racine uZine

Dans la même rubrique
Les clacs d’Or
 
mercredi 18 octobre 2000

Le spammeur contrarié

par Pierre Lazuly
 
Pour peu que l’on ne dispose, chez soi, que d’une modeste connexion par modem, on se prend souvent à rêvasser pendant le téléchargement de ses courriers. La machine vous ayant annoncé « 7 nouveaux messages », vous tentez d’imaginer quels peuvent en être les mystérieux expéditeurs. Rêvant aux doux prénoms des demoiselles qui pourraient vous avoir donné de leurs nouvelles. Aux amis lointains, et aux lecteurs fidèles.

Les octets demandés traversent lentement les contrées inondées. Et enfin, peu à peu, les messages consentent à s’afficher. Mais, hélas, point de charmantes demoiselles, point de lecteurs fidèles. Une bonne vieille rafale de messages abscons, souvent en anglais, provenant généralement d’obscurs serveurs japonais. De la publicité pour Herbal Machin (une alternative au Viagra à base de plantes, me dit-on), un nouveau moyen révolutionnaire de gagner 50.000 dollars sans rien faire, ou bien encore la solution pour éliminer radicalement ses découverts bancaires. Bref, ma boîte aux lettres était encore gorgée de « spams ». Remarquez, ils auraient tort de se priver, ça ne coûte pas bien cher : un spam m’informe en effet que je peux moi-même envoyer des spams pour la modeste somme de 600 dollars le million d’adresses spammées.

Un mien lecteur, ayant ainsi reçu vendredi dernier un courrier non sollicité « d’une société informatique quelconque proposant des services informatiques quelconques », en l’occurrence la société Lymail, a eu la malheureuse idée de vouloir protester. « Etant toujours désagréablement surpris de cette pollution électronique, j’ai décidé - une fois n’est pas coutume - de répondre à ce spam par un courrier priant l’indélicat spammer de cesser ce type de pratique », m’écrit Christophe.

Et de répondre, très correctement, à l’expéditeur du courrier incriminé : « Monsieur, j’ai reçu de votre part un courrier que je n’avais pas sollicité. Cette pratique s’appelle le spam et est en contradiction avec les principes de la Netiquette que je vous demande de bien vouloir respecter à l’avenir. J’ai pour ma part autre chose à faire que de nettoyer ma messagerie de la pollution occasionnée par les messages publicitaires qui, par cette pratique, ratent leur cible - s’ils en ont une. En outre, je ne manque pas une occasion de mentionner le nom de leur expéditeur afin de mieux nuire à son image. »

Devant un tel affront, c’est le Président Directeur Général de Lymail en personne, un certain Monsieur Denis Ledoux, qui a pris sa plus belle plume pour répondre à l’importun :

Merci de m’envoyer le mail que vous avez reçu car à preuve du contraire (sic) vous n’apportez la preuve (sic) de vos affirmations et vous agissez froidement sans connaissance approfondie du problème.

Vous n’êtes pas sans savoir que les serveurs de mail peuvent être squattés par des utilisateurs autres que les propriétaires du système.

De fait, et n’ayant pas pris vos précautions, si nous rencontres (sic) quelque difficulté sur nos serveurs, votre Email indiquant l’enregistrement dans les black listes tient lieu d’entrave au bon fonctionnement de notre société.

Force sera la notre (sic) de réparer le préjudice si tel était le cas. Vous prendrez soin de vous faire conseiller lors d’une consultation à ce sujet auprès de votre avocat ou de votre conseil.

Tout d’abord, « force sera la notre » de signaler à Monsieur Denis Ledoux qu’afin d’éviter tout nouvel affront à la grammaire française, il devrait à l’avenir prendre soin de se faire conseiller auprès d’un professeur de français avant de rédiger le moindre courrier.

Maintenant, sur le fond, il s’agit effectivement d’apporter les preuves de ces affirmations. « Vous n’êtes pas sans savoir que les serveurs de mail peuvent être squattés par des utilisateurs autres que les propriétaires du système. », écrit Denis Ledoux. Nous ne sommes pas sans le savoir, Monsieur le Président Directeur Général, mais parmi ces milliers de propriétaires ainsi squattés, reconnaissez que vous êtes drôlement privilégié : le « squatteur » utilisait en effet vos machines pour promouvoir votre propre service, ce qui est suffisamment rare pour être signalé.

Pour en apporter la preuve, ce fut fort simple : il m’a suffi d’envoyer un petit courrier à Monsieur Denis Ledoux, lui demandant des précisions sur le service Lymail, pour que l’un de ses employés - celui-là même qui avait importuné mon lecteur - m’envoie le courrier incriminé. Ce qui prouve bien, si besoin était, que le commanditaire du « squatteur » était le PDG. « A preuve du contraire », bien entendu.

D’ailleurs, depuis le courrier de protestation de Christophe, les courriers non sollicités expédiés par Lymail se sont enrichis des avertissements suivants :

« Lymail.com et le Spam : les adresses email ciblées, trouvées par Lymail.com, correspondent à des adresses laissées volontairement sur les sites Internet. En ce sens Lymail.com respecte la directive Européenne du 24/10/95, et les Jurisprudences américaines. » C’est triste à dire, mais la jurisprudence considère en effet que donner son adresse e-mail sur son site personnel autorise les sociétés à l’utiliser pour vous proposer leurs services. Et c’était bien le cas de Christophe, webmestre du site Minute Philosopher.

« Refus de Publicité : Les destinataires de mails ciblés peuvent refuser les publicités de nos clients transmises par Lymail.com. Pour refuser toute publicité du service Lymail.com, il suffit de remplir le formulaire » C’est vrai, de quoi se plaint-on, puisque les spammeurs bien élevés nous donnent désormais accès à un formulaire nous permettant de retirer notre adresse personnelle de leurs fichiers ?

« Entrave au bon fonctionnement de la société : Il est rappelé que toute société ou individu agissant pour son compte contre la bonne marche des affaires d’une société, est condamnable par le Tribunal de Commerce au titre de dommages et intérêts. En fonction de la nature du préjudice subi, ces peines peuvent être assorties de pourssuites (sic) pénales. Il en va ainsi pour toute inscription ou création de liste noire le brulage d’IP, ou d’inscription diffamatoire dans des listes type abuse ou Spammeur. »

Afin de ne pas « agir froidement sans connaissance approfondie du problème », je me dois de vous fournir quelques explications techniques. Qu’est-ce qu’une liste noire (« black-liste », « abuse »), et qu’est-ce que le « brûlage d’IP » ? Lorsque l’administrateur d’un réseau s’aperçoit que ses utilisateurs sont trop souvent victimes de courriers non sollicités provenant d’une même machine, il peut décider de mettre cette machine sur une liste noire, auquel cas les courriers provenant de celle-ci sont automatiquement refusés. Ainsi, étant moi-même administrateur d’un petit réseau, je pourrais décider demain de « brûler l’IP » de Monsieur Ledoux : c’est-à-dire bloquer systématiquement les messages provenant de ses machines, car j’estime que ceux-ci importunent mes chers utilisateurs.

Ce que tente de nous faire croire Monsieur Ledoux, dans son style inimitable, c’est que les spams de son entreprise étant conformes à la jurisprudence, il est interdit de s’en protéger. Si, lors d’une prochaine tentative de spamming, mon serveur répond à son serveur que son IP est brûlée, Monsieur Ledoux se réserve le droit de m’attaquer pour entrave au bon fonctionnement de sa société. Mais il a de grandes chances d’être débouté : n’ai-je pas le droit, en tant qu’administrateur d’un réseau privé, de définir librement les données qui ont le droit d’y circuler ?

Quoi qu’il en soit, Monsieur le Président Directeur Général, j’ose espérer que notre mépris ne sera pas perçu comme une entrave au bon fonctionnement de votre société.

 
 
Pierre Lazuly
Imprimer
format impression
29 janvier 2001
30 août 2000
14 septembre 2000
28 août 2000
 
SPIP
Web indépendant


> Le spammeur contrarié
29 avril 2003, message de Hervé
 

Je viens d’aller sur le site de Lymail.com pour remplir leur formulaire "no pub". Après avoir entré mon adresse email et cliqué sur "ok", surprise : "http error 404 page not found"

Too bad !

Répondre


> Le spammeur contrarié
12 février 2003
 

Excellent... Pour ma part, je me suis fait un pense bête antispam que je me suis résolu à mettre au format html :

identifier le spammeur

qui alerter

lettres types

ce qu’il ne faut pas faire

 
Répondre


> Le spammeur contrarié
28 mai 2002, message de luc
 
Toutes les sociétés en question ont simplement oublié un petit quelque chose : Elles nuisent plutot à leur image de marque. Travaillant au service informatique d’une grande société dont je tairais le nom, je vois arriver des centaines de ce genre de messages tous les jours. Autant vous dire que les noms des "spammeurs" sont marqués en rouge dans mon esprit comme dans celui de pas mal de mes utilisateurs. Quels bénéfices peuvent ils en retirer ? Je me pose sincèrement la question... @+ Luc
Répondre


> Le spammeur contrarié
31 décembre 2000, message de jmrr
 

Je le con-fesse, je suis un spammeur. Enfin c’est ce qu’un gars m’a dit. Depuis, transitintestinalement parlant, je suis con-trarié. J’ai commis un site, tellement interressant que je manque de qualificatif. J’ai fait des liens vers les sites et leurs auteurs qui me parraissaient intéresser les sujets de ma chose. Naïvement, par correction, et dans le souci de ne pas imposer par amalgamme une utilisation abusive de leur notoriété, je leur ai fait un mail pour les en informer. J’ai bien eu quelques réponses, d’accords et même de remerciements, ce qui n’a pas manqué de me conforter dans le bien fondé de ma démarche. Et puis voila-t-il pas qu’aprés 3 envois, que j’ai pris aussi un grand soin de mettre en tête un "désabonnement", un gars m’écrit en gros et gras "QUE NOUS VOUS AVONS RIEN DEMANDE ET QUE CESSEZ DE NOUS IMPORTUNER". Ha le bougre, il a fait faire une régression sans pareille de mon intime et bousculé mon emploi du temps par des interruptions intempestives. En plus, il m’a mis le cerveau en torchon en transmettant copie à son "bureau", alors que moi je n’écrivais qu’à lui, tuant dans l’oeuf mes espoirs de notoriété. Je lui réponds qu’il aurait suffit de répondre à l’un des 4 envois précédents, et que le nétiquette n’implique pas de s’énerver en direction de con-temporains qui n’en veulent pas à leur place. Peine perdue, car en bon informaticien (comment se faire des amis ... !), il a par définition raison sur les sujets informatiques et internet, ce qui se traduit souvent par j’ai raison en tout. Comme les profs, les X et les chimistes, ou encore les journalistes lorsque l’on vient à critiquer les "médias" .... Je suis persuadé que c’est un type sympa (je pourrai tout aussi bien considérer que c’est un ane), qui présente le défaut d’être auto-susceptible, réactif sans raison apparente. Et qui ne prend pas le temps de se faire une opinion.

Enfin bon, avec un peu de temps, d’oubli et une bonne hygiéne, je me remettrai de cette contrariété passagère. Au fait, m’ont-ils répondu les "minirezo" ? :-)

Répondre
> Le spammé contra-rieur, jmrr, 3 février 2001
Réponse ... hé bén non, ils n’ont pas répondu ....
Répondre


> Le spammeur contrarié
24 novembre 2000
 

Juste une remarque comme ça, pour reagir à un truc qui m’a fait bondir..

Je cite : "Vous n’êtes pas sans savoir que les serveurs de mail peuvent être squattés par des utilisateurs autres que les propriétaires du système."

Donc si on utilise mon serveur pour faire qqchose de "pas bien" sans mon autorisation et que je ne fais rien contre, je peux m’en laver les mains ?

Pas terrible comme politique de securite ça !! Fait il la meme chose avec son réseau ? Est ce vraiement legal ?

Répondre


Culot Suprême...
8 novembre 2000, message de Downwater - www.cpcscene.com/downwater - downwater.free.fr
 

Personnellement, je trouve cette personne culottée. Maintenant on serait obligé de laisser les spammeurs nous polluer les BAL...

Tiendrait-il aussi a avoir 10 erreurs de segmentation de son client mail ?

Je me demande même si il a des notions d’informatique (genre plus loin que de savoir cliquer sur un bouton).

Répondre


> Le spammeur contrarié
18 octobre 2000, message de Pascale Louédec
 

Retour de Boomerang... j’en rêve...

Monsieur Ledoux, se croit légitimement autorisé à polluer nos boîtes aux lettres de ses messages aussi abscons que son style. C’est une interprétation de la loi relativement partiale. Quand la justice institutionnelle n’est pas au rendez-vous de la justice philosophique... Et la jurisprudence ferait bien d’envisager les conséquences parfois tyranniques de ses jugements... un peu de prudence ne nuirait pas certains jours avant la délibération...

Bref...Quelques questions me taraudent la cervelle après lecture de cet article assez inquiétant :

Puis-je en retour arroser Monsieur Ledoux de considérations oiseuses sur tous les sujets fallacieux qui me passent par la tête ?

Serais-je alors moi aussi en droit de laisser aller ma liberté d’expression vers une pseudo liberté d’oppression à la manière du dit Ledoux ?

Aurait-il le droit de brimer ma logorrhée sans intérêt mais anodine, si l’envie de gloser de tout et de rien par des mails à l’intention de sa société, s’emparait de moi ?

Tout espoir est-il vain, d’éviter cet individu et ses publicités squatteuses, ou plutôt autocrates ?

Pourquoi, si plusieurs messages de ce type me parviennent, et me causent un désagrément, n’aurais-je pas moi aussi le droit de me retourner contre lui pour harcèlement ?

Est-ce juridiquement possible ?

Si quelqu’un à un tuyau là-dessus, partagez donc vite !

Répondre
> Le spammeur contrarié, Roland Trique, 18 octobre 2000

Boarf, t’en fais pas, le bonhomme en question raconte absolument n’importe quoi, prenant comme tant d’autres ses désirs pour des réalités.

Le mieux sur ce genre de questions est de profiter du "retard" constant de l’Europe sur les EU, et donc d’observer ce qui est arrivé à leurs spammeux il y a quelques années : ils se sont tout simplement cassé les dents, quels que soient les moyens qu’ils aient mis en oeuvre et l’ampleur délirante de leur fausseté.

Un point important, tu dis "C’est une interprétation de la loi relativement partiale." Faut savoir que la loi ne dit pas grand chose là-dessus, et qu’on n’est pas anglo-saxons, i.e. la jurisprudence n’a pas force de loi (elle se contente de boucher les trous quand on tombe sur quelque chose que la loi ne prévoit pas).

Donc bref, faut pas s’affoler. lymail.com est une boîte à spam 100 % pur jus qui fera faillite d’ici quelques mois, au pire d’ici un an ou deux...

Répondre
> Le spammeur contrarié, Marc laimé, 19 octobre 2000

Hello,

Ce type de sombre crétin veut toujours faire le malin, par exemple en invoquant abusivement les ressources - néanmoins bien réelles -, que lui offre le droit commercial. Dont nous ne nous méferons jamais assez. Oyez, oyez, mes bien chers frères, mes bien chères soeurs. Grâce au divin Napoléon qui - quoique corse -, nous a légué le Code Civil, il appert que l’Article 1382-3 dudit Code Civil vous offre des ressources infinies dans ce cas de figure, et dans quelques autres. Notre admirable article 1382-3 permet en effet de poursuivre n’importe qui : ce M. Ledoux, M.Messier, qui vous voulez, du fait de "Tout fait quelconque de l’homme constitutif d’un trouble ou d’un dommage..." L’admirable résidant dans l’extrême plasticité dudit Article. Il suffit de s’en emparer. De saisir un Tribunal au civil, et bingo... En résumé, les abracadabrandesques rodomontades de ce genre d’abruti ne tiennent pas le choc une seconde face à notre article 1382. Et pour ma part je le poursuivrais même à réception de son mel de menaces, des chefs de menaces, chantage, etc., avec demande substantielle de domages et intérêts pour préjudice moral... On devrait enseigner le droit dès l’école maternelle ! Amitiés. Marc

Répondre
> Le spammeur contrarié, shui xiong, 31 octobre 2000
je proposerai plutôt, étant du genre facheux et con, de lui spammer son mail en répondant 600 fois (copier coller son adresse dans les destinataire du mail) que les message de sa socité ne vous interesse pas, mais comme vous débutez en informatique il se peut que vous ayez, par erreur, envoyé le message 600 fois. ou alors qu’a preuve du contraire, c’est quelqu’un qui se fait passer pour vous.... si les 1000 personnes qu’il emmerde font al même chose, en joignant par exemple la photo de son chat. de sa voisine, un extrait vidéo,... m’est avis que le gros con il va avoir un GROS problème avec son mail....
Répondre
> Le spammeur contrarié, sus aux vilains, 29 novembre 2000

il y a egalement sur solution du ’abuse@xxxxx.xx’. en solicitant de votre fournisseur d’acces de bruler l’IP (voir plus haut) du mecreant. une autre solution evoquée plus haut, de facon detournée, est de spammer le vilain en l’inscrivant a toutes les mailing lists possible. pesonnellement j’ai eu une aventure de la sorte, et via un cyber café je me suis amusé avec avalanche (les connaisseurs apprecieront). resultat des courses, apres un mail demandant cessasion des spamms sauvage j’ai eu gain de cause, car souvent ce genre de boite ne croit pas pouvoir etre victime de spamm a leur tour.

donc, sus aux vilains, vive la netiquette

Répondre
> Le spammeur contrarié, bibou, 25 avril 2003
c’est fait, elle a été mise en liquidation en fevrier 20
Répondre
> Le spammeur contrarié, W.WALLACE, 16 août 2004
Felicitations !!! Je paye le champagne !! Le vilain est mort tout seul dans son coin avec sa haine et ses menaces !!! mort aux cons !!!
Répondre