uZine
Retour au sommaire

Web indépendant, Web citoyen

Cyber-économie mon amour

Internet & Journalisme

Pressions & répression



Le Net people chez Libé
lundi 23 avril 2001




Où l’on découvre avec moults frissons et stupéfactions l’histoire d’un « cyberdétective », c’est-à-dire quelqu’un qui est payé à « filer les e-mails » (on ne saura pas ce que ça veut dire). Chaleureux moments d’intimité : sa femme avait peur qu’il fasse des planques « pour de vrai ».

Impayable Libé !







> Le Net people chez Libé 14 juin 2001, par Alain STEVENS

Bravo pour votre article plein d’humour. Je suis le cyberdétective en question , et je tenais à vous apporter quelques précisions au sujet de mon activité. En tant que détective (ou encore agent de recherches privé), mon travail consiste à collecter des indices ou des preuves dans le cadre de litiges, de procès, ou bien lors d’actions de prévention. Une partie importante de mes activités tournent effectivement autour de la sécurité informatique, et j’interviens par exemple lors de la mise en place de chartes de l’Internet dans les entreprises pour expliquer quels sont les risques liés à ces nouvelles technologies. Dans le cadre de missions de veille économique ou d’intelligence stratégique, Internet me permet d’aller beaucoup plus vite que les moyens classiques de recherche d’information. On découvre chaque jour des failles de sécurité qui mettent en réel danger les entreprises. Des programmes espions ("spyware") sont meme présents dans les ordinateurs domestiques. Des kits de piratage prets à l’emploi permettent à des non-informaticiens d’introduire des virus ou des chevaux de troie sans réelle difficulté. Cerains programmes enregistrent vos frappes aux claviers, et peuvent reconstituer vos courriers, identifiants, codes de connexion e-mail, N° de carte bleue... Voila pourquoi je me spécialise dans ce genre d’enquete.

Alain STEVENS, cyberdétective

[Répondre à ce message]

> Le Net people chez Libé 24 avril 2001

Découvrir "avec stupéfaction" est peut etre un bien grand mot... La DST est sans doute quelque peu parano, mais quand tu vas à ses conférences pour startupeur option biotech sur les questions de la sécurité informatique et de l’espionnage industriel, tu apprends par exemple que dans le seul département du Rhone, il existe environ 80 entreprises dites de veille économique... Dont une partie importante créée par d’anciens gendarmes ou membres des DST et autres DGSE... Entre échelon et le cyber crétin qui sait faire une recherche sur google, changer le reply adress de sa messagerie et lire les en tetes d’un mail, y’a toute une panoplie de gentils fouilleurs de poubelle qui se sont fait des copains chez epita and co à qui ils payent quelques bonnes caisses de pinards en échange de menus services... No comment.

[Répondre à ce message]