racine uZine

Dans la même rubrique
Mon chômage et moi
15 juillet 2001
7 juillet 2001
9 juin 2001
 
mercredi 30 mai 2001
Episode 1

Un appel

par Lionel Marcovitch

Voilà ça y est, je suis inscrit, d’un coup de fil, c’est magique. Je suis tombé tout de suite sur la bonne personne, une « télé-opératrice » qui, après quelques renseignements, m’a déclaré inscrit et m’a informé que je devais maintenant assister à une réunion d’information. Bon y a qu’un petit souci, c’est que le numéro de téléphone auquel j’ai dû appeler, c’est un 08..., et donc que la communication coûte je ne sais pas combien la minute. Je trouve la combine des Assedic pas trés élégante, mais après tout, c’est peut-être pour notre bien, peut-être que les télé-opératrices sont payées avec ça et que, quand personne n’appelle, elles ne réussissent à gagner leur vie qu’en faisant du tricot pour une chaîne de distribution de pulls en laine de lama, ou autre chose dans le genre. Peut-être même qu’elles sont télé-opératrices multicartes. « La Redoute bonjour », « Vous avez demandé la police ne quittez pas », ou même « Secrétariat de Nicole Notat, ne quittez pas ». Depuis que l’esprit de la réforme est entré dans l’administration par derrière et sans s’annoncer, il y a beaucoup de choses qui changent, dérangent en faisant mal, surtout pour « le client » ou « demandeur » autrefois appelé « administré », « citoyen », « contribuable ».

Bon, la « télé-opératrice », elle m’a pas dit son petit nom , comme certaines le font maintenant, genre pour réserver un billet de train. « Anne Dubillard bonjour », c’est nettement mieux que « l’agent D743 va traiter votre appel ». Donc la « téléop » n’a pas dit son prénom mais c’est pas grave, elle était charmante quand même. Aux questions que je lui ai posées, elle m’a répété comme un automate, invariable, qu’à la réunion, ils me diraient tout. Une question en particulier me taraude pas mal, je vous la pose à vous, peut-être qu’il y en aura un qu’aura une réponse : « Quand on est technicien supérieur, bon on fait 35 heures par semaine voire un peu plus, mais les chômeurs, ou plutôt les demandeurs d’emploi, ils sont astreints à quoi, à 35 heures, ou bien plus, ils seraient pas chômeurs 24 h sur 24 par hasard, à s’épuiser les nerfs en permanence ? » J’ai pas l’expérience mais je pense qu’avec le temps j’arriverai à résoudre ce genre de questions. Seconde question : « Vu que les chômeurs créent des emplois : d’animateurs, de guichetiers mais aussi plein d’emplois dérivés du genre médecins pour prescrire des anti-dépresseurs, de kinés pour les débloquer quand ils commencent à somatiser sec avec des problèmes de dos, est-ce qu’en fonction des courbes du chômage et de l’augmentation du chiffre d’affaires des formateurs, thérapeutes, psys, médecins, pharmaciens, on pourrait pas prévoir un système de primes pour ces chômeurs très utiles. » Je suis sûr que, depuis le choc pétrolier de 1974, le chomedu est l’un des secteurs économiques dont on nous cache, par pudeur ou mauvaise conscience post judéo-chrétienne, qu’il est générateur de croissance, tiens peut-être même autant que les sans-abri et la violence urbaine (vous savez, le total contre-exemple d’avec les chômeurs : les chômeurs, on les sort par tous les moyens des statistiques ; hé bien les violences urbaines, au contraire, on fait tout pour qu’elles y rentrent et même plutôt deux fois qu’une). J’y comprends rien. Je dois encore me poser trop de questions.

Enfin, le rendez-vous pour la réunion de première information aura lieu dans une semaine.

Je suis passé au supermarché acheter des packs de bière, j’ai préparé mon jeu de cartes et j’ai téléphoné à des potes.

On est de plus en plus nombreux dans mon coin à passer nos après-midi à jouer aux cartes et à essayer de joindre une télé-opératrice des Assedic dès qu’on a un souci. Ça doit être la modernité qui veut ça. À bientôt, on se téléphone, rassurez-vous, c’est toujours moi qui décroche, il y a pas de téléop chez moi, je l’ai congédiée. Et maintenant pour rigoler avec les copains, il y a même des fois où je réponds : « Lionel Marcovitch bonjour, ne quittez pas, je vais traiter votre appel ».

 
 
Lionel Marcovitch
Imprimer
format impression
9 juin 2001
7 juillet 2001
15 juillet 2001
 
SPIP
Web indépendant


> Un appel
26 août 2002
 
bravo chome moi aussi j’ai fini par l’etre par volonte de toute façon pour avoir evoluer dans de multiple spere, je suis convaincu de l’utilite du chomage et de son industrie tout comme d’ailleurs de la plupart des administration dite sociale la secu parlons en la caf reparlons en de toute façon napoleon n’a t’il pas dit quelque chose comme si quelqu’un veut le pouvoir donne lui ce qui pour lui le represente on peut croire que cela est dephase par rapport au theme je reponds non car en management on dit aussi quelque chose de comparable en clair tu veux la paix (rire : la "paie") alors occupe tes troupes c’est cela l’administration les chomeurs veulent etre reconnus et regler leurs problemes alors occupent les, meme à faire du vent cela leurs donnera l’impression qu’ils font quelques choses au fait bon courage tu ne fait que commencer un parcours de con battant ( !) ou une part du combat se mene contre l’administration qui te veux du bien (on pourrais dire "qui veux ton "bien" ) de toute façons les interets ne sont qu’o cul passionnel (sa y est je delire) bon courage ne te laisse pas bouffer par le systeme
Répondre