uZine
Retour au sommaire

Terre en vue !

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



La propriété intellectuelle doit être abolie, partout où elle tue.
vendredi 13 avril 2001




LES BRÈVES
mercredi 23 juillet
mardi 15 juillet
lundi 17 février
mercredi 13 février
mardi 27 novembre

action = vie information = pouvoir guerre aux labos la prison nous tue

L’association Act Up est connu pour son activisme à l’américaine, et particulièrement pour ses slogans coup de poing. Le dernier en date : "La propriété intellectuelle doit être abolie, partout où elle tue" est apparu suite au constat de leur impuissance à soutenir les malades africains dans le cadre de la réglementation internationale actuelle.

Ainsi Act Up expliquait dans un communiqué de presse du 6 avril dernier "OMS et OMC partent d’une hypothèse absurde et fausse : la solution reposerait sur la philantropie des laboratoires occidentaux."

"Nous ne voulons pas de ces arrangements. Le Sud n’a pas besoin des grands laboratoires. Au Nord, ces industriels rentabilisent largement leurs investissements et dégagent des bénéfices colossaux. Dans les pays en développement, l’important est de pouvoir produire ou importer librement des copies des molécules nécessaires à la survie des malades. Ce dont le Sud a besoin c’est de moyens financiers et techniques pour multiplier les capacités de production ; c’est d’un accès à toutes les informations permettant de fabriquer les nouveaux traitements dans les plus brefs délais."

Le 10 avril un nouveau communiqué d’Act Up titrait : "Kofi Annan se range dans le camp des puissants". Alors que le secrétaire général de l’ONU annonçait le mois dernier son intention de "lancer une campagne hautement politique en faveur de l’accès aux médicaments génériques contre le virus VIH-sida dans les pays du sud.", il explique aujourd’hui que "L’industrie pharmaceutique joue un rôle crucial. Nous devons associer les encouragements à la recherche et l’accès aux médicaments pour les pauvres."

La réglementation actuelle du commerce mondiale s’est toujours refusé à intégrer des clauses écologiques, sociales et fiscales. Quand il s’agit par contre de protéger les monopoles d’exploitation de la world compagnie contre la concurrence... Le libéralisme est hémiplégique, mais pas dans le bon sens ! Il ne tient qu’à nous de l’inverser.