uZine
Retour au sommaire

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



Gênes, la répression en direct sur Internet
dimanche 22 juillet 2001




A minuit [samedi] soir la police et les Carabinieri ont procédé à deux perquisitions, la première dans le Media Center, la deuxième dans l’ Ecole Diaz qui lui fait face dans la petite rue Batisti. A peu près deux cent policiers sont entrés en force dans les deux bâtiments.

Dans le Media Center (qui abrite aussi le secrétariat du Genoa Social Forum), ils se sont intéressés au rez-de-chaussée et au troisième étage, celui d’Indymedia. Dans l’Ecole Diaz tous les étages ont été ravagés et les personnes qui s’y trouvaient, battues et pour certaines, rouées de coups. La raison invoquée apparemment serait les aveux de détenus du Black-Block déclarant qu’ils ont trouvé leurs armes dans ces endroits. La loi italienne autorise les perquisitions « sauvages » pour deux raisons : les armes et la drogue. De fait, d’ après une radio le chef local de la police n’aurait pas été prévenu, les ordres seraient venus directement de Rome.

Dans l’école Diaz, le rez-de-chaussée a été ravagé, comme le reste des étages : ordinateurs détruits et brisées sur le sol, lieu de couchage dévasté, affaires répandues partout. Les portes ont été enfoncées. Les personnes qui se trouvaient sur place ont été battues. On a compté plus d’une trentaine de personnes blessées, la plupart étaient allongées sur des civières. Très peu de personnes sortaient sur leurs pieds, en se tenant toutefois la tête ou le nez qui semblait saigner. Au moins une personne était inconsciente et ne pouvait parler.

A l’étage d’Indymedia, les policiers ne semblaient rechercher que des cassettes video et autres matériels du même type. Bien entendu avec violence.

La police a refusé aux avocats de passer pour qu’il puisse voir ce qu’ il se passe, ainsi qu’à un sénateur italien. Les rues étaient remplies de policiers et un hélicoptère tournait à très basse altitude, son projecteur balayant toutes les façades.

L’une des raisons qui paraît expliquer l’action violente de la police est un reportage diffusé sur une chaine de télévision montrant les relations de certains individus du Black-Block et de la police, ceux-là recevant des ordres ou des conseils des ceux-ci. La violence inouïe avec laquelle se sont déroulés ces faits, n’est absolument pas proportionnel à la situation rencontrée par la police, puisqu’au moment d’entrer dans l’école Diaz les personnes présentes dormaient.

La police, une fois évacuées les personnes par les ambulanciers, une fois avoir rempli leur van, les unités ont petit à petit quitté l’ endroit. Le Genoa Social Forum fera demain matin une conférence de presse. Il serait aussi possible que des actions soient entreprises dans la journée de dimanche.

Le bruit des hélicoptères et des sirènes, les cris et les uniformes ont donné, un instant durant, l’impression de vivre dans une dictature militaire. Leur brutalité a ajouté à cette impression. Plus grave encore, les pellicules photos ouvertes, les cassettes confisquées ne font qu’ajouter à cette impression, à la renforcer, puisque malgré les excuses et les raisons invoquées, il s’agissait bien de confisquer et de faire disparaître du matériel d’information.

Les différents mouvements ici sont terriblement choqués. La tension monte, mais cette stratégie de la tension est aussi celle de la police depuis des jours. Elle a monté d’un cran ce soir à Gênes.

Laurent Jesover, ATTAC France

VOIR EN LIGNE : Indymedia France






C’était intéressant, mais le Québec a dévié la discussion 1er août 2001

Vote discussion était des plus interrésantes. mais c’est avec des gens comme vous qu’une révolution foire.

Les "gens" ne sont pas responsables de l’aveuglement dans lequel on les plonge.

le consensus neo libéral d’aujourd’hui ne se tient que par lui même. Cette "strucure" comme dit Laborit cherche à "se maintenir", elle est sa propre finalité.

Quels en sont les pilliers ? Il faut chercher ce qui rend les gens bête et méchants malgrés eux.

Produits qui flattent l’individualisme de chacun : portables, télés et magazines qui ciblent la femme de 35 ans qui se trouve trop vieille (Théva, femme actuelle...), ou l’homme de 22 ans qui n’a comme but dans la vie que de ressembler au manequin qui porte un short Célio : Men’s Health...

A force de voir des gens aussi peu malin que vous, on comprendrait presque pourquoi Loana exite plus qu’un séjour à Gênes.

Ne mélange pas tout, c’est uniquement parce qu’on ne risque rien qu’une torsion testiculaire avec Loana. Ne compare pas ce qui n’est pas comparable et ne justifie pas ton inertie ( ?) avec des références à ce loft-story

Les énergies sont là. Nombreux sont ceux qui cultivent discètement -ou pas- un esprit contestataire. reste à federer le tout.

  • surtout devant des flics ennervés. Il va en falloir de la bonne volonté pour fédérer les tièdes qui n’ont pas envie de se faire maltraiter par des policiers ennervés

  • Qu’il soit bien clair que ce sont les flics qui veulent amener les "négociations" sur le terrain de la violence. Qu’il soit bien clair que la peur ressentie par de nombreuses personnes lors de ces retransmissions tv va amener bien des "volontés" à aller voir ailleurs si l’anti-mondialisation n’aurait pas besoin d’eux.

  • Qu’il soit bien clair que c’est le but de ces violences policières : démobiliser les tièdes et faire croire que ceux qui restent ne sont que des anarco-communistes qui cherchent des raisons de se défouler et de faire parler d’eux. Des idiots qui n’ont pas fait sciences-po

  • Quand à la culture québécoise, cette arlésienne, qu’on l’oublie un peu ne nuira pas à la discussion.

    Point-barre

    [Répondre à ce message]

  • > C’était intéressant, mais le Québec a dévié la dis 2 août 2001, par respekt

    "Qu’il soit bien clair que ce sont les flics qui veulent amener les "négociations" sur le terrain de la violence. Qu’il soit bien clair que la peur ressentie par de nombreuses personnes lors de ces retransmissions tv va amener bien des "volontés" à aller voir ailleurs si l’anti-mondialisation n’aurait pas besoin d’eux."

    "Qu’il soit bien clair que c’est le but de ces violences policières : démobiliser les tièdes et faire croire que ceux qui restent ne sont que des anarco-communistes qui cherchent des raisons de se défouler et de faire parler d’eux. Des idiots qui n’ont pas fait sciences-po"

    Je suis bien d’accord avec cela. Les policiers cherchent la confrontation pour faire peur à la grande majorité des gens tièdes, des gens qui sont sur le point de dire "il y en a marre, ca peut durer".

    C’est pour cela que je pense qu’il faut que cette tiedeur laisse place à de la braise (belle métaphore :-) ) et que pour passer de la tiedeur à la braise, il faut de l’énergie (c’est physique cela !) autre que celle déployée face aux policiers, de l’énergie orientée vers les gens tièdes pour qu’ils se rechauffent.

    Le problème est qu’il y a deux facons de faire cela. Grossièrement :

    1- Propagande, manipulation des gens tièdes pour qu’ils deviennent chaud, sans prendre le temps de les émanciper, quitte à y arriver avec quelques mensonges. (position de Marx et collègue au sein de l’internationale). Le peuple, la classe ouvriere est un levier pour la révolution de la petite bourgeoisie.

    2- Faire prendre conscience, éduquer, conscientiser SANS endoctriner (tout un défi). Émanciper. Libérer. (position des anarchistes au sein de l’internationale avant qu’ils se fassent mettre dehors par Marx). C’est le peuple qui doit faire la révolution. Il ne faut pas qu’il serve de MASSE pour la mener au profit d’une classe (petite) bourgeoise.

    Bakounine, en particulier, a quitté l’internationale en disant bien fort que l’option 1 ménerait à des tyrannies d’une nouvelle classe supérieure sur le peuple. C’est pas le frère de Paco Rabane :-) Bakounine, mais il a bien analysé les dérives que pouvait occasionner le projet politique de marx, une bonne 100ène d’années avant que le monde se rende compte de la nature du communisme de staline, puis celui de Lénine, sans parler de Mao, Castro (plus complexe comme cas), etc...

    Comment faire ? Les adeptes de Chomsky diront qu’il faut utiliser les mêmes armes que les tyrans. Propagande anti-propagande. Option 1. Mais la propagande, ca nécessite en principe des orateurs charismatiques permettant te capter l’attention des auditeurs. Mais est-ce qu’un libertaire ou anarchiste (si ces deux termes ne sont pas synonyme !)accepterait de devenir leader d’un mouvement ? Peut-être que oui mais cela est difficile à assumer pour un libertaire qui ne voudrait pas instituer une nouvelle doctrine dominante !

    Que penses-tu de cette question de "propagande" pour réchauffer les gens ?

    [Répondre à ce message]

    > > C’était intéressant, mais le Québec a dévié la d 3 août 2001, par point-barre

    Comment faire ? Les adeptes de Chomsky diront qu’il faut utiliser les mêmes armes que les tyrans. Propagande anti-propagande. Option 1. Mais la propagande, ca nécessite en principe des orateurs charismatiques permettant te capter l’attention des auditeurs. Mais est-ce qu’un libertaire ou anarchiste (si ces deux termes ne sont pas synonyme !)accepterait de devenir leader d’un mouvement ? Peut-être que oui mais cela est difficile à assumer pour un libertaire qui ne voudrait pas instituer une nouvelle doctrine dominante !

    Que penses-tu de cette question de "propagande" pour réchauffer les gens ?

  • La propagande n’est souvent lue que par ceux qui la font. ou assimilés (sympatisants)

  • Si la propagande était la solution, depuis longtemps les ronéos nous auraient délivré du joug de l’oppresseur (comme aurait pu dire la propagande communiste. fr)

  • La FA & la CNT sont là pour la propagande anar. Avec le succés que l’on sait.

  • La propagande. Sous forme de campagne de pub avec des titres aguicheurs ? Je ne pense pas que notre siècle soit celui de la propagande pure et dure.

  • Une bonne campagne de pub, pourquoi pas ? Le problème est que nous n’avons pas d’argent à investir pour créer et diffuser une telle campagne . Même de chez Benetton nous n’avons plus rien à espérer.

    Le peuple n’est plus la classe ouvière. Le peuple est la classe laborieuse en chômage technique. Ton vocabulaire m’étonne ...

    [Répondre à ce message]

  • > > STOP !! Faisons evoluer l’humanité. 10 août 2001, par HSS

    Ah là là !!!

    Anarchisme, Communisme, Propagande, classe ouvrière.... Messieurs, pourquoi tant d’archaïsme. Finis les révolutions emmenées par de bons penseurs, finis les meeting de 100 000 personnes criant "Heil !" ou "Dutsche" ou ce que vous voudrez. L’humanité doit évoluer, un grand pas en avant. Et ce n’est pas avec des IDEES que l’humanité evoluera mais avec le COEUR.

    Les idées c’est quoi ? L’expression d’une frustration intelligente et raisonnable. Les idées c’est la haine, c’est la volonté de domination sur l’autre, l’écrasement et le pouvoir.

    Ce dont l’humanité à besoin c’est d’autant d’individualité pleine de puissance. La puissance de chacun, c’est le coeur, c’est la conscience, c’est l’acceptation et la réalisation de son DESIR.

    Alors messieurs, si vous voulez faire avancer l’humanité, prennez conscience de votre désir de pouvoir sur l’autre, désir de mieux penser, de savoir plus que l’autre, d’avoir raison . Et mettez tous celà de côté pour que CHAQUE JOUR vous vous conchiez content de vous, sans haine, sans culpabilité.

    Si chaque être humain fait cette démarche, nous n’aurons plus à nous poser la question de la mondialisation, de la guerre et tous ce qui fait de l’homme rien de mieux qu’un animal.

    Messieurs, au travail. Cela sera long mais le bonheur de l’humanité n’est rien d’autre que la somme des bonheurs de chacun.

    HSS.

    [Répondre à ce message]

    > Gênes, la répression en direct sur Internet 23 juillet 2001

    Pourquoi tant de (feinte) surprise ? Attac compte garder longtemps le cul entre deux chaises ?

    [Répondre à ce message]

    Antimondialiste, vois du pays, manifeste avec nous ! 23 juillet 2001

    Bonne remarque.

    Les manifestations anti-mondialisation ne sont pas un jeu. Les manifestations pacifistes seront de plus en plus rares.

    Les déploiements de force de l’ordre seront toujours aussi ridiculement importants qu’à Davos, qu’à Gènes et qu’à Seattle. Comme pour justifier d’en rajouter à chaque manifestation ....

    Il est à craindre que cette "guerre mondiale civile" soit de plus en plus violente. Le désir d’étouffer la rébellion mondiale anti-mondialisation est de plus en plus ... étouffant et provoque des appels d’air qui vont provoquer encore beaucoup d’incidents.

    Les dispositifs policiers sont couteux et ne font que mobiliser encore plus de manifestants année après année. Hélas, chaque année de nouveaux angoissés arrivent sur le marché du travail mondial et viennent grossir les rangs des manifestants.

    Accessoirement, ils réalisent que le seul moyen de voir du pays et de former sa jeunesse sans se faire entuber par un voyagiste est de participer aux manifestations anti-mondialisation.

    Attac, le cul entre deux chaises c’est une idée de gens assis : lève toi et marche ! On ne peut pas négocier avec les gens d’en face. On n’a jamais pu négocier avec Pinochet, Staline, Hitler, Amin Dada, Kaddhafi, Saddate, ...... (la liste est longue).

    Ne pas négocier est parfois vital pour conserver une once d’espoir. On ne négocie pas avec ces gens là. C’est à eux de faire des concessions, pas à nous.

    Point-barre.

    [Répondre à ce message]

    Négocier 23 juillet 2001, par Grosse Fatigue

    Ah là là. Qu’on excuse ma scholastique, mais voilà : de Machiavel à Clausewitz, en passant par tous les autres, il est une chose dont on peut être sûr : la raison du plus fort... La minorité a un mal fou à négocier quoi que ce soit, à moins d’avoir avec elle une espèce de majorité silencieuse, un peu comme pour la fin de la guerre du Vietnam, par exemple. Tant que les "gens" (je ne trouve pas d’autres mots), percevront les manifestations anti-mondialistes comme celles de groupes "minoritaires" (et c’est bien ce que l’on veut leur faire croire....), les "anti-mondialisation" auront du pain sur la planche. Du pain noir, sans doute. Quant aux références à Hitler, Staline, et les autres, force est de constater que la plupart ont bien fini, hélas...

    De la mondialisation de ma minusculité

    [Répondre à ce message]

    > Négocier 23 juillet 2001

    Tant que les "gens" (je ne trouve pas d’autres mots), percevront les manifestations anti-mondialistes comme celles de groupes "minoritaires" (et c’est bien ce que l’on veut leur faire croire....), les "anti-mondialisation" auront du pain sur la planche.

  • les journalistes ?
  • les rédacteurs en chef ?
  • les faiseurs de pubs

    (non, tu n’es pas visé bien qu’il semble que tu ne puisses jamais te retenir de faire ta pub au bas d’un message, tant que tu es minoritaire ça peut passer, mais c’est limite comme comportement, il me semble.)

    [Répondre à ce message]

  • > > Gênes, la répression en direct sur Internet 24 juillet 2001, par dominique

    ATTAC LE CUL ENTRE DEUX CHAISES ?

    Je ne vois pas ce que tu dis. Peut être que souhaiter se battre contre le libéralisme tou en pronant la non violence c’est celà être le cul entre deux chaises. Pour moi ce n’est pas incompatible. Il y a un combat pacifiste à mener contre le capital et l’outil utile aujourd’hui en France et dans le monde est certainement ATTAC. C’est vrai qu’il ne faut pas trop s’attacher aux outils et quand ils sont cassés il faut les changer. Pour l’instant ATTAC est un outil neuf bien huilé et qui laisse la démocratie "brinquo-branque" fonctionner, faisons en sorte que cela continu encore quelques années pour faire un monde meilleur pour l’ensembles des peuples de la planète.

    [Répondre à ce message]

    > > > Gênes, la répression en direct sur Internet 24 juillet 2001

    D’une part, au Québec, ca y est, les méchants violents sont les anarchistes. À la une des journaux, dans la bouche du premier ministre canadien. La cible est l’anarchisme, synonyme de violence, de terrorisme.

    D’autre part, l’anarchisme réformiste n’est pas à la mode. Il n’y a que la confrontation sans concession qui peut compter. Or, je rappelerai que la dernière grande victoire à mes yeux (malheureusement écourtée par une conjecture militaire mauvaise et le silence des pays "démocratiques" européens dont la France) de l’anarchisme, d’un mouvement libertaire d’émancipation en Espagne n’a pas émergé de la contestation radicale sans concession. Juste avant la guerre civile en Espagne, le premier syndicat du pays est la CNT (pas de chiffre précis mais je crois plusieurs millions de membre). Et c’est au sein des groupes de proximité de la CNT que les pensées des espagnols ont été "réformés"..., libérées du joug de l’état. C’est un mouvement d’éducation populaire, et de solidarité de terrain étalé sur plusieurs dizaines d’années qui a abouti à la victoire de la gauche-peuple en Espagne et non la construction de barricade et de cocktail Molotov.

    Avant les barricades matériels, il faut construire des barricades psychologiques et pour tout le monde.

    [Répondre à ce message]

    > > > > Gênes, la répression en direct sur Internet 24 juillet 2001

    Dans quelques années on découvrira que toutes les images de l’époque concernant la CNT sont de la propagande.

    C’est une évidence ... évidente. Pas besoin d’aller à Arrêt-sur-Image pour le réaliser.

    Mais il n’y a pas si longtemps que les communistes du monde entier n’osaient critiquer Staline publiquement, ni Lénine, ni Mao...

    Et il y a encore moins longtemps on a réalisé que Jacques Chirac, en tant que Maire, pouvait être mélé aux affaires des HLM de la ville de Paris.

    NoOOOon ?

    si.

    Alors l’anarchisme en Espagne et le bonheur au sein de la CNT ... préparons déjà le goudron et les plumes.

    Le passé n’a rien à nous proposer, à nous qui ne sommes pas les nantis qui jouent leur 13e salaire en bourse. Entre Bastille et Front Populaire ce n’est pas en négociant que la situation a changé. On préférerait. Mais on n’a qu’une vie pour le vivre, le changement. C’est pas les cures de DHEA qui vont nous faire patienter calmement.

    Tels des José Bové dessoudons les Mac Do et cessons de nous faire traiter comme un troupeau de gros boeufs émotifs qui se calme avec trois mots gentils et deux barils de Calinou.

    Face à des armées de flics internationales qui ont le couteau entre les dents et les lacrymos comme seul argument, nous allons devoir réviser notre façon de négocier. Parce que les manifs en chantant, ils en rient.

    Mais les voir se disputer pour refuser de recevoir le prochain sommet OMC, voilà qui est plus intéressant, non ?

    Et pourquoi se repassent-ils la patate chaude ?

    Certainement pas à cause d’ATTAC. IL faut réaliser une chose : aucune organisation ne peut affirmer contrôler les manifestants, ce sont des milliers d’indépendants qui se retrouvent à date fixe. Et non un syndicat, fût-il anarchiste.

    [Répondre à ce message]

    > > > > > Gênes, la répression en direct sur Interne 25 juillet 2001

    Tu dis :"Parce que les manifs en chantant, ils en rient."

    Je rajouterai : ... et parce que les manifs en cassant, ils en RÊVENT

    1-POUR justifier l’emploi de la force. 2-POUR "étouffer" toute forme de contestation, de divergence (violente, non violente et anti-violente dans le même sac).

    La contestation, le désaccord va devenir la maladie du XXI siècle. J’en profite donc pour dire que je ne suis pas d’accord avec ce passage "le passé n’a rien à nous proposer". Il ne faut pas vivre dans le passé mais on peut en tirer des leçons. La révolution et la révolte ont "toujours" (entre guillements car je suis loin d’être historien :-) ) existé et les détenteurs des privilèges, les exploiteurs, EUX, ont capitalisé sur la base des révolutions et révoltes auxquelles ils ont du faire face pour se maintenir en place. D’un certain point de vue, on peut considérer les termes "démocratie" et "suffrage universel" comme des instruments à la pointe des technologies de l’exploitation et du maintien des privilèges (et par conséquence des inégalités). À mes risques et périls, je donnerai l’exemple d’un article fort intéressant qui décrit en quoi la constitution américaine, derrière des allures de démocratie républicaine, alimente depuis toujours les inégalités, entre autres raciales. Je dis à mes risques et périls, car souvent, dire que l’on feuillette le monde diplomatique, c’est pire que d’être abonné aux Echos, Tribune, gazettes capitalo de première ligne !!

    Il faut aussi, de notre côté, capitaliser ces expériences, les réussites, les échecs... sinon rien ne changera...

    A+

    des inégalités au COEUR de la "démocratie"

    [Répondre à ce message]

    Qu’ils en rêvent ou non est secondaire 26 juillet 2001

    contestation, le désaccord va devenir la maladie du XXI siècle

  • Pourquoi "maladie" ?!

  • La leçon que nous pouvons tirer du passé est que rien n’a jamais été obtenu autrement que par la force. Luther King et Gandhi ont fini assassinés.

  • A Seattle comme partout les manifestations anti-mondialisation sont réprimées avec une violence que les faits ne justifient pas. Voilà pour la démocratie américaine.

    [Répondre à ce message]

  • > Rien n’a jamais été obtenu autrement que par la force ? 27 juillet 2001

    Je trouve que Gandhi est un exemple particulièrement malvenu. Même s’il s’est fait assassiner, il est arrivé à mettre les Anglais dehors. La non-violence me semble une arme intéressante, car elle pose la lutte à un autre niveau, elle laisse l’adversaire sans moyens traditionnels de pression. La force ne fait que répondre à la force qui répond à la force et ainsi de suite. C’est la théorie de l’escalade et personne ne sait où elle s’arrêtera. De plus, dans le cas des manifestations anti-mondialisation, il me semble que le déploiement de la force est pour le moins inégalitaire : quelques casseurs en face d’une armée de policiers bien armés.

    J’avais juste envie de rajouter encore ceci : Même si on est loin d’une réelle égalité entre hommes et femmes, le chemin parcouru (dans les pays occidentaux car ce n’est pas vrai dans la plupart des pays du monde)depuis 150 ans est immense. Or cette lutte là ne s’est pas faite avec les armes au poing. Même si le mouvement anglais des suffragettes a été pour une part violent (dans sa répression surtout), il a posé la base d’un mouvement féministe qui est encore d’actualité et qui se bat tous les jours afin d’arriver à une égalité réelle entre hommes et femmes. Voilà.

    [Répondre à ce message]

    > Qu’ils en rêvent ou non est secondaire 27 juillet 2001

    Une "Maladie", ça se combat, ça se soigne et la personne ayant la maladie est différente, à côté.

    La meilleure façon de lutter contre une maladie et de lutter contre les malades. Pas de contestation sans contestataire !? Plus de contestataire, plus de contestation.. d’une logique implacable.

    Juste un apparté. Aux USA, les programmes sociaux de lutte contre la pauvreté sont simples : si on détruit les pauvres, il n’y a plus de pauvreté. Par conséquent, les budgets des services publics partent dans le budget de la police et dans le financement des prisons privés. Les nouveaux travailleurs sociaux aux USA sont dans des uniformes bleus et munis de matraque ! Le taux d’afro-américains et d’hispano-américains dans les prisons publics et privés est effarant ! Un vrai apartheid.

    Au canada, petit cousin des USA, on commencer à penser à une même politique de lutte contre la pauvreté. Débarassons-nous des pauvres !

    Puis justement, il y a deux jours, une action dans ce sens a été faite. Il y a encore 3 jours, le gouvernement évalué à 17% le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté au Québec. Aujourd’hui, il n’y a plus que 8%. Finalement, en 2 jours, 9% de la population québécoise sont passés du camp des pauvres au camp des nantis et les 8% restants doivent constituer la CIBLE de la lutte contre la pauvreté. 8% de 7 millions, ca fait un peu plus de 500 000 personnes... donc beaucoup de travaux pour les constructeurs de prisons à prévoir !

    Ce passage de 17% à 8% est du à la proposition d’un emminent chercheur de changer la méthode de calcul. Pour ce monsieur, une famille de 4 personnes a assez de moins de 15000$ (environ 75000 francs) pour manger, se chauffer, s’habiller et... s’acheter une télévision (dans son texte). Mais sur quel planète ce chercheur vit ! Ou peut-être c’est moi qui ne vit pas sur la bonne (j’opte pour cette idée) !

    Pour ce qui est de l’allusion à Gandhi et Luther King, je ne suis pas d’accord dans le sens où ces deux personnages développés une énergie, une FORCE, une violence "psychologique" incroyable. Le problème n’est pas être violent ou non mais être physiquement et matériellement violent ou non.

    Une personne peut être pacifiste tout étant profondemment violente. Le mouvement féministe comme notre ami(e) l’a dit est depuis quelques dizaines d’années plein d’énergie, de force, de violence, de persévérance et c’est CA qui fait que le patriarcat recule doucement, que l’égalité des sexes se met en place chaque jour doucement mais surement. En empruntant une distinction faite par Proudhon, anarchiste loin d’être à la mode à notre époque (réformiste et traditionnaliste sur la question de la place de la femme dans la société n’aident pas !), ce qu’il faut c’est être révolté chaque seconde plutôt que mené des révolutions sporadiques qui ne font que renforcer la légitimité de la répression contre la contestation. Une partie des mouvements féministes prône ce type d’attitude de révolte. Une révolte de tous les jours, de toutes les secondes, sans rien laisser passer...

    a+

    [Répondre à ce message]

    > > Qu’ils en rêvent ou non est secondaire 27 juillet 2001

    Le pacifisme il est beau, le pacifisme il est gentil.

    Nous sommes tous d’accord là-dessus. Et alors ?

    Heureux les simples d’esprit qui tendent les joues gauches. Quel leurre.

    Quand à l’autre qui cause de la lutte hommes-femmes ... elle est de loin non finie. Et on est hors sujet.

    La mondialisation provoque autant de dégats chez les hommes que chez les femmes. Inutile de dévier du sujet.

    Face à une situation qui dure et perdure et qu’on a de plus en plus de mal à supporter :

    Doit-on afficher flegme & Zen et exprimer ses idées en mots pesés ou doit on exprimer son mécontentement avec nervosite ?

    Marketing du bla-bla contre le choc des opinions divergentes : niveau efficacité on calcule cela comment ?

  • S’enfuir dès qu’un flic brandit sa matraque afin d’eviter qu’on aille raconter que nous sommes des casseurs manipulés par des groupuscules infiltres ?

  • rester calmement stoiques sous les coups de semelles & de matraques ?

  • se défendre ?

  • appeler au secour un camarade qui collectionne les triplex de couleur rouge ?

  • regarder Loana à la television et se dire que ce monde est pourri, pourri pourri mais qu’on n’y peut rien ?

  • ....

    Il y a un temps pour tout. Un temps pour y croire, un temps pour s’enfuir et un temps pour ne rien faire.

    Je propose :

  • ne rien faire quand un flic brandit sa matraque

  • lui causer du pacifisme et lui expliquer brievement que la violence ne mene à rien.

  • essayer de lui tirer un pain s’il tabasse un voisin manifestant.

  • quand à l’éloge de la fuite, on ne peut le faire que face à M6 et Loana.

    Pour le reste ... on manifeste et on en reparle ?

    Point-barre

    [Répondre à ce message]

  • > > > Qu’ils en rêvent ou non est secondaire 27 juillet 2001

    Divergence d’opinion. Diversité des tactiques.

    C’est acceptable. Je ne comprends pas ta position mais je l’accepte. Tu peux penser que seule la force peut faire changer les choses. Moi je ne crois pas. Je n’ai pas de solution miracle qui ne soit pas physiquement violente mais je crois que la violence physique ne peut que faire empirer la situation, ne peut que faire augmenter l’état pénal et policier pour maintenir l’ordre.

    L’an prochain, le sommet du G8 a lieu au canada dans les montagnes. Pourquoi ne pas organiser de grandes fêtes dans les villes canadiens plutôt que d’aller se mettre devant des caméras et des journalistes qui n’attendent qu’une chose, qu’il y ait du grabuge pour faire de belle image de les nouvelles du 20h de TF1 ou pour nous des nouvelles de 17h30 de TQS.

    Pourquoi pas de grandes fêtes ouvertes à tous avec des atelies d’éducation populaire, des conférences, des activités culturelles pour tous âges. Faire sortir les gens de chez eux. Les décoller de leur télé. Leur faire découvrir autre chose que ce qu’ils ont l’habitude de faire dans leur quotidien (cuisiner, planter, lire, chanter, écouter, crier, gueuler, rire, etc...). Puis le principal, dire "Fuck you" au G8. On s’en fout. Que les policiers qui ont préparé leur équipement depuis des semaines avec la bave à la bouche se retrouvent seul comme des cons ensemble. Ils n’auront qu’à jouer aux cartes et/ou à s’encu... . Travaillons à la base pour que les gens réclament des comptes aux personnes qui théoriquement devraient les représenter. Des structures pour boycotter les multinationales, pour favoriser les petits agriculteurs et agriculteurs biologiques, les artisans, les entreprises participatives et respectueuses. Des structures pour former les gens à l’autogestion, à la gestion participative. Des centres culturelles. Etc... etc...

    Milliers de chose à tenter, je pense, avant de créer une armée coupeuses de têtes dont les cibles sont des coupeurs de têtes. Il y a des chances pour que les premiers coupeurs de tête qui se battent pour émanciper la société des seconds coupeurs de tête finissent la tête coupée...comme robespierre.

    C’est "beau" dans des combats entre manifestants et policiers de voir un manifestant vêtu de rouge arborant un drapeau soviétique (sincérement cette image n’est pas belle) solidaire avec un autre manifestant vêtu de noir arborant un A cerclé et un "vive la liberté"... mais où cela mène ? Même si je sais que tu n’aimes pas l’histoire, il y a des centaines d’exemples qui montrent qu’une solidarité de passage entre personnes (ou ethnies) différentes voir traditionnellement opposées, solidarité orientée vers un but en commun, la destruction du dictateur ou de l’oppresseur (Leviathan)mène, dans les cas de renversement de cet oppresseur, au chao, à la guerre et très rarement à une tolérance et respect entre les diverses factions. Le respect et la tolérance doivent être antérieures à la solidarité contre l’oppresseur et non une mesure d’exception temporaire et dire "on verra après, on s’entendra bien. on aura combattu ensemble. on aura vaincu ensemble. nous serons des frères. il n’y aura pas de raison à se faire la gueure".

    point-barre

    ps : concernant Loana, comment va-t-elle ? Elle me manque ;-)

    [Répondre à ce message]

    colliers de fleurs et laisses en cuir ? 28 juillet 2001

    J’ai failli sourire en lisant ta réaction.

    Sur le fond, elle ne donne pas du tout envie de plaisanter.

  • Faire des buffets canadiens, danser comme des Québécois sereins en chantant des hymnes révolutionnaires de Leclerc, Vigneault et Charlebois,et on peut aussi se couvrir de peaux de castor et de masques en poils de martre.

    Le courage sera d’oser le faire sous les caméras des charognards à la solde des médias & des meutes de flics causant l’ennemiricain.

    Rien ne vous empêche de le faire. Et nous ne serons pas chiens : si on vous fait payer une amende pour avoir organisé une rave sans avoir demandé l’autorisation au propriétaire du terrain on cotisera en échange des fonds de bouteilles.

    Je suggère mieux et moins risqué niveau : une manif mondiale : tous devant la télé, unis par la pensée et communiant devant un programme télé commun : CNN-international.

    Les riches auront mauvaise conscience (et peut-être du chagrin) de savoir qu’on est des milliards à manifester notre mépris en les snobant.

    Tu n’aimes pas la violence, c’est bien et tu ne prends pas trop de risques à défendre cette opinion. La violence est le seul langage qu’ils entendent, et aux dernières nouvelles c’est encore eux qui décident ...

    point-barre

    [Répondre à ce message]

  • > colliers de fleurs et laisses en cuir ? 16 août 2001, par Nicolas

    ...les demandeurs de conseils gratuits étaient encore plus insistants. "Eh, Weed, et si on prenait les fusils ? On sait que c’est censé être mal, mais on ne sait pas pourquoi." Naguère, il aurait proclamé : "parce que dans ce pays personne au pouvoir ne se soucie d’aucune vie humaine à part la sienne. Ce qui nous oblige à nous montrer humains. Et à nous attaquer à ce qui compte davantage pour ce régime et ceux qui le servent, leur argent et la propriété." Mais maintenant il disait : "C’est mal parce que, si vous prenez un fusil, l’Homme prendra une mitrailleuse, et d’ici que vous ayez trouvé une mitrailleuse il aura installé des fusées prêtes à partir (...)". From T.Pynchon, "Vineland", trad. M.Doury, Seuil. (j’aime beaucoup ce bouquin)

    [Répondre à ce message]