uZine
Retour au sommaire

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



L’hébergeur censeur
jeudi 27 mars 2003




« Erich Marquadt, rédacteur en chef de YellowTimes, a expliqué à Reuters que Vortech, une société d’hébergement internet d’Orlando, en Floride, avait d’abord suspendu le site dimanche soir après qu’il eut mis en ligne six photos de prisonniers de guerre américains en Irak. Ces photos étaient tirées d’images d’abord diffusées par la chaîne télévisée d’information qatarie Al Djazira.

[...]

Vortech a mis en avant des plaintes d’internautes et affirmé que les images constituaient un infraction aux règles d’utilisation de la société, a déclaré Marquadt. "Ils ont dit que nous violions une clause sur le contenu pour adultes", a-t-il expliqué. Vortech n’a pas répondu aux demandes de contact par téléphone de Reuters. »







Et plus encore... 28 mars 2003, par Elvan

Et les photos des irakiens prisonniers de guerre, des irakiens se battant pour une maigre distribution d’eau à Oum-Qasr, des prisonniers afghans ou autres de Guantanamo Bay, des palestiniens assassinés chaque jour, des cambodgiens executés d’une balle dans la tête pendant la terreur Khmer Rouge, de cette célèbre viet-namienne brûlée au napalm courant nue sur une route, toutes ces photos prises par des photographes pour la plupart américains, qui ont fait la une du célèbre Life bien souvent, toutes ces photos ne mériteraient-elles pas elles aussi d’être censurées ?

Qui sont ces défenseurs du soi-disant pays de la morale et de l’ordre pour sans arrêt se dresser en grands donneurs de leçons à l’humanité entière ?

Qui sont ces dictateurs planétaires qui peuvent imposer leurs propres industries pour la reconstruction d’un pays qu’ils mettent à feu et à sang en ce moment même ?

Et tout cela sans qu’aucun de nos putains de gouvernements européens lève le petit doigt !

Qu’on se le dise, on nous prépare un avenir bien huilé, parfaitement réglé où la seule tâche de la majorité du globe sera de consommer, se lobotomiser ou se laisser lobotomiser par les médias de toutes sortes, et surtout fermer sa gueule alors qu’on lui en met plein le ... !

Oui il est intolérable que la guerre se fasse en Irak au profit final de ceux là même qui l’ont déclenchée : les USA !

Oui il est intolérable qu’un tyran comme Hussein reste au pouvoir mais l’ONU vient de donner l’image de sa toute puissante inefficacité ! Mesdames & messieurs, nous voici revenus au temps de la bonne vieille SDN de nos grands parents !

Oui il est intolérable qu’une minorité infime nous pourisse la vie en permanence !

Alors, réagissons ! Commençons par ne plus répéter les montagnes de conneries que l’on nous enfonce profondément dans le citron dans les écoles, les universités par le biais d’une mécanique savamment orchestrée qui domine le monde depuis la fin de la cueillette et de la chasse !

Le début de la liberté c’est d’abord de réfléchir par soi même sans s’appuyer sur des théories surrannées de quelque bord qu’elles soient ! La sagesse des anciens fût de nous montrer que celui qui est en avance sur son temps sera de toute façon persécuté.

Souvenez vous d’un mec qui a fini sur la croix, d’un autre qui disait "Et pourtant elle tourne !", d’un autre qui passa des années en prison parce qu’il était opposant au régime fasciste d’Afrique du Sud, et d’autres et d’autres et d’autres...

Souvenez vous aussi que malgré tout ce que l’on peut inventer, nous ne sommes pas de simples abstractions de l’esprit. Servons nous de cette force.

[Répondre à ce message]

> Et plus encore... 13 mai 2003, par HappyHippo (encore qu’aujourd’hui... ;-)

Tout à fait d’accord sur le fond, par contre la forme... un peu crue non ? ;-)

Il est de notre devoir de nous informer (et nous abreuver) à autant de sources d’informations différentes que nous pouvons le faire.

En ce qui concerne notre faculté de perception un peu lobotimisé, je vous laisse avec cette petite histoire :

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute opinion de la sagese. Quelqu’un vient un jour trouver le grand philosophe et lui dit :

-  Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?

-  Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des 3 passoires.

-  Les 3 passoires ?

-  Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ?

-  Non. J’en ai simplement entendu parler...

-  Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

-  Ah non ! Au contraire.

-  Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

-  Non. Pas vraiment.

-  Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

Et Socrate a dit également : "Il faut entretenir en soi ses plus fortes passions."

à méditer.

[Répondre à ce message]