uZine
Retour au sommaire

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



Chronikart & Technikart sont dans un bateau...
mercredi 21 novembre 2001




En avril 2001, le magazine Technikart dénonçait la « dictature soft et [le] totalitarisme économique » des marques. Sept mois après, ce même magazine assigne en justice le webmag Chronic’art à la suite de la parution du premier numéro de son extension papier, pour les motifs suivants :

-  Contrefaçon
-  Concurrence déloyale
-  Parasitisme

600 000 FF de dommages et intérêts sont demandés.

VOIR EN LIGNE : Republique-Bastille.com






> Suite de l’affaire... 28 novembre 2001

La 3e Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris rendra son jugement le 15 janvier 2002 dans l’affaire qui oppose Technikart à Chronic’art.

A suivre...

Republique-Bastille

[Répondre à ce message]

> Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 27 novembre 2001

cote "plagiat", faudra m’expliquer pkoi chronic’art est bien mieux que teknikart (qui a fait 2 bons numeros, les deux premiers, ...) hey c’est comme l’open source, si on copie en ameliorant on survit, si on est borne et pas inventif et protecteur on licencie, n’s pas ...

[Répondre à ce message]

> Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 23 novembre 2001

On pourra également relire l’article de Marc : Chronique d’un désastre annoncé ; également le forum en bas de l’article ; même si c’est un peu cruel pour certains citoyens :))

[Répondre à ce message]

> > Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 26 novembre 2001

Alors là, espèce d’irresponsable, faudrait voir à remiser vos sarcasmes. Une vue d’ensemble de la situation vous aiderait à mieux comprendre que vous pensez au niveau des pâquerettes. Troll

Troll

[Répondre à ce message]

> > > Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 26 novembre 2001

salut bibi ! Tu ne faisais que passer, hein ! :))

bisous

[Répondre à ce message]

> > > > Chronikart & Technikart sont dans un bateau. 26 novembre 2001

Je surveille votre vide et votre désarroi face aux licenciements qui ruinent le moral des journalistes.

Je passe voir comment vont vos petites bagarres avec les anciens-copains qui ont quitté votre navire

Je passe lire Levy quand il vous renvoie jouer dans votre coin.

Je passe lire l’absence de tout ici.

Le jour où vous aurez assimilé ce qu’est le respect de l’autre et de ses différences, on pourra éventuellement vous considérer comme un interlocuteur intéressant. Pour le moment, vous êtes un punching-ball épatant.

[Répondre à ce message]

> > > > > Chronikart & Technikart sont dans un batea 26 novembre 2001

Je surveille votre vide

Oui, bien sûr, les gens ici ont besoin d’un surveillant. Merci de prendre garde à eux, ça fait chaud au coeur !

aux licenciements qui ruinent le moral des journalistes.

Quelle horreur. Quand c’est des ouvriers qui se font virer, des chômeurs qui se sont couper les allocs, des humains qui se font crever, ça ne compte pas, mais des Journalistes, ces êtres de Lumière et d’intelligence innée, c’est un scandale, c’est toute la philosophie humaniste qui s’écroule....

[Répondre à ce message]

> Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 21 novembre 2001

Pour compléter, voir le communiqué de Chronic’art sur le sujet :

« Le webmag culturel Chronic’art est attaqué en justice par le magazine Technikart, pour les motifs suivants :
-  "Contrefaçon"
-  "Concurrence déloyale"
-  "Parasitisme"

Le site Chronicart.com existe depuis septembre 1997, date à laquelle le site Technikart.com n’était, au mieux, qu’envisagé. Cette attaque intervient après la parution du premier numéro de l’extension papier du webmag (Chronic’art), disponible en kiosque depuis le 27 août dernier. Le contenu et les thématique développées sont toujours identiques (Cinéma, Musique, Cyber, Livres et Arts), et jamais le travail rédactionnel de Chronic’art sur son site, et dorénavant dans son édition papier, ne s’est inspiré de celui de Technikart pour des raisons évidentes : Chronic’art est d’abord une revue culturelle, et non pas un magazine de tendance et de société comme l’est, et le revendique, avant tout Technikart. Au delà des lignes éditoriales, clairement divergentes, les deux supports ne proposent pas le traitement des mêmes thématiques. Une distinction évidente pour les lecteurs du magazine, les annonceurs, mais aussi les écrivains, cinéastes, musiciens auxquels la rédaction de Chronic’art s’intéresse depuis quatre années.

Cette "concurrence déloyale" dont Technikart accuse aujourd’hui Chronic’art constitue une injure et une volonté d’étouffement immédiat de tout ce qui pourrait, dans le monde de la presse, faire figure de menace dans l’étroit secteur de la presse culturelle.

Les artistes et professionnels signataires, avec toute l’équipe du magazine, veulent signaler qu’il se défendront d’une telle attaque avec la même détermination que Chronic’art eut à voir le jour et à s’imposer.

Rendez-vous sur Republique-Bastille.com] »

[Répondre à ce message]

> > Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 21 novembre 2001

« [...] avec la même détermination que Chronic’art eut à voir le jour et à s’imposer. »

Ah, Chronic’art s’est imposé ? Auprès de qui ? En tant que quoi ? On aimerait bien qu’ils nous expliquent... :)

[Répondre à ce message]

> > > Chronikart & Technikart sont dans un bateau... 22 novembre 2001

Chronic’art est probablement le plus anciens des webmag culturels à tenir la barre... énorme déjà. Qui plus est, sans jamais avoir corrigé sa ligne éditoriale, plutôt intéressante, en raison de fumeux "impératifs commerciaux". Son arrivée en kiosque aujourd’hui est une bonne nouvelle.

[Répondre à ce message]