racine uZine

Dans la même rubrique
Solidaire comme une start-up
27 septembre 2000
26 septembre 2000
24 septembre 2000
 
vendredi 23 février 2001

Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat

par Clisthène
 
On se souvient que l’année dernière, le Secrétariat d’Etat à l’Economie Solidaire (SEES pour les intimes) avait fait oeuvre de publicité en lançant son appel à projets « Dynamiques Solidaires ». Celui-ci, doté d’une enveloppe financière de 33 millions de francs, devait servir à financer plusieurs centaines de projets dans le secteur habituellement délaissé de l’économie solidaire.

A cet appel, plusieurs dizaines de projets liés à l’Internet et aux nouvelles technologies avaient répondu présent, afin de faire valoir les possibilités d’utilisation de ces technologies dans les domaines tous aussi alternatifs les uns que les autres, que sont la diffusion des connaissances via le Réseau, l’hébergement Web collaboratif, l’accès Internet associatif, etc.

Las ! Malgré les promesses, déclarations de bonnes intentions du sieur Guy Hascoüet (le dit secrétaire d’Etat, pour ceux qui n’étaient pas au courant), relayées par son attachée « Nouvelles Technologies » Véronique Kleck, il appert que parmi tous ces projets, seule une poignée furent retenus, et on ne peut pas dire que ce fut sur le critère de l’audace propositionnelle : seulement de bien classiques extensions électroniques d’actions déjà existantes dans le « monde réel ». En clair : le site Web de l’association des parents de myopathes orphelins d’Ille-et-Vilaine, plutôt que de novateurs rassemblements de forces hétéroclites pour la constitution de (présumées) véritables alternatives au Net marchand.

Ce que le Secrétariat d’Etat n’a pas anticipé, ou pas assez, c’est le remous provoqué par cette démission aux objectifs partout proclamés de soutien à l’Innovation Solidaire (tm) et à l’Imagination Alternative (re-tm). Certes, il s’agit d’une tempête dans un verre d’eau, mais l’on sait que c’est souvent dans les verres d’eau que se font et se défont les carrières politiques. Surtout qu’il s’agit, en la matière, d’un Secrétariat d’Etat tout neuf, tout frêle (quelques dizaines de millions de francs de budget, rappelons-le), et passablement incongru dans un gouvernement socialiste marqué naturellement, pourrait-on dire, par le culte de la productivité et le soutien aux grandes compagnies.

Or non seulement les « indépendants » ne sont pas contents, mais certains, peut-être moins « alternatifs » que d’autres, bénéficient d’une médiatisation importante. Témoin les remuants Ouvaton, qui tout à leur projet de Multimania « coopératif » ou de Banque Populaire (une autre coopérative  [1]) de l’hébergement Web, brassent régulièrement du vent dans les médias en attendant l’ouverture du service annoncé à grands cris. Qui dit médiatisation dit force de frappe potentiellement dangereuse anti-Hascouët, et donc risque rapide de mise au placard du Vert pas assez à l’écoute des croisés du Net indé (alors que le socialiste Bloche, par exemple, sait paraît-il si bien prendre leur défense...).

Voilà donc notre Secrétaire d’Etat, soucieux de son image et de son siège, qui convie, le vendredi 2 mars 2001, tout ou partie des projets recalés et liés aux nouvelles technologies, à une « rencontre » dans ses locaux. Dont voici le programme tel que précisé dans la missive envoyée par le dit Secrétariat aux dits projets :

«  PROGRAMME

« Dynamiques solidaires et internet » - rencontre du 2 mars 2001

Ministère de l’emploi et de la solidarité - 8 avenue de Ségur - Paris 7 ème

-  9h30 Accueil

café de bienvenue

-  10h Ouverture

par Guy Hascoët, secrétaire d’Etat à l’économie solidaire

-  10h15 Présentation de la journée

par Véronique Kleck, conseillère technique au secrétariat d’Etat à l’économie solidaire

-  10h30 Ateliers

Atelier n°1

Etat et acteurs de l’internet solidaire : quel partenariat ? L’objet de l’atelier est de faire remonter les propositions et de débattre de ces orientations, premier pas vers la définition collective d’une politique. Face aux enjeux sociaux, culturels, économiques et politiques que soulèvent les tic, quelles contributions respectives pour la société organisée et pour de l’Etat ? quels besoins, quelles priorités ? quels financements ?

Atelier n°2

Acteurs de l’Internet solidaire en réseaux : L’objet de l’atelier est de réfléchir collectivement à une mise en réseau de toute la diversité des acteurs de l’internet solidaire. Cela passe pas la création et le développement d’outils spécifiques (base de données, cartographie, portail.) mais aussi, et peut être surtout, pas une culture de la mutualisation. L’appel à projets à révéler un certain nombre de projets très similaires. Dès lors, comment ces acteurs peuvent ils coopérer pour mettre en ouvre un projet commun ? Enfin, toutes ces initiatives sont porteuses d’un sens politique fort. Comment donner toute sa visibilité et toute sa force aux valeurs, principes, pratiques et prises de position portés par ces acteurs ?

-  12h30 Déjeuner sur place

-  14h00 Synthèse des contributions des ateliers et débat

-  16h30 Clôture  ».

A la lecture de ce programme, et nonobstant toute la bonne volonté que nous prêtons bien naturellement à nos hérauts de l’économie solidaire, l’on a tout de même tendance à se demander à quoi, au juste, va pouvoir servir cette journée - du point de vue des invités, s’entend. Car, apprend-on dans la même missive que celle d’où est tirée le sus-cité programme : « Le jour de la rencontre, n’hésitez pas à apporter de l’information sur vos activités et structures. Une table sera réservée à la mise à disposition de votre documentation »... S’agit-il d’une fête de quartier ? Parlons-nous bien de projets susceptibles d’influer durablement (tels Altern, tels Gandi) et le paysage de l’Internet francophone et la culture de ses utilisateurs ?

Cette précision recoupée avec le thème du deuxième atelier nous éclaire un peu plus sur le rôle que prétend jouer à cette occasion le Secrétariat d’Etat : celui d’un simple intermédiaire, d’un entremetteur entre les différents projets, afin de faire ressortir des dynamiques communes à ces derniers. Passe encore, mais il faut pour cela avoir une vision à la fois globale et précise du sujet. Vision dont a on du mal à croire que le Secrétariat d’Etat soit capable, si on considère justement les calamiteux résultats de l’appel à projets qui est à la source de cette opération « Grand Pardon ».

D’autant plus qu’une initiative comme Gitoyen prouve si besoin était que des acteurs déterminés quoique de natures fort diverses (un registrar éthique sous forme de SARL [2], un hébergeur associatif [3], un futur fournisseur d’accès ADSL à prix coûtant [4], une « start-up solidaire » [5]...) peuvent se réunir pour lancer un projet ambitieux et novateur sans entremise ni parrainage - ni lauriers - étatiques.

D’autant plus qu’il se murmure cependant avec insistance que certains projets vont finalement faire l’objet d’un financement décidé en toute discrétion ; double jeu dont l’inévitable révélation ne manquera pas, à coup sûr, de renforcer la « mise en réseau » et la « mutualisation » avec leurs compères moins chanceux !

En bref, gageons que le Secrétariat d’Etat devra déployer des trésors d’habileté et de diplomatie s’il ne veut pas que la cohorte hétéroclite mais pour l’instant peu compromise des Ouvaton, l’Autre Net, Globenet, et tutti quanti, ne se ligue pour lui renvoyer un dangereux missile en plein visage.

 

[1] Vous savez, ceux qui vous faisaient rêver en dessinant des voiliers dans le sable...

[2] Gandi.

[3] Globenet.

[4] Placenet.

[5] Netaktiv.

 
 
Clisthène
Imprimer
format impression
 
SPIP
Web indépendant


> Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat
26 février 2001, message de Furax
 

"...initiative comme Gitoyen prouve si besoin était que des acteurs déterminés quoique de natures fort diverses (un registrar éthique sous forme de SARL [2], un hébergeur associatif [3], un futur fournisseur d’accès ADSL à prix coûtant [4], une « start-up solidaire » [5]...) peuvent se réunir pour lancer un projet ambitieux et novateur sans entremise ni parrainage - ni lauriers - étatiques."

Tu nous prends pour des cons de venir faire de la pub pour une start up "solidaire"...vachement ambitieux et novateur.

Je préfère le coopératif, et même l’étatique.

Merde alors !

Répondre


> Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat
24 février 2001, message de chantal-juddith
 

Voila un article pas inintéressant du tout, qui pose quelques questions dont l’acuité me parait tout à fait fondée ...

Mais pourquoi ce bon "gourou-du-web-non-marchand" se sent-il obligé de distribuer des labels "d’alternatifs" et de "moins alternatifs" en balayant d’un revers de main condescendant nos petits frangins d’Ouvaton Y’aurait donc les "labels d’état" et les labels "minirezo" ???? Il y a quelque chose qui décidemment me gratte désagréablement

Chantal, simple membre de L’Autre,

qui ne se positionne pas en "initiateur d’une réforme démocratique" ... surtout qu’en matière de démocratie athénienne mon penchant se situe nettement du côté de Spartacus !

http://lautre.net

 
Répondre


> Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat
23 février 2001, message de matthieu labonnelie
 

bonjour,

j’avoue que je suis perplexe : quel est le propos ? taper un peu à droite, sur le ministre, taper un peu à gauche, sur les remuants, et puis dire ensuite qu’ils sont une force contre le ministre, alors même qu’il sont corrmpus par les ors de la république et les médias ? distribuer des bon points et des mauvais points, pour montrer on connaît trois personnes, sans oublier bien sûr quelques insinuation salaces qui montrent qu’on est quelqu’un, qu’on sait tout ?

toute cette diatribe me laisse un goût amer et douteux de dénonciation anonyme et calomnieuse, dont je n’oserai qualifier le procéder de peur d’atteindre un point goodwin.

il serait agréable de clarifier un peu le propos, qui en l’état fait plus penser à une méchante crise de jalousie qu’à une volonté de reflexion.

m.

et pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté :

http://ouvaton.net l’hébergement coopératif

Répondre
> Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat, Cricri d’Amour, 24 février 2001

A mon avis, le problème est très simple :

Le SEES a été créé uniquement pour amadouer les militants déçus par la complaisance du gouvernement actuel vis à vis du Grand Capital.

Le problème c’est que le SEES n’a rien à foutre des quelques millions qui lui ont été alloués pour parvenir au but indiqué ci dessus.

Donc il veut faire le deal suivant avec quelques mouvements : on vous donne les quelques millions et en échange vous dites que l’économie solidaire c’est bien c’est beau, que le SEES il est gentil, que le gouvernement il est beau, que la gauche au pouvoir c’est bien...

C’est pas plus compliqué que ça...

Répondre
> Kermesse solidaire pour l’Internet au Secrétariat d’Etat, 26 février 2001

Effectivement ce n’est pas plus compliqué que cela ;-)

Olivier

Répondre