uZine
Retour au sommaire

Terre en vue !

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



La Terre : belle que vue du ciel ?
vendredi 26 janvier 2001




LES BRÈVES
mercredi 23 juillet
mardi 15 juillet
lundi 17 février
mercredi 13 février
mardi 27 novembre

Le Monde dans son édition - en ligne - datée du 23 janvier dernier, rend compte de l’action de deux photographes qui profitèrent des supports vides laissés au jardin du Luxembourg à Paris après l’exposition d’Arthus-Bertrand (la Terre vue du ciel), pour y organiser une contre-exposition résumée par ce titre : « Le Ciel vu de la Terre ».

Le hasard fit que dimanche dernier, « Arrêt sur images » épinglait Nicolas Hulot.

Points communs ? Arthus-Bertrand, tout comme Nicolas Hulot, ne veulent, n’acceptent devrais-je dire, de nous montrer le monde et ceux qui l’habitent que sous son meilleur jour. Pourquoi filmer les Papous en tenue de parade, tenue qu’ils ne revêtent plus qu’une fois par an ? Parce qu’ils sont beaux comme ça... Sous-entendu : les autres jours... Pourquoi affirmer qu’ils ne connaissent pas le métal ? Peut-être que cela faisait trop évolué... Après tout, comme le dit Nicolas : « quand on entend chanter des hommes comme ça, on se dit qu’ils ne peuvent pas être malheureux, parce qu’ils n’ont pas d’autres contraintes que vivre dans la nature... ». Comme si la répression de l’armée indonésienne contre les Papous et la politique de javanisation de l’Irian Jaya n’était pas une contrainte...

Arthus-Bertrand, lui, préfère rester la tête dans les nuages... Mais cela participe du même esprit : la Terre n’est belle que vue du ciel.

A quand une véritable contre-exposition : la Terre vue de la Terre ?

Guillaume - polyglotte@citeweb.net

VOIR EN LIGNE : Lire dans Le Monde






> La Terre : belle que vue du ciel ? 4 mai 2001, par JB

Confondons nous les choses, oui la terre est belle vue du ciel et les photos d’Arthus Bernard sont un réel plaisir aux yeux, c’est pour moi de l’art, et une invitation au voyage... Contrairement à Nicolas Hulot, je suis d’accord, qui tente de vulgariser la terre pour rentrer dans les contraintes de l’audimat et de la télé ! Sa démarche semble plus criticable La similitude entre les deux n’existe pas pour moi... Devons nous refuser tous ce qui ne montre pas les bidonvilles en colombie ou la prostitution en thailande ? Je ne sais pas...

[Répondre à ce message]

> > La Terre : belle que vu 3 avril 2002, par Myriam Villert

Je me permets de venir rétablir un peu de bon sens dans vos propos non fondés de bon sens ou plutôt dépeints au 1er degré sans aucune analyse si ce n’est que purement visuelle.

Evidemment si l’on s’arrête uniquement à la diffusion d’images – quel qu’en soit le support : livre ou documentaire télévisuel – on reste dans le contemplatif purement et simplement … et pour peu que des médias peu scrupuleux en mal de polémiques vous scandent avec convictions qu’il ne s’agit que de mensonges et de reportages conditionnés pour le spectateur occidental… vous vous laisser prendre au jeu inéluctablement !

« Arrêt sur images » est une émission en recherche constantes de polémique… l’art de chercher la petite bête là où elle n’y est pas, de vouloir tout décortiquer et de tirer des conclusions hâtives en trouvant effectivement une petite bête imaginative que le spectateur crédule croit sur parole !

Le but d’une émission comme Ushuaïa Nature est de permettre à tout public de réaliser que la terre que nous peuplons recèle d’inestimables « trésors », en effet, mais son rôle est surtout de nous faire prendre conscience que ces « beautés », faune, flore, ethnies… sont malheureusement en déclin du fait des activités humaines, de nos agissements quotidiens et insouciants…

Pourquoi montrer des clichés « idylliques » alors ? Et bien tout simplement parce que les médias nous abreuvent quotidiennement de misères, de guerres, de catastrophes en tout genre… et que montrer les derniers paradis ou sanctuaires préservés sur la planète permet à tout un chacun au moins de s’émerveiller et de prendre conscience qu’il faut préserver l’environnement… un premier pas qui peut avoir de grandes conséquences positives pour notre propre avenir. De plus, charge à chacun d’aller au delà des barrières de l’image et d’approfondir ces connaissances, cette émission offre au spectateur cette possibilité bien plus que la part de rêve qu’elle diffuse le temps d’une émission. Les propos de scientifiques reconnus et les recherches fournies en amont sont d’autant de richesses que les images … tout dépend évidemment de l’écoute du téléspectateur. Il y a ceux qui en tirent un enseignement et ceux pour qui regarde tel un divertissement.

La démarche de Yann Artus Bertrand est quant à elle la même au travers de ces clichés photographiques : faire prendre conscience de la fragilité de la planète à travers les derniers espaces vierges de la main de l’homme…

Sachons interpréter correctement avant de porter un jugement critique ! et respectons au moins le travail fourni pour nous faire partager quelques instants d’émerveillement.

Quant aux propos critiquant l’action médiatique et le fait de se mettre en avant … je les trouve d’autant plus déplacés... Renseignez vous sur les personnes et sur leurs actions sur le terrain et poser vous la question de savoir si vous vous apportez quelque « grains au moulin ».

[Répondre à ce message]