racine uZine

Dans la même rubrique
Pour la petite histoire...
26 septembre 2000
 
lundi 22 juillet 2002
Effroyable imposture II

Le Net est Breton

La vérité nue
par R. Freteval
 
 

On a tous été un jour un nouvel internaute, et il nous a fallu gérer ce rapport complexe aux prédécesseurs, qui nous ont tant appris, et bien fait chier. Et on a dû patienter avant de pouvoir la ramener nous aussi avec la question qui tue : tu es sur le net depuis quand, eh newbie !

Salauds de vieux, même jeunes, ils emmerdent le monde. Mais aujourd’hui on va les ratiboiser, je te le dis, en montrant la Vérité nue. Même les faiseurs qui nous disent,ouin, moi depuis 198x, ah usenet, que ça de vrai, le web c’est caca, ou well, en californie, j’avais une connexion bien que je cause pas l’english etc. vont avoir l’air bête qui convient à leur condition. Car la conspiration des maffieux du réseau est bien finie, l’effroyable imposture va s’achever dans le ridicule et la honte. La vérité, c’est que Le Net originaire, c’est en Bretagne qu’il est, et depuis longtemps. Démonstration.

Pour la bonne compréhension, il faut détailler un peu le chemin qui m’a conduit à cette conviction que bientôt vous partagerez assurément... Quand vous arrivez par le sud, vous savez que vous êtes en Bretagne en voyant des gars faire du vélo habillés en cyclistes, des croix de pierre aux croisements pour que les autochtones distinguent les vrais croisements des faux qui ne mènent nulle part (ou chez Le Diable), et des crèperies, sortes de restaurants gastronomiques pour allemands et étudiants. Remarquez, si vous arrivez par le nord, c’est pareil, sauf que la probabilité qu’il pleuve dans l’heure qui vient augmente.

(JPEG) Donc j’arrive tranquillement par le sud, en revenant de Nantes. Je suis en avance à mon rendez vous spécial celto-culturel avec une connaissance, pour joindre l’agréable à l’agréable, au Cairn du petit mont d’Arzon, dans le chemin de droite (les bourgeoises de Vannes se dessalent à partir de 20 km de la place Saint Pierre). Vous pouvez vérifier par vous mêmes, vous prenez la D780 et c’est au bout à gauche.

(JPEG) Quelques kilomètres avant d’arriver au bout, je vois ce panneau (cf la photo de droite). Vous vous en doutez, parce que vous auriez fait pareil, je tourne illico, en me disant que les gars par ici, ils sont vachement dans le coup d’avoir donné un nom comme ça à leur village celte avec Cairn officiel de trois chambres pas loin, Butte de César, et tutti quanti.

(JPEG) Je vois un beau vieillard devant sa porte, digne et droit comme tous les Bretons, et j’engage la conversation au fallacieux prétexte de lui demander la route de Montaigu. Il paraît que je n’y suis pas du tout, il se lance dans des explications compliquées, où il s’agit de digue du cru dont j’ignore tout, et me prend finalement en pitié en m’invitant à entrer dans sa masure bretonne pour me montrer sur une carte. J’entre avec appréhension, craignant d’empoussiérer mes chaussures sur la terre battue du sol de l’humble chaumine, mais il y a du carrelage, à mon étonnement, et même un ordinateur dans un coin, avec modem, pas du haut débit tout de même.

Pendant qu’il sort des verres à bière pour me faire goûter un petit blanc, routine de paresseux qui ne veut pas s’user le coude à remplir trop souvent, je lui demande depuis combien de temps il est sur le net. Il me répond un truc pas croyable, qu’il est sur Le Net depuis les années 50, eh oh, j’ai l’air couillon comme ça d’accord, mais faut pas me la faire, ça peut pas être plus tôt que la première connexion d’ordis en octobre 1969 en Californie... On boit en se regardant de travers, il s’offre à me prouver ses dires, haha je l’attends de pied ferme, le prétentieux. Merde alors, il sort des papiers, des photos monochromes, ça à l’air vrai son machin...

(JPEG) Oui mais, objecte-je finement, il faut au moins avoir l’electricité sur le net, et c’est bien connu des parisiens, qui y tâtent en botanique comme en tout, qu’en Bretagne, ils ne l’ont guère, ou depuis pas longtemps. Il me dit de sortir pour me montrer, remplit les verres pour qu’on ne soit pas obligés d’avoir soif dehors, ce qui serait inhospitalier, et me montre ça (voir la photo). Y a pas à tortiller, ce poteau n’est pas d’hier, ça fait un paquet de temps qu’ils ont l’électricité...

(JPEG) Il se retourne et m’annonce fièrement, avec un large mouvement du bras, et voilà notre artère principale. Pas à tortiller, encore, c’est bien une artère, pourquoi les amerloques appellent ça backbone, mystère. Alors, Le Net, c’est ici... On rentre remplir les verres vite évaporés au chaud soleil, je suis troublé... Je regarde ses bouquins pour réfléchir, sûr que c’est un vrai Breton, il a plein d’ouvrages d’histoire du pays "Des gnons à Lannion", "Mords les", "Arnaque à Carnac", "Les ruskoffs à Roscoff", "Le décavé de Saint Avé", "Un pervers à Kerver", "La Vénus des tumulus", et même "The goat of Huelgoat", ce qui est rare.

(JPEG) J’avise ce qui me semble être une reproduction maladroite du logo d’un navigateur connu au mur de la cahute, ah vous naviguez avec netscape... Pas du tout, il m’explique qu’ici ils appellent ça un phare, et qu’on peut en voir plein, c’est sur les ports, pour la navigation. Je suis de plus en plus troublé, et c’est, je crois, vers le septième verre quand on cause de cette petite communauté sur ce site, des vieux ports (il doit penser au série ou au parallèle) et de la sécurité sur les ports, de la technique des noeuds etc. que se dissipent les nuages qui voilent la vérité et que je comprends tout...

La conspiration capitaliste de l’empire de la mondialisation libérale immonde et ses valets, affidés et autres nervis fascistes corrompus ont, une fois de plus, pillé les pauvres celtes, bien iniqués depuis 470 ans pile le 7 août. Ils ont tout pris là, sans payer un rond. Le Net est devenu l’Internet, le phare logo de navigateur, l’artère se transforme en dorsale, bravo les voleurs. Et sans parler des trolls, traduction aussi, et du pseudo pris par un sociologue pour poser au spécialiste du net à bon compte. Et les ports hein, indispensables à la navigation. Car à y réfléchir, c’est de longue date que l’on parle de navigateurs Bretons, alors que navigateurs de Silicon, c’est récent. Et les petits gâteaux au beurre d’ici, hein, que les amerloques incultes appellent cookies. Et continuons à réfléchir avec notre tête, est-ce par hasard qu’il y a tant de gens des télécoms, et des militaires d’élite à proximité pour la protection des sites ? Non ce n’est pas par hasard.

Un tel faisceau de présomptions convergentes emporterait la conviction du plus sceptique. Seuls peuvent contester les intéressés de la camarilla de ceux qui en mangent... Car il n’y a pas de hasard, et il faut chercher à qui le crime profite. Le netgate, mes amis, une effroyable imposture qui veut faire croire aux versions américaines officielles relayées par les politiciens européens aux ordres du Système.

(JPEG) Après la sixième bouteille, mon hôte me dit que les digues du cru de Nantes à Montaigu sont surfaites à son sens et me conseille d’aller plutôt à Lorient pêcher le hareng. Bonne idée, mais j’ai mon rendez vous dans la vie réelle au Cairn du petit mont, je me déconnecte, enfin je quitte Le Net et mon host, enfin, mon hôte, après un dernier pour la route, et un autre pour le faire descendre. Tout à mon scoop futur, qui m’installera comme un vrai reporter sans frontière et sans reproche, qui pourra défendre la liberté d’expression de la corporation, j’enquille par mégarde un véhicule bleu foncé. C’est plein de faux Bretons traîtres avec des chapeaux ronds (vus du dessus, mais pas de face), qui sautent et m’embarquent pour un motif très secondaire, cachant comme d’habitude les vraies raisons de l’agression du Pouvoir.

Merde, la répression a déjà commencé, c’est dire s’ils sont vite au courant, les espions sur Le Net depuis les lois scélérates... N’empêche, les petits malins qui sont soit disant sur le net depuis le début, ils peuvent se rhabiller... Vive les Bretonnes, le vent souffle toujours sur la Bretagne armoricaine et vive Le Net.

 
 
R. Freteval
 
Karine, tu rappelles quand tu veux, on essaie le tumulus de Tumiac, il y a des fougères hautes d’un mètre, juste après le champ de maïs à droite.
Imprimer
format impression
13 mai 2002
 
SPIP
Web indépendant


Et l’effroyable mensonge ou imposture ou que sais-je, justement ?
28 juillet 2002
 

L’article fait allusion au livre de T. Meyssan mais bien évidemment ne le concerne en rien. Cependant, l’article me donne l’occasion d’évoquer la question : Qu’en est-il de l’avis des lecteurs (et des auteurs !) d’Uzine sur la question ? C’est "le" symbole du "scoop Internet" en ce moment non ?

J’ai trouvé des messages critiquant les critiques ("on utilise Meyssan pour diaboliser Internet", etc, etc...), mais jamais rien sur le fond. C’est-a-dire que même les articles du style de ceux évoqués entre les parenthèses ci-dessus prennent bien soin de ne pas se prononcer sur le fond.

Bref, hormis Perline qui s’est fait connaître sur un autre site (Resistance Verte) comme abondant dans le sens du complot (avec un argumentaire basé sur du "vu à la TV" !), on n’arrive pas à savoir si chez les auteurs d’Uzine :

1) Il ne faut en parler car ca va nous diviser.

2) Il ne faut en parler car même si Meyssan a raison, ce n’est pas politiquement correct (ie : aspects antisémites dans la description du complot la plus courante, cf. les juifs sauvés du WTC sans prévenir les non-juifs)

3) Il ne faut en parler car ca ferait de la pub à Meyssan, et les autres media ont deja fait leur boulot - mais faut pas le dire car ici "les autre media, c’est caca".

Alors pour vous, 1, 2 ou 3 ? Ou une autre raison (j’ai pas mis "4) Car ca n’en vaut pas la peine", car ca me parait fou de penser cela : pour moi, Meyssan illustre qu’Internet peut plus facilement générer une rumeur détestable que la combattre)

Répondre
> Et l’effroyable mensonge ou imposture ou que sais-je, justement ?, ARNO*, 28 juillet 2002

Non, pitié !

Il y a des sites consacrés à l’actualité générale, et même plus particulièrement aux attentats du 11 septembre, n’hésitez pas à y aller, ce sera tout de même beaucoup plus adapté qu’uZine (thématique : Internet). D’autant que « les auteurs d’uZine », à ma connaissance, n’ont pas lu le livre.

Et si, vraiment, le sujet vous intéresse, allez directement à la source plutôt que de demander un avis sur un forum : le bouquin n’est pas difficile à trouver, et il est encore une vente libre. Car, visiblement, pour parler d’« aspects antisémites » et de « juifs sauvés sans prévenir les non-juifs » (ce qui, concernant le bouquin de Meyssan, est de la pure diffamation), vous ne l’avez pas encore fait. Dans ce cas, je ne vois pas du tout ce qu’une conversation entre gens qui ne savent pas de quoi ils parlent pourrait avoir comme intérêt (à moins d’adorer les analyses de livres par des gens qui ne les ont pas lu - voir l’article de Lefayot sur les chroniques kulturelles).

Répondre
> Et l’effroyable mensonge ou imposture ou que sais-je, justement ?, 29 juillet 2002

Euh, les théories de complot développées sur Internet ont plus à voir avec Internet qu’avec l’actualité, non ? (a moins de croire à la réalité des complots !)

Sinon, ce qui m’intéresse n’est pas le complot lui-même, mais ce qu’en pense les chroniqueurs ici, qui ont généralement plein d’avis sur tout. Je sais juste que Perline était plutôt en faveur il y a quelques temps au moins, mais sinon I don’t know. Vu la nature des réponses, je pense cependant que l’hypothèse du tapis à ne pas soulever est la meilleure.

Quant a la diffamation sur Meyssan, 1) il n’y peut rien, il y a maintenant une forte composante antisémite dans la nature supposée du complot, 2) lui-même n’a pas hésité à accepter de donner une interview-scoops à un journal ayant présenté très récemment "Le Protocole des Sages de Sion" comme authentique (Al-Watan) - le genre de truc qu’il vilipendait il y a quelques mois quand il était au Reseau Voltaire, 3) il a beau utiliser le terme de "société étrangère" pour évoquer une rumeur sur des employés juifs d’une société israëlienne (société Odigo), le fait supposé a la base est le même que celui qu’utilise les antisémites virulents pour identifier les auteurs des vrais-faux attentats comme pro-Israëliens.

Mais comme vous avez encore conclu de facon erronée que je n’avais pas lu le livre, je vous laisse a vos certitudes. A Uzine, on ne doute jamais !

Bye, bye, et à bientôt sur Usenet si un jour vous osez vous y frotter :-)

Répondre
> Et l’incroyable troll, R. Freteval, 28 juillet 2002

Cher Monsieur,

Le surtitre est amusant, n’est-ce-pas ? Je pensais qu’il serait de nature à attirer des messages de trolls, afin que l’été apporte son lot de bonnes aventures, et vous remercie de me conforter dans mon hypothèse. Comme pour les messages de l’article sur Le Monde, les trolls s’ingénient à vérifier ce qui a déjà été bien formulé par d’autres, savoir les déplacements, les dérives sur le sens, la surinterpétation, et le dénigrement du lieu où il fait bon troller, généralement sur le mode de la critique de fonctionnement.

Bien entendu, je ne devrais pas nourrir ainsi la trollerie, mais j’y suis très intéressé, s’agissant d’un sujet de recherche d’ethnologie, sous un angle structuro fonctionnaliste dont je prétends, malgré de rudes critiques, qu’il n’a pas épuisé sa valeur heuristique. Comme les messages trolliens sont de configurations comparables (je travaille sur 2 000 posts), et que leur fonction est constante, je pense que nous avons ici un être scientifique qui nous propose une énigme de première importance.

Ce pourquoi je vous remercie de votre contribution.

Répondre
> Et l’incroyable troll, Tiresias, 29 juillet 2002
Le surtitre est tellement bien que le troll ne cause que de ça. En plus, juste avec arno, pas avec l’auteur, mais consolons nous, c’est de la prose made in sos-racaille, suffit d’y aller constater, y a qu’arno qui soit assez gentil pour causer avec ceux qui pourrissent les forums par détournement, moi je les vire, et en plus je signe.
Répondre
> Et l’incroyable troll, Lefayot, 29 juillet 2002
Le vrai probleme, en fait c’est qu’ARNO* culpabilise de pas avoir les couilles d’aller sur Usenet, le reseau de ceux qui ont des choses à dire et qui le disent , sans censure (pas comme nous, hein !), alors que leurs revelations secouent l’establishement (tiens, j’ai d’ailleurs vu l’establishment, hier ; il avait mauvaise mine).
Répondre
> Et l’incroyable troll, Tiresias, 29 juillet 2002
Tiens, ça vaudrait un article, "Usenet es Roergat, Miladiou !". Faut trouver la doc...Mais Freteval est un étonnant voyageur, il doit avoir l’icono.
Répondre
Arno et usenet, un usenaute, 9 août 2002

Bonjour,

Pardon, mais quelle est cette histoire de Arno qui "n’irai pas sur usenet" ?

Cordialement.

 
Répondre


> La pomme de terre
26 juillet 2002
 

Ce ne fut pas Parmentier qui importa la pomme de terre en France. La pomme de terre était cultivée, et justement appréciée en Bretagne dès 1741 (...)

Mazéas, G. (1940) : Petite histoire bretonne de la pomme de terre. Brest : ICA.

Répondre
> ...et l’Espagne, Tiresias, 2 août 2002
Moury,A. (1964) : L’espagnol breton. Paris : Robert Laffont, coll. agent secret
Répondre
> La pomme de terre , 6 novembre 2004
avec Olivier de Serres dès 1600 dans le célèbre "théatre d’agriculture..." la pomme de terre sous le nom de "cartoufle" est bien présente en Vivarais (sud du département de l’Ardèche actuel). Mais c’est sans connaître la tradition ethnohistorique de la truffole ardéchoise qui place son introduction au nord vers 1540 à Saint Alban d’Ay...une tradition qui s’explique par la puissante famille de Tournon (Cardinal de Tournon) et par ses liens avec l’Espagne...
Répondre


Tout n’est pas si rose...
25 juillet 2002, message de Roland Trique
 
Y’a même des coins tellement modernes qu’ils sont remplis de voitures qui polluent bien le réchauffement de la couche d’ozone mondialisée (voir URL).
 
en ligne : Document choc
Répondre


> Le Net est Breton
24 juillet 2002, message de Menez du
 

J’attends avec impatience l’épisode n°3 qui va nous conter comment Bécassine,en vendant les droits de son histoire à Chantal Goya, à ouvert un cyber-chouchen sur une île du golfe du Morbihan.

Vive les préjugés !

Répondre
> Des méduses à Perros et le temps qui fout le camp... si c’est pas triste, hein, ma bonne dame !, Pascale Louédec, 24 juillet 2002

J’attends avec impatience l’épisode n°3 qui va nous conter comment Bécassine,en vendant les droits de son histoire à Chantal Goya, à ouvert un cyber-chouchen sur une île du golfe du Morbihan

Zut, j’ai dû râter le 2, à moins que celui-là ne soit pas le premier épisode. Et selon les dernières informations fiables (en direct live du terrain d’il y a deux jours en arrière), Bécassine vivrait du côté de Lannion où elle attend avec angoisse des nouvelles d’Alcatel.

M’enfin, tout ça n’est pas si grave et le complexe (sacrée pelade, ce truc) ne la perturbe plus : elle a retrouvé le sens de l’humour...

Répondre
> Le Net est Breton, R. Freteval, 24 juillet 2002
Si tu y tiens ça peut se faire, mais je pense qu’il n’y a plus rien à vendre à l’ile aux moines (ou alors très cher). En outre, il faut respecter la ligne éditoriale, les admins sont féroces avec les bretons, comme par hasard, ils m’ont refusé 96 articles, y compris la trado de The goat of Huelgoat !
Répondre
> Le Net est Breton, Pascale Louédec, 24 juillet 2002

En outre, il faut respecter la ligne éditoriale, les admins sont féroces avec les bretons, comme par hasard, ils m’ont refusé 96 articles, y compris la trado de The goat of Huelgoat !

On ne pardonne guère aux gens d’être plus heureux que soi, disait on jadis en Gallésie. C’est pour ça :)

 
Répondre
> Turlute en écume de mer, Sam, 25 juillet 2002

> Ceci n’est pas une pipe.

Ni, malheureusement, une URL reconnue...

Répondre
> Turlute en écume de mer, Roland Trique, 25 juillet 2002
Faut enlever le oueuh oueuh oueuh !
Répondre


> Le Net est Breton
23 juillet 2002, message de chriphil
 
Quand je vais me dire à mes collègues de bureau que leurs images de ... passent par les clotures éléctriques d’un patelin breton ou il y a 10 habitants en comptant les vaches... Enfin bon je vous rassure quand même : aujourd’hui, le vrai net (le convivial) est bel et bien Parisien ;-) Mais on vous aime bien quand même.
Répondre
> Le Net est Breton, Samy, 27 août 2002

"Quand je vais me dire à mes collègues de bureau que leurs images de ... passent par les clotures éléctriques d’un patelin breton ou il y a 10 habitants en comptant les vaches... Enfin bon je vous rassure quand même : aujourd’hui, le vrai net (le convivial) est bel et bien Parisien ;-) Mais on vous aime bien quand même"

Il n’y a pas de lieu pour le vrai net ... la convivialité tiens au fait qu’il y des gens de partout !! C’est ça le plus agréable ... si il y avait réellement que des parisiens ce serait un peu morose.

Répondre


> Le Net est Breton
22 juillet 2002, message de Sam
 
Ouais, tout ça c’est du passé. Maintenant, c’est dans la Meuse que ça se passe ! (Nettancourt, 55800).
Répondre
> Le Net est Breton, Tiresias, 22 juillet 2002
Ah Verdun, que de souvenirs...Les chatrooms dans la tranchée, l’admin pas commode, les take over de l’ennemi sournois, le haut débit descendant, le spam de la propagande, le bromure modérateur, les pop up qui tuent les yeux, et plein de gens à poils...
Répondre