indiquant un numéro de série. Voilà des logiciels vendus 3 000 francs que vous trouvez, légalement, sur tous les CDroms gratuits fournis avec les magaines, et il suffit d’un petit code pour les déverrouiller et les rendre complets. Étonnant comportement pour ces paranoïaques du piratage...

On a même vu un gros éditeur proposer des licences à prix cassé pour « légaliser » les copies pirates : vous avez une copie pirate, alors l’éditeur vous offre une licence pas chère pour revenir dans la légalité...

Les petits éditeurs, eux, intègrent également cette notion : à cause du piratage, ils ne peuvent espérer prendre des parts de marché, quelle que soit la qualité de leur logiciel. Seul moyen d’intégrer le marché : compter sur le piratage (logiciels non protégés), distribuer des versions gratuites ou trouver des méthodes de rentabilisation qui ne soient plus basées sur la vente des logiciels.

Conclusion

Le piratage fait donc certainement perdre de l’argent à une partie du secteur de l’industrie informatique. Mais non seulement le manque à gagner annoncé par la BSA est farfelu, surtout les entreprises qui composent la BSA sont les premières à assurer leur monopole grâce à ce piratage.

Sans le piratage, les gens apprendraient à utiliser des logiciels moins chers ou carrément gratuits, et les entreprises se contenteraient d’utiliser ces mêmes logiciels. Sans le piratage, les cercles vicieux s’inverseraient au service de la qualité et du logiciel libre. Et si l’on veut reprendre la phraséologie libérale de la BSA : sans le piratage, la concurrence redeviendrait saine et les monopoles de l’informatique ne justifieraient plus ces impôts privés ; l’économie s’en porterait mieux, mais pas forcément les membres de la BSA...

 
 
ARNO*
Imprimer
format impression
Vainqueur 1982 du concours « Chateau de sable » du Club Mickey des Pingouins à Sainte-Cécile.
28 septembre 2003
6 octobre 2003
 
SPIP
Web indépendant


> Le piratage au service des monopoles
19 juin 2006, message de toto
 
Très bon article, merci à l’auteur de contribuer à ouvrir les yeux aux lecteurs. Il est bon de prendre du recul et de faire preuve de discernement par rapport aux informations que l’on nous diffuse. Et surtout ne pas oublier que l’on nous ment en permanence, c’est le jeu il faut l’accepter, mais c’est quand même meiux d’en être conscient.
Répondre


Quand CroSoft légalise le piratage
23 mai 2006
 
Ca y est, après que le gouvernement ai cherché à passer les écoles au logiciels libres (sans pour autant founir un support d’aide à la transition au passage), microsoft à trouvé la parade (m’enfin ça fait déja un bout de temps). Je m’explique. Je suis étudiant à la fac et si mes renseignement sont bons, ce sont encore les facs qui dépenses leur financement comme ils veulent en matière de software (sans rendre de compte au ministère de l’éducation) donc il aurait pu être fait le choix de passer au logiciels libre comme ca il ne restait plus qu’a former les quelques enseignants récalcitrant. Seulement voila microsoft a trouvé la parade. Cette parade s’appel MSDNAA (MSDN Academic Alliance). Le principe est simple pour quelques milliers d’euros par an (ce qui ne reprensente rien par rapport au budget global d’une fac) crosoft loue une licence de chaque logiciel à chaque étudiant pour l’année en cours. De ce fait des plateformes de téléchargement légale permettent a chaque étudiant de chaque fac, inscrite au programe MSDNAA, de telécharger Windows, Office, etc. pour la durée de ses études. Ca arrange bien tout le monde, les administrateur informatique ne s’embettent pas a tout repasser sur linux avec les changement de config que ca impose, les enseignants n’ont pas de formations a suivre et les etudiants continus d’ignorer le problème. Remarque ca a un coté sympa pour moi qui ne peut utiliser linux (Je suis en multimédia donc Flash, Photoshop,etc on oubli). J’ai même légalement un serveur Web avec Windows 2003 Server avec SQL Server un portable sous Win XP Pro, la suite Office Pro le tout légalement. Seul ombre au tableau pour moi je fini mes etudes dans un moi donc légalement, je dois tout désintaller et tout acheter (YOUPI !!!) En fin tout ca pour rejoindre le texte d’arno on trouve toujours un supterfuge pour faire de nous, les étudiants et futur travailleur, des Crosof’dependent en jouant avec la légalité... Et ainsi assurer la pérénité de leur produits. Alors oui j’ai envie de passer au libre mais, quand la majorité de mes enseignants m’envoient des .doc (fait avec office 2003 bien sur donc incompatible avec une vielle version que j’aurais pu acheter) au lieu de m’envoyer des .pdf et que l’on m’oblige encore à rendre des .psd plutot que des .jpg ou pdf qui aurait pu être fait avec gimp, ben je baisse les bras. Quand est-ce que le ministère de l’éducation va enlever ses oeillere pour enfin prendre de vrai décisions qui serons appuyés, financés avec de l’information et des formations aux enseignants aux techniques alternative ? Au moins lancer un début de débat chez les étudiants qui serons les futurs enseignants qui pourrons peut-être faire changer les choses...
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
15 avril 2006
 

En extrapolant sur d’autres domaines d’activité et pour rejoindre ton analyse, qui n’a jamais obtenu un devis gratuit d’une entreprise ou autre fournisseur ? Le scénario est le suivant : Vous avez un besoin et avant cela souhaitez avoir un prix mais le mieux serait d’essayer avant d’acheter. Regarder autour de vous et dans de nombreux domaines.exemple Un commercial d’une concession automobile vous reçoit passe une heure avec vous explique comment cela marche patati et patata...tu essaies la caisse...on fait un tour c’est génial, cette ferrarri (lol) fonctionne à merveille... Il vous fait un devis trop cher à votre goût, vous ne faites pas affaire.

1 Pensez vous que le commercial ne sera pas payer par son employeur eu égard à son contrat de travail ?

Alors que se passe-t-il sur le net, et cela est simplement ce que je pense, libre à vous de partager cette idée.

1. Un logiciel est piraté et utilisé, il s’avère que son utilisation est conviviale et réponde à vos attentes, vous en parler à des amis qui je l’espère sont nombreux et certains d’entr’eux achèteront le logiciel.(vous êtes le commercial)

2. Pourquoi un côut si élevés ? Pour un logiciel vendu trois logiciels pirater.

Pour conclure Ne nous en faisons pas pour bill Gates, et n’ayons pas peur que les voleurs soient volés de temps en temps, dans tous les cas cela fait bien parler d’eux.

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
7 avril 2006, message de erico88
 
c est une très bonne article bravo
Répondre


> Piratages, monopoles et stupéfiants
23 février 2006
 

Bravo pour cette analyse.

Dans une logique "similaire", je dirais que la lutte contre le trafic de stupéfiants n’est peut-être pas si morale que l’on veut bien le dire :

lutter contre le trafic de stupéfiants, c’est indirectement contribuer à empêcher quelqu’un qui a investi dans une activité illégale d’investir ses profits ultérieuement dans une activité légale.

C’est donc éliminer en limitant ses profits et avant même sa naissance, un concurrent potentiel futur.

Mieux vaut procéder à cette exécution (de) capital[e] en se montrant sous son angle de sauveur de l’humanité ...

 
en ligne : Sux
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
21 février 2006, message de philippe
 

très bel article, et je félicite Arno de sa verve, pour ma part je n’utilise que des logiciels libres, mais là n’est pas le sujet.

Ce texte est tellement bien écrit et reflète ce que je pense que je me suis permis de le reprendre en intégralité juste en modifiant les Francs par les Euros et je voudrais savoir si Arno me l’autorise, sinon je l’ enlèverait immédiatement. Je vous donne l’adresse ou il se trouve :

merci de votre réponse.

 
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
2 novembre 2005, message de Manu
 
Un autre exemple qui illustre cette thèse est celui de la conquête du jeu vidéo par Sony, qui rappelons-le, a réussi l’exploit d’éradiquer SEGA de la scène de des constructeur de consoles. Comment : grâce au piratage ! Graver un jeu sur Playstation (1) relevait du jeu d’enfant : résultat abandon par KO !
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
29 octobre 2005, message de Henry J.
 

Joli. un article qui pose les choses....

et, effectivement, je préfère utiliser Blender que 3D studio max... ;-), la dernière version est tellement aboutie. et l’avoir gratuitement, par simple téléchargement sur le web, est totalement légal. ce qui est assez confortable.

pour finir, encore bravo pour ce genre de réflexions, et merci pour tous.

Répondre
> Le piratage au service des monopoles, Gwendal, 21 novembre 2005
je ve l’acheté pour 2euro
 
en ligne : coucou
Répondre


> microsoft subjectif propagande !
25 septembre 2005, message de j-f
 
allez voir sur le site de microsoft france peut vous aider à voir la vision de microsoft quand on tape anti-trust, monopole ,rien justice :les copies illégales "qui lèse la fiscalité" linux : il explique cmt désintaller.point c’est tout...etc chercher et...
 
Répondre


Aku étudiant en NTIC
11 mai 2005
 
Le fond du texte se rapproche de la réalité , certain arguments sont faux, mais le plus important y est.( le fond )
Répondre


Oui, mais...
6 mai 2005, message de sOnO
 

... Le probleme est le suivant : Prouve-le. Demontre-moi preuves a l’appui que le mouvement de tolerance face aux copies illegales s’est fait de facon rationnelle et organisee, et non que cette situation est devenu un etat de fait independamment de la volonte des grands mechants monopoles.

C’est tout de suite plus complique, Mulder.

Répondre
C’est pas le problème, Krunch, 6 septembre 2005
Que la situation actuelle ait été planifiée ou que ça soit un "hasard" ne change rien. Si elle le voulait vraiment, la BSA pourrait assez facilement réduire très fortement la contrefaçon mais elle ne le fait pas (il suffit de voir "Microsoft Windows Genuine Advantage" qui est contournable par n’importe quel gamin utilisant un PC depuis plus de 6 mois).
 
Répondre
> non, mais..., clara, 6 septembre 2005

Dans le meme style d’argument à la c.. Je vous pose ces questions.

Prouvez le que le mouvement de tolerance face aux copies illegales n’est pas gérable par les grands gentils monopoles.

Prouvez le que cette situation ne leur est pas favorable...que dis je...Rentable €

C’est tout de suite plus encore plus compliqué.....alors qu’avec un peu de bon sens....il suffit de constater a qui profite le "crime".

Bonsoir Clara :)

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
4 mars 2005, message de MAVERICK
 
Travail et informatique...selon toi 2 composants indissociables,vision unpeu étriqué à mon gout.Le piratage représente la contrefacon...pour ou contre la contrefacon dans ce cas ? c’est l éternel problème...qui peut vraiment se permettre de donner la réponse.L original récompense l auteur,c est la valeur sur ; la copie autorise l acces a grande échelle .chacun choisira son camp...biensur que les multinationals y trouvet leurs comptes car l économie dirige l’ humanité mais tachons de ne pas oublier les auteurs sans qui nos vie seraient bien blèmes...
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
19 décembre 2004, message de Almar
 

Bravo, bravo Arno !

je voulais ajouter à titre rigolatif - et à l’attention des incrédules qui auraient encore qq doutes ! - que la clé de piratage de Office-Pro 97 était : 1234-12345678

Ah là là ! quelle imagination ! Avouez que ça fout bien les boules de se rendre compte qu’on vient de payer 4 ou 5 mille balles (ça valait bien ça un office-pro à l’époque ?) alors que Billou nous soufflait presque le code dans l’oreille...

Maintenant c’est devenu un peu plus obscur, pour les raisons que l’on sait, mais c’est toujours aussi fun !

On nous cache tout ! on nous dit rien !

Bon crack !

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
29 septembre 2004, message de Jonas
 

Bravo ARNO pour ton excellente analyse.

Lorsque quelqu’un me demande de lui installer un Outlook, un XL ou Word, je lui explique d’abord tout le bien que je pense de Krosoft, MicrobeSoft, Micro$oft, ou encore MonsieurGrossDobe (enfin un des petits surnoms sympa que je lui ai trouvé) et je lui propose l’alternative actuelle.

Jusqu’à l’an passé je proposais StarOffice 5.2 de Sun, d’autant plus que je travaillais sur du Solaris. Maintenant je propose OpenOffice.org 1.1.2 Oh !Oh !Oh me direz-vous ! (OOo 1.1.2) et pour la messagerie, je propose Thuderbird qui, depuis la récente version 0.8 permet l’usage d’un calendrier (ical de mozilla) Ces merveilleux softs Existent en version Zindoz et Linux.

Mon navigateur sous zindoz est Mozilla, sous Linux Konqueror.

Tous les logiciels que j’utilise sous windows sont open source. Euh !!! Sous Linux aussi ! Evidemment !

Dia pour les schema, Gimp pour la retouche d’image, OOo pour la suite bureautique, Thunderbird pour messagerie, etc, etc...

GnuCash pour la compta... (n’existe pas encore sous windows)

Le meilleur moyen de faire progresser l’open source est d’inciter les gens à ne pas pirater justement... Utilisez et faites utiliser les logiels Open-Source et restez dans la légalité.

Ainsi, les entreprises du BSA auront pris le baton pour se faire battre...

Pour trouver du boulot, dans l’informatique, connaître Linux ou des logiciels OpenSource est un plus...

A bientôt pour de nouvelles aventures dans le Cyberespace.

Jonas

=========================================== Une idée reçue est souvent une idée morte.

Répondre
> Le piratage au service des monopoles, jml powered by FreeBSD, 13 avril 2005

Bravo, bel article qui brosse un tableau assez complet de la situation. Il manque toutefois une dimension qui me semble fondamentale. Je suis parent d’élèves, donc je sais. Je sais ou trouver de façon certaine, fiable efficace et rapide tout ce qu’on souhaite comme soft, y compris un soft de CAO très très cher utilisé couramment dans l’industrie automobile, l’aviation etc... Si les éditeurs de logiciels voulaient effectivement lutter contre le piratage la première chose à faire serait de faire une descente dans certaines cités universitaires, dans les fac et écoles d’ing etc. Et s’ils ne le font pas c’est précisément parce qu’ils ont le plus grand intérêt à ce que ce piratage continue gentiment ce qui leur permet de tenir ainsi toute la jeunesse prisonnière au bout de la laisse, prompte à préciser sur tout CV "utilisation courante de xxxxx (censure)"

Merci encore pour cet excellent article

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
22 septembre 2004, message de K’rt
 

Pour aller plus loin : le problème est que toutes ces firmes oligopolistiques n’ont PLUS interêt à ce que le piratage reste.

Elles s’en sont servies pour se hisser à leur rang, mais aujourd’hui leur statut d’incontournable leur permet de mettre en place un système de "racket légal".

Pour mémoire : 1234-1234-1234-1234 était un numéro de série valable pour Windows95, office95, etc... Combien de version ont été installé grâce à lui ?

La pénétration rapide de ce système d’exploitation est liée à ça. M$ se situe bien dans la problématique de l’article : diffuser chez les particuliers pour que ça devienne nécessaire au boulot.

Répondre
> Le piratage au service des monopoles, amanda, 13 octobre 2006
ouin cest vraie et toute cela et des affaire la
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
3 juillet 2004, message de olivier
 

Excellente analyse du problème, qui rejoint tout a fait mon opinion. Démonstration claire et efficace. Une petite précision. Je me souvient de l’apparition des premiers CD ROMs (je suis un dinosaure de l’informatique, j’ai débuté sur spectrum 48 de sinclair.....au 19ème siècle) Les industriels de la micro ont déclaré : " voila le support in-piratable qui va détroner la disquette,nous allons baisser le prix des logiciels puisque le piratage va baisser. Et pourtant les prix ont continué a grimper. Comme d’habitude ils ont menti. Voila !

Chapeau bas pour l’article

Répondre


bessoin d’un ordinateur
10 avril 2004, message de daniel mfoulou
 
bonjour je suis un camerounais desirant un ordinateur je suis eleve et j’aimerai savoir quelle est le processus pour en avoir je compte sur votre bonne comprehension merci
 
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
5 mars 2004, message de de_passage
 

Je suis egalement d’accord avec toi, je trouve çà degoutant ce systeme, et j’espere que ca changera.

En fait, je crois que c’est deja entrain de changer, et le meilleur exemple, c’est de voir aujourd’hui les reactions de microsoft et ses dirigeants qui s’inquietent de voir linux et tous ces programmes libres prendrent autant d’importance, alors qu’il y a encore quelques années, ils se moquaient alegrement de Linux par exemple.

Je suis content que des versions legere,facile et rapide à utiliser et installer meme pour des debutants, comme Knoppix, Mandrakemove Flonix etc, ai vu le jour et se propage rapidement par le net à l’heure actuelle.

Pour ma part, je vais continuer à faire connaitre les logiciels libres et/ou gratuits, et notament les systemes d’exploitation "Live cd" autour de moi.

C’est le meilleur moyen de faire tomber ce monopole, et redevenir libre dans ses choix.

@+

Répondre
> Le piratage au service des monopoles, Cinople, 23 septembre 2004

Quoi qu’on en dise, les logiciels libres restent dans l’ensemble peu accessibles au commun des mortels (j’entends par là pour qui n’a pas un minimum de connaissances en informatique, et la curiosité de quitter son windows-familial-tout-compris / windows-pro-tout-cracké - rayez la mention inutile).

Après tout, pourquoi s’essayer à OpenOffice, si Word est installé par défaut ? Pourquoi s’acharner à faire fonctionner un OS libre incompatible avec son matériel, alors que tous les constructeurs rendent leurs produits compatibles avec les logiciels de Microsoft ?

Pour revenir au problème de départ, un grand pas serait de faire adopter des logiciels libres aux administrations. Ce serait une preuve magistrale de la crédibilité des logiciels libres en tant qu’alternative à Microsoft...

Répondre
> Le piratage au service des monopoles, 19 décembre 2004
C’est fait : la police utilise Open-Office et je peux vous dire qu’au moins 0 (zéro) policier a vu une différence
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
5 mars 2004, message de freak|0
 
Je suis bien d’accord avec l’auteur. Au bahut les profs nous apprennaient l’utilisation de word, excell, et access. C.a.d que la première utilisation (souvent déterminante pour l’avenir) et la familiarisation avec ce genre d’outils se fera sur ces softs si chers. De plus ils sont bien souvent fournis au moment de l’achat d’un nouveau PC (bien souvent en version allégé à savoir non "pro"). Je suis moi même passé à linux pour mon serveur maison car j’en avai raz le bol de taper des clé cd, et de devoir formater tout les 3 mois. Je me sert sur ma machine windows restante (pour le bahut et les LAN) presque exclusiment de logiciels libres ou gratuits sauf exceptions ... et oui je suis étudiants et mes moyens ne me permettent de me payer que le notepad :) Et pourtant je doit apprendre à utiliser les standards du monde professionnel.
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
17 septembre 2003, message de mika
 

Jai moi aussi cette visions du systeme actuel.

Bravo, le texte est un exemple tres concret des methodes utilisées pour unifié le monde in formatiques dans un parc de softwares labelisés.

Bonne continuation dans les recherches en cours.Mika

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
13 septembre 2003, message de olivier capron (59227)
 

RAZ tes passages sont singlants et sans equivoque.

Je te felicite et t’apporte toute ma sympathie de la part de tous les prisonniers de ce monopole que l’on appelle microsoft et autres...

BAV

Ps : Je fait naturellement suivre

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
21 juillet 2003, message de Black Sheep One
 
Je suis 100 % d’accord que le piratage est tres mauvais pour l’industrie des logiciels. Mais voilà , que faire dans le cas qu’un produit est enlevé du marché et qu’il devient impossible de l’acheter par la voie normale ? Exemple (sans vouloir faire de la publicité) le fameux "RAM DOUBLER" de la firme Connectix qui est un produit dont le fabricant Connectix sait qu’il est un réel succes et qu’il a fait ses preuves. Se produit n’est plus accessible par la filière normale (puisque dans les magasins de MacIntosh il se refusent de donner un coup de main a leur clientèle afin de commander le produit à un endroit ou il existe encore un stock ) sauf par certains sites moyennant de posseder un carte de crédit. Dans un cas pareil le choix des téléchargements pirates est une option. Le fabricant de logiciels doit être à l’écoute aussi de son cliènt SURTOUT lorsqu’il est question de logiciels qui sont très populaires et qui se vendent encore très bien. Moi en tout cas je suis très mécontent de la décision de Connectix et de l’attitude des magasins Mac.
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
18 avril 2003
 
Je vais bientôt passer devant le juge pour avoir téléchargé des logiciels sur le réseau des réseaux et ce sans avoir fait le moindre profit financier. J’ai voulu apprendre à utiliser des logiciels pour trouver un travail pour acheter lesdits logiciels. Puis-je utiliser cet article sans à nouveau faire l’objet de "violation de la propriété intellectuelle" ? Bien à vous, et que les pauvres soient pendus avant l’aube ;)
Répondre
> Le piratage au service des monopoles, 21 décembre 2003

Oui tout ce système est corrompu et malhonnête, sans fermer les yeux (au minimum) sur le piratage, JAMAIS l’informatique n’aurait pu toucher le grand public et connaître un tel essor. Seulement voilà, les riches veulent encore plus d’argent et accusent ceux qui dépensent des fortunes pour essayer d’acquérir ce soi-disant "formidable outil informatique". Messieurs, votre haute technologie, gardez-là !!! Vous faîtes de plus en plus de dégâts sur cette planète, et continuez à vous enrichir en dupant tout le monde. Dépenser des milliers d’euros pour taper une lettre et retoucher une image ? hahaha. Profitez bien de cette situation... Quant à la propriété intellectuelle, tout le monde sait que vous êtes nés génies et que vous n’avez jamais rien copié sur personne, vous avez tout inventé. ARRETEZ DE REVER, CETTE POMPE A FRIC DOIT CESSER ET LES VRAIS VOLEURS ETRE FREINES. Honte à vos prix exhorbitants !!! votre réponse ? Faire payer par le biais de la justice ? Honte à vous, devant la misère de certains, honte à votre vie, avide d’argent et de pouvoir.

Bill, enlève les espions et les bugs de ton OS, je ne t’ai pas payé pour ça, voleur !!! Quant à tes logiciels qui permettent d’imprimer 4 mots ou un tableau sur une feuille pour la "modique somme de plusieurs centaines d’euros", propose-les à Dieu si tu veux...

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
18 mars 2003
 
Cet article est criant de vérité car je suis moi-même confrontée à ce problème. Je suis partie à la rentrée avec pleins de petits rêves de webdesigner dans la tête, j’ai vite déchanté. Le peu de temps passé en cours ne permet pas de maitriser tous les logiciels indispensables et c’est pas avec les 3 euros que je gagne par mois que je pourrais les payer. Les professeurs sont également complices de ce système car ils demandent à tous les élèves d’avoir les logiciels requis à domicile, mais ferment les yeux sur leur provenance.
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
8 janvier 2003, message de djemjy
 
je dirais même que la masse ignorante des familles qui s’équipent ou se sont équipées, rechercheront toujours dans leur entourage un "expert informatique" qui s’empressera de leur coller une image ghost toute faite avec tous les logiciels cités , ne serait-ce que pour avoir la paix. Le mouvement est donc assuré d’être entretenu non seulement par les moutons mais aussi par les "bergers"
Répondre
> Le piratage au service des monopoles, 9 mai 2005
Un peu facile. Tu proposes quoi toi ? Quel que soit l’équipement dont tu disposes à l’heure actuelle, tu as commencé comme tout le monde avec eux. Il n’est pas toujours bon de cracher dans la soupe même si celle-ci a un arrière goût salace, à moins bien sur d’en servir une autre...
Répondre


Tiens, au fait...
6 janvier 2003, message de JP
 

Le problème - si tant est que ce soit un problème - avec ce genre d’article, est qu’il est tellement dans le vrai, du moins le bien fondé, qu’il ne risque pas de déclencher une avalanche de réactions polémiques.

Mais après tout, est-ce son propos ? - d’où la remarque du problème qui n’en est pas un.

Je regrette quand même de ne pas avoir lu l’intervention d’un pseudo-avocat de Microsoft à la plume alerte et au sens du canular aiguisé.

En tout cas, merci de cet éclairage tout Debordien sur la question.

Mais, tiens, au fait... cela me fait penser qu’en repiquant mes données de mon vieux Mac à mon pas si récent que ça nouveau Mac (unPowerMac 73200/200. Allez-y, ricanez, c’est si facile...) j’ai perdu une des Librairy Xcel dans le déménagement. Quelqu’un pourrait-il me dire comment comment réactualiser sans frais XCel ? Je ne demande pas grand-chose : la version 5 suffit amplement à ma peine...

Meilleurs Voeux.

Répondre


> Le piratage au service des monopoles
2 décembre 2002
 
Bravo ! Enfin quelqu’un qui réfléchit ! Merci pour ta démonstration, elle est très convaincante ! Je tiendrais aussi à ajouter l’effet "Mode" Beau-F : "T’as quoi comme logiciel ?, Il a combien de Ram ton PC ? T’as pas le dernier Pentium ?...". Quand on ne connait rien à l’informatique, on se rattache à l’effet mode Beauf pour faire comme les Pro ! En tout cas, c’est clair, y’a pas grand monde qui s’y connait en info. C’est seulement qd tu pratiques à fond que tu te rends compte de tes réels besoins. Bonne continuation !
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
28 novembre 2002, message de Joz
 
Excellent texte, je partage cette opinion depuis longtemps et je me permets d’ajouter qq chose. Macromedia est passe du statut de startup a celui de Major ( avec des prix qui ont plus que doubler !), comment ? Bon certe ils ont d’excellent produit, mais c’est aussi grace aux crackers(ou du moins a une politique les encourageant). A l’epoque les produits de demo Adobe etait des versions incompletes alors que les produits Macromedia on toujours ete des 30day-trial complets dont les cracks etait dispos le jour même ( au pire dans la semaine ) du lancement, resultats tous les apprentis webdesigner se sont autoformé sur des produits Macromedia. Aujourd’hui Macromedia est archi-leader sur le marche du Webdesign. Merci le piratage et longue vie aux crackers !
Répondre
> Le piratage au service des monopoles, jdeboer, 8 mai 2004
Entierement d’accord. C’est clair que Macromedia a favorise le piratage afin de repandre son produit. Il manquerait plus qu ils mettents la cle carrement sur leur site. Il faudrait que la loi autorise la diffusion de logiciels gratuits pour les particuliers mais garder la formule payante pour les entreprises. Mais de toute facon ca sera macromedia qui aura toujours le dernier mot. Vous connaissez une alternative gratuite (ou moins cher) a Flash ??
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
13 octobre 2002
 
Bravo ! une magnifique reflexion sur le vampirisme informtique SVP-Traduisez ce texte en anglais pour Bill gate.
Répondre


> Le piratage au service des monopoles
12 mai 2002, message de de Personne & tout le monde
 
Bien dit l’artiste, les chiffres inventés et invocué par ses firmes ne sont là que pour ardumenté, et donner plus d’impacte a leur discourt, qui ont un parfum de propagande stalinienne, d’arriere gardes. la preuvent a été faite que l’ont peut faire dire aux chiffres ce qu’on veut, et susrtout n’importe quoi... comme 1=3
Répondre


> Le piratage au service de
27 mars 2002, message de dom
 
L’analyse ci dessus me semble largement pertinente. Effectivement on trouve les logiciels phare de Macromédia sur des CD cadeaux de revues, devenant gratuits en quelques minutes. Je soupsonnerais même certain brillant cracker du web français, de ne pas l’être mais d’agir en sous main pour ces grands groupes. Le débat a furieusement agité les forums consacrés à cet art, mais plutôt sur la forme, est ce un vrai cracker, que sur le fond, mais d’où viennent tous ces cracks. Et cette version crackée de xp qui circule ....
Répondre
besoin d’ordinateur, daniel mfoulou, 10 avril 2004
bonjour je suis un camerounais desirant un ordinateur je suis eleve et j’aimerai savoir quelle est le processus pour en avoir je compte sur votre bonne comprehension merci
 
Répondre
> Le piratage au service de, max, 4 juin 2005
bonne analyse que je partage a 100%
 
en ligne :
Répondre
> Le piratage au service de, 27 janvier 2006
j’y’avait pensé, quelqu’un l’a écrit, preuve suplémentaire si y’en est ! Les jeux vidéo sur pc sont une galère à trouver avec le crack, donc si il veule bloquer les Pirates, ils savent se qu’il y a à faire, la bonne blague...
Répondre
> Le piratage au service de, RETRoXg (OllivierS.), 3 mai 2006

Je dirai tous simplement que le piratage est une forme de marché paralèle qui fonctionne très bien et le tous au niveau mondial.

Si vous souhaitez suivre ces quelques liens :

http://www.net-en-deuil.com/

et

http://www.stopdrm.info/index.php ?2006/04/30/61-marche-pour-les-libertes-numeriques-contre-les-drm-et-contre-la-loi-dadvsi-le-7-mai-a-paris

faire suivre merci.

@+RETRoXg

Répondre